Mobile menu

Pages in topic:   [1 2] >
Défiance des banquiers, agences immobilières et autres gens sérieux…
Thread poster: remyrosf
remyrosf
Local time: 15:05
English to French
Jan 10, 2006

Bonjour,

Je ne suis traducteur que depuis quelques années et j’ai déjà pu remarquer que les banquiers et agences immobilières, qui adorent les fonctionnaires, se montrent plus que craintifs à mon égard. Or, comme il faut bien se loger pour vivre et emprunter pour se loger, il me semble difficile de faire abstraction de ces deux personnages incontournables… Encore une fois, je fais appel aux plus anciens pour connaître leurs points de vue/témoignages à ce sujet, en privé ou sur le forum.

Sur la question des services bancaires tout d’abord. Peut-on espérer se voir accorder un crédit immobilier (avec un taux « normal ») lorsqu’on est traducteur, qui plus est unique « pilier financier » du couple ? Dans l’hypothèse où les revenus sont corrects et (relativement) stables et que l’on a épargné sur un PEL ou autre, au bout de combien d’années peut-on espérer voir le visage de son banquier se décrisper ?

Deuxième point. J’habite dans une ville qui fut très bon marché il y a quelques années mais qui fait partie des régions où la flambée des prix de l’immobilier a fait le plus de ravages. Les agences immobilières sont devenues les « rois du pétrole » et se croient tout permis. Je me suis donc vu refuser de pouvoir visiter un appartement (à louer…) pour la simple raison que je ne suis pas en CDI. La dame m’a d’ailleurs indiqué que les seuls dossiers de libéraux qu’elle accepte sont ceux de « médecins ou autres gens sérieux ». Certains d’entre-vous rencontrent-ils des situations similaires malgré des revenus honorables ?

En bref, peut-on espérer vivre une vie « normale » en tant que traducteur libéral ou vaut-il mieux songer dès à présent à passer un concours de la fonction publique ? Existe-t-il un moyen de présenter notre profession sans avoir l’air d’un rigolo (convient-il de privilégier le terme « traducteur libéral » et d’oublier « traducteur indépendant », ou pire, « freelance » ?).

Merci d’avance pour vos avis et témoignages….

Cordialement,

RĂ©my


Direct link Reply with quote
 
xxxsarahl
Local time: 06:05
English to French
+ ...
L'offre et la demande Jan 10, 2006

Bonjour RĂ©my

Le problème, sur le marché immobilier français, c'est que la demande est 20 fois (au moins) supérieure à l'offre. Alors, les vendeurs et les prêteurs ont la part belle, c'est eux qui choisissent les candidats à la propriété qui leur conviennent le mieux.

Désolée de ne pas te proposer de solution. Je te parlerais bien de ma solution personnelle, mais je ne pense pas qu'elle t'intéresse dans l'immédiat.

Sarah


Direct link Reply with quote
 

Florence LOUIS  Identity Verified
France
Local time: 15:05
English to French
+ ...
Je connais la chanson Jan 11, 2006

Je me reconnais bien à travers ton témoignage!
Côté banquier, j'en ai vu un l'an dernier, juste pour savoir combien on me prêterait si je voulais acheter...presque rien! Alors que pour mon conjoint, qui est en CDI, mais gagne moins que moi, il n'y aurait aucun problème! Le conseil de mon banquier : attendre quelques années pour prouver que mon activité est stable, me constituer un gros apport pour réduire le montant du crédit!
Donc, je viens de passer par une agence immobilière pour louer une villa, et là, même réaction, la personne m'a carrément dit : "vous, vous êtes en libéral, donc pour les revenus, on compte zéro!". Je t'assure que j'étais outrée, j'ai quand même les moyens de prouver que je gagne ma vie, avec mes avis d'imposition. Autre point : ça fait toujours bien d'avoir un comptable qui puisse produire des documents attestant combien tu gagnes. Moi, je n'en ai pas et j'ai eu l'impression que c'était un point faible. Heureusement, j'ai la chance d'avoir des parents qui se portent caution, mais ce n'est pas donné à tout le monde!
Voilà, désolée si mon témoignage ne te remonte pas le moral, j'espère que les collègues auront des expériences plus positives à nous raconter!
Bonne chance
Florence


Direct link Reply with quote
 

Frédérique Bath M'Wom
France
Local time: 15:05
German to French
+ ...
Une expérience positive Jan 11, 2006

Bonjour,

Je vis moi aussi dans une ville où les prix de l'immobilier ont fortement grimpé ces dernières années et qui connait une forte croissance démographique. Avant de me lancer dans la rechercher d'un crédit immobilier, je pensais n'avoir aucune chance étant donné mon statut. Mon compagnon est en CDI, mais gagne bien moins que moi et, pour couronner le tout, on avant aucun apport (vraiement zéro euro). On a effectivement dû faire le tour de pas mal de banques, mais on en a quand même trouvé une. Mon statut professionnel n'a pas semblé être un obstacle, j'ai présenté mes avis d'imposition des 9-10 dernières années (j'ai commencé en 1997), qui prouv


Direct link Reply with quote
 

Williamson  Identity Verified
United Kingdom
Local time: 14:05
Flemish to English
+ ...
MĂ©connu et mal vu. Jan 11, 2006

En dehors du cercle limité des traducteurs, le métier de traducteur pigiste/freelance est méconnu et mal vu et rien va changer cette situation.

Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 15:05
German to French
Juste une anecdote Jan 11, 2006

Salut Remy,

Je ne suis pas un ancien (presque 4 ans derrière moi), mais j'ai simplement une anecdote quant aux relations avec ma banque :

Quand j'ai ouvert un compte et fait une demande de crĂ©dit pour dĂ©marrer (un crĂ©dit de 2000 euros !), le prĂŞt a Ă©tĂ© refusĂ©. Le prĂ©visionnel Ă©tabli par ma comptable ne leur plaisait pas, et mon banquier n'imaginait pas que le mĂ©tier de traducteur puisse marcher dans une petite ville comme la mienne. J'ai eu beau lui expliquer que je ne travaillerais pas avec les clients locaux, rien Ă  faire (d'accord, je n'avais pas de caution). Et mon banquier de conclure « Mais n'hĂ©sitez pas Ă  venir me claquer votre chiffre d'affaires Ă  la gueule (sic) pour me prouver que j'ai eu tort Â».

Ce dont je ne me suis pas privĂ©. Mon chiffre d'affaires (largement supĂ©rieur au prĂ©visionnel) et les quelque dizaines de milliers d'euros placĂ©s sur divers PEL et autres livrets l'ont bien impressionnĂ©. La mine piteuse (non, pas de contrepèterie ), il a reconnu que c'Ă©tait ridicule de refuser un prĂŞt de 2000 euros et m'a immĂ©diatement proposĂ© de me « dĂ©panner Â» en me proposant un nouveau prĂŞt. « C'est gentil mais je n'en ai plus besoin maintenant, je me suis dĂ©brouillĂ© tout seul Â».

Bref, tout ça pour dire que le jour où je demanderai un prêt immo, je peux être quasiment certain qu'il sera accepté.
Essaie de voir avec ton banquier, si tu le connais un peu. Garde sur ton compte courant un peu plus que le strict nécessaire et place tout le reste sur des comptes sur lesquels ton argent est disponible à tout moment (on sait jamais). Je suis sûr que rapidement, ton banquier te verra d'un autre œil.

Bon courage
Sylvain


Direct link Reply with quote
 
remyrosf
Local time: 15:05
English to French
TOPIC STARTER
Pour les "petits prêts", pas de problème... Jan 11, 2006

Salut Sylvain,

J'ai moi aussi bénéficié d'un petit prêt à la consommation de 4000 € récemment. Mais là où j'ai un gros doute, c'est pour le prêt immobilier...

Merci encore de tes conseils,

RĂ©my


Sylvain Leray wrote:

Salut Remy,

Je ne suis pas un ancien (presque 4 ans derrière moi), mais j'ai simplement une anecdote quant aux relations avec ma banque :

Quand j'ai ouvert un compte et fait une demande de crĂ©dit pour dĂ©marrer (un crĂ©dit de 2000 euros !), le prĂŞt a Ă©tĂ© refusĂ©. Le prĂ©visionnel Ă©tabli par ma comptable ne leur plaisait pas, et mon banquier n'imaginait pas que le mĂ©tier de traducteur puisse marcher dans une petite ville comme la mienne. J'ai eu beau lui expliquer que je ne travaillerais pas avec les clients locaux, rien Ă  faire (d'accord, je n'avais pas de caution). Et mon banquier de conclure « Mais n'hĂ©sitez pas Ă  venir me claquer votre chiffre d'affaires Ă  la gueule (sic) pour me prouver que j'ai eu tort Â».

Ce dont je ne me suis pas privĂ©. Mon chiffre d'affaires (largement supĂ©rieur au prĂ©visionnel) et les quelque dizaines de milliers d'euros placĂ©s sur divers PEL et autres livrets l'ont bien impressionnĂ©. La mine piteuse (non, pas de contrepèterie ), il a reconnu que c'Ă©tait ridicule de refuser un prĂŞt de 2000 euros et m'a immĂ©diatement proposĂ© de me « dĂ©panner Â» en me proposant un nouveau prĂŞt. « C'est gentil mais je n'en ai plus besoin maintenant, je me suis dĂ©brouillĂ© tout seul Â».

Bref, tout ça pour dire que le jour où je demanderai un prêt immo, je peux être quasiment certain qu'il sera accepté.
Essaie de voir avec ton banquier, si tu le connais un peu. Garde sur ton compte courant un peu plus que le strict nécessaire et place tout le reste sur des comptes sur lesquels ton argent est disponible à tout moment (on sait jamais). Je suis sûr que rapidement, ton banquier te verra d'un autre œil.

Bon courage
Sylvain



Direct link Reply with quote
 
remyrosf
Local time: 15:05
English to French
TOPIC STARTER
la suite, la suite ! Jan 11, 2006

Fredbath wrote:

Bonjour,

Je vis moi aussi dans une ville où les prix de l'immobilier ont fortement grimpé ces dernières années et qui connait une forte croissance démographique. Avant de me lancer dans la rechercher d'un crédit immobilier, je pensais n'avoir aucune chance étant donné mon statut. Mon compagnon est en CDI, mais gagne bien moins que moi et, pour couronner le tout, on avant aucun apport (vraiement zéro euro). On a effectivement dû faire le tour de pas mal de banques, mais on en a quand même trouvé une. Mon statut professionnel n'a pas semblé être un obstacle, j'ai présenté mes avis d'imposition des 9-10 dernières années (j'ai commencé en 1997), qui prouv
....



Il me semble qu'il manque la suite et fin de votre message...

Cordialement,

RĂ©my


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 22:05
English to French
Jan 11, 2006



[Edited at 2006-01-11 12:46]


Direct link Reply with quote
 

Frédérique Bath M'Wom
France
Local time: 15:05
German to French
+ ...
La suite... Jan 11, 2006

remyrosf wrote:

Fredbath wrote:

Bonjour,

Je vis moi aussi dans une ville où les prix de l'immobilier ont fortement grimpé ces dernières années et qui connait une forte croissance démographique. Avant de me lancer dans la rechercher d'un crédit immobilier, je pensais n'avoir aucune chance étant donné mon statut. Mon compagnon est en CDI, mais gagne bien moins que moi et, pour couronner le tout, on avant aucun apport (vraiement zéro euro). On a effectivement dû faire le tour de pas mal de banques, mais on en a quand même trouvé une. Mon statut professionnel n'a pas semblé être un obstacle, j'ai présenté mes avis d'imposition des 9-10 dernières années (j'ai commencé en 1997), qui prouv
....



Il me semble qu'il manque la suite et fin de votre message...

Cordialement,

RĂ©my


Désolée, erreur de manip.
Donc,en présentant mes avis d'imposition, j'ai réussi à obtenir un crédit immoblier pour financer la totalité de notre appartement. Une seule banque nous a proposé un taux "normal". On a eu d'autres offres, mais vraiment pas intéressantes. Mais je crois, que dans notre cas, le handicap tenait plus à l'absence d'apport qu'à mon statut. Les avis d'imposition sur 10 ans ont bien aidé apparemment. Il faut vraiment faire le tour des banques.
Par contre, pour la location (avant d'acheter), effectivement, on était obligés de prendre une double caution (pour mon compagnon et moi), et on passait souvent après les salariés, CDI, etc..


Direct link Reply with quote
 
TTV  Identity Verified
France
German to French
Expérience analogue Jan 11, 2006

La défiance dont tu parles est totalement exacte en cas de location, ce qui m'a conduit rapidement à passer à "l'achat", je dois dire qu'on n'avait pas le choix, ayant l'outrecuidance, outre le fait de vivre uniquement de traduction, d'avoir 3 enfants, il devenait à chaque déménagement de plus en plus difficile de trouver un logement. Outre les raisons évoquées (absence de fiches de paye, etc.), une autre, "amusante": "j'aime autant ne pas louer à des gens qui vont vivre tout le temps dans le logement, ça l'abîmera plus" (SIC).

Pour l'achat, la situation est tout à fait différente: un banquier ne prend aucun risque sur un crédit immobilier, et il gagne beaucoup d'argent dessus. Deux conseils
- avoir au moins les "frais de notaire" et un peu plus, soit 10% du montant total de l'acquisition
- ne pas hésiter à faire jouer la concurrence entre les banques, et à discuter les taux, donc ne jamais se présenter en "inférieur": c'est la banque qui va gagner de l'argent avec toi, pas le contraire. Tout est négociable, ou presque. Enfin et surtout, monter le "plus haut possible" dans la banque, les petites agences n'ont souvent pas un pouvoir de négociation suffisant. Pour la même raison, il faut arriver à discuter avec le chef du service plutôt qu'avec ses collaborateurs.

Bonne chance, et dans une vingtaine d'années au mieux, après avoir payé environ 2 fois et demi le prix de ton logement, tu auras la satisfaction d'avoir un capital et surtout de ne plus payer de loyer (il me reste 9 ans pour atteindre ce nirvanah, après avoir commencé mon premier prêt... en 1988)

[Edited at 2006-01-11 16:47]


Direct link Reply with quote
 

Sara Freitas
France
Local time: 15:05
French to English
Aucun problème pour un crédit si ton dossier est bien fait Jan 12, 2006

Pour la location, je suis d'accord, c'est la galère quelle que soit sa situation. Quand je suis arrivée à Grenoble en 2001 (je n'avais pas encore de travail mais mon mari était cadre en CDI dans une grande entreprise). L'agence a exigé une attestation *de la mère* de mon mari pour notre dossier. Sans blague. A 30 ans on était obligé de demander une attestation à ma belle mère malgré le fiche de paie de mon mari et notre situation stable.

Pour l'achat c'était une autre histoire (le mari est toujours cadre en CDI). Au niveau de notre banquier, on nous a facilement accordé un prêt immobilier en 2003 (résidence principale) et un deuxième en 2005 (pour l'acquisition un appartment déstiné à la location).

Avant d'aller voir le banquier j'ai bien fait attention de faire un dossier très professionel et propre sur mes revenus avec un résumé du bilan de mon comptable sur 2 ans et un tableau montrant mes prévisions sur les 2 ans à venir; j'ai également fait attention de me présenter en "chef d'entreprise" plutôt qu'en freelance...une petite entreprise dynamique avec des projets pour l'avenir et beaucoup d'optimisme. (En fait c'était un très bon exercice qui m'a ensuite servi pour des contacts avec de nouveaux clients).

Quand je vais à la banque, je fais également attention à m'habiller "classe" (on ne sait jamais, cela peut toujours aider). En effet, j'avais très peur que ma situation nous empêche de devenir proprietaires d'après ce que j'avais entendu, donc je voulais vraiment avoir l'air de qqn de sérieux et de mettre tous les atouts de mon côté face au banquier.

Bien sûr, le CDI de mon mari aide mais on est maintenant bien au-dela de notre capacité d'endettement basée uniquement sur ses revenus à lui, donc la banque tient bien compte de mes revenus à moi aussi et on n'arrête pas de nous proposer toute sorte de crédit à la consommation et autres en plus de nos prêts immo. Donc je crois que la façon dont on présente son activité doit forcément jouer.

René Vinchon wrote:


Pour l'achat, la situation est tout à fait différente: un banquier ne prend aucun risque sur un crédit immobilier, et il gagne beaucoup d'argent dessus. Deux conseils
- avoir au moins les "frais de notaire" et un peu plus, soit 10% du montant total de l'acquisition
- ne pas hésiter à faire jouer la concurrence entre les banques, et à discuter les taux, donc ne jamais se présenter en "inférieur": c'est la banque qui va gagner de l'argent avec toi, pas le contraire. Tout est négociable, ou presque. Enfin et surtout, monter le "plus haut possible" dans la banque, les petites agences n'ont souvent pas un pouvoir de négociation suffisant. Pour la même raison, il faut arriver à discuter avec le chef du service plutôt qu'avec ses collaborateurs.

16:47]


...Et le fait d'avoir 10% d'apport comme dit René. Et le fait d'aller voir d'autres banques ou des courtiers de crédit immo pour faire jouer la concurrence. Et le fait de ne jamais se présenter en inférieur...

Bonne chance,

Sara


[Edited at 2006-01-12 12:03]


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 15:05
Member (2004)
English to French
Apport + bien présenter ses chiffres Jan 13, 2006

René Vinchon wrote:

Outre les raisons évoquées (absence de fiches de paye, etc.), une autre, "amusante": "j'aime autant ne pas louer à des gens qui vont vivre tout le temps dans le logement, ça l'abîmera plus" (SIC).


C'est Ă  pleurer de rire, pour pas pleurer tout court !!

Rémy, pour en revenir à ta question, le plus important je pense est l'apport, pour compenser "l'absence de stabilité" (m'est avis que traducteur avec quelques années d'expérience, c'est plus stable que salarié chez un équipementier automobile ou un fabricant de télés, en ce moment) ! Arriver avec un apport montre que tu es prêt à placer toutes tes billes dans ton projet et que tu es donc motivé pour en assurer la réussite.

D'autre part, si tu as une bonne gestion sans accidents (découverts rares, par exemple) et que tu es dans ta banque depuis longtemps, ce sérieux peut jouer en ta faveur.

Le mieux pour commencer est d'aller voir ton banquier habituel, avec tes résultats et recettes, ton encours de facturation, ton apport, et de demander une simulation.
Prépare de bons tableaux, fais parler les chiffres en ta faveur (régularité des recettes sur X mois...), n'indique pas « 50% de prélèvements sociaux » mais présente simplement le calcul de la somme des pourcentages CIPAV, URSSAF, Sécu et tu arrives à environ 31% à déduire des recettes brutes pour avoir un résultat net.

Comme dit Sara, ne te positionnes pas en inférieur face à ton banquier et tu peux avoir une bonne surprise.

Bonne chance,

Hélène


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
France
Local time: 15:05
Member (2007)
German to French
+ ...
Le chef d'entreprise ! Jan 13, 2006

Sara Freitas-Maltaverne wrote:

... j'ai également fait attention de me présenter en "chef d'entreprise" plutôt qu'en freelance ...



Excellent : c'est non seulement le bon choix, mais la réalité. Ne pas le sentir ainsi nous-même et ne pas savoir l'affirmer nous met en position de faiblesse, de bouffons ...

Pour revenir sur la question des agences et de la location, il existe PAP, sur papier en kiosque, ou Ă  l'adresse suivante :

http://www.pap.fr/

En dehors des annonces elles-mêmes, le site propose plein de bonnes idées ...

Adrien


Direct link Reply with quote
 

eirinn  Identity Verified
France
Local time: 15:05
English to French
+ ...
Mon cas Jan 16, 2006

Et bien, je suis en plein dedans. Précision: célibataire, pas d'enfants, et j'entame ma 5e année de freelance, avec chiffre d'affaires tous les ans supérieur à celui de l'année précédente. Mais aucun apport perso, mais remboursement anticipé du crédit voiture pour le solder.

Si tout se passe bien, dans un mois, je suis dans mes murs (et à 350 m de la mer s'il vous plait, donc facile à revendre si jamais je dois revendre). Pour le prêt, j'ai fait 3 banques. J'aurais pu/dû en faire plus mais les choses sont comme elles sont et je passe les détails de mes aventures immobilières.

Deux banques m'ont dit non. Pour une, ca ne m'a pas trop étonnée, pour une autre, ca avait l'air bien parti, mais le comité a conclu sur "endettement trop important": Celle qui dit oui a vu plus loin que le simple crédit, mais aussi que j'allais leur apporter mes "flux professionnels". Même si mon endettement est relativement proche des fameux 33% à ne pas dépasser, ils ont également regardé ce qui a priori restait par mois après toutes les charges déduites.
La première qui a dit non m'a dit dès l'entretien que c'était pas sûr que ca passe vu qu'eux visaient un endettement autour de 20%. Même si mon résultat financier était "très bon". Donc les critères d'attribution sont apparamment observés sous des angles différents selon les différentes banques.


J'ai un tuyau que m'a donné un développeur de logiciel de banques (ah, ca aide, comme dirait l'autre) : les assurances qui vont avec le crédit immobilier et proposées par les banques sont exhorbitantes et les logiciels proposent l'option Dérogation pour les assurances ne provenant pas de la banque, "proposées à des taux d'usurier" dixit mon nouveau banquier lui-même. Ca vaut le coup de demander aux assurances normales ce qu'elles proposent comme assurance emprunteur (du genre 1/3 moins cher, et multiplié par le nombre de mois du crédit, au bout du compte, ca fait une jolie somme.). C'est peut-être un reflex tout bête pour beaucoup, mais on me l'aurait pas dit, je ne me serais pas posé la question.


Je voudrais ajouter que je ne suis pas cliente, du moins dans ma région, de la banque qui m'a dit oui, et que je suis cliente de l'une qui m'a refusé le prêt.




[Edited at 2006-01-16 00:51]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Défiance des banquiers, agences immobilières et autres gens sérieux…

Advanced search






TM-Town
Manage your TMs and Terms ... and boost your translation business

Are you ready for something fresh in the industry? TM-Town is a unique new site for you -- the freelance translator -- to store, manage and share translation memories (TMs) and glossaries...and potentially meet new clients on the basis of your prior work.

More info »
Across v6.3
Translation Toolkit and Sales Potential under One Roof

Apart from features that enable you to translate more efficiently, the new Across Translator Edition v6.3 comprises your crossMarket membership. The new online network for Across users assists you in exploring new sales potential and generating revenue.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs