Traductions pour l'UE et valeur des traducteurs
Thread poster: Helene Diu

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 00:35
Member (2004)
English to French
Jun 5, 2012

Bonjour,

L'UE a lancé il y a quelques semaines un appel d'offres pour des traductions dans le domaine de la chimie, de la biochimie et autre. Au vu de la spécificité du sujet, les traducteurs devaient répondre à certains critères spécifiques, parmi lesquels un certain niveau d'études universitaires et de diplôme, et une certaine expérience de traduction dans le domaine spécifié ou dans le domaine général.

Ayant été sollicitée par plusieurs agences désireuses de monter un dossier, j'ai fourni les pièces demandées. Au milieu de toute la paperasse, il a peu souvent été question de tarifs. Seules deux agences me les ont demandés, et parmi ces deux agences, l'une m'a informée que mon tarif (0,10) était plus élevé que ceux de mes collègues (collègues : 0,07-0,08 euro du mot source), et que dans le contexte fortement concurrentiel des traductions pour l'UE, je serais donc moins sollicitée que lesdits collègues.

J'ai immédiatement demandé le retrait de ma candidature, ne souhaitant pas participer à l'obtention éventuelle d'un marché dont je ne profiterais pas en raison de mes tarifs, mais que je contribuerais peut-être à faire gagner en raison d'un "bon" profil (tout en restant modeste, bien entendu, puisque mon profil ne représente qu'une petite page dans le dossier sans doute très fourni de l'offre de l'agence - mais tout de même, j'ose penser que la qualité de l'équipe de traduction proposée compte quelque peu dans les critères d'évaluation des offres ?).

Bref. Ayant déjà traduit pour les institutions européennes via des agences, j'ai pu constater le niveau d'exigences de ce type de traduction, ainsi que les délais de réalisation généralement courts.

Et donc, voici ce à quoi je souhaitais arriver : pour des traductions dans un domaine spécialisé, destinées aux institutions européennes, il n'est pas possible, en tant que traducteur, d'appliquer un tarif plus élevé que 0,07-0,08 ? Des années d'études, des années d'expérience, du travail soigné, et nous valons ce tarif ? D'où vient le problème - car il me semble que c'en est un ?

Des agences et de leurs marges ? (je ne les connais pas)
Des collègues qui bradent leur expérience et leurs compétences ?
Des institutions qui font pression sur les tarifs ?

Ou bien, est-ce qu'en fait il n'y pas de problème ? Tout ceci est normal dans un marché libéral et régi par la libre-concurrence et c'est moi qui fais simplement preuve d'un orgueil mal placé ?

Bref, vos témoignages et avis sont les bienvenus, car je n'arrive pas à savoir si c'est le marché qui va mal, ou bien moi...

Hélène


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 00:35
Member (2007)
German to French
+ ...
Les deux mon général Jun 5, 2012

Helene Diu wrote:

Bref, vos témoignages et avis sont les bienvenus, car je n'arrive pas à savoir si c'est le marché qui va mal, ou bien moi...



J'ai connu à l'époque les mêmes questions avec l'OCDE, pour qui je n'ai donc jamais travaillé. Ils n'arrêtent cependant pas de m'envoyer en direct leurs avis de concours malgré ma demande d'en rester là.

Pour la chimie, j'ai, pardon, j'avais un partenaire de Louvain, pour qui je ne travaille plus depuis quelques années pour cause de clauses contractuelles et tarifaires absurdes.

Il n'en demeure pas moins qu'il me harcèle depuis quelques semaines sur ce topo, preuve qu'ils ne trouvent pas à leurs conditions. Je suis certain qu'il fait partie de ceux qui t'ont sollicité. Je ne réponds plus.

À force de devenir de plus en plus crétin le marché devrait être noté DDD s'il y a encore des bonnets d'âne à distribuer.

En revanche, là où tu ne vas bien, c'est non de t'insurger, c'est légitime, mais de perdre ton temps à répondre à des crétins. Ils ne le méritent pas.

Bonne continuation et sérénité,

A.E.


Direct link Reply with quote
 
xxxchristela
Problème connu Jun 5, 2012

Les agences qui répondent aux appels d'offres, notamment ceux de l'UE, se font tellement de concurrence qu'elles ne peuvent plus se permettre les services de traducteurs chevronnés pour qui 0,07-0,08 est largement en-dessous de leur prix de revient et la moitié de ce qu'ils facturent à d'autres clients, y compris d'autres agences. Ces dossiers sont donc un bricolage savant entre bons débutants, du chantage comme tu le mentionnes, des traductions sous-traitées à l'étranger et du travail fait maison pour lequel il manque juste un diplôme dans le dossier. Il y a une amélioration, qui est que les agences doivent maintenant prouver qu'elles travaillent depuis un certain temps avec ces mêmes traducteurs. Je te conseille d'aller faire un tour sur le site de l'UE et de voir si tu ne peux pas monter un dossier toi-même.

Direct link Reply with quote
 

LuciaC
United Kingdom
Local time: 23:35
English to Italian
+ ...
Lien Jun 5, 2012

Un lien avec des chiffres:

http://www.proz.com/forum/money_matters/205111-eu_institutions_translators_rates.html


En principe vous devriez pouvoir poser votre candidature directement, sans passer par une agence.


Direct link Reply with quote
 

Myriam Lunardi
Netherlands
Local time: 00:35
Dutch to French
Je me pose la même question Jun 5, 2012

10 ct me parait un tarif raisonnable pour des traductions dans un domaine spécialisé demandant d'avoir fait des études dans la branche ou des références solides. Mais les agences privilégient franchement le prix sur la qualité. De la part de certaines, cela ne me surprend ni ne me choque (elles ne se targuent pas d'offrir une grande qualité, mais surtout un service rapide), mais par contre, pour de tels contrats, oui cela me choque.
Deux hypothèses:
- le nombre d'intermédiaires devient tel que les prix dégringolent (comme dans la grande distribution avec les producteurs payés au lance pierre et tous les intermédiaires qui s'en mettent plein les poches). Il m'est arrivé de travailler pour une agence qui elle-même avait reçu commande d'une autre agence mandatée par une autre... Au bout du compte, forcément, le prix est ridicule. Un système pervers quand il devient une habitude.
- certains intermédiaires se font une marge honteuse: 50% pour le traducteur, pas de relecteur et 50% dans la poche... Si si, j'ai pu voir le mail que je n'aurais selon moi pas du voir. J'ai bossé deux semaines et lui max 1 jour en comptant les échanges avec le client, une vérification de ma traduction plus que rapide ('ça a l'air très bien') et les opérations de paiement... et on s'est fait la même somme! Malheureusement, le client final a trouvé moins cher ailleurs...
Cette course à toujours plus d'argent est folle et semble de plus en plus généralisée. Quand vont-ils se rendre compte que la qualité est importante et que c'est elle qui fidélise les clients intéressants?

[Modifié le 2012-06-05 15:22 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Philippe Etienne  Identity Verified
Spain
Local time: 00:35
Member
English to French
Mais tout est cher, ma bonne dame Jun 5, 2012

Helene Diu wrote:
Et donc, voici ce à quoi je souhaitais arriver : pour des traductions dans un domaine spécialisé, destinées aux institutions européennes, il n'est pas possible, en tant que traducteur, d'appliquer un tarif plus élevé que 0,07-0,08 ? Des années d'études, des années d'expérience, du travail soigné, et nous valons ce tarif ? D'où vient le problème - car il me semble que c'en est un ?

Des agences et de leurs marges ? (je ne les connais pas)
Des collègues qui bradent leur expérience et leurs compétences ?
Des institutions qui font pression sur les tarifs ?

Ou bien, est-ce qu'en fait il n'y pas de problème ? Tout ceci est normal dans un marché libéral et régi par la libre-concurrence et c'est moi qui fais simplement preuve d'un orgueil mal placé ?

Bref, vos témoignages et avis sont les bienvenus, car je n'arrive pas à savoir si c'est le marché qui va mal, ou bien moi...

Hélène

Je vois de quel AO il s'agit.

N'ayant aucun contrôle sur l'argumentaire de l'offre, son suivi et le prix au client final, ni aucune garantie d'être retenu si l'agence remporte la mise, je ne vois pas pourquoi je passerais du temps à me soumettre à des demandes assez poussées (attestation d'activité, nb de pages traduites dans tel domaine, etc.) avec un retour sur investissement quasi-nul.

Si en plus les conditions de travail sont difficiles et si 0.08 est considéré comme un tarif, c'est le pompon.

Aussi, il arrive souvent que des agences clients potentiels trouvent cher tout ce qui dépasse 0.08 en EN>FR, quel que soit le domaine, le texte, l'urgence, le public visé et la combinaison de langues. C'est comme ça.

Ah, il me semble avoir lu ici-même il y a quelques temps que très officiellement, le prix du mot payé par l'UE en telle année est du genre 0.25-0.27 euro*. Mais ce n'est pas parce qu'une robe de défilé coûte 30 barres que les petites mains sont mieux payées...

Philippe

*Edit: Désolé pour la fausse bonne nouvelle. Le fil de LuciaC donne la moitié de ce dont je me souvenais. Sur le site du service trad de la commission européenne (http://ec.europa.eu/dgs/translation/index_fr.htm), on donne 17M€ pour 587kpages en 2011, soit moins de 0.12. Affligeant quand on voit que les 300M€ de budget trad du service servent à traduire 2.11Mpages, soit un prix de revient de 0.50-0.60 le mot pour le contribuable européen

[Edited at 2012-06-05 20:32 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Philippe Etienne  Identity Verified
Spain
Local time: 00:35
Member
English to French
Honteux, vraiment? Jun 5, 2012

Myriam Lunardi-Kramer wrote:
...- certains intermédiaires se font une marge honteuse: 50% pour le traducteur, pas de relecteur et 50% dans la poche...

Quand je travaillais dans une société à Londres, on importait un produit de niche qu'on revendait 3 fois le prix d'achat tout compris (transport, assurance...). L'ajout de valeur se limitait à changer le carton d'emballage.

D'après ce que j'ai vu, revendre une traduction le double du prix d'achat est assez courant chez les agences à valeur ajoutée (elles y rajoutent une relecture tierce). Ca ne me choque pas. Si ça m'embêtait, j'achèterais une cravate, je prendrais ma mobylette et j'irais démarcher les clients moi-même pour leur vendre des traductions à 0.25. J'estime que le service qu'elles me rendent le vaut.

Philippe


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 00:35
Member (2004)
English to French
TOPIC STARTER
A propos des marges Jun 5, 2012

On s'éloigne du sujet, mais pour rebondir sur ce que dit Philippe : j'ai effectué il y a longtemps un job d'été dans une pharmacie, et entre autres "missions", j'étiquetais les produits de parapharmacie selon le principe simple suivant :

Prix de vente = Prix d'achat x 2

Et voilà !

Et pour en revenir au sujet, vos deux réactions me rassurent un peu tout de même. Au final, j'aurais dû moi-même répondre en mon nom à l'appel d'offre...

PS: merci pour le lien vers le sujet déjà traité, Lucia.

[Modifié le 2012-06-05 19:10 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Myriam Lunardi
Netherlands
Local time: 00:35
Dutch to French
sans valeur ajoutée Jun 5, 2012

Philippe Etienne wrote:

Myriam Lunardi-Kramer wrote:
...- certains intermédiaires se font une marge honteuse: 50% pour le traducteur, pas de relecteur et 50% dans la poche...

D'après ce que j'ai vu, revendre une traduction le double du prix d'achat est assez courant chez les agences à valeur ajoutée (elles y rajoutent une relecture tierce). Ca ne me choque pas.

D'où ma précision 'pas de relecteur'


Direct link Reply with quote
 
Paul VALET  Identity Verified
France
Local time: 00:35
Les "valeurs" de l'U.E. Jun 5, 2012

Ces agences se mettent en concurrence avec des traducteurs qui se respectent encore un peu, pour leur rafler des marchés. Pour cela, il leur faut vivre sur le dos de traducteurs sous-traitants qui ne se respectent plus.

L’U.E. risque de soutenir ces agences, pour plusieurs raisons. La Commission européenne est une église dont la religion est la concurrence. Entre contraintes budgétaires et besoins croissants, ses gestionnaires arbitrent de préférence au détriment de ses fournisseurs, pas de leurs salaires, lesquels sont indexés.


La notion de "valeur", de nos jours, n'a plus qu'un sens financier. "Créer de la valeur" ce n'est pas produire des biens ou des services intrinséquement de qualité ou utiles, c'est rapporter, par tout moyen légal, des dividendes supplémentaires aux investisseurs ou améliorer le compte de résultat d'une organisation.


L’U.E. profite du dumping fiscal et social intra-européen.

Par exemple, quand une agence située en République tchèque répond à un appel d’offres de l’UE incluant des besoins en traduction EN-FR, elle profite des conditions économiques, fiscales et sociales moins chères de son pays par rapport à celles de la France. Elle est donc mieux placée pour remporter le marché qu'une agence française, au regard de la partie de son compte d'exploitation qui concerne son propre fonctionnement.

De plus, si elle recrute pour ce dernier type de traduction des traducteurs français situés en Italie ou en Espagne, elle peut également obtenir des prix plus bas qu’en France pour sa sous-traitance. Dans ce contexte, les chances d’un développement de la traduction française en France me semblent réduites (voir le débat sur le coût du travail en France, qui ne concerne pas que les salariés).

Cela va dans le sens d’une déflation dans notre secteur en France, que l'on a également constatée dans la dégradation des conditions offertes par diverses organisations internationales depuis plusieurs décennies.

[Modifié le 2012-06-06 17:55 GMT]


Direct link Reply with quote
 

CFournier  Identity Verified
France
Local time: 00:35
Member (2008)
English to French
+ ...
Mon expérience Jun 13, 2012

Helene Diu wrote:


Et donc, voici ce à quoi je souhaitais arriver : pour des traductions dans un domaine spécialisé, destinées aux institutions européennes, il n'est pas possible, en tant que traducteur, d'appliquer un tarif plus élevé que 0,07-0,08 ?



Non, je ne pense pas, si l'on passe par une agence.

Des années d'études, des années d'expérience, du travail soigné, et nous valons ce tarif ? D'où vient le problème - car il me semble que c'en est un ?

Des agences et de leurs marges ? (je ne les connais pas)
Des collègues qui bradent leur expérience et leurs compétences ?
Des institutions qui font pression sur les tarifs ?



Je pense que beaucoup de traducteurs même spécialisés ne se rendent pas compte qu'aux tarifs pratiqués inférieurs à 10 ct/mot (et j'ai même envie de rajouter inférieur à X, X étant supérieur à 10), ils ne gagnent pas assez bien leur vie au vu du temps REEL passé à travailler ! Je parle pour ce que je connais, cad des traducteurs installés en France, travaillant à temps plein, et pas de ceux installés dans un pays où le coût de la vie est bien moins élevé et qui adaptent leur tarif en conséquence, leur permettant de vivre correctement (et Paul Valet n'a pas tort dans ses derniers commentaires).

J'ai comme toi été contactée par une douzaine d'agences attirées par mon profil qui collait parfaitement à leurs besoins, mais échaudée par l'appel d'offres similaire de 2008 pour lequel j'avais postulé via diverses agences à un tarif aux alentours de 9 ct je crois (j'étais alors aux abois suite à la ratification du protocole de Londres, nous en avions parlé à l'époque), agences qui ne m'ont jamais contactée par la suite (ou si peu), j'ai décidé...
...
de me lancer et de répondre individuellement à cet appel d'offres.

J'ai une expérience antérieure positive avec les AO de l'institution en question (qui ne rechigne visiblement pas à prendre des indépendants en contractants, voire qui en cherche ?), donc... à suivre.

Il faut qu'il y ait des agences (ou des groupements d'indépendants, mais le dossier est + compliqué à monter) qui répondent à ces AO pour absorber la charge de travail demandée qui dépasse la capacité d'un seul indépendant, mais plusieurs indépendants isolés peuvent tout à fait se partager les premiers "rangs" des contractants.
A nous de faire basculer la tendance dans ce sens.

Je rajouterais que la qualité de ton travail le vaut bien

[Modifié le 2012-06-13 20:50 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 00:35
Member (2004)
English to French
TOPIC STARTER
LPO Jun 13, 2012

Bonsoir,

Merci à tous pour vos réflexions. Je songe à modifier ma photo de profil pour la remplacer par un pigeon ou une oie blanche, tellement je me sens naïve...

Catherine, super d'avoir constitué un dossier, bonne chance pour cet appel d'offres !

En ce qui me concerne, j'apprécie véritablement ce métier, mais j'avoue que parfois il me vient l'envie d'en changer tant ce sentiment de déflation, comme dit Paul, est démotivant.

Hélène


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Traductions pour l'UE et valeur des traducteurs

Advanced search






TM-Town
Manage your TMs and Terms ... and boost your translation business

Are you ready for something fresh in the industry? TM-Town is a unique new site for you -- the freelance translator -- to store, manage and share translation memories (TMs) and glossaries...and potentially meet new clients on the basis of your prior work.

More info »
BaccS – Business Accounting Software
Modern desktop project management for freelance translators

BaccS makes it easy for translators to manage their projects, schedule tasks, create invoices, and view highly customizable reports. User-friendly, ProZ.com integration, community-driven development – a few reasons BaccS is trusted by translators!

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search