Que conseilleriez-vous ?
Thread poster: polyglot45
polyglot45
English to French
+ ...
Mar 2, 2009

Vous êtes nombreux depuis quelques semaines à exprimer des avis plus ou moins théoriques concernant la crise actuelle et son impact sur le marché de la traduction. Mais un contact professionnel – traducteur/interprète de son métier – vient de me demander conseil sur un problème bien réel…

Depuis de longues années, il se charge de quasi toutes les missions de traduction et/ou d'interprétation pour le compte d'un client direct. Les montants en question ne sont pas énormes mais il s'agit d'un travail régulier, intéressant, facile à réaliser et pour lequel il est payé rubis sur ongle à des taux acceptables. Il jouit de très bonnes relations avec l'équipe de direction.

Au fil des ans, la société a connu pas mal de passages difficiles mais a toujours réussi à tirer son épingle du jeu. Cette fois-ci, d'après des documents confidentiels qu'il est censé traduire actuellement, la situation serait beaucoup plus grave.

Il me demande ce que je ferais à sa place. Est-ce que je poursuivrais ma collaboration avec le client sachant qu'il pourrait bientôt fermer boutique en me laissant avec une ardoise ou arrêterais-je les frais dès aujourd'hui ? Comme il le souligne, demander à être payé avant d'entamer le travail serait délicat, ne serait-ce que parce qu'ils ont toujours payé dans les quelques jours suivant la réception de ses factures. De surcroît, s'il retire ses billes dès maintenant, il risque de perdre le client définitivement, même si la société réussit à trouver une solution lui permettant de poursuivre son activité.

Quel conseil lui donneriez-vous à ma place ?


Direct link Reply with quote
 

Lori Cirefice  Identity Verified
France
Local time: 01:10
French to English
continuer Mar 2, 2009

Continuer la collaboration, tout en limitant le % que ce travail représente sur le CA mensuel de ton ami, et en surveillant de très très près l'actualité financière de cette société (infogreffe, etc...)

Ne pas effectuer de travail si un non-paiement serait catastrophique pour les finances de ton ami.

En gardant de bonnes relations avec la direction de cette société, ça permettrait d'être mis au courant avant/juste après un éventuel dépôt de bilan, pour être en premier ligne des créditeurs, notamment en cas de repreneur. Mais ça veut dire attendre looongtemps avant d'être payé.

Si le risque est vraiment jugé trop important, il faut s'arrêter sans état d'âme - business is business !


Direct link Reply with quote
 
Laurent KRAULAND  Identity Verified
France
Local time: 01:10
French to German
+ ...
La transparence semble s'imposer... Mar 2, 2009

Bonsoir,
A mon avis, la transparence s'impose. Rien n'interdit au collègue en question de confirmer la confiance que lui montre l'équipe de direction en posant des questions très franches, dont les réponses devraient être à l'avenant.

Et décider en fonction des réponses qui lui seront apportées ou pas...

Parce qu'entre confier des documents à traduire d'où il ressort que la société connait des difficultés qui peuvent s'avérer insurmontables et laisser le collègue se dépatouiller avec sa conscience d'une part, et mettre cartes sur table du côté de l'équipe de direction et informer clairement le collègue de ces difficultés d'autre part, il y a pour moi un peu plus qu'une nuance. Je fais peut-être de la casuistique à la jésuite ou du coupage de cheveux en quatre, mais je suis (très/trop) sensible à ce genre de détails. La "petite" différence entre un poing en pleine figure et un couteau dans le dos, si on veut...


Bon courage et bonne continuation à ce collègue !

Laurent K.

[Edited at 2009-03-02 20:55 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Bruno Magne  Identity Verified
Local time: 22:10
English to French
+ ...
Le seul conseil que je vous donnerais, Mar 2, 2009

c'est de fermer, voire d'effacer, ce fil, car votre conctact a commis le plus grave des "crimes" dans notre métier, en commentant le contenu de documents "confidentiels" avec un tiers. Si par malheur un membre de la société ou quelqu'un qui la reconnaît s'avise d'en parler à la direction, votre contact risque très gros... Je ne suis pas juriste, mais on ne plaisante pas avec la responsabilité civile, voire le délit d'initié et de propagation de "rumeurs".

Non, je n'exagère pas, enfin je crois...

Cordialement

Bruno



Direct link Reply with quote
 

Claudia Iglesias  Identity Verified
Chile
Local time: 21:10
Member (2002)
Spanish to French
+ ...
La prudence Mar 2, 2009

Bonsoir

J'ai connu deux cas graves (plusieurs milliers de dollars) de non paiement de travail réalisé. Dans les deux cas cités cela s'est passé avec des clients réguliers voire fréquents, avec qui une relation de confiance s'était instaurée. C'est justement pour cela que j'ai mis du temps à cesser de travailler pour eux à temps.C'était avant la crise.

Je conseille donc la plus grande prudence, qu'il s'agisse de clients inconnus ou fréquents.

Claudia


Direct link Reply with quote
 

Arnaud HERVE  Identity Verified
France
Local time: 01:10
English to French
+ ...
Continuer Mar 3, 2009

Je ne crois pas qu'il y ait de délit commis dans ce qui est écrit ici, car il s'agit d'un traducteur inconnu rapportant la situation d'une entreprise inconnue, et identifier une entreprise par le seul fait qu'elle a des problèmes est à l'heure actuelle impossible.

Si je ne me trompe, le traducteur inconnu a également fait part à polyglot45 de la situation d'une entreprise sans la nommer, et la situation décrite étant commune, cela n'a pas permis à polyglot45 non plus de l'identifier. Evidemment polyglot45 vous le confirmera.

Je conseillerais de continuer, car en cas de faillite on peut souvent se faire payer par le syndic de faillite. Surtout les petites sommes, qui peuvent par exemple profiter de la vente d'actifs.

Mais on obtient l'argent beaucoup plus tard, certes.


Direct link Reply with quote
 
polyglot45
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
A Bruno Mar 3, 2009

Je comprends votre point de vue mais même moi je ne sais pas quel est ce client. D'ailleurs, à partir du décor qu'il avait planté, j'ai un peu "inventé" autour du principe pour noyer le poisson car pour moi, effectivement, il y a une question de déontologie. S'il avait dû traduire un texte qui avait concerné le destin d'une société dont il était par hasard actionnaire on aurait éventuellement pu parler de délit d'initié.

Sa vraie question - et la mienne - quand on a un travail à faire dont on apprend quelque chose qui pourrait influer sur sa situation à soi, comment faire ?

[Edited at 2009-03-03 07:55 GMT]


Direct link Reply with quote
 
Laurent KRAULAND  Identity Verified
France
Local time: 01:10
French to German
+ ...
HS - A rappeler quand même... Mar 3, 2009

Je ne suis pas juriste, mais on ne plaisante pas avec la responsabilité civile, voire le délit d'initié et de propagation de "rumeurs".

Non, je n'exagère pas, enfin je crois...


que le délit d'initié est un délit boursier, qui à mon sens, n'a que faire dans le présent cas de figure.

En ce qui concerne les autres risques inhérents au message d'origine, il n'y a ni mention de noms de personnes, ni de raison sociale d'une entreprise, ce qui les (dé)limite déjà assez et je ne pense pas que polyglot45 prenne plus de risques qu'il ne convient.

De plus, il n'y a pas de rumeurs à proprement parler, puisque personne ne dit (et encore moins avec intention de nuire) : "Tiens, tu sais que XYZ va fermer ? Ils sont dans le rouge depuis des années. Personne n'osait le dire et ils ont réussi à survivre. Maintenant, ils sont à six mois de la fin... Au fait, c'est quand que tu te décides à changer de sous-traitant ?" [J'invente et je grossis le trait, bien évidemment.]

A la limite, et si cela avait été présenté comme un cas de conscience théorique, personne n'aurait rien trouvé à y redire - me trompé-je ? Et qui dit que ce n'est pas le cas ?

Laurent K.

[Edited at 2009-03-03 10:52 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Bruno Magne  Identity Verified
Local time: 22:10
English to French
+ ...
Je voulais simplement dire Mar 3, 2009

que notre profession nous interdit (et quelquefois par contrat) de commenter quoi que ce soit, même si aucun nom n'est cité. Mes commentaires ne concernaient pas le message de Polyglot (dont je ne conteste pas la bonne foi), mais la violation par son contact de son obligation de confidentialité (générique ou non, peu importe).

Le délit d'initié, en l'occurrence, ce serait que quelqu'un découvre ce qui va se passer et en profite pour réaliser des opérations financières...

Cordialement

Bruno



Direct link Reply with quote
 

Arnaud HERVE  Identity Verified
France
Local time: 01:10
English to French
+ ...
Initiés Mar 3, 2009

Non non il ne s'agirait toujours pas d'un délit d'initiés, puisque ce délit supposerait une divulgation volontaire et active et des initiés se connaissant mutuellement.

En l'occurence il s'agit d'une entreprise hypothétique, placée dans un cas tellement générique et courant qu'elle est strictement non identifiable.

Il faudrait que les lecteurs sur Proz puissent savoir qui est l'ami de polyglot45, puis connaissent la liste de ses clients et facturations au point de pouvoir y distinguer qui est ce client fréquent. Non non, aucun accord de confidentialité n'est concerné.

Je peux moi-même vous dire que j'ai un ami qui a sur son bureau les plans d'un nouveau modèle de je ne sais trop quoi, qu'une entreprise je ne sais où va sortir je ne sais trop quand. Mais c'est imminent, c'est balaise, vous devriez vous dépêcher de spéculer


Direct link Reply with quote
 
Laurent KRAULAND  Identity Verified
France
Local time: 01:10
French to German
+ ...
Traducteurs = bavards ? Mar 3, 2009

Bruno Magne wrote:
Je voulais simplement dire que notre profession nous interdit (et quelquefois par contrat) de commenter quoi que ce soit, même si aucun nom n'est cité.


Certes, encore faut-il voir si les traducteurs sont les plus bavards ! Pour ma part, j'ai entendu plus de rumeurs provenant d'experts-comptables ou d'avocats (et fait du hasard : rumeurs concernant la santé de certaines entreprises dans ma région - cela laisse songeur) que de traducteurs... Et ces derniers taisent systématiquement le nom des clients concernés, ce qui n'est pas souvent le cas des premiers.

Pour une profession dite "non réglementée", cela vaut le coup d'être mentionné !

Laurent K.

[Edited at 2009-03-03 14:09 GMT]


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Que conseilleriez-vous ?

Advanced search






Protemos translation business management system
Create your account in minutes, and start working! 3-month trial for agencies, and free for freelancers!

The system lets you keep client/vendor database, with contacts and rates, manage projects and assign jobs to vendors, issue invoices, track payments, store and manage project files, generate business reports on turnover profit per client/manager etc.

More info »
Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search