Pages in topic:   [1 2] >
Question d'honnêteté
Thread poster: IsaPro
IsaPro  Identity Verified
France
Local time: 09:01
English to French
+ ...
May 27, 2004

Bonjour,

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais, personnellement, je commence à être excédée par le fait que d'aucuns se prétendent qualifiés dans un domaine de spécialité précis, postulent et décrochent des commandes, puis posent mille et une questions de terminologie spécifique sur ProZ.
Ne pensez-vous pas que, par principe, on de doit postuler que pour des commandes que nous sommes certains (et certaines) d'assumer ? Moi qui suis spécialisée en droit, il ne me viendrait pas à l'esprit de poser ma candidature pour des traductions dans le domaine de la pétrochimie...

J'ai l'air de cracher mon venin, mais il est vrai que ça commence à sérieusement m'insupporter...


Direct link Reply with quote
 

Emmanuelle Riffault  Identity Verified
Germany
Local time: 09:01
Member (2004)
German to French
+ ...
Je suis d'accord... May 27, 2004

Et oui, je suis bien d'accord avec toi : c'est écoeurant d'être consciencieuse quand d'autres ne le sont pas ;-(

Mais, j'ai bien peur qu'on n'ai d'autre choix que de vivre avec...

Si tu reconnais des questions liées à un post que tu n'as pas eu, sois un peu vache : ignore-les

Allez rassurons-nous : on est au moins 2...

Emmanuelle


Direct link Reply with quote
 

Geneviève von Levetzow  Identity Verified
Local time: 09:01
Member (2002)
French to German
+ ...
au moins 3... May 27, 2004

Je suis entièrement d'accord Isabelle.

Et je fais comme Emmanuelle, il y a des questions auxquelles non seulement je ne réponds pas, mais que je ne commente pas non plus - même dans le cas de réponses fausses et archi-fausses.

Je réserve mes énergies aux gens qui le méritent;)

Geneviève:)


Direct link Reply with quote
 

Karine Piera  Identity Verified
Local time: 09:01
English to French
+ ...
Oui, mais May 27, 2004

Je suis tout a fait d'accord avec toi, mais tout le monde n'est malhuereusement pas aussi scrupuleux. Il y a aussi les exceptions ou les gens se croient specialises et realisent apres coup qu'ils ne le sont pas tant que ca, ou en tout cas pas assez pour effectuer la traduction demandee sans l'aide de vrais specialistes. Mais je pense que je ferais comme l'a suggere Emmanuelle, je ne repondrais pas aux questions posees. Cela est dommage pour ceux et celles qui utilisent les Kudoz pour lire les reponses donnees et se specialiser, mais cela t'evite de t'enerver inutilement, inutilement seulement parce que tu ne peux pas grand chose a cela.

Direct link Reply with quote
 

Emmanuelle Riffault  Identity Verified
Germany
Local time: 09:01
Member (2004)
German to French
+ ...
Hum, hum, hum May 27, 2004

Vous avez vu : plus de 70 jets d'oeil sur ce fil et seules 3 réponses et en plus que des filles ;O)

Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 09:01
Member (2003)
German to French
Le serpent qui se mord la queue May 27, 2004

Je suis d'accord avec vous, bien sûr, mais je comprends aussi (dans une certaine mesure, cela va de soi) que des gens qui débutent et n'ont aucune spécialisation désirent se frotter à des sujets nouveaux, avant de se heurter à des difficultés inattendues. Le sujet a été maintes fois abordé ici même.
Personnellement, je n'accepterai jamais des traductions financières, économiques, juridiques ou médicales car je sais que n'y comprendrai rien de rien.
A bien relire l'intervention d'Isabelle, je m'aperçois qu'elle parle des gens qui disent être spécialistes dans le domaine en question... évidemment, dans ce cas... oubliez ce que je viens d'écrire.
Sylvain, un garçon (qui l'eût cru ?)


Direct link Reply with quote
 

Claudia Iglesias  Identity Verified
Chile
Local time: 03:01
Member (2002)
Spanish to French
+ ...
Voilà... May 27, 2004

j'ai juste rafraîchi avant de répondre et la réponse de Sylvain est apparue avec l'essentiel de ce que je voudrais dire.

D'abord c'est toujours délicat de "défendre" ce qui peut paraître "peu professionnel" ou manquer d'éthique parce que l'on pourrait gagner facilement une étiquette que l'on ne recherche pas.
Mais tout le monde n'est pas né traducteur, la spécialisation ne s'acquiert pas en un trimestre et on peut parfois faire des gaffes.
J'ai remarqué aussi que les "jeunes" traducteurs sont bien plus osés (et inconscients) que ceux qui ont de l'expérience.
Comme dit Sylvain (qui a bien lu le message d'Isa), ceci n'est pas valable pour ceux qui se prétendent experts en quelque chose >(envers qui l'on aura beaucoup moins de tolérance).

Peut-être qu'il faudrait essayer d'aider ces personnes, mais pas en leur donnant les réponses dans les KudoZ. Je me souviens d'une traduction technique (j'en fais beaucoup) sur la description de tapis roulants (que je n'avais jamais fait), et pour le nom des pièces j'avais eu besoin de poser des questions dans les KudoZ. Il y avait deux ou trois répondeurs qui savaient bien de quoi il s'agissait, j'en ai choisi un pour me réviser et je l'ai payé un tiers de ce que je touchais. Il m'est arrivé la même chose quand j'ai eu mon premier manuel pour DVD, j'ai posté quelques doutes, repéré qui savait plus que moi. Cela nous a bien réussi parce que nous en avons eu trois, l'un à la suite de l'autre.
J'ai déjà demandé ici même comment se spécialiser, il y a eu des réponses mais je n'ai pas été satisfaite à cent pour cent.
Je ne crois pas à la marmite de la potion magique "spécialisation". Je crois bien plus au parrainage, encore faut-il que les vrais spécialistes veuillent bien aider "les petits nouveaux" et ne les perçoivent pas tout simplement comme une concurrence déloyale.
Si quelqu'un poste tellement de questions qu'il semble complètement dépassé et noyé, peut-être qu'un courriel proposant une aide rémunérée peut aussi le soulager...

Voilà mes deux pesos (cherchez pas, c'est vraiment pas grand chose)

[Edited at 2004-05-27 15:26]


Direct link Reply with quote
 
IsaPro  Identity Verified
France
Local time: 09:01
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Tout à fait d'accord, Claudia May 27, 2004

Comme tout le monde, j'ai moi aussi, par la force des choses, été débutante dans le monde de la traduction. Effectivement, il convient d'apporter son aide aux "p'tits jeunes qui démarrent". Mais mon intervention concernait plus spécifiquement les "pros" de la traduction. Il me semble, à moins que je ne me trompe, que la qualité de professionnel implique le respect, non seulement de ses confrères, mais également d'une certaine déontologie. Comme un traducteur de langue maternelle française ne traduira pas vers une autre langue que le français, un traducteur spécialisé dans une discipline particulière ne se lancera pas, par respect pour son client également, dans des domaines qui ne lui sont pas familiers et dont il ne connaît pas la terminologie de base...
Quant aux KudoZ des soi-disant spécialistes, comme vous, je n'y réponds pas.
Merci pour vos observations, je ne suis donc pas paranoïaque !


Direct link Reply with quote
 

Karine Piera  Identity Verified
Local time: 09:01
English to French
+ ...
D'accord avec Claudia, mais encore mais May 27, 2004

Je fais partie des petits jeunes traducteurs dont parle Claudia, et j'ai moi aussi pose des questions, et pour tout vous dire, je ne suis vraiment specialisee en rien. Mais avant d'accepter un texte, je le lis et le relis, et si je vois qu'il y a des expressions par-ci par-la qui me sont inconnues, et si le domaine n'est pas technique, ou legal ou medical, je fonce. Parce que je me dis qu'avec des efforts, de la peine, des recherches ou des coups de fils et une ou 2 questions sur proz, je vais m'en sortir plutot pas mal. Mais si je vois que le texte est hors de portee pour moi, et que j'ai malheureusement deja accepte le texte, je vais tenter de contacter qqn de plus apte que moi, ou avouer au client ou a l'agence que je ne peux pas.
C'est l'orgueil qui en prend un coup, c'est vrai, mais je ne peux pas me permettre de passer mon temps a chercher les 3/4 des mots que je n'ai jamais vus de ma vie. Je prefere prendre ce temps pour faire des traductions gratuites pour des assoc dans des domaines que je ne maitrise pas vraiment et faire payer celles ou je me sens plus a l'aise. D'accord, j'ai une autre source de revenu qui me permet de travailler comme cela pour le moment. Mais des que l'occasion se presentera pour moi d'etre traductrice a plein temps, cette attitude aura deja joue en ma faveur. Parce que oui, c'est un question d'honnetete, beacuoup, et dans le cas souleve par Isa, toujours.

Mes 2 pennies d'ici


Direct link Reply with quote
 
IsaPro  Identity Verified
France
Local time: 09:01
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Pas de honte à refuser un job après coup May 27, 2004

Effectivement Karine, l'orgueil peut en prendre un coup mais l'image de sérieux du traducteur est quant à elle sérieusement redorée. Il m'est arrivé, encore récemment, d'accepter une commande de l'un de mes clients et, après avoir lu le document, de m'apercevoir que le domaine, bien qu'annoncé comme juridique, était bien trop technique (contrat de prestations dans l'aéronautique avec description de termes techniques pointus) pour moi. Dans ce cas, un simple coup de fil et tout va bien. Plutôt que de s'escrimer à rendre un 'truc' à peine compréhensible et tromper l'agence et le client final, je préfère renoncer et admettre mon incompétence que de passer pour une fausse pro...

Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 09:01
Member (2001)
English to French
+ ...
Mauvaise humeur... May 27, 2004

Claudia said :



Mais tout le monde n'est pas né traducteur, la spécialisation ne s'acquiert pas en un trimestre et on peut parfois faire des gaffes.




Oui, on peut parfois faire des gaffes…
En ce qui me concerne, je n’accepte jamais un job sans avoir lu le texte à traduire (j’en refuse 1 sur 3), et même malgré ma prudence, je me suis parfois planté. Je pense en particulier à un texte juridique particulièrement abscons et mal rédigé qui m’a donné beaucoup de cauchemars il y a quelques semaines… Heureusement cependant que les collègues de KudoZ ont accepté de répondre à mes nombreuses questions, ne serait-ce que pour me confirmer dans ma quasi-certitude que, parfois, le texte source ne voulait strictement rien dire… ou bien était tellement mal rédigé que le job s’apparentait plus au rewriting qu’à la traduction. Et pourtant, je n’en étais pas à ma première traduction de « Droit » et j’étais particulièrement fier de mes traductions de certains textes notariés particulièrement ardus… Là, j’ai parfois « séché » lamentablement… et je m’en remets difficilement, il passera pas mal d’eau sous les ponts avant qu’on ne m’y reprenne…

Isapro said :



Je ne sais pas ce que vous en pensez mais, personnellement, je commence à être excédée par le fait que d'aucuns se prétendent qualifiés dans un domaine de spécialité précis, postulent et décrochent des commandes, puis posent mille et une questions de terminologie spécifique sur ProZ.



Bien d’accord avec toi. Moi, à l’instar de Pierre Dac, je me considère comme « spécialiste en matière générale ». Ce qui n’empêche pas qu’il y ait, quand même, quelques domaines où je suis plutôt « moins mauvais » que d’autres… Et effectivement, cela m’énerve particulièrement quand je ne suis pas « sélectionné » pour un texte sur « Les vins » ou sur « l’import-export » de voir apparaître dans les KudoZ une suite de 20 questions relevant d’une méconnaissance presque absolue du domaine traité (1 ou 5 questions, ça va, mais plus de 20 en 48 heures, bonjour les dégâts !...).

D’autre part, quand on a accepté (parfois à tort…) un job et un délai de livraison, il me paraît impossible de recontacter le client 48 heures après pour se désister. Il faut se débrouiller coûte que coûte pour rendre un boulot acceptable…


Direct link Reply with quote
 

Olivier San Léandro  Identity Verified
Local time: 09:01
English to French
+ ...
Dans le même ordre d'idée... May 28, 2004

...je ne sais pas si je fais bien, mais j'ai décidé de refuser quasi systématiquement les boulots de proof-reading (je ne lis même plus les annonces concernant la relecture). Les quelques dernières que j'ai eu à effectuer se sont avérées encore plus casse-tête - et je reste poli - que si j'avais eu à entreprendre la traduction elle-même. En d'autres termes, on lit des trucs qui ne veulent dramatiquement rien dire ; on évalue dès les toutes premières phrases dans quel sens le vent va tourner. Ce n'est pas que je rechigne à passer le temps qu'il faut sur une relecture, mais j'apprécie de pouvoir faire un minimum confiance au traducteur que je relis, et ne pas être obligé de m'attarder sur les trucs qui ne sont même pas techniques. De plus, j'ai horreur d'avoir à signaler cet état de fait à mes clients (j'ai du mal à dire ce qui me brûle "le clavier", à savoir : "ce traducteur est vraiment nul, son travail ne vaut rien, je suis bien meilleur que lui sur ce coup-ci", c'est pas "naturel" pour moi. En revanche, je signale systématiquement la qualité du travail relu, je ne sais pas pourquoi, ça me procure un grand plaisir d'avoir pu dire que le travail du traducteur relu était excellent...j'arrive même à ressentir la fierté de ce même traducteur lorsqu'on lui retourne ce feedabck très positif sur son boulot !).
Je considère qu'il est capital de "faire relire" une traduction - les miennes ne sont pas parfaites (typos, lourdeurs de certaines tournures dues au manque de recul nécessaire pour revoir tout ça à tête reposée, etc etc), mais j'ai au moins la prétention de croire que le traducteur qui me relit peut avoir confiance en la qualité technique de mon boulot.
Tout cela pour en arriver au fait que je suspecte certaines agences e prendre des traducteurs "au rabais", faisant ensuite proofreader leurs travaux également "au rabais", obtenant au final des produits "au rabais". Ou alors je vois le mal partout, et les agnces font peut-être preuve de bonne foi, mais ne testent pas correctement leur traducteurs...

Alors..abandonner purement et simplement le proofreading ou continuer d'assure ce type de travaux de manière quasi-sacerdotale ??? Vos avis sont les bienvenus.

Olivier


Direct link Reply with quote
 
xxxWayne Sutton
Local time: 09:01
French to English
Ca peut être positif... May 28, 2004

j'ai récupéré quelques clients qui ont eu affaire à des "spécialistes" dans le passé. L'avantage est qu'on a moins de mal à faire accepter des tarifs corrects dans ces cas là.
Ceci dit, on peut tous se faire piéger. J'avais accepté un travail un vendredi soir pour le lundi matin qui était soit disant "comme les autres" que je venais de faire pour ce même client. En fait c'était bien une procédure industrielle comme les autres mais...pour les cas de SRAS!! Heureusement, la procédure collait bien au procédures du OMS et que j'avais un ami médecin et anglophone pour valider le travail. Maintenant je lis systématiquement les textes avant de les accepter -même le vendredi soir quand le client est pressé de partir en weekend!!

Wayne


Direct link Reply with quote
 
xxxNicolette Ri
Local time: 09:01
French to Dutch
+ ...
Mon avis May 28, 2004

Olivier San Léandro wrote:

Je considère qu'il est capital de "faire relire" une traduction - les miennes ne sont pas parfaites (typos, lourdeurs de certaines tournures dues au manque de recul nécessaire pour revoir tout ça à tête reposée, etc etc), mais j'ai au moins la prétention de croire que le traducteur qui me relit peut avoir confiance en la qualité technique de mon boulot.
Tout cela pour en arriver au fait que je suspecte certaines agences e prendre des traducteurs "au rabais", faisant ensuite proofreader leurs travaux également "au rabais", obtenant au final des produits "au rabais". Ou alors je vois le mal partout, et les agnces font peut-être preuve de bonne foi, mais ne testent pas correctement leur traducteurs...

Olivier


J'ai longtemps travaillé seule pour des clients directs. Mes traductions étaient acceptées sans problème, même si à certains endroits un technicien ou quelqu'un en interne rajoutait, enlevait ou modifiait quelque chose. Comme les agences ont fait des efforts, les clients ont maintenant une tendance à confier leurs traductions vers 5 ou 10 langues plutôt à des agences, qui se sentent obligées de regarder les coûts mais veulent quand même dire aux clients que les traductions sont "relues par une personne de langue maternelle". De là l'effet "traducteur au rabais" + "relecture au rabais" = "traduction au rabais". Je suis ensuite passée par une période où, à la demande du client, je faisais relire mes traductions par une autre personne. Eh bien je peux vous dire que dans la moitié des cas c'était catastrophique (traductions détériorées) et dans l'autre moitié des cas cela revenait très très cher pour trouver quelques tournures de phrases qui pouvaient être mieux dites et une ou deux coquilles. Et dans tous les cas je passais des heures à décider ce que je gardais et ce que je ne gardais pas. Même si j'approuve le principe de ce système, pour des raisons pratiques j'en suis revenue.

Quant à la déontologie, c'est bien beau d'avoir des principes et de n'accepter que des traductions dans son domaine et uniquement vers sa langue maternelle, mais dans mon cas (langue "rare"), cela ne fait pas bouillir la marmite, et en plus, quand je vois que certains autres traducteurs acceptent tout et n'importe quoi, j'ai beaucoup moins de scrupules. Je ne m'attaquerais pas à des travaux juridiques (je n'ai tout simplement pas le vocabulaire ni le style) mais je ne refuse plus par principe des textes techniques ni des traductions vers le français. Sinon c'est fait par quelqu'un d'autre et c'est encore pire (et je peux le savoir car on me les donne pour relecture).


Direct link Reply with quote
 

Patricia Posadas  Identity Verified
Spain
Local time: 08:01
Member (2002)
English to Spanish
+ ...
D'accord, mais pas si simple May 28, 2004

Je suis d'accord, on peut refuser un texte qui est trop compliqué pour nous, j'en refuse souvent. Non seulement ce n'est pas honnête, mais ce n'est pas rentable non plus, vu le temps qu'on peut passer à rechercher des mots. Et surtout le résultat ne sera pas bon!

Mais, il m'arrive parfois d'accepter un texte de marketing, qui après lecture rapide (mes clients n'attendent pas 48h pour que je décide si j'accepte ou pas le travail)a l'air d'être dans mes cordes. Après coup, je me retrouve face à un texte de 10/15 mille mots dont une quinzaine très techniques (informatique une fois, électrovalves une autre, etc.). Je trouve une partie des termes, voire tous, mais parfois je préfère poser une question KudoZ et avoir des réponses pour être sûre de la mienne...

D'autre part, je relis souvent des textes assez pointus dans le domaine de la sociologie, entre autres . Je comprends que tout le monde se sente capable de traduire dans un domaine sans terminologie très différenciée du langage courant. Pourtant, c'est un domaine très glissant où le fait de parler d'un 'individu' au lieu de parler d'un 'sujet' peut être une erreur grave. Alors voilà, je me retrouve parfois face à des textes tout à fait faux. Pareil dans les autres sciences 'sociales' ou 'de l'éductaion', les mots appartiennent à des cadres théoriques qui ont leur façon de comprendre des mots assez quotidiens (Ex.: "rapport" c'est un synonyme de "relation" et pourtant pas interchangeable dans certains textes!).

Tout ceci pour dire que ce n'est pas toujours facile de savoir si on est qualifié ou pas... et souvent le client non plus il ne sait pas trop le niveau de spécialisation dont il a besoin ...



[Edited at 2004-05-28 07:39]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Question d'honnêteté

Advanced search






memoQ translator pro
Kilgray's memoQ is the world's fastest developing integrated localization & translation environment rendering you more productive and efficient.

With our advanced file filters, unlimited language and advanced file support, memoQ translator pro has been designed for translators and reviewers who work on their own, with other translators or in team-based translation projects.

More info »
BaccS – Business Accounting Software
Modern desktop project management for freelance translators

BaccS makes it easy for translators to manage their projects, schedule tasks, create invoices, and view highly customizable reports. User-friendly, ProZ.com integration, community-driven development – a few reasons BaccS is trusted by translators!

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs