Mobile menu

Pages in topic:   [1 2] >
A Bas Les Intermédiaires !!
Thread poster: Thierry LOTTE

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 01:00
Member (2001)
English to French
+ ...
Jan 20, 2004

Comme toujours, ça se discute!!!

J’ai trouvé l’article suivant dans “courrier International”

www.courrierinternational.com

A bas les intermédiaires !

"The Nation", New York

A l’ère d’Internet, les maisons de disques n’ont plus de raison d’être, estime le spécialiste américain du copyright Eben Moglen. Les artistes ont tout à gagner à instaurer un lien direct avec leur public.

A en juger par leur comportement de ces derniers temps, les maisons de disques ont l’air de penser que, pour assurer la survie de la civilisation, il faut terroriser des gamins de douze ans. Les 261 plaintes déposées, le 8 septembre 2003, par la Recording Industry Association of America (RIAA) contre des internautes adeptes des réseaux d’échange de musique en ligne visent en effet un grand nombre de préadolescents, ainsi que des étudiants. Il y avait aussi parmi eux un adolescent polonais récemment immigré aux Etats-Unis dont le stock de fichiers musicaux comprenait surtout des chansons folkloriques polonaises et du rap hongrois, deux styles qui ne sont pas contrôlés par les cinq entreprises discographiques qui “possèdent” 90 % de la production musicale américaine. Traîner ses clients devant les tribunaux n’est pas un modèle de développement viable pour une entreprise, mais les “oligopolistes” de la culture n’ont plus d’autre solution pour se maintenir.

Jusqu’aux inventions de Thomas Edison, la plus grande part de l’activité culturelle humaine n’était pas assimilée à de la propriété intellectuelle. Au XIXe siècle, le droit d’auteur, en tant que moyen de protéger les éditeurs sous prétexte de protéger les auteurs, ne concernait que les oeuvres imprimées. La révolution d’Edison a rendu possible l’enregistrement de musique et d’images, et du même coup l’application de la notion de “propriété” aux formes de création incorporelles incarnées par les nouveaux supports physiques qu’étaient le disque et le film. Le XXe siècle a compris la culture au sens des objets physiques qui la contenaient, et la notion de “propriété” permettait donc de justifier les monopoles de distribution que la législation sur le droit d’auteur accordait à un oligopole de plus en plus concentré d’entreprises de “communication” ou de “contenu”.

Mais la notion de “propriété” telle qu’elle avait cours à l’ère d’Edison n’est plus valable à l’ère d’Internet. La culture est aujourd’hui véhiculée sous forme numérique, par des flots de bits qui peuvent être reproduits et diffusés à tout le monde sans aucun problème. Traiter ces flots de bits comme une propriété revient à tenter d’interdire qu’ils soient échangés ou partagés gratuitement : l’industrie du disque - qui ne s’est pas privée de voler les musiciens au cours de sa brève existence - clame qu’échanger une chanson avec quelqu’un équivaut à voler un CD dans un magasin. Mais, pour la première génération du XXIe siècle, cette idée est techniquement fausse et moralement inacceptable. Partout dans le monde, les enfants d’Internet considèrent que les réseaux sont faits pour échanger des données et qu’il est impossible d’en exclure ceux qui ne paient pas. Ceux qui ont grandi avec le Net jugent erronée cette assimilation de l’échange à du vol.

Le consensus moral sur lequel reposait l’idée de propriété intellectuelle a donc volé en éclats, remettant à l’ordre du jour une ancienne critique formulée contre cette propriété. La qualité parfaite de la copie numérique et le coût nul de la distribution électronique obligent à se poser à nouveau la question suivante : s’il est possible de fournir à tous les habitants de la planète un exemplaire de n’importe quelle oeuvre numérique - esthétique ou utilitaire - à un prix équivalent à celui du premier exemplaire, en quoi est-il moral de priver qui que ce soit de quoi que ce soit ? A l’ère d’Internet, la fortune des “propriétaires” de la culture repose sur une conception de la morale qui condamne l’échange et feint d’ignorer qu’il est injuste d’en exclure quiconque.

Pour se maintenir en place, les intermédiaires, dont l’activité est devenue non seulement inutile mais moralement répugnante, cherchent à nous faire croire que, sans leur combat pour faire cesser l’échange de fichiers, les artistes mourraient de faim. Le spectacle d’une oligarchie qui prétend soutenir les musiciens alors qu’elle prélève environ 94 cents sur chaque dollar déboursé pour une oeuvre musicale serait révoltant s’il n’était pas absurde. Malgré tout, beaucoup pensent qu’en posant la question de la rétribution des artistes à l’ère de l’échange de fichiers les oligarques de la culture tiennent l’argument décisif.

En réalité, les musiciens et autres artistes se portaient très bien avant qu’Edison ne transforme la culture en bien de consommation. Et tout porte à croire que de nouvelles formes de rapports entre le créateur et son public peuvent améliorer la situation financière de l’artiste. Ce même réseau qui permet d’échanger facilement de la musique en cliquant sur un bouton permet tout aussi aisément de verser 1 dollar sur un compte électronique. Le phénomène de la vente aux enchères en ligne a déjà habitué des millions d’Américains au système : le particulier qui vend son bien aux enchères est payé par l’acheteur via PayPal, un service qui permet d’effectuer en ligne des paiements sécurisés par carte de crédit ou virement bancaire. On peut imaginer que les gens puissent rétribuer directement les créateurs via le même logiciel qui leur permet de télécharger et d’écouter de la musique, et que les musiciens puissent à leur tour payer pour les différents services qui les aident à exprimer leur art. Si nous configurions notre ordinateur de façon à verser automatiquement 25 cents à l’artiste pour chacune de ses chansons que nous téléchargeons, les musiciens gagneraient assez pour reverser une part à chaque intervenant de la chaîne de création (compositeurs, producteurs, ingénieurs du son) tout en touchant plus que la somme dérisoire que les “propriétaires” daignent leur accorder à l’heure actuelle. Le public et les artistes n’ont plus besoin des intermédiaires. Ces derniers ont perdu leur raison d’être, et ils cherchent à se maintenir par la force. Mais ça ne marchera pas. Ils peuvent intenter un procès à quelques personnes de temps en temps, mais ils ne pourront pas attaquer en justice tout le monde tout le temps.
Eben Moglen*


* Avocat et professeur à la faculté de droit de l’université Columbia, il a défendu certains des internautes poursuivis par l’industrie du disque. Il travaille actuellement à un livre sur la mort de la propriété intellectuelle.


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 07:00
English to French
le dollar de charité Jan 21, 2004

Désolé, mais je crois qu'il y a maldone. La propriété intellectuelle existe indépendament du support. Qu'une chanson soit enregistrée au format numérique, ou qu'elle soit écrite sur une partition importe peu. Elle appartient à celui/celle qui l'a créée, ou, dans le cas d'une cessation de droits, à celui qui en a acquis les droits (le cas d'une maison d'édition - pas de simples intermédiaires, mais des propriétaires).

Pour simplifier la chose, le vol est un type d'échange où une personne prend quelque chose de valeur et ne donne rien en retour. C'est bien la définition, non?

Numérique, Internet, Partage, ...c'est essentiellement du brouillage pour camoufler la vérité brute: L'utilisateur "échangiste" obtient des chansons sans l'accord du propriétaire légal, et ne lui donne rien en retour.

Je ne suis pas un saint, et, oui, je l'ai fait. Mais autant appeler les choses par leur nom. C'est du vol. Moins grave que de voler des CD dans les magasins (télécharger des chansons sans autorisation, c'est voler le propriétaire de la chanson, alors que voler un CD, c'est voler le propriétaire de la chanson + le magasin) mais le principe reste le même.

Quand à la suggestion du "donner un dollar", ... c'est l'aumône. C'est l'aveu que l'auteur de l'article est conscient qu'il devrait payer pour les chansons, mais que, comme il trouve que le prix demandé par le propriétaire légal est trop cher, il se propose de lui faire l'aumône pour se donner bonne conscience.

Que les musiciens se fassent avoir dans leurs contrats avec les maisons de disque, c'est un autre problème. Toutefois, si les musiciens eux même considéraient que de faire la manche sur le net leur rapporterait plus que de passer par les méchantes maisons de disques, ils le feraient. Quoi de plus simple que de mettre des chansons en ligne? Si ils choisissent de passer par les maisons de disques, c'est parce que celles-ci font beaucoup plus que de jouer le simple "intermédiaire". Commercial, marketing, distribution, ventes, ... des trucs qui comptent pour la célébrité/réussite.

Si la Star Academy a prouvé quelque chose, c'est bien ça. Prends quelques musicos sans succès, colles-les sur le devant de la scène, fais une pub monstre, organise la distribution à grande échelle, et les disques vont se vendre.

Sans être aussi radical ni vulgaire, c'est ce que font les maisons de disque. promo-distrib. C'est un travail valide et nécessaire. Rien qui justifie de chouraver les chansons en douce.

Sylver


Direct link Reply with quote
 
TTV  Identity Verified
France
German to French
DĂ©ontologie Jan 21, 2004

Agree avec Sylver.

Dans le même ordre d'idée, il y a quelque chose qui me gêne dans la publication répétée, sur un site public, d'articles qui normalement ne sont accessibles qu'aux abonnés d'un journal. Courrier International est un journal qui vit avec peu de publicité, et qui en plus fait vivre en grande majorité des traducteurs. En plus, il ne coûte pas très cher. Inciter les gens à le lire c'est bien, mais leur proposer systématiquement un contenu auquel ils n'ont normalement accès qu'en payant un abonnement (modique), je trouve cela abusif. Moi non plus, je ne suis pas un saint, mais ça me gêne moins de réduire les revenus de riches multinationales que ceux d'artistes et de journaux qui ne roulent pas forcément sur l'or.

Voilà, ça fait un moment que je voulais le dire, et maintenant c'est fait +:)

[Edited at 2004-01-21 12:56]


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 01:00
Member (2001)
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Petite erreur Jan 21, 2004

TTV said:



Dans le même ordre d'idée, il y a quelque chose qui me gêne dans la publication répétée, sur un site public, d'articles qui normalement ne sont accessibles qu'aux abonnés d'un journal.



Je pense que tu te trompes : les articles de C.I. que je cite souvent sur les Forum sont tous accessibles (la semaine de leur publication) sur le site de C.I. dont je fournis systématiquement l'URL (tu peux vérifier...). Il n'est pas nécessaire d'être abonné à CI pour les consulter. Seules les "archives" sont réservées aux abonnés.

Cordialement,


Direct link Reply with quote
 
TTV  Identity Verified
France
German to French
Bien sûr j'ai vérifié Jan 21, 2004

Thierry LOTTE wrote:

TTV said:



Dans le même ordre d'idée, il y a quelque chose qui me gêne dans la publication répétée, sur un site public, d'articles qui normalement ne sont accessibles qu'aux abonnés d'un journal.



Je pense que tu te trompes : les articles de C.I. que je cite souvent sur les Forum sont tous accessibles (la semaine de leur publication) sur le site de C.I. dont je fournis systématiquement l'URL (tu peux vérifier...). Il n'est pas nécessaire d'être abonné à CI pour les consulter. Seules les "archives" sont réservées aux abonnés.

Cordialement,




Tu penses bien que si je me suis "permis" cette remarque, c'est que j'ai vérifié. Tu donnes effectivement à chaque fois l'adresse du site. Mais si on cherche aujourd'bui, ce que j'ai fait bien sûr avant d'écrire ce post, l'article dont tu parles dans ce topic, ce qui est très facile (il suffit de taper "Intermédiaires"), on constate qu'il n'est accessible qu'aux abonnés. Donc, je veux bien admettre qu'hier, quand tu as fait ton poste, l'article était accessible à tous (ce qui reste à prouver), mais en tout cas aujourd'hui, le fait est que l'article en question est dans les archives réservées aux abonnés. Si justement il y a ce système d'archives réservées aux abonnés, c'est pour ne pas mettre en permanence la disposition du contenu "gratuitement". Ce qui est le cas ici, puisque les post ne sont pas "archivés". Je pense que la nuance est claire.

Je dois dire que jusque là, je pensais que tu publiais seulement les articles de Courrier International qui sont en "libre accès" (il en existe, voir le site). Moi-même abonné au journal, mais n'ayant pas le temps de tout lire, j'ai toujours lu ces post avec intérêt. L'autre jour, lors de l'article sur les "vieux rockers", que j'avais "laissé passer" dans le journal alors que le sujet m'intéresse, j'ai été sur le site pour savoir dans quel numéro il se trouvait. C'est alors que j'ai constaté que l'article en question était réservé aux abonnés. Concernant cet article sur les "rockers", je me permettrais d'ailleurs une autre remarque: tu as cité la quasi-totalité de l'article, en omettant seulement deux paragraphes, mais justement deux paragraphes qui n'allaient pas dans le sens de la "thèse" que tu défendais visiblement en publiant cet article, d'après tes remarques introductives. Là encore, je ne trouve pas ça très "déontologique".


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 01:00
English to French
+ ...
Dos d'ados et les japonnés absents Jan 21, 2004

D'accord avec l'explication de sylver qui, je dois dire, résume brillamment la situation.

Reste comme il le dit que si les maisons de disques (peuchère) s'en mettaient moins dans les poches (15 à 20 dollars ou euros pour un CD -mucho dinero) sur le dos d'ados (fauchés, fauchant et surtout les friqués et les éternels aussi) et volaient moins leurs propres chanteurs/musiciens, elles auraient un peu plus d'autorité morale dans ce contexte.

Quand on est ado et qu'on n'a pas un rond c'est vraiment frustrant d'entrer dans un magasin de disques... alors si on doit se contenter des copies que ce soit en les faisant comme avant sur des cassettes ou maintenant en téléchargeant les chansons/morceaux, la tentation est bien grande...


Oh purée TTV ! Voilà ti pas maintenant qu'en postant ces quelques articles de CI dans le forum on en arrive à insinuer que Post-a-Lotte* accule (PC) bientôt des traducteurs à la misère... Mais s'il ne les postait pas, personne de plus ne les lirait ces articles et ils pourriraient virtuellement dans les archives.... Et puis de là à dire que c'est systématiquement...bonjour le sens des nuances et proportions... Combien d'articles par numéro de CI et combien d'articles dans Proz...

Je pense qu'en postant ces quelques articles Thierry a fait plus de pub gratuite pour CI - il a même dû inciter plusieurs personnes à s'abonner ou acheter le journal de temps en temps - qu'il ne leur a coûté en manque à gagner sur des abonnés potentiels. Faut pas toujours tout noircir non plus...comme l'encre des pages du journal



Dans le même ordre d'idée, il y a quelque chose qui me gêne dans la publication répétée, sur un site public, d'articles qui normalement ne sont accessibles qu'aux abonnés d'un journal. Courrier International est un journal qui vit avec peu de publicité, et qui en plus fait vivre en grande majorité des traducteurs. En plus, il ne coûte pas très cher. Inciter les gens à le lire c'est bien, mais leur proposer systématiquement un contenu auquel ils n'ont normalement accès qu'en payant un abonnement (modique), je trouve cela abusif.



* Ce qui a le mérite - généreux - d'animer ce forum "francophone" qui serait "fort morne" sans cela...



[Edited at 2004-01-21 20:43]


Direct link Reply with quote
 

Geneviève von Levetzow  Identity Verified
Local time: 01:00
Member (2002)
French to German
+ ...
Exactement ;) Jan 21, 2004

"Je pense qu'en postant ces quelques articles Thierry a fait plus de pub gratuite pour CI - il a même dû inciter plusieurs personnes à s'abonner ou acheter le journal de temps en temps - qu'il ne leur a coûté en manque à gagner sur des abonnés potentiels. Faut pas toujours tout noircir non plus...comme l'encre des pages du journal"

Geneviève:)


Direct link Reply with quote
 
TTV  Identity Verified
France
German to French
Faut pas toujours tout noircir Jan 22, 2004

JLDSF wrote:

D'accord avec l'explication de sylver qui, je dois dire, résume brillamment la situation.

Reste comme il le dit que si les maisons de disques (peuchère) s'en mettaient moins dans les poches (15 à 20 dollars ou euros pour un CD -mucho dinero) sur le dos d'ados (fauchés, fauchant et surtout les friqués et les éternels aussi) et volaient moins leurs propres chanteurs/musiciens, elles auraient un peu plus d'autorité morale dans ce contexte.

Quand on est ado et qu'on n'a pas un rond c'est vraiment frustrant d'entrer dans un magasin de disques... alors si on doit se contenter des copies que ce soit en les faisant comme avant sur des cassettes ou maintenant en téléchargeant les chansons/morceaux, la tentation est bien grande...


Oh purée TTV ! Voilà ti pas maintenant qu'en postant ces quelques articles de CI dans le forum on en arrive à insinuer que Post-a-Lotte* accule (PC) bientôt des traducteurs à la misère... Mais s'il ne les postait pas, personne de plus ne les lirait ces articles et ils pourriraient virtuellement dans les archives.... Et puis de là à dire que c'est systématiquement...bonjour le sens des nuances et proportions... Combien d'articles par numéro de CI et combien d'articles dans Proz...

Je pense qu'en postant ces quelques articles Thierry a fait plus de pub gratuite pour CI - il a même dû inciter plusieurs personnes à s'abonner ou acheter le journal de temps en temps - qu'il ne leur a coûté en manque à gagner sur des abonnés potentiels. Faut pas toujours tout noircir non plus...comme l'encre des pages du journal



Dans le même ordre d'idée, il y a quelque chose qui me gêne dans la publication répétée, sur un site public, d'articles qui normalement ne sont accessibles qu'aux abonnés d'un journal. Courrier International est un journal qui vit avec peu de publicité, et qui en plus fait vivre en grande majorité des traducteurs. En plus, il ne coûte pas très cher. Inciter les gens à le lire c'est bien, mais leur proposer systématiquement un contenu auquel ils n'ont normalement accès qu'en payant un abonnement (modique), je trouve cela abusif.



* Ce qui a le mérite - généreux - d'animer ce forum "francophone" qui serait "fort morne" sans cela...



[Edited at 2004-01-21 20:43]


"Bonjour le sens des nuances et des proportions" FIN DE CITATION +:)


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 07:00
English to French
Citations Jan 24, 2004

N'exagérons rien, je ne pense pas que Thierry ait l'intention de mettre le CI sur la paille - au contraire - mais c'est vrai qu'il faut une certaine mesure.

Dans le doute, on* peut toujours poser la question au CI, avec les URL concernées et leur proposer de les enlever en cas de désaccord.

Le seul truc qui me gènes un peu, (Aie* après TTV, c'est mon tour) Thierry, c'est que tu postes les articles sans faire de commentaires perso ou presque. Ton opinion m'intéresse bcp plus que celle de X, auteur de l'article. On est dans un forum et je préfère lire ton opinion perso qu'un article de journal (après tout, je pourrais facilement m'abonner, si ça m'intéressait).

Si tu exprimes une opinion, on peut en discuter, et faire évoluer les points de vue, clarifier les malentendus,... alors que dans le cas d'articles, l'auteur est absent, et la discussion reste stérile tant que personne ne prend de position personnelle.

Les sujets que tu soulèves sont généralement intéressants, mais je preférerais de bcp que tu présentes *ton opinion* sur le sujet, avec de citations et un lien vers l'article, au lieu de nous refiler l'article tel quel.

En ce qui me concerne, certains journaux ont des articles et des sujets de réflexions valables, mais c'est essentiellement de la communication à sens unique, avec une basse cour complète aux aguêts.

Ca ne m'intéresse pas, à vrai dire. Je préfère les débats autour du feu de camp prozien, ou les récits que l'on entend murmurer dans les tavernes mal famées de la frontière.

Cordialement,
Sylver

*On = Thierry, Ă©videmment

[Edited at 2004-01-24 18:33]


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 08:00
Japanese to French
Feu feu, joli feu... et baril de pooooooooudre Jan 24, 2004

sylver wrote:
Ca ne m'intéresse pas, à vrai dire. Je préfère les débats autour du feu de camp prozien (...)





Tiens Sylver, ça devrait te faire du bien.

Le problème, avec les feux de camp proziens, c'est que les intervenants ont tendance, justement, à se diviser en deux camps opposés, et qu'il y a toujours quelqu'un qui n'attend que la première occasion de vous lancer quelques tisons pour des raisons que vous n'auriez jamais imaginées. Alors forcément, en bon traducteurs et traductrices que nous sommes, la tentation est forte de simplement traduire ou coller, sans commentaires. Histoire d'éviter de finir grillé vif.

Ceci dit, j'offre ces quelques flammes Ă  tous ceux et Ă  toutes celles qui ont la malchance de vivre actuellement dans un pays froid (je dis malchance, mais ce n'est qu'une opinion, et elle n'engage en rien C.I.).


[Edited at 2004-01-24 06:04]

[Edited at 2004-01-24 06:15]


Direct link Reply with quote
 

NancyLynn
Canada
Local time: 19:00
Member (2002)
French to English
+ ...
X-Pat Jan 24, 2004

Merci de la chaleur vive Alain : je viens d'entendre Ă  la radio "we hope to reach today's high of -33 Celsius" 8)
Nancy
Tu as répondu à ta question "qu'est-ce que je fous à l'étranger"


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 01:00
Member (2001)
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Pour René Jan 24, 2004

René, pourquoi cherches-tu toujours la bagarre là où il n’y a aucun motif à le faire ?



Donc, je veux bien admettre qu'hier, quand tu as fait ton poste, l'article Ă©tait accessible Ă  tous (ce qui reste Ă  prouver)



Pourquoi en douter, et pourquoi devrais-je le prouver ? Je suis de bonne foi… La version papier de Courrier International paraît le Mercredi et reste gratuite « On line » jusqu’au Mercredi suivant avec des articles supplémentaires qui ne figurent pas sur la version papier. D’autre part, l’on pourra vérifier que je ne poste jamais d’extrait de C.I. avant le mardi soir : donc, pas de préjudice possible sur les ventes de la « version papier ».



Moi-même abonné au journal, mais n'ayant pas le temps de tout lire, j'ai toujours lu ces post avec intérêt.



Je te remercie de le reconnaître : c’est bien pour cela que je le fais. Je suis sûr que d’autres, abonnés ou non y prennent également plaisir.



Concernant cet article sur les "rockers", je me permettrais d'ailleurs une autre remarque: tu as cité la quasi-totalité de l'article, en omettant seulement deux paragraphes, mais justement deux paragraphes qui n'allaient pas dans le sens de la "thèse" que tu défendais visiblement en publiant cet article, d'après tes remarques introductives. Là encore, je ne trouve pas ça très "déontologique".



Je ne défends jamais (ou rarement) une thèse quand je publie une copie d’article. Le fait d’écrire une ligne de plaisanterie avant citation constitue-t’-elle « une thèse » ?
La coupure que j’ai effectuée était clairement signalée par l’habituel […].
L’article étant très long et accompagné de nombreux articles secondaires je n’ai pas voulu abuser de l’espace de stockage sur le « mainframe » de Prozz.
En ce qui concerne les quelques mots précédant ce même post (copyright et internet) j’ai écrit « ça se discute » parce que je ne suis moi-même pas entièrement d’accord avec le contenu de l’article et que je voulais savoir ce qu’en pensaient mes collègues…



Courrier International est un journal qui vit avec peu de publicité, et qui en plus fait vivre en grande majorité des traducteurs. En plus, il ne coûte pas très cher.



Loin de moi l’idée de vouloir retirer le pain de la bouche des traducteurs ni même d’ailleurs de celle des femmes de ménages qui sont – comme tu le sais bien – l’objet de mon plus profond mépris…**

Quant au prix de C.I. il est vrai qu’il est peu élevé en France où il est facilement disponible. N’oublions pas tout de même que de nombreux lecteurs de ce Forum n’habitent pas tous ce beau pays et que dans certains autres il est franchement introuvable ou bien seulement sur abonnement (qui coûte fort cher à l’étranger). J’habite l’Espagne et je paye un abonnement « plein pot » sans aucunes des réductions habituellement consenties aux abonnés résidant en France. D’autre part, je le reçois avec près d’une semaine de retard (quand je le reçois…).

Sylver a Ă©crit :



Le seul truc qui me gènes un peu, (Aie* après TTV, c'est mon tour) Thierry, c'est que tu postes les articles sans faire de commentaires perso ou presque. Ton opinion m'intéresse bcp plus que celle de X, auteur de l'article. On est dans un forum et je préfère lire ton opinion perso qu'un article de journal (après tout, je pourrais facilement m'abonner, si ça m'intéressait).



Merci.
Tu as entièrement raison. Parfois, comme vous tous, je manque de temps et je préfère donner priorité à l’info plutôt qu’à mes humbles commentaires. Parfois, j’attends l’opinion des autres pour faire des commentaires sur les commentaires (la scholastique rabelaisienne quoi…). J’essayerai de corriger tout ça dès que j’aurai pu régler certains problèmes de hardware sur mon ordinateur qui me prennent un temps fou.

Bon ! En ce qui me concerne, le sujet est clos. Si René - qui adore polémiquer sur les forums - se sent « agressé » (ce qui n’est aucunement mon intention) il peut, bien entendu, répondre. En ce qui me concerne je n’ajouterai plus aucuns autres commentaires à propos de ma « déontologie » personnelle.

Cordialement.

** PS IMPORTANT - Pour les nouveaux venus sur ce forum : « Ne pas prendre au pied de la lettre ». Il s’agit d’une vieille plaisanterie entre René et moi…


Direct link Reply with quote
 

JCEC  Identity Verified
Canada
Local time: 19:00
Member
English to French
Un petit rappel pour tous Jan 24, 2004

Un article de journal est une oeuvre intellectuelle en soi et on ne peut en citer la totalité sans enfreindre la propriété intellectuelle de l'auteur ou de l'institution à laquelle il en a cédé une partie (les doits moraux n'étant pas cessibles). La plupart des sites de nouvelles ne permettent pas la copie d'un article complet sans autorisation, même si on mentionne la source, mais encouragent la diffusion de liens vers le site ou l'article. Souvent, on peut même envoyer l'article à un ami : une procédure d'envoi automatique du lien par courriel à la personne désirée.

Si un article vous a frappé, limitez-vous au lien et donnez votre point de vue de manière à amorcer le débat. Et, dans le cadre de cette discussion, rien ne vous empêche de vous prévaloir du droit de citer une portion raisonnable de l'article tel que prévu par la législation.

Il est vrai que citer peut être une forme de publicité, mais l'auteur d'une oeuvre est en droit d'établir quelle forme de publicité il juge acceptable. Je trouve périodiquement des logiciels dont je suis l'auteur en distribution libre sur Internet et l'argument est invariablement que c'est de la publicité pour mes autres produits. Au risque d'être bassement matérialiste, je le vois plutôt comme une perte de revenu.

Ceci dit, je ne mets pas en doute la bonne foi des participants à ce fil et j'espère qu'ils m'excuseront d'être très à cheval sur les principes. Le fait d'avoir été victime d'un vol de propriété intellectuelle cautionné par des fonctionnaires incompétents ne me prédispose pas à la complaisance.

Bon week-end,

John

[Edited at 2004-01-24 20:02]


Direct link Reply with quote
 
TTV  Identity Verified
France
German to French
Clos et bien clos Jan 24, 2004

Merci Thierry,

Je trouve le ton de ta réponse très sympathique et je t'en remercie.

Je ne polémique jamais pour le plaisir de polémiquer mais pour défendre des causes qui me tiennent à coeur. C'est ma conception de la démocratie, et je trouve donc normal que d'autres aient des avis différents et l'expriment. On a pu me reprocher par le passé le ton non maîtrisé de mes interventions, mais il me semble que là j'ai été "mesuré".

Si j'ai réagi, c'est parce que le sujet me tient plus à coeur que d'autres, peut-être parce que je suis traducteur de brevets, une des expressions de la "propriété intellectuelle". D'autre part, parce que je trouve, comme toi visiblement, Courrier International un journal particulièrement intéressant, et qu'il importe donc de préserver. C'est tout, ce n'était pas pour entamer une "lutte" avec quelqu'un de particulier.


VoilĂ , A+ et bises Ă  la "Saggrada Familia"


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 01:00
English to French
+ ...
Une question Jan 24, 2004

Quand on l'ouvre on se fait griller, quand on ne l'ouvre plus aussi... poster dans Proz n'est pas une sinécure...

La question est :
Quand CI publie la traduction d'un article "pris" dans un journal américain, indien, turc ou allemand.... CI paie-t-il des droits, fait-il de la pub pour le journal en question ou le principe de la traduction gomme-t-il tous les risques d'accusation de copie ou plagia...?

CI ne commente pas sur les articles traduits. Il les offre aux lecteurs qui n'ont pas les capacités liguistiques ou physiques ou encore les ressources en temps et en argent, de lire tous ou certains journaux de la presse du monde entier...

CI offre, en quelque sorte, un digest, une sélection de certains articles qui peuvent ou ne peuvent pas intéresser tout le monde... Le choix des articles choisis est, si l'on veut, arbitraire, soit en fonction de l'actualité soit en fonction d'un thème nouveau ou d'un sujet perçu comme intéressant par CI. On ne demande pas à CI de nous proposer sa thèse ou sa version, mais on profite de sa "sélection". Un peu comme Thierry qui nous faisait...fait j'espère une sélection de la sélection...

Les avis ou informations fournis par le journaliste spécialisé d'un journal ou magazine du Pakistan, du Sénégal ou du Chili m'intéresse plus - pour m'informer - que l'avis personnel de Thierry - sans aucune offense et sans aucunement sous-estimer Thierry. Pour la science-fiction...et ses autres "spécialités', je ne dis pas...

Ce n'est pas du tout la même chose. Soit je veux connaître ce que pense Thierry, la personne, personnellement sur un sujet... subjectivement... avec plus ou moins de connaissances et surtout limité par le temps de l'écriture... soit je lis l'article d'un reporter, avec sa sujectivité ou celle de son journal, qui suit une affaire ou un conflit depuis des mois... Tout dépend du type et du niveau d'information que je souhaite.

Si un article - ou extrait d'article - dorénavant Thierry, incite un autre - un/e "prozien/ne" à réagir et "afficher" son avis ou sa réaction sur le sujet ou la "thèse" du journaliste et entraîne un débat dans Proz, tant mieux, libre à elle ou lui... Mais le fait comme le fait Thierry de poster sans commenter n'est aucunement limitatif... c'est son choix et ne rend pas l'article moins intéressant. Les discussions de bistrot ou c...tavernes ne sont pas toujours des plus éclairées ou ouvertes.

En ce qui concerne le "vol" de la propriété intellectuelle, je crois qu'il ne faut pas dramatiser ici, en l'occurence. Pour parler "de honte au logis", il faut voir aussi quels sont l'intention et l'esprit d'un "posteur". Enfin si le fait de poster des extraits ou le lien de l'article met tout le monde à l'abri de toute accusation... tant mieux. Il faut reconnaître que cela est bien symbolique donc... ou disons que c'est bien pour une question de principe, mais cela ne changera pas grand chose pour les traducteurs de CI
Ă  cette Ă©chelle. Mais au moins l'honneur du posteur sera sauf et ni lui ni Proz n'encourront de poursuites en justice.

JL




[Edited at 2004-01-24 23:33]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

A Bas Les Intermédiaires !!

Advanced search






CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »
Across v6.3
Translation Toolkit and Sales Potential under One Roof

Apart from features that enable you to translate more efficiently, the new Across Translator Edition v6.3 comprises your crossMarket membership. The new online network for Across users assists you in exploring new sales potential and generating revenue.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs