Pages in topic:   [1 2 3 4 5] >
quels sont les tarifs à appliquer?
Thread poster: BC45
BC45
Local time: 19:54
English to French
Sep 27, 2005

Bonjour
je suis une toute jeune traductrice diplomée, voilà je n'ai aucune idée des tarifs à appliquer car ce n'est pas le genre de choses pratiques qu'on m'a apprises à la fac. J'ai fait ma première traduction Anglais /français et comme je n'avais aucune idée j'ai demandé 22€ pour 1200 mots...J'ai l'impression que ce n'est pas assez...
quel le tarif au mot ou caractère?
merci pour vos infos


Direct link Reply with quote
 

Beatrice Hercend  Identity Verified
Local time: 14:54
Member (2010)
English to French
+ ...
En effet... Sep 27, 2005

et comme je n'avais aucune idée j'ai demandé 22€ pour 1200 mots...J'ai l'impression que ce n'est pas assez...
quel le tarif au mot ou caractère?


C'est vraiment pas beaucoup... Si tu veux avoir une idée des prix, tu peux déjà regarder les profils des adhérents du site, certains indiquent leurs tarifs.

Bonne journée.


Direct link Reply with quote
 

Karine J.
Local time: 20:54
French to German
+ ...
Je confirme Sep 27, 2005

bonjour Barbara, si je compte bien tu as fait la traduction pour 0,02€/mot, ce qui est très, très peu!!
Pour ce tarif, on peut généralement trouver un traducteur en Asie, mais pas en Europe.
Je te conseille de surfer un peu et regarder ce qu´applique les autres traducteurs en règle générale (tu peux même regarder sur les différents profils de proz) afin d´avoir une vague idée des prix appliqués. L´important est vraiment de s´adapter au marché.
Si tu comptes tous les coûts qui rentrenet en compte (matériel, temps, côuts d´amortissements,......) €0,02 n´est absolument pas rentable.
Bonne chance tout de même


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 20:54
Member (2003)
German to French
Une fourchette à titre indicatif Sep 27, 2005

En général, les tarifs (d'un indépendant à une agence de traduction) se situent dans une fourchette de 0,07 à 0,14 euros par mot... c'est volontairement très vaste, chacun étant « libre » d'appliquer les tarifs qu'il veut/peut etc. La « barre psychologique » des 10 centimes est assez difficile à passer en France et les agences se refusent souvent à payer plus de 0,09.

Mais 22 € pour 1200 mots, là, c'est vraiment... comment dire ? Très bas. Et c'est vrai que le sujet est « tabou » en fac, c'est bien dommage.

Sylvain


Direct link Reply with quote
 
BC45
Local time: 19:54
English to French
TOPIC STARTER
Merci pour vos réponses Sep 27, 2005

En effet, j'étais bien loin du compte!! Enfin je me dis que c'est pas grave ce n'était que mon premier essai,
comme je vous l'ai dit je viens juste de finir la fac et ce n'est pas le genre de chose qu'on nous apprend malheureusement maintenant j'éviterai de me faire avoir..
Merci


Direct link Reply with quote
 

Philippe Etienne  Identity Verified
Spain
Local time: 20:54
Member
English to French
Source ou cible? Sep 27, 2005

Il convient aussi de préciser le tarif au mot source ou cible en raison du coefficient de "foisonnement" (décidément, je trouve ce mot hilarant) qui est de l'ordre de 15/20% pour anglais/français.
Autrement dit, si tu demandes 0.1/mot source (anglais), ça revient à peu près à 0.08/0.09/mot cible (français) car il faut davantage de mots pour dire la même chose en français.
La majorité des agences parle en mots source, comme ça elles savent à l'avance combien la traduction va leur coûter.
Pour le reste, effectivement ton travail n'était pas cher payé, en source comme en cible...
BOnne soirée,
Philippe


Direct link Reply with quote
 
xxxNicolette Ri
Local time: 20:54
French to Dutch
+ ...
C'est pourquoi Sep 27, 2005

Philippe Etienne wrote:

Il convient aussi de préciser le tarif au mot source ou cible en raison du coefficient de "foisonnement" (décidément, je trouve ce mot hilarant) qui est de l'ordre de 15/20% pour anglais/français.

C'est pourquoi beaucoup de traducteurs anglais>français facturent au nombre de mots d'arrivée.

La majorité des agences parle en mots source, comme ça elles savent à l'avance combien la traduction va leur coûter.

cela leur coûte moins cher, tout simplement !

La différence est importante, de l'ordre de 20%. Je vois cela car je traduis soit de l'anglais soit du français vers une autre langue, et 1000 mots source anglais prennent bien plus de temps que 1000 mots français. L'autre solution est de ne pas prendre le même taux.

Il faut aussi prendre en compte le degré de technicité : traduire un texte scientifique ou juridique n'est pas la même chose qu'une brochure touristique. Et le support (papier ou fichier).

N'oublie pas qu'avec ce que te rapporteront tes notes d'honoraires tu vas devoir TOUT payer : taxes, charges sociales, assurances, fournitures, téléphone, ordinateur...

Bon courage !


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 02:54
English to French
Source ou cible Sep 28, 2005

Nicolette Richy wrote:

Philippe Etienne wrote:

Il convient aussi de préciser le tarif au mot source ou cible en raison du coefficient de "foisonnement" (décidément, je trouve ce mot hilarant) qui est de l'ordre de 15/20% pour anglais/français.

C'est pourquoi beaucoup de traducteurs anglais>français facturent au nombre de mots d'arrivée.

La majorité des agences parle en mots source, comme ça elles savent à l'avance combien la traduction va leur coûter.

cela leur coûte moins cher, tout simplement !

La différence est importante, de l'ordre de 20%. Je vois cela car je traduis soit de l'anglais soit du français vers une autre langue, et 1000 mots source anglais prennent bien plus de temps que 1000 mots français. L'autre solution est de ne pas prendre le même taux....


Effectivement, la différence des mots source/cible est importante, mais je ne suis pas d'accord avec toi pour dire que c'est là la raison pour laquelle les agences proposent le mot source comme référence.

Le compte des mots est une évaluation de la quantité de travail à faire. Le nombre de mots source donne une assez bonne idée de la quantité de travail à faire. Les mots cibles sont une variable.

1000 mots source.
Donne le texte à 2 traducteurs:
Traducteur 1: 1100 mots cible
Traducteur 2: 1300 mots cible

Est ce que le traducteur 2 a plus travaillé que le traducteur 1? Non. En fait, il y a de fortes chances pour que la traduction 1 soit meilleure.

Le traducteur 2 arrive à un taux de foissonnement de 30% ce qui est plutôt élevé. Cela sugére une utilisation abusive de périphrases, un problème typiquement causé par un manque de vocabulaire ou un laxisme dans la formulation.

Quoi qu'il en soit, il n'y a aucune raison pour que le traducteur 2 soit payé plus que le traducteur 1, du point de vue de l'agence.

Si le traducteur est payé au mot cible, il peut être tenté de faire du remplissage, et éventuellement d'éviter de reformuler sa traduction.

Si l'on excepte les cas où le nombre de mots source n'est pas facilement accessible (avec un original papier, ou graphique), je pense que le compte des mots source constitue la meilleure approximation du travail réel. Le compte des mots cibles ne se justifie pas vraiment comme base de facturation


Direct link Reply with quote
 

Beatrice Hercend  Identity Verified
Local time: 14:54
Member (2010)
English to French
+ ...
En général au mot source Sep 28, 2005

Nicolette Richy wrote:

C'est pourquoi beaucoup de traducteurs anglais>français facturent au nombre de mots d'arrivée.



A ma connaissance, la majorité facture au mot source. Et personnellement je préfère, on est d'accord sur le prix dès le départ.


Direct link Reply with quote
 

co.libri
France
Local time: 20:54
German to French
+ ...
Non pas Sep 28, 2005

sylver wrote:


Si le traducteur est payé au mot cible, il peut être tenté de faire du remplissage, et éventuellement d'éviter de reformuler sa traduction.


En Italie, par exemple, on facture au mot cible et, en ce qui me concerne, personnellement, quant à moi, je n'ai pas l'impression de faire du remplissage, vraiment pas. Ni d'utiliser abusivement de périphrases. Le français ne fonctionne pas comme l'italien ni l'allemand non plus. Pas le temps non plus de penser à cela. Quand on s'attache à rendre le mieux possible le texte original, ce genre d'éventuelles préoccupations passent vraiment à la trappe.

J'ai un peu déformé ton propos, Sylver, mais ton exemple sans texte est peu convaincant...

Si le calcul au mot source donne une idée plus claire de la facturation finale pour le client, il ne faut pas oublier non plus qu'étant prestataire de services, le traducteur livre un produit fini. Normalement, c'est ce produit que le client paie. Mais bon...

Bref, il suffit, en fonction des clients et de leur manière de compter, d'augmenter ou de diminuer légèrement le tarif par rapport à la référence (cible ou source) que l'on a prise au départ.

[Edited at 2005-09-28 10:32]


Direct link Reply with quote
 
xxxNicolette Ri
Local time: 20:54
French to Dutch
+ ...
Désolée Sep 28, 2005

d'avoir jeté un pavé dans la mare, mais quand je vois une agence me faire travailler du français vers le néerlandais pour les petites choses, puis pour un site web de 10 000 ou 20 000 mots me proposer de l'anglais en langue source (même sujet, même client final), je me dis qu'il y a un os. En plus, accessoirement, mon TM Wordfast est à refaire. L'idée de faire du remplissage ne me vient vraiment pas à l'esprit. Je fais du marketing, je m'exprime de façon assez concise et j'obtiens le même texte, quelle que soit la langue source. Je suis d'accord pour dire que le devis au nombre de mots du fichier Word d'origine est un standard clair et facile à mettre en oeuvre, et c'est pourquoi je l'applique, mais la facturation au nombre de mots d'arrivée a certainement le droit d'exister, ne serait-ce que parce que dans ce cas-là on facture le travail réellement exécuté, et pas une estimation.

Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 02:54
English to French
Référence Sep 28, 2005

Hélène Cheminal wrote:

sylver wrote:


Si le traducteur est payé au mot cible, il peut être tenté de faire du remplissage, et éventuellement d'éviter de reformuler sa traduction.


En Italie, par exemple, on facture au mot cible et, en ce qui me concerne, personnellement, quant à moi, je n'ai pas l'impression de faire du remplissage, vraiment pas. Ni d'utiliser abusivement de périphrases. Le français ne fonctionne pas comme l'italien ni l'allemand non plus. Pas le temps non plus de penser à cela. Quand on s'attache à rendre le mieux possible le texte original, ce genre d'éventuelles préoccupations passent vraiment à la trappe.

J'ai un peu déformé ton propos, Sylver, mais ton exemple sans texte est peu convaincant...

Je faisais référence à un article remarquable posté par JLDSF il y a un moment (www.proz.com/post/102214#102214)

Les exemples se trouvent essentiellement à la fin de l'article.


Si le calcul au mot source donne une idée plus claire de la facturation finale pour le client, il ne faut pas oublier non plus qu'étant prestataire de services, le traducteur livre un produit fini. Normalement, c'est ce produit que le client paie. Mais bon...

Pour moi, le produit livré, c'est une duplication de la communication d'origine ; rien à voir avec le nombre de mots contenus dans la traduction.

Le client demande la traduction d'un texte de 5000 mots. Le traducteur fourni une traduction correcte. A mon sens, peu importe que la traduction contienne 6000 mots ou 4000 mots. Pourquoi favoriser financièrement un traducteur prolixe?


Bref, il suffit, en fonction des clients et de leur manière de compter, d'augmenter ou de diminuer légèrement le tarif par rapport à la référence (cible ou source) que l'on a prise au départ.


Evidement, c'est toujours une question d'accord avec le client. Ce qui me gène le plus avec la pratique du mot cible, c'est que le client s'engage à payer un montant qu'il ne connait pas exactement au départ. Je préfére la clarté d'un devis final dès le début de la traduction.


Direct link Reply with quote
 

Philippe Etienne  Identity Verified
Spain
Local time: 20:54
Member
English to French
Source/cible même combat Sep 28, 2005

Mais il faut être conscient que la différence est notable (15%, ça paie quand même une partie des impôts). ET DONC, il faut être clair avec le client sur l'unité employée. Je n'ai pas été assez clair dans mon précédent post et je n'avais pas l'intention de phagocyter le thread sur le thème source/cible.

Je souhaitais que Barbara qui débute évite le genre de déboire(fictif bien entendu, mais je ne serais pas étonné que ce soit déjà arrivé) suivant :
L'agence : "ah ben non, nous on parle toujours en SOURCE...Ah vous avez donné votre tarif CIBLE... mais vous ne l'avez précisé nulle part... ooh ben dommage, on ne peut plus rectifier on a envoyé le devis des 40000 mots anglais>français au client en fonction de votre tarif, vous comprenez, et il a accepté... Pour l'échéance, ca va aller, hein?"
Toute ressemblance avec des personnages morts ou vifs est purement fortuite.
Ca, c'est un malentendu qui "coûte" dans les 600 euros au traducteur facturant un tarif communément admis par les agences européennes. Voilà du concret.

Je ne vois pas très bien l'utilité de justifier une tarification par mot source ou par mot cible. Si je vends des chaussettes, que je les vende par paire, au mètre, en boisseau carolingien ou en balle de 448 livres n'a aucune importance du moment que l'acheteur et moi nous entendons sur un PRIX pour une marchandise donnée.
Pour Nicolette, je facture EN>FR au mot source ce que l'agence est prête à payer pour mes chaussettes et la qualité de leur fil, elle se fiche éperdûment de l'unité tant qu'elle est mutuellement acceptée. Facturer au mot EN>FR source = facturer moins cher est une ineptie absolue. Ou alors c'est une blague et tu m'as bien attrapé.


Bonne soirée,
Philippe


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 02:54
English to French
On voit bien.... Sep 29, 2005

Philippe Etienne wrote:

Mais il faut être conscient que la différence est notable (15%, ça paie quand même une partie des impôts). ET DONC, il faut être clair avec le client sur l'unité employée. Je n'ai pas été assez clair dans mon précédent post et je n'avais pas l'intention de phagocyter le thread sur le thème source/cible.

Je souhaitais que Barbara qui débute évite le genre de déboire(fictif bien entendu, mais je ne serais pas étonné que ce soit déjà arrivé) suivant :
L'agence : "ah ben non, nous on parle toujours en SOURCE...Ah vous avez donné votre tarif CIBLE... mais vous ne l'avez précisé nulle part... ooh ben dommage, on ne peut plus rectifier on a envoyé le devis des 40000 mots anglais>français au client en fonction de votre tarif, vous comprenez, et il a accepté... Pour l'échéance, ca va aller, hein?"
Toute ressemblance avec des personnages morts ou vifs est purement fortuite.
Ca, c'est un malentendu qui "coûte" dans les 600 euros au traducteur facturant un tarif communément admis par les agences européennes. Voilà du concret.

Je ne vois pas très bien l'utilité de justifier une tarification par mot source ou par mot cible. Si je vends des chaussettes, que je les vende par paire, au mètre, en boisseau carolingien ou en balle de 448 livres n'a aucune importance du moment que l'acheteur et moi nous entendons sur un PRIX pour une marchandise donnée.
Pour Nicolette, je facture EN>FR au mot source ce que l'agence est prête à payer pour mes chaussettes et la qualité de leur fil, elle se fiche éperdûment de l'unité tant qu'elle est mutuellement acceptée. Facturer au mot EN>FR source = facturer moins cher est une ineptie absolue. Ou alors c'est une blague et tu m'as bien attrapé.


Bonne soirée,
Philippe



...que tu n'as jamais vendu de chaussettes!

Cela dit, je suis plutôt d'accord avec ton raisonnement d'un point de vue de la logique pure.

D'un point de vue pratique, force est d'admettre qu'il existe une barrière psychologique avec certains nombres, et la dichotomie "source/cible" est souvent ignorée par le client qui se concentre surtout sur le tarif unitaire:

J'ai eu il y a peu un client qui avait besoin d'une traduction assez technique avec DTP. Un volume conséquent. Je propose 0,12 euros. Après négociations serrées, le client m'indique que son budget ne lui permet pas de payer plus de 0,10 euros par mot. Jusque là nous parlions du mot source. (un standard par défaut avec la plupart des agences, européenes ou non - si j'en crois mon expérience)

Il s'avère toutefois que le client n'a pas de compte de mots sources à cause du format du fichier d'origine (graphique). Je propose de compter les mots cibles (plutot que de compter les mots sources à la main)

Le client accepte sans hésitation ni négociation, au même tarif. 0,10 euros, c'était une barrière purement psychologique. (Je sais pertinement que l'agence facture le double ou plus) Et tant que 0,10 euros n'est pas dépassé, l'agence se sent à l'aise. Un bon traducteur coûte 0,10 euros par mot, c'est bien connu.

J'aurais très bien pu perdre le contract en insistant sur 0,12 euros du mot source, la négociation n'avancait pas et le client refusait catégoriquement. Par contre la proposition 0,10 euros du mot cible (ce qui revient pratiquement à la même chose) a été acceptée immédiatement, sans discussion.

Donc même si en théorie la méthode de comptage des mots n'a aucune importance tant qu'il y a un accord, en pratique,...


Direct link Reply with quote
 

Beatrice Hercend  Identity Verified
Local time: 14:54
Member (2010)
English to French
+ ...
Chacun sa méthode Sep 29, 2005


Je ne vois pas très bien l'utilité de justifier une tarification par mot source ou par mot cible. Si je vends des chaussettes, que je les vende par paire, au mètre, en boisseau carolingien ou en balle de 448 livres n'a aucune importance du moment que l'acheteur et moi nous entendons sur un PRIX pour une marchandise donnée.


Oui mais dans ton exemple en général on s'entend sur un prix ET sur une quantité. Les deux parties sont d'accord sur le prix de la prestation au départ. C'est pourquoi dans la pratique, tous mes clients me demandent de facturer au mot source. Mais je ne verrais aucun inconvénient à utiliser le mot cible comme unité ; évidemment dans ce cas le tarif ne serait pas le même, c'est tout.


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2 3 4 5] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

quels sont les tarifs à appliquer?

Advanced search






SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »
CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs