Mobile menu

Pages in topic:   [1 2 3 4] >
Les tarifs, ça donne quoi, niveau salaire
Thread poster: sylver

sylver  Identity Verified
Local time: 19:18
English to French
Feb 26, 2003

Ce qui suit est un article que je compte poster sur mon site, mais je crois qu’il mérite également une place sur ce forum. Il concerne encore le sujet mille fois rebattu des tarifs, mais en dépit de toutes les interventions, sauf erreur de ma part, le sujet n’a jamais été abordé sur un plan concret et mathématique. Il a été dit maintes et maintes fois que notre profession n’est pas rémunérée à sa juste valeur, mais en chiffres, ça donne quoi ?



J’espère que cet article permettra aux agences et aux clients qui lisent ce forum de mettre les tarifs dans leur véritable perspective.



Combien gagne un traducteur ? € 0.04 ou € 0,12 du mot, ça veut dire quoi en termes de revenus ? Et comment cela se compare-il avec les revenus moyens des professions apparentées ? Il y a ceux qui pensent que les traducteurs s’en mettent plein les poches et que les prix peuvent descendre, et ceux qui se plaignent d’une rémunération hautement inadéquate. J’ai essayé de comparer de façon objective les revenus concernés pour une production moyenne et de les mettre en rapport aux salaires applicables dans des professions qui nécessitent un niveau de compétence similaire.



Je suis pleinement conscient que ce n’est pas aussi tranché dans la mesure où nombre d’entres nous passent plus de temps que cela, alors que d’autres se débattent pour trouver quelque mots de ci de là, et il y a effectivement d’autres variables. Mais on ne peut comparer qu’a quantité de travail égal, et j’ai essayé de considérer le cas d’un traducteur relativement établi qui passe à peu près le temps de travail légal.



Si l’on se base sur 40 heures de travail par semaine (oui, je sais que la France est passée aux 35 heures), dont la moitié passe en marketing et en admin (il faut bien trouver les clients, remplir les factures, faire les comptes - je suis en retard, d’ailleurs …), un traducteur peut escompter 20 heures de traduction effective par semaine. Un traducteur moyen traduit environ 400 mots sources de l’heure dans un document Word habituel. Nous parlons donc de 8000 mots par semaine, 32000 mots par mois. De façon arbitraire (et pratique – je n’ai pas envie de sortir ma calculette), les taxes vont, d’une manière où d’une autre, réclamer 50% du revenu. (5% ici, 3% là, une imposition fixe, une taxe pro…)



Nous regardons donc une rémunération effective allant de € 640 par mois (32 000 mots à € 0,04 moins 50% de taxes) à € 1920 par mois (32 000 mots à € 0,12 moins 50% de taxes). Pour ceux qui ne sont pas vraiment passé à l’Euro (moi par exemple) on parle d’un « salaire » allant de 4 198 FF à 12 594 FF.



Gasp ! Je fais ces calculs pour la première fois et personnellement, je suis choqué. En juillet 2002, le SMIG français était de € 6,83 par heure, soit € 273 pour 40 heures, environ 1000 euros par mois dans la poche, peut être un peu moins. Sur la base de la production et des taxes que j’indiquais précédemment, le SMIG français représente € 0,062 par mot.



Je pensais faire la comparaison avec des professions qui nécessitent un volume de connaissances comparables, du style informaticien, cadre moyen, … mais après ce calcul, je n’ai même plus envie.



Je n’aurais jamais cru que l’on en soit déjà là. Bien sûr, certains d’entre nous travaillent bien au delà des 40 heures, passent moins de temps en admin (ce qui risque d’avoir des conséquences à long terme), ou encore évitent les impôts en s’enregistrant dans des paradis fiscaux. (Si quelqu’un a des infos là dessus, je suis preneur)



Dans un post précédent, j’avais laissé entendre que 0,03 Euros du mot, c’était un salaire de chez Mac Donald. Je m’excuse publiquement auprès des gérants de Mac Donald. 0,03 euro du mot, ce n’est pas un salaire de chez Mac Do, c’est bien en dessous.



Qu’est ce que vous en pensez ? S’il vous plait, dites moi que j’ai fait une erreur de calcul, parce que je viens juste de terminer la simulation, et j’ai l’horrible sentiment que mes chiffres sont corrects. Si c’est le cas, l’éboueur du quartier s’en sort mieux que le traducteur moyen, en réalité.



Direct link Reply with quote
 
IsaPro  Identity Verified
France
Local time: 13:18
English to French
+ ...
Un vrai film d'horreur!!! Feb 26, 2003

Cher Sylver,



Je ne me suis jamais penchée sur la question mais je crains que vous n\'ayez entièrement raison.

Pour ma part, j\'ai sollicité les services (j\'allais écrire sévices vu ses honoraires...) d\'un comptable. Je ne m\'occupe donc pas de ma compta et je me contente de payer mes factures (Gasp!)

Je passe donc en moyenne une quarantaine d\'heures par semaine à traduire (je parle des semaines exceptionnelles où je travaille tous les jours).

Mes revenus sont, comme les votres, amputés d\'un bon tiers en charges sociales.

Nous sommes également tributaires des vacances scolaires (eh oui, les salariés des entreprises prennent des vacances et les affaires ralentissent). Il n\'est donc pas rare que l\'activité ralentisse elle aussi considérablement.

Je dirais donc que vos chiffres m\'ont l\'air tout à fait exacts (hélas!!! mille fois hélas!!!). J\'ajouterai même que les mêmes variations d\'émolûments se retrouvent dans le parcours annuel d\'un même traducteur, en fonction du volume de travail qui n\'est, hors cas exceptionnels, jamais de 32.000 mots par mois de façon régulière.

Je commence à me demander si je ne vais pas aller vendre des frites sur la Côte d\'Azur...

Non, finalement, j\'aime trop ce métier, même s\'il présente de gros inconvénients, pour l\'abandonner. Mais il reste quand même un goût amer...


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 13:18
English to French
+ ...
Déprimant mais pas d'erreur je crains Feb 26, 2003

Salut à Sylver et à tous.



Sylver je dois dire que tes calculs et ton analyse me paraissent regrettablement corrects et qu\'en effet :



\"Si c’est le cas, l’éboueur du quartier s’en sort mieux que le traducteur moyen, en réalité.\"



Et encore faut-il que les 8000 mots par semaine tombent régulièrement pendant le mois et sur l\'année. sinon en plus de pas gagner grand chose on travaille la nuit ou les weekends.



Prenons l\'exemple tout aussi réjouissant de la traduction d\'une page de blah-blah commercialo-financier - style newsletter du CEO pour ses employés et/ou des actionnaires : 400 mots à (disons) 10 cents soit 40 dollars. Temps de travail 2 heures qui comprennent : la recherche pour les expressions qui ne sont que de la poudre aux yeux et ne veulent rien dire en français, respect du style ampoulé.



Gain : 20 dollars de l\'heure moins disons 35% pour impôts directs et indirects et 10 % pour le temps passé en marketing et autres frais (j\'y inclus le temps pour la correspondance avec le client (fax et refax) pour la newsletter - appelons ça les frais de secrétariat) -Résultat 20 - 45 % = 20 - 9 = 11 dollars.



Soit 11 dollars de l\'heure. Un serveur dans un resto américain qui reçoit 15% de pourboire (tarif quasi obligatoire) touche 10.5 dollars de pourboire sur un repas pour 2 personnes de 70 dollars - prix bien moyen pour les US. Si en une heure, le serveur s\'est occupé de 5 tables - ça lui fait au minimum 50 dollars rien qu\'en pourboire.





Donc les petits boulots de traduction à éviter si possible. Vive les gros projets pas trop complexes (et sans réduction Tradosmaso où les mêmes termes reviennent sans arrêt et où l\'on finit vite par connaître son glossaire par coeur et traduire \"dans la foulée\".



Seule solution pour vivre dignement monter sa \"petite entreprise\" et \"décrocher\" des clients directs.



Ou alors il faut être le plus fort en traduc et traduire sans effort et sans réflechir ses 2500 mots par jour, 6 jours par semaine.



Jean-Luc



[/quote]


Direct link Reply with quote
 

Anne Pietrasik
France
Local time: 13:18
English to French
+ ...
C'est ce que je me tue à expliquer aux agences vautouresques Feb 26, 2003

Tout à fait d\'accord avec Sylver. Et encore, en France, lorsque l\'on exerce en libéral, c\'est 57 % qu\'il faut ôter des recettes pour les charges sociales, taxes et impôts. De ce maigre restant, déduire encore les frais professionnels et constater qu\'à moins de 0,12 Euros/mot il ne reste pas de quoi vivre, du moins si l\'on prend le temps de faire les recherches de documentation nécessaires pour livrer une traduction dont on est sûr à 100 %. Or dans ma spécialité (le médical), il me semble que cette certitude sur le texte livré est non seulement correcte mais indispensable puisque nos textes vont être utilisés directement ou indirectement pour soigner des êtres humains.

Or, il n\'y a pas de mystère, comme le disait Ford : TIME IS MONEY et \"Time\" est indispensable à la qualité !


[addsig]


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 19:18
English to French
TOPIC STARTER
Arrgh! je suis smicard! Feb 26, 2003

Quote:


On 2003-02-26 18:55, JLDSF wrote:

Salut à Sylver et à tous.



Sylver je dois dire que tes calculs et ton analyse me paraissent regrettablement corrects

... Si en une heure, le serveur s\'est occupé de 5 tables - ça lui fait au minimum 50 dollars rien qu\'en pourboire.

Jean-Luc



Dis donc, ça vaut le coup d\'être serveur au States!



Quand j\'ai commencé le calcul, je croyais pouvoir faire la comparaison avec les avocats et les médecins généralistes, mais c\'est tout juste si on peut tenir le pavé avec les balayeurs et les postiers, sans aller jusqu\'aux conducteurs de trains (2500 Euro plus les congés payés)



Quelques fois, quand j\'ai une période de creux, il m\'est arrivé de me reprocher de faire la fine bouche et de refuser des prix trop bas. Après calcul, mon amour propre en prend un sale coup, et il est hors de question que je prenne quoi que ce soit en dessous du SMIG.



Comme je viens juste de réaliser la situation, je pense que bien des agences n\'ont pas fait le calcul et ne se rendrent pas compte de la situation.



J\'espère que ce post sera lu et pris en compte. Après tout, nous ne sommes peut être pas aussi indispensables que les agents des impôts, mais nous faisons quand même tous partie des quelques 5% de la population capable de maîtriser notre langue, une ou plusieurs langues étrangères, plusieurs sujets techniques, les techniques de traduction, ...et sans nous, les relations et le commerce international sont virtuellement impossibles.



Quelque part, ça serait bien que l\'on arrange une solution, parce que, bon, là je suis peinard, jeune, seul, dans un pays pas cher.



Mais supposons qu\'un jour je veuille avoir une famille, des gosses et qu\'en plus j\'ai le culot de vouloir passer du temps avec eux, y a intérêt à revoir les prix à la hausse.



Une chose à retenir, en tout cas. Chaque fois que vous acceptez un job en dessous de 0,062 euro, vous travaillez en dessous du SMIG.



Pour les acheteurs, si vous payez moins 0,08 euro, votre traducteur gagnerait à bosser chez Burger King (pas tjs Mac Do), et je vous conseille d\'y réfléchir à deux fois.

Direct link Reply with quote
 

Claudia Iglesias  Identity Verified
Chile
Local time: 08:18
Member (2002)
Spanish to French
+ ...
Vous me faites peur Feb 27, 2003

Actuellement je suis professeur certifiée en disponibilité pour suivre le conjoint. Je suis donc fonctionnaire de l\'E.N.



Je suis devenue traductrice profitant de cette situation, mais le jour où je retournerai en France je devrai choisir entre rester traductrice (et démissionner de l\'E.N.) ou reprendre l\'enseignement (et abandonner la traduction). Je crois qu\'en tant que fonctionnaire on ne peut pas avoir deux activités.

J\'aimerais pouvoir le décider en me demandant juste ce que j\'aime le plus, et pas en tenant compte de ces calculs, mais...est-ce possible ?


Direct link Reply with quote
 

Ángel Espinosa
Spain
Member (2005)
French to Spanish
+ ...
Sauf erreur de ma part Feb 27, 2003

Si je ne m\'abuse, il y a bien un système de filtrage des tarifs à Proz qui est calculé sur la base des tarifs des membres qui y cohabitons.



Or, le tarif en moyenne doit être tellement bas que, dans la pratique, aucune restriction vient s\'imposer aux profiteurs lorsqu\'ils proposent des tarifs risibles.



Autrement dit, il existe bien à Proz une courbe de l\'offre et une courbe de la demande, mais le point d\'équilibre touche de si près le zéro que toute offre reste possible.



Si nous voulons relever ce point d\'équilibre il faudrait que nous contrebalancions les tarifs trop bas qui enfoncent notre courbe par des tarifs chers à l\'excès.



À nous tous de mettre un chiffre intentionnellement astronomique, de l\'ordre de 500 € le mot, pour relever ce point jusqu\'à un niveau où notre travail soit rémunéré d\'une manière juste.



Toute autre réthorique me paraît dépourvue de sens.



Proz ne permet pas de changer ses propres tarifs chaque jour, mais nous pourrons tous le faire à un moment donné dans l\'avenir.



Je vous invite tous à donner suite à ce message ainsi qu\'à le disséminer.
[addsig]


Direct link Reply with quote
 
Jacek Krankowski  Identity Verified
English to Polish
+ ...
Agree Feb 27, 2003

Quote:


On 2003-02-26 19:46, Pietrasik wrote:

à moins de 0,12 Euros/mot il ne reste pas de quoi vivre



Direct link Reply with quote
 
xxxNicolette Ri
Local time: 13:18
French to Dutch
+ ...
Non, il n'y a pas d'erreur Feb 27, 2003

Et je trouve que vous sous-estimez même la situation. Je suis en SARL, cela facilite le calcul. Pour un salaire de, disons, 1.800 € brut par mois, il faut un chiffre d\'affaires de 3 800 €, soit 31 666 mots à traduire à 0,12 €, ce qui correspond à 126 heures de travail par mois sur 169 (on considère effectivement qu\'on perd un tiers en secrétariat, téléphone, comptabilité, petits problèmes informatiques). Baisser les tarifs ou travailler davantage ne sont pas des options valables, puisque ça fait encore plus de mots, et il où est-ce que je vais les trouver ??? (mon marché est assez restreint, je travaille vers le néerlandais). Les seules solutions sont : 1) vendre une partie des traductions plus cher, ce qui marche de temps en temps, car heureusement j\'ai des clients fidèles et directs, 2) augmenter la rentabilité, en connaissant bien les sujets, par exemple, 3) faire des services complémentaires comme des photocopies, reliures, logiciels tordus, urgences, brainstorming publicitaire, journalisme… et de la traduction vers le français, ce qui n\'est pas entièrement dans mes cordes, mais les clients, qui sont bien sûr au courant, reviennent, donc cela ne doit pas être si mauvais que ça. Ce n\'est pas pour rien qu\'il y ait autant de traducteurs qui ont des poches sous les yeux, ou qui décident de faire autre chose au bout de quelques années.



Bonne journée quand même

Nicolette



N.B. depuis que tout le monde travaille par Internet, mon marché devient de plus en plus local : des clients qui veulent voir ma tête, qui demandent que je fasse un saut, qui ont des cassettes vidéo ou des disquettes zip à déposer, qui en ont marre des frais bancaires sur les paiements internationaux, et j\'en passe…



[ This Message was edited by:on2003-02-27 15:02]


Direct link Reply with quote
 

onesime
Canada
Local time: 07:18
English to French
Encore des tarifs dérisoires. Feb 27, 2003

C\'est dommage que malgré toutes ces protestations on retrouve encore des travaux à €0.03 sur Proz.

Pourquoi ne pas installer un filtre comme le proposait un collègue récemment?


[addsig]


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 19:18
English to French
TOPIC STARTER
+ sur les tarifs Feb 27, 2003

Quote:


On 2003-02-27 12:24, c.iglesias wrote:

Actuellement je suis professeur certifiée en disponibilité pour suivre le conjoint. Je suis donc fonctionnaire de l\'E.N.



Je suis devenue traductrice profitant de cette situation, mais le jour où je retournerai en France je devrai choisir entre rester traductrice (et démissionner de l\'E.N.) ou reprendre l\'enseignement (et abandonner la traduction). Je crois qu\'en tant que fonctionnaire on ne peut pas avoir deux activités.

J\'aimerais pouvoir le décider en me demandant juste ce que j\'aime le plus, et pas en tenant compte de ces calculs, mais...est-ce possible ?



Bon, quand même se rapeller que ces calculs sont généraux, et que de fait, d\'une façon ou d\'une autre (souvent en travaillant plus) pas mal d\'entre nous s\'en sortent mieux qu\'avec les chiffres cités (enfin, j\'espère) C\'était du moins mon cas quand je passais plus de temps dans la chaise et moins à voyager, (et je vais probablement devoir me remettre à ce rythme. Sniff)



Mes calculs montrent de façon effective, je crois, que les tarifs de la traduction sont actuellement au plancher minimum de survie de la profession, et que quelqu\'un de plus rouge que moi pourrait commencer à parler d\'exploitation.



Si cela peut faire réfléchir les champions des prix réduits et les acheteurs, tant mieux.



A titre de comparaison, je viens de jeter un coup d\'oeil les simulations salariales disponibles sur Yahoo.(http://swz-hotjobs.salary.com).



A en croire leurs estimations, le salaire d\'entrée minimal d\'un écrivain technique à LALA land (Les types dont nous traduisons habituellement la prose et qui nous obligent à boire pour oublier - du coca pour moi ) est de - accrochez-vous à votre siège - $3400 par mois.



A en croire le site, \"These numbers are based on national averages adjusted by geographic salary differentials\"



Les autres salaires (une trentaine de catégories différentes pour \"écrivain technique\") sont tout aussi édifiants, certains allant jusqu\'à $8 000 par mois.



Donc, fort de cette constatation, je me suis mis à chercher le salaire d\'un traducteur technique. Aucune entrée pour traducteur technique. Aucune entrée pour traducteur. Aucune entrée pour \"linguiste\". aucune entrée pour \"localisation\".



Soit notre profession n\'existe pas, soit le salaire ne mérite pas une mention dans le répertoire. Autant pour la comparaison.





Direct link Reply with quote
 

Williamson  Identity Verified
United Kingdom
Local time: 12:18
Flemish to English
+ ...
Est-ce-que ça vaut la peine d'être traducteur freelance? Feb 27, 2003

Après lecture des vos commentaires, je me pose la question: est-ce-que ça vaut la peine d\'être traducteur freelance (profession libérale) dans des pays avec une systmème d\'impôts et sec.sociale élévée?

Ceci en comparaison avec un employé et le nombre d\'heures de travail presté par celui-ci?


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 19:18
English to French
TOPIC STARTER
Est ce que ça vaut la peine ? Feb 27, 2003

Quote:


On 2003-02-27 14:59, manupro wrote:

Après lecture des vos commentaires, je me pose la question: est-ce-que ça vaut la peine d\'être traducteur freelance (profession libérale) dans des pays avec une systmème d\'impôts et sec.sociale élévée?

Ceci en comparaison avec un employé et le nombre d\'heures de travail presté par celui-ci?





Le rapport temps de travail/rémunération me semble pencher largement en faveur du traducteur salarié.



Mais un métier, c\'est beaucoup plus qu\'une simple rémunération. Freelance, c\'est une liberté géographique fabuleuse. C\'est le contrôle de son horaire, être son propre patron, gagner son blé personnellement plutôt que de compter sur les autres.



(Nous ne gagnons peut être pas grand chose, mais ce que nous gagnons, nous le devons à nos compétences, et à personne d\'autre)



C\'est aussi la possibilité d\'accepter ou de refuser des jobs en fonction de ses goûts et de ses compétences. En tant que salarié, si votre boss vous dit de traduire le fichier untel.doc, vous traduisez le fichier untel.doc, que ça vous plaise ou non, et parfois, que vous soyez compétent pour ce travail ou non.



D\'une manière ou d\'une autre, salarié ou pas, la traduction, ce n\'est pas une question de fric.



A niveau de connaissance équivalent, il y a des milliers de professions plus profitables. C\'est vraiment pas la peine de se casser la tête pour en trouver.(comptable, banquier, informaticien, avocat, ... pratiquement toutes les professions qui demandent une application intellectuelle intense et de l\'initiative sont rémunérées bien au dela de la traduction)



Donc la traduction, à moins d\'aimer, c\'est même pas la peine de se lancer. Mais si on aime, ce qui est mon cas, ça serait cool qu\'on puisse être un peu mieux payé que les gars qui transportent des sacs de farine ou qui vendent des tronçonneuses au rayon bricolage.

[ This Message was edited by:on2003-02-27 18:30]

Direct link Reply with quote
 
IsaPro  Identity Verified
France
Local time: 13:18
English to French
+ ...
S'il te plaît... Feb 27, 2003

Quote:


On 2003-02-27 12:51, Sabbath wrote:

Si je ne m\'abuse, il y a bien un système de filtrage des tarifs à Proz qui est calculé sur la base des tarifs des membres qui y cohabitons.



Or, le tarif en moyenne doit être tellement bas que, dans la pratique, aucune restriction vient s\'imposer aux profiteurs lorsqu\'ils proposent des tarifs risibles.



Autrement dit, il existe bien à Proz une courbe de l\'offre et une courbe de la demande, mais le point d\'équilibre touche de si près le zéro que toute offre reste possible.



Si nous voulons relever ce point d\'équilibre il faudrait que nous contrebalancions les tarifs trop bas qui enfoncent notre courbe par des tarifs chers à l\'excès.



À nous tous de mettre un chiffre intentionnellement astronomique, de l\'ordre de 500 € le mot, pour relever ce point jusqu\'à un niveau où notre travail soit rémunéré d\'une manière juste.



Toute autre réthorique me paraît dépourvue de sens.



Proz ne permet pas de changer ses propres tarifs chaque jour, mais nous pourrons tous le faire à un moment donné dans l\'avenir.



Je vous invite tous à donner suite à ce message ainsi qu\'à le disséminer.





S\'il te plaît, tu pourrais expliquer ça à nos trois \"confrères\" qui ont répondu à l\'appel d\'offre de 3700 mots EN>FR à... 0.03USD?

Je crois que certains n\'ont pas encore compris qu\'à accepter des tarifs aussi ridicules (j\'attends le jour où c\'est moi qui devrai payer le client pour traduire ses docs!) ils cassent le marché au profit des clients et non de leurs confrères. Et encore, là, c\'est un job où le Magic Trados n\'est pas exigé sinon...

Au secours, c\'est désespérant!!!

Direct link Reply with quote
 

Anne Pietrasik
France
Local time: 13:18
English to French
+ ...
Au train où vont les choses, non ! Feb 27, 2003

Quote:


On 2003-02-27 14:59, manupro wrote:

Après lecture des vos commentaires, je me pose la question: est-ce-que ça vaut la peine d\'être traducteur freelance (profession libérale) dans des pays avec une systmème d\'impôts et sec.sociale élévée?

Ceci en comparaison avec un employé et le nombre d\'heures de travail presté par celui-ci?



Avec la chute catastrophique des tarifs de ses dernières années, effectivement la traduction écrite a du soucis à se faire. Pour moi, heureusement qu\'il y a les missions d\'interprétation en médical où la délocalisation fait moins de ravages parce que sinon, ce ne serait pas la peine, sauf à livrer vite fait des \"premiers jets\" sans recherches ni documentation ni réécriture, ce que je refuse absolument. Si l\'on prend le temps de faire du travail de qualité, effectivement à moins de 0,12 E/mot, ça s\'appelle travailler à perte !
[addsig]

Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2 3 4] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Les tarifs, ça donne quoi, niveau salaire

Advanced search






WordFinder
The words you want Anywhere, Anytime

WordFinder is the market's fastest and easiest way of finding the right word, term, translation or synonym in one or more dictionaries. In our assortment you can choose among more than 120 dictionaries in 15 languages from leading publishers.

More info »
TM-Town
Manage your TMs and Terms ... and boost your translation business

Are you ready for something fresh in the industry? TM-Town is a unique new site for you -- the freelance translator -- to store, manage and share translation memories (TMs) and glossaries...and potentially meet new clients on the basis of your prior work.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs