Mobile menu

Pages in topic:   [1 2] >
Off topic: Avez-vous le temps de faire autre chose que des traductions ?
Thread poster: Karine Piera

Karine Piera  Identity Verified
Local time: 20:56
English to French
+ ...
Mar 28, 2005

Enfin, bon, je me demande, parce que pour l'instant je travaille pour une société qui n'a rien à voir avec le domaine de la traduction et je fais mes traductions seulement la nuit et/ou le week-end...et ma question est, quand commence-t-on vraiment à avoir une vie, avoir le temps de faire autre chose que de faire des recherches, chercher des clients, rendre les traductions, se battre avec les clients parfois pour obtenir un paiement. Parce que jusqu'à présent j'adore ce que je fais, mais j'en arrive à penser que je n'ai pas le temps d'aller à tous les anniversaires de mes amis, que mon meilleur ami s'appelle dictionnaire, à quand remonte ma dernière virée shopping et d'autres questions qui peuvent paraitre très futiles.
Dites-moi que ca passera quand je ne serais 'que' traductrice, SVP! ;o)


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 20:56
Member (2007)
German to French
+ ...
Ce sera pire ! Mar 28, 2005

Karine Piera wrote:

Dites-moi que ca passera quand je ne serais 'que' traductrice, SVP! ;o)



Mais non, c'est pour plaisanter ! Deux hypothèses : le salariat ou l'indépendance. Rien à dire sur la première situation. En ce qui concerne la seconde, tout est possible. Des périodes de folie qui peuvent durer des semaines sur de gros projets où tu ne comptes pas les heures, les fins de semaines ou autres jours fériés. Cela arrive et il faut y être prêt, mais il n'y a plus de vie sociale.

Si cela se présentre, cela permet aussi d'engranger pour les périodes où c'est l'inverse qui se présentera. Peu de boulot et des petites choses genre communiqué de presse de 500 mots, un ou deux par semaine. Du temps plus qu'à revendre, mais il n'est pas certain que l'on en profite vraiment : on se fait du souci, on pense que c'est foutu, on guette la messagerie on louche sur le téléphone muet, etc. On n'ose pas trop s'absenter des fois que ... l'on rate la bonne proposition. Pas très drôle en fait, et cela se ressent sur les relations sociales.

Personnellement entre ces deux situations (il y a pire évidemment : rien du tout pendant un temps jugé interminable) je n'ai jamais connu de fleuve tranquille du genre je ne bosse que six heures par jour, je prends tous mes week-end et je vais au cinoche deux fois par semaine. Peu être que d'autres connaissent ce qui paraîtrait idyllique ?

Pour le salariat, je n'ai aucune expérience, mais en cas de bourre, j'imagine que l'heure sup cela existe aussi ?

Ce n'est pas un métier facile, mais en existe-t-il vraiment ?

Bonne continuation,

Adrien


Direct link Reply with quote
 
A-C Robertson  Identity Verified
Local time: 11:56
French to English
+ ...
c'est clair!! Mar 28, 2005

C'est super difficile, en effet. Dire "non" a un travail de traduction qu'on demande, c'est quasiment impossible...! Mais je crois qu'il faut garder un peu de temps pour soi...je suis encore jeune alors qu'est-ce que j'en sais, moi? Mais c'est mon avis. Je veux pas finir par hair mon travail a cause du fait que je n'ai pas le temps de me reposer et de me rappeler l'importance du plaisir qui n'apporte pas d'argent.



Direct link Reply with quote
 

Nathalie Diu  Identity Verified
Local time: 20:56
English to French
+ ...
On trouve toujours le temps... Mar 28, 2005

de faire autre chose quand on le veut bien ou quand il le faut... Tout est une question d'organisation et de priorités. C'est aussi pas mal de pouvoir se faire aider un peu par ses proches/amis !! Par exemple, avant d'avoir un enfant, je me demandais comment je réussirais à concilier travail/vie de famille/vie sociale. C'est sûr que j'ai dû sacrifier sur la vie sociale, mais pour l'instant vie de famille et travail, ça ne se passe pas trop mal. Maintenant, j'arrive même à faire un petit peu de sport Dans qq temps, l'équilibre changera et je pourrais reprendre ma vie sociale. Le tout est d'être à fond dans de ce qu'on fait au moment où on le fait (ex. 100 % avec mon enfant puis 100 % dans mon boulot puis 100 % avec mon chéri - le pauvre, c'est quand même lui qui arrive en dernier dans l'histoire !!).
Enfin, bref, c'est quand même pas facile et je pense qu'on n'arrive jamais à un équilibre parfait, mais le plus important, c'est de ne pas se laisser bouffer par le boulot et de savoir dire non de temps en temps (ou alors de sous-traiter à qqun de temps à autres !). Sur ce, j'y retourne


Direct link Reply with quote
 

Karine Piera  Identity Verified
Local time: 20:56
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Tout cela me rassure un peu Mar 28, 2005

Merci pour vos commentaires qui me rassurent un peu, c'est le moins qu'on puisse dire. Parce que j'ai passé 11 heures de mon samedi et 8 heures de mon dimanche sur une trad et que je passe plus de temps à rechercher des nouveaux clients qu'à faire mon 'vrai' travail. Ca va que mon patron est compréhensif (et absent aujourd'hui pour cause de lundi de Paques). Je pense aussi que cela s'améliorera lorsque je n'aurais qu'une seule activité professionnelle et donc moins de choses à organiser à la fois. J'attends de voir si d'autres ont de l'eau à apporter à mon moulin.

Karine


Direct link Reply with quote
 

Geneviève von Levetzow  Identity Verified
Local time: 20:56
Member (2002)
French to German
+ ...
Difficilement... Mar 28, 2005

Entièrement d'accord avec Adrien qui a très bien décrit le problème.

À part le travail, ma première priorité est au moins 2 heures de sport par semaine. Je n'y arrive pas toujours...

Je refuse des travaux, je fais de la sous-traitance. Mais il n'est pas toujours possible de dire non à certains clients ou de sous-traiter certains travaux.

J'essaie d'organiser mes relations sociales, mais elles pâtissent. J'ai été dîner dehors hier soir avec une amie, fais des courses avant-hier.
Une autre m'a téléphoné ce matin, voulais me rendre visite. Impossible...

Mais je n'aimerais pas changer de métier;)

Geneviève


Direct link Reply with quote
 

Claudia Iglesias  Identity Verified
Chile
Local time: 14:56
Member (2002)
Spanish to French
+ ...
Tu as deux jobs Mar 28, 2005

Salut Karine

Il faut commencer par dire que tu as deux jobs, ce qui suppose des contraintes mutuelles. Et le patron a beau être compréhensif, si ton rendement en pâtit, il va être moins sympa.

Je crois (et je rigole de moi-même en voyant que je m'apprête à donner des conseils en la matière) qu'il faut choisir entre le poste fixe et la traduction en indépendant. Autrement l'épanouissement ou développement éventuels se verront bloqués.
Je crois qu'il faut tout miser sur l'un des deux pour le faire à fond.
J'ai misé sur l'indépendance et au bout d'un an j'avais du travail régulier, pratiquement tous les jours mais avec des projets de taille inégale. Parallèlement j'ai entrepris des études de traduction par Internet que je viens de terminer officieusement (officiellement ce sera en mai), au bout de trois ans. Persévérance, tonus et volonté ont été nécessaires.
Parallèlement une famille avec trois enfants, qui bien qu'autonomes tombent quand même malades et ont besoin d'être suivis à l'école, un travail de modératrice qui consomme un peu de temps, des responsabilités en tant que mère d'élève à l'école...
Le prix à payer est de longues périodes sans faire du shopping. Mes habitudes de consommatrice ont complètement changé, avant je faisais du lèche-vitrine, comparais les prix, y retournais, j'achetais par petites quantités. Maintenant quand je sors je dépense beaucoup plus en me disant que de toutes façons la prochaine sortie c'est dans quatre mois. Et les courses au supermarché permettraient de tenir un siège.
Ensuite, je vis mal le stress, et il y a du stress dans ce boulot : la date limite trop serrée, la mise en page qui fait des siennes, l'ordinateur qui tombe en panne, etc. Je suis obligée d'aller voir le dermato régulièrement. La première fois, sans me connaître et sans savoir comment je vis ce travail il m'a dit : c'est le problème de tous les perfectionistes...
Et pour finir, la vie familiale. Heureusement nos enfants sont casaniers et préfèrent faire la grasse matinée et recevoir des amis à la maison que partir en week-end, mais nous ne sortons jamais, sauf pour les vacances. Et là je prends ma revanche, j'ose partir beaucoup plus que de nombreux collègues et j'ai réussi aux dernières vacances à me déconnecter complètement, pour les vivre à 100% comme dit Nathalie.
Le sport, j'ai abandonné, quand je sens qu'un lumbago me menace (trop de temps assise devant l'ordi) je reprends les exercices, juste le minimum.
Mon mari n'aime pas qu'il m'arrive trop souvent de me coucher après lui et de me lever avant et mon rêve serait d'arriver à travailler avec des horaires, mais c'est un mot difficile à trouver dans les glossaires des traducteurs indépendants.

Claudia


Direct link Reply with quote
 

Karine Piera  Identity Verified
Local time: 20:56
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Impossible de choisir pour le moment Mar 28, 2005

Salut Claudia,

Et merci de ton avis également. J'aimerais beaucoup n'être 'que' traductrice, mais je crains malheureusement que les contraintes financières ne m'obligent pour le moment à conserver mes deux emplois, car je ne gagnerais pas assez d'argent pour survivre si je devais me contenter de mon revenu de traductrice. De plus, rentrant en France très certainement le mois prochain et non au mois de juillet comme cela était prévu initialement, j'ai bien compris que mes charges fiscales seraient très différentes de celles que j'ai actuellement en Angleterre (c'est-à-dire aucune dans mon cas). Je voulais seulement savoir si un jour j'arriverais à jongler avec le tout sans trop trop de difficultés (même si je sais qu'il va toujours y en avoir).
Quand je parle de mon patron compréhensif, j'entends par là que si je lui explique que je viens de recevoir une commande pour une traduction et que je veux prendre mes jours de vacances le lendemain, il ne va pas me dire 'il fallait me prévenir avant, comment je vais faire maintenant', ce genre de choses, mais c'est un autre sujet.
Je crois que l'un de mes plus gros problèmes est très certainement la gestion de mon temps de travail, mais cela mériterait sans doute un autre fil tout entier.

Karine


Direct link Reply with quote
 

Geneviève von Levetzow  Identity Verified
Local time: 20:56
Member (2002)
French to German
+ ...
Le shopping Mar 28, 2005

Mes habitudes de consommatrice ont complètement changé aussi comme celles de Claudia.

Je ne compare plus les prix, achète aussi moins souvent mais plus cher parce que je mise sur qualité et service. Quand le temps est si précieux, je n'ai pas envie de me faire bousculer ou de faire la queue. Les économies de quelques euros n'en étant pas, parce que je ne peux pas travailler et que si je compare le gain de temps au gaint d'argent, j'y perds. Je gagne davantage en une heure que ces quelques euros économisés.

Et le shopping est devenu une distraction rare, mais très agréable. Faut bien se récompenser de ses journées et nuits folles passées devant l'ordinateur;)

Le stress... très bien décrit par Claudia... mais je le vis assez bien parce qu'il est pour moi de nature technique et non émotionnelle (pratiquer régulièrement du sport est aussi très destressant). Je trouve bien plus fatiguant de donner des explications à des clients (et je dois le faire très rarement)que de venir à bout de problèmes informatiques de tout genre, mais je pense que c'est une histoire très personnelle.

Ce que je trouve difficile est davantage la gestion de toutes ces deadlines. Et l'échange de courriels avec les clients.

Geneviève


Direct link Reply with quote
 

NancyLynn
Canada
Local time: 14:56
Member (2002)
French to English
+ ...

MODERATOR
Internet et femme de charge Mar 28, 2005

Bon lundi de Pâques à tous et à toutes

Pour le shopping: heureusement qu'on a Internet. Les vêtements, les cadeaux de Noël, etc, on met le tout sur la carte de crédit et on paye le solde losqu'on reçoit le gros chèque du client

Pour le ménage: comme dit Geneviève, on compare le temps perdu à faire du travail sans récompense avec la récompense de faire ce que l'on adore faire.

Pour les enfants: de 15h30 à 20h, l'ordi est fermé. On a quand même nos priorités, non?

Pour le sommeil: ah, ben, là, là, comme dirait ma petite Jocelyne... Il y a tjrs des sacrifices à faire. Comme toi, Claudia, je me couche plus tard et me lève plus tôt que mon vieux, mais le matin, ben là - les enfants, eux, se lèvent à l'aube, ce qui veut dire que l'été, les journées de travail commencent assez tôt et nous n'auront pas probablement pas le loisir d'avoir d'autres enfants maintenant mais on ne peut pas tout avoir.

Ça va arriver, Karine, tout vient à point à qui sait attendre

Nancy



[Edited at 2005-03-28 15:48]

[Edited at 2005-03-28 17:26]


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 20:56
Member (2007)
German to French
+ ...
Pour quelques dollars de plus ... Mar 28, 2005

A moins que ce ne soit dans "Pour une poignée de dollars", Clint (Eastwood) dit à Lee (van Cleef) : "si la vie d'un homme ne tient qu'à un fil, mieux vaut avoir un bon réseau ..."

Comme indiqué par ailleurs, et certains la savent déjà, j'ai commencé en 1969 à "faire" le traducteur ... Activité principale (pas toujours totalement unique cependant - quelques complémentarités salariées - mais toujours majoritaire) et j'ai toujours été le seul à "travailler", quoiqu'étant "chef" de famille ... Voilà beaucoup de guillemets en si peu de caractères.

Uniquement pour dire que les autres témoignages apportés après ma première réponse me confortent dans l'idée d'avoir fait et poursuivi ce que j'ai fait :

La traduction peut être une activité principale et unique, mais tout comme certains se font une suite pour violoncelle de J.S. Ruisseau (il n'y en a que six, donc le dimanche c'est à l'orgue)avant de se mettre au travail chaque matin, cela repose sur la "lecture" que l'on veut faire de soi et de son entourage.

Au fil des pages, cette lecture s'enrichit et se transforme et tant que la dernière page n'est pas tournée, rien n'est fichu.

Au pire, on reprend au début pour être sûr d'avoir tout compris ...

Adrien


Direct link Reply with quote
 

Martine Etienne  Identity Verified
Belgium
Local time: 20:56
Member (2003)
English to French
+ ...
Travail.. détente.. Mar 28, 2005

Et bien je suis comme vous, je suis toujours en train de jongler entre ma qualité de maman-taxi qui se précipite pour conduire ses filles à l'école, faire du sport, chez le dentiste, chez les amis...et mes échéances parfois serrées. Il faut encore caser le linge, pas le ménage (je le sous-traite), le rangement, les chiens, le chat, lapins, cobaye et hamster, les chevaux..et un peu le mari.

Tout ça mis ensemble me laisse peu de temps pour moi, je rêve de séances de solarium car quand je suis dans la "boîte", personne ne crie maman, ne miaule pour sortir ou ne téléphone pour voir quand je livre.

Mais.. je ne voudrais changer ma vie pour rien au monde.. Dès que je ne fais rien, je m'ennuie et puis quelle richesse, ce travail.. toujours des sujets différents, des remises en question.

Et bien je me reposerai quand je serai à la retraite.. j'ai aussi la chance d'avoir un mari qui cuisine, et qui accepte de dormir seul une partie de la nuit bien souvent. Mais bon, on part en vacances en juillet...et là je déconnecte tout.

Alors que demander de plus



[Edited at 2005-03-28 19:35]


Direct link Reply with quote
 

Beatrice Einsiedler  Identity Verified
Local time: 20:56
English to French
+ ...
un travail à temps partiel Mar 29, 2005

Bonjour,

je ne sais par où commencer pour vous donner mes impressions personnelles sur cette question.
Il faut préciser que je ne suis free-lance que depuis début novembre 2004 et que je cumule, en fonction de mes revenus de traduction, mes allocations-chômage et les fruits de la traduction.
Cette possibilité de jongler entre revenus et chômage me permet de travailler à un certain rythme et donc de pouvoir faire du shopping, lire, aller au ciné, etc. Donc pour l'instant, je suis bien cool.
Mais, dans les faits, je ne fais pas un temps complet de traduction et je démarre doucement. J'ai deux clients réguliers et quelques clients directs épisodiques.
Je ne dis pas toujours oui car je ne veux pas bâcler les textes que je dois traduire et je tiens autant que possible à ménager de bonnes relations avec mes clients.

Cependant, des questions se posent parce que je ne pourrai ad vitam aeternam continuer à cumuler un mi-temps avec le chômage et qu'il faudra bien que de gros projets arrivent plus régulièrement et à de meilleurs tarifs.
Mais, malgré un tempérament naturellement pessimiste, j'essaie de me rassurer, croyant que toute chose vient à point à qui sait attendre. Et puis, je me dis que d'une part, je ne m'attendais pas à commencer aussi vite et que d'autre part, je ne souhaiterais plus faire autre chose.

Donc, j'essaie de profiter autant que faire se peut des bons moments qui se présentent.
Je n'ai pas d'enfants et mon copain est très compréhensif quand il m'arrive d'être occupée sur un moyen terme, donc le contexte est idéal actuellement pour démarrer sur de bonnes bases.

Et la cerise sur le gâteau, maintenant que le soleil montre son nez de façon plus régulière, je commence à travailler sur la terrasse

Bonne journée,

Béatrice

PS: en me relisant, je m'aperçois que je suis finalement un mauvais exemple, vu que je travaille à temps partiel et que je ne suis pas surbookée, comme ils disent, donc ma contribution à ce fil vaut ce qu'elle vaut...

[Edited at 2005-03-29 13:07]


Direct link Reply with quote
 

Annike THIERRY  Identity Verified
Local time: 20:56
Member (2003)
English to French
Choisir ses priorités... Mar 29, 2005

Bonjour,
Cela fait maintenant 4 ans que je suis à plein temps, et je commence depuis un an à apprécier pleinement un certain équilibre. Pour les clients, il m'a fallu 2-3 ans pour en avoir assez pour pouvoir commencer à dire non et à imposer quelques conditions (ce n'est pas toujours possible, bien sûr

Je suis tout à fait d'accord avec Adrien, qui décrit très bien l'irrégularité de la charge de travail. Il y a des périodes où l'on travaille tous le week-ends, tous les soirs... et d'autres beaucoup plus calmes. Le tout est d'arriver à accepter cette situation (je commence tout juste et de ne pas angoisser pendant les périodes creuses. Avec une famille un peu compréhensive (par exemple un mari qui aide dans les tâches ménagères et pour s'occuper des enfants - ce qui est mon cas, ça se passe bien, et on profite des périodes calmes pour rattraper le temps perdu. (Jouer avec les enfants, inviter ses amis, courrier en retard, repassage, bricolage, etc..). Tout en attendant d'autres projets, bien sûr.

Je crois qu'on ne peut tout avoir : des jobs et revenus réguliers, le temps pour la vie de famille et la vie sociale en plus. De mon côté j'ai choisi, j'ai temporairement mis la vie sociale de côté. Je partage comme Nathalie mon temps entre les traductions et ma famille, et ça se passe très bien, je n'ai pas du tout à me plaindre, je passe pas mal de temps avec les enfants. J'arrive même à prendre un cours de gym de temps en temps.

Tant que ça continue... D'ici quelques temps les enfants seront bien contents qu'on les laisse tranquille, et on profitera à nouveau de la vie sociale

Bon courage à tous et bonne route (dans le monde de la traduction) !
Annike

[Edited at 2005-03-29 18:41]


Direct link Reply with quote
 
Isabelle DEFEVERE  Identity Verified
Spain
Local time: 20:56
English to French
+ ...
à condition de travailler la nuit, oui... Mar 31, 2005

Tout est dit dans le titre, je travaille à plein temps depuis le mois d'octobre 2004 et ça marche plutôt bien, d'un naturel optimiste je me suis mis un crédit de 30 ans sur les bras pour m'acheter un appartement que j'adore.

Je suis seule avec mon petit Maxime de bientôt cinq ans, il faut que "j'assure", alors en cas de boom, Maxime mange à la cantine "comme ça, maman peut travailler" sans interruption de 09h00 à 16h50, et je reprends à 20h00 lorsque petit prince est au lit. Je me couche très rarement avant minuit, mais ça ne me dérange pas.

En cas de surcharge totale, je sous-traite mon travail.

Notre métier est fantastique de par la liberté qu'il nous donne, la liberté d'aller chercher nos enfants à l'école, de faire les courses le lundi matin quand les supermarchés sont vides et que ça va bien plus vite, d'aller à la plage (ben oui, je vis à Alicante, en Espagne), au parc.

Les fins de semaine sont parfois difficiles, les copains téléphonent et je leur explique que "tengo mucho trabajo", Maxime est un enfant tranquille qui peut me laisser pendant plusieurs heures travailler sans me "déranger", j'invite parfois un de ses petits copains (sages) pour qu'ils jouent ensemble. Il se sent moins seul.

Pour ce qui est des vacances, je n'ai pas encore essayé, mais mon portable fera partie du voyage...

J'ai réussi une fois à laisser mon ordinateur éteint tout un week-end, un exploit !


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Avez-vous le temps de faire autre chose que des traductions ?

Advanced search






Wordfast Pro
Translation Memory Software for Any Platform

Exclusive discount for ProZ.com users! Save over 13% when purchasing Wordfast Pro through ProZ.com. Wordfast is the world's #1 provider of platform-independent Translation Memory software. Consistently ranked the most user-friendly and highest value

More info »
LSP.expert
You’re a freelance translator? LSP.expert helps you manage your daily translation jobs. It’s easy, fast and secure.

How about you start tracking translation jobs and sending invoices in minutes? You can also manage your clients and generate reports about your business activities. So you always keep a clear view on your planning, AND you get a free 30 day trial period!

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs