Parlez-vous Globish ?
Thread poster: Jean-Luc Dumont

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 08:08
English to French
+ ...
Jul 29, 2004

Re-volapük - Forme plus réaliste d'esperanto ou desesperanto de la globalisation, ou encore simple combine pour pondre un bouquin et faire du fric ?

En tout cas, de quoi faire autant frémir les Anglophones que ceux qui se sentent envahi par l'anglais

http://www.lepoint.fr/europe/document.html?did=146002

"Mais qu'est-ce donc que le « globish » ? Contraction de global English, le globish est le volapük du « village global », la langue universelle qui permet de se comprendre de Mexico à Séoul, d'Ushuaia à Moscou. L'anglais, donc ? Pas tout à fait. Car que devient l'anglais lorsque la majorité de ceux qui le parlent ne sont pas anglophones ? Il se simplifie, se contente d'un vocabulaire limité et sans nuances, use d'une syntaxe standardisée et devient un outil de communication pratique, mais dénué d'ambiguïtés et de métaphores


On soupçonne Jean-Paul Nerrière de camoufler ses complexes franchouillards derrière ce kit de survie linguistique et, pour tout dire, on a du mal à croire que ses 1 500 mots de vocabulaire lui ont permis de faire carrière chez IBM.


Car le fond du problème est là : les anglophones parlent fort mal le globish ! Jean-Paul Nerrière décrit longuement dans son livre ces réunions où Français, Italiens, Finlandais et Belges devisent joyeusement dans cette langue où ils se sentent à l'aise jusqu'à ce qu'un Texan ou un Irlandais ouvre la bouche et répande une consternation silencieuse et polie.

Surtout, éviter l'humour Déjà en 1998, David Crystal, linguiste britannique reconnu, prophétisait dans un petit ouvrage, « English as a Global Language », le développement de cette forme standardisée de la langue anglaise : le world standard spoken English (WSSE), une langue « où les locuteurs anglophones cherchent des alternatives aux mots ou expressions qui risquent de ne pas être compris en dehors de leur pays ». Pour faire progresser la cause du globish, Jean-Paul Nerrière donne ainsi d'excellents conseils. Le globiphone, soucieux avant tout d'être compris, doit répéter ses phrases deux fois. Il joint le geste à la parole et parle aussi avec les mains. En revanche, il évite l'humour, qui franchit rarement les frontières culturelles et fuit les formulations alambiquées comme les phrases interro-négatives."

JL

Ps - Je crois me souvenir que la première mention d'une langue "globish" a eu pour auteur un Indien et pas le monsieur susnommé.



[Edited at 2004-07-29 04:20]


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 08:08
Member (2001)
English to French
+ ...
Globish pour ne pas dire Pidgin qui est globalement Jul 29, 2004

"Globish pour ne pas dire Pidgin qui est globalement politiquement incorrect"



Hello Jean Luc,

Le “Globish” est un thème qui m’a toujours passionné : pour mémoire voir les forums suivants que j’avais “initiés” (French Globish) :

http://www.proz.com/post/109775#109775

et :

http://www.proz.com/post/109773#109773

et:

http://www.proz.com/post/109772#109772

et:

http://www.proz.com/post/109770#109770

A l’époque, ces forums n’on pas rencontrés (encore de l’anglais…) bcp de succés : il faut dire que je les avais publié dans la nuit du 23 au 24 Décembre…

PS : leur donner une deuxième chance la veille du "grand départ en vacances" - Globalement négatif je pense...

[Edited at 2004-07-29 18:39]

[Edited at 2004-07-29 18:41]


Direct link Reply with quote
 

Helene Diu  Identity Verified
France
Local time: 08:08
Member (2004)
English to French
Is it ? Jul 29, 2004

JLDSF wrote:

Car que devient l'anglais lorsque la majorité de ceux qui le parlent ne sont pas anglophones ? Il se simplifie, se contente d'un vocabulaire limité et sans nuances, use d'une syntaxe standardisée et devient un outil de communication pratique, mais dénué d'ambiguïtés et de métaphores



Un exemple vécu de globish en Afrique du Sud : de nombreux non-anglophones de naissance ont définitivement simplifié le problème des "question tags", en employant systématiquement "Is it ?" pour commenter les phrases des interlocuteurs. Exemples :

A : Hey guess what, I just bought a new car.
B : Is it ?? (excited tone)

A : Well, Lerato is not going to join us after all.
B : Is it ? (disappointed tone)

Les collégiens français qui suent sur leurs devoirs d'anglais en rêvent


Direct link Reply with quote
 
xxxsarahl
Local time: 23:08
English to French
+ ...
aka mickey mouse english Jul 29, 2004

effectivement, c'est le danger pour une lingua franca : les personnes qui font le même type d'erreurs (cadres européens par exemple) risquent de créer une copie corrompue de l'original.
J'ai eu quelques expériences intéressantes en conférence, quand les cadres qui se comprenaient parfaitement ne comprenaient pas "mon anglais".:D
ça peut devenir épineux ce genre de situation...


Direct link Reply with quote
 

Thierry LOTTE  Identity Verified
Local time: 08:08
Member (2001)
English to French
+ ...
Akamike Nihon desuka Jul 29, 2004

Bien d'accord avec toi.

On crée beaucoup de malentendus.

J'ai parfois (voir certaines de mes réponses KudoZ) la conviction de bien traduire une expression française en anglais alors, que j'oublie que bonne partie de mon anglais a été appris pendant 10 ans auprès de mes collègues Japonais. Ce qui palfois pose ploblème.


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 08:08
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Langue-pont Jul 30, 2004

Merci Sarahl et Thierry pour vos commentaires et pour le rappel des articles passés. Je me souviens de cette vague de CI....
Bon week-end

JL

Ci-après, où l'on parle de "langue-pont" ; une langue-pont qui ne soit qu'une langue pour permettre la communication entre les citoyens de Monde, sans risquer de devenir une langue hégémonique ou l'expression d'une hégémonie....

2 articles intéressants - par des Français, qui prônent le développement de l'espéranto... Est-ce réaliste ?


Paradoxe : la langue anglaise est une des premières victimes de sa propre hégémonisation. De plus en plus mal employée dans les organisations internationales (non seulement au parlé mais encore à l’écrit ), elle se rudimentarise, et ses utilisateurs approximatifs peinent à rendre correctement une notion un tant soit peu inhabituelle : ce qui explique en partie cette abondance de truismes et de répétitions dictée par la prudence (la paresse, aussi) et qui caractérise trop souvent les textes émanant des organisations internationales.


http://www.aiic.net/ViewPage.cfm/page729.htm
------


http://ertia2.free.fr/Niveau%202/Regards/languecitoyen.htm

[Dans le même ordre d'idées]
Quant à l'élite qui s'en tient à l'anglais scolaire, elle est littéralement infirme dans les négociations face à des partenaires dont l'anglais est la langue maternelle. Il convient de noter que parmi les millions de gens prétendument bilingues (langue maternelle+anglais), seuls 6% sont reconnus comme ayant une maîtrise correcte de l’anglais.

[Et, pourtant...]

En 1922, l'espéranto fut à deux doigts d'être adopté par la Société Des Nations en tant que langue de travail. Ce projet avorta du fait d'habiles manoeuvres de la part de la représentation française qui pensait pouvoir imposer le français comme langue internationale, laissant du coup la porte ouverte à l'anglais

 
Il est essentiel que chacun comprenne que l'utilisation de la langue anglaise comme langue-pont entre nations de langues différentes implique une certaine allégeance à l'"américan way of life" qui n'a pas grand'chose à voir avec une citoyenneté respectueuse des identités des peuples. Construire l'Europe sur cette ambiguïté sans proposer aux peuples qui la composent le moindre débat est irresponsable.
 

Techniquement, l’anglais?S'il y avait débat, sans doute faudrait-il se pencher sur les qualités de la langue-pont à promouvoir. Combien de ceux qui prônent l'anglais comme langue internationale se sont penchés sur la capacité de l'anglais à assumer ce rôle? Les Anglais eux-mêmes prennent conscience que ce n'est pas le sabir international que l'on parle qui les aidera à sauvegarder la langue de Shakespeare. Un rapport de l'Université de Philadelphie alerte les Américains sur le fait que leur langue est victime de leur tolérance. Un mot veut tout dire et son contraire. Le sens des mots est fixé uniquement par le contexte. [...]

Techniquement la langue anglaise présente autant d'avantages que d'inconvénients: elle ne se parle pas comme elle s'écrit, elle dispose d'une grammaire souple et simple mais nous ronge avec les verbes irréguliers, elle intègre facilement de nouveaux mots mais elle pose des pièges insurmontables aux juristes, elle est la langue de l'image et du rock mais elle est incapable de traduire avec bonheur Goethe ou Cervantès.
 

A la décharge de l'anglais, ni le français, ni l'allemand ou le moldave peuvent prétendre à assumer le rôle de langue-pont, pour les mêmes raisons...




[Edited at 2004-07-30 17:02]


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Parlez-vous Globish ?

Advanced search






Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »
CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search