Pages in topic:   [1 2] >
Off topic: Et oui, ce sont des belges, des wallons.!!!!
Thread poster: Martine Etienne

Martine Etienne  Identity Verified
Belgium
Local time: 12:51
Member (2003)
English to French
+ ...
Aug 28, 2003

Grevisse Maurice
Grammairien
Rulles 07.10.1895 - La Louvière 04.07.1980Ce texte est extrait de l'ouvrage Cent Wallons du siècle Institut Jules Destrée, Charleroi, 1995Index
Celui qui, par tradition familiale, devait reprendre la forge paternelle, devient instituteur (1914) à l'Ecole communale de Carlsbourg, régent littéraire (à Malonne) et docteur en philosophie et lettres (philologie classique) à l'ULg (1925). Parallèlement à ses études universitaires, il enseigne à l'Ecole des Pupilles de l'Armée à Marneffe, à l'Ecole royale des Cadets à Namur (1927), puis à Bruxelles, jusqu'en 1957. Afin de mieux mettre à la portée de ses élèves un manuel de grammaire, Grevisse ajoute tant de nouveaux feuillets que, finalement, on ne retrouve plus trace de la grammaire initiale. Le Bon usage, volumineuse grammaire, née en 1936, constamment rééditée est considérée par les philologues et les auteurs - André Gide en premier (il cite le Bon usage comme son ouvrage de référence) - comme la meilleure grammaire française, faisant autorité dans tous les pays francophones. Des ouvrages scolaires ou philologiques forment le complément de son oeuvre essentielle (Précis de grammaire française, Cours de dictées, Le Français correct). Il a consacré son existence à l'examen des faits de langue chez les auteurs reconnus, les plus divers, et en a dressé, sans volonté normative, un constat d'usage.
Chroniqueur de langage dans La Libre Belgique, il a réuni ses études en plusieurs volumes sous le titre collectif Problèmes de langage (1961-1970).
Médaille d'or de l'Académie française (1946), titulaire du prix De Keyn de l'Académie royale de Belgique, prix Vaugelas à Genève en 1961, officier de la Légion d'Honneur (1971), membre du Conseil international de la Langue française (1967-1980), il sort la onzième édition du Bon usage, ouvrage de 1532 pages, quelques mois avant sa mort. Il a 84 ans. Plusieurs millions d'exemplaires de ses livres sont lus dans le monde.


Carême Maurice
Poète
Wavre 12.05.1899 - Anderlecht 13.01.1978 Ce texte est extrait de l'ouvrage Cent Wallons du siècle Institut Jules Destrée, Charleroi, 1995Index
Instituteur à 19 ans, poète à 20 ans, Maurice Carême renonce à sa première vocation (1943) pour s'adonner tout entier à la seconde. Poète de renommée internationale, il a vu son oeuvre traduite en de nombreuses langues.
Après s'être occupé de La Revue indépendante, Carême collabore à la revue Anthologie de Georges Linze puis entre à La Revue sincère (1922). Il y côtoie Max Elskamp, Adolphe Hardy, Georges Simenon, Jean Tousseul, notamment, et publie son premier recueil, 63 Illustrations pour un jeu de l'Oie, dont les premiers poèmes remontent à 1916. Après une période empreinte de surréalisme puis de futurisme (1926-1930), Carême en revient à une poésie simple, enfantine et exquise. Cette voie-là, il ne l'abandonnera pas : Poèmes de gosses (1933) mais surtout Mère (1935), son livre fétiche, bien que d'un style hors mode et qualifiés de "supernaïvisme", recueillent un succès considérable (Prix triennal de Poésie 1937). Nombreux sont ses poèmes qui ont été mis en musique par Paul Gilson (le tout premier), Darius Milhaud, Francis Poulenc, Jean Absil (5 poèmes de la Lanterne magique sous le titre Printemps), Raymond Chevreuille, notamment, et largement diffusés par le disque.
Après la Seconde Guerre mondiale, Carême poursuit dans la même veine et le même succès avec Femme, La Lanterne magique et La Maison blanche. Les années 50 sont faites de tristesse pour le poète qui retravaille son style. Sa poésie essentiellement simple décrit le monde, mais interroge aussi souvent les mystères de l'homme. Du Prix Verhaeren (1927) au Prix européen à Trente pour l'ensemble de son oeuvre (1976), Carême a pratiquement connu tous les honneurs. Peu avant sa mort, a été créée une Fondation Maurice Carême (1975) qui publie une revue (1978).
On surprend le poète à chanter son Brabant natal, lié au souvenir du père, où il se plaît à reconnaître une double attirance culturelle :
Brabant de coeur wallon,
au visage latin,
Mais à l'âme tournée vers
le Nord légendaire.
(La maison blanche, 1949).
Semeur de rêves, voleur d'étincelles, chemineau fantasque, fabulant à longueur d'année, Maurice Carême, sacré Prince en poésie à Paris, est resté fidèle au roman pays qui lui avait conféré la sérénité en même temps qu'une certaine gravité volontiers dissimulée. Ayant toujours adhéré à diverses associations de défense wallonne (Fondation Plisnier, Société des Amis de l'Art wallon...) comme il avait adhéré à celles de la résistance clandestine sous l'occupation, il se reconnaissait volontiers une identité wallonne, en ce sens qu'elle était éprise de justice et de liberté.


Magritte René
Peintre surréaliste
Lessines 21.11.1898 - Schaerbeek 15.08.1967 Ce texte est extrait de l'ouvrage Cent Wallons du siècle Institut Jules Destrée, Charleroi, 1995Index
Né à Lessines, il passe son enfance à Châtelet. Son adolescence est marquée, en 1912, par le suicide de sa mère, qui s'est jetée dans la Sambre et a été retrouvée le corps pratiquement nu, une chemise relevée par dessus la tête. Cet événement apparaîtra à travers toute son oeuvre (la présence de l'eau, des visages voilés...) et là où certains voient de l'érotisme, les psychanalystes observent des représentations (in)conscientes de ce drame.
René Magritte suit les cours de l'Académie des Beaux-Arts à Bruxelles (1916). Ses amitiés sont cependant plus déterminantes que les cours et ses premières expériences picturales le montrent tenté par le cubisme et le futurisme. Jusqu'en 1925, Magritte traverse une période de recherches. Il rencontre, en 1919, E.-L.-T. Mesens et Marcel Lecomte lui fait découvrir Giorgio de Chirico. Pour gagner sa vie, il travaille dans une usine de papiers peints et réalise des illustrations publicitaires.
Attiré par le courant surréaliste, il met un terme à sa période "abstraite". Après une exposition à Bruxelles fort maltraitée par la critique, il s'installe près de Paris, travaille dans un groupe surréaliste autour d'André Breton. La conférence donnée par ce dernier à la Sorbonne, Qu'est-ce que le surréalisme?, est publiée avec, en couverture, un dessin de Magritte, Le Viol (1934). Figurant parmi les principaux représentants du surréalisme, il collabore à la Révolution surréaliste, à Documents 35, à Distance. Dans les années 30, Magritte a déjà trouvé et même mis au point son vocabulaire. A l'aide d'objets puisés dans la vie quotidienne, le peintre vise au dépaysement poétique en remettant en cause les lois apparentes de la nature et les conventions fixées par l'homme. Les titres des tableaux doivent servir, d'après lui, à nous surprendre et nous enchanter.
Après le conflit au cours duquel ses oeuvres témoignent d'une volonté de couleur violente (époque dite impressionniste ou plein soleil), et après l'épisode de la période dite "vache" où il affirme avec virulence une attitude antipicturale, il découvre et étudie de nouveaux thèmes : coexistence du jour et de la nuit, le règne de la pierre, la mise en cause de la pesanteur, notamment. Magritte atteint la renommée internationale. L'exposition au Museum of Modern Art de New York (1965) le consacre.
Comme Delvaux, Magritte a répudié l'expressionnisme flamand. Chez lui, tout est raisonné, composé, limité. Il s'est retrouvé par une inclination fatale, consciente, sur le terrain natal de la latinité. Imprégné de culture latine, il en est l'un des messagers. La gloire qui l'introduit dans l'histoire mondiale de la peinture est celle d'un artiste wallon de dimension considérable

[Edited at 2003-08-28 17:41]


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 12:51
Member (2001)
English to French
+ ...
Belges Aug 28, 2003

Martine Etienne said :



Et oui, ce sont des belges, des wallons.!!!!




Pourquoi tu t’énerves ? Personne ne dit le contraire !...

Bon ! Je sais bien, que les Français ont toujours eu une fâcheuse tendence à « annexer » purement et simplement les Belges qui deviennent célèbres si bien que de nombreux auteurs, peintres, poètes, musiciens, acteurs de ciné, chanteurs, comiques, etc… sont souvent qualifiés par les « medias » français comme étant « d’origine » Belge comme s’il allait sans dire qu’ils sont Français de toute façon… Je conçois que cela peut « énerver » outre-quiévrain (autre cliché…)…
Le seul, je crois, qu’ils n’ont pas osé « naturaliser » contre son gré fût Jacques Brel (qui était Flamand).

Pourquoi ne pas parler d’auteurs comme « Simenon » (qui s’est fait, lui, « annexer » par les Suisses), de poètes comme Emile Verhaeren dont j’apprenais les textes à l’école primaire, de magiciens de la langue comme Raymond Devos ou de musiciens de Jazz comme Toots Thielmans ou Philippe Catherine ? Il y en a tant d’autres et c’est remarquable si on pense au faible nombre de la population Belge…

Cordialement.

Un Fançais né au Congo Belge




[Edited at 2003-08-28 18:14]


Direct link Reply with quote
 

lien
Netherlands
Local time: 12:51
English to French
+ ...
Ne pas oublier Aug 28, 2003

Thierry LOTTE wrote:

Martine Etienne said :



Et oui, ce sont des belges, des wallons.!!!!




Pourquoi tu t’énerves ? Personne ne dit le contraire !...

Il y en a tant d’autres et c’est remarquable si on pense au faible nombre de la population Belge…

[Edited at 2003-08-28 18:14]


la bande dessinee belge! C'est vrai que le rapport nombre/qualite est grand en belgique. Je l'avais deja remarque et je savais que Magritte et M. Careme etaient Wallons.

Vive la Belgique
(et quelle belle Princesse)

Lien


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 12:51
Member (2001)
English to French
+ ...
Oui Lien ! Aug 28, 2003

Oui Lien ! Vive la Belgique !

C'est vrai que j'avais oublié l "Ecole Belge" de bandes dessinées, inventeurs de la "Ligne Claire".

En fait, Martine Etienne n'avait pas complétement tort de clamer son admiration pour Le Grévisse... A ma grande honte, j'ignorais complétement qu'il était "d'origine" Belge...

Comme quoi !...


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 12:51
Member (2003)
German to French
Bien vu Martine, Aug 28, 2003

merci de nous rappeler tout cela.

Mais tu as oublié l'essentiel :

Et les bières belges dans tout ça ???

Bonne soirée,
Sylvain.


Direct link Reply with quote
 

Jean-Marie Le Ray  Identity Verified
Italy
Local time: 12:51
Member
Italian to French
+ ...
Autre compatriote célèbre (bien que trop peu connu à mon gré) Aug 28, 2003

L'EFFORT

Groupes de travailleurs, fiévreux et haletants
Qui vous dressez et qui passez au long des temps
Avec le rêve au front des utiles victoires,
Torses carrés et durs, gestes précis et forts,
Marches, courses, arrêts, violences, efforts,
Quelles lignes fières de vaillance et de gloire
Vous inscrivez tragiquement dans ma mémoire !

Je vous aime, gars des pays blonds, beaux conducteurs
De hennissants et clairs et pesants attelages,
Et vous, bûcherons roux des bois pleins de senteurs,
Et toi, paysan fruste et vieux des blancs villages,
Qui n'aimes que les champs et leurs humbles chemins
Et qui jettes la semence d'une ample main
D'abord en l'air, droit devant toi, vers la lumière,
Pour qu'elle en vive un peu, avant de choir en terre ;

Et vous aussi, marins, qui partez sur la mer
Avec un simple chant, la nuit, sous les étoiles,
Quand se gonflent, aux vents atlantiques, les voiles
Et que vibrent les mâts et les cordages clairs ;
Et vous, lourds débardeurs dont les larges épaules
Chargent ou déchargent, au long des quais vermeils,
Les navires qui vont et vont sous les soleils
S'assujettir les flots jusqu'aux confins des pôles ;

Et vous encor, chercheurs d'hallucinants métaux,
En des plaines de gel, sur des grèves de neige,
Au fond de pays blancs où le froid vous assiège
Et brusquement vous serre en son immense étau ;
Et vous encor, mineurs, qui cheminez sous terre,
Le corps rampant, avec la lampe entre vos dents,
Jusqu'à la veine étroite où le charbon branlant
Cède sous votre effort obscur et solitaire ;

Et vous enfin, batteurs de fer, forgeurs d'airain,
Visages d'encre et d'or trouant l'ombre et la brume,
Dos musculeux tendus ou ramassés, soudain,
Autour de grands brasiers et d'énormes enclumes,
Lamineurs noirs bâtis pour un oeuvre éternel
Qui s'étend de siècle en siècle toujours plus vaste,
Sur des villes d'effroi, de misère et de faste,
Je vous sens en mon coeur, puissants et fraternels !

Ô ce travail farouche, âpre, tenace, austère.
Sur les plaines, parmi les mers, au coeur des monts,
Serrant ses noeuds partout et rivant ses chaînons
De l'un à l'autre bout des pays de la terre !
Ô ces gestes hardis, dans l'ombre ou la clarté,
Ces bras toujours ardents et ces mains jamais lasses,
Ces bras, ces mains unis à travers les espaces
Pour imprimer quand même à l'univers dompté
La marque de l'étreinte et de la force humaines
Et recréer les monts et les mers et les plaines,
D'après une autre volonté.

Émile Verhaeren - La Multiple Splendeur (1902)


Sylvain Leray wrote:

Et les bières belges dans tout ça ???



Et le chocolat belge, tu l'as déjà goûté, le chocolat belge ???

Toute une culture à refaire ! J-M


Direct link Reply with quote
 

Martine Etienne  Identity Verified
Belgium
Local time: 12:51
Member (2003)
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Les bières, la bandes dessinées etc Aug 28, 2003

Ce sera pour une autre fois...

Et le fromage, n'oubliez pas l'autre pays du fromage....

Et Adamo....Vous permettez, Monsieur,....

A bientôt

Martine


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 12:51
Member (2001)
English to French
+ ...
Cela devait arriver , c'était fatal... Aug 28, 2003

Et ça sert à quoi que l'on se décarcasse pour sortir des "clichés" de la "Belgitude" si c'est pour retrouver les classiques :

- Bière
- B.D
- Chocolat

et maintenant, Adamo !! Pourquoi pas Annie Cordy pendant que vous y etes ?? (Encore que, comme actrice, elle est prodigieuse - cf: "Le Chat" - "Ville Haute" etc...).

Bon ! Puisque c'est comme ça, je vais justifier ma réputation d'horrible français belgicide : allons-y donc...

"Et Les Frites, une fois" ???!!!

La boucle est bouclée et il n'y a pas à revenir la-dessus mais - quand même - si à Barcelone quelqu'un avait la bonne idée d'établir une franchise "Léon de Bruxelles" (plus de 5 à Paris - pour un unique établissement rue de la Petite Boucherie (?) à Bruxelles)ce serait le pied absolu !

Malgrès la chaleur, je rêve de moules de Zélande et de "VRAIES" frites... Avec une petite "Trappiste" et une bonne Gueuse Lambic voire même une "Kriek" en appéritif, ce serait le pied absolu de tungstène bleuï (comme on disait dans les roaring seventies).

On est bien loin d'Emile Verhaeren n'est ce pas ??

Ca fait rien... On y reviendra, malgrè le déplorable exemple si "pompier" cité par mon ami V.Hugo.

Cordialement.

PS :...et ne venez pas me parler de Paëlla ! La meilleure Paëlla, c'est en France qu'on la fait (Moi, surtout...)!
Comment se facher entre deux groupes de collègues en quelques lignes...





[Edited at 2003-08-28 23:23]

[Edited at 2003-08-28 23:24]


Direct link Reply with quote
 

Michael Bastin  Identity Verified
Spain
Local time: 12:51
English to French
+ ...
et le surréalisme à la belge? Aug 29, 2003

L'école surréaliste belge n'est pas morte, et pour preuve !

Notre ami Jean-Claude ! Vous parlez d'une référence ! Mais c'est tout de même le seul belge vraiment connu à l'échelle internationale... enfin aux Etats-Unis, voulais-je dire.

http://lasuperdose.free.fr/jeanclaudotron.htm


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 12:51
English to French
+ ...
Nouvelles de Nouvelle-Belgique, une fois seulement Aug 29, 2003

Non Jean-Claude, New-York n'est pas la capitale de la Nouvelle-Belgique.

C'est Pierre Minuit un Wallon, gouverneur de New-York, qui acheta l'île de Manhattan.

Les origines de New York - [ Translate this page ]
... Haut. Pierre Minuit En 1626, Pierre Minuit, gouverneur de la Nouvelle-Belgique,
se rend célèbre en achetant l'île de Manhattan aux Indiens Manhattes, en ...
users.skynet.be/newyorkfoundation/ FR/les_origines_de_new_york.html -

Django Reinhardt était gitan, mais il est né près de Charleroi.


Intéressant de noter que les deux grands grammairiens contemporains de la langue française sont Belges : Grevisse (mentionné plus haut), "Le bon usage" et Hanse, le "Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne"

JL

Lien intéressant :

http://califice.net/belge/celebrites.shtml


[Edited at 2003-08-29 04:53]


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 12:51
Member (2003)
German to French
Charleroi Aug 29, 2003

Dans l'herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.

Quoi donc se sent ?
L'avoine siffle,
Un buisson gifle
L'oeil au passant.

Plutôt des bouges
Que des maisons.
Quels horizons
De forges rouges.

On sent donc quoi ?
Des gares tonnent,
Les yeux s'étonnent,
Où Charleroi ?

Parfums sinistres !
Qu'est-ce que c'est ?
Quoi bruissait
Comme des sistres ?

Sites brutaux !
Oh ! votre haleine,
Sueur humaine,
Cris des métaux !

Dans l'herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.

Paul Verlaine (qui n'était pas belge)


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 12:51
English to French
+ ...
Puisque que tu as la frite, Sylvain ! Aug 29, 2003

C'est à Bruxelles que Verlaine, bourred, tira sur son "compagnon' lors de leur voyage et séjour en Belgique...:-)

Bruxelles

Plates-bandes d'amarantes jusqu'à
L'agréable palais de Jupiter.
- Je sais que c'est Toi qui, dans ces lieux,
Mêles ton bleu presque de Sahara !

Puis, comme rose et sapin du soleil
Et liane ont ici leurs jeux enclos,
Cage de la petite veuve !...
Quelles
Troupes d'oiseaux, ô ia io, ia io !...

- Calmes maisons, anciennes passions !
Kiosque de la Folle par affection.
Après les fesses des rosiers, balcon
Ombreux et très bas de la Juliette.

- La Juliette, ça rappelle l'Henriette,
Charmante station du chemin de fer,
Au coeur d'un mont, comme au fond d'un verger
Où mille diables bleus dansent dans l'air !

Banc vert où chante au paradis d'orage,
Sur la guitare, la blanche Irlandaise.
Puis, de la salle à manger guyanaise,
Bavardage des enfants et des cages.

Fenêtre du duc qui fais que je pense
Au poison des escargots et du buis
Qui dort ici-bas au soleil.
Et puis
C'est trop beau ! trop ! Gardons notre silence.

- Boulevard sans mouvement ni commerce,
Muet, tout drame et toute comédie,
Réunion des scènes infinie
Je te connais et t'admire en silence.

Rimbaud


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 12:51
Member (2003)
German to French
Merci Jean-Luc Aug 29, 2003

Il fait pas nuit
Aux Etats-Unis ?


Et oui, un coup de revolver qui vaudra à Verlaine de longs mois de prison et dans le même élan une conversion au catholicisme... mais certains de ses plus beaux poèmes, aussi !


Direct link Reply with quote
 
TTV  Identity Verified
France
Member
German to French
Bruxelles Aug 29, 2003

Bruxelles

Paroles et Musique: Dick Annegarn 1974

--------------------------------------------------------------------------------


Bruxelles, ma belle, je te rejoins bientôt
Aussitôt que Paris m'ait trahi
Et je sens que son amour aigri, depuis
Elle me soupçonne d'être avec toi, le soir
Je reconnais, c'est vrai
Tous les soirs, dans ma tête
C'est la fête des anciens combattants
D'une guerre qui est toujours à faire

Bruxelles, attends-moi, j'arrive
Bientôt je prends la dérive
Michèle, te rappelles-tu de la détresse
De la kermesse de la gare du Midi?
Te rappelles-tu de ta Sophie
Qui ne t'avais même pas reconnue?

Les néons, les Léons, les noms des gars
Sublime décadence, la danse des panses
Ministère de la bière, artère vers l'enfer
Place du Broukère

Bruxelles, attends-moi, j'arrive
Bientôt je prends la dérive
Cruel duel, celui qui oppose
Paris névrose et Bruxelles
L'abruti qui se dit que bientôt ce sera fini
L'ennui de l'ennui

Qui va me revoir, mademoiselle Bruxelles
Mais je ne serai plus tel que tu m'as connu
Je serai abattu, courbattu, combattu
Mais je serai venu

Bruxelles, attends-moi, j'arrive
Bientôt je prends la dérive
Paris, je te laisse mon lit...


Direct link Reply with quote
 

Michael Bastin  Identity Verified
Spain
Local time: 12:51
English to French
+ ...
WOW Aug 29, 2003

Pour une fois, j'ai l'impression de me sentir fier d'être "Carolo" !!

Cette ville a été et est encore trop souvent comparée à la misère, ce que l'on appelle le 1/4 monde. A part les cheminées d'usine, cette ville n'est pas si laide...

Vous dites en Belgique que vous êtes de Charleroi et on vous regarde avec un air embarassé, comme si on avait de la peine pour vous, il faut souvent s'excuser de ne pas être "comme la populace".

Mais bon, c'est à l'étranger que l'on se rend parfois compte à quel point tout n'y est pas si mal...

Jugez plutôt..

L'hymne carolo est pluôt flatteur, on voit bien que l'auteur ne connaissait pas la République dominicaine..

Pays de Charleroi

--------------------------------------------------------------------------------

Pays de Charleroi
de Jacques Bertrand

1er couplet

J'ai des maintes cités,
Contemplé les merveilles,
Leurs palais tant vantés
Aux splendeurs sans pareilles,
De ces beaux monuments,
Admirant la structure,
Je regrettais nos champs,
Et leur verte parure,
Qu'annonce le printemps.
3è couplet

J'aime les hauts-fourneaux
Flamboyant dans la brume
Et le bruit des marteaux
Résonnant sur l'enclume,
J'aime ces travailleurs
Animant nos rivages,
Et le chant des mineurs
Egayant nos villages
Après leurs durs labeurs (Ref.)


Refrain

Pays de Charleroi,
C'est toi que je préfère,
Le plus beau coin de terre,
A mes yeux, oui, c'est toi. (bis)

4è couplet

La nuit, j'aime ces feux
Près de chaque houillère,
Et quand l'éclair joyeux
Jaillit des fours à verre,
Verrier, à leur clarté,
J'admire ton courage,
Tu sais avec fierté
Egayer ton ouvrage
D'un chant de liberté. (Ref.)


2è couplet

Sous des prés verdoyants
Que la Sambre caresse
Sous les bosquets riants
Pleins de chants d'allégresse,
Git le sombre charbon,
Ce pain de l'industrie,
Que le mineur wallon,
Si cher à la patrie,
Extrait du puits profond. (Ref.)

5è couplet

J'aime à voir réunis
Au jour de la quinzaine,
Les enfants du pays
Buvant, à chope pleine,
La bière coule à flots,
Pétillante et mousseuse,
J'aime le bruit des pots,
Et la chanson joyeuse
Qui fait dire aux échos. (Ref.)

Les paroles de l'auteur n'engagent que lui..

[Edited at 2003-08-29 08:03]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Et oui, ce sont des belges, des wallons.!!!!

Advanced search






memoQ translator pro
Kilgray's memoQ is the world's fastest developing integrated localization & translation environment rendering you more productive and efficient.

With our advanced file filters, unlimited language and advanced file support, memoQ translator pro has been designed for translators and reviewers who work on their own, with other translators or in team-based translation projects.

More info »
BaccS – Business Accounting Software
Modern desktop project management for freelance translators

BaccS makes it easy for translators to manage their projects, schedule tasks, create invoices, and view highly customizable reports. User-friendly, ProZ.com integration, community-driven development – a few reasons BaccS is trusted by translators!

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums