Mobile menu

Off topic: Recherche désespérément amies françaises, francophones ou francophiles en Italie (Toscane)
Thread poster: Christine C.

Christine C.
Italy
Local time: 19:56
Member (2004)
Italian to French
Mar 8, 2004

Mariée à un Arétin qui ne pouvait, pour des raisons professionnelles, s'expatrier en France pour mes beaux yeux, c'est moi qui ai fait le pas inverse. Je réside à Arezzo, une "ville" aux allures de "gros village" dont la mentalité est fort particulière. Les gens y sont très froids, peu tournés vers la culture et surtout vers les autres ou tout ce qui est différent. Etant très liée à ma famille et mon mari n'en ayant pas (fils unique, père veuf), je suis très exposée à la solitude et ressens le besoin de communiquer avec des personnes physiques, car le téléphone, les mail ou autres moyens de communication ne sauraient remédier à mon problème. J'ai essayé de faire des recherches pour trouver des français avec qui instaurer des liens d'amitié durables, mais en vain. Le journal d'annonces locales ne prévoit pas l'insertion de ce genre d'annonces : les amitiés sont toutes à caractère sexuel, si vous avez compris ce que je veux dire.
Timide à l'excès dans une société italienne qui arbore l'assurance, j'ai beaucoup de mal à trouver ma place dans cette maudite ville. Les gens ont ici la sale manie de critiquer systématiquement vos points de vue français ou modes de vie, chose à laquelle je n'étais absolument pas habituée en France, pays de toutes les libertés auquel je suis fière d'appartenir. Résultat, je me suis repliée encore plus, ce qui n'arrange pas mon affaire sachant que le métier de traducteur, que je n'exerce pas à temps plein, favorise l'isolement.
Qui tente rien n'a rien, comme on dit, aussi je vous demande de bien vouloir me contacter si vous ètes intéressés, si vous avez des liens (sites...) à me communiquer, des conseils à me donner pour me sortir de cet isolement-nostalgie.
D'avance merci à vous tous pour votre concours.

Christine


Direct link Reply with quote
 

Giovanna Graziani  Identity Verified
Italy
Local time: 19:56
Member (2002)
German to Italian
+ ...
Tu peux m'écrire Mar 8, 2004

Bonjour Christine!
J'√©sp√®re que tu vas bient√īt d√©couvrir les bons cot√©s de ces mauvais toscans).
J'habite Florence, tu peux m'écrire et on va voir si je peux t'aider.
Bon courage et √† bient√īt!
Giovanna


Direct link Reply with quote
 
Rosa Maria Duenas Rios  Identity Verified
Local time: 13:56
Mon grain de sable Mar 8, 2004

Allo Christine,
J'ai un tas des commentaires dans ma tete, mais je ne crois pas pouvoir tout ecrire en ce forum. Alors, je t'aporte ce quelques idees en esperant que elles puissent t'aider...

Peut etre que tu viens d'arriver et que la phase de depaissement par laquelle tous les imigrants traversent (qui peut durer jusqu'a un an) est en train de te frapper au plus fort... Si c'est le cas, le seul fait de savoir qu'il s'agit d'une etape "normale" et de s'armer de patience jusqu'a ce que ca passe peut aider, ainsi que trouver le temps pour des activities que l'on aime.

Ton histoire ressemble un peu a la mienne et surement a celle de plusieurs autres collegues de Proz.com: Il y a un canadien qui est au Japon, un catalan qui habite en Nouvelle Zelande -et qui parait adorer ca-, et une espagnole qui vient de demenager a Chicago. Esperons que eux aussi voudront partager leurs experiences avec toi.

Je suis mexicaine et je me suis mariee avec un americain (d'origine portorricain) qui travaille pour le gouvernement des Etats-Unis. Nous sommes demenages a Washington, DC en juin 2003 et, des fois, je ressens un peu les memes emotions que toi.

Bien sur, DC est une ville plus grande qu'Arezzo, debordante des gens de partout dans le monde, incluant l'Amerique Latine, mais je n'y connais personne ou presque, quand meme...

Les americaines critiquent tout et tous ce qui n'ont pas leur meme point de vue, et souvent ils n'acceptent que SA facon a eux de faire les choses... apres deux ou trois bagarres pour defendre mes points de vue quand je pensais avoir raison, j'ai trouve aussi que je me repliais de plus en plus...

Mais, j'aime ma solitude, sauf quand j'ai besoin d'un(e) ami(e) a qui reconter toutes mes frustrations avec la culture americaine, ou avec mon mari qui, meme si adorable et presque parfait, ne peux -et ne dois pas- combler tous mes besoins!

Etant donne que nous n'avons pas d'enfants encore, j'utilise tout le temps dont je dispose pour aller chercher des nouveaux travaux de traduction, des nouveaux ressources (c'est comme ca que je suis tombee sur Proz.com), et pour me faire des nouveaux passetemps: Nous avons achete une maison avec jardin et celui-ci demande beaucoup de travail, alors j'y m'implique a fond; je lis de plus en plus sur le jardinage et je me prepare pour planter plein des arbres et de fleurs ce printemps... et comme les plantes atirent des oiseaux, je me suis achete une paire de jumelles et je commence a observer tous ceux qui visitent mon jardin; j'ai deja commande un livre pour pouvoir les identifier. La cuisine n'etait pas mon fort, mais je trouve que je m'ameliore beaucoup depuis que j'ai le temps pour preparer des repas que je trouve interessants. Aussi, je me suis achete un velo et je fais des promenades dans mon cartier (quand il ne fait pas trop froid). Une autre chose que je fais de temps en temps c'est d'aller visiter des musees et monuments; por cette activite, DC est -peut etre- un des meilleurs endroit au monde, mais je suis sure qu'aux alentours d'Arezzo il doit y avoir des endroits a visiter!

Bref, il y a des moments difficiles, mais avec un peu de patience, un peu d¬īhumour et beaucoup de projets, je crois que nous pouvons vaincre le decouragement et la nostalgie des choses qui nous sont cheres mais eloignes!
Bon courage!


Direct link Reply with quote
 

Jean-Marie Le Ray  Identity Verified
Italy
Local time: 19:56
Member
Italian to French
+ ...
Posta anche sul forum italiano Mar 8, 2004

Salut Christine,

D'après moi tu devrais aussi poster une version italienne de ton appel sur le forum italien. Tous ne sont pas froids et superficiels, loin de là.
Et si tu viens un jour à Rome, fais-moi signe.
Ciao, Jean-Marie


Direct link Reply with quote
 
Delphine Brunel  Identity Verified
Italy
Local time: 19:56
Italian to French
Tu peux m'écrire aussi Mar 9, 2004

Salut Christine,
Pour moi aussi ça a été très difficile. J'habite en Lombardie depuis avril, une vile d'un peu plus de 15000 habitants. Beaucoup de personnes agées, beaucoup d'étrangers et... 1 seule française, que je ne connais malheureusement pas... Quand je suis partie de France, c'était un grand reve qui se réalisait. Mais laisser sa famille et ses amis, c'est une autre paire de manche... Ca fait presque un an maintenant, ils me manquent, bien sur, mais ici aussi les gens du coin n'ont pas le sens de l'accueil : disons que ce qui est différent fait peur... et ils ont tellement de problèmes d'insécurité que ça ne fait qu'empirer les choses...
Je connais bien la Toscane, je m'y rends deux trois fois par an.
Les toscans, je les ai trouvés accueillants, mais je n'étais jusque là qu'une innoffensive touriste... eh eh !
Je te parle à travers ma propre expérience : ne baisse jamais les bras, patiente encore, montre-toi ouverte, abordable. Les gens, c'est comme partout, meme en France : si tu montres que tu te sents bien, ils iront vers toi, car ils se sentiront bien aussi. Ne te renferme pas sur toi-meme, crois-moi, ce serait reculer... Et puis, la Toscane, il y a tellement de choses à y voir, à manger... Ecoute nos conseils : chi va piano, va sano, va lontano ! Un peu de patience et petit à petit tu vas les apprivoiser ! Eh eh !


Direct link Reply with quote
 

Monique Laville  Identity Verified
Italy
Local time: 19:56
Italian to French
+ ...
Vivre en Italie Mar 9, 2004

Bonjour Christine,
Je comprends parfaitement ton état d'esprit, qui a été le mien pendant plus de dix ans, et qui a été aggravé par une situation matrimoniale difficile à vivre et à supporter. J'habite en Ligurie, à 7km de Carrare en Toscane depuis maintenant 19 ans. Ayant auparavant habité à Paris, j'ai souffert aussi de la curiosité de l'entourage et de la mentalité provinciale. Ce n'est pas spécifique de l'Italie, c'est une mentalité que l'on peut constater je suppose dans tous les pays, y compris la France. J'en parle (ou plutot j'en écris!) en connaissance de cause, ayant habité dans mon enfance à Saint-Rémy-en-Bouzemont-Saint-Genet-Issons le nom de village français le plus long qui existe. Des champs, inondés en hiver, des vaches, et des bipèdes pour la plupart rongés par la curiosité.
Mais revenons à l'Italie. Après ces nombreuses années de quasi solitude, j'ai réussi à me faire quelques fidèles amies italiennes en participant à un cours d'écriture créative à Sarzana, qui m'a sorti de ma torpeur et m'a beaucoup apporté. J'ai connu des gens sympas aussi au CAI (Club alpin italien, au moins un bureau dans toutes les villes italiennes). Selon les activitées proposées, en ce qui me concerne le parcours d'un tronçon de la via Francigena (un petit tronçon, 20km!) avec quelques arrets commentés sur des restes de chateaux et de villages médiévaux, on peut rencontrer des personnes avec lesquelles partager nos intérets.
Puis, tout √† fait par hasard, j'ai rencontr√© au consulat il y a un an, lors du renouvellement de mes documents, une fran√ßaise qui m'a parl√© d'un groupe de femmes francophones (belges, canadiennes, fran√ßaises, suisses) mais aussi italiennes dans la r√©gion o√Ļ j'habite. J'ai contact√© une de ces femmes et je participe maintenant √† la rencontre mensuelle durant laquelle nous √©changeons livres, CD, revues, etc. et trouvailles diverses. Le danger de ces "club" cependant est de vivre dans un milieu ferm√©. Il en existe dans beaucoup de villes italiennes.
C'est vrai, c'est dur quand on est seul de faire le premier pas, de participer √† des activit√©s dans des groupes o√Ļ l'on se sent exclu, mais il faut vaincre la timidit√©, l'anxi√©t√©, cette sorte de peur que provoque l'autre qui semble si diff√©rent, se fixer un objectif (qui peut etre prendre des cours de photographie, de cuisine, de broderie, de restauration, ou autre) et s'y tenir. Si on ne se fait pas d'amis, on oublie au moins sa solitude.
On pourrait aussi organiser une rencontre à Florence.
J'aurais pu t'écrire cela directement. J'ai choisi de le faire ici car je pense qu'il est important de partager nos expériences d'immigrés.
Amicalement.


Direct link Reply with quote
 

Christine C.
Italy
Local time: 19:56
Member (2004)
Italian to French
TOPIC STARTER
Un grand merci à vous tous... Mar 12, 2004

qui avez eu la gentillesse de répondre à mon appel.
En fait, cela fait environ 3 ans que je réside en Italie et, théoriquement, je ne devrais pas avoir ce type de réaction négative, destructrice, mais tout est fonction, je crois, de notre sens de l'adaptation (que je n'ai pas, de toute évidence) et du degré d'attachement à ses racines, à son pays, à sa famille, et à bien des choses encore, comme le confort social que l'on a quitté pour trouver en échange quelque chose de bien inférieur (je pense, par exemple, à l'absence de l'équivalent de nos aide-soignantes dans les hòpitaux italiens qui s'occupent de nos parents malades - alimentation, toilette- , des honoraires des médecins spécialistes exerçant en libéral qui sont, chez nous, contròlés par l'Etat pour permettre à chacun de pouvoir se soigner correctement, tandis qu'ici, en Italie, c'est la loi de la jungle : rien ne peut m'assurer que tel médecin est bon et si je demande une feuille de soins pour me faire rembourser, on me regarde avec des yeux écarquillés et on me majore les honoraires en représailles...). Toutes les divergences entre nos deux pays, dont je n'ai dressé ici qu'une liste non exhaustive, sont à l'origine de mes frustrations, lesquelles ne font qu'augmenter mon mal-ètre et ma difficulté à m'intégrer.
J'ajoute que je suis tr√®s/ trop attach√©e √† ma famille (parents, soeur) que j'ai laiss√©e dans le Sud-Ouest (le Bordelais), chose dont j'aurais d√Ļ tenir davantage compte avant de m'engager √† vivre en Italie. Malheureusement, entre le r√®ve et la r√©alit√©, il y a un grand foss√©. Et il en est de m√®me entre le tourisme et la vie r√©elle parmi les autochtones.
Comment vais-je faire pour dénouer cette situation de solitude? Je n'en sais rien, d'autant que mon mari n'a aucun ami et n'en ressent pas le besoin (cela ne signifie pas pour autant qu'il m'empèche d'en avoir, moi).
Quand on a passé sa vie en campagne dans une villa avec un grand jardin qui ressemblait au paradis et qu'on se retrouve à vivre dans une ville de province qui ne dispose mème pas d'un Parc public digne de ce nom pour pouvoir s'oxygéner, on en veut aux inconnus qui vous entourent, à ces habitants qui font la gueule, qui ne supportent pas les étrangers parce qu'ils font peur du fait de leurs différences plus ou moins marquées.
Je sais bien que les Italiens ne sont pas tous superficiels et peu amicaux (heureusement!), la preuve en est que j'ai épousé un Italien, toutefois, comment faire pour briser la glace (celle des autres et la sienne)quand nos modes de vie sont parfois opposés?
Amicalement.

Christine


Direct link Reply with quote
 
Delphine Brunel  Identity Verified
Italy
Local time: 19:56
Italian to French
Monique a raison ! Mar 12, 2004

Allez Christine !
Dans le mois qui vient, ce serait magnifique d'apprendre que tu participes à un cours... que sais-je ? La photo en Toscane ça doit etre passionnant ! La cuisine aussi
Je pense que rencontrer uniquement des Francophones risque de t'enfermer dans ce cercle... essaye plutot un truc avec des Italiens.
Ca ne peut etre que positif !
Je suis de tout coeur avec toi !


Direct link Reply with quote
 

Jean-Marie Le Ray  Identity Verified
Italy
Local time: 19:56
Member
Italian to French
+ ...
France - Italie Mar 13, 2004

Christine Cramay wrote:

J'ajoute que je suis tr√®s/ trop attach√©e √† ma famille (parents, soeur) que j'ai laiss√©e dans le Sud-Ouest (le Bordelais), chose dont j'aurais d√Ľ tenir davantage compte avant de m'engager √† vivre en Italie.



Je souligne ce passage car je suis moi-m√™me bordelais (j'ai v√©cu √† Bx jusqu'√† 24 ans) d'origine, m√™me si je me sens maintenant romain de coeur, question de mentalit√©. Ce que je dis n'est en rien p√©joratif, c'est juste d√Ľ au fait que je me sens beaucoup plus √† l'aise avec la mentalit√© romaine qu'avec la mentalit√© bordelaise. Ce qui m'am√®ne √† r√©pondre au deuxi√®me point que j'ai mis en √©vidence :



... toutefois, comment faire pour briser la glace (celle des autres et la sienne) quand nos modes de vie sont parfois opposés?



Je pense pour ma part que la r√©ponse est √† rechercher en soi plut√īt que chez les autres, qui n'y peuvent rien, ou pas grand chose en l'occurence. J'ai connu pas mal de fran√ßaises et de fran√ßais depuis 22 ans que je vis en Italie, et j'ai toujours √©t√© frapp√© par la chose suivante : il y a ceux qui s'adaptent et ceux qui s'adaptent pas. Tout se situe aux extr√™mes, pratiquement pas de juste milieu. Ceux qui s'adpatent se sentent tr√®s bien ici, beaucoup plus qu'en France, et ceux qui s'adaptent pas s'y sentent tr√®s mal et s'aigrissent au fur et √† mesure que le temps passe.
Je pense qu'une des premières pistes pour s'adapter (tout au moins, le mieux possible si on peut pas faire autrement), c'est d'oublier totalement ce qui va mieux en France, notamment au niveau collectif, pour se concentrer sur le positif, qui ne manque pas non plus ici, heureusement.
Pour autant, d'apr√®s ce que tu nous as dit, ta situation est un peu particuli√®re : ton mari, italien, n'a ni famille ni amis l√† o√Ļ vous vivez, autrement dit pas d'attaches. La seule diff√©rence avec toi (si je comprends bien), c'est que tout √ßa n'a pas l'air de le d√©ranger outre mesure. Mais en ce cas, pourquoi n'envisagez-vous pas ensemble le retour en France ? Si vous √™tes ici juste √† cause de son travail √† lui, √ßa ne m'a pas l'air d'√™tre une situation insurmontable.
Quoi qu'il en soit, en attendant, je ne peux que te répéter ce que je t'ai conseillé la première fois : poste ce sujet en italien sur le forum italien, après tout ce fil les interpelle et je suis curieux de savoir ce qu'ils te répondront.
Tu sais ce qu'on dit ici : "Non si possono fare i conti senza l'oste"...

Ciao, Jean-Marie

P.S. Si tu as envie de parler pour approfondir ceci ou cela, toujours à ta disposition


Direct link Reply with quote
 

Christine C.
Italy
Local time: 19:56
Member (2004)
Italian to French
TOPIC STARTER
Italie - France Mar 13, 2004

victorhugo wrote:

Je souligne ce passage car je suis moi-m√™me bordelais (j\'ai v√©cu √† Bx jusqu\'√† 24 ans) d\'origine, m√™me si je me sens maintenant romain de coeur, question de mentalit√©. Ce que je dis n\'est en rien p√©joratif, c\'est juste d√Ľ au fait que je me sens beaucoup plus √† l\'aise avec la mentalit√© romaine qu\'avec la mentalit√© bordelaise.


Je veux bien te croire, car les Italiens du Centre prétendent ou reconnaissent que les Romains sont des gens merveilleux, qui ont un grand sens de l\'accueil et sont ouverts à tous et à tout.
Mais la Toscane n\'est pas une région qui a connu beaucoup d\'invasions étrangères d\'un point de vue historique, et cela explique certainement le fait qu\'ils ressentent leurs attitudes ou leur culture comme étant supérieures à celles des autres. J\'ai déjà rencontré des Romains ici à Arezzo, et ils me disaient que les Arétins étaient des grosses commères qui refusent la différence et veulent sculpter les autres à leur image. Bref, pour ètre accepté ici, il faudrait que tu renonces à ta propre identité, à tes habitudes pour épouser les leurs, et moi, je ne veux pas manger de cette soupe.
En ce qui concerne la mentalité bordelaise, je sais bien qu\'elle est fort particulière. D\'ailleurs, nombre d\'étrangers critiquent la froideur et l\'esprit de clan des Bordelais. Toutefois, le Commérage ne fait pas partie des caractéristiques typiques de la ville de Bordeaux. On peut s\'attendre à ce genre d\'attitude de la part des gens de la campagne, à la limite, et encore! Nos campagnards se plaignent du manque de communication et de la vie en solitaire d\'un nombre de plus en grand de personnes, qui sont bien souvent des anciens citadins venus acheter une maison pour y vivre en paix.
Avant, dans nos campagnes, tout le monde se connaissait, les g√©n√©rations se succ√©daient et alors les comm√©rages allaient bon train. Aujourd\'hui, ce n\'est plus comme √ßa parce que les paysans s\'expatrient en ville ou dans d\'autres petites communes de campagne o√Ļ nul ne les connait et parce que les citadins viennent s\'installer en campagne o√Ļ nul ne les connait, l√† encore. A partir du moment o√Ļ les gens ne font pas parler d\'eux, c\'est-√†-dire qu\'ils ne se font pas remarquer, on les laisse tranquilles. Ici, on veut tout savoir de toi, mais le pire, c\'est qu\'on invente des choses sur toi qui ne sont pas flatteuses.
Evidemment, un homme ne fait pas attention à ce genre de choses et fait généralement le sourd. Une femme, en revanche, tient à sa dignité, à son honneur et peut souffrir du mépris injustifié dont elle fait l\'objet.





Je pense pour ma part que la r√©ponse est √† rechercher en soi plut√īt que chez les autres, qui n\'y peuvent rien, ou pas grand chose en l\'occurence.


C\'est l\'analyse à laquelle j\'ai moi-mème abouti, mais ce sera très dur pour moi.

[/quote]
Je pense qu\'une des premières pistes pour s\'adapter (tout au moins, le mieux possible si on peut pas faire autrement), c\'est d\'oublier totalement ce qui va mieux en France, notamment au niveau collectif, pour se concentrer sur le positif, qui ne manque pas non plus ici, heureusement.

Etant donné que j\'ai du mal à repérer le positif ici, dans cette ville, et non dans le pays en général, j\'ai du mal à oublier les choses qui allaient mieux en France.
Je me compare à une enfant gàtée qui doit s\'adapter de force à une vie plus austère.

[/quote]
Pour autant, d\'apr√®s ce que tu nous as dit, ta situation est un peu particuli√®re : ton mari, italien, n\'a ni famille ni amis l√† o√Ļ vous vivez, autrement dit pas d\'attaches. La seule diff√©rence avec toi (si je comprends bien), c\'est que tout √ßa n\'a pas l\'air de le d√©ranger outre mesure. Mais en ce cas, pourquoi n\'envisagez-vous pas ensemble le retour en France ? Si vous √™tes ici juste √† cause de son travail √† lui, √ßa ne m\'a pas l\'air d\'√™tre une situation insurmontable.


Revenir en France serait mon rève, et mon mari y songe, mais tant que son père veuf sera vivant, il n\'en est pas question. Il ne veut pas le laisser seul.

[/quote]
Quoi qu\'il en soit, en attendant, je ne peux que te répéter ce que je t\'ai conseillé la première fois : poste ce sujet en italien sur le forum italien, après tout ce fil les interpelle et je suis curieux de savoir ce qu\'ils te répondront.

Je pense que je le ferai dans les prochains jours, en espérant recevoir des témoignages et des conseils judicieux pour le futur, car je dois me sortir de cette spirale. Je n\'ai pas d\'autre solution.
Merci beaucoup pour tes suggestions.
Amicalement.


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Recherche désespérément amies françaises, francophones ou francophiles en Italie (Toscane)

Advanced search






TM-Town
Manage your TMs and Terms ... and boost your translation business

Are you ready for something fresh in the industry? TM-Town is a unique new site for you -- the freelance translator -- to store, manage and share translation memories (TMs) and glossaries...and potentially meet new clients on the basis of your prior work.

More info »
LSP.expert
You’re a freelance translator? LSP.expert helps you manage your daily translation jobs. It’s easy, fast and secure.

How about you start tracking translation jobs and sending invoices in minutes? You can also manage your clients and generate reports about your business activities. So you always keep a clear view on your planning, AND you get a free 30 day trial period!

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs