Mobile menu

Pages in topic:   [1 2] >
Existe-t-il des statistiques sur les revenus des traducteurs
Thread poster: Ihatetrados
Ihatetrados
Local time: 22:58
English to French
Mar 9, 2009

J'ai reçu un courriel relatif au statut d'auto-entrepreneur, où il est dit, parlant des traducteurs indépendants je cite : "... dont les revenus annuels dépassent rarement les 30000 €"

Je ne sais pas si d'autres partageront mon sentiment, mais ce chiffre me paraît bien faible et en outre imprécis (l'usage du mot "rarement" n'étant pas très scientifique)

Est-ce que quelqu'un ici sait où on peut trouver des statistiques fiables sur les revenus des traducteurs indépendants ?

Merci


Direct link Reply with quote
 

nordiste  Identity Verified
France
Local time: 22:58
Member (2005)
English to French
+ ...
AGA, SFT Mar 10, 2009

Si vous êtes membres d'une Association de gestion agréée (exemple ARAPL ) vous avez normalement accès à des statistiques sur le chiffre d'affaires des indépendants classés dans la même catégorie que vous, c'est-à-dire traducteurs et interprètes.

La SFT publie une étude annuelle sur les tarifs pratiqués par les traducteurs membres qui ont répondu à son questionnaire, ce qui permet également de se faire une idée.
On peut la télécharger à l'adresse suivante :

http://www.sft.fr/page.php?P=fo/public/menu/gestion_front/index&id=470



[Edited at 2009-03-10 09:11 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 22:58
Member (2007)
German to French
+ ...
Une source ici Mar 10, 2009

dont je ne sais absolument pas sur quoi elle repose et ne saurais dire si elle est fiable, mais donc :

http://www.journaldunet.com/economie/magazine/dossier/avocat-medecin-notaire-comment-evoluent-salaires-et-revenus-des-professions-liberales/les-revenus-d-un-interprete-traducteur-ont-augmente-de-3-5-depuis-2002.shtml?f_id_newsletter=426

OM

PS - Je n'avais pas vu le lien "en savoir plus", donc ces chiffres proviennent de l'Unasa et sont a priori crédibles.



[Modifié le 2009-03-10 09:26 GMT]


Direct link Reply with quote
 
Ihatetrados
Local time: 22:58
English to French
TOPIC STARTER
Merci Mar 10, 2009

Merci Nordiste,

C'est justement parce que mon AGA me communique chaque année le chiffre d'affaires moyen (calculé sur une centaine de traducteurs, ce qui commence a être pertinent du point de vue statistique, mais certainement pas représentatif de "la profession"), et que ce chiffre est près de 3 fois supérieur au chiffre avancé dans le courriel que j'ai reçu (30000 euros), que je trouve l'affirmation "dépassent rarement" un peu péremptoire, et que je me demandais s'il existait une source autre que la mienne.

Quant aux tarifs affichés, vous savez comme moi qu'ils ne sont nullement une garantie du tarif effectivement pratiqué. Et puis il manque une donnée importante, combien de mots traduits à l'année, et là non plus je n'ai pas de chiffres autres que le mien.

L'intérêt suscité par le régime d'autoentrepreneur chez nos collègues en dit long soit sur les tarifs réellement pratiqués, soit sur le nombre de mots traduits annuellement (soit les deux).


Direct link Reply with quote
 
Ihatetrados
Local time: 22:58
English to French
TOPIC STARTER
Merci Mar 10, 2009

Merci OM
J'ai suivi le lien vers JDN. Le problème c'est qu'ici on parle de "revenu net" et non plus de CA (alors que j'ai cru comprendre que le nouveau régime parle en termes de CA). La statistique a quand même l'intérêt de confirmer que la profession gagne globalement mal sa vie. Voilà qui devrait être affiché à l'entrée des centres d'inscription en fac.


Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 22:58
Member (2007)
German to French
+ ...
Précision Mar 10, 2009

Ihatetrados wrote:

J'ai reçu un courriel relatif au statut d'auto-entrepreneur, où il est dit, parlant des traducteurs indépendants je cite : "... dont les revenus annuels dépassent rarement les 30000 €"

Je ne sais pas si d'autres partageront mon sentiment, mais ce chiffre me paraît bien faible et en outre imprécis (l'usage du mot "rarement" n'étant pas très scientifique)
C'est aussi l'usage du mot "revenus" qui manque de précision à mon goût : s'agit-il des revenus nets ou du chiffre d'affaires ? S'il s'agit du résultat net, ce n'est peut-être pas mirobolant, mais y'a pire aussi.


Direct link Reply with quote
 
xxxEric Hahn  Identity Verified
France
Local time: 22:58
French to German
+ ...
Autre précision Mar 10, 2009

Intéressant, les résultats de cette enquête ! Mais il n'est pas clairement indiqué s'il s'agit du prix / mot source ou / mot cible (on m'a une fois posé la question).

Pour faire un devis, il est bien sûr plus pratique de se baser sur le nombre des mots source compté sous Word.


[Edited at 2009-03-10 10:57 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 22:58
Member (2007)
German to French
+ ...
Les statistiques et la réalité des choses Mar 10, 2009

Ihatetrados wrote:

Le problème c'est qu'ici on parle de "revenu net" et non plus de CA (alors que j'ai cru comprendre que le nouveau régime parle en termes de CA).



C'est ce que je lis aussi, mais si on fait de "savants" calculs (juste pour le fun) je crois que l'on arrive à 2000 EUR nets mensuels (maxi en ne dépassant pas 32 000 EUR de CA) avec ce régime, si jamais un jour un traducteur "libéral" arrive à s'y faire admettre. C'est pas gagné d'avance, visiblement.



La statistique a quand même l'intérêt de confirmer que la profession gagne globalement mal sa vie.



Tout est ici globalement relatif : quel est le critère de base ? Il n'en existe pas : chacun a son environnement et ses contingences. Connaissant un grand nombre de "traducteurs" je crois que je n'en connais pas deux ayant les mêmes expériences existentielles. Il est alors définitivement impossible de dire si la profession gagne bien ou mal sa vie. De combien ai-je besoin pour "survivre" ? À chacun sa réponse. 2000 EUR nets par mois ? Pas assez pour certains, confortable pour d'autres ? Je n'ai naturellement que ma propre réponse par rapport à ce critère, mais c'est clair que par rapport à la plus value intellectuelle qui est celle d'un "vrai" traducteur, c'est généralement peu gratifiant. L'intelligence, la culture et l'expertise cela n'a pas grand chose à voir avec un baril de brut. Or c'est ce dernier qui est cher, non ?



Voilà qui devrait être affiché à l'entrée des centres d'inscription en fac.



Cela, ce n'est franchement plus de mon âge, passé le BAC en 1967, mais si on devait afficher toutes les filières à impasse économique au moment de s'inscrire, je pense que les facs seraient désertes, ce qui de nos jours semblerait d'ailleurs convenir à certains. Les études "supérieures", si on a la chance d'y accéder, ce qui demande également à être démontré, ne sont guère un passeport pour l'emploi, mais pour l'enrichissement personnel.

J'ai personnellement été très étonné de découvrir qu'il y a depuis je ne sais plus quand des "études" de traduction. En ce qui concerne l'interprétariat, domaine que je ne connais pas, je suppose qu'il y a des techniques spécifiques et que cela doit s'apprendre. En revanche toutes mes "jeunes" connaissances ayant suivi des études de traduction semblent indiquer que cela n'a pas servi à grand chose. J'aimerais pouvoir être démenti à ce propos.

OM


Direct link Reply with quote
 
Éric Cléach  Identity Verified
France
Local time: 22:58
Member (2005)
English to French
Statistiques à relativiser Mar 10, 2009

Ihatetrados wrote:

C'est justement parce que mon AGA me communique chaque année le chiffre d'affaires moyen (calculé sur une centaine de traducteurs, ce qui commence a être pertinent du point de vue statistique, mais certainement pas représentatif de "la profession"), et que ce chiffre est près de 3 fois supérieur au chiffre avancé dans le courriel que j'ai reçu (30000 euros), que je trouve l'affirmation "dépassent rarement" un peu péremptoire, et que je me demandais s'il existait une source autre que la mienne.


Les statistiques des AGA sont à relativiser, car sauf erreur de ma part, on choisit en général une AGA proche de son lieu d'activité. Hors, on sait tous qu'en travaillant près d'une grande ville, on a plus de chances d'avoir des clients directs et donc des revenus a priori plus élevés.

Les chiffres 2006 des traducteurs de mon AGA, à ma connaissance la seule de mon département (Finistère), qui doit donc regrouper la majorité des traducteurs du département : 49 193 € de CA moyen et 29 447 € de bénéfice moyen. Attention : je ne connais pas le nombre de traducteurs pris en compte. À la louche, je dirais entre 50 et 100.

Dans tous les cas, même si on est loin de 3 fois 30k €, le CA moyen, même dans nos contrées reculées (a priori peu de clients directs locaux, donc) dépasse largement les 32k € de CA de l'auto-entrepreneur.

Autre problème statistique : le nombre de traducteurs indépendants à temps partiel. Là aussi, il serait intéressant d'avoir des chiffres : au vu des forums ProZ, il me semble quand même qu'il y a pas mal de traducteurs en micro-entreprise, avec un seuil encore plus bas (27k € ?), qui ont donc un boulot à côté ou un(e) conjoint(e) aux revenus confortables.


Direct link Reply with quote
 
xxxEric Hahn  Identity Verified
France
Local time: 22:58
French to German
+ ...
Pas forcément Mar 10, 2009

Ihatetrados wrote:

Merci OM
J'ai suivi le lien vers JDN. Le problème c'est qu'ici on parle de "revenu net" et non plus de CA (alors que j'ai cru comprendre que le nouveau régime parle en termes de CA). La statistique a quand même l'intérêt de confirmer que la profession gagne globalement mal sa vie. Voilà qui devrait être affiché à l'entrée des centres d'inscription en fac.


En tout cas, je déconseillerais ce métier à ma fille qui vient de passer son bac et qui se trouve actuellement aux USA en tant que jeune fille au pair.

Des fois, la "vocation" prime sur l'agent. Sinon, j'aurais fait un autre choix que celui de faire des études de Japonais et de Chinois.
Seulement, après on n'a plus le droit de se plaindre, il faut assumer ! Tu verras, ça vaut pour tous les choix qu'on fait dans la vie ...


[Edited at 2009-03-10 12:49 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Stéphanie Soudais  Identity Verified
France
Local time: 22:58
Member (2006)
English to French
. Mar 10, 2009

Olivier MANESSE wrote:

En revanche toutes mes "jeunes" connaissances ayant suivi des études de traduction semblent indiquer que cela n'a pas servi à grand chose. J'aimerais pouvoir être démenti à ce propos.



Personnellement je ne serais jamais devenue traductrice sans avoir suivi mon cursus en traduction, d'une part, parce que je n'aurais pas eu la méthode, d'autre part, parce que je n'aurais jamais osé me prétendre traductrice ...

Cependant je ne dis pas que passer par l'école de traduction est obligatoire. Tout dépend de l'âge auquel on veut se lancer dans ce métier, de l'expérience déjà acquise dans d'autres domaines, etc., etc...



Quant au fait de bien gagner ou non sa vie, je suis encore en-dessous du plafond micro (surtout depuis qu'il est passé à 32 000), mais pour le train de vie que je mène, j'estime que je gagne bien, voire très bien, ma vie ...

Stéphanie


Direct link Reply with quote
 

Arnaud HERVE  Identity Verified
France
Local time: 22:58
English to French
+ ...
Tranches basse et haute Mar 10, 2009

Sans être spécialiste, je crois que ces statistiques ne représentent que les revenus "moyens hauts".

Il me semble que les gens qui sont carrément dans la dèche ne s'expriment pas dans ces questionnaires, ou même qu'on ne leur demande pas du tout car ils ne font plus partie des bonnes organisations.

Il me semble aussi qu'il existe pas mal de revenus bien supérieurs, mais qui pour des raisons faciles à imaginer ne souhaitent pas se déclarer.

Quelles sont les proportions de ces tranches basses et hautes? Je n'en sais rien.


Direct link Reply with quote
 
xxxEric Hahn  Identity Verified
France
Local time: 22:58
French to German
+ ...
C'est subjectif Mar 10, 2009

Stéphanie Soudais wrote:

Quant au fait de bien gagner ou non sa vie, je suis encore en-dessous du plafond micro (surtout depuis qu'il est passé à 32 000), mais pour le train de vie que je mène, j'estime que je gagne bien, voire très bien, ma vie ...
Stéphanie


Il faut dire que ce métier présente aussi des avantages insoupçonnés : Depuis mon divorce, je vis en nomade, restant rarement plus de quatre ans au même endroit. Et tout cela grâce à l'Internet ...

[Edited at 2009-03-10 13:33 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 22:58
Member (2007)
German to French
+ ...
... Mar 10, 2009

Éric Cléach wrote:

Les statistiques des AGA sont à relativiser, car sauf erreur de ma part, on choisit en général une AGA proche de son lieu d'activité. Hors, on sait tous qu'en travaillant près d'une grande ville, on a plus de chances d'avoir des clients directs et donc des revenus a priori plus élevés.

Les chiffres 2006 des traducteurs de mon AGA, à ma connaissance la seule de mon département (Finistère), qui doit donc regrouper la majorité des traducteurs du département : 49 193 € de CA moyen et 29 447 € de bénéfice moyen. Attention : je ne connais pas le nombre de traducteurs pris en compte. À la louche, je dirais entre 50 et 100.
Excuse-moi Eric, mais je trouve ça farfelu comme thèse. D'abord, on a des clients directs quand on en cherche. Je vis en centre-ville (d'une grande ville), mais je ne travaille qu'avec des agences, et pourtant mon CA est plutôt sympathique (très au-delà de la barrière des +/- 30 000 dont nous parlons ici).
Ensuite, pour ne pas parler que de mon ressenti, voici les chiffres de mon AGA (toujours à Lyon, donc), pour les traducteurs et interprètes :
Pour 877 adhérents :
Recettes brutes : 45 592
Recettes nettes : 42 930
Bénéfice : 24 685
Comme tu peux le constater... c'est moins que du côté de chez toi


Après, en ce qui concerne les études de la SFT, je suis tout à fait d'accord avec Arnaud (même s'il faut bien noter que ces études ne sont pas ouvertes qu'aux adhérents, mais bon, ce sont quand même le plus souvent les adhérents qui en ont connaissance).


Et enfin, d'accord avec Stéphanie et Olivier pour dire que la notion de "bien gagner sa vie" est très relative...


Direct link Reply with quote
 
Éric Cléach  Identity Verified
France
Local time: 22:58
Member (2005)
English to French
D'accord avec Stéphanie Mar 10, 2009

Stéphanie Soudais wrote:

Personnellement je ne serais jamais devenue traductrice sans avoir suivi mon cursus en traduction, d'une part, parce que je n'aurais pas eu la méthode, d'autre part, parce que je n'aurais jamais osé me prétendre traductrice ...


Pareil pour moi. Le fait de pouvoir se former aux outils de TAO dans le cadre d'un Master est aussi un immense avantage pour tous les étudiants qui souhaitent s'orienter vers la traduction technique.

Il n'est pas particulièrement simple de se faire une place sur le marché de la traduction. Le fait de maîtriser un outil de traduction permet quand même d'ouvrir plus de portes : qu'on le veuille ou non, c'est un critère indispensable pour de nombreuses agences de traduction technique.

Quant au fait de bien gagner ou non sa vie, je suis encore en-dessous du plafond micro (surtout depuis qu'il est passé à 32 000), mais pour le train de vie que je mène, j'estime que je gagne bien, voire très bien, ma vie ...


D'accord aussi. Je pense que nous, "jeunes" traducteurs (même si pour moi la trentaine approche à grands pas...), n'avons pas du tout les mêmes repères en termes de revenus que la génération des baby-boomers, par exemple. Aujourd'hui, le simple fait de pouvoir faire un travail qui nous plaît et qui remplit la gamelle n'est pas si courant, y compris quand on a un bac+5...


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Existe-t-il des statistiques sur les revenus des traducteurs

Advanced search






CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »
Across v6.3
Translation Toolkit and Sales Potential under One Roof

Apart from features that enable you to translate more efficiently, the new Across Translator Edition v6.3 comprises your crossMarket membership. The new online network for Across users assists you in exploring new sales potential and generating revenue.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs