Un sujet de litige
Thread poster: Paul VALET
Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 10:54
Jun 15, 2008

Ces derniers temps, j'ai reçu plusieurs offres d'agences stipulant qu'elles feront dorénavant supporter des pénalités financières à leurs sous-traitants quand leurs clients se plaindront d'erreurs de traduction et quand elle pourront faire établir par déclaration d'un tiers qu'il y a eu effectivement erreur de la part du sous-traitant.

Je ne les ai pas acceptées.

Je ne vois pas quelle valeur on peut attacher à la déclaration d'un tiers affirmant que la traduction est erronée. Il est assez facile à l'agence d'obtenir une affirmation de ce genre. La preuve de la traduction erronée est plus difficile à établir que cela. Un litige judiciaire sur l'erreur en traduction ne manquerait pas de faire intervenir des expertises, contre-expertises...

Une agence de qualité travaillant pour des clients de qualité devra souvent continuer à faire des révisions en interne, notamment parce qu'elle voudra d'abord satisfaire son client - qu'elle connaît mieux que quiconque - et garder son contact exclusif avec lui.

Les autres apparaîtront de plus en plus pour ce qu'elles sont : de simples intermédiaires, pratiquement des boîtes aux lettres.

Cordialement,

Paul VALET

[Modifié le 2008-06-15 19:09]


Direct link Reply with quote
 

Juan Jacob  Identity Verified
Mexico
Local time: 03:54
French to Spanish
+ ...
D'autant plus... Jun 15, 2008

...que les expertises et contre-expertises devront être faites par... des traducteurs !
Wallons-nous, comme on dit à Liège !


Direct link Reply with quote
 

Florence B  Identity Verified
France
Local time: 10:54
Member (2002)
English to French
+ ...
Pas accepté non plus Jun 15, 2008

J'ai reçu le même courriel - sur le coup j'ai été très surprise puisque c'est justement une agence qui a toujours été connue pour le soin de ses révisions.

Mais j'avais déjà choisi d'arrêter de travailler avec l'agence en question il y a quelques mois : une de mes traductions a été littéralement 'bousillée' par un correcteur ne connaissait pas le sujet. Après que l'agence ait fini par reconnaître plus ou moins ouvertement le fait, ils ont quand même demandé une remise. Que je leur ai accordée en leur demandant de me radier de leurs listes (ce qu'ils n'ont pas fait, je continue à recevoir régulièrement des offres, que je refuse).

Le courrier de cette semaine ne fait que confirmer cette direction qui est prise, et renforcer mon intuition.

Ce je trouve le plus inquiétant est que vous en ayez reçu "plusieurs" - et que c'est donc une tendance à plus grande échelle qui se dessinerait.


Direct link Reply with quote
 

Tanguy Przybylski  Identity Verified
Japan
Local time: 18:54
Member (2008)
Japanese to French
+ ...
Tendance? Jun 16, 2008

Je me suis récemment inscrit auprès d'une compagnie de traduction japonaise qui dans sa charte de base, celle qu'elle demande aux traducteurs indépendants désirant travailler pour elle de signer avant leur inscription, a clairement établi un barème de pénalités en fonctions des "fautes" commises par le traducteur, que ce soient des erreurs ou des oublis/coquilles. Ils ont apparemment un système de feed-back où la "punition" n'est pas automatique mais suit un processus de confrontation entre le traducteur et le correcteur. Ils ont aussi des pénalités de retard.
Si l'ensemble est préoccupant, je me suis quand même inscrit puisqu'ils offrent une possibilité de "rachat" par le traducteur fautif: si ses travaux suivants sont parfaits et ponctuels, il regagne théoriquement une nouvelle virginité (et perd ses pénalité). Si l'on peut comprendre les compagnies cherchant à se protéger des traducteurs malhonnêtes (j'ai parfois dû faire des corrections si importantes qu'elles équivalaient finalement à des traductions complètes), on peut s'inquiéter de la pression croissante pesant sur les épaules de l'indépendant qui n'a que peu ou pas de protection contre les abus possibles de la part d'une compagnie plus ou moins honnête (enclencher une action juridique coûte cher, prend du temps et nécessite expertises et connaissances juridiques).
Le fait que certaines compagnies se dédouanent des problèmes potentiels renforce l'idée de simple intermédiaire prenant son pourcentage sur un travail qu'au final elle n'aura pas effectué, ne proposant qu'un service d’intermédiaire entre client et traducteur. Personnellement, si j'étais un client, je ne considèrerais pas cela comme un gage de confiance, pénaliser le fautif plutôt que chercher dès le départ à fournir un travail de meilleure qualité. Il reviendrait moins cher au client de prendre contact avec les traducteurs et de se passer de l'intermédiaire et de ses marges. L'intérêt d'une compagnie de traduction étant aussi de garantir la qualité du produit final.
La tendance actuelle au raccourcissement des délais et à la baisse des tarifs ne va pas non plus dans le sens d'une meilleure qualité (sauf exceptions: certaines compagnies au contraire n'hésitent plus à rechercher des gens plus chers mais sérieux mais elles sont encore rares), un traducteur est humain et il existe une limite à l'efficacité de chacun, un bon travail est d'abord effectué dans des conditions raisonnables de temps et de prix à mon humble avis.
La compagnie pour laquelle je travaille le plus, japonaise elle aussi, pourtant ne m'a jamais donné de pénalité en cas de litige et a toujours au contraire cherché la résolution pacifique et efficace des problèmes se présentant: parfois il y a eu conflit avec le correcteur qui ne connaissait absolument rien au sujet qu'il corrigeait, parfois les erreurs venaient de moi, parfois c'était le client qui, au dernier moment, changeait une partie de la traduction ou bien imposait des rectifications ou des alignements de termes (en cas de traductions dans plusieurs langues) de dernière minute. A chaque fois les point soulevés étaient présentés de manière respectueuse et en cas de nécessité, je corrigeais mes erreurs ou expliquais pourquoi il n'y en avait pas. Résultat : en traitant humainement tous les acteurs du processus, on obtient un travail correct et satisfaisant le client tout en permettant aux traducteurs de pouvoir s'améliorer en cas de fautes réelle sans pour autant les humilier ni les déconsidérer. Personne n'étant parfait et ses propres erreurs étant souvent les plus difficiles à découvrir, la correction systématique par un second traducteur est à mon avis la seule méthode réaliste afin d'obtenir une traduction la plus correcte possible. D'ailleurs de plus en plus de compagnies se mettent à proposer deux options à leurs clients : traduction simple ou traduction avec correction, plus chère mais plus sûre. C'est donc qu'elles savent pertinemment quels problèmes on peut rencontrer au cours du processus de traduction et donc que les compagnies cherchant la faute chez le traducteur ne sont ni majoritaire ni pérenne à long terme mais cela, seul l'avenir nous le dira, restons optimistes.
Le seul conseil qu'on peut donner c'est d'encourager celles-ci plutôt que celles-là, rejeter les offres de ceux qui privilégient la punition pour ne satisfaire que celles qui privilégient la vertu. Mais bien évidemment ce choix manichéen n'est possible que si on dispose des marges pécuniaires suffisantes pour refuser des travaux, ce qui constitue un autre problème, et de taille


Direct link Reply with quote
 

Véronique Le Ny  Identity Verified
France
Local time: 10:54
Member (2006)
Spanish to French
+ ...
Pareil chez moi Jun 16, 2008

J'ai très récemment, (courant mai), fait en urgence une traduction pour une agence (genre 1500 mots en deux heures), j'avais également pour consigne de suivre un texte de référence. Bref, j'ai fait du mieux que j'ai pu, j'ai pris le temps de relire mon travail avant de l'envoyer.
Le lendemain j'ai reçu un mail de ladite agence, apparemment j'avais laissé une faute d'orthographe (SON au lieu de SONT), et ils m'ont dit en gros: Pour cette fois ça va, mais la prochaine fois il y aura sanction financière. (Faudra leur expliquer que la fessée sera bien proscrite par la Commission Européenne).

J'ai oublié de vous dire que ladite agence avait marchandé mon tarif urgence auparavant.

Bref je leur ai gentiment répondu qu'il était impossible d'avoir le beurre (travail en urgence), l'argent du beurre (remise sur tarif) et en plus le sourire de la crémière (travail nickel), que je n'acceptais pas leurs méthodes et encore moins les menaces, que je recevais suffisamment de travail de la part de gens civilisés pour ne pas perdre mon temps avec eux.

Plus tard j'ai reçu ceci en réponse:

"Nous avons été dans l’ensemble satisfaits de votre travail, et serions heureux de vous faire participer à notre processus de sélection de nouveaux collaborateurs. Nous vous enverrons d’ici quelques semaines les épreuves de révision et de traduction, si vous cela vous intéresse."

Ben non, ça ne m'intéresse plus, il faudrait en plus que je fasse un test à l'oeil! Et puis quoi... Je croyais que le premier travail avait valeur de test.

En parallèle, je démarre plusieurs collaborations avec plusieurs nouvelles agences très correctes qui n'ont pas pour seul but de me presser comme un citron, qui me respectent et veulent avant tout du bon travail. Il faut rester positif et s'entourer de gens biens, les autres... je les zappe, enfin disons qu'au bout de huit années d'activité, je peux commencer à dire BASTA à certains.

Bonne journée.


Direct link Reply with quote
 

N.M. Eklund  Identity Verified
France
Local time: 10:54
Member (2005)
French to English
+ ...
Blueboard Jun 17, 2008

Bonjour,
Vero et Paul, ce genre d'information sera très utile sur le Blueboard!
(plus d'infos que de commentaires du style 'payé dans les délais', 'PM sympa', etc.)
C'est ce que j'ai fait la derniere fois qu'on m'a "pressé comme un citron"



[Edited at 2008-06-17 14:29]


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Un sujet de litige

Advanced search






WordFinder
The words you want Anywhere, Anytime

WordFinder is the market's fastest and easiest way of finding the right word, term, translation or synonym in one or more dictionaries. In our assortment you can choose among more than 120 dictionaries in 15 languages from leading publishers.

More info »
SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search