Mobile menu

Parler sa langue et comprendre celle de l'autre
Thread poster: RB Translations

RB Translations  Identity Verified
Australia
Local time: 23:58
English to Italian
+ ...
May 9, 2006

L'intercompréhension des langues au sein de l'Union européenne
L’Union européenne s’est récemment élargie au point de rendre inapplicable le choix initial de faire de chaque langue d’un pays de l’Union une langue officielle. Outre le casse-tête de l’interprétariat au sein du Conseil de l’Europe, se pose aussi celui de la communication entre les Européens, dont la mobilité est sans cesse encouragée. La seule solution équitable semble celle de l’intercompréhension.


Au sein des familles de langues apparentées, l’intercompréhension permet de parler sa langue et de comprendre celle de l’autre. Et l’on peut étendre ce système aux familles des langues étrangères que l’on connaît. Le concept n’est pas nouveau : l’intercompréhension a dynamisé durant des siècles les ports de la Méditerranée et fait même partie depuis plus d’un siècle des programmes scolaires scandinaves. Ce procédé est relativement économique car on peut acquérir les compétences uniquement réceptives rapidement. L’obstacle essentiel à sa mise en œuvre est le fait qu’il suppose un changement de mentalité : cesser de recourir à un anglais appauvri, accepter un échange en deux langues. Mais il faut aussi que l’on puisse attendre une compétence complémentaire de son interlocuteur. La solution réside donc en une politique linguistique menée à l’échelon européen, afin que les générations d’écoliers actuelles et futures baignent dans cette atmosphère d’intercompréhension plutôt que dans le fantasme d’un bi- ou trilinguisme parfait.

De nouveaux programmes

L’intercompréhension a la chance de se faire nécessité dans un moment particulier de l’histoire de l’enseignement des langues : celui où, dans une approche communicative bien installée, s’impose le Cadre Européen de Référence pour les Langues. Le travail de fond mené pour élaborer ce dernier a permis de séparer très nettement les compétences de réception de celles de production, et de les valoriser en toute indépendance. Cela offre aux didacticiens la possibilité de définir précisément les compétences à acquérir et de créer efficacement des programmes d’enseignement.

Mais l’intercompréhension bénéficie par ailleurs de l’essor des nouvelles technologies, et fournit aussi une application pratique à tous les travaux de linguistique contrastive. C’est sans doute ce formidable terreau qui, allié à la diversité culturelle européenne, a permis la conception de nombreuses méthodes d’enseignement de l’intercompréhension déjà fonctionnelles. Chacune de ces méthodes exploite une direction originale : travail simultané sur plusieurs langues ou concentration sur certaines, stimulation des connaissances déjà acquises, stratégies de compréhension, dispositifs de décryptage de plus en plus précis,… . On ne peut douter que ce qui naîtra prochainement de la réunion de toutes ces idées sera non seulement à la hauteur du rêve européen, mais aussi une dynamique qui se répercutera sur l’enseignement « traditionnel » des langues.

Comprendre la culture de la langue de l’autre

Il semble que la famille de langues la plus enthousiaste aujourd’hui soit celle des langues romanes : de nombreux programmes incluent ainsi le français, l’espagnol, le portugais, l’italien, mais parfois aussi le roumain et le catalan. Mais les langues germaniques et slaves font elles aussi l’objet de recherches et de développements approfondis, et dans des temps proches, un trilingue pourrait parcourir presque toute l’Europe - mais aussi les deux Amériques et l’Afrique - sans s’inquiéter de problèmes de communication.

Hormis cet avantage immédiat, l’intercompréhension possède la vertu de faire découvrir les richesses de sa propre langue, tout en élargissant remarquablement son champ de vision culturel. Et l’investissement de l’apprentissage de certaines langues minoritaires, qui semblait trop lourd, s’en trouverait considérablement allégé, permettant de diminuer la préjudiciable concurrence entre les langues. Cela s’inscrit non seulement dans la politique linguistique européenne, mais aussi dans les engagements de la Francophonie, qui considère que l’ennemi n’est pas l’anglais, mais l’unilinguisme. C’est aussi le combat de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLF-LF), qui représente l’engagement de la France dans le soutien à la diversité linguistique et au français en particulier.
L’intercompréhension dépasse donc son application immédiate pour devenir le symbole et l’outil d’une vision de l’Europe pérenne et respectueuse des minorités. On connaît le lien très fort existant entre les langues et les cultures, et l’intercompréhension, par une sensibilisation profonde et intelligente à la langue de l’autre, se profile comme le vecteur idéal.

Cyrille Peeters

Article publié le 27/04/2006

http://www.rfi.fr/lffr/articles/076/article_727.asp


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 20:58
English to French
Petit Suisse May 9, 2006

Intéressant. Quelques commentaires sur l'article:

Roberta Bazzoni wrote:
L'intercompréhension des langues au sein de l'Union européenne
L’Union européenne s’est récemment élargie au point de rendre inapplicable le choix initial de faire de chaque langue d’un pays de l’Union une langue officielle. Outre le casse-tête de l’interprétariat au sein du Conseil de l’Europe, se pose aussi celui de la communication entre les Européens, dont la mobilité est sans cesse encouragée. La seule solution équitable semble celle de l’intercompréhension.

Au sein des familles de langues apparentées, l’intercompréhension permet de parler sa langue et de comprendre celle de l’autre. Et l’on peut étendre ce système aux familles des langues étrangères que l’on connaît.

C-à-d personne ne comprend vraiment personne, mais on peut faire semblant de façon efficace.


...
La solution réside donc en une politique linguistique menée à l’échelon européen, afin que les générations d’écoliers actuelles et futures baignent dans cette atmosphère d’intercompréhension plutôt que dans le fantasme d’un bi- ou trilinguisme parfait.

Un pourcentage significatif de nos amis les Suisses parlent une mesure raisonnable des trois langues officielles, plus l'anglais.

Les habitants des régions frontalières ont souvent une maitrise acceptable de la langue du pays voisin le plus proche.

Fantasme?

De nouveaux programmes

L’intercompréhension a la chance de se faire nécessité dans un moment particulier de l’histoire de l’enseignement des langues : celui où, dans une approche communicative bien installée, s’impose le Cadre Européen de Référence pour les Langues. Le travail de fond mené pour élaborer ce dernier a permis de séparer très nettement les compétences de réception de celles de production, et de les valoriser en toute indépendance. Cela offre aux didacticiens la possibilité de définir précisément les compétences à acquérir et de créer efficacement des programmes d’enseignement.

Mais l’intercompréhension bénéficie par ailleurs de l’essor des nouvelles technologies, et fournit aussi une application pratique à tous les travaux de linguistique contrastive. C’est sans doute ce formidable terreau qui, allié à la diversité culturelle européenne, a permis la conception de nombreuses méthodes d’enseignement de l’intercompréhension déjà fonctionnelles. Chacune de ces méthodes exploite une direction originale : travail simultané sur plusieurs langues ou concentration sur certaines, stimulation des connaissances déjà acquises, stratégies de compréhension, dispositifs de décryptage de plus en plus précis,… . On ne peut douter que ce qui naîtra prochainement de la réunion de toutes ces idées sera non seulement à la hauteur du rêve européen, mais aussi une dynamique qui se répercutera sur l’enseignement « traditionnel » des langues.

Désolé, mais je me réserve le droit de douter. A vrai dire, je pratique cette fameuse intercompréhension assez régulièrement, mon niveau de Thaï étant encore quelque peu primaire (ça s'améliore).

l"intercompréhension" est un joli terme pour indiquer une *mauvaise* compréhension.

- "Hallo! Kannst du Deutch?"
- "Non, j'peux pas prendre une douche"
- "Was?"

Pour qu'une communication correcte se produise de cette manière, il faut que les deux interlocuteurs parlent un niveau correct de la langue de l'autre (donc plus difficile puisqu'il faut que les deux interlocuteurs comprennent la langue de l'autre, alors que le plurilinguisme ne demande qu'un seul interlocuteur bilingue).

Dans la pratique, il y a toujours un des deux interlocuteurs qui a une meuilleure maitrise de la langue de l'autre - ou qui est moins timide, et l'essentiel de la conversation se passe dans cette langue. Simple question d'observation.

- "Bonjour, comment allez-vous?"
- "Great. How about you?"
- "Oh, moi vous savez, quand l'été approche"
- "Yeah! Right. Heading right for the beach, aren't ya?"
- "Non, pas à droite, à gauche"
- "What do you mean?"
- "That was a joke."
(LoL)
- "No kidding. Where are ya going?"
- "Work. Some people have to, ya know"
- "Tell me about it!"
- "...."

Essayez de tenir une conversation avec une personne de langue étrangère, et de vous limiter chacun uniquement à votre langue. L'intercompréhension, ça marche peut être en théorie, mais en pratique,...

Cette vision de l'intercompréhension -qui vise à enseigner des notions vagues de plusieurs autres langues plutôt qu'une bonne compréhension de chaque- en dit long sur le système scolaire actuel.

Un constat d'échec, pur et simple.

[Edited at 2006-05-09 03:57]


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Parler sa langue et comprendre celle de l'autre

Advanced search






SDL Trados Studio 2017 Freelance
The leading translation software used by over 250,000 translators.

SDL Trados Studio 2017 helps translators increase translation productivity whilst ensuring quality. Combining translation memory, terminology management and machine translation in one simple and easy-to-use environment.

More info »
CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs