Mobile menu

ESIT: compatible avec un emploi?
Thread poster: xxxAidi28
xxxAidi28
Local time: 13:17
French to Italian
+ ...
Aug 17, 2005

Bonjour à tous !
J’ai déjà posé cette question sur le forum italien mais on m’a sagement conseillé de la poser sur celui français ! ^_^
Je suis italienne, j’habite à Paris et je travaille à temps plein dans le tourisme. En octobre je commencerai le DESS en Traduction à l’ESIT.
Mais je suis un peu inquiète car ma situation ne me permet pas de quitter mon emploi.
Alors je me demande comment je vais faire à gérer tout ça et je suis en train d’évaluer différentes solutions (demander un part time, changer d’employeur pour un qui me donne plus de flexibilité d’horaires etc. etc.).
A ce propos j’aimerais avoir le témoignage des gens qui ont déjà fréquenté cette école.
Il y a beaucoup de travail à faire chez soi? Comment sont organisées les 15 heures de cours? Sur 2/3 jours ou étalées sur toute la semaine? L’ESIT ne publiera l’emploi du temps que 10 jours avant le début des cours!

En deux mots: la section traduction a l’ESIT, est-elle compatible avec un emploi?
Merci!
J’ai vraiment besoin de conseils pour prendre la bonne décision!


Direct link Reply with quote
 
xxxNicolette Ri
Local time: 13:17
French to Dutch
+ ...
Presque incompatible Aug 21, 2005

Bonjour Aidi,

Comme il n'y a pas beaucoup de réponses à ta question, je vais faire un essai, mais mes informations ne sont pas récentes, car j'ai quitté cette école en 1985. A l'époque j'étais responsable d'un petit service de PAO dans une agence de traduction, et j'ai fait l'examen d'entrée un peu pour rigoler (pour voir si j'en étais capable) et un peu pour montrer à mon patron, soucieux de bien utiliser sa taxe d'apprentissage, que je n'avais pas envie qu'il me réinscrive pour la 2ème fois à l'Alliance française, ni ailleurs. J'ai eu beaucoup de chance car, d'une part, j'ai eu l'examen d'entrée sans me préparer et même sans avoir de licence LEA. D'autre part mon groupe principal était petit (une dizaine de personnes en moyenne, à la fin seulement 6) et ces cours-là commençaient à 18 h, car cela arrangeait tout le monde. En plus la Porte Dauphine était à vingt minutes de métro de mon lieu de travail (un quart d'heure si je courais très vite !). Les cours d'allemand, que j'avais pris comme troisième langue, me posaient plus de problèmes car ils n'étaient pas du tout regroupés avec les autres, mais je m'arrangeais avec une collègue ou sinon je les séchais. Je ne me rappelle plus s'il y avait des listes de présence, mais des "devoirs" il y en avait.

Pour ceux qui travaillaient, l'école permettait, si je me rappelle bien, de faire chaque année en deux parties, étalées sur deux années. Je ne sais pas si c'est toujours le cas. Comme cela rallongeait, je n'ai pas voulu en profiter. Je gagnais bien ma vie et je n'avais pas besoin de suivre une autre formation mais cela me faisait un autre métier, et je suis contente de l'avoir fait. Vingt ans après je suis même très surprise de voir ce que cela m'a apporté, en méthode et en clientèle, comparé aux traducteurs qui n'ont pas eu cette chance.

Côté travail, il faut voir la douzaine d'heures par semaine (où l'on passe le plus gros du temps à décortiquer des phrases) comme un soutien à l'immense travail que l'on doit faire soi-même pour s'améliorer et à travailler ses faiblesses (= lire énormément, puis perfectionner les trois langues, maîtriser le processus de traduction et les sujets). Je crois qu'il faut penser un peu "à l'envers" et essayer de comprendre ce qu'il faut faire pour devenir un bon traducteur, puis mettre toutes les chances de son côté. Pour cela, la formation (quelle qu'elle soit) n'est qu'un instrument parmi d'autres, pas une fin en soi.

Pour revenir à ton problème, ce serait toujours une bonne idée de demander un travail à temps partiel, mais il y a peut-être d'autres solutions. La saison universitaire étant très courte (d'octobre à mai), entrecoupée de vacances (Noël, février, Pâques) : y a-t-il une possibilité de travailler seulement pendant les vacances ou de trouver des boulots saisonniers ? Quitte à changer de métier ou à se mettre d'accord avec une agence d'intérim ? Ou alors pourrais-tu demander un prêt à ta famille ou à ta banque ? Il n'y a que deux ou trois hivers à passer.

Voilà pour le témoignage et les idées. Bonne chance !


Direct link Reply with quote
 

Nathalie Diu  Identity Verified
Local time: 13:17
English to French
+ ...
Sortie de l'esit en 2000 Aug 22, 2005

Bonjour Aidi !
Félicitations pour ton entrée à l'esit ! j'en suis sortie en 2000.
Tout ce que je peux te dire, c'est que la première année, il faut pas mal bosser à la maison (notamment, s'il existe encore, pour le cours appelé "connaissances thématiques" où il faut courir aux 4 coins de paris pour se documenter, montrer qu'on est prêt à tout pour obtenir l'info etc.) Je trouvais que les cours généraux (droit, éco, linguistique) étaient aussi assez lourds et demandaient un boulot de mémorisation bête et méchant, mais surtout, ce qu'il faut savoir, c'est que la première année ne se redouble pas. A la fin de l'année, la moitié de la promo quasiment est gentiment "congédiée". J'ai trouvé que c'était une pression difficile.
Moi, à la fin de la première année, j'ai gardé le bénéfice de mon passage en 2e année pendant un an et je suis allée me perfectionner à l'étranger. J'avais peur de ne pas être au niveau pour les 2e et 3e années.
Ceci dit, si tu dois travailler, il est tout à fait possible de faire la première année en 2 ans. J'ai recontré beaucoup de gens qui faisaient ça. Mais si tu peux te le permettre financièrement et si tu es bien organisée et prête à beaucoup bosser, je te conseille de travailler à mi-temps et de faire le cursus normal, histoire de ne pas "perdre" un an.
En fait, ça dépend surtout de toi. si tu te penses capable de tout mener de front et si ton employeur est compréhensif, car il y aura sans doute des moments (exams) où tu auras peut-être besoin d'un peu plus de temps...
Moi, mon emploi du temps n'était pas très bien organisé en 1re année. Mais je suis sûre que tu peux t'arranger avec les profs (les cours sont souvent par groupe). En première année, ce qui comptait le plus, si je me souviens bien, c'était d'assurer en anglais et dans les cours généraux (éco etc).
Bonne chance !


Direct link Reply with quote
 
xxxAidi28
Local time: 13:17
French to Italian
+ ...
TOPIC STARTER
Merci Sep 2, 2005

Merci de vos conseils !
Je suis très motivée et prête à bien bosser et je n’ai pas du tout envie de perdre du temps en faisant un an en deux. Je sais que les salariés peuvent demander une dispense pour certains cours, je vais mieux me renseigner au moment de l’inscription.
Et je vais m’arranger avec mon employeur pour un temps partiel qui redeviendra temps plein de mai a octobre !
J’ai hâte de commencer.
Je voulais aussi dire que je trouve ce site très intéressant, je le visite tous les jours et je crois qu’il y a vraiment beaucoup à apprendre aussi bien des forums que des kudoz.
J’espère pouvoir y participer plus activement dans pas longtemps !
Bonne journée


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

ESIT: compatible avec un emploi?

Advanced search






WordFinder
The words you want Anywhere, Anytime

WordFinder is the market's fastest and easiest way of finding the right word, term, translation or synonym in one or more dictionaries. In our assortment you can choose among more than 120 dictionaries in 15 languages from leading publishers.

More info »
Across v6.3
Translation Toolkit and Sales Potential under One Roof

Apart from features that enable you to translate more efficiently, the new Across Translator Edition v6.3 comprises your crossMarket membership. The new online network for Across users assists you in exploring new sales potential and generating revenue.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs