Mobile menu

Pages in topic:   [1 2 3 4 5] >
Off topic: Il Ă©tait une fois... Chapitre 2
Thread poster: ALAIN COTE
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 06:32
Japanese to French
Mar 25, 2004

CHAPITRE 2

Prologue
Le lecteur égaré et la lectrice perdue n'entrouvrent pas la porte grinçante de ce deuxième chapitre sans un léger pincement au cœur. Que nous réserve donc la suite de cette épopée dont le premier tome fera, on l'a dit, quelque 800 pages ? Il est donc temps, pour donner un peu de répit au lecteur perdu et à la lectrice égarée (les qualificatifs susmentionnés étant ici inversés pour respecter la règle des permutations logicopratiques de l'Oeuvre), de spécifier que tout le chapitre 1 se déroulait en fait sur une table de jeu octodimensionnelle de « Don Juan et Draguons », jeu de rôle très en vogue en l'an 853 dans le monde parallèle et pernicieux des Scrabblitwels. Ce soir-là, dans une petite maison en peluche d'une banlieue située en périphérie partielle et instable de la capitale Scrabblit-City (8 habitants), 644 Scrabblitwels lançaient à qui mieux mieux, et plusieurs à la fois, les dés du destin et du sexe des personnages que nous avons rencontrés au Chapitre 1. Voyons un peu les règles de ce jeu interdit dans la capitale mais très populaire dans les périphéries surpeuplées.

- Parmi les Scrabblitwels, seuls ceux ayant fait l'acquisition d'un permis annuel leur donnant le statut de P'tit gnome plat (ou Plat-ti-gnome, l'académie Scrabblitwelienne ne s'entend toujours pas) peuvent lancer les dés en temps réel. Tous les autres doivent lancer les dés du destin et du sexe dans un espace talmudique de décontamination et filtrage astucieusement conçu pour mousser chez eux le désir d'acquérir au plus vite ledit statut de Plat-ti-gnome.
- Les participants sont libres de lancer les dés quand bon leur semble, de s'absenter, de lancer plusieurs fois en ligne, voire de souffler sur les dés après leur chute pour provoquer des renversements ludiques (que seuls les rares lecteurs qui lisent plus d'une fois les épisodes de l'aventure* peuvent apprécier.)
- Les joueurs lancent chacun deux dés, on l'a vu, celui du destin et celui du sexe. Le premier comporte 6 faces, à savoir : la face du présent, la face du passé, le face du futur, la face du présent imparfait, la face du présent plus-que-défait, et finalement la face du participe rayé. Quant au dé du sexe, inventé par l'obscur et rigoureux Théofiche de Lafaille en l'an 23 (du monde des Scrabblitwels) le nombre de faces n'est pas clairement défini. Il s'agit d'un dé à forme variable, parfois même difforme, voire informe. Le résultat du jet est presque toujours imprévisible et riche en rebondissements, conséquence directe du nom qu'il porte (le dé du sexe), puisqu'il désigne à la fois le sexe des personnages (masculinité versus féminité) et la profondeur libidinale qui les anime.

Voilà qui devrait permettre au lecteur et à lectrice désemparés de mieux comprendre les légères contradictions et quasi imperceptibles incohérences qui suintent ici et là dans une Oeuvre qui, quoi qu'on en dise, marquera à jamais l'Histoireu avec un grand H et un petit reu.

* Dans le cas présent, la partie intitulée « Le destin croisé de deux prozélytes nomades », qui donna lieu à d'épiques batailles de dés et de destins croisés.


[Edited at 2004-03-25 02:20]


Direct link Reply with quote
 
xxxsarahl
Local time: 13:32
English to French
+ ...
Sylvain et Martine sont dans un bateau Mar 25, 2004

C'est qui, Desmouches, tu connais, toi ? (Sylvain a oublié Desmouches en oubliant le provençal !) Attends, il est pas Danois, il est pas Thaï...
Moi, je me souviens, c'est un père franciscain. Mais en danger, quel danger ? Tu crois qu'ils s'en prennent aux prêtres pendant les joyeux défilés ? C'est peut-être pour ça que Kilumbo nous suit, on devrait peut-être lui poser la question. Martine ouvre d'un coup sec la porte de communication avec la chambre voisine, et Kilumbo atterrit dans la leur, à plat ventre !


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 22:32
Member (2001)
English to French
+ ...
En route vers de nouvelles aventures... Ouaip ! Mar 26, 2004

Allez Sylvie, on s'casse d'ici, j'ai jamais pu blairer Las Vegas, de toute façon, je sais même pas pourquoi je suis arrivé là. Tu viens ?
- Un momento por favor.
- Oui bon ça va, une de plus d'accord, mais c'est pas le moment."
Dans la chambre voisine, l'inspecteur Ndaywel Kilumbo tente d'appeler sa femme, en vain.

AussitĂ´t dit, aussitĂ´t fait.
Nos deux charmants tourterelles (ou bien, nos deux charmantes tourtereaux, on ne sait plus bien…) s’embarquèrent pour Tokyo, via Singe Pur (une banlieue de Tokyo maintenant…) l’inspecteur Kilumbo sur leurs talons.
Pourquoi Tokyo, s’interroge le lecteur perplexe et suant d’angoisse ? Bon ! D’abord, le lecteur, perplexe ou pas, n’a aucun droit à la parole dans cette histoire. Ensuite tout ce qui précède est rigoureusement logique :

Ô lecteur, ô mon frère * (pô pô dis – t’est mon frère toi ?), souviens-toi et sois assez bienveillant pour prendre en considération ce qui suit :

• Sylvie a été gravement traumatisée dans son enfance par l’attentat d’un singe péteur contre la Tour Eiffel à Paris. Elle était présente…
• Elle se rend à Vegas où normalement elle devait assister au bal des Shim, dans les sous-sols de la Aïffel Tower locale. Ce qui ne s’est pas produit car elle prenait soin de la tour, certes beaucoup moins imposante mais combien intéressante, de Martin.
• Durant cet intermède torride, elle est troublée et dérangée par Alanus le singe péteur et terroriste de sinistre mémoire. Son destin est donc lié aux drames qu’elle a vécus dans son enfance (nous y reviendrons… Lacan y veillera…) et plus particulièrement par cet immense symbole phallique qu’est « La Tour ».
• Où trouve-t-on une autre Tour Eiffel dans le monde actuel : à Tokyo, dans le quartier des plaisirs d’Asakusa **.
• Pourquoi une escale à Singe Pur : c’est bien évidemment pour sa valeur symbolique (Lacan aurait sans aucun doute beaucoup à dire…) : Alanus… C’est désormais la Cité du Singe, après avoir été celle du Lion. En plus, elle est désormais envahie (pour la seconde fois dans l’histoire) par les Japonais et sous l’influence de leur représentant l’Ambassadeur des Kanadienpurelaines dont l’Ecu d’Armes représente un Singe (en héraldique : D’Alanus sur Champs de Grandes Geûles).

Pense-t-on vraiment que tout ceci n’est que pure coïncidence ? Que non pas, que non point et nous nous promettons d’en tirer maints développements dramatiques.

Ores et d’oncques (voire même zadhoncques***), Kilumbo s’écroula pesamment sur la moquette fatiguée de leur suite nuptiale « Métasil for Two » à bord du « Harruman Maru ».
- « Ah Ah Ah ! »
S´écrièrent de concert (c’étaient de grands mélomanes) Sylvie et Martin,
- « Nous étions donc suivis ! »



* … et ta sœur, songes à la douceur… ** Rigoureusement authentique.. *** C’est mon correcteur orthographique qui va prendre son pied, maintenant…


[Edited at 2004-03-26 03:11]


Direct link Reply with quote
 
xxxsarahl
Local time: 13:32
English to French
+ ...
Wanted : singe pétomane Mar 26, 2004

Nous voilà bien : comment détecter un singe péteur au milieu du bruit des pachinko ? Kilumbo se précipite sur un téléphone rose pour demander conseil à sa femme.
Elle lui suggère de faire analyser l'échantillon qu'il a prélevé à Vegas et de le comparer au smog ambiant, les teneurs en méthane sont nettement différentes. Excellente idée ! Mais Kilumbo va devoir pour cela obtenir la collaboration des tourneursenrondsan* locaux, pas une mince affaire !
Retour au téléphone rose : Mme Kilumbo a la solution : Sedna. Il faut la faire venir dare-dare.
*tourneursenrondsan : gendarmlice locale


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 22:32
German to French
Kilumbo se joint au clan Mar 26, 2004

Sylvie et Martin n'avaient jamais vu cet homme auparavant.
"Qui êtes-vous, Monsieur ?", demande Martin d'un ton méfiant.
"Inspecteur Kilumbo, pour vous servir."
L'inspecteur s'Ă©poussette le paletot tout en allumant un cigare.
"Un havane ?" propose-t-il en tendant son boîtier à la ronde.

"Bien, reprenons : vous avez l'intention de fuir pour Tokyo après les multiples retournements de situation dont vous avez été victimes... Votre situation me rappelle un livre d'il y a quelques siècles qui m'a décidé à devenir expert en enquête littéraire. "Si par une nuit d'hiver un voyageur", voilà le titre. Un roman sans fin, et j'ai l'impression que les péripéties dont vous êtes les involontaires protagonistes ne sont qu'un chapitre de plus ajouté de façon posthume au livre de Calvino.
j'ignorais moi-même en commençant mon enquête dans quoi je me lançais, mais puisque le hasard de l'écriture collective nous a rassemblés ici, je vous propose de vous accompagner à Tokyo, si vous le voulez bien. Nous verrons ainsi ce que nous ont réservé les mages proziens shootés au Métasil..."

[Edited at 2004-03-26 13:49]


Direct link Reply with quote
 

irat56  Identity Verified
France
Local time: 22:32
English to French
+ ...
IRAT : J'aponais le fwançais! Mar 26, 2004

Sylvain Leray wrote:

accompagner à Tokyo, si vous le voulez bien. Nous verrons ainsi ce que nous ont réservé les mages proziens shootés au Métasil..."

[Edited at 2004-03-26 13:49]


Ce disant, il se tourna vers...le soleil levant, ce qui paraît de bon augure: en effet les oiseaux du bonheur à tire d'elle passaient de gauche à droite, du sinistre vers la lumière. Allaient-ils d'Est en Ouest, ou l'inverse, puisque tout dépendait du lieu d'où les observait le Grand Scarificateur! En effet, les foies étaient si jaunes, maintenant, qu'on ne les arrachait plus aux victimes! On se contentait d'une longue griffure sur l'abdomen...Ce qu'avait dû expliquer à Martine son (sa) partenaire à Lang gui(e), lui (elle) qui présentait de profonds coups de griffes et des morsures sur l'omoplate droite!
- Ah dit l'inspecteur Kolumbo, connaissez-vous Tokyo? Je préfère Osaka, pour y avoir rencontré un jour une Ap sarah! Oui, J'aponais le F'wançais et elle, gracile comme au Temple d'Encore, apprenait le japonais. Hélas, dès le départ, elle n'a pas pu me saké! Je crois qu'elle est aux Amériques maintenant! Mais bon! point d'attendrissement; je finis mon havane, roulé, comme autrefois, sur les cuisses nerveuses d'une cigarière, et en avant vers Tokyo!
Ce qui tendrait à prouver, s'ils vont en avant vers Tokyo, que les oiseaux du bonheur, complètement shootés eux aussi, se sont emmélés les pinceaux dans les rhumbs de la rose!...

[Edited at 2004-03-26 23:33]


Direct link Reply with quote
 

Emérentienne
France
Local time: 22:32
English to French
Watrin II - 1 Mar 27, 2004

Sylvain Leray wrote:
je vous propose de vous accompagner à Tokyo, si vous le voulez bien. Nous verrons ainsi ce que nous ont réservé les mages proziens shootés au Métasil..."


Ayant tous trois ajusté leur combinaison de télé-transportation, ils programment Tokyo sur leur implant hémisphérique droit et attendent sagement en télépapotant.
Martin(e) : Sylvie, t'as bien programmé Tokyo, an 853 de l'ère Scrabblitwell ?
Sylvie : Ben oui, Ă©videmment.
Martin(e) : Je te dis ça parce qu'il y a une nouvelle option à sélectionner avant d'accéder à 'zone géographique' depuis qu'Henry II Plantazor à remanier les configurations de nos affichages cérébraux.
Sylvie : Encore une modif ?! j'ai rien vu.
Martin(e) : Ouh la la, t'es pas sûre d'arriver à Tokyo avec nous si t'as pas choisi l'option 'monde virtuel'.
Sylvie : Et je vais atterrir où alors ? dis ? Martin(e)? je t'entends plus... tu me reçois ? Je suis encore plantée B..... de M.... !!!

Effectivement Sylvie découvre soudain un étrange paysage en relevant son casque de télétransportation. De charmants elfes à poil dur font la ronde dans une clairière où la fée Mélusine, rescapée d'un monde disparu, joue à saute-mouton avec Valéry Giscard d'Estaing, immortel figurant d'un autre monde, disparu lui aussi.

"Où suis-je ?" pense Sylvie. A ses côtés, un insecte ventru avec un béret sur tête la scrute d'un regard matois.
Sylvie : T'es qui toi ?
L'insecte : Je suis Lucky le criquet, la conscience de Jean-Luc et j'ai beaucoup de boulot, alors je t'explique vite fait...
Sylvie : Attends, c'est quel monde ici ?
Lucky : Protéozor, an de grâce 3050, c'est le monde des doux rêveurs au sommeil anisé. Donc, je disais : j'ai un message pour toi de la part de Jean-Luc. Il voudrait que tu arrêtes de porter ces lunettes ridicules qui te font casser la figure à longueur d'épisodes, ça l'agace.
Sylvie : Il est gonflé quand même !
Lucky : Non, tiens voilà des lentilles de contact auto-focus à réglage équidistant. Tu loucheras plus non plus. Maintenant tu peux repartir pour Tokyo ou Martin(e) et Kilumbo t'attendent. A'tchao.

[Edited at 2004-03-28 12:02]


Direct link Reply with quote
 

irat56  Identity Verified
France
Local time: 22:32
English to French
+ ...
IRAT : Que de sous shi! Mar 28, 2004

Cecile Watrin wrote:

eras plus non plus. Maintenant tu peux repartir pour Tokyo ou Martin(e) et Kilumbo t\'attendent. A\'tchao.


A Tokyo, Martine et Kilumbo se matérialisent devant un cabaret un peu spécial: \"Le Gay Chat\"...
Des silhouettes androgynes se frôlent, se pressent dans le boyau qui mène à la porte de la tanière, gardée par une tour de Pise à cou de taureau...
Kilumbo pince doucement le bras de sa compagne:\"Regarde qui vient d\'entrer, avec cette longue robe beige, cheveux blancs, et sabre laser au fourreau, c\'est Obi!\"
- Ton Hobbit?
- Mais non, pas Belbit le Hobbo, Obi, de la Guerre des Etoiles! Obi Wan Kenobi, au Japon, c\'est normal!
Le Videur, sourire aurifié engageant, si ce n\'était la brèche digne de Roland qui aère sa glotte, leur fait signe d\'entrer
- Y\'a numéro live! Va commencer tout de suite sur scène: un des supplices de Jean Giskan, présenté par le Bourreau de Béthune XX, un de vos compatriotes, que nous appelons \"Ka\" (car c\'en est un!). Il va plonger ses victimes dans un chaudron rempli d\'eau froide, et porter à ébullition, façon spaghetti!
- Ah! Et Ka bout qui?
- Une Thonne et un Singe; ils seront ensuite servis aux spectateurs sur des toasts gratinés légèrement, et saupoudrés de gruyère râpé!
- NĂ´! NĂ´! Une Thonne, un Singe? Mais, mais, et si c\'Ă©taient...


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 22:32
German to French
Tokyo, an 853 Scrabblitwell Mar 28, 2004

Tout à coup, Sylvie se matérialise près de l'inspecteur, dotée d'une superbe paire de lentilles de contact qui lui colorent les yeux couleur caca d'oie tendance pâlichonne.
"Sylvie, tu es... superbe", se risque Martin.
"Bon, les enfants, c'est pas tout, mais faudrait savoir ce qu'on est venus faire ici". Kilumbo n'a pas l'air de plaisanter.
"Ce numéro de marmite m'a l'air bien ragoûtant, attendons-voir..."
L'assistante de Ka pousse un chariot sur la scène, dont surgissent, pieds et poings liés, la mine déconfite, pas moins que Diego Rivera et... un des clones antérieurs de Martin, tous deux en robe rouge !
Martin se gratte la tĂŞte.
Sous les applaudissements de la foule, Ka retire son masque de bourreau et révèle à nos trois protagonistes effarés son véritable visage, qui ressemble étrangement à celui du ouistiti Alanus Japisanius...
Kilumbo prend des notes dans son calepin et Sylvie ne peut retenir un petit cri au moment oĂą Ka alias Alanus plonge les pieds de Diego dans l'eau bouillante du chaudron.
La foule retient son souffle.


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 06:32
Japanese to French
TOPIC STARTER
Underground Tokyo Mar 28, 2004

Alors que Martin(e)(s) et Sylvie se trouvent au Gai Chat, il faut expliquer en quelques lignes, au lecteur mal informé, ce qu'était devenue Tokyo, l'ancienne capitale japonaise. En effet, la nouvelle capitale, Guru-guru-tô, comme le dit bien son nom, tournait autour de l'archipel nippon à raison de 4 tours par année, soit un par saison (l'alternance des saisons ayant toujours revêtu une extrême importance dans l'habitus des Japonais). Guru-guru- tô, capitale flottante et mobile, avait permis de régler le problème de la centralisation du pouvoir administratif, point sur lequel nous reviendrons peut-être plus en détail par la suite. Mais revenons à Tokyo elle-même.

En 2459, Tokyo n'était plus que nature et verdure. Avec Nagoya, Osaka et Sapporo, elle avait été soumise à une série de transformations radicales qui s'inscrivaient dans un vaste mouvement de réforme. L'objectif de cette réforme, fort simple, comportait deux volets.

1. Assurer la survie de l'archipel face à la menace constante des séismes qui, en 2045, 2134 et 2372 avaient réduit en cendres les centres urbains majeurs.
2. Inventer n'importe quoi pour occuper et divertir la population oisive, maintenant que l'abondance était assurée sur toute la planète par l'exploitation des ressources de cette formidable vache à lait qu'était devenue, depuis une douzaine de siècles, nulle autre que la Voie Lactée !

La solution trouvée par les administrateurs bénévoles de Guru-guru-tô était très simple : contrôler et développer le sous-sol. L'expérience avait parfaitement réussi dans les quatre ville susmentionnées, Tokyo, Nagoya, Osaka et Sapporo étant déjà devenues, en 2459, de véritables citées souterraines à étages multiples et s'étendant plusieurs kilomètres sous l'océan. Telles d'immenses fourmilières, ces quatre villes grouillaient aujourd'hui, non pas de millions de travailleurs, mais de centaines de millions de vacanciers permanents qui ne travaillaient, lorsqu'ils travaillaient, que pour ajouter un peu de « soleil » à cette vie souterraine.

Précisons que le sous-sol nippon, depuis toujours riche en sources thermales, avait été développé de façon à tirer pleinement profit de cette richesse naturelle un peu particulière. C'est ainsi que Tokyo devint en quelque sorte un immense bain public aux ramifications quasi infinies, gigantesque réseau aquatique aux relents de souffre omniprésents. Non seulement avait-on su exploiter pleinement l'ensemble des sources thermales, mais les puissants fours des milliers d'incinérateurs municipaux qui recouvraient jadis la surface du pays (l'acné de l'ère industrielle ou l'ère de l'acné industrielle, disait-on généralement) avaient également été mis à contribution pour alimenter en eau chaude le réseau urbain.

Tout cela, évidemment, dans le secret le plus absolu, le Japon ayant à nouveau fermé ses portes à l'étranger, comme il l'avait fait de façon presque parfaitement hermétique aux dix-septième et dix-huitième siècles (un peu avant l'ère de l'acné industrielle). Les visiteurs n'avaient accès qu'à la surface du Japon, et personne en-dehors de l'archipel ne soupçonnait l'existence de ces immenses complexes souterrains. Pour le reste de la planète, le Japon n'était plus qu'un pauvre pays, et un pays pauvre, dévasté par les séismes, avec une population d'à peine 6 millions d'habitants vivant dans de petites communautés semi-urbaines comme Tokyo (comme la nommaient encore les étrangers), avec tout au plus 5 000 habitants. La vraie ville, le vrai Japon, plus que jamais inaccessibles, se trouvaient quelques centaines de mètres plus bas, bien plus bas que les vétustes ramifications du réseau de métro qu'avait connu le vingt-et-unième siècle.

Or, c'est dans cet univers souterrain hostilement fermé à toute présence étrangère qu'allait bientôt basculer le destin de Martin et Sylvie...


[Edited at 2004-03-29 08:31]


Direct link Reply with quote
 
xxxsarahl
Local time: 13:32
English to French
+ ...
Martin et Sylvie underground Mar 29, 2004

En effet, les narrateurs avaient négligé de préciser que jusque-là nos deux héros étaient restés dans le quartier Dejima, le seul où les étrangers étaient autorisés, afin de ne pas contaminer la population avec leurs idées subversives. Mais Diego ayant survécu au rite initiatique du Sooky-Yahkee, ça change tout ! Les portes du Japon underground leur sont désormais ouvertes, Martin, Sylvie et Diego vont enfin accéder au sous-sol de la Tour Eiffel !
Mais... est-ce la bonne Tour Eiffel ?
Est-ce le vrai Martin (l'original) ?


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 22:32
English to French
+ ...
You foule ! Mar 30, 2004

sarahl Ă©crit:
Les portes du Japon underground leur sont désormais ouvertes, Martin, Sylvie et Diego vont enfin accéder au sous-sol de la Tour Eiffel !
Mais... est-ce la bonne Tour Eiffel ?
Est-ce le vrai Martin (l'original)



C'est bien ce que se demande l'inspecteur Kague-moucha (Mouche à m. en français mais autant que cela soit "lost in translation"), à qui on ne la joue pas, qui suit et filme les Haku-jins (blancs), surtout celui de Sylvie, depuis leur arrivée à l'aéroport de Nateripa...


[Edited at 2004-03-30 05:41]


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 06:32
Japanese to French
TOPIC STARTER
Le chaudron sans fond Mar 30, 2004

Dans un moment de panique, Alanus Japisianus prononce alors la formule magique qui délivre, à des milliers de kilomètres de là, nulle autre que Tilibran Katoül ! Cette dernière passe directement de la statue au chaudron en ébullition. Sous l'effet de la chaleur insupportable, elle prononce (hurle) à son tour quelques paroles inintelligibles que le Maître du jeu octodimensionnel, dans le monde parallèle et pernicieux des Scrabblitwels, un peu dur d'oreilles, interprète à tort comme un cri de rassemblement magique, avec pour conséquence qu'il précipite à leur tour dans le chaudron, et dans l'ordre : Eusaebius, Jean-Luc Le Provençal (Jean-Luc Lesmouches), l'inconnue avec des jambes, Marc Backspace, Ndaywel Kilumbo, Nham Hoang, Sedna, Tayfu, la fée Mélusine, Valéry Giscard d'Estaing et Lucky le criquet, plus une poignée de clones de Martin. Voyant cela, Martin(e) et Sylvie se précipitent à leur tour dans l'eau chaude, immédiatement suivis de l'inspecteur, à qui on ne la fait pas.

L'instant d'après, ou plutôt après une douce glissade de quelques centaines de mètres, tout ce beau monde se retrouve tassé dans une pièce minuscule où flotte une vague odeur de souffre. Une petite porte coulissante leur fait face, surplombée d'une petite inscription en japonais, que Sylvie s'empresse de traduire pour épater la galerie et séduire encore un peu plus Martin :

Prière de retirer vos chaussures avant d'entrer.


[Edited at 2004-03-30 06:50]

[Edited at 2004-03-30 07:02]


Direct link Reply with quote
 

Geneviève von Levetzow  Identity Verified
Local time: 22:32
Member (2002)
French to German
+ ...
Geneviève - 1/II Mar 30, 2004

ALAIN COTE wrote:

Prière de retirer vous chaussures avant d'entrer...

Sans surtout oublier de les déposer dans la bonne direction (vous voulez pas vous éterniser là).






[Edited at 2004-03-30 07:02]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2 3 4 5] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Il Ă©tait une fois... Chapitre 2

Advanced search






Wordfast Pro
Translation Memory Software for Any Platform

Exclusive discount for ProZ.com users! Save over 13% when purchasing Wordfast Pro through ProZ.com. Wordfast is the world's #1 provider of platform-independent Translation Memory software. Consistently ranked the most user-friendly and highest value

More info »
Protemos translation business management system
Create your account in minutes, and start working! 3-month trial for agencies, and free for freelancers!

The system lets you keep client/vendor database, with contacts and rates, manage projects and assign jobs to vendors, issue invoices, track payments, store and manage project files, generate business reports on turnover profit per client/manager etc.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs