Pages in topic:   [1 2 3] >
La question qui tue
Thread poster: Honeybunny

Honeybunny
Local time: 18:53
English to French
+ ...
Apr 26, 2007

Bonjour à tous,

Voilà, je suis traductrice depuis environ 7 ans, je prépare également une thèse, et dans ma profession, je me heurte souvent à la non-reconnaissance de ma profession justement.

Par exemple, je me retrouve souvent dans un positionnement binaire de type:

traduction littéraire= "ah ouais, quand même, c'est cool, ça doit être bien, etc." ("c'est publié chez un vrai éditeur, c'est un livre quand même, donc c'est pas rien, elle doit être compétente") cici, donc, pas trop problématique

mais traduction technique= "hmm, oui, ah d'accord"... et la suite: "quoi, t'es payé tant que ça? pour traduire? mais je pourrais me faire un tas de fric, moi aussi, je peux le faire, moi aussi je parle anglais/français, d'ailleurs au boulot, il m'arrive de... blabla" ou encore "une page, pff, c'est traduit en 10 minutes, c'est du vol quand même!" ... etc.

Enfin, ce n''est pas toujours aussi virulent, et, dieu merci, j'ai aussi des amis mais je trouve que c'est quand même - trop - fréquent. Il faut toujours se justifier, moi je demande pas à mes potes ingénieurs de justifier leurs salaires - pourtant bien supérieurs au mien - ni leurs compétences.

Un autre aspect du manque de reconnaissance de l'expertise nécessaire pour être traducteur est que beaucoup de gens pensent qu'il suffit de parler (voir baragouiner) deux langues pour être traducteur ou savoir traduire. Je ne veux pas dire que les gens devraient mieux connaître notre métier - après tout, ça les regarde - mais au moins qu'on ne soit pas systématiquement débinés, qu'on nous laisse le bénéfice du doute, comme à toute autre profession (on dit rarement à un chauffeur de car qu'on pourrait faire son métier à sa place, même quand on a le permis, non?).

Enfin, voilà, merci si vous avez eu la patience de me lire, et maintenant, la question:

AVEZ-VOUS DEJA ETE CONFRONTE - ne serait-ce qu'une fois ou deux - A CE TYPE DE REFLEXION DESOBLIGEANTE SUR VOTRE PROFESSION ET VOS COMPETENCES DE TRADUCTEUR?

ps: désolée pour les majuscules, mais comme mon message était long, j'ai eu peur qu'on ne voit pas la question...
ps2: je serais reconnaissante pour toute contribution, car c'est un des sujets que j'aborde dans ma thèse.


Direct link Reply with quote
 

Y-Fi
Local time: 18:53
German to French
Oh oui! Apr 26, 2007

En effet, c'est quand même souvent le cas.

J'ai aussi surtout l'impression que dans la majeure partie des notice d'utilisations traduites dans plusieurs langues dont le français, c'est justement des personnes qui baragouinent le français qui se permettent de faire les traductions sans même les faire relire. Du coup le commun des mortels pense en effet que le métier de traducteur est un truc à la va-vite et qu'il est tellement simple d'écrire n'importe quoi que ça devrait être un métier payé au lance pierre.

Bien entendu il y a des traducteurs formés (comme moi et vous) qui se retrouvent face à de telles insultes. Que faire à part rester bouche béante et faire la sourde oreille ? Il y aura toujours des personnes prêtent à faire une traduction bâclée vers une langue qui n'est pas leur langue maternelle pour la moitié de notre salaire. Heureusement il existe encore beaucoup d'entreprises qui misent sur la qualité mais bien plus d'entre elles misent sur l'économie qu'offre une personne qui touche un peu à la traduction sous prétexte qu'elle parle les deux langues.

Personnellement dans ma famille j'ai eu le droit à un regard bien bas lorsque je leur ai appris que je me lançais dans la traduction. Quant aux amis, ils souhaitaient surtout me piquer mon boulot.

Bref, la seule issue, me semble-t-il, est notre impuissance...
La terre continue de tourner et je peux toujours payer mon loyer


Direct link Reply with quote
 
Melzie
Local time: 18:53
French to English
+ ...
mon préféré Apr 26, 2007

J'ai fait faire à ma nièce qui est en première année de BTS!!

Direct link Reply with quote
 
Ihatetrados
Local time: 18:53
English to French
Quelquefois Apr 26, 2007

Je ne suis pas sûr que ce genre de question soit du mépris à l'égard de notre profession, mais plutôt de l'ignorance. Rien d'étonnant à ce que des ingénieurs (ce sont les gens qui me font travailler) ne connaissent pas grand chose de notre métier lorsqu'on voit le nombre de jeunes qui s'embarquent dans des études de traduction sans rien connaître du métier non plus.

C'est vrai qu'il arrive qu'on perçoive un léger sentiment de supériorité de la part du donneur d'ordre. Du genre "je le ferais bien moi-même mais je n'ai pas le temps". N'oublions pas que dans notre société les ingénieurs sont la race des seigneurs, et qu'ils finissent par le croire.

Lorsque certains trouvent mes revenus élevés, je relativise en comparant à d'autres métiers bac+4 ou 5 (le tarif horaire des avocats par exemple). Et je me fais un malin plaisir de toujours retourner le fichier source corrigé des erreurs (y compris techniques) qu'il contenait. Ca calme.

Mais ne dramatisons pas, sinon nous allons aussi finir pas nous sentir importants.


Direct link Reply with quote
 

Juan Jacob  Identity Verified
Mexico
Local time: 11:53
French to Spanish
+ ...
Dans mon cas... Apr 26, 2007

Faut dire que je ne suis pas traducteur "technique" ni "légal", je traduis des films, et là, j'ai un succès fou quand je l'annonce, surtout à une fille:

-Wouauw, tu traduis des films, c'est chouette, ça, ça doit être amusant de voir pleins de films !

-Oui, oui, en effet.

-Moi, j'adoooooore, le cinéma.

-Euh, moi aussi, tiens !

-Et en plus, tu les vois gratos, mortel !

-Oui, c'est un avantage.

-Quel bon film as-tu traduit dernièrement que je pourrais aller voir en salle ?

-Aucun.

-Comment ça, auncun ? Tu traduis pas des films ?

-Sí, mais des films qui passent dans des festivals, des films "bien", pas commerciaux, donc, qui ne seront jamais distribués.

-Ah bon ? (Là, l'enthousiasme se casse rapidement la pipe.) Et tu traduis de quelle langue à quelle langue ? (LA QUESTION de toujours).

-D'absolument de toutes les langues, vers l'Espagnol et vers le Français et parfois vers l'Anglais.

-Ah bon ? Tu dois avoir une sacrée équipe de traducteurs, alors !

-Non, non, mais ils comprennent tous l'Anglais, et comme tous les films disposent d'une liste de dialogues en Anglais pour pouvoir se vendre parce que tout le monde ne parle pas le Mandarin, par exemple, alors c'est plus facile.

-Ah, ben, oui, comme ça, c'est facile. (L'enthousiasme descend dangereusement vers le zéro absolu).

-Oui, oui, c'est facile.

-Dis, j'ai fait un stage de deux semaines en Angleterre, alors si t'avais des films en trop à traduire, tiens, voilà ma carte ! (Qu'elle me tend avec un certain dédain).

-Mais oui, certainement, compte sur moi...

-Bon, ben, salut, à plus.

-C'est ça, salut.

Et, comme disait Georges, "...je l'ai vue, toute petite, partir gaiement vers mon oubli."

C'est bête... elle était pourtant bien roulée, la fille.

T'as raison, Honeybunny, tous des ingrats !


Direct link Reply with quote
 
xxxEmmanuelleAn  Identity Verified
Local time: 18:53
English to French
+ ...
D'accord avec toi Apr 26, 2007

Ihatetrados wrote:

Je ne suis pas sûr que ce genre de question soit du mépris à l'égard de notre profession, mais plutôt de l'ignorance. Rien d'étonnant à ce que des ingénieurs (ce sont les gens qui me font travailler) ne connaissent pas grand chose de notre métier lorsqu'on voit le nombre de jeunes qui s'embarquent dans des études de traduction sans rien connaître du métier non plus.

C'est vrai qu'il arrive qu'on perçoive un léger sentiment de supériorité de la part du donneur d'ordre. Du genre "je le ferais bien moi-même mais je n'ai pas le temps". N'oublions pas que dans notre société les ingénieurs sont la race des seigneurs, et qu'ils finissent par le croire.

Mais ne dramatisons pas, sinon nous allons aussi finir pas nous sentir importants.


Tout å fait d'accord. J'ai meme une copine pharmacienne qui me disait å propos de mon job d'interprète; "C'est pas bien dur ton job d'interprétation simultanée. Tu parles les 2 langues alors..." En gros, pour elle, je me la coulais douce et n'importe quel oiseau bilingue pouvait faire ce job...Je l'ai gentiment remise en place. Cependant, je dois dire qu'au fil des années, je me prends de moins en moins ce genre de réflexion, parfois totalement naive. En fait, je pense qu'avec l'expérience, on prend un petit peu plus de "charisme" si je puis dire, et on dissuade ainsi le premier venu de sortir ce genre d'anerie. Sur ce bon week end tout le monde!


Direct link Reply with quote
 

Honeybunny
Local time: 18:53
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
merci pour ces premers commentaires... Apr 26, 2007

... d'un coup, je me sens moins seule...

en fait, pour ce qui est des ingénieurs, j'ai cité cet exemple là, mais cela vient vraiment de tous les corps de métier, je ne les ciblais pas en particulier (;-)), mais bon, c'est vrai, qu'ils se sentent souvent un peu supérieurs! lol

j'ai bien aimé le commentaire "je l'ai fait faire à ma nièce", au fait, je peux vous citer le cas échéant? (pas forcément les pseudos, mais les remarques que je pourrais utiliser et comment je les ai obtenues, ça m'arrangerait).

merci à Juan aussi qui m'a bien fait rire. J'espère qu'au fil des années, j'attraperai (comme un virus?) ce charisme dont parle EmanuelleAnn, ce qui est dur, ce n'est pas tant la méconnaissance de prime abord, c'est quand les gens insistent, ils sont limite en train de vous insulter (genre vous f**tez rien de la journée, et vous êtes payé pour ça), et ils insistent même quand vous leur expliquez que c'est pas très sympa et un peu réducteur!!

Alors de là à dire que c'est quand même un peu du mépris et pas que de l'ignorance... :-s

Mais c'est vrai que lorsqu'on a l'occasion de leur montrer leurs insuffisances, ça doit faire du bien!


Direct link Reply with quote
 

Kristina Kolic  Identity Verified
Croatia
Local time: 18:53
Member (2007)
English to Croatian
+ ...
Malheureusement oui... Apr 26, 2007

Il m'est également arrivé plusieurs fois d'avoir à "relire" la traduction d'autres personnes et à me tirer les cheveux à la vue des énormités contenues dans le texte. A plusieurs reprises j'ai eu envie d'appeler le client et de lui demander les coordonnées de l'auteur de la traduction bâclée, mais j'ai fini par renoncer à chaque fois au dernier moment. Dommage, peut-être que ces personnes auraient renoncé de se présenter à l'avenir comme des professionnels, mais je doute quand même...

J'ai reçu au début de l'année une brochure d'un hôtel à cinq étoiles, que je n'étais supposée que relire pour corriger éventuellement quelque fautes de style, car la traduction avait soit-disant été faite par une personne parlant français couramment et connaissant parfaitement l'établissement et la terminologie d'usage. Le texte une fois corrigé était effrayant à voir - chaque deuxième mot du texte (et je n'exagère pas du tout) a du être corrigé ou remplacé par un autre. J'ai eu dans la même phrase un article masculin singulier, suivi d'un nom au féminin singulier avec un verbe au masculin pluriel. Un élève de sixième aurait certainement fait bien mieux. Comme la plus grande partie du texte était complètement incompréhensible, j'ai du rappeler le client le lendemain pour lui demander l'original. Le client m'a pratiquement pris pour une folle, mais il a fini par comprendre lorsque je lui ai renvoyé le texte révisé (ou plutôt retraduit) avec l'indication de toutes les corrections. C'est sûr qu'il a eu un choc

Un autre cas la semaine dernière - j'étais chez un avocat avec une cliente pleine de rage après avoir lu une traduction d'un jugement, qu'elle avait fait faire à une personne plus ou moins bilingue pour ne pas avoir à payer mes services - une traduction est une traduction, tout le monde peut le faire. Cette cliente s'est également très vite rendue compte de son erreur - elle était furieuse contre l'avocat car sa traduction du jugement prévoyait qu'elle ne pourrait procéder à une exécution forcée qu'à l'issue d'un délai de dix ans (suite à un procès de deux ans), alors que l'original faisait en fait mention d'un délai de prescription de dix ans. Sa rage a alors fait place à son embarras...

En tout état de cause, il est vrai que beaucoup de clients n'ont aucun problème à payer les honoraires des avocats, qui sont bien souvent un pourcentage de la valeur du litige ou du dossier, mais le prix de quelques pages de traduction leur semble souvent exorbitant. Dans ces cas-là, je fais toujours une plaisanterie du genre "payez-moi la moitié de ce que vous verserez à votre avocat ou notaire, et je ne compterai pas mes mots"

Ou bien faut-il encore leur proposer de corriger une traduction faite par un étudiant ou un enseignant du primaire afin qu'il comprenne enfin la différence...


Direct link Reply with quote
 
Anne Patteet  Identity Verified
Local time: 11:53
English to French
+ ...
Ce n'est pas que pour les traducteurs... Apr 26, 2007

J'ai commencé par étudier et obtenir une licence en éducation physique, et ensuite une licence en kinésithérapie, ça m'a fait 7 ans d'université, avec des cours parallèles à ceux des étudiants en médecine, et on me riait tellement au nez que j'ai cessé de dire quels étaient mes diplômes (ayant été au départ "uniquement" mère au foyer avec mes quatre enfants). Je pouvais déjà voir les rouages du cerveau (?) de mes interlocuteurs: "Pfff, tout dans les muscles, rien dans la tête".
Maintenant que je me suis remise au travail, je suis donc très à l'aise, pouvant dire: "traductrice" maintenant!


Direct link Reply with quote
 

Elena Pavan  Identity Verified
Local time: 18:53
Member (2005)
French to Italian
+ ...
Traducteur, et en plus à la maison... Apr 26, 2007

Alors là c'est le top!
En ce qui concerne les commentaires sur le métier de traductrice, c'est exactement comme dans les interventions précédentes.
Mais mois je travaille chez moi, en plus. "Ah, tu es à la maison" (N.B. Non pas tu TRAVAILLES à la maison, mais tu ES à la maison!). "C'est génial! Tu fais ce que tu veux alors".
Oui, je fais ce je veux: je peux choisir si travailler à 5h du matin, avant que mes 4 petits monstres se réveillent, ou alors le soir jusqu'à 2h du matin, pendant que tout le monde dort! Vraiment génial!
Et la meilleure date juste d'hier. J'ai croisé ma voisine, qui se promenait avec sa petite de 1 an et elle m'a dit: "Alors, on se le fait quand notre petit café, entre femmes au foyer?"
J'aurais aimé lui répondre que quelque chose comme 10000 mots m'attandaient sur mon ordinateur, mais que je ne pouvais pas m'en occuper, parce que mon petit de 16 mois en profitait pour manger les escargots qu'il trouvait dans le jardin, et qu'il n'y avait pas de place sur le canapé pour prendre notre café, parce le linge à repasser commençait à s'entasser, et que le café, oui, j'en bois 4 ou 5 par jour, mais surtout pour pouvoir tenir le choc. J'ai réalisé que je risquait d'aboyer plutot que de parler, donc je me suis limitée à un simple sourire de circonstance....
Bon courage à tous!


Direct link Reply with quote
 

Katy Plokarz
Local time: 18:53
German to French
+ ...
A la maison,... et à deux pas de l'école ! Apr 27, 2007

Pour en rajouter une petite couche...

Ma fille de 4 ans est scolarisée dans notre rue, à 18 pas de ma porte d'entrée (j'ai compté)... et nous vivons dans un quartier qui a tout du village (et c'est bien ce qui me plaît à dire vrai).

En conséquence, j'ai du adapter mes occasionnelles sorties vers le bureau de poste ou la boulangerie pour qu'elles ne coïncident pas avec l'heure de sortie de l'école à 11h20 ou à 16h20 (ma fille allant à la garderie)... Si j'ai le malheur de croiser un parent d'élève dans la rue alors que ma fille est à la cantine ou à la garderie, je peux lire le reproche dans les yeux !

Quant aux remarques habituelles, j'ai eu mon lot. Entre autres : "trop cool ton job, j'aurais dû faire ça, parce que 5 ans de fac, c'est long" (à qui le dis-tu)
"Pense à moi si t'as un truc sympa à faire" (moui, les trucs sympas, je me les garde, désolée)

Et le top du top, une délégation de 3 mamans à la sortie de l'école, la veille d'une grève annoncée : "Excusez-nous mais nous avons remarqué que vous restiez à la maison toute la journée, pensez-vous pouvoir prendre nos enfants demain, ils sont dans la même classe que votre fille, ils vont sûrement s'éclater" (et moi, j'éclaterai le PC par la même occasion, trop bonne l'idée...)

Mon homme m'a suggéré de poser une plaque professionnelle ou de signaler ma profession sur la boîte aux lettres, mais franchement, j'estime ne pas avoir à me justifier face... à un quartier !!

Katy


Direct link Reply with quote
 
xxxNMR
France
Local time: 18:53
French to Dutch
+ ...
Et encore une couche Apr 27, 2007

- Ma mère, en me voyant me débattre avec la n-ième brochure de cosmétiques : "C'est quand même malheureux de devoir gagner sa vie comme ça !" (sous-entendu, tu sais faire mieux, ma fille)

- Ma famille, quand j'ai le malheur de débarquer un mardi après-midi : "Tu travailles encore un peu ?" (sous-entendu : cela ne doit pas être rentable son truc, mais cela lui permettra peut-être de se faire un peu d'argent de poche)

- Le mari d'une de mes amies traductrices, il y a quelques années : "Tu devrais prendre du personnel et déléguer, tu ne vas quand même pas rester tâcheron toute ta vie" (alors que les sociétés de traduction, la sous-traitance et les soucis que ça comporte, non merci, j'ai donné)

- Le mieux c'est encore quand on dit qu'un traducteur traduit essentiellement ou en majorité vers sa langue maternelle. Là on a systématiquement droit à : "Oh, cela doit être facile ! Mais dis, pourquoi as-tu fait des études de traduction alors ?"

- Et les commentaires d'un client final, que l'agence m'a transmis il y a quelque temps : "Votre bonne femme ne sait même pas que ceci s'appelle comme cela ! Et elle s'appelle traductrice !" (il faut dire que j'interviens quotidiennement dans cinq ou six domaines, allant du technique au juridique, que je dois me mettre au courant du sujet et du style du client puis pondre ma traduction sous 48 heures, alors que lui n'a qu'un seul domaine et met quinze jours ou un mois pour relire).

Je souscris également ce qui a été dit plus haut sur l'école. Quand mes enfants étaient petits, je n'ai pas pu les mettre à la crèche car, faute de place, c'était réservé "aux mères qui travaillent", fiche de paie à l'appui.

Le sujet est vaste et drôle !


Direct link Reply with quote
 

Jenny Forbes  Identity Verified
Local time: 17:53
Member (2006)
French to English
+ ...
Oui, c'est bien embêtant, mais ça arrive à nous tous et toutes ... Apr 27, 2007

Honeybunny wrote:

Bonjour à tous,

Voilà, je suis traductrice depuis environ 7 ans, je prépare également une thèse, et dans ma profession, je me heurte souvent à la non-reconnaissance de ma profession justement.

Par exemple, je me retrouve souvent dans un positionnement binaire de type:

traduction littéraire= "ah ouais, quand même, c'est cool, ça doit être bien, etc." ("c'est publié chez un vrai éditeur, c'est un livre quand même, donc c'est pas rien, elle doit être compétente") cici, donc, pas trop problématique

mais traduction technique= "hmm, oui, ah d'accord"... et la suite: "quoi, t'es payé tant que ça? pour traduire? mais je pourrais me faire un tas de fric, moi aussi, je peux le faire, moi aussi je parle anglais/français, d'ailleurs au boulot, il m'arrive de... blabla" ou encore "une page, pff, c'est traduit en 10 minutes, c'est du vol quand même!" ... etc.

Enfin, ce n''est pas toujours aussi virulent, et, dieu merci, j'ai aussi des amis mais je trouve que c'est quand même - trop - fréquent. Il faut toujours se justifier, moi je demande pas à mes potes ingénieurs de justifier leurs salaires - pourtant bien supérieurs au mien - ni leurs compétences.

Un autre aspect du manque de reconnaissance de l'expertise nécessaire pour être traducteur est que beaucoup de gens pensent qu'il suffit de parler (voir baragouiner) deux langues pour être traducteur ou savoir traduire. Je ne veux pas dire que les gens devraient mieux connaître notre métier - après tout, ça les regarde - mais au moins qu'on ne soit pas systématiquement débinés, qu'on nous laisse le bénéfice du doute, comme à toute autre profession (on dit rarement à un chauffeur de car qu'on pourrait faire son métier à sa place, même quand on a le permis, non?).

Enfin, voilà, merci si vous avez eu la patience de me lire, et maintenant, la question:

AVEZ-VOUS DEJA ETE CONFRONTE - ne serait-ce qu'une fois ou deux - A CE TYPE DE REFLEXION DESOBLIGEANTE SUR VOTRE PROFESSION ET VOS COMPETENCES DE TRADUCTEUR?

ps: désolée pour les majuscules, mais comme mon message était long, j'ai eu peur qu'on ne voit pas la question...
ps2: je serais reconnaissante pour toute contribution, car c'est un des sujets que j'aborde dans ma thèse.


Bonjour, Honeybunny (quel joli nom!),

Oui, je sympathise. C'est bien embêtant, mais on flanque cette question ridicule à nous tous et toutes de temps en temps. On suppose qu'on n'a que chercher dans un dictionnaire, mot par mot!

Ne vous en faites pas, c'est pas la peine. Le monde est plein d'imbéciles! Et, combien d'entre nous comprennet les métiers des autres? Mais c'est bien impoli, quand même.

Je me rappelle une fois que ma mère, elle-même traductrice, m'a signalé furieusement un passage dans un roman de Jackie Collins (pas connue pour ses capacités intellectuelles), soeur de la fameuse Joan, dans lequel la protagoniste - une petite "would-be" vedette de Hollywood - se disait "Je sais un peu de français. Je vais faire un peu de traduction dans mon temps libre pour gagner de l'argent de poche. Quelle bonne idée!", ou quelquechose de la sorte.

Heureusement pour moi, mes vrais amis ne me demandent plus cette sorte de question et comprennent que quoique je sois à la maison je travaille très dur pour gagner ma croute. Ils s'excusent s'ils me téléphonent pendant la journée.

Une bonne façon de confronter cette attitude outrageante est un petit peu de sarcasme. Dites, par exemple, avec une belle sourire, "Oui, c'est vrai. Je ne fais pratiquement rien et gagne un tas d'argent. Pourquoi ne l'essaies-tu pas, toi aussi? On n'a besoin que d'un bon dictionnaire."

Bonne chance et ne désespérez surtout pas.
Amitiés,
Jenny.


Direct link Reply with quote
 
Buzzy
Local time: 18:53
French to English
Oui Honeybunny tu n'es pas seule ! Apr 27, 2007

Dans mon cas, quand je dis "je traduis surtout des comptes" je vois la lueur d'intérêt diminuer des les yeux de mon interlocuteur une fois qu'il a compris que je ne parlais pas de "contes"...

C'est vrai, c'est très énervant, mais dans la plupart des cas c'est de l'ignorance. Je pense que cela s'explique en partie par le fait que tout le monde pense savoir ce qu'implique le fait de traduire - moi-même en débutant, je sous-estimais totalement le temps nécessaire pour faire une traduction sérieuse, du questionnement sur le sens à la relecture/correction finale en passant par les recherches de termes et la consultation de documentation !

Demande à un journaliste (au ouais, moi aussi j'aime écrire) ou à un prof (ouaou, que 18 heures de boulot et toutes ces semaines de vacances!) ou encore à un musicen professionnel (tu sais, je faisais des cours de violon quand j'étais petit, t'as de la chance de vivre de ça !) ou peut-être un animateur de radio ou télé : là aussi les gens peuvent imaginer un peu le contenu du métier et ne perçoivent pas vraiment la différence entre les professionnels et les autres. Et comme le soulignent Elena et Katy, si on travaille à la maison ça peut encore plus compliqué à comprendre !

Maintenant, j'essaie des fois de sensibiliser les gens au contenu de mon travail , et des fois je laisse passer (des fois ce n'est franchement pas la peine de perdre son temps !). Et je pense que je fais un peu plus attention aussi aux questions que je pose aux autres sur leur travail !

[Edited at 2007-04-27 16:15]


Direct link Reply with quote
 
Alfredo Tutino  Identity Verified
Local time: 18:53
English to Italian
+ ...
ma réponses Apr 27, 2007

Ma réponse - quand je réponds:

"Oui, c'est bien facile de faire des mauvaises traductions...", en sourirant gentiment... "et l'on vous paye, la première fois."


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2 3] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

La question qui tue

Advanced search






Déjà Vu X3
Try it, Love it

Find out why Déjà Vu is today the most flexible, customizable and user-friendly tool on the market. See the brand new features in action: *Completely redesigned user interface *Live Preview *Inline spell checking *Inline

More info »
Wordfast Pro
Translation Memory Software for Any Platform

Exclusive discount for ProZ.com users! Save over 13% when purchasing Wordfast Pro through ProZ.com. Wordfast is the world's #1 provider of platform-independent Translation Memory software. Consistently ranked the most user-friendly and highest value

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs