https://www.proz.com/forum/french/201874-peut_on_vraiment_devenir_traducteur_avec_llce.html

Peut-on vraiment devenir traducteur avec LLCE ?
Thread poster: Nacre
Jun 25, 2011

Bonjour,

Je sollicite humblement votre expertise pour m'aider à mener à bien mon projet, celui de devenir traductrice freelance...

J'entre en L1 LLCE Anglais en septembre, après une année sabbatique durant laquelle je me suis inscrite en auditeur libre en Master Langues étrangères et outils modernes de la traduction, qui est un Master LEA. De ce que j'ai compris, LEA est souvent conseillé pour les futurs traducteurs puisque trilingue et proposant également du dr
... See more
Bonjour,

Je sollicite humblement votre expertise pour m'aider à mener à bien mon projet, celui de devenir traductrice freelance...

J'entre en L1 LLCE Anglais en septembre, après une année sabbatique durant laquelle je me suis inscrite en auditeur libre en Master Langues étrangères et outils modernes de la traduction, qui est un Master LEA. De ce que j'ai compris, LEA est souvent conseillé pour les futurs traducteurs puisque trilingue et proposant également du droit, de la gestion et de l'économie. Problème, je ne supporte pas l'esprit "entreprise" et "business" de cette filière, et si l'année dernière m'a confirmé mon attirance pour la traduction, elle m'a aussi beaucoup déçue quand au niveau général en langues en LEA. Au passage, les écoles spécialisées me sont inaccessibles pour des raisons de budget et d'organisation.

J'ai donc pour projet de commencer une LLCE Anglais l'an prochain, et si tout se passe bien, d'entamer une 2e LLCE, en allemand, à un an d'intervalle, pour m'assurer un niveau solide dans ces deux langues.
Je me pose maintenant tout un tas de questions sur le réalisme de ce projet : je lis souvent sur des forums de traducteurs que se faire une place dans ce métier est avant tout une question de professionnalisme et de persévérance, peut importe le CV, puis je lis ailleurs qu'avec LLCE, c'est perdu d'avance, à moins de se cantonner à la traduction littéraire... J'ai l'impression d'avoir écumé tout le web, sans réponse satisfaisante.

Pourriez-vous m'éclairer ? Suis-je en train de faire une bêtise ?

Merci !
Collapse


 

Kirsten Bodart  Identity Verified
United Kingdom
Local time: 10:50
Dutch to English
+ ...
Je dirais que non, pas de bêtise Jun 25, 2011

Les meilleurs traducteurs sont ceux qui sont biculturel. C'est Nabokov qui a dit cela, pas moi, mais son opinion st la mienne aussi.

Le monde de la traduction est du marketing. Quand tu as du savoir-faire et du talent, il n'y a rien qui peut te barrer d'une grande carrière, mais il faut certainement faire du marketing. Il ne faut pas dire: "Je n'ai pas un diplôme de traducteur, mais je peux faire grand chose", in faut dire: "Je peux faire ce projet parce que j'ai de l'expérience
... See more
Les meilleurs traducteurs sont ceux qui sont biculturel. C'est Nabokov qui a dit cela, pas moi, mais son opinion st la mienne aussi.

Le monde de la traduction est du marketing. Quand tu as du savoir-faire et du talent, il n'y a rien qui peut te barrer d'une grande carrière, mais il faut certainement faire du marketing. Il ne faut pas dire: "Je n'ai pas un diplôme de traducteur, mais je peux faire grand chose", in faut dire: "Je peux faire ce projet parce que j'ai de l'expérience dans l'industrie du projet, parce que j'ai étudié le sujet, et..." Il faut remplaçer les points négatifs par des positifs. Et surtout de la simplicité. La vérité est que tu es le pkus grand traducteur du monde et l'autre doit le comprendre.

Je dois dire que les agences françaises sont un peu plus exigeant que les anglophones. Si les francophones ont l'idée qu'un diplôme en traduction est un critère, c'est le critère. Tu peux avoir le meilleur prix, toute l'expérience du monde et des études dans la direction du projet, il ne veulent pas t'engager. Ceci est mon expérience en tout cas, ou le job faut être très spécialisé. Si les anglophones doivent vraiment trouver un traducteur pour quelque chose, et quand on n'exagère pas avec le prix, ils veulent essayer. Pas avec un projet tout grand et spécialisé, mais avec quelque chose de petite taille. Et quand la qualité est une bonne surprise, ils sont là de nouveau quelque temps plus tard.

Et lis sur l'internet 'How to make 50,000 dolars a year out of translation'. C'était un guide pour faire la meilleure impression sur les agences, comment de les plaire (si ce n'est pas la qualité de ton travail, bien sür).

Je pense que la meilleure chose que tu peux faire est de produire un bon CV et peut-être un bon profil ici, et puis un peu de Kudoz.
Collapse


 

Tom C  Identity Verified
France
Local time: 10:50
English to French
+ ...
Peu importe la formation, ce qui compte c'est l'exigence Jun 25, 2011

Nacre wrote:

(...)

Problème, je ne supporte pas l'esprit "entreprise" et "business" de cette filière, et si l'année dernière m'a confirmé mon attirance pour la traduction, elle m'a aussi beaucoup déçue quand au niveau général en langues en LEA. Au passage, les écoles spécialisées me sont inaccessibles pour des raisons de budget et d'organisation.

J'ai donc pour projet de commencer une LLCE Anglais l'an prochain, et si tout se passe bien, d'entamer une 2e LLCE, en allemand, à un an d'intervalle, pour m'assurer un niveau solide dans ces deux langues.
Je me pose maintenant tout un tas de questions sur le réalisme de ce projet : je lis souvent sur des forums de traducteurs que se faire une place dans ce métier est avant tout une question de professionnalisme et de persévérance, peut importe le CV, puis je lis ailleurs qu'avec LLCE, c'est perdu d'avance, à moins de se cantonner à la traduction littéraire... J'ai l'impression d'avoir écumé tout le web, sans réponse satisfaisante.

Pourriez-vous m'éclairer ? Suis-je en train de faire une bêtise ?

Merci !


Non, pas plus que si tu faisais autre chose. Il semble que tu sois exigeante quant au niveau de langue qui t'apporte, sinon du plaisir, au moins une certaine satisfaction. Selon moi cela vaut toutes les formations !

Je me suis personnellement formé "sur le tas" après avoir rencontré une traductrice alors que je n'avais pas fait d'études. Un bac C et c'est tout. J'aimais l'anglais (et mon niveau était loin d'être parfait, mais je comprenais les idiomatismes, les registres, et j'apprenais vite, à l'oreille et visuellement : films, chansons, etc.). Bref, ça ne m'a pas empêché de trouver du boulot. Bien sûr, lorsque j'ai commencé, en 1996, il y avait encore peu de "masters (mastères ?) de traduction" et trucs similaires, et il est parfois un peu frustrant de lire dans des offres d'emploi : "photocopie du diplôme de traduction obligatoire". Selon moi ça n'a aucun sens. En même temps, c'est assez rare...

Le seul moyen de savoir si un traducteur est bon, c'est de le tester. C'est la pratique de base. Elle m'a souvent permis de trouver du boulot, même lorsque j'étais complètement débutant.

Mon conseil serait donc de te lancer dès que possible, sans attendre d'avoir fini tes études (que je te souhaite intéressantes, au moins). Essaye de te faire connaître, essaye de faire quelques petites traductions dès que tu en as l'occasion, peut-être en sous-traitance d'abord, et petit à petit tu te feras un réseau et tu amélioreras tes connaissances. Tu gagneras en confiance et tu te sentiras rapidement légitime. Diplôme ou pas...

Il n'y a rien qu'un bon traducteur (ou qu'une bonne traductrice, en l'occurrence) ne puisse traduire s'il maîtrise parfaitement sa langue maternelle (évidemment), comprend très bien la langue source, est débrouillard, rapide et sait se servir d'un dictionnaire et -- miracle contemporain -- d'Internet. Je ne sais pas si on apprend ça en master de trad. À voir...

Quoi qu'il en soit, bon courage et crois en toi.


 

Dominique Durand  Identity Verified
France
Local time: 10:50
Member (2005)
English to French
+ ...
devenir traducteur Jun 25, 2011

On peut devenir traducteur sans diplôme de langue ou de traduction, donc LLCE ou pas, ce n'est pas la question.

Il faut savoir d'où vous allez tirer les connaissances et les compétences nécessaires pour être traducteur freelance, car connaître à fond une langue étrangère n'est que le début.
Il faut aussi :
- une excellente expression écrite en français
- la connaissance des différents aspects du métier de traducteur
- la connaissance d'un sect
... See more
On peut devenir traducteur sans diplôme de langue ou de traduction, donc LLCE ou pas, ce n'est pas la question.

Il faut savoir d'où vous allez tirer les connaissances et les compétences nécessaires pour être traducteur freelance, car connaître à fond une langue étrangère n'est que le début.
Il faut aussi :
- une excellente expression écrite en français
- la connaissance des différents aspects du métier de traducteur
- la connaissance d'un secteur d'activité qui deviendra votre spécialité (médical, droit, informatique, technologie, finances, sport... tout est possible)
- des connaissances sérieuses en informatiques pour maitriser des logiciels de plus en plus complexes, les installer, les maintenir
- des connaissances minimum en gestion et en comptabilité pour assurer votre activité dans le cadre réglementaire (impôts, déclarations diverses, factures ...) : c'est l'aspect "business"

Les diplômes dits de traduction répondent en partie à ces questions, le reste s'apprend sur le tas, en faisant appel à ses expériences professionnelles passées, et par la formation continue. LLCE à l'inverse ne vous apportera pas grand chose sur tous ces sujets.

Aucun diplôme ne pourra vous assurer le succès mais rien n'est perdu d'avance. Il est important de faire ce qui vous plaît, mais surtout n'oubliez jamais que freelance = il faut savoir vendre ses compétences sur la marché, donc ne négligez pas les aspects commerciaux et marketing. Intellectuellement vous préférez peut-être vous investir dans la littérature anglaise du XVIIIème siècle mais si vous visez une carrière de traducteur professionnel, savoir lire un bilan comptable, calculer votre prix de revient ou lire un contrat commercial vous sera infiniment plus utile. Ce qui n'empêche pas de lire aussi la littérature anglaise à côté

Bon courage
Collapse


 

Adrien Esparron
Local time: 10:50
Member (2007)
German to French
+ ...
Moderato cantabile Jun 25, 2011

Tom C wrote:

Il n'y a rien qu'un bon traducteur (ou qu'une bonne traductrice, en l'occurrence) ne puisse traduire s'il maîtrise parfaitement sa langue maternelle (évidemment), comprend très bien la langue source, est débrouillard, rapide et sait se servir d'un dictionnaire et -- miracle contemporain -- d'Internet.



Tom,

Pour avoir plus de 40 années de traduction au compteur, je ne peux aucunement approuver ce que je cite de votre message. Ce "Il n'y a rien..." est totalement faux et surréaliste.

Bien au contraire, des tas de choses si vous ne maîtrisez pas le domaine : calamiteux, coûteux et dangereux.

Pour ce qui concerne les dictionnaires, les "patentés" ne sont lisibles et efficaces que si l'on sait où on met les pieds.

Quant à Internet, c'est la même chose, mais en pire : il y a plus à laisser qu'à prendre.

La traduction n'est pas de la débrouillardise, mais de l'expertise.

À chacun son truc.

Bonne soirée.


 

Tom C  Identity Verified
France
Local time: 10:50
English to French
+ ...
Je suis d'accord ! Jun 25, 2011

Adrien Esparron wrote:

Tom,

Pour avoir plus de 40 années de traduction au compteur, je ne peux aucunement approuver ce que je cite de votre message. Ce "Il n'y a rien..." est totalement faux et surréaliste.

Bien au contraire, des tas de choses si vous ne maîtrisez pas le domaine : calamiteux, coûteux et dangereux.

Pour ce qui concerne les dictionnaires, les "patentés" ne sont lisibles et efficaces que si l'on sait où on met les pieds.

Quant à Internet, c'est la même chose, mais en pire : il y a plus à laisser qu'à prendre.

La traduction n'est pas de la débrouillardise, mais de l'expertise.

À chacun son truc.

Bonne soirée.



J'ai donc été maladroit... Moi-même, je ne traduis pas tout, loin s'en faut. Mais quand on m'a demandé de traduire des maths au-dessus de mon niveau, je l'ai fait. Sans dommages mathématiques, puisque cela a été relu par des mathématiciens. Je savais ce que je faisais, et mon client savait que j'en étais capable après m'avoir testé sur le bout le plus difficile.

Ce que je voulais dire, maladroitement j'en conviens, c'est qu'une certain sens de l'adaptation est indispensable pour traduire. Savoir sélectionner ses sources est évidemment primordial. Mais j'ai senti que Nacre avait déjà cette intelligence.

Cela dit, il est vrai que je traduis peu de pur technique et que mon dernier essai en philo -- concluant -- m'a demandé beaucoup, beaucoup de relecture patiente.

Je maintiens qu'il m'a toujours été facile de m'adapter à des sujets que je n'avais jamais abordés : marketing, par exemple, ou certaines niches de la finance. Sujets que je déteste d'ailleurs.

Bonne soirée.


 

Julien Ma
Local time: 10:50
English to French
Niveau de la langue maternelle Jun 26, 2011

Je peux vous dire que le niveau de la langue maternelle de pas mal d'étudiants en licence ou master est loin d'être exceptionnel.

Je m'en étais rendu compte par 2 fois: lorsque j'étais moi-même un étudiant il n'y a pas si longtemps, le niveau de mes camarades à l'écrit était indigne 1 fois sur 2.

Et lorsque j'ai fait les premières corrections. J'ai eu à corriger des tests ou des faire du proofreading de gens diplômés (l'agence exigeait la photocopie des di
... See more
Je peux vous dire que le niveau de la langue maternelle de pas mal d'étudiants en licence ou master est loin d'être exceptionnel.

Je m'en étais rendu compte par 2 fois: lorsque j'étais moi-même un étudiant il n'y a pas si longtemps, le niveau de mes camarades à l'écrit était indigne 1 fois sur 2.

Et lorsque j'ai fait les premières corrections. J'ai eu à corriger des tests ou des faire du proofreading de gens diplômés (l'agence exigeait la photocopie des diplômes) et le résultat était un peu trop souvent effrayant chez les traducteurs jeunes, fraîchement diplomés.

Simplement parce que les jeunes d'aujourd'hui ne lisent pas ou plus.
Oh bien sûr, ils vont lire des trucs comme la presse people ou des cochonneries de ce style mais très peu lisent des grands journaux ou autres. Ils sont bouffés par leur internet, qui les suit partout, à la maison, sur leur mobile...

A l'écrit, certains ne savent pas formuler leurs phrases avec style. Leur vocabulaire est limitée, très simple, pas vraiment recherché, même quant ils donnent le meilleur d'eux même.

Autre problème qu'on retrouve chez pas mal de diplômés: nombre d'entre eux se retrouvent en licence ou master parce qu'après le bac, ils ne savaient pas vraiment quoi faire. Avec un peu de travail, "ça a marché". Donc ils continuent dans cette voie là, en se disant "on verra bien".

Mais ils leur manque un petit quelque chose, qui pour moi fait toute la différence: la passion de la langue cible. Oh bien sûr, ils "aiment bien" mais voilà ce n'est pas une passion avec un grand P. Le genre de passion qui vous dévore.

Exemple symptomatique: les gens avec qui j'étais regardaient toujours les films US avec la bonne vieille version française. Jamais ils n'ont eu le goût de regarder en film en anglais. Pourtant avec les versions multilingues des DVD, c'est facile de se mater un film en VO. Ils n'en avaient tout simplement pas envie.

Moi par exemple, ça fait 10 ans que je regarde les films en VO. Et j'en bouffe au moins 5 par semaine, en plus des séries US. Si je ne comprend pas une phrase (ça arrive encore parfois, une langue étant un "puit sans fond", on n'apprend tjs qq chose, un mot, une expression...), je repasse le passage jusqu'à ce que je comprenne.

Si vraiment je capte pas, j'utilise les sous-titres pour "déchiffrer" cette phrase. Chaque mot nouveau (ou expression) est consigné dans un fichier, qui est relu à mes heures perdues. Quant qqun fait ça, là tu peux dire que le gars est passionné par la langue qu'il apprend!

La VF, je m'en contente pour les films... Français!

Bref, ce qui va vraiment vous faire avancer dans le monde de la traduction, c'est la passion, la vraie.

Si vous avez la chance de l'avoir, vous n'avez pas de limite !
Collapse


 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 10:50
Member (2007)
German to French
+ ...
Aucune importance Jun 26, 2011

Voilà, tout est dit.

Et si vraiment tu ne crois que ce que tu vois : oui, j'ai fait LLCE, et oui, je suis traductrice. Et non, pas traductrice littéraire, et non, pas traductrice dans la galère.

Bonne chance !


 

Nacre
TOPIC STARTER
Merci ! Jun 26, 2011

Merci beaucoup pour toutes ces réponses qui m'aident beaucoup et m'ôtent un poids... Je ne doute pas qu'elles seront aussi utiles à d'autres.

nordiste, je prends note, et je tâcherai de m'en souvenir dans le choix de mes options. Quelques heures de gestion/compta ne peuvent pas me faire de mal. Pour le reste, je ne m'en fais pas trop : si je suis tellement attirée par ce métier, c'est que j'y vois plus la réunion de tout ce qui m'intéresse que quelque chose d'entièrement no
... See more
Merci beaucoup pour toutes ces réponses qui m'aident beaucoup et m'ôtent un poids... Je ne doute pas qu'elles seront aussi utiles à d'autres.

nordiste, je prends note, et je tâcherai de m'en souvenir dans le choix de mes options. Quelques heures de gestion/compta ne peuvent pas me faire de mal. Pour le reste, je ne m'en fais pas trop : si je suis tellement attirée par ce métier, c'est que j'y vois plus la réunion de tout ce qui m'intéresse que quelque chose d'entièrement nouveau. Et advienne que pourra !

Julien Ma wrote:

Exemple symptomatique: les gens avec qui j'étais regardaient toujours les films US avec la bonne vieille version française. Jamais ils n'ont eu le goût de regarder en film en anglais. Pourtant avec les versions multilingues des DVD, c'est facile de se mater un film en VO. Ils n'en avaient tout simplement pas envie.


C'est exactement ce que j'ai constaté l'an dernier : des étudiants qui en 4e année demandent (en soupirant) aux professeurs si les livres conseillés sont disponibles en français... Cela dit, il y avait quand même des passionnés, capables de discuter pendant des heures avec les professeurs de l'usage des préverbes allemands ou de l'étymologie de telle ou telle expression anglaise, et assister à cela, ça n'avait pas de prix.
Collapse


 

Éric Cléach  Identity Verified
France
Local time: 10:50
Member (2005)
English to French
Tout pareil Jun 27, 2011

Sophie Dzhygir wrote:

Voilà, tout est dit.

Et si vraiment tu ne crois que ce que tu vois : oui, j'ai fait LLCE, et oui, je suis traductrice. Et non, pas traductrice littéraire, et non, pas traductrice dans la galère.

Bonne chance !


Tout pareil !


 

Thomas Carey  Identity Verified
Local time: 10:50
Member (2011)
French to English
+ ...
Of course! Jun 27, 2011

Bonjour Nacre,

Je voulais juste ajouter quelques mots. Moi aussi j'ai fat LLCE (avec comme projet de devenir prof), et c'est seulement en fin de parcours que j'ai réalisé que j'avais envie de devenir traducteur. Je suis ensuite parti vivre en Italie pour parfaire ma 3ème langue et où j'ai commencé à faire le traducteur indépendant.


Je que j'ai l'impression d'avoir manqué en ne pas faisant LEA est le coté pratique de la traduction, comment utiliser les ou
... See more
Bonjour Nacre,

Je voulais juste ajouter quelques mots. Moi aussi j'ai fat LLCE (avec comme projet de devenir prof), et c'est seulement en fin de parcours que j'ai réalisé que j'avais envie de devenir traducteur. Je suis ensuite parti vivre en Italie pour parfaire ma 3ème langue et où j'ai commencé à faire le traducteur indépendant.


Je que j'ai l'impression d'avoir manqué en ne pas faisant LEA est le coté pratique de la traduction, comment utiliser les outils TAO... Cependant, on peut apprendre ceci en faisant de la traduction (payé ou juste pour soi-meme pour l'entrainement), des formations, des stages, et grace aux ressources sur des sites comme proz...

En revanche LLCE te permet d'assister à des cours que moi j'ai trouvé vraiment très intéressants et qui seront toujours utiles. Des cours de littérature et civilisation étrangère qui t'aideront à développer tes connaissances historiques et générales, en plus d'améliorer tes connaissances de la langue étudiée, des cours de thème et version, un approndissement de la grammaire et de la linguistique... Ensuite, il y a les options et les cours mineurs qui te serviront, informatique par exemple, ou compta' si possible...

You'll be fine!

Bonne continuation
Collapse


 

Maéva Orsi  Identity Verified
France
Local time: 10:50
English to French
+ ...
bien sûr ! Jun 27, 2011

Salut Nacre,

Comme toi j'ai très tôt eu pour vocation de devenir traductrice. Je me suis tout naturellement dirigée vers la filière LLCE car je venais d'un Bac L et que je préférais la littérature à l'économie. J'ai beaucoup appris dans cette filière où à partir de la L3, seuls deux profils d'étudiants existent : les personnes qui souhaitent devenir traducteur/interprète et les autres qui souhaitent devenir prof. Des options de spécialisation en L3 te permettent donc
... See more
Salut Nacre,

Comme toi j'ai très tôt eu pour vocation de devenir traductrice. Je me suis tout naturellement dirigée vers la filière LLCE car je venais d'un Bac L et que je préférais la littérature à l'économie. J'ai beaucoup appris dans cette filière où à partir de la L3, seuls deux profils d'étudiants existent : les personnes qui souhaitent devenir traducteur/interprète et les autres qui souhaitent devenir prof. Des options de spécialisation en L3 te permettent donc d'approfondir tes connaissances dans le domaine qui t'intéresse avant de poursuivre en master.

Pour ma part, je ne pense pas qu'il aurait été aussi simple d'entrer dans le monde de la traduction sans master pro de traduction. Mon master LEA m'a permis d'approfondir mes connaissances en traduction en étudiant avec des professionnels, en faisant des stages... C'était aussi l'occasion de connaître les outils, d'obtenir des formations certifiées. Quoi de plus naturel pour celui qui souhaite devenir traducteur professionnel ? Certes, tout n'est pas rose dans ce type de masters professionnels, où la langue cible est un peu délaissée. Pour les "créateurs" des masters, bien écrire est considéré souvent à tort comme un acquis. Néanmoins, un master pro en traduction te permettra de façonner un réseau professionnel puisque tu es en relation avec des éditeurs de logiciels de traduction, des enseignants qui sont traducteurs freelance ou chefs de projet en traduction, etc.

Par la suite, je pense que ton succès reposera sur ta faculté à te vendre sur un marché très concurrentiel et très large. Lire des docs marketing, te créer un réseau, rester en contact avec les anciens étudiants du master etc. Afficher ta différence et ce que tu peux apporter de plus par rapport aux autres (notamment au niveau de ta spécialisation) constitueront les clés de ta réussite.

Je ne pense pas qu'il soit pertinent de fustiger la qualité des jeunes traducteurs (surtout lorsqu'on écrit un message truffé de fautes d'orthographe, je trouve ça un peu gonflé). J'ai également travaillé dans une agence de traduction et la qualité des tests de traduction que je recevais n'avait rien à voir avec l'âge ou l'expérience. Comme partout, quand on débute, on commet des erreurs. Une fois sur le marché, après quelques claques tu te rends compte des points qu'il faut améliorer. La traduction, c'est de la formation tout au long de la vie, et pas que pour les jeunes !

À bon entendeur,
Collapse


 

Sylvain Leray  Identity Verified
Local time: 10:50
Member (2003)
German to French
Oui Jun 27, 2011

Maéva Orsi wrote:


Je ne pense pas qu'il soit pertinent de fustiger la qualité des jeunes traducteurs (surtout lorsqu'on écrit un message truffé de fautes d'orthographe, je trouve ça un peu gonflé).


Tout à fait d'accord.
Tout comme la passion n'a jamais été un gage de réussite à ma connaissance.

Autrement, je rejoins les propos de Sophie ainsi que ceux de Maéva concernant les avantages d'une formation complémentaire plus spécifiquement orientée vers la traduction. C'est aussi mon parcours (maîtrise LLCE + DESS, comme cela s'appelait à l'époque) et c'est un plus indéniable, même si on n'apprend jamais mieux que sur le terrain (et ça continue).

Bonne continuation à Nacre.





[Modifié le 2011-06-27 14:14 GMT]


 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Peut-on vraiment devenir traducteur avec LLCE ?

Advanced search






SDL Trados Studio 2019 Freelance
The leading translation software used by over 250,000 translators.

SDL Trados Studio 2019 has evolved to bring translators a brand new experience. Designed with user experience at its core, Studio 2019 transforms how new users get up and running and helps experienced users make the most of the powerful features.

More info »
Protemos translation business management system
Create your account in minutes, and start working! 3-month trial for agencies, and free for freelancers!

The system lets you keep client/vendor database, with contacts and rates, manage projects and assign jobs to vendors, issue invoices, track payments, store and manage project files, generate business reports on turnover profit per client/manager etc.

More info »