ProZ.com global directory of translation services
 The translation workplace
Ideas
KudoZ home » French to English » Law: Contract(s)

actes administratifs détachables

English translation: severable administrative acts

Login or register (free and only takes a few minutes) to participate in this question.

You will also have access to many other tools and opportunities designed for those who have language-related jobs
(or are passionate about them). Participation is free and the site has a strict confidentiality policy.
GLOSSARY ENTRY (DERIVED FROM QUESTION BELOW)
French term or phrase:actes administratifs détachables
English translation:severable administrative acts
Options:
- Contribute to this entry
- Include in personal glossary

21:45 Jan 2, 2008
French to English translations [PRO]
Law/Patents - Law: Contract(s) / French public law
French term or phrase: actes administratifs détachables
HI I HAVE A PROBLEM REGARDING THE TRANSLATION OF "ACTES ADMINISTRATIFS DETACHABLES".
SINCE THE TEXT I HAVE TO TRANSLATE (SEE BELOW) ISN'T PROVIDING MUCH CONTEXT I ALSO ENCLOSE A TEXT I FOUND ON THE INTERNET WHICH EXPLAINS A BIT MORE WHAT IT IS.
1) TEXT I HAVE TO TRANSLATE (I ONLY NEED HELP FOR THE 3 WORDS ACTES ADMINISTRATIFS DETACHABLES):
Enfin sous la pression du droit communautaire le Conseil d’Etat français vient d’accepter une évolution majeure de sa jurisprudence : désormais les tiers à un contrat administratif déjà signé peuvent en demander directement l’annulation sans passer par le biais des actes administratifs détachables. Quelles sont les conditions à remplir par les tiers intéressés ?
2) TEXT PROVIDING MORE CONTEXT (AS IT IS A LONG TEXT I HIGHLIGHTED WITH **** THE TERMS ACTES ADMIN DETACHABLES BUT STILL COPIED A LOT OF TEXT IN THE HOPE IT WILL BE USEFUL):
Le recours pour excès de pouvoir et le contrat administratif

L’action de l’administration peut se manifester de manière unilatérale ou bilatérale, par le biais d’actes administratifs unilatéraux réglementaires ou individuels, ou de contrats administratifs. Dans un cas comme dans l’autre, l’action de l’administration est soumise au contrôle du juge administratif, mais la différence de nature des actes unilatéraux et bilatéraux impose une distinction des voies de recours marquée par l’existence de deux types de recours différents : le recours pour excès de pouvoir contre les actes unilatéraux, et le recours de plein contentieux contre les contrats.

Dans le cadre du recours de plein contentieux, le juge administratif peut, à la demande d’une des parties, constater la nullité totale ou partielle du contrat, trancher les litiges relatifs à l’exécution du contrat, sa modification ou résiliation unilatérale par l’administration, et attribuer le cas échéant au cocontractant l’allocation de dommages-intérêts en cas de faute ou de responsabilité objective de l’administration. Dans le cadre du recours pour excès de pouvoir, le juge administratif peut, à la demande de tout intéressé, annuler un acte administratif unilatéral garantissant ainsi, conformément aux normes constitutionnelles, internationales et légales, et « conformément aux principes généraux du droit, le respect de la légalité » (arrêt CE Ass. « Dame Lamotte » du 17 février 1950).

Aux deux modes d’action de l’administration correspondent donc deux recours contentieux différents de par leur nature, leurs fonctions et leurs implications. Cependant, en pratique, la distinction n’est pas aussi nette, et l’administration peut agir dans le même acte de manière contractuelle et unilatérale. *****Ainsi, certains actes unilatéraux peuvent être « détachables » des contrats administratifs, **** et certaines stipulations contractuelles peuvent en réalité prendre la forme de « dispositions réglementaires ». Dans ce cas, la solution classique est de remettre le contrat dans son ensemble en question par le biais du recours de plein contentieux. Mais cette solution présente un énorme inconvénient puisque le recours de plein contentieux n’est ouvert qu’aux parties au contrat, à l’exclusion des tiers même ayant un intérêt légitime à agir. Or, les contrats administratifs peuvent produire des effets sur les tiers qui ne trouveront aucune voie de droit ouverte pour déclarer la nullité du contrat ou de l’acte leur portant préjudice. La jurisprudence a trouvé une solution à ce problème dès 1905 en permettant aux tiers d’attaquer en excès de pouvoir les actes unilatéraux antérieurs ou postérieurs aux contrats et détachables de ceux-ci. Mais cette solution ne concerne pas le contrat lui-même qui resta pendant longtemps totalement étranger au contentieux de l’excès de pouvoir, jusqu’à ce que la loi et la jurisprudence reconnaissent la recevabilité du recours pour excès de pouvoir contre le contrat dans certains cas précis. L’incompatibilité apparente entre le recours pour excès de pouvoir et le contrat administratif n’est donc plus absolue mais relative.

La jurisprudence a longtemps refusé de recevoir les recours pour excès de pouvoir contre les contrats administratifs, ne les acceptant que contre les actes unilatéraux « détachables » du contrat, car il existe une incompatibilité apparente entre le recours pour excès de pouvoir et la matière contractuelle (I). Néanmoins, cette incompatibilité n’est pas totale, la loi et la jurisprudence récente ayant admis que dans certains cas déterminés, un contrat administratif puisse faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoir (II).


--------------------------------------------------------------------------------

I. INCOMPATIBILITE APPARENTE ENTRE LE RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR ET LE CONTRAT ADMINISTRATIF
Il existe une incompatibilité entre le contrat administratif et le recours pour excès de pouvoir. De manière générale, un contrat ne peut pas faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoir, car c’est le « juge du contrat » et non pas le juge de la légalité qui doit connaître du contentieux contractuel. La nature même du contrat administratif et l’existence d’un recours adapté au contentieux contractuel rendent irrecevable tout recours pour excès de pouvoir dirigé contre un contrat (A). Cependant, ***** certains actes unilatéraux, parce qu’ils sont « détachables » du contrat, **** relèvent du domaine du juge de la légalité et pourront faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoir (B).

A) LE CONTRAT, DE PAR SA NATURE, NE PEUT PAS FAIRE L’OBJET D’UN RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR.

Le contrat de droit commun est l’acte juridique par lequel des personnes consentent à s’obliger réciproquement l’une à l’égard de l’autre. Le contrat est donc en principe un acte bilatéral, chaque partie devenant titulaire de droits subjectifs et d’obligations, et la cause abstraite de l’obligation d’une partie résidant de manière générale pour les contrats synallagmatiques dans l’obligation corrélative de l’autre partie. Le contrat administratif répond à la même définition générale, mais comporte cependant deux particularités : une des parties doit en principe être une personne publique, et le contrat doit être en relation avec une activité publique.

Le recours pour excès de pouvoir est une voie de droit destinée à apprécier la validité d’un acte administratif unilatéral, réglementaire ou individuel. Sont ainsi susceptibles de faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoirs les actes de l’administration faisant grief, parce qu’ils sont imposés unilatéralement aux administrés par des personnes publiques. Le recours pour excès de pouvoir est donc l’outil juridique destiné à veiller à ce que l’action de l’administration ne sorte pas du cadre de la légalité. Or, le contrat est « la loi des parties », parce que ses effets obligatoires existent uniquement entre les parties, et qu’ils n’existent que parce que celles-ci ont volontairement choisi de s’engager. Il serait donc incohérent d’utiliser un recours prévu pour le contrôle de légalité d’actes administratifs unilatéraux, pour contrôler la validité d’actes bilatéraux résultat de l’accord des volontés des parties.

De plus, il existe une voie de recours plus appropriée pour juger de la validité des contrats : le recours de plein contentieux (ou de pleine juridiction). Dans le cadre de ce recours, le juge administratif dispose de pouvoirs plus étendus que dans le cadre du recours pour excès de pouvoirs. Il peut ainsi annuler ou réformer un acte, et imposer une condamnation pécuniaire à l’administration. Les contractants ayant automatiquement un intérêt légitime à demander l’annulation ou la réformation du contrat (puisque c’est eux qu’il oblige), ils pourront exercer un recours de plein contentieux. Or, la possibilité d’exercer un recours de plein contentieux exclut la possibilité d’exercer un recours pour excès de pouvoirs, les deux recours ne pouvant être cumulés. Par conséquent, les contractants ne pourront pas exercer de recours pour excès de pouvoir contre le contrat administratif qui les lie.

Cependant, le recours de plein contentieux n’étant ouvert qu’aux parties au contrat, les tiers, même ayant un intérêt à agir, ne pourront pas utiliser cette voie de droit. Ils ne pourront pas non plus former de recours pour excès de pouvoir contre le contrat, puisque celui-ci n’est pas adapté à la matière contractuelle. Pour sortir de cette logique et éviter que toute voie de droit ne soit fermée aux tiers, le juge administratif a considéré qu’il existait **** des actes unilatéraux « détachables » du contrat administratif, **** et que ces actes pouvaient en toute logique faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoir.

B) LES ACTES UNILATERAUX « DETACHABLES » DU CONTRAT PEUVENT, EUX, FAIRE L’OBJET D’UN RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR.

Le Conseil d’Etat a reconnu dans l’arrêt « Martin » (1905) l’existence d’actes unilatéraux « détachables » du contrat, et a admis qu’ils pouvaient faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoir. Est ainsi considéré comme **** acte détachable du contrat **** tout acte antérieur à sa conclusion (par exemple, la décision de passer le contrat), et tout acte postérieur à sa conclusion concernant son exécution, sa modification ou sa résiliation. L’apport direct de cet arrêt est d’établir que la décision prise par un conseil général de passer un contrat ne rentre pas dans le champ contractuel, elle reste un acte unilatéral que les tiers peuvent déférer au juge de l’excès de pouvoir. La jurisprudence ultérieure est allée dans le même sens que l’arrêt « Martin », admettant que des actes unilatéraux ne soient pas « absorbés » par le contrat, et posant étape par étape les règles générales de recevabilité d’un recours pour excès de pouvoir contre un acte détachable du contrat, et les effets sur le contrat de l’annulation de cet acte détachable.

Les moyens invocables contre **** l’acte détachable du contrat **** en recours pour excès de pouvoir sont limités à l’illégalité de l’acte, ou à l’existence d’un vice de forme ou de procédure. Cela implique que dans le cas d’un acte postérieur à la conclusion du contrat, les moyens ne pourront pas porter sur la méconnaissance par l’une ou l’autre des parties des stipulations contractuelles.

Concernant la recevabilité du recours, il faut distinguer deux cas : si le requérant est partie au contrat, ou si le requérant est un tiers. Si le requérant est partie au contrat, il aura automatiquement intérêt à agir, son recours contre les actes détachables antérieurs à la conclusion du contrat sera donc recevable. Par contre, il ne pourra attaquer les actes postérieurs à la conclusion du contrat en excès de pouvoir, puisque le recours de plein contentieux contre le contrat lui-même lui est ouvert. Si le requérant est un tiers, il devra justifier d’un intérêt légitime à agir découlant par exemple du fait de ne pas avoir été retenu par l’administration pour passer le contrat. Les tiers n’ayant en aucun cas accès au recours de plein contentieux contre le contrat, le recours pour excès de pouvoir contre les actes détachables leur est ouvert, que l’acte attaqué soit antérieur ou postérieur à la passation du contrat.

A l’issue du recours pour excès de pouvoir, l’acte irrégulier est annulé. La règle générale, qui connaît cependant des exceptions, est que l’annulation de l’acte détachable n’entraîne pas directement la nullité du contrat. Ainsi, le contrat pourra continuer à produire ses effets dès lors que l’annulation de l’acte n’y fait pas obstacle. Cette solution s’explique logiquement par le fait que ce n’est pas le contrat qui est attaqué, mais un acte détachable donc à priori autonome. Si l’acte détachable a été annulé en raison d’un vice qui lui est propre, la nullité du contrat ne sera pas automatique. En revanche, si c’est le contrat même qui a été vicié par l’irrégularité de l’acte, il devra être déclaré nul. Les contractants disposent du recours de plein contentieux pour demander au juge la nullité du contrat s’il estime que celui-ci ne peut être maintenu suite à l’annulation de l’acte détachable. Les tiers, qui ne peuvent exercer de recours de plein contentieux contre le contrat, ont, depuis l’arrêt « Epoux Lopez » CE Sect. Du 7 octobre 1994, la possibilité de demander au juge d’astreindre l’administration à saisir le juge du contrat pour qu’il détermine si le contrat peut être maintenu ou doit être déclaré nul en conséquence de l’annulation de l’acte détachable.

Le recours pour excès de pouvoir n’est donc normalement pas dirigé directement le contrat, mais contre des actes unilatéraux détachables de celui-ci. A cette solution traditionnelle vient s’ajouter une nouvelle solution qui trouve son fondement à la fois dans la loi et dans la jurisprudence récente du Conseil d’Etat et qui consiste à admettre dans certains cas très précis le recours pour excès de pouvoir non plus contre des actes unilatéraux en marge du contrat, mais contre les clauses du contrat ou contre le contrat lui-même.


--------------------------------------------------------------------------------

II. L’ADMISSION DU RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR CONTRE LE CONTRAT ADMINISTRATIF
Si les **** actes unilatéraux détachables du contrat **** peuvent faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoir c’est parce qu’ils sont extérieurs au contrat, c’est-à-dire antérieurs ou postérieurs. La théorie de la **** détachabilité des actes du contrat administratif **** ne concerne donc pas le contenu même du contrat ; or, certaines clauses peuvent prendre la forme de « dispositions réglementaires » et produire des effets sur des tiers qui ne peuvent normalement exercer aucun recours contre le contrat. C’est dans ce contexte que le recours pour excès de pouvoir a été reconnu par la loi contre le contrat, et par la jurisprudence contre les clauses du contrat et contre le contrat lui-même. Et bien que récente et limitée, cette extension du champ d’action du recours pour excès de pouvoir a de multiples implications.

THANKS IN ADVANCE FOR YOUR HELP!
Catherine Gorton
Local time: 09:18
without having to cancel all of its subparts (of this severable administrative contract)
Explanation:
Hello,

Are you talking about a "severable contract" (one that contains several distinct parts)?

détachable = severable ??

Could it mean that this contract could be canceled without having to cancel each and every subpart of the contract. One canceled, the entire contract is canceled.

I'm far from sure, but I hope this helps.
Selected response from:

MatthewLaSon
Local time: 04:18
Grading comment
Hi Everyone, thanks for your help. I finally had to ask a French friend of mine specialist in public law and she thinks, as it is a French legal term specific to French law, that I should keep the French term and explain it as follows: severable administrative acts. They are acts concerning the contract but although the contract itself cannot be cancelled, these acts can be cancelled through an appeal and then can stop the execution of the contract. It is therefore an indirect way of cancelling a contract which cannot be cancelled directly...
It isn't exactly what Matthew thought it was but as he gave me the lead to "severable" I think he should get the points. Thanks to the three of you!
4 KudoZ points were awarded for this answer



Summary of answers provided
41) reviewable administrative action 2) severable acts of misfeasance
Tom Thumb
3supplemental agreement/change order/contract modification/subcontractBAYN
1without having to cancel all of its subparts (of this severable administrative contract)MatthewLaSon


  

Answers


1 hr   confidence: Answerer confidence 3/5Answerer confidence 3/5
supplemental agreement/change order/contract modification/subcontract


Explanation:
Attempted 4 suggestions only not definite.


    Reference: http://farsite.hill.af.mil/reghtml/regs/far2afmcfars/fardfar...
BAYN
Local time: 12:18
Works in field
Native speaker of: Native in EnglishEnglish
Login to enter a peer comment (or grade)

6 hrs   confidence: Answerer confidence 1/5Answerer confidence 1/5
without having to cancel all of its subparts (of this severable administrative contract)


Explanation:
Hello,

Are you talking about a "severable contract" (one that contains several distinct parts)?

détachable = severable ??

Could it mean that this contract could be canceled without having to cancel each and every subpart of the contract. One canceled, the entire contract is canceled.

I'm far from sure, but I hope this helps.


    Reference: http://en.wikipedia.org/wiki/Severable_contract
MatthewLaSon
Local time: 04:18
Specializes in field
Native speaker of: Native in EnglishEnglish
PRO pts in category: 314
Grading comment
Hi Everyone, thanks for your help. I finally had to ask a French friend of mine specialist in public law and she thinks, as it is a French legal term specific to French law, that I should keep the French term and explain it as follows: severable administrative acts. They are acts concerning the contract but although the contract itself cannot be cancelled, these acts can be cancelled through an appeal and then can stop the execution of the contract. It is therefore an indirect way of cancelling a contract which cannot be cancelled directly...
It isn't exactly what Matthew thought it was but as he gave me the lead to "severable" I think he should get the points. Thanks to the three of you!
Login to enter a peer comment (or grade)

23 hrs   confidence: Answerer confidence 4/5Answerer confidence 4/5
1) reviewable administrative action 2) severable acts of misfeasance


Explanation:
Quote 1) reviewable admin. action is IMO enough.


faute détachable in priv. law: acting outside the course, scope or the contract of employment i.e. a bus conductor or driver thumping a passenger.

In admin. law, see FHS Bridge's FR/EN Glossary: 'fault or error committed by a public servant *not intrinsically connected* with the performance of his duties and for which is accordingly personally liable in the ordinary courts.' This really boils down to mis- or malfeasance.

Quote 2) I agree with Matthew about severable if the context stipulates 'detachable' from the contract, but not divisibility into parts.

Rather, acts of misfeasance are deemed extraneous to a public contract and can be personally sued on without having to go through (par le biais de) the admin. review process.


Example sentence(s):
  • Public officers are not liable merely because a bona fide administrative act is later found to be unlawful. But there is a misfeasance in public office if a ...
  • ... enabling the Board to eliminate a large backlog and to provide respondents with a final, reviewable administrative action in a reasonable amount of time ...

    Reference: http://works.bepress.com/noel_cox/1/
    Reference: http://www.usdoj.gov/opa/pr/2006/August/06_ag_520.html
Tom Thumb
Local time: 10:18
Specializes in field
Native speaker of: Native in EnglishEnglish
PRO pts in category: 216
Login to enter a peer comment (or grade)




Return to KudoZ list


KudoZ™ translation help
The KudoZ network provides a framework for translators and others to assist each other with translations or explanations of terms and short phrases.



See also: