Pages in topic:   [1 2] >
Formation traducteur par ci3m: demande de renseignements
Thread poster: HollyAnn

HollyAnn
France
Local time: 17:17
French to German
+ ...
May 20, 2012

Bonjour,

J’ai 40 ans et après 12 années d’expérience professionnelle dans le secteur financier (dans une banque d’investissements : back-office, middle-office, service clients), je souhaite me réorienter dans la traduction (traductrice salariée d’abord, éventuellement free-lance par la suite).

Je suis parfaitement bilingue français-allemand (j’ai deux langues maternelles) et ai fréquemment dû effectuer des traductions du français vers l’allemand et de l’allemand vers le français dans le cadre de mon emploi à la banque.

Je maîtrise parfaitement les deux langues, non seulement grammaire, orthographe, vocabulaire, etc., mais aussi en ce qui concerne les finesses et nuances de ces langues, ce qui me permet de traduire facilement et avec aisance dans un sens comme dans l’autre.

N’ayant aucun diplôme de traducteur et estimant qu’une telle (cf. précédemment) présentation de mes compétences dans un CV serait un peu "light", je souhaite effectuer une formation à distance de traducteur. Formation à distance, car je ne peux pas m’arrêter de travailler pour reprendre des études classiques (Université / Ecole de Traducteurs). J’ai aussi passé l’âge de reprendre autre chose que des études courtes.

Je me suis beaucoup renseignée sur les formations à distance de traducteur (France, Allemagne, Suisse). L’Allemagne propose une formation de "Staatlich geprüfter Übersetzer", càd traducteur avec un diplôme d’Etat à la clé, mais il s’agit d’une formation sur 2 ans et pas intégralement à distance, ce qui ne convient malheureusement pas. Sans compter le prix (près de 5.000 EUR).

En France, j’ai trouvé la "Formation en traduction à distance" proposée par ci3m.
Formation entièrement à distance, sur 12 mois.
Formateur : Daniel Gouadec. Ancien Maître de Conférences et Professeur à l’Université de Rennes 2. Souvent présenté comme LE Monsieur Traduction en France.

Donc voilà ma question : qui a suivi cette formation et que vaut-elle ?

Je ne mets pas en doute le sérieux de l’institut ou les capacités et l’expérience professionnelle du formateur, mais avant de mettre 3.700,00 EUR dans une formation (c’est le devis qu’on m’a fait parvenir), je voudrais être sûre qu’elle correspond bien à ce que je recherche.
D’autant plus que cet institut ne propose pas de traduction de ou vers l’allemand, si bien que les exercices de mise en application (auto-évaluations) doivent être effectués de l’anglais vers le français. Mon niveau en anglais étant correct, mais sans plus, cela me demanderait bien-sûr beaucoup plus de travail qu’une traduction depuis l’allemand.

Cette formation est-elle complète et forme-t-elle véritablement au métier de traducteur ? Est-elle "solide" et reconnue, ou juste intéressante à faire mais pas indispensable ?

A titre de comparaison : je sais calculer, mais la comptabilité, je n’y connais absolument rien.
En suivant une formation à distance de comptable, j’apprends le métier de A à Z, je passe un diplôme et j’en sors comptable. Formation absolument indispensable, pas seulement "nice to do".

La formation que je recherche devra être semblable. Or, je ne sais pas du tout ce qui m’attend chez ci3m. Cela me ferait mal de débourser autant d’argent et d’arriver au bout de la formation en me disant que certes, elle était intéressante à faire et que cela m’a obligée à travailler mon anglais, mais qu’elle ne m’a pas permis d’acquérir le « bagage professionnel » que je recherche.

Si donc quelqu’un parmi vous a suivi cette formation ou la connaît, ce serait très gentil de me conter son expérience.

Désolée d’avoir été un peu longue et merci de m’avoir lue.

Bien à vous
HollyAnn


 

Nelia Fahloun (X)  Identity Verified
France
Local time: 17:17
English to French
+ ...
Info May 20, 2012

Bonjour,

Je connais 1 personne qui suit actuellement cette formation, et en semble satisfaite. Cela dit, cette personne travaille en combinaison français > anglais (pas d'allemand). La formation est peut-être un peu chère (et ne débouche pas sur un diplôme), et elle risque de ne vous profiter qu'en partie si les combinaisons de langues ne sont pas les bonnes.

Lors du dernier "Café des traducteurs" de Rennes, nous avons évoqué ce point, car une des personnes présentes était dans un cas similaire au vôtre. S'il est vrai qu'en France, il est souvent important, voire indispensable d'avoir des diplômes, ce n'est pas forcément le cas dans le secteur de la traduction. Il existe de nombreux profils très différents de traducteurs, dont beaucoup qui ont eu une autre vie professionnelle avant et sont arrivés à la traduction car ils avaient deux langues maternelles ou parce qu'ils avaient parfait leurs compétences linguistiques lors de séjours longs à l'étranger ou de périodes d'expatriation. Peu d'entre eux ont repris des études pour se reconvertir : ce n'est pas une obligation.

Je vous conseillerais d'essayer de vous rapprocher de quelques traducteurs en exercice vivant près de chez vous (essayez les Pages jaunes, l'annuaire de ProZ, celui de la SFT ou d'Aprotrad), pour leur demander s'ils seraient prêts à vous accorder un entretien pour échanger sur votre projet et vos motivations.

Cordialement,

Nelia


 

SBtranslations  Identity Verified
France
Local time: 17:17
English to French
+ ...
Pourquoi pas passer un examen auprès d'organisme reconnu ? May 20, 2012

Bonjour Anne,

Des formations à distance à ma connaissance, il n'y en a pas, après mon retour en France, j'ai espéré trouver une solution pour valider le master en traduction que j'avais entamé en Allemagne, mais la seule alternative; c'est de passer un examen auprès de la Handelskammer en Allemagne http://www.proz.com/forum/german/118784-staatliche_prüfung_zum_Übersetzer_in_berlin.html et auprès de l'Intitute of linguistic http://www.iol.org.uk/ au RU par exemple, pour avoir un titre reconnu par l'Etat faute diplôme.

Mais, pour passer cet examen, il faut se préparer quand même et vous pouvez demander à la chambre de commerce ciblée, un examplaire des examens précédants dans votre cas, c'est un atout puisqu'en principe, les examens portent surtout sur le secteur de l'économie, finance et politique essentiellement.

Pour le côté pratique, il faut s'exercer et peut-être aussi demander l'assistance d'un mentor, via le site.

Evidemment, cela suppose des frais, mais en tout cas, moins de 5000 euros.

Cordialement

Sarah


 

Catherine GUILLIAUMET  Identity Verified
Local time: 17:17
English to French
+ ...
Quelques stats pour éclairer le sujet May 20, 2012

Bonsoir Anne,

À ta place, avec ton expérience professionnelle, je ne me préoccuperais pas autant des diplômes.

À l'appui de ma réflexion, les résultats de quelques sondages effectués ici-même sur ProZ :

1) Question : Do you have a bachelor's or higher degree in translation? Le 08-01-12
Yes 47.3%
No 47.2%
Other - N/A 5.5%
1490 vote(s).
Voir la discussion : http://www.proz.com/forum/poll_discussion/215590-poll:_do_you_have_a_bachelors_or_higher_degree_in_translation.html

2) Question : Do universities prepare translators/interpreters sufficiently for the life in the industry? Le 21-10-11

No 45.8%
Yes, but partially 37.1%
Other - N/A 13.9%
Yes, definitely 3.2%
1706 vote(s).

Voir la discussion : http://www.proz.com/forum/poll_discussion/210271-poll:_do_universities_prepare_translators_interpreters_sufficiently_for_the_life_in_the_industry.html


3) Question : Did you start your translation career in a translation agency (in-house position)?
Le 09-08-11
No 77.5%
Yes 18.7%
Other - N/A 3.7%
1686 vote(s).

Voir la discussion : http://www.proz.com/forum/poll_discussion/204916-poll:_did_you_start_your_translation_career_in_a_translation_agency_in_house_position.html

4) Une discussion intéressante ici :
http://www.proz.com/forum/poll_discussion/199774-poll:_can_translation_be_taught_as_a_skill.html

5) Et surtout celle-ci : (dommage, les résultats du sondage ne sont plus disponibles)
http://www.proz.com/forum/poll_discussion/134849-poll:_is_it_necessary_to_have_formal_translation_training_to_be_a_good_translator.html


À méditer !

Bonne soirée
Catherine


 

HollyAnn
France
Local time: 17:17
French to German
+ ...
TOPIC STARTER
Un peu perdue... May 21, 2012

Bonsoir,

Merci à vous toutes pour vos réponses et vos précieuses informations.

Ce n'est pas tant le diplôme que je recherche, donc le fait que la formation proposée par ci3m ne soit pas diplômante n'est pas vraiment gênante. Mais à défaut d'être diplômante, à ce prix-là, elle devra être sérieuse et véritablement m'enseigner les outils et méthodes de traduction, afin que je puisse postuler à des offres d'emploi en tant que traductrice avec au moins une solide référence concernant la formation suivie.
Après, je sais bien que même avec un diplôme ou un beau CV, je devrai toujours passer des tests de traduction avant embauche, par lesquels un employeur s'assurera de mes compétences et de la qualité de mes traductions. Une absence de diplômes peut donc être compensée par une réussite des tests à l'embauche.
Seulement, le CV et la lettre de motivation étant le premier contact avec un futur employeur, je pense que mes candidatures auront plus de poids si je peux me prévaloir d'une solide formation suivie dans ce domaine.

Mon frère est traducteur en Suisse. Il a suivi le parcours classique: Université (Langues Etrangères Appliquées) jusqu'à la maîtrise, puis une école de traduction à Genève pendant 2 ans. Il me dit aussi de ne pas courir après les diplômes, que je devrai, de toutes façons, faire mes preuves avant d'être embauchée, que ce qui compte, ce sont les réelles compétences en traduction.

Ceci étant, il a quand-même suivi des études pour être traducteur. Notamment à Genève, on lui a bien enseigné, de manière tout à fait concrète, l'art de la traduction. Je ne compte pas les années à l'Université, sachant bien qu'une bonne partie du programme de LEA comprend, en plus des cours de langue (dont je n'ai pas besoin), beaucoup de blabla sur l'Histoire du pays, son économie, sa géographie, son système politique et judiciaire, sa société, etc.

Jusqu'ici, les traductions que j'ai eu à effectuer au sein de ma banque, je les ai effectuées, comment dire, de façon "artisanale". N'ayant pas connaissance des méthodes de travail de "vrais" traducteurs, je me suis débrouillée. Le résultat était tout à fait honorable. Il m'est arrivée de traduire des textes juridiques compliqués, mon employeur ne pouvant attendre la publication, bien des semaines plus tard, de la traduction "officielle". En comparant mes traductions aux traductions publiées postérieurement, il m'était bien difficile de différencier les deux, tant mes traductions étaient proches des traductions officielles, faites par un "pro".

Je ne m'inquiète donc pas trop de la qualité de mes traductions. Cependant, pour traduire en tant que professionnelle, il me faudra maîtriser certaines méthodes de traduction, qui me permettront de traduire de manière efficace et organisée, sans perte de temps inutile.
Même si mes traductions étaient plus que satisfaisantes, j'ai perdu beaucoup de temps à tâtonner et à "bricoler", ce que je ne pourrai me permettre si je fais de la traduction mon métier.

Je me demande donc si ci3m prépare bien, dans ce domaine, au métier de traducteur, s'ils m'apprennent véritablement comment préparer, organiser, effectuer et retravailler une traduction. A 3.700,00 EUR la formation, je n'ai pas envie de passer des heures et des heures à me "farcir" (excusez l'expression) l'histoire de la traduction et son évolution depuis la nuit des temps à aujourd'hui. Certainement intéressants à connaître, mais que je peux trouver pour nettement moins cher dans un certain nombre de livres.

ci3m m'a écrit:"La formation enseigne la traduction de l'anglais vers le français et se base sur des documents de travail, des mises en application et des exemples en anglais. Nous ne pouvons vous proposer l'allemand comme langue de travail pour cette formation. Cependant, il vous est tout à fait possible de suivre cette formation en traduction généraliste. Toute la théorie présente pendant la formation est directement applicable à d'autres langues de travail.
La formation ne forme pas en langue mais bien aux techniques. Vous pouvez donc suivre la formation avec les documents en anglais mis en ligne, et adapter vos travaux personnels, vos recherches et autres documents à votre langue de travail."

Je suis un peu perdue. Je suis bien tentée par cette formation, si elle propose effectivement ce qu'elle annonce. Le fait que les traductions soient depuis l'anglais m'embête un peu, mais à défaut d'avoir trouvé autre chose, je suis prête à faire avec.

Mon frère traducteur, lui, me dit que cela fait cher payé pour une formation à distance et qu'il n'a jamais entendu parler de cet institut, ni de son formateur. Se pose donc la question de savoir si c'est vraiment LA référence et si la formation est à la hauteur de ce que j'en attends.

D'où l'intérêt d'avoir l'écho de quelqu'un qui a effectivement suivi la formation en question et qui pourra m'en dire davantage.

@Nelia: Vous serait-il possible de demander à votre connaissance, qui suit cette formation, de venir jeter un coup d'œil dans ce forum ? Son avis me serait certainement d'une grande aide.

Cordialement
HollyAnn


 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 17:17
Member (2007)
German to French
+ ...
ci3m May 21, 2012

HollyAnn,

Si si, Gouadec est réellement une référence dans le métier. LA référence, je ne sais pas, mais je ne sais même pas s'il existe qui que ce soit qui puisse se targuer d'être LA référence dans notre métier pas du tout médiatisé et globalement anonyme.
Mais en tout état de cause, Gouadec et les autres professionnels de ci3m sont des gens sérieux, il n'y a pas de doute à avoir là-dessus.
Après, ce n'est pas parce qu'ils sont sérieux que la formation te convient forcément. Moi aussi je me suis renseignée pour une (autre) formation chez eux et j'hésite, alors je comprends tes tergiversations.
Je crois qu'il faudrait faire un point précis sur tes besoins.
Tu parles de "l'art de la traduction", mais là tu fais fausse route, aucune formation ne t'apprendra l'art de la traduction, tout au plus quelques techniques.
Ensuite, tu parles de "préparer, organiser, effectuer et retravailler une traduction" : qu'entends-tu par là exactement ? Organiser ton temps ? Tes fichiers informatiques ? Savoir les préparer avec un outil de TAO ? Ou autre chose que je n'ai pas saisi ? Si la réponse correspond à mes trois premières hypothèses, je n'ai pas l'impression que ce soit compris dans la formation proposée.

Si je comprends bien tes propos, tu sais traduire et tu n'as pas vraiment besoin de l'apprendre. C'est déjà l'essentiel. Parfois, ce qui peut manquer à des gens comme toi, ce sont des compétences annexes : administratives, informatiques... Mais je n'ai pas l'impression que tout ça soit visé par la formation que tu envisages. Alors ne serait-il pas plus efficace de faire des formations ciblées sur ces sujets-là auprès de ta chambre de commerce ou d'autres organismes de formation ?

[Modifié le 2012-05-21 07:34 GMT]


 

nordiste  Identity Verified
France
Local time: 17:17
English to French
+ ...
traducteur salarié ? May 21, 2012

Dans votre projet je note que vous parlez de commencer comme traducteur salarié avant de passer à votre compte.

La situation de" traducteur salarié" a quasiment disparu en France. Les entreprises de traduction (agences), comme les services de traduction des grandes entreprises, se composent d'anciens traducteurs qui coordonnent les projets de traduction, éventuellement font des relectures mais presque plus de traductions. Ces dernières sont confiées à des traducteurs indépendants.

A moins d'avoir la certitude que votre employeur, ou un autre que vous connaissez déjà, acceptera de vous garder comme traductrice après une conversion, il n'est pas réaliste d'envisager de devenir traducteur salarié aujourd'hui en France.

Les organismes internationaux organisent des concours de recrutement de traducteurs de temps en temps, c'est à peu près la seule solution pour ne pas être indépendant.

A noter que travailler quelque temps en agence de traduction peut représenter un bon moyen de connaître les ficelles du métier, mais c'est plutôt mal payé et la préférence va aux stagiaires/jeunes diplômés qui resteront juste un an ou deux, le temps de se préparer à voler de leurs propres ailes.

Comme Sophie, je pense qu'un diplôme de traduction ne vous apportera sans doute pas ce que vous cherchez. Vous avez une expérience de la banque et de la finance (un diplôme ?) , c'est ce qui intéressera avant tout vos futurs clients et vous permettra d'emblée de parler le même langage qu'eux.

C'est une bonne idée de rencontrer des traducteurs pour voir ce qui vous manque par rapport à la pratique du métier : informatique, TAO, gestion de sa petite entreprise, démarche de recherche de clientèle. Ensuite vous pourrez cibler comment acquérir ces connaissances auprès de la chambre de commerce, les associations et syndicats de traducteurs en France ou en Allemagne (SFT, BDÜ).

Je confirme l'excellente réputation de Daniel Gaoudec dans le milieu, mais ses formations ne concernent que l'anglais.

Dernière piste : avez-vous posé aussi la question sur le forum allemand ?


 

Schtroumpf
Local time: 17:17
German to French
+ ...
Encore un autre point May 21, 2012

Il y a déjà beaucoup de choses intéressantes dans les réponses de mes collègues.

Quant à l'aspect bassement matériel et les 3700 EUR à dépenser, je m'étonne que vous n'ayez pas mentionné les possibilités de financement par les fonds de formation. Vous avez travaillé pendant des années, et quel que soit votre statut, vous avez normalement acquis des droits à financement pour les évolutions professionnelles que vous envisagez.

Vous êtes-vous renseignée à ce sujet ?


 

HollyAnn
France
Local time: 17:17
French to German
+ ...
TOPIC STARTER
Suite... May 21, 2012

Bonjour,

Merci déjà de m’avoir rassurée quant au sérieux de ci3m et de ses formateurs. Mes premiers contacts avec eux étaient rassurants, mais vu l’investissement financier envisagé, je voulais être sûre de faire le bon choix. Ce n’est pas que ces 3.700,00 EUR me ruineraient, mais j’ai laissé, il y a quelques années, pas mal d’argent et mes illusions dans une formation qui ne me convenait pas du tout et pour laquelle je n’ai d’ailleurs pas été jusqu’au bout. Du temps et de l’argent perdus, d’où mes hésitations.

Concernant une éventuelle prise en charge du coût de la formation, je me suis renseignée. C’est un peu compliqué, car je suis Française habitant en France et je travaille au Luxembourg. Pour les organismes français, je ne suis pas dans une situation de besoin de formation : j’ai un CDI au Luxembourg, un poste à responsabilités assez bien payé. Et vu que je cotise au Luxembourg, il n’y a pas de raison qu’ils me financent quoi que ce soit, je n’ai qu’à aller voir de ce côté-là. Quant au Luxembourg, c’est un peu le même discours. Ils financent les "vrais" besoins de formation (et cela prioritairement aux Luxembourgeois). Pour eux, quelqu’un qui veut changer de travail ou de métier pour des raisons personnelles ne rentre pas dans leurs critères de "besoin". Si je perdais mon job et étais obligée de me reconvertir, ce serait autre chose. Mais tel n’est pas le cas.
Quant à mon employeur, une banque allemande, elle financerait, du moins partiellement, une formation, mais à 2 conditions : que ce soit une formation directement en relation avec mon poste (c’est un peu limite : officiellement, je ne suis pas traductrice chez eux, même s’ils font appel à moi lorsqu’ils ont besoin des services d’un traducteur, mais employée du middle-office. Et la traduction ne fait pas partie des tâches d’une employée du middle-office…). Deuxième condition : que je m’engage à ne pas partir avant 2 ans. Je comprends qu’ils ne veulent pas investir pour me voir partir ensuite. Ce qui n’est pas possible.

Car c’est justement pour pouvoir partir le plus rapidement possible que je voudrais me former correctement au métier de traducteur. Pour des raisons d’ordre privé, je souhaite quitter la Lorraine pour m’installer en Haute-Savoie, près de la frontière suisse. Pour travailler en Suisse, à Genève ou dans les environs. J’ai d’ailleurs déjà quelques pistes très concrètes. D’où aussi mon projet de traductrice salariée, car cela est courant en Suisse. Je n’exclus pas de m’installer à mon compte plus tard, afin de pouvoir concilier vie familiale et professionnelle, mais quitter un CDI pour m’installer directement à mon compte me paraît trop risqué.

@nordiste : Non, je n’ai pas de diplôme dans le secteur de la finance. De formation et de diplôme, je suis secrétaire bilingue allemand et arrivée par hasard dans le secteur bancaire il y a 12 ans. Mais je pense que 12 ans d’expérience professionnelle dans une banque sont un sérieux atout si je recherche un poste de traductrice dans ce même secteur.

L’art de la traduction… Non, ce n’est pas à la gestion du temps et aux outils informatiques ou autres que je pensais. Cela viendra certainement plus tard…
C’est plutôt à "comment approcher une traduction, comment la décortiquer, comment la travailler" que je pensais. On ne traduit pas un texte en commençant par la première phrase et en avançant mot par mot, en faisant une traduction littérale. Il y a des méthodes pour traduire, des règles à respecter. Il y a des choses à savoir, un travail préparatoire à faire avant de se lancer, des relectures en cours et après la traduction. J’en ai discuté assez longuement avec mon frère, qui est de bon conseil mais qui ne peut pas se substituer à une formation.

C’est un peu comme le jardinier : il ne peut pas se précipiter dans son jardin dès que l’envie lui prend de planter. Il y a des conditions : il faut que la saison s’y prête, la météo, que le semis soit fait pour ce qu’il veut obtenir. Et avant de semer, il y a tout un travail de préparation (bêchage, arrachage des mauvaises herbes, engrais, etc.). Et une fois qu’il a semé, il y a tout un travail derrière (arrosage, encore du bêchage, repiquage des jeunes pousses …).

Pour l’instant, je suis le jardinier qui commence, sans préparatifs, à semer et qui se rend compte en cours de route qu’il a zappé des étapes et qu’il doit s’interrompre pour bêcher un coup par-ci, arracher de mauvaises herbes par-là… Ce qui prend du temps, alourdit le travail et aura certainement un impact sur le résultat obtenu. Il y a d’un côté le « pro » qui travaille efficacement et avec système, et de l’autre côté le jardinier amateur qui se débrouille tant qu’il peut et qui bidouille. La récolte ne sera pas la même…

Et puis, on ne traduit pas un texte juridique de la même façon qu’un mode d’emploi grand-public pour machine à laver ou un roman à l’eau de rose. L’approche est différente, le style, les libertés qu’on peut se permettre dans la traduction.

Bref, ce sont toutes des choses que j’ignore et que j’ai besoin d’apprendre. Je sais bien que c’est en traduisant qu’on apprend à traduire et les finesses du métier, mais il me faut quand-même un bagage de départ pour pouvoir me lancer de façon sérieuse.

Quant au forum allemand, non, je n’y ai pas posé la question. Je n’ai pas encore terminé de l’éplucher, mais pour l’instant, je n’ai pas trouvé les réponses ou pistes que je recherche.

HollyAnn


 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 17:17
Member (2007)
German to French
+ ...
Suite May 22, 2012

Salut HollyAnn,

Hm, je suis un peu sceptique suite à ces précisions de ta part...

Traduire un texte en commençant par la première phrase et en terminant par la dernière, c'est ce que je fais la plupart du temps. Je ne fais aucune préparation avant la traduction, sauf technique (alignement, formatage, conversion de fichier). Et pourtant, j'ai suivi une formation de traduction, mais on ne m'y a rien appris de spécial à ce sujet. Je crois que la seule chose qu'on m'ait apprise en termes de préparation, c'est de lire d'abord le texte en entier, mais même ça je ne le fais presque jamais ! C'est de la belle théorie d'école, mais dans la vraie vie, on n'a pas le temps. Et d'ailleurs, pour un certains nombre de textes (chaînes logicielles par exemple), ça n'aurait de toute façon aucun sens.
Après, ça n'empêche pas que d'autres fassent autrement, j'imagine que certains lisent le texte et font les recherches terminologiques avant de commencer à traduire au lieu de les faire au fil de l'eau comme moi, mais franchement, j'ai envie de dire que : 1/ ça n'a aucune importance, chacun fait ce qui lui semble le plus pratique 2/ c'est pas une formation qui va te l'apprendre.

Pour la relecture, c'est un peu pareil, chacun a sa petite sauce, ceux qui ne peuvent rien faire sans imprimer, ceux qui veulent toujours du bilingue, ceux qui ont forcément besoin de "dormir dessus", etc.

Pareil pour le style, ou les libertés qu'on a le droit de prendre... Tu ne trouveras pas deux traducteurs d'accord sur ces questions ! Alors, certes, je comprends que tu aies envie de connaître le spectre des possibles, mais à mon avis, ce n'est pas dans une formation académique qu'on apprend ça, mais en échangeant avec les confrères, en relisant les traductions d'autrui, etc.

De plus, je n'avais pas compris que tu te destinais au salariat. Sauf si tu es amenée à créer un service de traduction et non pas à intégrer un service existant, il ne faut pas se faire d'illusions : 1/ les collègues t'apprendront comment ils font et 2/ il sera même certainement assez recommandé que tu fasses comme eux ! (voire obligatoire si tu tombes dans le genre de boîte qui croule sous les normes et certifications)


 

Julien Ma
Local time: 17:17
English to French
Sonder le terrain May 26, 2012

HollyAnn wrote:

Bonjour,

J’ai 40 ans et après 12 années d’expérience professionnelle dans le secteur financier (dans une banque d’investissements : back-office, middle-office, service clients), je souhaite me réorienter dans la traduction (traductrice salariée d’abord, éventuellement free-lance par la suite).

Je suis parfaitement bilingue français-allemand (j’ai deux langues maternelles) et ai fréquemment dû effectuer des traductions du français vers l’allemand et de l’allemand vers le français dans le cadre de mon emploi à la banque.

Je maîtrise parfaitement les deux langues, non seulement grammaire, orthographe, vocabulaire, etc., mais aussi en ce qui concerne les finesses et nuances de ces langues, ce qui me permet de traduire facilement et avec aisance dans un sens comme dans l’autre.

N’ayant aucun diplôme de traducteur et estimant qu’une telle (cf. précédemment) présentation de mes compétences dans un CV serait un peu "light", je souhaite effectuer une formation à distance de traducteur. Formation à distance, car je ne peux pas m’arrêter de travailler pour reprendre des études classiques (Université / Ecole de Traducteurs). J’ai aussi passé l’âge de reprendre autre chose que des études courtes.

Je me suis beaucoup renseignée sur les formations à distance de traducteur (France, Allemagne, Suisse). L’Allemagne propose une formation de "Staatlich geprüfter Übersetzer", càd traducteur avec un diplôme d’Etat à la clé, mais il s’agit d’une formation sur 2 ans et pas intégralement à distance, ce qui ne convient malheureusement pas. Sans compter le prix (près de 5.000 EUR).

En France, j’ai trouvé la "Formation en traduction à distance" proposée par ci3m.
Formation entièrement à distance, sur 12 mois.
Formateur : Daniel Gouadec. Ancien Maître de Conférences et Professeur à l’Université de Rennes 2. Souvent présenté comme LE Monsieur Traduction en France.

Donc voilà ma question : qui a suivi cette formation et que vaut-elle ?

Je ne mets pas en doute le sérieux de l’institut ou les capacités et l’expérience professionnelle du formateur, mais avant de mettre 3.700,00 EUR dans une formation (c’est le devis qu’on m’a fait parvenir), je voudrais être sûre qu’elle correspond bien à ce que je recherche.
D’autant plus que cet institut ne propose pas de traduction de ou vers l’allemand, si bien que les exercices de mise en application (auto-évaluations) doivent être effectués de l’anglais vers le français. Mon niveau en anglais étant correct, mais sans plus, cela me demanderait bien-sûr beaucoup plus de travail qu’une traduction depuis l’allemand.

Cette formation est-elle complète et forme-t-elle véritablement au métier de traducteur ? Est-elle "solide" et reconnue, ou juste intéressante à faire mais pas indispensable ?

A titre de comparaison : je sais calculer, mais la comptabilité, je n’y connais absolument rien.
En suivant une formation à distance de comptable, j’apprends le métier de A à Z, je passe un diplôme et j’en sors comptable. Formation absolument indispensable, pas seulement "nice to do".

La formation que je recherche devra être semblable. Or, je ne sais pas du tout ce qui m’attend chez ci3m. Cela me ferait mal de débourser autant d’argent et d’arriver au bout de la formation en me disant que certes, elle était intéressante à faire et que cela m’a obligée à travailler mon anglais, mais qu’elle ne m’a pas permis d’acquérir le « bagage professionnel » que je recherche.

Si donc quelqu’un parmi vous a suivi cette formation ou la connaît, ce serait très gentil de me conter son expérience.

Désolée d’avoir été un peu longue et merci de m’avoir lue.

Bien à vous
HollyAnn


Mes collègues t'ont donné de bons éléments de réponse. Les chiffres donnés par Catherine sont notamment édifiants.

D'une manière générale, il me semble que tu te poses beaucoup trop de questions.

Vu le prix délirant de la formation, ton âge etc, pourquoi ne pas d'abord essayer de trouver du travail dans la traduction sans formation ou diplôme? De te former sur le tas?

Si vraiment ça ne marche pas, que tu constates une réticence des employeurs et/ou que les évaluations de tes trad' sont mauvaises, alors oui tu pourras envisager une formation pour augmenter tes chances d'être embauché et/ou d'être plus performante en traduction.

Mais vu tes compétences, ton expérience tu peut y arriver sans diplôme.

Tu as toi-même constaté que tes traductions "artisanales", comme tu dis, sont du même niveau que celles faites par un pro.

Je comprendrais tes nombreuses interrogations si tu avais constaté un gros écart de niveau entre tes trad' et celles d'un pro, mais là franchement ça a l'air bonnet blanc et blanc bonnet.

Tu n'as à priori pas de manques à combler en terme de formation... donc autant garder les 3700 Euros dans ta pocheicon_wink.gif


 

katell94 (X)
D'autres avis sur Ci3M Aug 1, 2012

Également intéressée par CI3M,
pour les mêmes raisons que HollyAnne,
je souhaiterais avoir les avis de personnes ayant suivi cette formation.
Ce qui me gêne également, c'est le fait que la langue de travail est uniquement l'anglais, alors que comme HollyAnne c'est l'allemand qui m'intéresse.

Je suis en fin de carrière professionnelle (55 ans cette année) et après une formation de secrétaire trilingue anglais-allemand, j'ai travaillé 4 ans en Allemagne dans une ANPE spécialisée, puis dans différentes sociétés en France en qualité d'assistante commerciale bilingue voire trilingue. J'ai passé l'examen d'allemand commercial de la chambre de commerce franco-allemande en 2002.
Comme HollyAnne j'ai effectué beaucoup de traductions commerciales, techniques parfois même juridiques. J'envisage de travailler peut-être comme traductrice indépendante,
pour avoir à terme lorsque je serai en retraite, une activité me permettant un gain financier supplémentaire. En tout cas, je recherche une formation me permettant d'acquérir les techniques de la traduction.

J'ai contacté Ci3M et un mail m'a été adressé avec un dossier et un test d'admission en m'indiquant que j'avais 3 jours pour le compléter et le renvoyer. Curieux car lors d'un précédent contact en 2010, on me laissait tout le temps nécessaire pour réaliser ce test.
Donc vu le coût de cette formation, même si elle peut être prise en charge, je suis un peu sceptique.

Qu'en pensez-vous ? Merci par avance de votre aide.


 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 17:17
Member (2007)
German to French
+ ...
Mais honnêtement, Katell Aug 2, 2012

je ne comprends pas à quoi peut bien te servir une telle formation ? Tu sais déjà traduire, tu as déjà des diplômes pertinents, tu as une expérience longue comme le bras... Et je ne vois pas de sens à investir dans une formation si coûteuse en fin de carrière.

 

Paul Harrison MITI
United Kingdom
Local time: 16:17
French to English
Salaire et formations Aug 2, 2012

nordiste wrote:


La situation de" traducteur salarié" a quasiment disparu en France. Les entreprises de traduction (agences), comme les services de traduction des grandes entreprises, se composent d'anciens traducteurs qui coordonnent les projets de traduction, éventuellement font des relectures mais presque plus de traductions. Ces dernières sont confiées à des traducteurs indépendants.



Quasiment disparu mais pas tout à fait. Cependant, après avoir investi plusieurs milliers d'euros dans une formation vous risquez d'être un peu déçue du salaire d'un traducteur interne, sauf si vous le considérez comme une partie du chemin vers le statut de "traducteur chevronné".

Moi à votre place, je tenterais de apprendre sur le tas, comme disent mes collèges ci-dessus, jouant sur votre expérience dans le secteur financier. Je suis sur que si vous vous approchez à une agence spécialisée ce serait vos compétences dans la domaine qui comptent plus que votre (manque de) formation en traduction.

Finalement, à mon avis si vous allez dépenser un somme important dans une formation, il vaut mieux que ce soit reconnue par la profession et diplômante, ainsi apportant un valeur ajouté au-delà des compétences apprises.


 

HollyAnn
France
Local time: 17:17
French to German
+ ...
TOPIC STARTER
Où en sont mes projets... Aug 2, 2012

Bonjour à tous et à toutes,

Cela fait un petit moment que je ne suis pas venue sur le site. Beaucoup de travail depuis quelques mois et beaucoup de temps investi à retravailler mon CV et à faire des rechercher concernant mon avenir professionnel.

Je tiens à tous vous remercier pour vos précieux conseils.
Vous avez raison concernant cette formation. Elle coûte très cher et ne m’apportera pas vraiment ce que je recherche. J’y ai donc renoncé.

La première étape de ma réorientation professionnelle sera la recherche d’un emploi de traductrice salariée en Suisse. J’ai pris pas mal de renseignements de ce côté-là, notamment en ce qui concerne salaire, cotisations, impôts, permis de travail en Suisse, etc.
Parallèlement, je me suis documentée sur la possibilité de m’installer à mon compte, mais l’indépendance n’est pas envisageable dans un avenir proche. Trop risquée car il faudrait avoir un capital pour pouvoir « tenir » au cas (probable) où les affaires ne marcheraient pas bien tout de suite. De plus, je dois changer de région (déménagement de la Moselle vers la Haute-Savoie) et sachant que tout propriétaire me demandera des garanties avant de me louer un bien, j’ai plutôt intérêt à pouvoir présenter un contrat de travail avec salaire fixe plutôt que d’annoncer que je suis à mon compte et que les rentrées d’argent sont incertaines.
Toutefois, j’envisage de cumuler emploi salarié et traduction free-lance. Le marché est là, donc autant me faire des contacts parallèlement à un emploi salarié et préparer ainsi, pourquoi pas, une installation à mon compte d’ici 2 ou 3 ans.

Mes premières candidatures partiront au courrier la semaine prochaine.
Un RDV avec les services fiscaux sera pris à la rentrée de septembre afin d’avoir des renseignements concrets et fiables concernant l’imposition en tant que frontalière salariée en Suisse cumulant une activité indépendante en France.

Pas mal de pistes, bien des balises déjà posées.
Acquisition du matériel informatique nécessaire, du logiciel Trados sur lequel je prévois de passer du temps durant les prochaines semaines, car pas encore familiarisée avec.
Un premier mandat de traduction, mais pour un autre de mes frères et que je lui ferai gratuitement car il en a besoin pour sa jeune entreprise et pas vraiment de budget pour cela.
Cela me permettra de m’initier au maniement de Trados et mon frère, en contrepartie, me fera profiter de ses contacts professionnels en Rhône-Alpes.
Cela commence donc à devenir concret.icon_smile.gif

HollyAnn


 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Formation traducteur par ci3m: demande de renseignements

Advanced search






SDL Trados Studio 2019 Freelance
The leading translation software used by over 250,000 translators.

SDL Trados Studio 2019 has evolved to bring translators a brand new experience. Designed with user experience at its core, Studio 2019 transforms how new users get up and running, helps experienced users make the most of the powerful features, ensures new

More info »
Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search