Pages in topic:   [1 2] >
Le blues du traducteur
Thread poster: Carla Guerreiro

Carla Guerreiro  Identity Verified
France
Local time: 00:55
French to Portuguese
+ ...
Mar 10, 2009

Il vous arrive souvent d'avoir la sensation de traduire "à la chaine", lorsque vous croulez sous les commandes de traduction?

Avez-vous des crises d'"indigestion mentale" en lisant certains textes que vous devez traduire?

Et si on en parlait?


Direct link Reply with quote
 
Laurent KRAULAND  Identity Verified
France
Local time: 00:55
French to German
+ ...
Ma dernière indigestion Mar 10, 2009

Carla Guerreiro wrote:

Il vous arrive souvent d'avoir la sensation de traduire "à la chaine", lorsque vous croulez sous les commandes de traduction?

Avez-vous des crises d'"indigestion mentale" en lisant certains textes que vous devez traduire?

Et si on en parlait?


Ma dernière indigestion remonte à 2007, avec un projet d'environ 70.000 mots (10 fichiers) que j'ai traduit à l'époque sans faire appel à la TAO. Outre le volume, le projet en question brillait par sa répétitivité et un manque de soin apparent dans le choix des termes.

Depuis, et pour ces mêmes raisons, je me limite à la fourchette comprise entre 30.000 et 50.000 mots.

Laurent K.


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 00:55
Member (2007)
German to French
+ ...
Pas le moindre blues ? Mar 10, 2009

Carla Guerreiro wrote:

Avez-vous des crises d'"indigestion mentale" en lisant certains textes que vous devez traduire?



Non, parce que si je devais mal digérer, j'irais boufailler ailleurs ... Ai finalement fait le compte hier : environ 60 000 pages NZ normalisées à 55 caractères comme se plaisent à le dire nos amis germains - n'ai-je pas bien gagné ma vie ? Je n'en sais finalement rien, mais crois avoir survi ...

C'est un genre de bilan, je crois,

OM


Direct link Reply with quote
 
sofia guermat
France
Local time: 00:55
English to French
Bonjour Mar 10, 2009

Bonjour
personnellement, j'aimerais bien avoir autant de mots à traduire et des indigestions à n'en plus finir:)
non , je plaisante, je comprends ce que ça doit être de traduire et traduire et traduire...à la fin, on doit avoir la tête comme dans un étau, surtout lorsque le travail est non-stop....
bon courage!


Direct link Reply with quote
 

Myriam Dupouy  Identity Verified
France
Local time: 00:55
Member (2008)
English to French
+ ...
Et si on pouvait faire la fine bouche ? Mar 10, 2009

Goûter au préalable permet d'éviter une indigestion aiguë ;o)
Cela dit, on a tous de temps en temps les yeux plus grands que le ventre... D'où l'avantage à rester gourmand ET gourmet !

Mymi,
http://www.penguin.com.au/covers-jpg/9781846462320.jpg


[Edited at 2009-03-10 20:39 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Juan Jacob  Identity Verified
Mexico
Local time: 17:55
French to Spanish
+ ...
Non. Mar 10, 2009

Car le blues est ma musique préférée, alors... John Lee, Dixon, Waters, Hendrix sont mes copains.
Indigestion mentale, et physique, voui, souvent.
Depuis un mois, je dors pas beaucoup.
Une cinquantaine de films à traduire (puis à sous-titrer) en un mois, c'est pas coton.
Je mène une équipe de plusieurs traducteurs et assistants.
Donc, je suis responsable non seulement de mon boulot, mais de celui de bien d'autres personnes... lourde tâche.
Mais, c'est mon boulot chéri que j'adore et dont je vis bien, alors...
"À la chaîne...", dis-tu... oui, certes, mais toujours du-bien-fait.


Direct link Reply with quote
 

Arnaud HERVE  Identity Verified
France
Local time: 00:55
English to French
+ ...
Muddy waters Mar 10, 2009

Moi j'ai le blues des fois, quand je suis obligé de bosser trop vite pour totalement comprendre ce que je fais.

Direct link Reply with quote
 

co.libri
France
Local time: 00:55
German to French
+ ...
Si, parfois :-) Mar 11, 2009

Bonjour Carla,

Pas le blues, juste l'indigestion. Et elle n'est pas que mentale, je n'ai même plus faim après

J'ai cette sensation quand je travaille sur des textes creux, mal rédigés, sans grand intérêt ou quand il y a trop de travail en même temps. Mais, pour ce second point, c'est pour ma part surtout lié au travail sur l'ordinateur (position assise trop longtemps, fatigue oculaire, etc. même en utilisant des astuces anti-fatigue et), à cette dépendance à la machine.

Mais quand le sujet est passionnant, non, pas d'ingestion ou juste à la fin peut-être quand le volume est important. Cette impression est passagère face à la satisfaction du travail accompli (surtout qd on a l'impression de bien l'avoir accompli). Parfois même des traductions rébarbatives se transforment en "satisfaction" (ou soulagement plutôt) quand on a un mot de remerciement et/ou de compliment.

Ceci étant, pour ne pas décourager les "jeunes" traducteurs qui souhaiteraient "crouler sous le poids" et je les comprends, quand on est en période de creux, on a parfois le blues du vide ou disons une légère inquiétude sous-jacente, assez inconfortable (pour ma part), même si on se raisonne et que l'on prend de la distance avec les années, alors.

Tout dépend des personnalités et des constitutions physiques, je pense.

Hélène



[Edited at 2009-03-11 14:20 GMT]


Direct link Reply with quote
 

lorette  Identity Verified
France
Local time: 00:55
German to French
+ ...
Le blues de l'usine le matin à 5h ?? Mar 11, 2009

Nous avons la chance de pouvoir accepter ou refuser le travail.

Traduire à la chaîne, SVP...

[Edited at 2009-03-11 12:22 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Anne MERY BERSOT
Canada
Local time: 18:55
English to French
Cas d'écoeurantite absolue... Mar 11, 2009

Ma plus grande « écoeurantite »remonte à trois ans, j'ai traduit un énorme projet de 300 000 mots (mon record), qui m'a pris plus d'un an. C'était très intéressant mais quand c'est trop, c'est trop, j'étais tellement soulagée quand le dernier chapitre est arrivé!.. Mais horreur absolue quand on s'est aperçu que le client s'était trompé et qu'il m'avait donné l'ancienne version (plusieurs chapitres complètement remaniés). Même si j'aime mon travail, j'ai eu envie de tout envoyer promener...trois mois de travail jetés à la poubelle, ça a de quoi décourager. Maintenant, je demande triple, quadruple vérification et je prends des projets beaucoup, beaucoup plus petits.

Direct link Reply with quote
 

giselavigy
Local time: 00:55
Member
French to German
+ ...
Avec Laure... Mar 11, 2009

Vous connaissez des métiers où on peut dire """non"""? Moi pas!

Direct link Reply with quote
 

co.libri
France
Local time: 00:55
German to French
+ ...
Laure et Gisela Mar 11, 2009

lorette wrote:

Nous avons la chance de pouvoir accepter ou refuser le travail.

Traduire à la chaîne, SVP...

[Edited at 2009-03-11 12:22 GMT]


Il ne s'agit pas de se plaindre, juste de dire ce que nous ressentons aussi parfois.
Nous ne faisons pas de comparaison avec d'autres professions.

Et je ne vois rien de mal à cela. Dans tous les métiers, il y a des choses que l'on n'aime moins que d'autres.
Pourquoi le nier ou le cacher ? Cela ne remet pas en question l'intérêt que l'on peut avoir pour cette profession.

D'autant que les 5 h du matin, je les pratique parfois encore... Et puis, la chance de pouvoir refuser, c'est vite dit quand même. Je doute que ce soit le cas de la majorité des traducteurs, surtout en ce moment... Dans d'autres fils, il est question de la très grande diversité de ce métier... à lire... et méditer.


Arnaud Hervé a écrit :
"Moi j'ai le blues des fois, quand je suis obligé de bosser trop vite pour totalement comprendre ce que je fais."

Alors là, oui, c'est grave, docteur


H.

[Edited at 2009-03-11 13:56 GMT]


Direct link Reply with quote
 
xxxNMR
France
Local time: 00:55
French to Dutch
+ ...
Dormir... Mar 11, 2009

Ma dernière expérience de ce genre remonte à il y a quelques années, quand je me suis retrouvée avec 120 000 mots à faire en trois mois (faciles, pas de recherches à faire, idem que pour Hélène ci-dessus). L'écoeurement se manifestait par des crises d'hypersomnie aiguë. Comme c'était tellement intéressant, je m'endormais sur mon clavier, ou quelque part dans la maison (dangereux, tous ces lits ) et au bout d'un certain temps le réflexe conditionné était installé et dès que je voyais ce texte je roupillais. Je ne sais plus comment j'ai réussi à terminer ce projet, mais cela a été looooong...

Depuis je préfère les textes plus compliqués, voire des formulations ou des styles tordus pour lesquels je suis obligée de me remuer pour faire des recherches, pour attraper un dictionnaire ou pour me faire un café.


[Modifié le 2009-03-11 13:49 GMT]


Direct link Reply with quote
 
xxxEric Hahn  Identity Verified
France
Local time: 00:55
French to German
+ ...
Syndrome du burn-out Mar 11, 2009

Je crois que ça peut arriver même aux traducteurs. J'étais dans un état de fatique extrème semblable après avoir bossé plusieures semaines d'affilée sans un jour de repos. Plutôt mauvais pour la santée mentale et physique ...

[Edited at 2009-03-11 15:34 GMT]


Direct link Reply with quote
 

lorette  Identity Verified
France
Local time: 00:55
German to French
+ ...
Lecture et méditation... Mar 11, 2009

Hélène Cheminal wrote:

Dans d'autres fils, il est question de la très grande diversité de ce métier... à lire... et méditer.



... avec la plus grande attention !

Dans la majorité des fils (ces derniers temps), on peut lire que bon nombre de collègues ont du mal à joindre les deux bouts. Mais là, c'est une autre histoire, le "blues du vide" pour reprendre ton expression, Hélène.

La "chance", je me suis peut-être mal exprimée, disons plutôt le "choix" entre accepter et refuser.

Quant au "blues du traducteur" : trop de travail ou pas assez, toute occasion est bonne pour papoter (pour ne pas dire "se plaindre") (moi-même incl.).

[Edited at 2009-03-11 16:43 GMT]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Le blues du traducteur

Advanced search






CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »
PDF Translation - the Easy Way
TransPDF converts your PDFs to XLIFF ready for professional translation.

TransPDF converts your PDFs to XLIFF ready for professional translation. It also puts your translations back into the PDF to make new PDFs. Quicker and more accurate than hand-editing PDF. Includes free use of Infix PDF Editor with your translated PDFs.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums