Pages in topic:   [1 2] >
De la toute puissance des réviseurs.
Thread poster: Beatrice Einsiedler

Beatrice Einsiedler  Identity Verified
Local time: 17:03
English to French
+ ...
Mar 7, 2005

Je souhaite simplement dire que la relecture des réviseurs par le traducteur source devrait être obligatoire.
Non pas que je conteste les corrections souvent judicieuses des réviseurs, mais ils ne sont pas exempts de faire eux-mêmes des erreurs de traduction, de ponctuation et des fautes d'orthographe. Or, les agences renvoient les textes révisés aux clients finaux leur faisant une confiance totale et aveugle.

Je fais cette remarque parce que j'ai constaté fréquemment ce genre d'erreur dans les feedbacks de mes textes que je demande systématiquement. J'estime que nul n'est à l'abri d'une erreur, que ce soit le traducteur ou le réviseur; aussi, il serait bon de ne pas faire du réviseur la référence universelle et finale en matière de traduction.
Malheureusement, il ne faut jamais perdre de vue que réviseurs et traducteurs peuvent régulièrement être concurrents sur un projet...
Que pensez-vous de cette importance accordée aux jugements des réviseurs, que vous le soyez ou pas vous-mêmes?

Merci de votre attention et bonne soirée.

Béatrice.

[Edited at 2005-03-07 19:29]


Direct link Reply with quote
 

Isabelle Garnier  Identity Verified
France
Local time: 17:03
Member (2005)
German to French
+ ...
Tout à fait d'accord Mar 8, 2005

Il m'est arrivé de "récupérer" un texte révisé que j'avais initialement traduit - l'agence l'avait, de toute évidence, fait relire par un traducteur dont la langue maternelle n'était pas le français !!!

L'agence donne effectivement toujours le dernier mot au réviseur qui peut, lui aussi, se tromper !

Mais faire relire la révision par le traducteur est à mon avis un peu compliqué, notammement quand traducteur et réviseur ne sont pas d'accord sur le choix d'un terme... ce qui peut conduire à des discussions sans fin !


Direct link Reply with quote
 
xxx00000000
English to French
+ ...
Petites remarques Mar 8, 2005

Premi√®rement, on √©crit ¬ętoute-puissance¬Ľ (avec un trait d'union).

Deuxièmement, plus les corrections qu'on doit faire sont nombreuses, plus les risques d'introduire des erreurs sont grands. Par exemple, on change un mot qui ne convient pour un mot de genre ou de nombre différent et on oublie d'accorder un adjectif. Ou on doit refaire une phrase et on saute un mot. Ou on change une partie de phrase et on fait mal le raccord.

Pour cette raison, il vaut effectivement mieux que la révision soit vérifiée, surtout si le document est important ou destiné à une publication prestigieuse.

Le temps et le budget ne permettent pas souvent de fignoler à ce point. Mieux vaut alors accepter le fait que la perfection n'est pas de ce monde.

En espérant que ça t'aidera à voir un autre point de vue.

Bye!
Esther


Direct link Reply with quote
 
remyrosf
Local time: 17:03
English to French
Traduction - révision - correction Mar 8, 2005

Je ne suis pas persuadé qu'une "relecture de relecture" par le traducteur soit une garantie de qualité.

Certaines agences avec qui je travaille comme traducteur et correcteur-réviseur fonctionnent de la manière suivante :

1) Traduction
2) Révision (en anglais : "editing")
3) Correction (en anglais : "proofreading")

Il me semble que c'est un processus viable, √† condition bien s√Ľr que les trois prestataires (traducteur, r√©viseur et correcteur) fassent du travail de qualit√©. Mais les clients finaux sont-ils tous pr√™ts √† payer le prix d'une telle prestation ?

Sur ce, bonne journée, je retourne à ma...relecture !

Cordialement,

Rémy



Wordsonline wrote:

Je souhaite simplement dire que la relecture des réviseurs par le traducteur source devrait être obligatoire.
Non pas que je conteste les corrections souvent judicieuses des réviseurs, mais ils ne sont pas exempts de faire eux-mêmes des erreurs de traduction, de ponctuation et des fautes d'orthographe. Or, les agences renvoient les textes révisés aux clients finaux leur faisant une confiance totale et aveugle.

Je fais cette remarque parce que j'ai constaté fréquemment ce genre d'erreur dans les feedbacks de mes textes que je demande systématiquement. J'estime que nul n'est à l'abri d'une erreur, que ce soit le traducteur ou le réviseur; aussi, il serait bon de ne pas faire du réviseur la référence universelle et finale en matière de traduction.
Malheureusement, il ne faut jamais perdre de vue que réviseurs et traducteurs peuvent régulièrement être concurrents sur un projet...
Que pensez-vous de cette importance accordée aux jugements des réviseurs, que vous le soyez ou pas vous-mêmes?

Merci de votre attention et bonne soirée.

Béatrice.

[Edited at 2005-03-07 19:29]


Direct link Reply with quote
 

C√©line Odo  Identity Verified
France
Local time: 17:03
English to French
+ ...
On en revient toujours au même Mar 8, 2005

Eh oui, tout dépend des efforts financiers que le commanditaire veut bien octroyer pour un travail. Car l'argent, c'est plus de temps !

A mon avis, les relecteurs qui intègrent des erreurs sont ceux qui ont peu de temps (parce que peu de moyens) et qui ne peuvent donc pas prendre le temps de relire leurs propres modifications... et une faute de frappe est si vite arrivée !

Je trouve effectivement que le syst√®me d√©crit plus haut (traduction - r√©vision- relecture) est un gage de qualit√© mais bien s√Ľr, il faut 3 personnes et aucune ne voudra √™tre pay√©e 0, 000 ‚ā¨ du mot !
Mais si on paie deux fois plus le relecteur, il peut travailler deux fois moins pour le même salaire. Il aura alors plus tendance à bichonner son client et son travail et à se relire.


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 17:03
Member (2007)
German to French
+ ...
Remy avait écrit dans http://www.proz.com/topic/29732 Mar 8, 2005

"Je lance donc un message √† ce traducteur s'il me lit et qu'il se reconna√ģt : pourrais-tu avoir la gentillesse de faire un peu moins bien la prochaine fois, l'agence va vraiment croire que j'ai pass√© mon apr√®s-midi au soleil quand je vais lui renvoyer le document !"

Cela marche, je vais faire un d√©seffort la prochaine fois ! Faut bien que tout le monde cro√Ľte !

Une petite réflexion par rapport à tout ce qui a déjà été dit : lorsque tu bosses pour une agence le commanditaire ne te connais pas et si l'agence fait n'importe quoi derrière ton dos, ce n'est au pire pas ton problème de traducteur. Du moins pas direct et ton ego ne va pas en soufrir.

La question est très différente lorsque tu travailles pour la presse ou l'édition : il y a signature. Et là, si le relecteur t'as massacré, cela peut faire très mal. Ne jamais accepter de contrat sans "bon à tirer".

Et les r√©viseurs massacrent souvent parce qu'ils ne ma√ģtrisent pas le domaine : ortho-typo, charte √©ditoriale, OK, mais pas valadation ou massacre technique !

Une petite contribution !

Amités à tous,

Adrien


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 23:03
English to French
Co-op Mar 11, 2005

J'aime bien le syst√®me avec coop√©ration. Plut√īt que le traducteur et le relecteur se "bourrent la gueule", il vaut mieux qu'ils se connaissent d√®s le d√©but et qu'ils bossent ensemble.

Style "Bob, tu vas faire la traduc et Joe va te relire. Si t'as un pb, tu peux discuter avec Joe - et vice versa. Quand t'a fini, t'envoies le job à Joe, il le corrige, te le renvoie, et tu me le fais passer. T'es responsable de la traduction, et si ça m****, c'est tout pour votre pogne à tout les deux".

Le super top. Ca force le relecteur √† aider le traducteur au lieu de le sabrer. A bosser avec lui plut√īt que contre lui.

En d'autre termes, une synergie proactive impliquée dans le processus de transposition et d'adaptation bilingue, basée sur un schéma organisationnel horizontal.


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 17:03
Member (2004)
English to French
Co-op (bis) Mar 11, 2005

Un retour d'expérience très récent et très positif, application parfaite de la méthode dont parle Sylver :

Je viens de travailler comme relectrice sur un projet de traduction d'un gros mode d'emploi (150 pages sources) d'une machine d'analyse chimique.
Lors de l'attribution du contrat, le client (une agence) m'a envoy√© une fiche indiquant le nom du traducteur et ses coordonn√©es, ainsi que des instructions indiquant clairement que le boulot du r√©viseur consistait √† relever les coquilles, les incoh√©rences ou erreurs terminologiques et fautes grammaticales, mais que le traducteur restait ma√ģtre de la traduction et qu'il accepterait ou rejetterait mes commentaires.
Le traducteur a re√ßu lui aussi mon nom et mes coordonn√©es. Nous avons travaill√© sur quatre semaines, en fin de semaine je recevais la traduction et renvoyais mes commentaires 3 jours apr√®s. Lui me donnait ensuite un retour sur ce qu'il avait ent√©rin√© ou pas. En cas de d√©saccord on discutait directement mais il est rest√© ma√ģtre de toutes les d√©cisions finales.
Eh bien franchement ce projet n'a été que du bonheur, et m'a réconciliée avec le travail de relecture. Au final, ce 'gros' projet est passé comme une lettre à la poste, avec à la clé confiance et respect mutuel entre les membres du tandem traduction/relecture.

Une exp√©rience gratifiante et enrichissante, que je souhaite √† tout le monde. Elle m'a appris √† faire la part des choses entre les corrections n√©cessaires et le respect du style du traducteur. Malheureusement il me semble que souvent les d√©lais impos√©s par les agences ne permettent pas une relecture correcte avec ce retour tout √† fait n√©cessaire vers le traducteur (une autre exp√©rience r√©cente m'a montr√© que j'avais introduit des erreurs lors d'une relecture...). D'ailleurs souvent on ne sait pas qui relit, ou si m√™me on est relu, car cela co√Ľte bien moins cher de ne pas payer de relecture.

Mais comme le dit aussi Esther, il faut parfois se faire à l'idée que la perfection n'est pas de ce monde. Qui n'a jamais relevé de coquille à la lecture d'un roman ou d'un article de presse ?

H.


Direct link Reply with quote
 

Dan Marasescu  Identity Verified
Romania
Local time: 17:03
Member (2003)
English to Romanian
+ ...
Coopération et responsabilité Mar 11, 2005

Je suis aussi d'avis qu'une bonne coopération entre traducteur et réviseur aboutit en général à de meileurs résultats, mais je crois que, pour des raisons pratiques, la chose est presque impossible s'il n'y a pas de contact direct entre les deux. J'ai un client pour qui la méthode donne de très bons résultats, mais c'est seulement parce que le réviseur se met en contact avec moi par Yahoo Messenger et on discute la terminologie.

En ce qui concerne la résponsabilité, je connais quelqu'un qui a trouvé, à mon avis, la bonne solution dans le cas des traductions légalisées. C'est le réviseur qui la signe à la fin. Comme ça on peut tranquillement accorder le dernier mot au réviseur, sans perdre trop de temps. Evidemment, on ne peut pas faire la même chose avec la traduction des livres ou même des films.


Direct link Reply with quote
 

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 17:03
English to French
+ ...
Conditions d'efficacité de la révision Mar 19, 2005

Personnellement je crois que la révision nécessite d'être encadrée dans certaines limites pour être efficace.

En particulier je crois qu'elle doit être minimum. C'est à dire que le réviseur lui-même doit se relire de façon à ne pas laisser de correction non-indispensable.

Sinon, il tombe dans le travers du re-writing : il se prend pour un dieu intolèrant qui n'admet que sa propre expression. Ce qui est souvent insupportable.

Cordialement,

Paul VALET

[Edited at 2005-03-22 14:33]


Direct link Reply with quote
 

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 17:03
English to French
+ ...
Problème du traducteur incompétent Mar 19, 2005

Il m'arrive (rarement) de corriger des traductions faites par des personnes qui n'ont pas ou peu de compétence dans le domaine dans lequel elles ont traduit.

Le problème est alors qu'il faut faire derrière elles un travail important en révision, alors que la révision ne devrait être qu'un travail marginal.

Dans ces conditions, la révision ne peut qu'être proportionnellement très chère.

La "question subsidiaire" peut être alors celle de l'engagement des responsabilités civiles respectives du traducteur et du réviseur. Dans le cas que je viens d'évoquer, il est probable qu'un traducteur incompétent dans un domaine dans lequel il a traduit utilisera un réviseur autant pour masquer son incompétence à son client que pour se prémunir en cas de litige. Il faut alors voir si "le jeu en vaut la chandelle".

Cordialement,

Paul VALET

[Edited at 2005-03-22 14:44]


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 17:03
Member (2004)
English to French
Ca arrive même aux meilleurs... Mar 26, 2005

Je viens de tomber sur une belle grosse coquille dans la version CD-ROM du Petit Robert. Cela vient confirmer la thèse suivant laquelle la perfection n'est pas de ce monde :


cryptage
Opération par laquelle un message est rendu inintelligible à quiconque ne pssoède pas la clé permettant de retrouver la forme initiale.




[Edited at 2005-03-26 12:11]


Direct link Reply with quote
 
ArtizLife
Local time: 17:03
Spanish to French
+ ...
Mouais... Apr 8, 2005

Wordsonline wrote:

Je souhaite simplement dire que la relecture des réviseurs par le traducteur source devrait être obligatoire.
Non pas que je conteste les corrections souvent judicieuses des réviseurs, mais ils ne sont pas exempts de faire eux-mêmes des erreurs de traduction, de ponctuation et des fautes d'orthographe. Or, les agences renvoient les textes révisés aux clients finaux leur faisant une confiance totale et aveugle.

Je fais cette remarque parce que j'ai constaté fréquemment ce genre d'erreur dans les feedbacks de mes textes que je demande systématiquement. J'estime que nul n'est à l'abri d'une erreur, que ce soit le traducteur ou le réviseur; aussi, il serait bon de ne pas faire du réviseur la référence universelle et finale en matière de traduction.
Malheureusement, il ne faut jamais perdre de vue que réviseurs et traducteurs peuvent régulièrement être concurrents sur un projet...
Que pensez-vous de cette importance accordée aux jugements des réviseurs, que vous le soyez ou pas vous-mêmes?

Merci de votre attention et bonne soirée.

Béatrice.

[Edited at 2005-03-07 19:29]



Bonjour Béatrice,

Tout d'abord, il est largement reconnu par les institutions que les travaux effectués en interne sont de bien meilleure qualité que ceux réalisés en externe (pour différentes raisons, les compétences des free-lance n'étant pas toujours en cause). Je vois quant à moi régulièrement des réviseurs de ma division s'arracher les cheveux sur des traductions faites par des free-lance et déplorer de devoir quasiment récrire les textes qui leur sont soumis.

Si vous travaillez avec les institutions européennes, vous devez savoir qu'il serait matériellement impossible d'organiser des réunions entre traducteur free-lance et réviseur in house en vue de discuter de la légitimité ou de la validité de telle ou telle correction ! Il est toujours possible d'adresser commentaires et autres contestations aux secrétariats des divisions de traduction qui répercuteront alors l'info au réviseur concerné (ce qui arrive de temps à autre), mais vous imaginez le temps dont il faudrait disposer pour organiser des collationnements à proprement parler ?? Quand, au sein même de l'Institution, y compris concernant des textes législatifs pointus, nous manquons nous-mêmes de temps pour nous réunir et aborder les difficultés sérieuses auxquelles nous sommes confrontés ?

Pour ce qui est de la confiance, mais enfin, il faut bien décider de s'en tenir à une version un jour, sans quoi aucun délai ne serait jamais respecté...

Je sais bien que tous les réviseurs ne sont pas d'égale valeur ni tous également fiables, mais à quoi servirait de désigner des réviseurs si le traducteur devait, en définitive, systématiquement avoir le dernier mot ?

Et puis, comme l'ont dit d'autres intervenants avant moi : "l'erreur est humaine".

Bonne soirée,

ArtizLife


Direct link Reply with quote
 

Beatrice Einsiedler  Identity Verified
Local time: 17:03
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
erreur d'interprétation Apr 8, 2005

Je ne faisais absolument pas allusion aux réviseurs internes des institutions européennes (qui finalement reçoivent de l'agence la version traduite puis révisée...aussi, ils ne peuvent préjuger de la qualité ni du traducteur d'origine, ni de celle du réviseur) mais aux réviseurs engagés par la même agence que moi pour la relecture.

Bien s√Ľr que nul n'est infaillible, les r√©viseurs comme les traducteurs, mais ceci dit, il est toujours rageant de voir que les r√©viseurs ins√®rent des fautes d'orthographe, de grammaire, de syntaxe, ou des erreurs par rapport au code de r√©daction interinstitutionnel UE.

Et pour revenir aux réponses précédentes, je crois que même si le réviseur a beaucoup de corrections à apporter, il faut qu'il relise correctement, avec autant de précision que son travail de relecture/ traduction d'origine, le texte final qu'il va définitivement soumettre aux clients. Il est quand même dommage qu'à l'arrivée la version révisée rendue au client soit 'moins bonne' d'un certain point de vue que la version du traducteur.

Pour ma part, j'ai d'ailleurs décidé de ne pas accepter de faire de la relecture, même si cela me l'a été proposé plusieurs fois. C'est un parti-pris.

Quant à l'idée d'une coopération entre traducteur et réviseur, ce serait génial si cela était possible, mais les petites agences ne choisissent pas systématiquement le même réviseur pour relire le même traducteur. En fait, à chaque fois que la relecture m'a été proposée, c'était parce qu'en fait, je n'avais pas le temps de faire moi-même la traduction. Je crois également qu'il ne faut pas oublier la concurrence qui existe entre les traducteurs et l'avantage qu'il peut y avoir quelquefois à dénigrer le travail d'un collègue.

Béatrice

[Edited at 2005-04-08 22:58]

[Edited at 2005-04-08 23:02]


Direct link Reply with quote
 

hduverle  Identity Verified
Local time: 11:03
Member (2004)
English to French
+ ...
Dans la catégorie "réviseur faillible"... Apr 9, 2005

La Documentation Française, organe public qui imprime entre autres tous les rapports officiels (rapports parlementaires, etc.) vient d'envoyer au pilon 160 000 exemplaires (6 ou 7000 étant déjà en circulation) du "projet de Constitution Européenne" qui donne actuellement tellement de sueurs aux politiciens du même hexagone.
Il restait en note de l'un des paragraphes une remarque de trois lignes, sans doute faite par un juriste chargé "d'expliquer" et qui commençait par "texte incohérent...".
Que j'aimerais avoir un des exemplaires survivants !
Un relecteur avait eu un moment de faiblesse.
La nouvelle a été annoncée sur la radio nationale mais je ne suis pas certain qu'elle ait été reprise !!!


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

De la toute puissance des réviseurs.

Advanced search






Wordfast Pro
Translation Memory Software for Any Platform

Exclusive discount for ProZ.com users! Save over 13% when purchasing Wordfast Pro through ProZ.com. Wordfast is the world's #1 provider of platform-independent Translation Memory software. Consistently ranked the most user-friendly and highest value

More info »
Protemos translation business management system
Create your account in minutes, and start working! 3-month trial for agencies, and free for freelancers!

The system lets you keep client/vendor database, with contacts and rates, manage projects and assign jobs to vendors, issue invoices, track payments, store and manage project files, generate business reports on turnover profit per client/manager etc.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs