Pages in topic:   [1 2 3] >
Le prix de la traduction
Thread poster: JCEC

JCEC  Identity Verified
Canada
Local time: 23:59
Member
English to French
Sep 25, 2004

La Banque mondiale a effectué récemment une sondage sur le marché mondial de la traduction dont les résultats ont été publiés sous le titre Translation business practices. Le rapport contient des chiffres assez intéressants sur les prix payés aux pigistes par les entreprises et organismes interrogés. Je ne vous citerai que ceux pour le couple de langue anglais-français, les prix étant en dollars US par tranche de 1000 mots :

ANGLAIS VERS LE FRANÇAIS

3 % des pigistes facturent de 100 à 120 $
3 % des pigistes facturent de 121 à 140 $
19 % des pigistes facturent de 141 à 160 $
52 % des pigistes facturent de 161 à 180 $
23 % des pigistes facturent plus de 180 $

FRANÇAIS VERS L'ANGLAIS

1 % des pigistes facturent de 100 à 120 $
3 % des pigistes facturent de 121 à 140 $
44 % des pigistes facturent de 141 à 160 $
36 % des pigistes facturent de 161 à 180 $
16 % des pigistes facturent plus de 180 $

Notons qu'il s'agit de traduction révisée.

Les chiffres canadiens d'il y a quelques années seraient légèrement plus élevés, mais ceci ne veut pas dire qu'il y a une tendance à la baisse car l'industrie canadienne de la traduction est une chasse gardée et n'a jamais été concurrentielle au plan international.

Bonne journée,

John

[Edited at 2004-09-25 18:00]


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 05:59
English to French
+ ...
Arguments pour de meilleurs tarifs de traduction Sep 25, 2004

Merci John.
C'est marrant, cela faisait quelques jours que j'attendais de poster un truc concernant le prix de la traduction.

Bien que cela concerne le marché canadien, et très dépendant du Bureau de la traduction, ce qui suit peut servir à nous tous, je pense, pour expliquer - à nos clients et aux agences, à celles qui le savent mais ne le pratiquent pas dans le sens des traducteurs, nos tarifs ou pourquoi nous voulons un tarif supérieur.

Cela rejoint aussi un peu le fil sur la "McDonaldisation de la traduction" - dans lequel je n'ai pas encore eu le temps d'écrire,( ou était-ce la tête ?) et pourquoi il est "criminel" d'offrir ou imposer des tarifs de 3, 4 ou 5 cents ou centimes aux traducteurs dans les pays d'Europe de l'ouest ou les pays dits riches (USA, Canada, Australie, Japon, etc...). Mais que c'est à eux de ne pas les accepter et que l'on ne peut obliger les traducteurs du monde entier d'avoir les mêmes tarifs - car nous avons tous des besoins et impératifs différents.

Tiré du "Guide de l'utilisateur des services de traduction" :

Dans un marché normal, c'est-à-dire où l'offre et la demande globales de services de traduction sont équilibrées, un certain nombre d'autres facteurs agissent sur les coûts de la traduction :

Délai : Plus le délai est court, plus les tarifs ont tendance à augmenter.

Volume de travail : Si le texte est court, le tarif est élevé et, inversement, si le volume est important, le tarif sera réduit. Le volume est un facteur en ce sens que le traducteur peut ou non amortir son temps de recherches sur une plus longue période.

Spécialisation : Certains domaines de travail spécialisés ou pointus peuvent justifier des tarifs plus élevés.

Complexité du texte : En principe, plus le document est complexe, plus le tarif devrait être élevé. Cela est dû au fait que le traducteur devra effectuer des recherches poussées. Toutefois, selon la spécialisation du traducteur, ce dernier peut parfois mal évaluer la complexité du document ou ne pas partager l'avis du client au sujet de la complexité.

Disponibilité : Le client qui veut pouvoir s'assurer les services d'un traducteur au cas où il y aurait du travail à faire doit s'attendre à payer plus cher. Pour le traducteur, comme pour tout autre travailleur, le temps est une ressource et aucun traducteur n'acceptera d'être disponible s'il n'est pas rémunéré. Le client doit s'attendre à payer l'équivalent du manque à gagner du traducteur. Il importe de préciser que la disponibilité est une contrainte pour le traducteur et qu'il n'est pas facile de trouver des traducteurs pouvant mettre tout leur temps au service du client.

Heures de travail : Le client peut s'attendre à payer plus cher lorsque le délai oblige le traducteur à travailler en dehors des heures habituelles, par exemple le soir, la nuit ou les fins de semaine. Le supplément peut parfois être élevé.

Travail sur place : Lorsque le client exige que le travail soit fait à un endroit particulier, par exemple dans ses locaux, il doit s'attendre à payer plus cher car, d'une part, le traducteur consent à ne pas se rendre disponible pour ses autres clients et, d'autre part, il doit modifier et adapter sa façon de travailler.

Présentation du texte : Le tarif variera en fonction de la présentation demandée par le client, par exemple, s'il faut reproduire des tableaux, des graphiques ou des dessins, livrer un document prêt à photocopier, etc.

Exigences spéciales : Toute exigence particulière du client pourrait demander une rémunération additionnelle, par exemple, nombre d'exemplaires, systèmes informatiques particuliers, terminologie peu accessible ou coûteuse, déplacements à l'extérieur, exigences particulières en matière de sécurité, etc.

Achalandage : Plus la réputation et l'expérience du traducteur sont grandes, plus celui-ci sera occupé. Le tarif risque donc d'être plus élevé lorsqu'on fait affaire avec un traducteur très sollicité et qui peut se permettre de refuser des clients. Inversement, le traducteur qui cherche des contrats sera plus enclin à consentir des tarifs inférieurs.

Guide de l'usager des services de traduction - Partie 1 de 3 - [ Translate this page ]... Format(s) de rechange. InstructionsRTF (151 Ko). Version imprimable. Guide de l'usager des services de traduction. Table des matières, Prochain. Table des matières ...
www.tbs-sct.gc.ca/Pubs_pol/hrpubs/TB_A3/USER_f.asp - 14k -

J'ai eu des problèmes avec le site ci-dessus. On peut télécharger le fichier ci-dessous :
collection.nlc-bnc.ca/cgi-bin/inet-loc/ltn=9548/FRE/G/ - 12k - Supplemental Result -


PS - Pour les multifrancophones : je ne connaissais pas l'emploi d' "achalandage" dans le contexte de la traduction. C'est le nombre de clients bien sûr. On se méprend souvent sur le sens de "achalandé", en France, où une boutique bien achalandée prend à tort, mais c'est parfois l'usage, le sens de bien approvisionnée
Je vois déjà la réaction si je me disais "traducteur bien achalandé"...


JL

[Edited at 2004-09-25 20:07]


Direct link Reply with quote
 

JCEC  Identity Verified
Canada
Local time: 23:59
Member
English to French
TOPIC STARTER
Petit correctif Sep 25, 2004

JLDSF wrote:
Merci John.
C'est marrant, cela faisait quelques jours que j'attendais de poster un truc concernant le prix de la traduction.

Bien que cela concerne le marché canadien...


Désolé si je n'ai pas été suffisamment clair, les chiffres du rapport sont une moyenne mondiale. Je les ai comparés aux données canadiennes par la suite par curiosité.

John



[Edited at 2004-09-25 20:12]


Direct link Reply with quote
 

Jean-Luc Dumont  Identity Verified
France
Local time: 05:59
English to French
+ ...
Mea culpa Sep 25, 2004

JCEC wrote:

Désolé si je n'ai pas été suffisamment clair, les chiffres du rapport sont une moyenne mondiale. Je les ai comparés aux données canadiennes par la suite par curiosité.

John

[Edited at 2004-09-25 20:12]


Non, non ! Tu as été très clair John. C'est donc moé, qui porte à confusion... J'ai voulu dire que ce que je cite a été rédigé pour le Canada mais offre des arguments pour tous les traducteurs quel que soit le pays.

JL


Direct link Reply with quote
 

Patricia Posadas  Identity Verified
Spain
Local time: 04:59
Member (2002)
English to Spanish
+ ...
Merci John! Sep 25, 2004

Ton commentaire m'a poussé à en savoir plus... mais je lirai cela demain.

Voilà le lien vers le Translation Business Practices
Report: http://www.lisa.org/products/survey/wb_survey.pdf

Le sommaire:

Executive Summary
GENERAL QUESTIONS
Figure 1: In-house language combinations
Figure 2: Amount of work subcontracted
Figure 3: Reasons for subcontracting
Figure 4: Total output subcontracted
Figure 5: Work subcontracted
Figure 6: Types of subcontractors
Figure 7: Size of translation agencies
Figure 8: Required qualifications
Figure 9: Supplier diversity
Figure 10: Recruitment methods
Figure 11: Assistance to freelance translators
Figure 12: Difficulty finding translators
RATES
TERMINOLOGY
Figure 13: Translation memory technology used
Figure 14: Terminology tools used
Figure 15: Interest in translation technology
Figure 16: Decision to use a particular tool
QUALITY ASSURANCE (QA)
Figure 17: Revision of outsourced translation
Figure 18: Proofreading of outsourced translation
Figure 19: Feedback to translators
Figure 20: Master glossary
TRAINING
Figure 21: Training for freelance translators
Figure 22: Types of training provided


Direct link Reply with quote
 

Bruno Magne  Identity Verified
Local time: 01:59
English to French
+ ...
Petit doute Sep 25, 2004

Bonsoir, John et Jean-Luc

Vous dites que les tarifs concernent les prestations auprès d'entreprises et d'organismes.

Est-ce à dire que les « agences de traduction » en sont exclues ?

Merci

Bruno


Direct link Reply with quote
 

JCEC  Identity Verified
Canada
Local time: 23:59
Member
English to French
TOPIC STARTER
Pigistes ou agences Sep 25, 2004

Bruno Magne wrote:

Bonsoir, John et Jean-Luc

Vous dites que les tarifs concernent les prestations auprès d'entreprises et d'organismes.

Est-ce à dire que les « agences de traduction » en sont exclues ?

Merci

Bruno


Les tableaux que je cite font spécifiquement référence aux tarifs pratiqués par les "freelancers" donc les pigistes.

Ces entreprises et organisations travaillent également avec des agences, mais vraisemblablement à des prix plus élevés.

Au Canada, les tarifs des agences sont de l'ordre de 0,25 à 0,35 $ CA du mot.

Bonne journée,

John


[Edited at 2004-09-25 21:33]


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 12:59
Japanese to French
Réaliste ? Sep 25, 2004

Jean-Luc, dans le document que tu cites, on lit :

Heures de travail : Le client peut s'attendre à payer plus cher lorsque le délai oblige le traducteur à travailler en dehors des heures habituelles, par exemple le soir, la nuit ou les fins de semaine. Le supplément peut parfois être élevé.

Je trouve ça bizarre. Il me semble que nous sommes nombreux à trouver ça normal de bosser la fin de semaine (sans supplément) pour tous ces clients qui veulent leurs trucs le lundi matin. Il y a beaucoup de Proziens qui se reposent le samedi et le dimanche ?


Direct link Reply with quote
 
Cristóbal del Río Faura  Identity Verified
Spain
Local time: 05:59
English to Spanish
+ ...
Pas si bizarre Sep 25, 2004



Je trouve ça bizarre. Il me semble que nous sommes nombreux à trouver ça normal de bosser la fin de semaine (sans supplément) pour tous ces clients qui veulent leurs trucs le lundi matin. Il y a beaucoup de Proziens qui se reposent le samedi et le dimanche ?



Je travaille souvent les fins de semaine (par exemple aujourd’hui, samedi deux heures du matin et je bosse) lorsque pendant la semaine j'ai accepté trop de commandes et les cinq jours ne suffisent pas. Mais là c’est mon affaire. Si un client m’envoie un travail vendredi soir pour lundi matin, alors je lui applique un bon supplément et il trouve ça très normal.

Cristóbal


Direct link Reply with quote
 

Isabelle Garnier  Identity Verified
France
Local time: 05:59
Member (2005)
German to French
+ ...
Supplément de prix pour travail le week-end ou le soir Sep 27, 2004

Je travaille souvent les fins de semaine (par exemple aujourd’hui, samedi deux heures du matin et je bosse) lorsque pendant la semaine j'ai accepté trop de commandes et les cinq jours ne suffisent pas. Mais là c’est mon affaire. Si un client m’envoie un travail vendredi soir pour lundi matin, alors je lui applique un bon supplément et il trouve ça très normal.

Cristóbal
[/quote]



Tout à fait d'accord - il m'arrive moi aussi de travailler le samedi (voire le dimanche) ou le soir si j'ai pris du retard dans la semaine, accepté trop de commandes ou si j'ai pris une journée ou quelques heures pour faire autre chose ! Mais un client qui m'envoie un travail le vendredi soir ou le samedi pour le lundi 9 h paie en conséquence (+ 50% du tarif normal) c'est tout à fait normal !!!! Non ?


Direct link Reply with quote
 
ALAIN COTE  Identity Verified
Local time: 12:59
Japanese to French
Ca dépend du contexte culturel Sep 27, 2004

Au Japon, en tout cas, je ne connais personne qui charge plus cher pour les travaux effectués le samedi et le dimanche. Travailler le soir et les jours de congé dans cette profession est généralement perçu comme tout à fait normal. J'ai souvent des trucs qui entrent par fax ou courriel vers 19h00 ou 20h00, à traduire pour le lendemain matin, 9h00. Heureusement, en général il s'agit seulement de quelques phrases. Et je dirais qu'au moins 60 % de mes contrats, peut-être même plus, sont dus pour le lundi matin, 9h00. Et je pense que nous sommes nombreux dans cette situation ici.

Quoi qu'il en soit, ici, un traducteur qui n'accepterait de travailler au tarif normal que du lundi au vendredi, le jour seulement, ne vivrait pas très gras à mon avis.

Il doit y avoir d'autres proziens qui ont des expériences similaires dans d'autres pays, non ?


Direct link Reply with quote
 

JCEC  Identity Verified
Canada
Local time: 23:59
Member
English to French
TOPIC STARTER
Les tarifs spéciaux Sep 27, 2004

La plupart des agences ont des tarifs spéciaux pour les textes courts, les textes urgents et les textes en dehors des heures de travail. Peu de pigistes osent en faire autant et fidélisent leurs clients en leur offrant une disponibilité constante à prix unique. Pour ma part, je me contente de pratiquer un tarif minimal pour les textes très courts pour compenser pour le fait qu'il y a un temps d'administration incompressible lié à chaque projet. Par contre j'envisage sérieusement d'appliquer un tarif à l'heure pour les présentations PowerPoint qui sont une perte de temps indescriptible.

Le cas de la fonction publique est différent, les traducteurs sont syndiqués et les heures supplémentaires sont payées à taux et demi ou même à taux double les jours fériés. J'ai vu des traducteurs du Bureau de la traduction se bousculer au portillon pour travailler les jours fériés alors que personne ne levait le petit doigt lorsque les collègues croulaient sous le travail.

John

[Edited at 2004-09-27 13:45]


Direct link Reply with quote
 

sylver  Identity Verified
Local time: 11:59
English to French
Même boulôt même tarif Sep 27, 2004

ALAIN COTE wrote:

Au Japon, en tout cas, je ne connais personne qui charge plus cher pour les travaux effectués le samedi et le dimanche. Travailler le soir et les jours de congé dans cette profession est généralement perçu comme tout à fait normal. J'ai souvent des trucs qui entrent par fax ou courriel vers 19h00 ou 20h00, à traduire pour le lendemain matin, 9h00. Heureusement, en général il s'agit seulement de quelques phrases. Et je dirais qu'au moins 60 % de mes contrats, peut-être même plus, sont dus pour le lundi matin, 9h00. Et je pense que nous sommes nombreux dans cette situation ici.

Quoi qu'il en soit, ici, un traducteur qui n'accepterait de travailler au tarif normal que du lundi au vendredi, le jour seulement, ne vivrait pas très gras à mon avis.

Il doit y avoir d'autres proziens qui ont des expériences similaires dans d'autres pays, non ?


J'ai une expérience similaire à celle d'Alain, bien que dans un contexte différent. Pour moi, un samedi ou un dimanche n'a rien de particulier.

Pourquoi le client devrait-il payer plus quand il a besoin d'une traduction un vendredi que quand il a besoin d'une traduction un mardi?

Quand j'ai du travail, je travaille, quand j'ai pas de travail, ...bon je travaille aussi - c'est un mauvais exemple.

La seule chose qui me rappele qu'on est dimanche, ici, c'est quand je vois que les bd de Garfield et de Dilbert sont sur 7 cases au lieu de 3 seulement.

Pour le travail nocturne...quand il faut nuit chez vous, ici, c'est le jour, et vice de Versailles. Quand le travail arrive pendant la nuit (ma nuit), je ne le vois pas avant le lendemain, mais les clients comprennent. Si c'est vraiment urgent, ils téléphonent et, devant ma voix embrumée par les vapeurs d'un rève nocture, il se ravisent et attendent le lendemain.

De toute façon, la plupart des urgences ne sont pas si urgentes que ça (mais c'est un autre sujet).

Sylver


Direct link Reply with quote
 
xxxNicolette Ri
Local time: 05:59
French to Dutch
+ ...
L'agence où je travaillais Sep 27, 2004

il y a quelques années facturait au client (si je me rappelle bien) une surcharge de 25% pour les urgences, 50% pour le travail du soir ou le samedi et 100% pour le travail qui était effectué le dimanche ou les jours fériés, en accord avec la convention collective de l'imprimerie dont elle dépendait. Et n'avait aucun problème pour se la faire payer ni pour trouver des traducteurs.
Dans les "Résultats de l'enquête 2004" de la SFT, à la question "Comment facturez-vous les prestations suivantes - Urgence, travail de nuit, week-end" les réponses varient entre 10% et 100% mais il n'y a pas de colonne de prévue pour 0%.

Tant qu'à faire, je me permets de signaler les tarifs pratiqués au mot source par les traducteurs français dans les paires :
anglais-français : client direct 0,14 €, agence 0,10 €
français-anglais : 0,15 € / 0,10 €
allemand-français : 0,15 € / 0,11 €
français-allemand : 0,15 € / 0,10 €
espagnol-français : 0,14 € / 0,10 €
français-espagnol 0,14 € / 0,11 €
et ainsi de suite selon la langue, jusqu'à 0,29 € pour le français-japonais.
Il s'agit ici des résultats d'une enquête des tarifs pratiqués par les traducteurs membres de la SFT, pour la plupart en France, où nous sommes, comme on le sait, soumis à des charges sociales élevés et des conditions spéciales.

Je pense qu'on a tous intérêt à faire varier les tarifs selon le degré de difficulté : traduire un texte touristique ou répétitif n'a rien à voir avec un texte commercial et encore moins avec un texte technique, scientifique ou hautement publicitaire. Puis d'appliquer une majoration en cas de "services supplémentaires" : DTP, travail de nuit, nomenclatures, etc. Ensuite les tarifs au mot doivent être cohérents avec le tarif horaire, qui se détermine par un savant calcul des coûts salariaux et des frais sur l'année, en tenant compte du fait qu'un traducteur perd 30% de son travail en temps non productif (donc non facturable : secrétariat, coups de fil, devis et informatique) sur 11 mois, mais doit recevoir un équivalent de salaire pendant 12 mois. Et puis, pour ceux qui cherchent un argument anti-bas tarifs, regardez sur la facture de votre garagiste le taux horaire qu'il pratique pour la main-d'oeuvre, c'est marqué. Cela donne une idée de ce que nous devrions facturer, nous.

[Edited at 2004-09-27 14:17]


Direct link Reply with quote
 

JCEC  Identity Verified
Canada
Local time: 23:59
Member
English to French
TOPIC STARTER
La tarification horaire Sep 27, 2004

Au Canada, il y a un actuellement tout un mouvement pour facturer la traduction à l'heure.

L'argument en faveur de la tarification horaire est que certaines traductions nécessitent beaucoup plus de recherche terminologique ou de créativité que d'autres. De surcroît, le traducteur passe de plus en plus de temps à des tâches qui n'ont rien à voir avec la traduction comme la mise en page.

L'argument contre est que c'est une prime à l'incompétence qui permettra aux traducteur inexpérimenté de facturer plus cher que le traducteur chevronné pour le même travail. Il est intéressant de noter que c'est l'organisme le plus inefficace et qui totalise les plus grosses pertes qui milite le plus en faveur de cette tarification.

Quant au client, il aura la surprise en recevant la facture...

Qu'en pensez-vous ?

John

[Edited at 2004-09-27 14:38]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2 3] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Le prix de la traduction

Advanced search






WordFinder
The words you want Anywhere, Anytime

WordFinder is the market's fastest and easiest way of finding the right word, term, translation or synonym in one or more dictionaries. In our assortment you can choose among more than 120 dictionaries in 15 languages from leading publishers.

More info »
Protemos translation business management system
Create your account in minutes, and start working! 3-month trial for agencies, and free for freelancers!

The system lets you keep client/vendor database, with contacts and rates, manage projects and assign jobs to vendors, issue invoices, track payments, store and manage project files, generate business reports on turnover profit per client/manager etc.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search