Pages in topic:   [1 2 3 4] >
Off topic: Plus ou moins ?
Thread poster: ALAIN COTE
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 14:46
Japanese to French
Aug 25, 2003

Je vais vous parler aujourd'hui, non pas tellement du Onsen où je suis allé ce matin, mais de celui où je pense aller demain, si aucun client ne me contacte d'ici là pour une urgence.



Celui où je suis allé ce matin se trouve à peine à 2 kilomètres de chez-moi, dans la direction inverse de celui que je vous avais présenté il y a quelques mois. L'un comme l'autre ne sont ouverts que depuis quelques mois, ce qui s'inscrit dans l'impressionnant boom de Super Spa (onsen) auquel on assiste actuellement au Japon. Je ne me faisais pas trop d'illusions avant d'y aller. D'abord, j'avais consulté le site Web d'un maniaque des Onsen (qui semble avoir visité des dizaines, voire des centaines d'établissements), qui disait ce qui suit à propos de la richesse de l'eau en éléments chimico-minéro-psycho-curatifs : "C'est un peu comme une veille poche de thé qui aurait trop servi... ça donne juste de l'eau chaude".

En ce lundi matin, les clients étaient fort rares. En fait, j'aurais été fin seul avec un octogénaire étonné de ma curieuse présence si la place n'avait pas été envahie par une horde de 8 gamins bruyants dont j'avais du mal à déterminer l'âge exact tellement ils étaient de tailles variées. Contentons-nous de mentionner qu'ils n'avaient pas de poils là où ça compte et couraient en tous sens en se balançant les choses imberbes d'un bain à l'autre. Vous voyez le tableau ? Ils prenaient par ailleurs un plaisir malin à me saluer en anglais toutes les 5 minutes, confondant les Hello et les Goodbye, tant et si bien que je me demandais s'ils n'essayaient pas de m'inviter à quitter les lieux en me lançant avec leurs sourires leurs "Goodbye invitants"... Ils m'ont même refait le coup à la cafétéria, où j'étais allé bouffer un peu avant de retourner aux bains pour une ultime saucette, hurlant à pleins poumons des Hello et des Goodbye à qui mieux mieux, sous le regard un peu gêné du personnel, ce dernier prenant la forme, en l'occurrence, d'une jeune femme au physique agréable mais ne sachant pas trop comment réagir face à cette exubérance enfantine provoquée par le passage d'un étranger au physique qu'elle ne trouvait peut-être pas agréable. (Question de perspectives et de goûts, sans doute.)

De retour chez moi, et un peu déçu, non du comportement des mômes (on s'habitue), mais de ce genre d'établissements qui poussent comme des mauvais champignons dans les banlieues de la grande Tokyo, j'ai fouillé sur la Toile pour y trouver un véritable Onsen pas trop loin d'où j'habite, sans trop d'espoirs. Et à ma grande surprise, j'ai trouvé.

Il y a même une version anglaise, alors pour les plus curieux, voici, il suffit de cliquer sur la petite icône, en bas à gauche : http://www.yamatonoyu.com/index.htm

Tout le site est d'ailleurs traduit, sauf la partie dont je veux ici vous parler, c'est-à-dire le babillard. Les visiteurs y laissent généralement des commentaires très positifs sur ce petit établissement, en regrettant toutefois que les bains y soient de dimension un peu trop modeste. Le personnel répond que c'est la seule façon d'assurer une eau de qualité, puisque contrairement aux Super Spas des régions urbaines, ce modeste établissement ne recycle pas son eau, et j'ajouterais qu'il le fait pour éviter le phénomène de la poche de thé usée, comme nous l'avons vu plus haut.

Sur ce babillard, il y a par ailleurs un message qui se démarque nettement dans son contenu. Une personne fort originale y pose une question fort embêtante pour le propriétaire. Elle dit souffrir de ce qu'on appelle un problème d'identité sexuelle (traduction littérale). Pour dire les choses de façon plus claire, précisons qu'il/elle a un pénis et/mais des seins. Ca lui cause un problème, dit-elle, parce qu'elle prévoit (le message date du 4 février 2003) aller faire un tour au Onsen mais ne sait pas trop dans quel bain aller. Précisons ici qu'il existe encore aujourd'hui des bains mixtes au Japon, mais ce n'est pas le cas du Onsen en question, d'où la question de cette personne qui, avec un humour difficile à qualifier, signe son message U-turn (ce mot anglais est utilisé couramment en japonais). Le propriétaire du Onsen fut un peu embêté par cette question, parce que généralement c'est en fonction du sexe que la question est tranchée. Or, dans ce cas, il faudrait trancher en bas pour faire de U-turn une cliente, ou en haut pour en faire un client. N'étant pas spécialisé dans ce genre d'opération, le propriétaire du Onsen invite donc gentiment U-turn à fréquenter un établissement à bains mixtes pour régler ce problème, ce que ce dernier/cette dernière accepte, même si une autre visiteuse du site Web lui suggère de garder la chose secrète et de venir du côté des femmes en cachant simplement ses parties mâles avec sa serviette. À ceci, U-turn répond qu'en fait il/elle a déjà adopté à quelques reprises cette stratégie, puisque ses attributs mâles sont d'une dimension tellement modeste qu'ils sont bien faciles à camoufler. Un singe y aurait pensé, mais le propriétaire, dans la position où il se trouve, ne peut pas se permettre d'inviter U-turn, sachant fort bien qu'il risque de subir les foudres d'autres clients ou clientes à l'esprit moins ouvert. Il ferme donc les yeux sur le commentaire de la cliente susmentionnée, tout comme il le fera sans doute sur la présence de U-turn si un jour elle se trouve juste devant lui dans le bain :



Revenons à l'utilisation de la serviette. Sur le même babillard, il y un type qui demande s'il doit se cacher les parties génitales avec sa serviette lorsqu'il s'assied dans le sauna. À ceci, le proprio répond que, bien qu'il soit coutume en Occident de s'asseoir sur sa serviette et de laisser ses parties intimes exposées à la vue de tous, le Japon n'en est pas encore là. Ce dernier commentaire m'incite à vous donner quelques conseils pour un éventuel voyage au Japon et l'inévitable visite au bain public. Je vais toutefois m'adresser principalement aux hommes, puisque je n'ai jamais eu l'occasion, la chance ou le culot de prendre mon bain du côté des femmes. Ce qui frappe, concernant l'utilisation de la petite serviette, c'est la diversité des pratiques. On l'a vu plus haut, les gosses se promènent les couilles à l'air (ce qui, en québécois, tire sur le pléonasme). Quant aux adultes, certains se cachent systématiquement le machin, à un point tel qu'on croirait qu'ils ont la serviette cousue aux hanches. D'autres, comme votre humble serviteur le faisait il y a quelques années, gambadent allègrement la quéquette à l'air, sans la moindre gêne. J'ai même cru remarquer, au fil des ans, que ce sont généralement les mieux nantis qui se livrent à une telle pratique. Par contre, comme ceux que je suppose moins bien nantis ont la serviette brandie en guise de bouclier de pudeur, j'ai bien du mal à vérifier le bien-fondé de cette hypothèse et je n'y parviendrai sans doute jamais. C'est pourtant, Geneviève, une question fort importante sur laquelle les plus grands esprits devraient aussi se pencher.

Pour ma part, comme je vous disais juste un peu plus haut, j'utilisais très peu la serviette au début. Avec le temps, par contre, j'ai développé un sens aigu de la pudeur calculée. C'est un fait bien connu que le volume des parties mâles varie beaucoup suivant l'état d'excitation, mais ce qu'ignorent généralement les femmes (et que viendront sans doute confirmer avec empressement tous mes confrères proziens), c'est que ledit volume varie aussi suivant les états d'âme, le nombre d'heures de sommeil, la fréquence des contacts intimes avec l'être aimé ou un quelconque substitut, suivant l'heure de la journée et tout un tas de facteurs que je laisse à votre imagination débordante. C'est ainsi en fonction des variations d'ordre infinitésimal dudit volume que l'homme qui fréquente assidûment les bains publics japonais en arrive à calculer avec minutie le degré de dévoilement de ses parties les plus intimes. Ceci répond même à une logique fort paradoxale : plus il y a de matière à cacher et moins on a tendance à recourir à la serviette...

J'en arrive ainsi à ma conclusion, que vous aurez sans doute devinée, et qui donne régulièrement lieu à d'âpres disputes sur ce site. Je soulève en effet la question suivante, en guise de conclusion : S'il est vrai que "Plus on en a et moins on en cache", est-ce à dire que, comme on le constate sur le profil de certains membres de Prrrroz qui se disent multilingues, "Moins en on possède et plus on essaie d'en montrer ?"

Le débat est lancé...
Alain

[Edited at 2003-08-25 08:33]


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 06:46
Member (2003)
German to French
J'applaudis Aug 25, 2003

ALAIN COTE wrote:

J'en arrive ainsi à ma conclusion, que vous aurez sans doute devinée, et qui donne régulièrement lieu à d'âpres disputes sur ce site. Je soulève en effet la question suivante, en guise de conclusion : S'il est vrai que "Plus on en a et moins on en cache", est-ce à dire que, comme on le constate sur le profil de certains membres de Prrrroz qui se disent multilingues, "Moins en on possède et plus on essaie d'en montrer ?"

Le débat est lancé...
Alain

[Edited at 2003-08-25 08:33]


Merci Alain, j'ai bien ri avant d'apprécier ta judicieuse conclusion, qui semble rejoindre les quelques remarques d'un "topic" voisin.

Pour ma part, moins j'en ai, plus je me cache

Cela dit, je n'ai jamais fréquenté de bains publics, juste une fois un sauna en Allemagne, j'avoue ne pas avoir trop apprécié la moiteur de cet étalage de chairs vaporeuses dans une pénombre étouffante... chacun son truc !
Sylvain.


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 06:46
English to French
+ ...
L'appât était trop tentant ou la perche trop grosse, je plonge Aug 26, 2003

Alain-san

Le long développement de ton sujet, que je ne se saurais qualifier de sans queue ni tête, et sa chute surprenante mais calculée – comme ta pudeur - m’ont laissé tout d’abord perplexe ; puis, j’ai fini par penser qu’il valait mieux, en l’occurrence, soulever la question que la serviette. Autant t’avertir de suite, je ne me baisserai pas pour ramasser le gant que tu as ainsi jeté - question de prudence, mais je ne passerai pas l’éponge non plus sur un sujet qui m’est cher…et pas du tout vaporeux, Sylvain, pas plus que les masses charnues souvent informes qui suent dans les saunas.

Pour aller droit à ta conclusion, cher Alain, j’abonderai dans le sens de ton analogie collusoire mais, rassure-toi, sans m’ériger en moralisateur sur l’usage de nos organes de travail. Je pense, comme tu l’insinues, qu’en matière de "langue de travail" : mieux vaut l'avoir petite et travailleuse que grosse et paresseuse. Ce qui se traduit professionnellement par : mieux vaut bien travailler dans une langue que ne pas faire grand chose de bon dans des combinaisons linguistiques osées. Je te remercie donc d’avoir levé le voile sur de tels abus car il fallait que ces choses se sussent.

Ce qui n’empêche que, bien-sûr, nous ne pouvons qu’admirer les personnes qui parlent bien 4 ou 5 langues – fruit du hasard des migrations ou origines diverses de leurs familles, quand ce n’est pas celui de leur passion ou travail.

En ce qui concerne le port ou non de la serviette, chaque individu peut avoir ses motivations. Cela peut aller de la simple pudeur (éducation, religion -- certaines cultures sont beaucoup plus pudiques que d’autres, ou alors la pudeur se manifeste différemment, comme tu le sais bien), à de gros complexes d'infériorité ou de supériorité. Souvent cela tient plus à de l'exhibitionnisme (est-ce que le schmilimiliblick tient dans la main ?) qu’à tout autre chose – quelle que soit la taille.

D'un autre côté, comme les temps et les moeurs changent... il y a aussi une bonne dose de voyeurisme chez certains et je ne parle pas des très rares saunas ouverts aux deux sexes. Habitué du viril et apparemment sain dénuement des vestiaires et douches des installations de sports collectifs de ma Provence natale, j'ai été assez refroidi par moult regards "louches", pour ne pas dire autre chose, dans les deux saunas de San Francisco où je me suis montré. Il en va de même de la plupart des lieux de nudisme de la région. Et comme chacun sait que toute source de refroidissement à des effets non désirables dans de telles circonstances…je m’abstiens désormais de m’exposer ainsi dans cette partie de l’hémisphère.
Pour plus de détails et mieux comprendre, veuillez visiter mon site : http://www.sivotreramageserapportevotreplumage.com , just kidding, je n’ai pas de site, encore…

Toujours par association d’idées, je constate, cher Alain, que tu ne sembles pas t’inscrire dans le camp des plus défavorisés…"au fil des ans" et c’est bien naturel et je n’aborderai pas les stéréotypes les plus éculés qui pourraient être mal interprétés, ce qui est un comble mais qui s'est déjà vu, ici même. Mais je pense comme dirait Coluche que : « c'est pas ceux qui ont les plus grandes oreilles qui entendent le mieux, hein ! Et d'autre part c'est pas ceux qui courent le plus vite qui sont les plus pressés non plus. Voyez-vous ? » Pour le reste de son sketch, voir : http://perso.wanadoo.fr/jeep/Coluche.html#freud

JL


[Edited at 2003-08-26 05:42]


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 14:46
Japanese to French
TOPIC STARTER
Merci ! Aug 26, 2003

JLDSF wrote:
Le long développement de ton sujet, que je ne se saurais qualifier de sans queue ni tête, et sa chute surprenante mais calculée – comme ta pudeur - m’ont laissé tout d’abord perplexe ; puis, j’ai fini par penser qu’il valait mieux, en l’occurrence, soulever la question que la serviette.


Bien vu Jean-Luc. En fait, la conclusion ne m'est venue à l'esprit qu'à la toute fin. J'avais un peu de temps libre et rien de très précis en tête pour ce fil de discussion. L'idée m'est juste venue comme ça, je l'ai trouvée amusante et j'ai osé poser la question, tout en craignant des réactions violentes ou négatives à ce qui n'était pour moi qu'une occasion comme une autre de passer le temps et d'aiguiser un peu ma plume rouillée sous l'effet des traductions de modes d'emploi.

Par contre, j'ai bien aimé tes commentaires, dans le contenu comme dans la forme. Je ne commenterai, au risque de te décevoir, que ceux qui traitent des bains publics... au sens propre. Au Japon, aucun problème pour la fréquentation des bains. C'est ancré dans les moeurs et c'est généralement pour les vertus thérapeutiques (réelles ou imaginaires) de l'eau que ces établissements sont fréquentés (les vrais Onsen, pas les super spas). Il n'y fait pas sombre en général (sauf dans les bains extérieurs la nuit et, sans doute, dans certains établissements louches que je ne connais pas) et je n'y ai jamais constaté le moindre regard suspect. Si regards il y a, dans mon cas, c'est davantage de l'inquiétude à l'idée que l'Étranger ne connaisse pas les coutumes et se mette dans l'idée de se savonner dans le bain (on se lave à côté du bain au Japon, le bain lui-même étant strictement réservé à la détente).

Au moment où j'écris ces lignes, je reviens d'ailleurs du petit Onsen que je mentionnais hier. C'est d'ailleurs le seul véritable Onsen de ma préfecture (Chiba, à l'est de Tokyo), à ma connaissance. Fiston a quitté pour la garderie à 8h15, tandis que je partais 5 minutes plus tard en catimini pour me taper une heure de train vers cette sublime saucette. Tel que prévu, il y avait peu de clients en ce mardi matin (sept ou huit) et la moyenne d'âge se situait nettement au-dessus de 65 ans. Un de ces adorables retraités est rapidement venu vers moi pour entamer une discussion qu'il semblait vouloir à tout prix maintenir en anglais, puis il est retourné s'asseoir près des autres pour vanter la qualité surprenante de mon japonais. Remarque, ça m'est arrivé souvent et j'aurais dû avoir la politesse de faire l'éloge de son anglais pour lui rendre la monnaie de sa pièce, mais j'étais trop occupé à savourer cette eau boueuse (c'est une qualité pour un onsen) pompée d'une profondeur de 1000 mètres pour notre plaisir, notre santé et notre porte-monnaie.

Quoi qu'il en soit, c'est un réel plaisir de fréquenter ce genre d'établissement. N'hésite pas à y aller si un jour tu fais un voyage au Japon (même chose pour Sylvain). Le plus drôle, dans tout ça, c'est que le Onsen en question se trouve tout près de l'aéroport international de Narita. Ca me faisait sourire dans le bain de songer à tous ces étrangers qui, en arrivant à Narita, se dépêchent de prendre le train pour pénétrer dans le vrai Japon et s'enfoncent ainsi dans la capitale pourtant très occidentalisée, tandis qu'à quelques pas de l'aéroport ils pourraient goûter aux plaisirs des véritables Onsen tout en contemplant les rizières qui s'étendent à perte de vue, dansent mollement sous les assauts répétés du vent et se métamorphosent sous les rayons d'un soleil qui trouve ici et là des passages provisoires entre les nuages. Bon, j'arrête là, vous allez tous vous mettre à verser des larmes sous le coup de l'émotion



[Edited at 2003-08-26 06:27]


Direct link Reply with quote
 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 06:46
Member (2003)
German to French
Snif Aug 26, 2003

ALAIN COTE wrote:

...tandis qu'à quelques pas de l'aéroport ils pourraient goûter aux plaisirs des véritables Onsen tout en contemplant les rizières qui s'étendent à perte de vue, dansent mollement sous les assauts répétés du vent et se métamorphosent sous les rayons d'un soleil qui trouve ici et là des passages provisoires entre les nuages. Bon, j'arrête là, vous allez tous vous mettre à verser des larmes sous le coup de l'émotion



A quand un album photo des tribulations d'un canayen au Japon ? Ca fait envie.

Quoi que... je ne me vois pas forcément tout nu (serviette ou pas, peu importe) à côté d'un aéroport à contempler des champs de riz.
J'essaierai si un jour l'occasion se présente.

Bon, ben... bons bains Alain !
Sylvain.


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 06:46
Member (2001)
English to French
+ ...
One grade up Aug 26, 2003

Sylvain said :


A quand un album photo des tribulations d'un canayen au Japon ? Ca fait envie.



Dût la modestie d’Alain en souffrir, signalons aux Côtélâtres dont le nombre va sans cesse croissant et qui auraient manqué les épisodes précédents, l’intéressant URL qui suit:

http://www.quebec-japon.com/index.html

On y retrouvera quelques aventures inédites de notre vaillant explorateur Quebecois en ces contrées hostiles.

En plus cela poussera Alain à y rajouter les épisodes dont l'absence se fait si cruellement sentir.

Cordialement




[Edited at 2003-08-26 17:06]


Direct link Reply with quote
 

Geneviève von Levetzow  Identity Verified
Local time: 06:46
Member (2002)
French to German
+ ...
Merci Thierry :) Aug 26, 2003

Je connaissais les histoires, mais pas le lien.
J'espère qu'Alain va continuer à nous en régaler (des histoires).

Geneviève


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 14:46
Japanese to French
TOPIC STARTER
Photos Aug 26, 2003

Sylvain Leray wrote:
A quand un album photo des tribulations d'un canayen au Japon ? Ca fait envie.


Sylvain, les photos, c'est pour un avenir très proche, sur le site indiqué par Thierry. Enfin, ça dépendra des sujets traités, parce que prendre des photos avec un appareil numérique dans un bain, c'est pas facile.

En passant, on ne voit pas l'aéroport, quand même ! Les avions passent, mais loin derrière et on ne les entend pas (c'était le cas hier, à tout le moins). Petite note amusante d'ailleurs pour les coeurs sensibles. Sur le petit chemin qui mène au Onsen, j'ai aperçu un petit serpent écrasé par les roues d'une voiture. Comme je marchais pieds nus dans mes sandales, j'ai inconsciemment terminé le parcours les fesses un peu serrées...

Alain


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 06:46
Member (2001)
English to French
+ ...
Plutôt moins que plus - en général... Aug 26, 2003

Il est bien connu que “la taille n’a pas d’importance”. Toutes les autorités féminines les plus reconnues (Cf. :”Cosmopolitan”, “Podium”, “Jeune et Jolie, “Mademoiselle Age Tendre”, “Biba” etc.) dans le domaine de la Science, la Psychologie Masculine, la Sexologie Analytique, la Métrologie Comparée, la Dynamique Expérimentale des Trajectoires Aléatoires (celui qui pisse le plus loin…), l’Andrologie d’Optimisation des Ressources (Viagra), sont absolument formelles et l’affirment bien haut et le répètent sans cesse :

“La Taille n’a Pas d’Importance”


Pourtant, une de mes copines (que je vais qualifier de “féministe” pour l’impertinence, le peu de respect envers l’Homme, et le manque de réserve de sa remarque…) m’a fait - il y a peu – un commentaire que je trouve néanmoins frappé au coin du bon sens:

“Vous les mecs, vous êtes toujours prêts à faire des plaisanteries faciles sur les femmes qui se font refaire les seins… Pourtant, si vous-mêmes pouviez, sans inconvénient ni diminution des performances, vous faire gonfler quelque chose un peu plus bas, il y aurait des listes d’attente de plus de 10 ans dans les cliniques…”

Malgré le manque de sensibilité de sa remarque et son ignorance totale des réalités pratiques (c’est normal, c’est une femme et elle ne sait pas grand-chose*) je dois admettre qu’il y aurait là – peut être – de quoi penser…

Cordialement.

Thierry LOTTE.
(EX Secrétaire Particulier de Germaine Greer)


*… et pourtant, ce n’est pas une « Femme de Ménage » **
**… « Appel au Meurtre » pour un collègue de PrrrroZ dont j’apprécie l’intrensigeance, mais un peu moins le sens de l’humour… (sans rancune).


[Edited at 2003-08-26 22:01]

[Edited at 2003-08-26 22:03]


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 06:46
Member (2001)
English to French
+ ...
La Fonction phallique chez Lacan et ses disciples Aug 26, 2003

Alain said :



Petite note amusante d'ailleurs pour les coeurs sensibles. Sur le petit chemin qui mène au Onsen, j'ai aperçu un petit serpent écrasé par les roues d'une voiture. Comme je marchais pieds nus dans mes sandales, j'ai inconsciemment terminé le parcours les fesses un peu serrées...



Petite note : Rien du Tout !
Tout cela est bien clair, de même que tout le sujet de ce Topic d’ailleurs: je crois savoir qu’un certain S. Freud (une sorte de psychologue Autrichien qui eût son heure de gloire il y a quelque temps…) l’a parfaitement analysé dans l’un de ses articles fondamentaux publié par “Sélection du Reader’s Digest” et repris par la suite par “Nature” et ”The Lancet”:

Le serpent est un symbole phallique évident et le fait qu’il soit présenté ici comme “petit” est très significatif de l’état d’esprit de l’auteur. On notera au passage que la “note” est également qualifiée de “petite” (bis repetita) voire même “amusante” (tentative de captation émotionnelle du sujet qui lui tient à cœur…).
On voit clairement ici, du point de vue clinique, que l’auteur s’est laissé dominé par des angoisses personnelles du type “dimensionnel” et les a retraduites via la fonction symbolique * pour les restituer/intégrer dans un continuum de signifiant/signifié de type aquaphilique dont la signification régressive profonde n’échappera pas au spécialiste.

De même, l'allusivité circulaire aux roues de voitures (symbole féminin qui néchappera à personne) qui "écrasent" le pauvre petit serpent n'échappera pas non plus à aucun analyste digne de ce nom

Je ne ferai aucuns commentaires supplémentaires sur les allusions grivoises de l’auteur sur son fessier et son état physiologique au moment des faits : le vocabulaire qu’il emploie parle de lui-même…


Thierry LOTTE.
( EX Secrétaire de Michel LACAN).


* Fonction Symbolique : c'est le vocabulaire employé par Lacan pour désigner le "langage" dans ses "Séminaires"...



[Edited at 2003-08-26 23:25]

[Edited at 2003-08-26 23:29]

[Edited at 2003-08-27 01:17]


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 14:46
Japanese to French
TOPIC STARTER
Alors une grosse photo ! Aug 26, 2003

Thierry LOTTE wrote:
On voit clairement ici, du point de vue clinique, que l’auteur s’est laissé dominé par des angoisses personnelles du type “dimensionnel” et les a retraduites via la fonction symbolique * pour les restituer/intégrer dans un continuum de signifiant/signifié de type aquaphilique dont la signification régressive profonde n’échappera pas au spécialiste.


Impuissant face à l'analyse impeccable et cruelle de ses déviances voilées, l'auteur n'a d'autre choix que de faire dévier la discussion vers son récent séjour au bord de la mer en famille, dans un cadre familial qui rétablira peut-être son statut de père de famille irréprochable. Cela permettra également à ce dernier de faire un pied de nez à Thierry, qui ne trouvera jamais une telle chambre d'hôtel à Barcelone.

http://www.quebec-japon.com/grossephoto.html

Note ajoutée après mûre réflexion : Vous remarquerez les cernes sous les yeux de l'auteur. Ils proviennent sans équivoque d'une lecture trop intense des commentaires de son collègue de Barcelone...


[Edited at 2003-08-27 00:21]


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 06:46
Member (2001)
English to French
+ ...
Analyse Pictographique Lacanienne Aug 27, 2003

Analyse Pictographique Lacanienne:

Dans cette photo, l’auteur nous montre et confirme ses doutes existentiels dont la signification n’échappera pas aux analystes :

- deux symboles clairement phalliques occupent l’arrière plan de la photo : l’un, assez épais et situé sur la gauche, une poutre “verticale” en “teck” symbolise la personnalité envahissante de l’auteur et l’autre, une fine baguette de bambou sur la droite celle de son fils “Koji” (qui plie mais ne rompt pas…). Ce qui indique un Œdipe Futur particulièrement conflictuel.
- En arrière plan, le “Tokonoma” est extrêmement révélateur de l’état d’esprit de l’auteur : la présence de l’orchidée (ou tout du moins d’une fleur y ressemblant et en cela tout à fait révélatrice des pulsions incontrôlées de l’auteur de cette photo) indique un fort symbole féminin castrateur niant de ce fait son étymologie première.
- Au premier plan, diverses Nourritures/Fèces nous indiquent l’état psychologique de l’auteur : en haut à droite, dans une coupelle, on note la présence de “Takuan” (en dépit du peu de netteté de cette partie de la photo, l’intention est “flagrante”…) dont les pousses dorées symbolisent l’Or/Feces relatif à un “stade annal” mal résolu qui nous conduira tout droit sur la voie d’un Œdipe rétentionnaire et protectif qui s’impose clairement dans :

- Au premier plan et au centre, un bol de ce qui paraît être à première vue un “ Chirashi Shushi” (je laisse de côté – arff, arff - pour l’instant, l’analyse sémantique de l’expression – et je suis sûr que tout le monde le regrettera…) mais qui fait preuve de cruelles lacunes gastronomo/symboliques: les “algues” (“Noru”) n’y sont pas présentes… Or, chacun sait que l’algue, fluctuante, molle, humide, envahissante et dominatrice est un symbole féminin dans l’inconscient collectif masculin… C’est cette “absence castratrice et enveloppante” qui nous permet de tirer les conclusions qui s’imposent de ce tableau de famille faussement explicite sans les “lumières” de notre Grand Timonier : Edouard Lacan…


Tout cela pour dire (mais j’ai manqué de temps dans ma démonstration pourtant si limpide) qu’avec “Lacan”, personne n’a jamais raison…

Amitiés,

Thierry LOTTE.

(EX Secrétaire de Frank Lacan – ils devaient être plusieurs, autrement, c’est pas possible…)

PS : On dirait que cette photo a été prise dans un "Ryokan" - me trompé-je ??? (sal vou plé)


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 14:46
Japanese to French
TOPIC STARTER
Un simple hôtel Aug 27, 2003

Thierry LOTTE wrote:
PS : On dirait que cette photo a été prise dans un "Ryokan" - me trompé-je ??? (sal vou plé)


Eh non Thierry, c'est un banal hôtel. Aux yeux d'un enfant de 2 ans, ça présente de sérieux avantages, notamment les grands corridors pour courir en essayant de tout casser au passage. Je n'ose imaginer Kôji dans un ryokan, style d'établissement tenu par un particulier et très mal équipé pour résister aux assauts d'un petit monstre en pleine période de résistance à tout ce qui s'appelle règlements ou ordre établi.

Quant à cette deuxième analyse, j'en reste bouche bée, tout en me demandant comment un élément pourtant fondamental de la photographie a pu passer inaperçu aux yeux d'un esprit si aiguisé et en quête d'indices d'activités/pensées/fantasmes/symboles sexuels. Dans le tokonoma, à droite, une boîte de Kleenex, qui aurait pourtant vite fait d'attirer l'attention du commun des mortels, même si cela fait un peu primaire, voire vulgaire, du point de vue symbolique. Il faut dire que les Savants, grassement payés par l'État, ne s'intéressent guère aux évidences et préfèrent présenter comme irréfutables les orchestrations savantes de leur imagination à la fois si fertile (du point de vue académique) et stérile (du point de vue sociétal), c'est bien connu.

Quoi qu'il en soit, Thierry, tu as réussi, avec une plume de grand maître, à mettre à nu tous les secrets les mieux cachés de mon humble personne. Sous ces assauts répétés, je veux bien lancer la serviette, puisque je n'ai plus rien à cacher.

[Edited at 2003-08-27 04:42]


Direct link Reply with quote
 

Claudia Iglesias  Identity Verified
Chile
Local time: 02:46
Member (2002)
Spanish to French
+ ...
Vous permettez ? Aug 27, 2003

Je sais que vous êtes entre hommes, mais le premier message d'Alain m'a ramenée à mes années d'adolescente en Algérie. Votre enthousiasme et rythme m'ont donné le temps d'essayer de réunir plus de détails, mais malheureusement j'ai la mémoire qui flanche, et je ne peux pas donner tous les détails que je voudrais.

Le hammam fait partie de la tradition musulmane (je dis bien musulmane et pas arabe), c'est étroitement lié à l'Islam, et à la propreté que celui-ci exige de ses fidèles.
Mais le souvenir que j'en ai c'est surtout de son rôle social. On y va en groupe, avec les femmes et filles de la famille, du voisinage, ou les copines.
J'habitais dans un ensemble d'immeubles et on savait quand une femme allait au hammam. C'était forcément un groupe de femmes, avec beaucoup d'enfants (je crois que les garçons accompagnent leur mère jusqu'à l'âge de quatre ans), et elles portaient de grandes valises, comme si elles partaient en voyage. Dans ces valises, leurs belles robes et toilettes, ainsi que tous les ustensiles pour l'application du henné, les massages, le maquillage...

J'ai trouvé cet article où on parle un peu de ses origines et du déroulement du bain
www.aslim-taslam.com/article.php3?id_article=485

et un autre, une vision un peu plus contemporaine où on ose comparer le hammam à un cybercafé.
fr.allafrica.com/stories/200308070006.html
mais je ne me souviens pas d'avoir vu autant de pudeur. Ce que j'y appréciais c'était le mélange de tous les genres (jeunes, vieilles, jolies, moches) et la connivence entre femmes.

Je regrette de ne pas y être allée plus souvent, je m'en souviendrais mieux.

Quant aux autres sujets abordés, je tire mon chapeau aux analyses Thierryennes et au style et plume des autres intervenants.

[Edited at 2003-08-27 21:40]


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 14:46
Japanese to French
TOPIC STARTER
Merci Claudia Aug 27, 2003

Claudia Iglesias wrote:
Je sais que vous êtes entre hommes(...)


Pas du tout Claudia, tu peux entrer, nous sommes tous habillés.

Merci d'avoir indiqué le lien vers ces articles et d'avoir raconté ce petit bout de ton enfance. Décidemment, le forum de Prrrroz donne envie de voyager !



[Edited at 2003-08-27 21:53]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2 3 4] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Plus ou moins ?

Advanced search






Protemos translation business management system
Create your account in minutes, and start working! 3-month trial for agencies, and free for freelancers!

The system lets you keep client/vendor database, with contacts and rates, manage projects and assign jobs to vendors, issue invoices, track payments, store and manage project files, generate business reports on turnover profit per client/manager etc.

More info »
SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search