Quand le RSA vient en aide aux Fortune 500…
Thread poster: Paul VALET

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 18:43
May 15, 2010

Récemment, deux sociétés de traduction américaines m’ont contacté. D’après elles, leurs traducteurs canadiens, dans leurs steppes glacées, seraient surchargés, ils n’arriveraient plus à faire face à leurs besoins; elles se trouveraient obligées de faire appel à des français de France pour traduire en français. C’est terrible, surtout pour la langue française.

Roulant des mécaniques, ces sociétés me font valoir qu’elles doivent répondre à des normes qui exigent qu’elles me fassent passer un test (la norme ne dit pas que le test n’est pas forcément gratuit, mais elles le disent). Comme elles sont pressées, je leur envoie quelques superbes recommandations de clients récentes ; elles me répondent qu’elles n’en ont rien à faire. Cela tombe bien, je n’ai pas de temps, alors, à consacrer à des tests.

Revenant à la charge 10 jours plus tard, l’une d’elles me redemande de passer son test; elle a un nouveau besoin pressant. Je lui offre une date pour le test et lui envoie mon tarif pour agences. Elle me répond qu’elle ne peut pas payer un tarif pour client direct (elle ne doit savoir lire que les chiffres) ; ni l’une ni l’autre ne peut sous-traiter à plus de 0,07 € du mot. Les pauvres chéries... À force de délocaliser en Chine, on finit sans doute par perdre le sens des réalités. Mais, charmeuse en diable, cette dernière agence me dit qu’à ce prix-là elle me garantit (en paroles) 40 000 mots par mois ; elle aurait, pour ce faire, la clientèle de la plupart des sociétés de « Fortune 500 ».

Cela m’impressionne. Mais, fasions le compte de ce que cela représente. Si je traduisais pour cette agence 40 000 mots par mois à 7cts du mot, cela représenterait pour moi un travail à plein temps pour un chiffre d’affaires mensuel de 2 800 euros, soit un revenu mensuel d’environ 1 400 euros, avec des avantages sociaux inférieurs à ceux d'un salarié. À ce rythme-là (440 000 mots/an), je mériterais bien un mois de vacances par an. En une année, je pourrais donc faire au maximum un chiffre d’affaires annuel de 30 800 euros.

Je pourrais ainsi entrer héroïquement dans la population des travailleurs pauvres patentés, aidés par l'état français, puisque cela m’ouvrirait droit au revenu de solidarité active (RSA), dont un critère d’attribution, pour un indépendant, est d'avoir un chiffre d'affaires inférieur à 32 000 euros par an.

Le "business model" que prétendent imposer ces agences, c'est une trappe de pauvreté.


Paul Valet


[Modifié le 2010-05-16 04:54 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Laurent KRAULAND  Identity Verified
France
Local time: 18:43
French to German
+ ...
Bon à savoir May 15, 2010

... au cas où : https://www.atanet.org/membership/code_of_professional_conduct.php (article II, alinéa D).

Direct link Reply with quote
 

Catherine GUILLIAUMET  Identity Verified
Local time: 18:43
English to French
+ ...
Excellent ! Merci ! May 15, 2010

Laurent KRAULAND wrote:

... au cas où : https://www.atanet.org/membership/code_of_professional_conduct.php (article II, alinéa D).


Merci Laurent !
Je me le suis enregistré vite fait, ça tu peux me croire Je vais même le ranger sur une clé USB pour l'avoir avec moi et pouvoir le ressortir en toutes circonstances.

Faut encore que le outsourcer fasse partie de l'ATA ...

Bon weekend
Catherine


Direct link Reply with quote
 

Laurent KRAULAND  Identity Verified
France
Local time: 18:43
French to German
+ ...
Précisions :) May 15, 2010

Catherine GUILLIAUMET wrote:

Faut encore que le outsourcer fasse partie de l'ATA ...

Bon weekend
Catherine


Une certaine agence américaine de la côte Est, membre corporate de l'ATA, mettait toujours en ligne des offres demandant des traductions à l'essai. Je ne dois pas être le seul à l'avoir signalé à qui de droit (ata -arobase- atanet -point- org).

Maintenant, ces demandes de travail non rémunéré - également appelé « travail spéculatif » (speculative work ou spec) aux États-Unis - passent uniquement par les courriers électroniques.

On se demande bien pourquoi, d'ailleurs ?

À ne pas méditer pendant le ouiquène, bien sûr...

[Edited at 2010-05-15 08:39 GMT]


Direct link Reply with quote
 

bohy  Identity Verified
France
Local time: 18:43
English to French
+ ...
expériences similaires May 15, 2010

J'ai été contactée plusieurs fois (par l'intermédiaire de l'annuaire ATA, je pense) par des agences américaines me demandant mon CV et mes tarifs, puis (sans commenter mes tarifs) me demandant un test. Une fois, j'ai accepté le test gratuit, après quoi l'agence m'a dit offrir 0.07 $ du mot seulement. J'ai refusé. Depuis, je n'accepte jamais un test avant de s'être entendus sur mes tarifs. De plus, étant certifiée ATA, je ne vois pas bien l'avantage d'un nouveau test, en tout cas pas gratuit (j'ai déjà payé pour ma certification).
Depuis que j'ai rajouté cette règle très simple de discuter tarifs d'abord, je constate que toutes ces agences ont en commun un tarif de l'ordre de 0.07$ du mot, et il n'y en a donc pas une seule avec qui je travaille - et donc pas de test gratuit non plus.

Les agences sérieuses ne demandent pas de tests. Avec une de celles avec qui je travaille, lorsque nous pensons qu'il faut rechercher d'autres traducteurs, nous profitons de petits travaux (1000 mots environ) pour en essayer de nouveaux et j'assure la relecture. Le coût est minimal pour l'agence (relecture un peu plus longue), il faut souvent plusieurs essais successifs, mais on y arrive sans léser personne.


Direct link Reply with quote
 

Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 18:43
TOPIC STARTER
Très juste May 15, 2010

bohy wrote:
De plus, étant certifiée ATA, je ne vois pas bien l'avantage d'un nouveau test, en tout cas pas gratuit (j'ai déjà payé pour ma certification).


Je constate également que ces agences se moquent de tout ce qu'on leur offre déjà à nos frais par nos divers agréments.

Par exemple, l'inscription à la SFT implique un contrôle annuel de situation par rapport à l'URSSAF, or, certaines agences, informés de cette inscription, viennent quand même redemander ce genre de preuve.

Quant à refuser de travailler pour ce tarif, c'est LA réponse à apporter à ce genre d'agence, l'idéal étant de les assècher autant que possible côté offre.

Paul Valet

[Modifié le 2010-05-15 16:47 GMT]


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Quand le RSA vient en aide aux Fortune 500…

Advanced search






Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »
SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search