Mobile menu

Statistiques financières 2004 pour les traducteurs et interprètes
Thread poster: Helene Diu

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 16:42
Member (2004)
English to French
Jul 8, 2006

Bonjour,

Pour les nouveaux ou les anciens, voici les statistiques nationales 2004 dressées par l'UNASA (fédération d'associations agréées) concernant les revenus 2004 des traducteurs et interprètes (échantillon de 725 personnes) :

1) Recettes nettes : 41885 €

2) Total des dépenses : 44 % des recettes, dont :
- 0,30 % d'achats,
- 0,76 % de frais de personnel,
- 5,87 % d'impôts et taxes,
- 20,30 % de "charges externes" (loyer, déplacements, etc.)
- 16,26 % de charges sociales personnelles
- 0,51 % de frais financiers et pertes diverses

3) Résultat net (avant impôt sur le revenu) : 23517 €
(= 56 % des recettes nettes).

Désolée par avance si ces chiffres ont déjà été indiqués dans un autre sujet, je n'ai pas fait de recherches.

Bonne méditation à tous,

Hélène


[Edited at 2006-07-08 23:46]


Direct link Reply with quote
 
xxxsarahl
Local time: 07:42
English to French
+ ...
Petite question... Jul 8, 2006

Qu'est-ce que c'est, les frais de personnel ?

[Edited at 2006-07-08 20:07]


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 16:42
Member (2004)
English to French
TOPIC STARTER
C'est une bonne question... Jul 8, 2006

sarahl wrote:

Qu'est-ce que c'est, les frais de personnel ?

[Edited at 2006-07-08 20:07]


Salut Sarah,

Puisque l'on parle des professionnels libéraux, j'imagine que sont les salaires occasionnels versés, par exemple à un ou une assistant/e ou dactylo (je pense à certains traducteurs de brevets qui dictent leurs traductions, par exemple), à quelqu'un qui fait le ménage au bureau... Ou autre !

Hélène


Direct link Reply with quote
 

ViktoriaG  Identity Verified
Canada
Local time: 10:42
English to French
+ ...
Il faudrait montrer ça aux petits nouveaux Jul 10, 2006

Souvent, lorsqu'on commence dans cette industrie, on n'imagine pas à quel point une bonne partie de l'argent qu'on gagne sera dépensé seulement pour qu'on puisse continuer à travailler. Les petits nouveaux - dont je faisais jadis partie - se disent que s'ils chargent 12 cents le mot, il en restera probablement au moins 10 après dépenses.

Mais cette statistique est celle qu'on devrait leur montrer. Presque la moitié de l'argent qu'on fait s'évapore aussitôt. Pensez-y: ceux qui chargent 3 cents le mot, ils ont quel revenu net à la fin de l'année?

Bonne méditation, en effet!


Direct link Reply with quote
 

Philippe Etienne  Identity Verified
Spain
Local time: 16:42
Member
English to French
Petit calcul Jul 10, 2006

Merci Hélène pour ces statistiques édifiantes.
J'imagine que de telles statistiques chez les médecins ou d'autres libéraux honorables écorneraient pas mal d'idées reçues.

Je n'ai pas résisté à l'envie d'un petit calcul:

Avec environ 11000 mots par semaine, soit grosso modo un plein temps décent mais tranquille, semaine de 40 heures avec 5 semaines de congés/jours chômés, on arrive à un tarif de 0.08 euros/mot.

Donc celui/celle qui se satisfait de moins de 2000€/mois avant impôts (c'est combien les impôts, dans les 30%?) et d'un emploi du temps de fonctionnaire peut proposer ce tarif. Autrement dit, après déduction des dépenses, on doit flirter avec le salaire d'un poste interne de traducteur débutant, non?

Conclusion: si j'étais l'échantillon, je travaillerais plus et/ou pour plus cher.

[Edited at 2006-07-10 19:01]


Direct link Reply with quote
 

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 16:42
English to French
+ ...
Un temps plein tranquille? Jul 14, 2006

Philippe Etienne wrote:

Avec environ 11000 mots par semaine, soit grosso modo un plein temps décent mais tranquille, semaine de 40 heures avec 5 semaines de congés/jours chômés, .

[Edited at 2006-07-10 19:01]


Pour information:
Dans certaines organisations internationales, un traducteur est budgeté annuellement pour une production moyenne de 1000 mots par jour (en juridique)! Ce qui fait 5000 mots par semaine. Très loin de votre estimation.

Il faut donc voir de quel genre de traductions on parle. Personnellement, quand je fais 1500 mots/jour en juridique, c'est que c'est facile (ne pas confondre juridique et traductions pour les tribunaux; traduire une correspondance n'a rien de juridique).

De même avec l'UNASA il faut savoir quels traducteurs en relèvent. A priori, ne cotisent à une association agréée que les traducteurs qui sont déclarés au réel, et qui gagnent suffisamment pour cotiser à une ASA de façon à obtenir l'abattement d'impôt qui en résulte.

Ce qui fait un ensemble de conditions qui sont probablement très supérieures à celles de la plupart des traducteurs exerçant sur le marché.
La seule SFT, qui comprend 1000 membres, est donc loin d'avoir 100% de ses membres en associations agréées, et donc à ce niveau de rémunération.

Cordialement,

Paul
www.gexcel.com



[Edited at 2006-07-14 22:20]


Direct link Reply with quote
 

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 16:42
English to French
+ ...
Ne craignez pas la redondance à ce sujet Jul 14, 2006

Helene Diu wrote:

Désolée par avance si ces chiffres ont déjà été indiqués dans un autre sujet, je n'ai pas fait de recherches.



[Edited at 2006-07-08 23:46]


Ne soyez surtout pas désolée à ce sujet Chère Hélène, on ne développera jamais assez la conscience gestionnaire chez les traducteurs. La redondance n'est donc pas à craindre. Je craindrais plutôt le désintérêt d'un certain nombre de traducteurs pour ces questions.

Paul
www.gexcel.com


Direct link Reply with quote
 

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 16:42
English to French
+ ...
Sauve qui peut! il facture 3.5 cts du mot! Jul 14, 2006

Viktoria Gimbe wrote:

Pensez-y: ceux qui chargent 3 cents le mot, ils ont quel revenu net à la fin de l'année?



L'autre jour j'ai reçu une offre de sous-traitance d'un certain "tot......." (dans Proz) qui m'offrait à faire une traduction à l'essai, avant de me confier des dizaines de milliers de mots à traduire.

Vu que sur sa fiche il affirme demander 3.5cts du mot, j'avoue avoir pris peur. Je ne vois comment on peut se brader et admettre une rémunération décente pour son sous-traitant.

La communication a ses règles...

Paul
www.gexcel.com

[Edited at 2006-07-14 22:59]

[Edited at 2006-07-14 23:07]

[Edited at 2006-07-14 23:18]


Direct link Reply with quote
 

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 16:42
English to French
+ ...
L'emploi du temps ... à rallonges. Jul 15, 2006

Philippe Etienne wrote:



Avec environ 11000 mots par semaine, soit grosso modo un plein temps décent mais tranquille, semaine de 40 heures avec 5 semaines de congés/jours chômés, (..)

Donc celui/celle qui se satisfait (..) d'un emploi du temps de fonctionnaire peut proposer ce tarif.

[Edited at 2006-07-10 19:01]


11000 mots par semaine ça fait 2200 mots/jour. Les traduire chaque jour de la semaine, pendant près de 11 mois d'affilée, ça n'a rien d'une productivité de fonctionnaire.

Mais en tant qu'indépendant, il faut en plus faire le travail de maintenance de l'informatique (fichiers, logiciels, ordi.), et d'administration du cabinet (factures, comptabilité, déclarations, suivi bancaire...), soit un minimum de 5 h/semaine en moyenne.

Nous sommes déjà à 45 h/semaine, pour un traducteur qui reçoit sur un plateau ses 11000 mots / semaine...

Mais qu'en est-il de celui qui doit faire du relationnel, de la prospection téléphonique ou autre, pour trouver ces 11000 mots ? Qu'en est-il de celle qui veut suivre aussi de la formation continue ? Je ne vois pas comment il ou elle peut obtenir ces 11000 mots hebdomadaires à traduire, et les traduire, sans travailler alors 60h / semaine.
Et à ce rythme il doit faire pitié à voir.

Faut-il rappeler qu'un fonctionnaire est, dans le pire des cas, aux 35h?

Le traducteur indépendant, même "fonctionnaire" n'est-il pas alors une des variables d'ajustement de la politique économique et sociale de la France, celui qui paie de sa personne le confort des salariés et des entreprises qui recourent à lui ?

Paul
www.gexcel.com


Direct link Reply with quote
 

Philippe Etienne  Identity Verified
Spain
Local time: 16:42
Member
English to French
Calcul à l'emporte-pièce Jul 15, 2006

Paul VALET wrote:

Pour information:
Dans certaines organisations internationales, un traducteur est budgeté annuellement pour une production moyenne de 1000 mots par jour (en juridique)! Ce qui fait 5000 mots par semaine. Très loin de votre estimation.



Bonjour Paul,

Effectivement, la productivité "moyenne" dépend du domaine. Mais dans le cas que vous citez, le prix au mot est certainement bien supérieur à celui que donne mon "calcul". Vous pouvez vous livrer au même exercice avec cette valeur pour savoir combien est facturé en moyenne un mot de juridique pour obtenir le revenu moyen cité par Hélène.

Ce petit calcul visait à me donner une idée concrète des chiffres donnés par Hélène ; j'ai donc pris un référentiel que je connais, le mien : combinaison de langues courante et traductions "spécialisées" non littéraires sans finance, ni juridique, ni publicité. Somme toute assez banal.
Dans ce cadre, 2200 mots/jour, tâches administratives comprises, n'a vraiment rien d'extrême pour un traducteur avec un peu de bouteille.

Paul VALET wrote:

(...) Faut-il rappeler qu'un fonctionnaire est, dans le pire des cas, aux 35h?



J'admets avoir quelque peu galvaudé le terme français de fonctionnaire. Cette catégorie est imbattable : l'étalement de trois jours et demi de travail sur une semaine peut s'avérer remarquablement complexe. Je les admire d'autant plus.

Paul VALET wrote:

(...) Je ne vois pas comment il ou elle peut obtenir ces 11000 mots hebdomadaires à traduire, et les traduire, sans travailler alors 60h / semaine.
Et à ce rythme il doit faire pitié à voir.



J'estime travailler entre 50 et 55 heures par semaine et d'après mon CA 2005, je suis largement au-dessus de 11000 mots/semaine. Encore un petit calcul, et j'obtiens 333 mots à l'heure ! C'est plausible, puisque je ne fais presque que ça de mes journées. Là encore, la productivité dépend du domaine et de l'organisation de son temps.

Dernier petit calcul : bien que notablement supérieur aux statistiques d'Hélène, mon revenu brut 2005 ramené à l'heure reste certainement très inférieur à celui d'un fonctionnaire en France, qui, lui, n'a presque aucune dépense. Décidément, je les envie (Nan, j'rigole !) !


Paul VALET wrote:

(...) pour un traducteur qui reçoit sur un plateau ses 11000 mots / semaine (...)



Je pense que c'est là un facteur important dans la différence de revenus bruts/nets parmi les traducteurs, notamment ceux qui travaillent exclusivement avec les agences.
Le traducteur qui reçoit sur un plateau suffisamment d'offres pour le maintenir occupé 200% de son temps disponible peut:
- consacrer tout son temps de travail à faire rentrer de l'argent ;
- choisir les offres les plus avantageuses ;
- consolider sa clientèle en "éliminant" ses clients les moins performants ;
- éventuellement sous-traiter si l'opération est "rentable" ;
- réduire ses coûts marketing (factures tél, hébergement Web, déplacements, habillement, dépliants...) à néant ou les affecter à des investissements en outils de productivité ;
- se payer le luxe de vraies vacances l'esprit tranquille, sachant qu'il reprendra le travail au même rythme qu'avant dès son premier jour de rentrée.

Une telle situation n'arrive pas du jour au lendemain, mais à mon avis, "recevoir des offres sur un plateau" est un objectif qu'il faut se fixer, quelle que soit la stratégie employée pour l'atteindre. Il y en a évidemment d'autres, comme "trouver d'autres clients finaux" ou "augmenter mes tarifs", pour augmenter son chiffre.

Paul VALET wrote:

(...) Le traducteur indépendant, même "fonctionnaire" n'est-il pas alors une des variables d'ajustement de la politique économique et sociale de la France, celui qui paie de sa personne le confort des salariés et des entreprises qui recourent à lui ?



J'ai vraiment le sentiment de travailler pour moi, mais peut-être est-ce une illusion ? En tous cas, le fisc français ne tire pas un sou de mon travail (ou tout au moins pas directement) !

Cordialement,
Philippe


[Edited at 2006-07-15 13:11]


Direct link Reply with quote
 

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 16:42
English to French
+ ...
D'accord! Jul 15, 2006

Philippe Etienne wrote:


Cordialement,
Philippe


[Edited at 2006-07-15 13:11]

Je suis globlement d'accord avec vos précisions.

Je crois qu'il n'était pas inutile de les donner, sinon, on peut faire de la confusion, et pas mal d'erreurs de gestion ou commerciales.

On peut concevoir par exemple que traduire une convention internationale pour en faire une version officielle ne se fera pas à 4000mots / jour, ou alors bonjour la sortie pour le traducteur!

J'aime bien votre mise au point sur le fait qu'il faut suivre une logique marketing/commercial. C'est sans doute fondamental, et l'on entend tellement de choses variées à ce sujet...

Paul


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Statistiques financières 2004 pour les traducteurs et interprètes

Advanced search






TM-Town
Manage your TMs and Terms ... and boost your translation business

Are you ready for something fresh in the industry? TM-Town is a unique new site for you -- the freelance translator -- to store, manage and share translation memories (TMs) and glossaries...and potentially meet new clients on the basis of your prior work.

More info »
Protemos translation business management system
Create your account in minutes, and start working! 3-month trial for agencies, and free for freelancers!

The system lets you keep client/vendor database, with contacts and rates, manage projects and assign jobs to vendors, issue invoices, track payments, store and manage project files, generate business reports on turnover profit per client/manager etc.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs