Mobile menu

Mes Prévisions Sûres, Exactes, et Indiscutables pour 2004.
Thread poster: Thierry LOTTE

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 03:23
Member (2001)
English to French
+ ...
Dec 28, 2003

Comment Rabattre
le Caquet aux Futurologues :

La prévision est un art.
Les plus grands génies,à commencer par Einstein, ont proféré des inepties. Méfiez-vous donc des “experts” : ils se trompent une fois sur deux !

Comment faire pour évaluer le degré de précision d’une étude de prospective ? Toute évaluation sérieuse de la fiabilité d’une prévision devrait commencer par un examen des résultats obtenus dans le passé avec le même sujet. Christopher Cerf et moi-même avons adopté précisément cette démarche dans notre livre The Experts Speak : The Definitive Compendium of Authoritative Misinformation [La parole aux experts – Recueil définitif de la désinformation faisant autorité]. Notre conclusion : faire des prévisions est une affaire imprévisible.

Nous avons commencé par la science, un domaine où prévalent la logique, l’expérience et la preuve empirique. A ce propos, sir William Thomson (lord Kelvin), le célèbre physicien, est un exemple particulièrement révélateur. En 1895, il déclare que “les machines volantes plus lourdes que l’air ne peuvent exister”. En 1897, il décrète que “la radio n’a aucun avenir” et, en 1900, il assure à ses collègues scientifiques que “les rayons X sont une supercherie”.

Les détracteurs de notre travail pourront toujours arguer que lord Kelvin n’est pas représentatif – qu’il n’était pas, pour rester gentil, un Albert Einstein. Mais n’oublions pas que c’est justement ce fameux Einstein qui, en 1932, a déclaré sans ambages : “Il n’y a pas la moindre indication que l’on puisse un jour obtenir de l’énergie [nucléaire]. Cela impliquerait de pouvoir désintégrer l’atome à volonté.”

Nous avons ensuite complété notre analyse en étudiant les prévisions effectuées dans le domaine – ô combien sérieux – de l’entreprise, un monde où les grandes décisions sont orientées par les résultats des études de marché. La meilleure façon de résumer nos trouvailles est peut-être de citer Thomas Watson, le très têtu fondateur d’IBM, qui déclarait en 1943 : “Je pense que la demande mondiale en ordinateurs n’excédera pas cinq machines.”
Là où science et affaires s’entremêlent, les chances d’éclairer le futur sont encore plus minces. “Lorsque la Foire internationale de Paris fermera ses portes”, affirmait ainsi, en 1878, Erasmus Wilson, professeur à Oxford, “la lumière électrique s’éteindra avec elle et l’on n’en entendra plus jamais parler.”
Ne vous laissez pas abuser par les arguments chiffrés

Par souci du bien public, nous avons donc le plaisir de fournir quelques conseils afin de rabattre le caquet Ă  vos futurologues favoris :

Méfiez-vous de ceux qui tirent leurs prévisions des statistiques. Nous sommes en mesure de démontrer, statistiquement, que ceux qui fondent leur raisonnement sur les chiffres ne devraient pas être pris plus au sérieux que l’économiste de Yale Irving Fisher, qui déclarait, en 1929, que “le prix des actions a atteint ce qui est apparemment un haut niveau permanent”. Quelques semaines plus tard, la capitalisation boursière chutait d’environ 26 milliards de dollars, déclenchant ainsi la Grande Dépression.

Ne vous laissez pas aveugler par le prestige de la source. Architecte visionnaire, Buckminster Fuller prédisait, en 1966, que, “grâce à l’abondance généralisée, la politique finira peu à peu par disparaître” vers l’an 2000. Célèbre sociologue d’Harvard, David Riesman déclarait, lui, en 1967, qu’à la fin du siècle “s’il y a quelque chose qui demeurera plus ou moins inchangé, ce sera le rôle des femmes”.

Soyez particulièrement critique vis-à-vis des prévisions optimistes. Alexander Lewyt, président de la société du même nom [inventeur de l’aspirateur électrique], avait peut-être une bonne idée quand il déclara que “l’aspirateur nucléaire sera probablement une réalité dans dix ans”. Il a prédit cela il y a quarante ans.

Idem pour les prévisions pessimistes. En prenant son poste d’astronome de la couronne britannique en janvier 1956, Richard Van der Riet Woolley affirma que “les voyages spatiaux ne sont que sornettes”. Notre banque de données indique également qu’en 1957 le spécialiste des ouvrages économiques chez l’éditeur Prentice Hall refusa un manuscrit concernant le traitement des données en disant : “J’ai sillonné le pays de part en part et j’ai parlé avec les meilleurs des experts en gestion. Je puis vous assurer en toute connaissance de cause que le traitement des données est une marotte qui ne durera pas un an.”

Les gadgets à la mode durent parfois longtemps après la disparition de ceux qui les ont décriés. Le directeur de la Michigan Savings Bank conseilla à l’avocat d’Henry Ford de ne pas investir dans la Ford Motor Company parce que “le cheval restera, alors que la voiture n’est qu’une nouveauté sans lendemain – une lubie”.

Un conseil en matière de choix professionnel n’a rien à voir avec une prédiction de carrière. “T’arriveras à rien, fiston. Tu devrais retourner conduire ton camion”, déclara Jim Denny, directeur du Grand Ole Opry [la plus célèbre émission musicale des années 1950-1960, diffusée à Nashville], quand il vira Elvis Presley après son premier spectacle, le 25 septembre 1954. “Vous feriez mieux de trouver un travail de secrétaire ou un mari”, conseilla, quant à elle, la directrice de l’agence de mannequins Blue Book à la candidate Marilyn Monroe en 1944.

Les goûts ne se prédisent pas. Prenez l’observation faite en 1946 par le producteur Darryl Zanuck, selon laquelle la télévision n’avait pas d’avenir parce que “les gens se lasseront vite de regarder une boîte en contreplaqué tous les soirs”. Ou l’avis donné par le responsable de la MGM Irving Thalberg à Louis B. Mayer au sujet du film Autant en emporte le vent : “Renoncez au projet, Louis. Aucun film sur la guerre de Sécession n’a jamais rapporté un sou.”

Enfin, méfiez-vous des futurologues qui prédisent la fin du futur. Après tout, ce profond penseur qu’était l’écrivain américain Henry Adams, auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire des Etats-Unis, nous a assuré, en 1903, que “tous les chiffres coïncident pour fixer à 1950 l’année où le monde se désintégrera”…

Victor Navasky,
The New York Times,
New York

www.courrierinternational.com




[Edited at 2003-12-28 01:16]

[Edited at 2003-12-28 01:18]


Direct link Reply with quote
 

Harry Bornemann  Identity Verified
Mexico
English to German
+ ...
Vive Gaston Lagaffe Dec 28, 2003

le vrai génie



Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Mes Prévisions Sûres, Exactes, et Indiscutables pour 2004.

Advanced search






SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »
CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs