Mobile menu

Pages in topic:   [1 2] >
Sondage auprès des traducteurs expérimentés
Thread poster: Beatrice Einsiedler

Beatrice Einsiedler  Identity Verified
Local time: 07:52
English to French
+ ...
Jun 11, 2005

Bonjour,

après avoir discuté avec quelques jeunes collègues récemment arrivés sur le marché, deux questions ont vu le jour face à un certain découragement ou au moins face à de nombreuses interrogations émanant de part et d'autre.

Les questions sont les suivantes:
* au bout de combien d'années (de temps pour faire plus simple) avez-vous pu commencer à vivre décemment uniquement de vos revenus de traducteurs? (j'entends entre 1300 et 1500 euros net pour commencer, ou équivalent dans d'autres monnaies).
* à partir de combien de clients réguliers (plusieurs projets par mois) peut-on imaginer tirer son épingle du jeu? (je sais bien qu'il faut constamment prospecter de nouveaux clients)

Je divise ces questions en deux parties: l'une s'adresse aux traducteurs techniques ayant une spécialité ou plusieurs cordes à leur arc et l'autre concerne les traducteurs généralistes (comme moi, par exemple).

Je vous remercie de votre attention et attends vos réponses avec impatience.

BĂ©atrice

[Edited at 2005-06-11 20:45]


Direct link Reply with quote
 

CĂ©line Odo  Identity Verified
France
Local time: 07:52
English to French
+ ...
BĂ©atrice, tu m'Ă´tes les mots de la bouche ! Jun 11, 2005

Moi aussi, ça m'intéresse

Direct link Reply with quote
 

VĂ©ronique Le Ny  Identity Verified
France
Local time: 07:52
Member (2006)
Spanish to French
+ ...
grosso-modo Jun 11, 2005

Pour faire simple, en gros au bout de trois ans je peux commencer à envisager de ne vivre que de ça. Pour ma part, je ne travaille qu'avec des agences, je n'ai pas de clients directs, c'est un choix de ma part, traiter seulement avec des agences rapporte certainement moins mais me cantonne dans mon strict rôle de traductrice. (Je ne sais pas me vendre auprès de clients et suis plutôt nulle en négociation). J'ai quatre agences qui traitent avec moi très régulièrement pour des trucs plus ou moins importants, mais j'entend par là que ces agences font appel à mes services plusieurs fois par mois. Ensuite il y en a une petite dizaine qui sont plus occasionnelles, mais celles-là en revanche, me confient en général des projets plus importants.
En tout cas, ne te décourage pas, le volume de travail est important et tu auras forcément ta part à un moment donné. Bon courage.
VĂ©ro


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 07:52
Member (2007)
German to French
+ ...
Différents cas de figure sans doute Jun 12, 2005

Bonjour BĂ©atrice et CĂ©line !

Ce que résume rapidement Véro semble être un cas de figure typique de "jeunes" traducteurs débutant de nos jours. Cette expérience, je ne l'ai pas, mais au vu de différents témoignages, dans le secteur de la traduction, comme dans d'autres, les deux-trois premières années sont décisives. Passé ce cap, cela semble aller mieux, mais au début cela semble quasi insurmontable.

Une fois le rythme de croisière (si donc le cap est franchi) établi, cela ne veut pas dire que c'est acquis. Il y a des fluctuations et sur le plan budgétaire, il faut pouvoir progressivement provisionner de manière à faire face à des périodes un peu désertiques. Au bout de ... bien longues années, ma trésorerie tourne sur trois ans.

Si Véro bosse avec agence, mon expérience est inverse : la quasi totalité de mon activité est en clientèle directe et c'est après un petit paquet d'années de salariat (oui, cela peut être très intéressant au début, mais pas forcément facile à trouver, je vous l'accorde), que j'ai pu voler de mes propres ailes ... mais dans le monde éditorial (le livre, la presse). Régime des droits d'auteur (AGESSA et non plus URSSAF).

C'est un aspect à ne pas méconsidérer, la traduction "technique" ne s'oppose pas à la traduction "littéraire" à ce niveau : si je traduis des ouvrages de programmation pour des éditeurs informatique ou localise des logiciels et traduis des manuels d'utilisateur, ce n'est pas traduire du Thomas Mann ... rien de littéraire là-dedans.

Dans ces relations directes, vous gagnez sans doute mieux (parce que vous pouvez faire valoir votre plus value), mais c'est tout aussi précaire : un éditeur vous lâche et c'est la chute libre sans filet. Parachute en torche.

Voilà quelques échos, un peu rapides aussi, mais pour dire que la traduction peut faire vivre une famille : avec quelques infidélités bien rares, je suis traducteur depuis 1969 (snif ...) et suis le seul à jamais avoir eu une activité rémunérée dans mon foyer.

Alors, l'avenir est radieux !

Amitiés,

Adrien

[Edited at 2005-06-12 16:51]


Direct link Reply with quote
 

Beatrice Einsiedler  Identity Verified
Local time: 07:52
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Merci Jun 13, 2005

à Véro et Adrien pour leurs réponses.
J'attends (Céline aussi les récits d'autres confrères, mais ces deux-là apportent quand même quelques premières indications.

Et sinon, je veux rassurer Véro, car pour ma part, je ne suis pas découragée du tout, ni inquiète d'ailleurs, mais surtout dans l'interrogation et l'expectative.
Je ne suis pas très patiente de nature, mais je sais que dans notre domaine, il est nécessaire d'apprendre à l'être, alors je me soigne

N'hésitez pas, les autres, à ajouter votre grain de sel.

A bientĂ´t,

BĂ©atrice


Direct link Reply with quote
 

CĂ©line Odo  Identity Verified
France
Local time: 07:52
English to French
+ ...
OĂą sont les traducteurs ? Jun 15, 2005

J'essaie de dépoussiérer ce fil qui m'intéresse au plus haut point puisque dernièrement j'ai rencontré un juriste qui m'a déconseillé de m'inscrire à l'URSSAF et de faire de la traduction mon métier en tant qu'indépendante. D'après lui, très difficile de vivre des revenus de traduction en France. Pour preuve, il a installé une dizaine de traducteurs dans sa carrière, aucun n'a fait long feu.
Il a d'ailleurs fait un rapport à l'ANPE à mon sujet, déconseillant que je me mette à mon compte.
Je ne vous cache pas que j'ai été sonnée par l'entretien, alors pitié, rassurez-nous, je crois qu'avec Béatrice on a bien besoin de se faire remonter le moral.


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 07:52
Member (2007)
German to French
+ ...
Je me pose une vraie question Jun 15, 2005

CĂ©line Odo wrote:

D'après lui, très difficile de vivre des revenus de traduction en France.



Personne n'a dit ni jamais prétendu que c'était facile, mais nous sommes, même sur ProZ me semble-t-il, un certain nombre à en vivre sous forme d'activité principale et non occasionnelle ou accessoire pour aider le conjoint à boucler les fins de mois ??? C'est du moins ma situation perso.



Pour preuve, il a installé une dizaine de traducteurs dans sa carrière, aucun n'a fait long feu.



Il avait sans doute des honoraires plus que conséquents, qui ont bouffé ce que le traducteur avait eu peine à gratter ??? Que vient faire un juriste dans l'installation d'un traducteur ? Comprends vraiment pas du tout le topo. Mais pas du tout.

En revanche, je n'ai pas les chiffres exacts en tête, il est X/Y tentatives d'installation qui se soldent par un échec dans les trois premières années : c'est vrai (globalement et pas simplement chez les traducteurs, chez les plombiers aussi).



Il a d'ailleurs fait un rapport à l'ANPE à mon sujet, déconseillant que je me mette à mon compte.



Qu'est-ce que je lis ? Là, il faut expliquer parce que je ne comprends pas un traître mot au topo, mais vraiment rien. Juriste, ANPE, qu'est-ce que cela vient faire ici ? Sorry, je suis raide.



Je ne vous cache pas que j'ai été sonnée par l'entretien, alors pitié, rassurez-nous, je crois qu'avec Béatrice on a bien besoin de se faire remonter le moral.



C'est quoi cet entretien ? Il sert à quoi, il est conseillé ou obligatoire ? Par qui, comment, pour quel type de démarche ? Dans quelle problématique ?

Je n'ai pour idée que d'aider et de conseiller si je peux, mais là j'avoue être largué ...

Bien amicalement,

Adrien


Direct link Reply with quote
 

Florence B  Identity Verified
France
Member (2002)
English to French
+ ...
Ah bon ? Jun 15, 2005

Tout dépend de ce qu'on appelle "un salaire décent". Si ça commence à 100 000 euros l'année, alors là c'est clair que c'est difficile à atteindre.
Je suis un peu comme Adrien, je ne vois pas de quel droit ce type a fait un rapport sur toi Ă  l'ANPE ?
Personnellement mon plus gros problème actuellement est de trouver du temps pour aller dépenser mes sous et faire les travaux pour lesquels je les ai économisés, pas le manque de travail


Direct link Reply with quote
 

CĂ©line Odo  Identity Verified
France
Local time: 07:52
English to French
+ ...
Chouette Adrien arrive ça devrait mettre de l'ambiance ;-) Jun 15, 2005

Adrien AVENAZ a Ă©crit :

Qu'est-ce que je lis ? Là, il faut expliquer parce que je ne comprends pas un traître mot au topo, mais vraiment rien. Juriste, ANPE, qu'est-ce que cela vient faire ici ? Sorry, je suis raide.

Adrien


L'ANPE convoque régulièrement (:lol:, tu parles tous les 6 mois et encore comme j'ai déménagé, ça m'a reporté à 9 mois) les chômeurs comme moi pour savoir où ils en sont. J'ai donc dis que je travaillais en portage (oui, Adrien, je sais ce que t'en penses, pitié ne me frappe pas ) et que je souhaitais m'établir à mon compte. On m'a dit que je pouvais rencontrer un juriste qui s'est spécialisé en aide à la création d'entreprise et qui fricotte avec l'ANPE. Sur ce, il a quand même fallu que je revienne à l'ANPE pour demander à voir ce juriste (oui, c'est comme ça, ils ne peuvent pas faire plusieurs choses à la fois), et ils ont pris RDV pour moi.

J'y suis allée, ça ne me coûtait rien, surtout que j'avais une question très précise : vaut-il mieux être en EURL ou profession libérale ? Il m'a expliqué tout ça en 1h45 et le dernier 1/4 d'heure nous avons parlé du métier de traducteur. C'est là qu'il n'a pas été gentil
Il a fait un rapport à l'ANPE puisque c'est elle qui l'a payé. Du coup j'ai été convoquée (ben tiens, c'était hier !) à l'ANPE qui m'a rapporté ce qu'avait dit le monsieur...
Ca ne m'a pas non plus fait plaisir. Donc, lĂ , c'est pas la joie ces jours-ci...

[Edited at 2005-06-15 16:24]


Direct link Reply with quote
 

Florence B  Identity Verified
France
Member (2002)
English to French
+ ...
Conclusion Jun 15, 2005

1 - Il y a des tas de traducteurs qui vivent décemment de leur métier
2 - Ceux que ton "juriste" a installés se sont tous cassé la figure

Conclusion : cette personne ne connait rien au métier de la traduction, de ses exigences et de son potentiel, et n'est absolument pas en position de donner des conseils dans ce domaine puisque ses antécédents se sont révélés être des flops. Pas terrible au niveau du "track record" (comme on dit, nous dans nos textes sources et eux dans leur jargon).

Je pense que tu devrais envoyer ton conseiller ANPE sur certains forums de ProZ afin de lui faire voir le véritable jour de la profession.

[Edited at 2005-06-15 17:09]


Direct link Reply with quote
 

CĂ©line Odo  Identity Verified
France
Local time: 07:52
English to French
+ ...
Je ne demande pas la lune Jun 15, 2005

Oddie wrote:

Tout dépend de ce qu'on appelle "un salaire décent". Si ça commence à 100 000 euros l'année, alors là c'est clair que c'est difficile à atteindre.


Je suis comme Béatrice, j'aimerais au moins pouvoir arriver à environ 1200€ par mois net.

Personnellement mon plus gros problème actuellement est de trouver du temps pour aller dépenser mes sous et faire les travaux pour lesquels je les ai économisés, pas le manque de travail


Merci Oddie, ça fait plaisir

pour faciliter le sondage ceux qui n'ont pas envie de s'étaler pourraient nous dire s'ils dépassent oui ou non le seuil que nous avons évoqué avec Béatrice et combien de temps il leur a fallu pour atteindre cette rémunération ?

[Edited at 2005-06-15 16:31]

[Edited at 2005-06-15 16:31]


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 07:52
Member (2007)
German to French
+ ...
Après dissipation des brumes matinales ... Jun 15, 2005

CĂ©line Odo wrote:

Vaut-il mieux être en EURL ou profession libérale ? Il m'a expliqué tout ça en 1h45 ...



OK, je commence Ă  comprendre le because du why ... mais c'Ă©tait bien de cadrer un peu mieux.

Bon alors après une heure quarante cinq, c'est quoi le résultat des courses ?

Tu retournes Ă  L'ANPE ou tu vas au PMU ?

Cela n'existe plus les CFE, centres de formalités des entreprises ? Guichet unique and Co ?

A mon époque, mais donc c'était le bon temps (forcément), ce sont les seuls qui ont su me dire ce qu'il convenait de faire.

D'autres avis un peu moins défraîchis me semblent utiles : moi je commence à me demander comment je vais faire valoir mes droits à la retraite ... de traducteur !!!

Comme quoi le combat n'a de cesse de nous accompagner.

Vale,

Adrien


Direct link Reply with quote
 

VĂ©ronique Le Ny  Identity Verified
France
Local time: 07:52
Member (2006)
Spanish to French
+ ...
mitoo! Jun 15, 2005

Oddie wrote:

Personnellement mon plus gros problème actuellement est de trouver du temps pour aller dépenser mes sous et faire les travaux pour lesquels je les ai économisés, pas le manque de travail


MOI AUSSI!


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 07:52
German to French
ANPE Jun 16, 2005

Un peu comme Adrien, je suis plus que perplexe. Bon, je suis pas un "ancien", hein, je précise (3 ans le 1er août).

Mais je ne me suis pas fait "installer" par qui que ce soit, encore moins par un juriste. Si tu as une seule personne Ă  qui demander conseil, alors c'est Ă  un expert-comptable.

L'ANPE n'y connaît effectivement rien en traduction et va forcément te déconseiller de te mettre à ton compte en te disant que dans ton village de 30 habitants, tu ne trouveras jamais de clients (c'est un exemple).

Personnellement, j'ai eu du travail dès le premier mois de mon activité et ça ne s'est jamais vraiment arrêté depuis. Il ne faut surtout pas se laisser démonter par des "conseils" comme ceux-là, qui sont de bien belles bêtises (pour rester poli ).

Sylvain

PS Pour Adrien : le CFE est "intégré" à l'URSSAF qui fait office de guichet unique : on se déclare auprès de l'URSSAF qui informe ensuite tous les autres organismes concernés. Un simple coup de fil à l'URSSAF peut d'ailleurs éclairer pas mal de points avant l'installation.



[Edited at 2005-06-16 08:48]


Direct link Reply with quote
 

co.libri
France
Local time: 07:52
German to French
+ ...
De quel droit ? :-) Jun 16, 2005

C'est vrai, ça, de quoi je me mêle (d'être aussi négatif, pas de faire un rapport, puisqu'exigé). Je crois qu'il faut souvent se lancer sans se laisser influencer par les annonceurs de catastrophe patentés (surtout s'ils ne connaissent pas le domaine). Mieux vaut voir un expert-comptable comme dit Sylvain et c'est ensuite à toi d'évaluer tes compétences (pas trop à la baisse) et ta formation avant de te décider... Je ne dis pas non plus qu'il ne faut pas écouter les conseils de prudence, mais de gens avisés et optimistes

Sylvain Leray wrote:
on se déclare auprès de l'URSSAF qui informe ensuite tous les autres organismes concernés.


[Edited at 2005-06-16 08:48]


Hmmm, j'en profite pour pester un tantinet contre l'URSSAF qui refile aussi nos adresses à tous les sociétés de matériel de fourniture, etc. qui te noient sous les catalogues et autres pubs et gaspillent du papier. Pôv'arbres... Qu'est-ce qu'y en a marre des Pruneau, des J'ai-rien-pigé...


J'ajoute juste la FASSUR est encore capable de perdre des dossiers lors de transferts... Donc, se méfier aussi et ne pas hésiter à les tanner

P.S. Encore moins expérimentée que Sylvain concernant l'installation, ça fait deux ans dans le système français. Mais bon...

[Edited at 2005-06-16 10:19]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Sondage auprès des traducteurs expérimentés

Advanced search






LSP.expert
You’re a freelance translator? LSP.expert helps you manage your daily translation jobs. It’s easy, fast and secure.

How about you start tracking translation jobs and sending invoices in minutes? You can also manage your clients and generate reports about your business activities. So you always keep a clear view on your planning, AND you get a free 30 day trial period!

More info »
Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs