Mobile menu

Traducteurs vers d'autres langues que FR en AN au Canada (QC)
Thread poster: yanadeni
yanadeni  Identity Verified
Canada
Local time: 11:06
French to Russian
+ ...
Jun 13, 2008

Une question à ceux qui travaillent pour les gouvernements québécois ou canadien. Avez-vous des informations sur les besoins des gouvernements en traducteurs vers d'autres langues que français et anglais?
Disons, espagnol et mandarin, c'est clair qu'ils seront très en demande tôt ou tard, vu le nombre croissant des allophones pour qui ce sont les langues natales. Mais qu'en est-il avec d'autres langues comme le russe, l'allemand, l'italien, le japonais, le finnois etc?


Actuellement, j'accumule de l'expérience dans une entreprise privée haute technologie, mais, éventuellement, je voudrais me déplacer plutôt vers le secteur public (pour plus de sécurité d'emploi). Surtout avec cette crise nord-américaine qui risque bientôt de pousser nos supérieurs à faire faire les traductions dans le tiers-monde à 0.03-0.05$/mot.
En attendant cette fin du monde, je veux déjà entreprendre quelque chose, comme, par exemple, prendre des cours à l'université.
Ou m'orienter vers un autre domaine, ou me perfectionner le plus possible dans la traduction, dans l'espoir d'être en demande auprès de l'"employeur de choix".

Qu'en pensez-vous?


Direct link Reply with quote
 

ViktoriaG  Identity Verified
Canada
Local time: 11:06
English to French
+ ...
La demande est générée par les entreprises, non pas par la population Jun 14, 2008

Je ne crois pas que la présence croissante d'allophones au pays a un effet significatif sur la demande en services de traduction, étant donné que la philosophie à travers le pays est que les immigrants doivent apprendre notre langue et non pas le contraire. En revanche, la demande augmente mondialement en raison des entreprises qui traversent de plus en plus de frontières. Par conséquent, je pense que s'il y a une demande pour les langues autres que les langues officielles, ce n'est pas le gouvernement qui cherchera à y pourvoir, mais plutôt les entreprises (sauf pour les missions commerciales).

Je ne crois pas non plus que la fin du monde arrive. Il est vrai que de plus en plus d'entreprises de chez nous se tournent vers la traduction made in Asia - mais les prix demandés outremer risquent de changer au fur et à mesure que cette tendance s'installe. Par exemple, beaucoup ne se rendent pas compte qu'autant les entreprises d'ici font de la sous-traitance en Asie, autant les pays d'Asie font de la sous-traitance en Amérique du Nord et ailleurs. Une des raisons, parmi tant d'autres, est qu'il est difficile de trouver des traducteurs qualifiés dans certaines paires de langue dans les pays où les taux sont nettement inférieurs. J'ai un client en Chine, et non seulement il paie des taux supérieurs aux taux en Chine, il paie des taux supérieurs aux taux d'ici. De plus, lorsque je ne suis pas disponible, ils sont mal pris, parce qu'ils ont des difficultés à trouver des traducteurs qui travaillent vers le français canadien, surtout (c'est mon point de vue personnel) parce que notre marché local est très différent du leur et donc ils ne savent pas comment trouver des traducteurs chevronnés dans notre culture très différente de la leur.

Les prix et la disponibilité des produits et services (pétrole, crise alimentaire, eau potable, connexion haute vitesse, immobilier, etc.) changent très rapidement en Orient étant donné que les économies changent très rapidement, avec parfois des effets secondaires imprévus. Une des possibilités est que les gens dans les pays en développement se rendent compte que nous, en Amérique du Nord, chargeons des prix parfois dix fois supérieurs aux leurs, et certains finiront par se dire que si nous pouvons nous permettre de charger aussi cher, ils peuvent charger plus aussi pour le même service.

Les temps changent et il est judicieux de penser à se positionner sur le marché. Mais je ne crois pas que c'est côté compétences (études universitaires, etc.) qu'on a à s'améliorer. Je pense qu'il est plus intelligent à long terme de chercher à se démarquer de la compétition. Trouver une niche, cibler certains types de client et ensuite entrer en compétition avec ceux qui jouent sur le même terrain que nous. Inutile de dire que ce n'est pas non plus en faisant une guerre des prix que nous y arriverons. J'ai récemment lu quelque chose d'intéressant, je ne sais pas où sur le Web: dans la guerre des prix, il n'y a pas de gagnants, seulement des survivants. Qu'on se le tienne pour dit!

[Edited at 2008-06-14 06:26]


Direct link Reply with quote
 
yanadeni  Identity Verified
Canada
Local time: 11:06
French to Russian
+ ...
TOPIC STARTER
. Jun 15, 2008

Cette philisophie, c'est beau, quand on aura toujours son morceau de pain avec une couche de beurre par-dessus, en traduisant entre les deux langues officielles du pays qui n'a pas de choix que d'embaucher de tels traducteurs pour fonctionner.
Je ne me fais pas d'illusions par rapport à la qualité de mes traductions anglais-français.
Et je ne me fais pas d'illusions par rapport aux taux sur les traductions anglais-russe et français-russe qu'on peut trouver dans le monde. Rares sont ceux qui demandent plus de 10 cennes le mot. Et je ne crois pas que ça change à long terme. Et moi, j'ai ma famille à nourrir et mon hypothèque à payer à tous les mois, tout en essayant de ne pas devenir une assistante sociale même si j'ai déjà payé assez d'impôts pour profiter un peu du système.


J'en connais au privé qui ont viré tous leurs traducteurs lors de la crise de télécom, il y a quelques années. Maintenant, même si les affaires vont bien, ils font faire leurs traductions via une agence en Europe qui trouve des traducteurs les moins chers, naturellement: chinois - en Chine, russe - dans des petites villes en Russie, espagnol - au Mexique.

En tout cas, j'ai posé cette question en pensant à l'employeur concret - le gouvernement. Je voudrais juste connaître l'opinion de ceux qui y travaillent déjà, et surtout traduisent vers d'autres langues.


Direct link Reply with quote
 
hannahroberts
Canada
Local time: 11:06
French to English
+ ...
Traduction vers d'autres langues que le français et l'anglais Sep 11, 2008

Je suis traductrice à la Ville de Montréal et il m'arrive de faire des traductions vers l'espagnol à l'occasion.
Par ailleurs, il y a de plus en plus de sites sur le portail du Québec qui ont été traduits en espagnol. Ce n'est pas encore le cas, mais je me demande si des postes à plein temps seront créés lors du développement de ces sites. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a de plus en plus de hispanophones qui immigrent au Québec. C'est très palpitant sur plusieurs plans


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
NancyLynn[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Traducteurs vers d'autres langues que FR en AN au Canada (QC)

Advanced search


Translation news in Canada





SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »
Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »



All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs