Renseignements sur la profession
Thread poster: Julie Martinais

Julie Martinais
Italy
Local time: 03:34
Italian to French
Aug 16, 2012

Bonjour à tous et à toutes!

C'est la première fois que j'interviens sur le forum, j'espère ne pas me tromper en postant ici.

Je m'appelle Julie, française vivant en Italie.
J'ai 25 ans et j'appris l'italien toute seule il y a à peu près 10 ans. Je m'aidais beaucoup de la musique et surtout de vidéos (de tous types!). Vivant à Rome désormais, je pense avoir un italien tout à fait satisfaisant.

Je me pose des questions concernant l'activité de traducteur. Je suis plus que novice concernant ce monde professionnel, j'ai une formation tourisme...

Avec les vidéos que je regardais j'ai attrapé "une drôle de maladie": je ne peux m'empêcher de traduire ce que je vois et de poser des sous-titres. C'est un truc que j'adore faire!!
L'autre jour, on me dit "Mais pourquoi tu ne tenterais pas d'en faire ton métier et de gagner un peu d'argent en faisant ce qui te plait le plus??"

L'idée ne me semblait pas si stupide mais je voulais avoir quelques avis avant de creuser la piste...

Ce que je fais reste assez amateur, pensez vous qu'un début de quelque chose puisse être possible? Les agences ne vont-ils pas me rire au nez?

Quelqu'un a-t-il déjà "tenter l'expérience" en partant de rien?

Toutes les suggestions et tous les conseils seront les bienvenus, je vous demande juste d'être honnêtes! =)

Merci d'avoir lu et d'avance pour vos réponses!

Bonne journée à vous! =)


 

Tristan Jimenez  Identity Verified
France
Local time: 03:34
English to French
Un métier passionnant et difficile Aug 16, 2012

Bonjour Julie, et bienvenue !

Je suis également débutant (un peu plus d'un an d'expérience), mais j'ai tout de même quelques conseils à partager :

- Les débuts sont assez difficiles, je te conseille de commencer à temps partiel, ce qui te permettra d'arrondir tes fins de mois, et de te construire un CV de traductrice. Tu peux même, ce que j'ai fait, travailler en bénévole. Te faire de l'expérience est certainement ce qui te permettra ensuite d'être en confiance.

- Essaie de te spécialiser dans un ou plusieurs domaines, mais ne fait surtout pas tout à la fois. J'ai travaillé comme électricien pendant pas mal d'année, et comme Responsable pendant 5 ans également. J'ai quelques certificats en marketing, management, finance. Je me suis donc spécialisé dans ces domaines. Mais j'ai, à mes débuts, fais l'erreur d'accepter un projet de traduction dans le domaine médical. Et, sans trop t'en dire, ce fut un massacre ! C'est à ce moment-là que je me suis focalisé dans les domaines dans lesquels je suis à l'aise.

- Le métier peut s'apprendre sur le tas. Un diplôme serait bien-sûr en ta faveur, mais viendra peut-être le temps où tu envisageras d'étudier la profession, ce que je commence tout juste. Je te conseille de participer à des forums, peut-être même engager un mentor qui pourra te guider, te corriger tes erreurs, etc..

Je ne connais pas le système en Italie, mais en France il est très facile de se mettre à son compte. Pour gérer tes factures, etc.. ProZ est un bel outil. Et si tu fouilles le site, tu trouveras un tas d'idées, des cours gratuits et payants, etc... Construis-toi un profil attrayant, participe au KudoZ, etc..

En dehors de ProZ, tu peux également te créer ton propre site pour te faire connaître, confectionner des cartes de visites (à toujours avoir sur soi), fais-toi connaître sur LinkedIn, etc..

Tu as l'air vraiment passionnée, tu as donc toutes tes chances de réussir !

Je laisse la place à d'autres commentaires/conseils et te souhaite une agréable soirée !

Tristan


 

Philippe Etienne  Identity Verified
Spain
Local time: 03:34
Member
English to French
Un peu seulement? Aug 16, 2012

Julie87 wrote:
...L'autre jour, on me dit "Mais pourquoi tu ne tenterais pas d'en faire ton métier et de gagner un peu d'argent en faisant ce qui te plait le plus??"...

Bienvenue au club.
Je ne sais pas d'où vient cette idée persistante selon laquelle la traduction semble être une activité d'appoint, où on peut se faire "un peu d'argent" pour arrondir ses fins de mois.
Avoir un métier, c'est gagner sa vie pour pouvoir se permettre d'avoir (entre autres) une maison, une voiture, une famille, des vacances et des économies pour la retraite.
Un peu d'argent ne suffit pas. D'autant qu'il paraît qu'en Italie, la pression fiscale sur les indépendants est telle qu'il faut vraiment beaucoup brasser pour s'en sortir.

En tant que traductrice indépendante, "ce qui te plaît le plus" va de pair avec les délais à respecter, l'emploi du temps à équilibrer, les soirées de travail à rallonge, les clients à rassurer, les réclamations à gérer, les paiements à relancer, la gestion commerciale à organiser, la prospection de clientèle à mener, les logiciels à maîtriser, la comptabilité à tenir, les problèmes informatiques à résoudre et j'en passe et des meilleures. Tout ça toute seule.

Je ne tiens pas à te décourager, mais ce métier, comme n'importe quelle autre activité indépendante, demande un moral d'acier, le sens du commerce et des relations humaines et une foi inébranlable en sa bonne étoile. En plus d'un travail toujours irréprochable.

Les conseils de Tristan sont très utiles. Mais il faut être réaliste, tout le monde ne peut pas gagner sa vie comme traducteur uniquement parce qu'il parle deux langues.

Je suis tombé là-dedans par hasard et je ne regrette rien. Mais ne t'attends pas à vivre pleinement ta "passion". On est loin de faire du parapente toute la journée, et un hobby n'en est plus un dès qu'on en tire du fric.

Philippe


 

Jean-Pierre Artigau (X)
Canada
Local time: 21:34
English to French
+ ...
Éviter les pièges Aug 17, 2012

Il y a certains pièges à éviter absolument. À terme, certaines erreurs peuvent avoir de graves conséquences sur notre santé mentale, entre autres. Je ne parle pas ici de l'activité professionnelle comme telle, mais des choix que le traducteur indépendant doit faire pour ménager sa qualité de vie et sa propre santé.

Premier conseil: ne pas mélanger vie privée et vie professionnelle. Si on est traducteur indépendant, il faut s'imposer un horaire et ne pas se laisser déranger quand on travaille, et refuser de travailler en dehors des horaires qu'on s'est fixés. Par exemple, pendant les moments passés en famille ou avec les amis, ne pas aller voir à tout moment ses messages pour voir si quelqu'un nous a proposé du travail (puisque la technologie nous le permet). Il faut être intraitable dès le début, sinon on crée de mauvaises habitudes (pour soi-même et pour son entourage), et c'est notre santé physique ou mentale qui finira par s'en ressentir. Évidemment c'est moins facile quand on travaille à la maison.

On peut très bien décider de travailler le samedi ou le dimanche, ou huit heures par nuit (si cela ne va pas à l'encontre de notre vie privée, bien sûr), ou un jour sur deux, mais il faut rester raisonnable en toute chose et se ménager assez de sommeil et de repos, avec des repas à des heures régulières, etc. Si on ne prend pas soin de notre propre santé, personne ne le fera à notre place, d'autant plus que nous n'avons aucun patron pour nous faire remarquer nos mauvaises habitudes.

Personnellement je travaille chez moi depuis vingt ans et je sors de la maison tous les jours (le déjeuner au restaurant constitue un excellent alibi). En été je fais le trajet à bicyclette; l'hiver, je vais à pied: une heure et demie au total, parfois par une température de moins 25 (puisque je vis au Canada). Voilà de quoi se rafraîchir les idées. Je raconte à tout le monde que je fais cela pour ne pas devenir fou (je ne blague qu'à moitié).

Certains croient aussi que le métier de traducteur indépendant permet de travailler à la maison tout en s'occupant des enfants, par exemple; c'est un autre piège à éviter absolument. Personne n'accepterait de travailler dans une agence où les employés amèneraient leurs enfants pour s'en occuper tout en traduisant.

Autre grande illusion à la mode: J'entends parfois des gens dire qu'ils prennent des vacances sur une île tropicale, et qu'ils prévoient d'apporter leur ordinateur pour travailler. Alors à quoi sert-il de prendre des vacances? Même si la technologie nous le permet, on n'est pas obligés de céder à une aussi étrange (et malsaine) tentation.

Bonne chance.

Jean-Pierre



[Edited at 2012-08-17 01:18 GMT]

[Edited at 2012-08-17 01:20 GMT]


 

Nelia Fahloun (X)  Identity Verified
France
Local time: 03:34
English to French
+ ...
Idem Aug 17, 2012

Bonjour,

Je suis tout à fait d'accord avec ce qui a été dit plus haut par mes confrères.
Un petit conseil qui peut être utile : essaie de rencontrer des traducteurs en exercice dans ta région. Tu es dans une grande capitale européenne, il faut en profiter !

J'imagine qu'il existe en Italie une association professionnelle de traducteurs, qui organise peut-être des événements ouverts à des personnes souhaitant découvrir la profession, ou qui pourrait simplement te donner un avis.
Regarde également sur ce site si des "powwows" sont organisés près de chez toi : c'est un bon moyen de connaître des professionnels du métier, qui pourront sans doute te conseiller.

Ce serait également bien que tu aies un avis sur ton travail, soit en faisant du bénévolat, soit par le bien d'un mentor. Ça te permettra de savoir où tu en es et sur quels points tu peux/dois progresser.

Bon courage !

Nelia


 

polyglot45
English to French
+ ...
Bravo et bien dit Philippe ! Aug 17, 2012

Pas sympa, je sais, mais moi aussi, j'en ai assez de voir débarquer des jeunes sans formation (que ce soit dans les métiers de la traduction ou dans un autre domaine étayé par de bonnes connaissances linguistiques) qui s'imaginent que la traduction est une profession facile à la portée de tout le monde et n'importe qui !
Oui, ces propos sont peut-être sévères mais parfois il vaut mieux dire les choses en face. Il y a déjà trop de personnes qui se sont lancées dans la traduction sans disposer des bagages, voire des compétences, nécessaires et l'on s'étonne encore de voir chuter les prix et la qualité...
Car, que personne ne soit leurré : les débutants sans formation se croient obligés de pratiquer des tarifs bas, sont à la merci de certaines agences qui profitent de leurs erreurs (inéluctables) pour refuser de payer la note,.... Et finalement, c'est toute la profession qui trinque.

Pour exercer convenablement le métier de traducteur, il faut remplir l'un ou l'autre (sinon les 2) des deux critères suivants :
a) avoir fait des études de traduction dans une école reconnue
b) posséder des diplômes et de l'expérience dans un autre secteur (ingéniérie, science, domaines médicaux ou juridiques...) et avoir des connaissances linguistiques suffisantes pour pouvoir passer d'une langue étrangère à sa langue maternelle dans ces domaines.

Les traducteurs (et interprètes) indépendantes exercent une profession libérale. Pour que cette profession soit respectée (ce qui n'est pas toujours le cas aujourd'hui), nous devons nous imposer certaines conditions. Dire à des jeunes qu'il suffit de connaître tant soit peu une autre langue serait les induire en erreur. Sur ce site et ailleurs, on se plaint régulièrement du nivellement par le bas. A nous d'expliquer clairement pourquoi et comment on en est arrivé là.

Un dernier mot : on va certainement me citer le cas de très bons traducteurs qui "seraient rentrés par la petite porte" et qui ont réussi. Mais, n'oubliez jamais que c'est l'exception qui fait la règle....


 

Amélie Ragot  Identity Verified
France
Local time: 03:34
English to French
+ ...
Powwow à Rome prochainement Aug 17, 2012

Regarde également sur ce site si des "powwows" sont organisés près de chez toi : c'est un bon moyen de connaître des professionnels du métier, qui pourront sans doute te conseiller.


Bonjour Julie,

Nelia a raison, les powwows peuvent être un excellent moyen d'en savoir plus sur la profession au contact de personnes qui la pratiquent. D'ailleurs, il y en aura justement un à Rome le mois prochain. Voici le lien si tu es intéressée : https://www.proz.com/powwow/4349
Sauf imprévu de dernière minute, j'y serai moi aussiicon_smile.gif

Amélie

[Edited at 2012-08-17 09:10 GMT]


 

Julie Martinais
Italy
Local time: 03:34
Italian to French
TOPIC STARTER
Merci! Aug 17, 2012

Bonsoir!!icon_smile.gif

Tout d'abord, merci à tous pour la bienvenue. Merci beaucoup également pour tous vos conseils, les encourageants et les moins encourageants. Cela me permet de me conforter dans ce que je pouvais imaginer.

Philippe, lorsque je disais "un peu d'argent", je le disais dans le sens où justement je suis consciente que, si je me lance, je ne pourrai pas vivre entièrement de la traduction les premiers temps. Je ne dis pas que la traduction n'est pas un métier à part entière et qu'on ne peut pas en vivre, loin de là... C'est juste qu'au jour d'aujourd'hui, avec l'expérience que j'ai, je l'envisageais comme "un plus", à côté de mon travail...icon_smile.gif

Polyglot45, j'ai lu ce que tu as écrit, je l'ai compris et je le respecte. Jamais je n'ai eu le projet de massacrer la profession à coup de prix cassés et de traductions mal faites! J'imagine très bien que ce n'est pas parce qu'on parle deux langues que tout de suite la carrière de traducteur s'ouvre à nous. Si il existe des diplômes c'est que c'est un métier difficile avec ses spécificités que l'on doit apprendre, j'ai bien compris (même si les diplômes ne font pas tout...). C'est d'ailleurs pour ça que j'ai ouvert ce topic, pour avoir une vision d'ensemble de la profession. Je ne suis pas du genre à me lancer dans un projet sans savoir si je serai capable de le poursuivre et de le faire bien! Tout simplement car ça ne serait pas me rendre service, ni aux clients, ni aux autres traducteurs et à la profession en général... Soit je le fais bien, soit je ne le fais pas!icon_smile.gif

Amélie, merci pour l'info!! Je pense m'y rendre: ça n'engage à rien et cela me permettra de trouver des réponses à mes questions... Nous nous y verrons donc sûrement...icon_smile.gif

Merci encore et bonne soirée à tous!
Julie


 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Renseignements sur la profession

Advanced search






SDL Trados Studio 2019 Freelance
The leading translation software used by over 250,000 translators.

SDL Trados Studio 2019 has evolved to bring translators a brand new experience. Designed with user experience at its core, Studio 2019 transforms how new users get up and running and helps experienced users make the most of the powerful features.

More info »
CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search