Mobile menu

Pages in topic:   [1 2] >
Off topic: Avis aux grands enfants : le petit Nicolas revient !
Thread poster: Helene Diu

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 06:34
Member (2004)
English to French
Oct 2, 2004

Attention : post régressif

Le sept octobre prochain sort un recueil de 500 pages rassemblant près de 90 aventures inédites du Petit Nicolas de René Goscinny, illustrées par Sempé. A ce jour seules 75 avaient été publiées en 5 volumes, donc ça donne une idée du raz-de-marée Agnan, Alceste et Cie qui nous attend ! Personnellement j'ai déjà passé pré-commande, et je me sens à vue d'oeil rajeunir vers le CM1.

Outre Goscinny et Sempé qui ont contribué à mon appréciation d'un certain sens de l'humour, j'en profite pour remercier ici Henriette Bichonnier (Emilie et le crayon magique), Evelyne Brisou-Pellen (Le mystère de la nuit des pierres) et le Lieutenant X (je dois encore avoir ma fausse carte d'agente secrète quelque part...) pour les longues heures de plaisir procurées par la lecture de leurs livres.



Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 06:34
Member (2003)
German to French
Excellent !! Oct 3, 2004

Je crois que je ne résisterai pas non plus

Direct link Reply with quote
 
xxxMamie  Identity Verified
Spain
Local time: 05:34
French to Spanish
+ ...
Salut Nicolas! Oct 3, 2004

Je l'ai travaillé en classe avec mes élèves pendant des années,ici ous n'avions pas beaucoup le choix. Cette fois je l'achèterai pour mon propre plaisir. Sacré Agnan!!!

Direct link Reply with quote
 

Patricia Posadas  Identity Verified
Spain
Local time: 05:34
Member (2002)
English to Spanish
+ ...
Youpiiiii!!! Oct 3, 2004

J'ai entendu ça à la télé hier, ce sera dans ma lettre au Père Noël!

J'ai rencontré Nicolas et ses copains quand j'avais déjà 18ans, cela ne m'a pas empêché d'entrer dans le groupe sans problème et de revivre des moments de mon enfance en lisant leurs aventures ... dont une nuit presque blanche passée à regarder ma montre qui, elle aussi, brillait la nuit!:-)


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 06:34
Member (2001)
English to French
+ ...
J'ai pas fini mon quatre heure (signé Alceste) Oct 3, 2004

Moi, mon père il est agent de police, et que si vous achetez pas le livre il viendra vous arreter.

Signé:

Rufus


Ps 1 :Comment je vais faire jusqu'au 7 octobre avant de pouvoir contacter Amazone...?

Ps 2 : Merci Hélène !!

[Edited at 2004-10-03 16:47]


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 06:34
Member (2004)
English to French
TOPIC STARTER
Récré Oct 3, 2004

C'est bien ce qu'il me semblait, ProZ est une grande cour de récré pleine de grands enfants en fait

Direct link Reply with quote
 

Isabelle Louis  Identity Verified
United States
Local time: 23:34
English to French
+ ...
Grand bonheur ! Oct 5, 2004

Pour moi le Petit Nicolas, c'est la lecture à voix haute le soir avec mon neveu et ma nièce qui installaient leur lit en camping à coté du mien quand je revenais en France et qui se gondolaient juste en entendant le nom du surveillant Monsieur Mouchabière (c'est bien cela ?).

On s'est fait ensemble tous les petits livres et puis ils ont grandi et savent lire à présent, mais je crois que cela sera un de leurs cadeaux pour cette fin d'année, histoire qu'ils se rappellent.

y'aura un exemplaire pour moi, les croquis de Sempé m'enchantent littéralement, je m'en lasse pas.
Bref voilà une bonne nouvelle !


Direct link Reply with quote
 

co.libri
France
Local time: 06:34
German to French
+ ...
Mouchabière Oct 5, 2004

trop drôle effectivement.

Tenez, j'ai dégoté ça sur la Toile, je copie la conclusion :
Conclusion

Cette œuvre affiche la volonté de briser les carquans sociaux et incite ses lecteurs à demeurer dans l’univers de l’enfance. Elle offre donc des lectures multiples et traverse le temps grâce à son originalité et ses procédés humoristiques difficilement égalables.
Si Le Petit Nicolas est une œuvre unique, c’est qu’elle met au centre de l’histoire un garnement aussi attendrissant que désopilant, dont le langage, le ton et les aventures sont d’une authenticité incroyable.
Que l’on soit enfant ou adulte, que l’on lise l’œuvre comme une suite de récits comiques ou comme une satire non moins irrésistible, la lecture des Petit Nicolas est toujours aussi délectable, car elle renvoie le lecteur à lui-même.
Estelle Deschamps (2001)

http://www.univ-lille3.fr/jeunet/auteurs/sempe01/analyse.htm


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 06:34
Member (2004)
English to French
TOPIC STARTER
Terrible ! Oct 5, 2004

Hélène Cheminal wrote:

trop drôle effectivement.

Tenez, j'ai dégoté ça sur la Toile, je copie la conclusion :
Conclusion

Cette œuvre affiche la volonté de briser les carquans sociaux et incite ses lecteurs à demeurer dans l’univers de l’enfance. Elle offre donc des lectures multiples et traverse le temps grâce à son originalité et ses procédés humoristiques difficilement égalables.
Si Le Petit Nicolas est une œuvre unique, c’est qu’elle met au centre de l’histoire un garnement aussi attendrissant que désopilant, dont le langage, le ton et les aventures sont d’une authenticité incroyable.
Que l’on soit enfant ou adulte, que l’on lise l’œuvre comme une suite de récits comiques ou comme une satire non moins irrésistible, la lecture des Petit Nicolas est toujours aussi délectable, car elle renvoie le lecteur à lui-même.
Estelle Deschamps (2001)

http://www.univ-lille3.fr/jeunet/auteurs/sempe01/analyse.htm[/quote]

Terrible, ces tas de carcans brisés, ça va pas plaire à la Maîtresse

(Il est vraiment bien ce lien, on rigole rien qu'à l'évocation des gags !)

Direct link Reply with quote
 

Jean-François Pineau  Identity Verified
Local time: 06:34
German to French
+ ...
Madame Glémain Oct 5, 2004

La première fois que j'ai entendu parler du Petit Nicolas, je devais avoir 16 ans, à Noël 1982. C'était ma première Terminale (j'ai tellement aimé la Terminale que j'y ai regoûté une deuxième année) et notre prof de latin s'appelait Madame Glémain. Une petite bonne femme sèche comme un coup de règle en fer, tirée à quatre épingles, avec une chevelure gonflée à l'hélium et savamment régécolorée. Autant dire que ça pétait sec au-dessus de nos têtes penchées sur le déchiffrage de Lucrèce, Tite Live ou Tertullien. Eh bien figurez-vous que trois fois par an, le dernier de jour avant les vacances de fin de trimestre, nous assistions à la métamorphose de Madame Glémain. Commençant l'heure par un semblant d'activité utile, elle avait vite fait de passer aux choses « sérieuses ». Elle se penchait alors pour attraper son sac à main d'où elle tirait une édition antique du Petit Nicolas, en claironnant : « Bon, comme c'est le dernier jour, on va pas commencer un nouveau point du programme, je vais vous lire quelques pages du Petit Nicolas. » Elle chiquait à la corvée, mais le sourire qui transformait son visage la trahissait. Et là, l'étrange mutation s'accomplissait. L'incroyable Hulk, il pouvait aller se rhabiller. D'emblée, en alignant les premiers mots de l'histoire, elle était dans le ton juste. Cette naïveté enfantine avec des mots qui basculent entre l'enfance et l'adulte. Elle avait tous les bons accents pour. Elle baignait dans sa béatitude goscinyenne. Ses petits yeux ronds dansaient comme des lutins éméchés, elle n'étouffait plus des rires qui nous faisaient découvrir son dentier superbe. Nous, au début, on était un peu gênés. Forcément, passer de Juvénal à Goscinny sans transition, comme ils disent à la télé, ça fait un choc. Voire une douairière faire le grand plongeon dans l'enfance et minauder des sentences de bac à sable, ça rend dubitatif. On avait tort. La preuve, c'est qu'après cinq minutes de ce régime, la petite musique du Petit Nicolas chantée par Madame Glémain nous emportait à notre tour, tous sous le charme autant qu'on était. Quand la cloche sonnait et qu'elle refermait son livre, elle nous souhaitait de bonnes vacances et nous on pensait déjà aux prochaines. Aujourd'hui, Madame Glémain n'appartient plus ni au monde des enfants, ni à celui des adultes. Dommage pour le Petit Nicolas.

Direct link Reply with quote
 

Isabelle Louis  Identity Verified
United States
Local time: 23:34
English to French
+ ...
Un avant-goût Oct 6, 2004

Jef, merci pour la poésie de ton souvenir, Madame Glémain appartient si parfaitement à l'univers du Petit Nicolas.

Trois nouvelles ont été publiées sur le Figaro, je vous en ai copié une, pour le plaisir.

LA NOUVELLE

Hier, juste avant la fin de la classe, la maîtresse nous a demandé de faire silence, et puis elle nous a dit :
«Mes enfants, je dois vous annoncer que je vais vous quitter pendant quelques jours. Des circonstances familiales m'appellent en province, et, comme mon absence va se prolonger pendant près d'une semaine, une autre maîtresse va venir me remplacer dès demain auprès de vous. Je compte sur vous tous pour bien travailler et être très sages avec votre nouvelle maîtresse, et je suis sûre que vous me ferez honneur devant elle. J'espère donc qu'à mon retour je n'aurai pas à avoir honte de vous. Vous m'avez bien compris ? Bon ! Je vous fais confiance, et je vous dis à la semaine prochaine. Vous pouvez sortir.»

Nous nous sommes levés, nous avons donné la main à la maîtresse et nous étions drôlement inquiets. Moi, j'avais une grosse boule dans la gorge ; c'est vrai, nous aimons bien notre maîtresse, qui est très chouette, et ça ne nous fait pas rigoler d'en changer. Le plus embêté de tous, c'était Clotaire ; comme c'est le dernier de la classe, pour lui c'est terrible de changer de maîtresse. La nôtre est habituée à lui, et même quand elle le punit, ça ne fait pas trop d'histoires.
Je vais tâcher d'avoir une excuse pour ne pas venir cette semaine, nous a dit Clotaire, à la sortie. C'est vrai, quoi, on n'a pas le droit de nous changer de maîtresse comme ça !
Mais ce matin, Clotaire était là, comme tout le monde, et nous étions drôlement énervés.
– J'ai étudié très tard, hier, nous a dit Clotaire. Je n'ai même pas regardé la télé. Vous croyez qu'elle va nous interroger ?
– Peut-être que le premier jour elle ne mettra pas de notes, a dit Maixent.
– Tu parles ! a dit Eudes. Elle va se gêner !
– Quelqu'un l'a déjà vue ? a demandé Joachim.
– Moi, je l'ai vue en arrivant à l'école, a dit Geoffroy.

– Elle est comment ? Elle est comment ? on a tous demandé.
– C'est une grande maigre, a dit Geoffroy. Très grande. Très maigre.
– Elle a l'air méchant ? a demandé Rufus.
Geoffroy a fait des joues toutes rondes, et il a secoué sa main de haut en bas.
On n'a plus rien dit, et Alceste a remis son croissant dans sa poche, sans le finir. Et puis, la cloche a sonné. On s'est tous mis en rang, et c'était comme quand on va à la visite, chez les docteurs. Personne ne parlait, Clotaire avait pris son livre de géographie et il repassait les fleuves. Et puis, les autres classes sont parties, et nous sommes restés les seuls dans la cour, et nous avons vu le directeur arriver avec la nouvelle maîtresse, qui n'était pas très grande ni très maigre. Et Geoffroy, c'est un drôle de menteur ! Je parie qu'il ne l'avait jamais vue.

«Mes enfants, nous a dit le directeur, comme vous le savez, votre maîtresse a dû partir en province pour quelques jours. Comme son absence risque de durer près d'une semaine, c'est Mlle Navarin qui va assurer l'intérim, qui va la remplacer, si vous préférez. J'espère que vous allez être sages, que vous allez être assidus à votre travail, et que votre nouvelle maîtresse n'aura pas de raisons de se plaindre de vous. Compris ?... Vous pouvez les emmener, mademoiselle.»
La nouvelle maîtresse nous a fait signe d'avancer, et nous sommes montés en classe.
Prenez vos places habituelles, en silence, je vous prie, nous a dit la nouvelle maîtresse.
Et ça nous a fait tout drôle de la voir s'asseoir au bureau de notre vraie maîtresse.

«Mes enfants, elle nous a dit, comme vous l'a expliqué M. le Directeur, je m'appelle Mlle Navarin. Vous savez que votre maîtresse a dû s'absenter pendant quelques jours en province. Je vais donc la remplacer pendant ces quelques jours. Je compte sur vous pour être sages et bien travailler, et j'espère que je n'aurai pas à me plaindre de vous quand votre maîtresse reviendra. Je suis, vous le verrez, sévère, mais juste. Si vous vous conduisez bien, tout ira pour le mieux. Je pense que nous nous sommes compris. Et maintenant, au travail...»
Mlle Navarin a ouvert ses cahiers, et elle nous a dit :
«Je vois, par l'emploi du temps et les notes que m'a laissées votre maîtresse, que ce matin nous avons géographie et que votre leçon portait sur les fleuves... Mais il nous faudrait la carte de la France... Qui va aller la chercher ?»
Agnan s'est levé, parce que comme c'est le premier de la classe et le chouchou, c'est toujours lui qui va chercher les choses, qui remplit les encriers, qui ramasse les copies et qui efface le tableau.

«Restez assis ! a dit Mlle Navarin. Un peu de discipline. Pas tout le monde à la fois... C'est moi qui désignerai l'élève qui ira chercher la carte... Vous, là-bas ! Oui, vous, au fond de la classe. Comment vous appelez-vous ?
– Clotaire, a dit Clotaire, qui est devenu tout blanc.
– Bon, a dit Mlle Navarin, eh bien, Clotaire, allez chercher la carte de France, celle des fleuves et des montagnes. Et ne vous attardez pas en route.
– Mais, mademoiselle... a dit Agnan.
– Ah, je vois que nous avons une forte tête, a dit Mlle Navarin. Mais les fortes têtes, je les mate, mon petit ami ! Assis.»
Clotaire est parti, drôlement étonné, et il est revenu, essoufflé, fier comme tout avec sa carte.
«Voilà qui était vite fait, Hilaire, a dit Mlle Navarin. Je vous remercie... Un peu de silence, vous autres !... Voulez-vous accrocher cette carte devant le tableau ?... Très bien, et puisque vous êtes là, parlez-nous un peu de la Seine.

– La Seine prend sa source sur le plateau de Langres, a dit Clotaire, elle a 776 kilomètres de long, elle fait des tas de méandres et elle se jette dans la Manche. Ses principaux affluents sont : l'Aube, la Marne, l'Oise, l'Yonne...
– C'est très bien, Hilaire, a dit Mlle Navarin. Je vois que vous savez. Allez vous asseoir. Très bien.»
Et Clotaire est allé s'asseoir, tout rouge, avec un grand sourire bête sur la figure, et encore essoufflé.
«Et vous, le comique, a dit Mlle Navarin en montrant Agnan du doigt. Oui, vous, celui qui aime tant parler. Citez-moi, de votre place, d'autres affluents de la Seine.
– Ben, a dit Agnan, ben... Il y a l'Aube, la Marne, l'Oise...
– Oui, a dit Mlle Navarin. Eh bien, au lieu de faire le clown en classe, vous feriez mieux de prendre exemple sur votre camarade Hilaire.»
Et Agnan a été tellement étonné qu'on lui dise de prendre exemple sur Clotaire qu'il n'a même pas pleuré.

Après, la nouvelle maîtresse m'a interrogé, moi, et puis Alceste, et puis Eudes, et puis elle a dit que ce n'était pas mal, mais qu'on pouvait sûrement faire mieux. Et puis, elle nous a expliqué la nouvelle leçon, les montagnes, et personne n'a fait le guignol, même qu'on était beaucoup moins énervés qu'au début. Alceste s'est mis à manger des petits bouts de son croissant.
Et puis, la maîtresse a demandé à Clotaire d'emporter la carte, et quand il est revenu, la cloche de la récré a sonné, et nous sommes sortis.
Dans la cour, on s'est tous mis à parler de la nouvelle maîtresse, et on a dit qu'elle n'était pas si méchante que ça, qu'elle était assez gentille, et même, qu'à la fin, quand elle s'était habituée à nous, elle avait fait un sourire pour nous dire d'aller en récré.
«Moi, je me méfie, a dit Joachim.
– Bah, a dit Maixent. Assez discuté, de toute façon, ça revient au même ; on aime mieux notre vraie maîtresse, bien sûr, mais une maîtresse, c'est une maîtresse, et pour nous, ça ne change rien.»
Il avait bien raison Maixent, et nous avons décidé de jouer au foot avant que la récré se termine. Dans mon équipe, nous avions Agnan comme gardien de but.
Il avait pris la place de ce sale chouchou de Clotaire, qui repassait sa leçon d'histoire.


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 06:34
Member (2001)
English to French
+ ...
Le Petit Nicolas II (La Mission). Nov 17, 2004

Aujourd’hui c’est jeudi et on a sonné à la porte. Mon Papa il a dit que je pouvais aller ouvrir parce qu’il sait que ce que j’aime le plus après les tartes aux pommes de Maman c’est faire le guignol avec mes meilleurs copains et aller ouvrir quand on sonne. C’était le facteur.
« Tiens Nicolas, il a dit le facteur, c’est un paquet pour ton Papa et ça vient du Brésil. » J’ai demandé au facteur où c’était le brésil et comment il le savait. Il m’a dit que c’était marqué AMAZONE sur le paquet et que l’amazone, c’était au brésil. Il sait beaucoup de choses le facteur parce que c’est le papa d’Agnan.
Et, Agnan c’est le premier de la classe, et il sait tout par cœur et c’est le chouchou de la Maîtresse.

J’ai couru apporter le paquet à mon Papa et je lui ai demandé si je pouvais aller jouer avec les copains sur le terrain vague de ProZZ. Il a dit que oui, mais que ça s’appelait un forroum et que je ne rentre pas trop tard avec plein de virus comme la dernière fois.
La Maîtresse, elle aime pas trop qu’on aille faire les guignols là-bas et elle a dit que si on continuait on finirait tous au bagne. Mais on est sage parce que la Maîtresse on l’aime bien parce qu’elle est très chouette et qu’elle nous fait pas trop souvent les gros yeux. Elle habite à Santiago. C’est au Chili, c’est Agnan qui l’a dit (sale cafteur) parce qu il sait tout par cœur et que c’est son chouchou.
Quand j’arrive sur le forroum les copains y sont déjà et ils rigolent bien : Eudes et Geoffroy se battent parce qu’Eudes il nous a dit que son frère lui a donné son vieux Pentium III et qu’il est terrible, et qu’avec ça il va faire son forroum à lui tout seul et que personne viendrait l’embêter.

« Ton Pentium III il me fait bien rigoler ! - a dit Geoffroy- moi j’ai un Pentium IV et je suis pas obligé de pédaler dans les côtes ». Geoffroy c’est un copain avec un Papa très riche et qui lui donne tout ce qu’il veut. « Et pourquoi, je vous prie ? » il a crié, Eudes « Parce que ton Pentium III, il me fait bien rigoler, non mais sans blague ! » a répondu Geoffroy.
« Tu veux que je t’envoie un virus sur le nez ? » il a répondu Eudes et ils ont commencé à se battre mais ils ont très vite arrêté parce que le Modo – c’est notre surveillant – est arrivé et il a crié en caractères gras : « Regardez-moi bien tous dans les yeux ! Si vous continuez comme ça, moi je ferme le forroum et je vous emmène tous chez Monsieur le Directeur, Monsieur Henry, et il vous renverra tous de la catégorie Platinium. »

On a bien vu qu’il ne rigolait pas et on s’est tous calmé parce que c’est vrai à la fin quoi si on est platinium le Modo il nous surveille moins.
Après, Alceste est arrivé et il a dit que s’il était en retard, c’est parce qu’il avait été retenu sur « Bonne bouffe point comm. » qui est son site de recettes de cuisine préféré. Alceste, c’est un gros copain qui mange tout le temps.
Alceste, il tape pas vite parce que, avec le beurre des tartines de son goûter sur les doigts, il glisse tout le temps et il fait plein de fautes d’orthographe, mais ça fait rien parce que Alceste c’est un bon copain.
« À quoi on va jouer ? » a demandé Alceste.
« Et si on jouait aux Cudoses ? a crié Clotaire. Clotaire, c’est le dernier de la classe, et s’il veut toujours jouer aux Cudoses c’est parce que c’est un jeu de hasard et qu’il a toujours une chance de gagner. Les Cudoses, c’est un jeu de devinettes et celui qui a un tas de chics chouettes copains, et ben, il a gagné.
C’est facile : si Maixent, Rufus ou Joachim posent une devinette, on répond tous et après, on choisit celui qui a le mieux répondu. Celui qui a été choisi beaucoup de fois, et bien il a plein de bons points et il a le droit d’effacer les devinettes des autres. C’est très chouette. Pour Agnan, ça vaut pas, parce qu’il sait tout par coeur, que c’est le premier de la classe et que c’est le chouchou de la Maîtresse. Homo hominis lupus qu’elle nous dit, et je comprends pas et je sais pas de quel copain elle peut bien parler.

Moi, je veux pas jouer aux devinettes et je le dis aux copains. Je veux jouer à un jeu qu’on serait la bande des « Vengeurs » et qu’on sauverait plein de filles enlevées sur d’autres forroum, et qu’on aurait tous des masques et des épées terribles dressées et que les ennemis, ils s’enfuiraient, et que ce serait moi le chef de la bande des « Vengeurs ».

« Toi, on t’a pas sonné ! – qu’il a dit Rufus – et si tu es pas d’accord, je demanderai à mon papa qu’il mette une contravention à ton Papa ». Rufus, son papa il est agent de police et il en profite.

Alors moi je me suis mis à pleurer – c’est pas juste quoi à la fin – et j’ai dit que si c’était comme ça je quitterai le forroum, et que tout le monde me regretterai bien, et c’est comme ça.

Et puis, je suis rentré à la maison et ma maman m’avait préparé un gâteau au chocolat pour le dîner et mon Papa ne m’a rien dit pour les restes de confiture sur son clavier.






[Edited at 2004-11-17 00:31]

[Edited at 2004-11-17 00:38]

[Edited at 2004-11-17 01:12]

[Edited at 2004-11-17 01:52]


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 06:34
Member (2001)
English to French
+ ...
Mouchabière et Le Bouillon Nov 17, 2004

Isabelle Louis a écrit :




et qui se gondolaient juste en entendant le nom du surveillant Monsieur Mouchabière (c'est bien cela ?).





M.Mouchabière n'est que deuxième couteau en tant que surveillant de la "récré" du petit Nicolas.
C'est en fait le simple substitut de Monsieur Lebon (Le Bouillon) surveillant principal et appellé ainsi parce qu'il s'adresse aux élèves en leurs disant " Regardez moi bien dans les yeux", d'où, le bouillon à cause des "yeux".
Explication scientifique fournie par "les grands".

Références : Op. Citus "De Parvulus Nicolae" - Bibl. Vaticanus. Tom XXXIVIIV -







[Edited at 2004-11-17 02:30]


Direct link Reply with quote
 

Jean-François Pineau  Identity Verified
Local time: 06:34
German to French
+ ...
Nicolas Lotte Nov 17, 2004

je vote pour toi comme chef de la bande des vengeurs. Et si j'ai le droit moi aussi d'avoir un masque et une épée terrible dressée pour aller enlever les filles sur d'autres forroum, mon papa il te fera enlever la contravention de ce fichu Rufus.

Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 06:34
Member (2004)
English to French
TOPIC STARTER
Le trophée Nov 17, 2004

Bravo Thierry !!!

Cette nouvelle je l'imprime et je l'encadre au-dessus de mon bureau


Thierry LOTTE wrote:

Aujourd’hui c’est jeudi et on a sonné à la porte. (...)




[Edited at 2004-11-17 06:38]

[Edited at 2004-11-17 06:39]

[Edited at 2004-11-17 06:40]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Avis aux grands enfants : le petit Nicolas revient !

Advanced search






Déjà Vu X3
Try it, Love it

Find out why Déjà Vu is today the most flexible, customizable and user-friendly tool on the market. See the brand new features in action: *Completely redesigned user interface *Live Preview *Inline spell checking *Inline

More info »
SDL Trados Studio 2017 Freelance
The leading translation software used by over 250,000 translators.

SDL Trados Studio 2017 helps translators increase translation productivity whilst ensuring quality. Combining translation memory, terminology management and machine translation in one simple and easy-to-use environment.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs