Mobile menu

Pages in topic:   [1 2] >
Off topic: Le blues de l'expatrié
Thread poster: Yolande Haneder
Yolande Haneder  Identity Verified
Local time: 20:51
German to French
+ ...
Jun 7, 2007

Bonjour à tous,

En ce moment, je me suis mis un vieux CD dans mes écouteurs "Vendée 93", en l'écoutant je ressens l'air salé de l'atlantique, je revois les chemins de Bretagne à se perdre et mes divers voyages en Bretagne chez mes grand-parents.

J'ai maintenant le blues et la mer me manque. J'avais prévu d'y aller mais avec un bébé de 8 mois on y a renoncé.

Que faites-vous quand le cadre de votre enfance vous manque et que vous vous sentez déracinés?

Yolande


Direct link Reply with quote
 
xxxNMR
France
Local time: 20:51
French to Dutch
+ ...
Un expatrié n'est nulle part chez lui Jun 7, 2007

Il n'est pas chez lui dans son pays d'accueil et déraciné dans son pays d'origine. Il faudra s'y faire.

P.S. un bébé de 8 mois voyage très bien. C'est après qu'il y a des problèmes, quand ils ont trois-quatre ans.


Direct link Reply with quote
 

Emmanuelle Riffault  Identity Verified
Germany
Local time: 20:51
Member (2004)
German to French
+ ...
Pas vraiment de remède Jun 7, 2007

Bonjour Yolande,
En général, ça passe assez vite, mais je suppose que débute alors chez moi une phase très française : musique, films, télé, photos etc. Et puis, si la nostalgie s'installe, je lui laisse libre cours, pas la peine de lutter

Emmanuelle

PS : Félicitations pour le bébé


Direct link Reply with quote
 

Muriel Fuchs
Local time: 20:51
German to French
Des mots du cru, entendus ou lus, et des petites boules glacées Jun 7, 2007

Bonjour, Yolande,

la plupart du temps, soit je me branche (connecte) sur une radio française/francophone, soit je prends un bon bouquin ou un journal en langue française et vais déguster une glace ou un sorbet dans un endroit animé ; par beau temps, je m’installe à une terrasse, en hiver, qu’il pleuve ou qu’il vente, je m’assois bien emmitouflée sur un bout de trottoir, un banc, des marches d’escalier...

Accordez-vous une vraie pause et concentrez-vous, les embruns de l’Atlantique portent loin…

Bien amicalement,

Muriel

P.S. : Écrire dans ce forum est aussi, je l’espère, une « solution » pour (re)nouer des liens qui atténueront ce blues sans doute assez familier à nombre d’entre nous.


Direct link Reply with quote
 
Yolande Haneder  Identity Verified
Local time: 20:51
German to French
+ ...
TOPIC STARTER
La phase très française je l'ai déjà Jun 7, 2007

Je me suis acheté un décodeur médiaguard et je capte toutes les chaines de radio françaises par satellite, j'écoutes les actualités concernant les bouchons parisiens pendant mon ménage.

P.S le soir à 20h30 il y a les actualités de France 2 sur TV5 Europe, ce qui me manque pour le moment, c'est le paysage (les odeurs), et peut être que savoir qu'une Autrichienne va partir avec mon père en Bretagne dans 3 semaines.



[Edited at 2007-06-07 09:06]


Direct link Reply with quote
 

Nathalie Elson  Identity Verified
France
Local time: 20:51
Member (2006)
French to English
+ ...
La cuisine... Jun 7, 2007

Bonjour Yolande,

J'ai toujours été entre les deux. Quand je vis en France, l'Angleterre me manque, les gens, la mentalité, le style de vie ... le pub... la fraîcheur de l'été... Mais quand je vivais là-bas, la France me manquait, ma famille, le soleil (on était à Newcastle/Tyne ), la campagne etc... Donc j'ai l'impression qu'à partir du moment où on expérimente une vie ailleurs, on peut ne jamais se sentir vraiment chez soi ni d'un côté, ni de l'autre.

Alors ma solution : je cuisine (et je mange!!!), j'écoute la radio/la télé dans la langue qui me manque et je reste en contact avec les amis éloignés. A Newcastle, on se faisait des soirées crèpes avec des amis bretons, je cuisinais la Mique pour mon compagnon (natif du Lot) et ça nous faisait du bien! En ce moment, on savoure le (gros) morceau de Cheddar que des amis nous ont ramenés la semaine dernière en regardant la BBC .

Et, au pire, on prend les enfants sous le bras et on trouve un vol pas cher et on fait un petit AR rapide pour se ressourcer. C'est vrai qu'il vaut mieux profiter des enfants bébés pour voyager, en général, ils payent peu avant 2 ans, et c'est plus facile avant qu'ils ne marchent! Après... hmmmm.... ça se complique!

Alors bon courage!

Nath


Direct link Reply with quote
 
Yolande Haneder  Identity Verified
Local time: 20:51
German to French
+ ...
TOPIC STARTER
Entre-deux Jun 7, 2007

Bonjour Nathalie,

Nathalie Elson wrote:

J'ai toujours été entre les deux. Quand je vis en France, l'Angleterre me manque, les gens, la mentalité, le style de vie ... le pub... la fraîcheur de l'été... Mais quand je vivais là-bas, la France me manquait, ma famille, le soleil (on était à Newcastle/Tyne ), la campagne etc... Donc j'ai l'impression qu'à partir du moment où on expérimente une vie ailleurs, on peut ne jamais se sentir vraiment chez soi ni d'un côté, ni de l'autre.



Pour moi c'est un peu différent: les gens de la région où j'ai grandi (en Ile de France) ne me manquent pas.
J'ai tourné le dos aux personnes de mon âge de ma ville à 18 ans et je ne l'ai jamais regretté. J'ai toujours ressenti être étouffée par les "tout le monde le fait, c'est comme ça", les filles qui ne se maquillent pas ne sont pas des femmes, tu dois t'habiller comme cela, tu dois aimer cela et pas cela car sinon tu n'est pas normale.
En tant qu'étrangère (à partir du moment où on est acceptée), on peut dévier de la norme car au pire on dira dans ton dos "oh elle est étrangère, c'est normal).
Ce qui me manque, c'est la Bretagne où les gens sont bien différents, ces terrains restés naturels car ils intéressent personne, le bruit de la mer ou se prendre une vague dans la figure lorsqu'on se couche sur l'avant du bateau et en conséquence le bateau coupe la vague.
Quand j'étais en Angleterre, j'ai un peu surpris la douanne en prenant l'eurotunnel, je trainais un énorme sac dont 80% était rempli de boites de conserve.
Ici on trouve de la nourriture plus on moins française.



Et, au pire, on prend les enfants sous le bras et on trouve un vol pas cher et on fait un petit AR rapide pour se ressourcer. C'est vrai qu'il vaut mieux profiter des enfants bébés pour voyager, en général, ils payent peu avant 2 ans, et c'est plus facile avant qu'ils ne marchent! Après... hmmmm.... ça se complique!



Je l'ai fait il y a 2 ans, vol charter à Charles de Gaulle et de Charles de Gaulle, TGV direct vers Nantes.
Le problème est que toute seule avec les bagages et les enfants, je ne le ferais pas 2 fois.
Les prendre sous les bras est une chose, les calmer pendant près de 6 heures de voyage, tenir d'un côté tous les bagages de la famille et de l'autre attendre le train en espérant que les enfants ne vont pas courir à travers la gare est une autre.

Mes prochains voyages seront plus concertés.

Nos vacances cette année seront dans un hôtel avec garderie des enfants plus de 8 heures par jour si nécessaire (pendant que l'on pourra *rien* faire)

[Edited at 2007-06-07 10:19]


Direct link Reply with quote
 
VJC
Local time: 20:51
German to French
La solution : polygamie Jun 7, 2007

L'idéal pour voyager ! Plusieurs épouses (ou plusieurs maris). On répartit les tâches et les bagages.
C'était le bon temps !
Jean-Christophe


Direct link Reply with quote
 
Yolande Haneder  Identity Verified
Local time: 20:51
German to French
+ ...
TOPIC STARTER
J'aime bien ton idée ;-) Jun 7, 2007

VJC wrote:

L'idéal pour voyager ! Plusieurs épouses (ou plusieurs maris). On répartit les tâches et les bagages.
C'était le bon temps !
Jean-Christophe


Cependant je ne connais pas de cas dans lesquels la polygamie marche pour que les femmes aient plusieurs hommes et qu'ils s'occupent des enfants.

Pour moi, (tout comme retourner en France) cela serait l'autre extrême : la fin de la monogamie --> le célibat.

Vous les trouvez où les maris non jaloux quand la femme veut voyager seule à droite et à gauche??
OK, il y avait Sissi, mais c'est plutôt l'exception qui confirme la règle.

En tout cas, la France ne le chauffe pas autant (d'autant plus qu'il ne pige rien et n'a pas l'intention d'apprendre).


Direct link Reply with quote
 
xxxSaifa
Local time: 20:51
German to French
+ ...
Arguments rationnels: on ne peut pas tout avoir Jun 7, 2007

Bonjour Yolande,

Mon pays (l'Allemagne) me manque peu. Peut-être parce que j'ai commencé ma vie en naissant à l'étranger et en vivant dans différents pays avant d'y retourner pendant 20 ans, pour en repartir.

Quand tu écris:

Yolande Haneder wrote:

Pour moi c'est un peu différent: les gens de la région où j'ai grandi (en Ile de France) ne me manquent pas.
J'ai tourné le dos aux personnes de mon âge de ma ville à 18 ans et je ne l'ai jamais regretté. J'ai toujours ressenti être étouffée par les "tout le monde le fait, c'est comme ça", les filles qui ne se maquillent pas ne sont pas des femmes, tu dois t'habiller comme cela, tu dois aimer cela et pas cela car sinon tu n'est pas normale.
En tant qu'étrangère (à partir du moment où on est acceptée), on peut dévier de la norme car au pire on dira dans ton dos "oh elle est étrangère, c'est normal).


je te comprends à 100 %. Ici, nous vivons comme nous l'entendons et comme nous sommes étrangers, nous sommes bizarres de toute façon. Donc, tout va bien.
Nous ne sommes chez nous nulle part mais nous sentons très vite à l'aise un peu partout, c'est peut-être cela être européen (?).

Les quelques fois où l'Allemagne me manque (le calme! = pas de motos non réglementaires, de klaxons qui me réveillent en pleine nuit, un peu de fraîcheur en été,...), j'essaie, avec des arguments rationnels, de me convaincre que nous sommes mieux ici que là-bas.
Je dresse une liste mentale avec le positif et le négatif, et je vois que finalement, le positif prime.
Aussi, je sais qu'on ne peut pas tout avoir. Souvent, je me demande à quoi ma vie ressemblerait si j'avais continué à vivre dans tel ou tel pays. La réponse est toujours: pas mieux que ce qu'elle est maintenant. Comme j'ai encore des contacts un peu partout, je sais que la vie n'est facile nulle part. L'herbe ne paraît toujours plus verte que lorsqu'il s'agit du pré du voisin.

Puisqu'on parle de Sissi, voilà pourquoi il m'est impossible en ce moment de faire des petits allers-retours comme j'en aurais envie (un vieux chien, pas moyende l'emporter en avion, et pas d'endroit où le mettre sans avoir mauvaise conscience). Donc, il, ou plutôt elle, a la priorité. Nous aurons tout le temps de voyager de nouveau plus tard.
En ce moment, je m'accroche ici, et je dois dire que je tiens assez bon*.

Bon courage

*(Point de vue culinaire, rien ne me manque ici, j'adore la cuisine locale. Et les gens sont spéciaux ici ("Spain is different"), c'est parfois fatigant mais ils en valent la peine).


Direct link Reply with quote
 
xxxEmmanuelleAn  Identity Verified
Local time: 20:51
English to French
+ ...
Homesickness... Jun 7, 2007

Quand j'étais en Irlande, j'avais quelquefois (très souvent à la fin) le mal du pays. Il me manquait surtout le soleil de l'Aquitaine, les terrasses où l'on peut glandouiller toute la journée (plutôt que les pubs où il faut hurler pour se faire entendre) et...vous l'aurez deviné...la bonne bouffe! Dans ces conditions, j'avais heureusement mon petit kit "brisez la glasse en cas d'urgence". Bref, un bon foie gras, une bouteille de Sauterne et avec un peu de chance, un bon camembert et mes albums de Noir Désir...Je sais, ça fait un peu cliché mais presque tous les expats français avaient ce kit d'urgence sous la main. Ca nous requinquait pour 3-4 jours...mais le soleil restait plus difficile à trouver. J'ai finit par craquer. Je suis rentrée. Bien contente d'avoir retrouvé la douceur de vivre en Aquitaine et dès que je ressens l'appel de l'autre côté de la Manche...il y a toujours les low cost d'Easy Jet et d'Aer Lingus pour me ramener vers mes ex "pays d'adoption". Bizarrement, il arrive parfois que le mode de vie anglo saxon me manque cruellement...donc, là j'ouvre une boite de Marmite...:-) Non, je blague. Impossible de m'en faire avaler... mais le manque est bien là. Bon week end à tous!

Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 20:51
Member (2001)
English to French
+ ...
Olé ! Jun 8, 2007

Bon !
Il y a exactement 9 ans aujourd’hui vendredi 8 juin que j’ai émigré à Barcelone, en Espagne.
Oh ! Pardon ! Je voulais dire : en Catalogne. C’est une des premières choses apprises rapidement dans ma nouvelle vie : Barcelone ne se trouve pas en Espagne, mais bien en Catalogne.
Pour résumer, je vis actuellement à Barcelone, dans la Péninsule Ibérique, ce qui, politiquement, est tout à fait correct.
Dix jours plus tard, je fêtais tout seul mon cinquantième anniversaire dans une « pensión » tout ce qu’il y a de modeste, sans chauffage ni electricité…
J’avais abouti à Barcelone, coupant tous les ponts avec la « France » à la suite d’un contrat bancal qui se révéla tout à fait fallacieux et négatif. D’ailleurs je devais me rendre compte par la suite qu’il n’y avait pas « vraiment » de contrat…
Après une période de misère noire où je mendiais ma paëlla quotidienne sur les Ramblas menant au Barrio Chino j’ai décidé de « faire traducteur » et la situation s’est peu à peu améliorée.

Fin de l’épisode « Zola ».

Peu à peu, je suis passé de mon squat du Barrio Chino au quartier de « Gracia » et là, j’ai rencontré la femme de ma vie : une sorte d’étrangère germanophone qui ne parlait pas un mot de français… Mon vocabulaire allemand étant à l’époque limité à 12 mots, nous kommunikâmes en anglais et/ou en espagnol durant un temps où mon castillan s’améliora au-delà de toute espérance alors que le sien perdait chaque jour de son acuité… Enfin, elle comprendre tout…
À ce jour nous vivons dans un superbe duplex à Gracia (« Elle », n’est pas traductrice…) avec une jolie terrasse. Nous communiquons maintenant tous deux en espagnol (c’est ça l’Europe !...), ce qui enchante les populations locales toujours étonnées que deux « guiris » (étrangers) parlent entre eux avec deux accents radicalement différents… « Pourquoi ne parlez-vous pas en anglais ? » nous demandent-ils… Comme quoi, l’institut Cervantès a encore du pain sur la planche…

Cela dit, je ne me sens pas du tout comme un pôv zimmigré a long way from home…
Barcelone est une grande ville méditerranéenne où l’on trouve absolument tout pour peu que l’on veuille bien se donner la peine de chercher… Et si on a « les moyens »…
Dites-moi donc ce que je ne peux pas trouver à Barcelone et qui n’existerait qu’ à Paris ? La cuisine espagnole, pardon, catalane (Ibérique ?...) est excellente et si je veux des escalopes normandes ou un bœuf bourguignon, je fais partie des hommes libérés tout à faits capables de les cuisiner eux-mêmes.
En ce qui concerne le « culturel », une antenne satellite et son décodeur coûtent moins de 100 euros et je peux me régaler des documentaires en français sur la vie des tisserands au Kirghizstan que me propose « ARTE » et de « Questions pour un Champion » sur TV5 monde ou bien sur TV5 Europe…
Je suis abonné au « Canard Enchaîné » que je reçois sans problème 12 jours après sa parution en kiosque en France.
Si !... Sur « Amazone » je trouve le prix d’expédition des livres absoluement scandaleux !

À part cela, tout va bien merci…


Direct link Reply with quote
 
Anne Patteet  Identity Verified
Local time: 14:51
English to French
+ ...
Eh oui... Jun 8, 2007

Je suis aussi dans une phase "blues", car nous venons de rentrer, si je peux dire, des Etats-Unis où nous avons vécu quatre ans. Belge, mariée à un Equatorien, j'ai vécu huit ans en Equateur avant de partir pour les US avec la famille, il y a de cela quatre ans. A Quito, j'ai bien sûr souffert du déracinement, surtout en ce qui concerne le manque ressenti envers la famille, les grands-parents, etc. Mais y ayant formé de solides amitiés (remplaçant presque la famille dans certains cas) avec des parents dont les enfants ont le même âge que les nôtres, j'ai mis deux ans à retrouver mes marques aux US. Maintenant je vis la déchirure dans l'autre sens, car j'avais fini par adorer l'endroit ou nous vivions ainsi que nos voisins, la sécurité, la possibilité pour les enfants de traverser la rue et se retrouver avec une bonne dizaine de copains ou d'aller à l'école à pied seuls sans se faire trucider. Il faut que je fasse de gros efforts pour me réhabituer aux dangers constants ici, au manque de denrées de tout acabit, au mensonge constant et au peu de confiance qu'il faut avoir envers son prochain en général. Et avec ça que j'adore ce pays!

Comme l'ont dit plusieurs personnes avant moi, on n'est plus jamais vraiment chez soi nulle part, mais d'un autre côté on s'installe avec de plus en plus de facilité n'importe où. Il y a deux mois que je vis chez d'autres personnes (deux familles de merveilleux voisins aux US et maintenant chez ma belle-soeur), ça commence à faire long, mais d'un autre côté je vois que nous devenons chaque fois plus adaptables, plus compréhensifs, moins maniaques, moins exigeants à tous points de vue. Les enfants apprennent plus à respecter le bien d'autrui aussi, ainsi que l'intimité de chaque famille.

Pour ce qui en est des voyages avec des bébés sous le bras, je crois que ce n'est jamais facile: qu'est-ce qu'on sue (au sens propre et au sens figuré...)! Maintenant que nos quatre enfants ont entre 11 et 6 ans, je réussis à trouver les voyages "reposants"! J'ai juste encore un peu peur de perdre la dernière dans les aéroports par exemple, mais les trois autres ont appris à rester collés à leurs parents et à vérifier a tout instant que tout le monde soit là. Courage, ils finissent tous par grandir!

Et, question blues, je crois que celui-ci est compensé par toutes ces choses intenses et merveilleuses qui nous sont données de vivre, et dont les non-expat n'ont qu'une vague/pâle idée... Ceci n'étant pas dit sur un ton négatif, mais nous avons besoin de voir où sont nos avantages lors de coups de blues jutement.

Anne


Direct link Reply with quote
 

Anne Diamantidis  Identity Verified
Germany
Local time: 20:51
German to French
+ ...
expat Jun 8, 2007

Bonjour Yolande.....
Il n´y a malheureusement pas grand chose à faire contre ce blues... tu vois j´y suis un peu moi aussi, je vis actuellement en Allemagne et ca me met le blues de savoir que chez moi les cigales commencent à chanter, qu´il y a eu la Féria de Nîmes et que cette année je n´y étais pas, de penser que ca y est, les "anciens" du village ont ressorti leurs bancs devant leurs maisons et sortent le soir à la fraîche en sirotant un tit apéro bien gardois.... et plus !
Dans ces moments un peu mélancoliques eh bien je me concentre sur autre chose, par exemple sur les choses positives que j´aime en Allemagne - et il y en a, je suis aussi très heureuse ici...mais ce n´est pas "la maison" - des choses qu´il n´y a pas dans le sud de la France, ou je vais faire une longue balade ou un jogging...
Je t´envoie mille amitiés d´expat et te souhaite tout plein de bon courage.... et puis si t´as le cafard, on est là nous les proZiens


Direct link Reply with quote
 
Yolande Haneder  Identity Verified
Local time: 20:51
German to French
+ ...
TOPIC STARTER
Merci beaucoup à tous Jun 8, 2007

Je me sens déjà beaucoup mieux aujourd'hui.

Puis la semaine prochaine, j'ai aussi une "Feuerwehrfest" organisée par le village avec du poisson grillé. Cela, je ne l'aurais jamais eu à Paris, J'entends les grillons, j'ai des lapins (depuis des années je jette le pain dur devant la terrace et les lapins vont les chercher)et des faisans qui traversent mon jardin (et y séjournent en période de chasse).

Je suis sûre qu'en France cela me manquerait.

Yolande


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Le blues de l'expatrié

Advanced search






SDL Trados Studio 2017 Freelance
The leading translation software used by over 250,000 translators.

SDL Trados Studio 2017 helps translators increase translation productivity whilst ensuring quality. Combining translation memory, terminology management and machine translation in one simple and easy-to-use environment.

More info »
SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs