Mobile menu

Tassement ou foisonnement du produit traduit :-) ?
Thread poster: Jean-Luc Dumont

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 19:48
English to French
+ ...
Nov 16, 2003

Bonjour à tous

Une question de traduction récente m'a permis de découvrir ce texte fort instructif sur pourquoi faire long et comment faire court quand on traduit. J'ai coupé des passages pour faire court mais vous pouvez trouver la totalité du texte en cliquant ci-dessous :

http://www.erudit.org/revue/meta/1999/v44/n2/003275ar.html


Prolixité et qualité des traductions
Denis Juhel
Université Laval, Québec, Canada

La prolixité (ou foisonnement selon les auteurs), remarquée tant dans les travaux d'étudiants que dans les traductions publiées, peut être un critère intéressant pour le praticien et pour l'enseignant de la traduction dans la mesure où le quantitatif et le qualitatif y sont étroitement imbriqués ; c'est tout au moins une hypothèse de départ qu'il convient de vérifier, avec l'espoir de mieux cerner l'objet de la traduction et de mieux délimiter les frontières du sens à traduire.
Quelle que soit la langue de départ[ 1 ], la longueur des traductions par rapport à l'original (< 30 %), constatée depuis fort longtemps, n'a pas fait l'objet jusqu'à ce jour d'études approfondies. En fait, un seul auteur consacre un article entier à la prolixité en traduction : Durieux (1990)[ 2 ].
Bien que l'article de Durieux ne porte que sur la traduction technique, les cinq causes de foisonnement qu'elle distingue peuvent servir de point de départ à mes considérations qui porteront sur la traduction en général, mes exemples étant pris aussi bien dans des textes généraux que spécialisés.
Avant même d'en examiner les causes, le « constat » du foisonnement mérite d'être revu et relativisé.
Il est donné à tout un chacun, linguiste ou non, de remarquer qu'au Canada (pour ne parler que de ce pays, où environ 80 % des textes français sont des traductions de l'anglais), les traductions françaises sont plus longues que l'original. Parmi les signes les plus évidents, on remarque que la version française occupe un plus grand nombre de pages, ou qu'elle est imprimée en plus petits caractères, que les interlignes sont plus serrés, etc. Une comparaison attentive des deux textes révèle que les contraintes de la mise en page obligent parfois à amputer la version française d'une illustration ou d'un paragraphe et, par conséquent, d'une partie non négligeable de l'information.


PROLIXITÉ ET LONGUEUR
1. […] dire qu'une traduction est plus longue parce qu'elle compte plus de mots que l'original ne peut être qu'une première approximation -- à moins de concevoir la traduction comme un exercice de transcodage mot à mot, ce qui n'est certainement pas le cas de Durieux, tenante de la méthode interprétative de la traduction. Sans entrer dans la querelle des linguistes sur la notion même de mot, et pour s'en tenir au comptage des mots que font les logiciels de traitement de texte, il conviendrait de faire la part, partout où c'est possible, entre les contraintes des langues française et anglaise et les choix du discours à la disposition du traducteur (choix stylistiques : paraphrase, redondance ou concision, ellipse, etc.). Sur le plan de la langue, les mots français sont généralement plus longs que les mots anglais (forme canonique du français par rapport à celle de l'anglais : mots de deux syllabes et d'une syllabe respectivement). Ce fait condamne-t-il les traductions françaises à être plus longues que les originaux anglais, même si l'on reconnaît que la traduction n'est pas une opération sur les langues ?
[…] La description et la comparaison des langues, pour justes et complètes qu'elles puissent être, ne sauraient prédire si la traduction d'un texte sera plus courte ou plus longue que l'original (quel que soit l'étalon servant à mesurer cette longueur matérielle). Cette conclusion s'impose avec d'autant plus d'évidence que la traduction ne saurait être réduite à la simple recherche d'équivalences de mots ou de syntagmes figés.

Qui plus est, la simple comparaison quantitative entre le texte d'arrivée (TA) et le texte de départ (TD) n'est ni nécessaire ni suffisante pour poser le diagnostic de prolixité ou, à l'inverse, de « bonne traduction », comme pourraient le laisser croire les commentaires de Durieux sur les exemples de foisonnement (« Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 16 mots en anglais, 20 mots en français, soit 25 pour cent de plus ») ou de révisions (excellentes) qu'elle propose : « ... 15 mots en anglais et pas un de plus en français ».
La « traduction idéale » serait-elle celle qui contient autant, voire moins de mots que l'original ? L'exemple qui suit, relevé sur une boîte de lait en poudre, montre les limites du seul critère quantitatif :
This product is sold by weight and not by volume. The powder can settle or pack down during the shipping and handling. If a measuring cup is used to do the mixing, you may not always obtain exactly the same number of quarts of milk from the contents of this package. (51 mots)
Ce produit est vendu au poids et non au volume. À cause de diverses manipulations le lait écrémé en poudre instantané peut se tasser dans l'emballage. C'est pourquoi le nombre de pintes obtenues en reconstituant le lait peut varier légèrement si l'on se sert d'une tasse à mesurer. (48 mots)

CAUSES ET EFFETS DE LA PROLIXITÉ
Quelques exemples
Dire les choses en plus de mots qu'il n'en faut pour être clair s'explique le plus souvent par l'attraction qu'exerce sur le traducteur la formulation du TD -- qu'il reproduit -- , quoique la maîtrise insuffisante de la langue d'arrivée (LA) puisse être également invoquée. […] Mais la réalité linguistique est un continuum qui ne se laisse pas réduire à deux catégories hermétiquement cloisonnées, « faits de langue » et « faits de discours ». Un premier exemple, qui relève de la connaissance de la langue (« le génie de la langue »), illustrera la notion centrale, pour la discussion sur la prolixité des traductions, d'implicite et d'explicite.
Lorsqu'il y a choix binaire, le français n'exprime qu'un des deux pôles et laisse l'autre sous-entendu, alors que l'anglais formulera l'alternative dans sa totalité :
Do you want your bread plain ou toasted ?
Ton pain, tu le veux grillé ?
Ton pain, tu le veux grillé ou pas (grillé) ? est certes possible, mais, loin d'avoir le ton neutre et factuel de l'anglais, la question révélerait l'impatience du locuteur devant une réponse qui se fait attendre, ou supposerait que la question n'a pas été comprise du premier coup, etc.
« Tous les mots comptent », et ceux qui sont en trop ont des effets pervers sur l'intelligibilité des traductions. Dans l'exemple précédent, la version en apparence redondante créerait en fait une intention, un sens affectif qui n'existe pas dans le TD.
La redondance de la langue anglaise semble être une caractéristique qui se retrouve communément dans le discours ; nous en avons vu plus haut un exemple dans un texte économique. Si le rédacteur anglais pouvait se dispenser de préciser ici ou là oil, la répétition « oil demand », « oil production », « oil shortage » qui parcourt le texte, loin de choquer le lecteur anglophone, semble s'imposer alors qu'elle lasserait très vite le lecteur francophone si elle devait être transposée dans le TA[ 5 ], même si le traducteur utilisait l'artifice stylistique de la synonymie et des dérivés, pétrole/pétrolier, brut, ou noir.[…]
La répétition indue pourrait être attribuable à la confusion entre usage et fréquence textuelle. […]

[…] on imaginera sans peine les circonlocutions maladroites, la verbosité des traductions qui n'ont pas su se détacher de la formulation du texte source... et la perplexité provoquée par le corrigé du professeur :

If the hatmaker's prospects have generally changed because of circumstances special to hats [...]

Si sa clientèle diminue à cause de la conjoncture sectorielle [...]

La connaissance du domaine et de la terminologie usuelle dans LA (conjoncture, sectoriel), la prise en compte de l'information véhiculée par le texte au point où apparaît cette phrase (diminue plutôt que « change »), la vérification de la cohésion, de la cohérence interne du TA -- c'est-à-dire la compétence rédactionnelle en LA -- (sa clientèle que permet la phrase précédente, plutôt que « la clientèle du chapelier ») et, finalement, l'exégèse qui conduit à comprendre, et donc à formuler, ce que signifie circumstances special to hats (la conjoncture sectorielle), sont autant de conditions nécessaires sans lesquelles les traductions ne peuvent être ni claires ni idiomatiques.
Deux exemples illustreront plus encore la prééminence de la situation pour arriver à une traduction précise et idiomatique. Pour le premier, il s'agit de la traduction d'un script qui accompagne le défilé de diapositives dans un cours audio-visuel :
Ce que vous avez fait doit ressembler à cette image
proposait la traduction non révisée. L'anglais se devine aisément :

What you have done should look like this picture.

À l'impropriété près (qui passe souvent inaperçue en langue orale), la traduction pourrait passer pour acceptable. Une révision qui ne se préoccuperait que de cette incorrection donnerait :

Ce que vous avez fait doit correspondre à ce que vous voyez sur cette image

formulation lourde et maladroite qui, bien qu'irréprochable sur le plan de la langue, est aussi peu satisfaisante que la première version parce qu'elle ne tient pas pas compte de la dynamique du cours audio-visuel, de la situation qui impose la solution à laquelle aucune « traduction linguistique » ne pourrait à elle seule aboutir […]

Reprenons l'exemple relevé sur une boîte de lait en poudre pour mieux cerner la nature de la prolixité, c'est-à-dire ce qui constitue l'essentiel des différences entre la première traduction...

Ce produit est vendu au poids et non au volume. À cause de diverses manipulations le lait écrémé en poudre instantané peut se tasser dans l'emballage. C'est pourquoi le nombre de pintes obtenues en reconstituant le lait peut varier légèrement si l'on se sert d'une tasse à mesurer.

... et la révision :

Ces granulés sont vendus au poids et peuvent se tasser au cours de la manutention. La quantité de lait reconstitué peut varier selon que les granulés sont dosés au poids ou au volume.

· Prise en compte du contexte[ 6 ] ; élagage des redondances :
a. Sur le plan du discours : la révision a supprimé dans la première phrase le redondant et non au volume, à cause des phrases qui suivent et du contexte (l'emballage sur lequel le poids est précisé). Si cette phrase avait été la seule indication du message, il est clair que et non au volume aurait été maintenu.
b. Sur le plan de la langue : suppression dans la deuxième phrase, pour des raisons encore plus évidentes, car ici c'est l'implicite de la langue qui a été transgressé (voir plus haut), de dans l'emballage, quasi-lapalissade.
La manutention remplace l'impropre manipulations et la détermination maladroite, voire sibylline, de diverses (des diverses eût été plus clair), surprécison pour rendre l'anglais shipping dans shipping and handling.


PS - J'espère n'avoir manqué de respect à personne, ni rien dit de déplacé sur ce coup

[Edited at 2003-11-16 05:34]


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 01:48
English to French
Intéressant, mais Nov 16, 2003

Je note que tu as cité un article où qu'y a le mot Canada dedans, JL. Tu joues avec le feu!

Plus sérieusement, c'est un article très intéressant, et les exemples sont très pertinents. Personellement, toutefois, j'irais jusqu'à dire que la qualité de la traduction n'est aucunement liée à la taille (quelle que soit l'unité de mesure employée).

Une traduction beaucoup plus longue que le texte source est souvent la conséquence d'un manque d'esprit de synthèse et de compréhension ou "d'éxégèse", pour citer l'auteur, mais ce n'est pas nécessairement le cas, ce qui revient à dire que la longueur n'est pas un critère de qualité valide, IMHO.


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 19:48
Member (2003)
German to French
Je suis offusqué ! Nov 16, 2003

JLDSF wrote:
PS - J'espère n'avoir manqué de respect à personne, ni rien dit de déplacé sur ce coup

Parce que ce texte était stocké depuis longtemps dans mes fichiers et que je n'avais pas pensé à vous en faire profiter !
C'est vrai que c'est un peu long mais c'est bigrement intéressant !
Merci JL.

[Edited at 2003-11-16 09:54]


Direct link Reply with quote
 

lien
Netherlands
Local time: 19:48
English to French
+ ...
Interessant Nov 16, 2003

Tu en as encore plus comme ca ?

Une lectrice avide


Direct link Reply with quote
 

Emérentienne
France
Local time: 19:48
English to French
Merci pour tes lumières JL Nov 16, 2003

Et TON avis sur le sujet ?
Bon dimanche
Cécile


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 19:48
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Bigre Nov 16, 2003

Cécile, je n'éclaire rien, j'expose la réflexion d'un autre.

Mon avis est que le traducteur fait souvent long parce que, par manque de temps ou de réflexion, il ne synthétise pas toujours sa langue et ne maîtrise pas suffisamment le "côté technique" du texte à traduire pour oser s'en écarter un peu ( moins littéral) ou "couper" dans la redondance de peur de changer le sens ou de supprimer des informations fournies dans le TD.

Mais, toutefois, cependant en ce qui me concerne, comme le dit l'auteur du texte et comme le sous-entend mon premier commentaire, faire court ce n'est pas forcément faire mieux, faire long n'est pas synonyme de qualité. Suivant le texte et les idées développées, la version française, pour être bonne peut être bien plus longue ou aussi courte ou parfois plus courte car moins redondante. Faire trop long est un défaut de synthèse et de technicité. IMNSHO

JL

Comment traduire : "Does size matter?" that is the question


[Edited at 2003-11-16 19:43]


Direct link Reply with quote
 
xxx00000000
English to French
+ ...
Nov 17, 2003



[Edited at 2003-12-17 00:33]


Direct link Reply with quote
 

J-Gabriel  Identity Verified
Canada
English to French
+ ...
Intéressant Nov 28, 2003

J'ai failli avaler mon stylo quand j'ai vu l'auteur entrer dans une salle sombre avec des verres fumés... bon je sais c'est hors sujet, mais j'ai eu Denis comme prof et je voulais en profiter pour partager ce moment cocasse avec vous. En espérant que le principal intéressé ne m'en tiendra pas rigueur...

Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Tassement ou foisonnement du produit traduit :-) ?

Advanced search






CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »
PDF Translation - the Easy Way
TransPDF converts your PDFs to XLIFF ready for professional translation.

TransPDF converts your PDFs to XLIFF ready for professional translation. It also puts your translations back into the PDF to make new PDFs. Quicker and more accurate than hand-editing PDF. Includes free use of Infix PDF Editor with your translated PDFs.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs