Qu'entend-on par "relecture" ?
Thread poster: Claire Dodé

Claire Dodé  Identity Verified
France
Local time: 21:14
German to French
Jun 25, 2014

Bonjour,

Un client a priori sérieux et reconnu, avec lequel je n'ai encore jamais travaillé, m'a demandé une relecture lundi soir pour mercredi matin, de 22 000 mots, en trois fichiers. J'ai proposé de prendre l'un des fichiers, soit 11 000 mots. Il se trouve que quelqu'un d'autre a pris le projet entier.

Etant donné que c'est la deuxième fois que cela m'arrive avec ce client (une fois sur une traduction, une fois sur la relecture), j'ai regardé le fichier d'un peu plus près, fait un alignement pour voir, constaté que la traduction était apparemment excellente (très bon niveau de français), et qu'il restait quelques légendes en allemand. Je me suis donc demandé si la relecture n'était en fait "qu'une" relecture orthographique et grammaticale du texte français, sans comparaison avec le texte allemand, ce qui va plus vite (mais je ne sais pas combien de mots je peux faire par jour pour une "simple" relecture franco-française). J'ai donc exprimé ma perplexité au client et lui ai demandé en quoi consistait précisément le travail qu'il demandait.

Sa réponse : "relecture intégrale en fait (mise en page, grammaire orthographe, terminologie etc.)".

Terminologie.... donc forcément relecture bilingue, non ? Y a-t-il quelque chose que, titulaire "seulement" d'un diplôme d'ingénieure, je ne saurais pas ?

Pour l'instant, lorsque je relis, je compare ligne à ligne les documents allemands et français.

Y a-t-il une manière de faire bien plus efficace ? Ou la mission a-t-elle simplement été acceptée par une équipe de traducteurs ?

Je n'ai aucune idée du tarif qui aurait été proposé. Nous avons discuté tarif au moment où ils m'ont inscrite dans leur base de données, sans qu'il y ait de problème majeur.

Merci.

Claire


Direct link Reply with quote
 

nordiste  Identity Verified
France
Local time: 21:14
English to French
+ ...
Norme ISO En 15038 : définitions Jun 25, 2014

Le processus de traduction est défini par les étapes suivantes :

traduction = rendre le message dans la langue cible : terminologie, grammaire, style, conventions, mise en forme.

vérification = par le traducteur lui-même pour omissions, erreurs, corrections.

révision = examen de la traduction pour vérifier son adéquation avec son objet ; comparaison des textes source et cible afin de s'assurer de l'homogénéité de la traduction et de l’adéquation du style et du registre. Par une autre personne que le traducteur. Le réviseur indique des mesures correctives à mettre en œuvre, qui peuvent aller jusqu'à effectuer une nouvelle traduction.

relecture-expertise = relecture spécialisée unilingue : registre, conventions du domaine.

correction d'épreuves imprimées avant publication

Donc normalement la révision est bilingue et la relecture est unilingue.

Mais il existe encore une certaine confusion dans l'utilisation des termes par les uns et les autres.


Direct link Reply with quote
 

Kirsten Bodart  Identity Verified
United Kingdom
Local time: 21:14
Dutch to English
+ ...
Intéressant Jun 25, 2014

merci pour les définitions.

Mais 22000 mots en 1 jour (même si le jour = 24 heures) reste très vite à relire, même unilingue, si on prend 1000 mots/h en moyenne.


Direct link Reply with quote
 

Sheila Wilson  Identity Verified
Spain
Local time: 20:14
Member (2007)
English
+ ...
Confusion totale, oui Jun 25, 2014

nordiste wrote:
il existe encore une certaine confusion dans l'utilisation des termes par les uns et les autres.

Il me semble que dans le monde de la traduction, ce qui est nommé la relecture est le plus souvent bilingue, et le "vraie" relecture ne se fait pas. Ou bien l'agence attend que quelqu'un travaille tout simplement sur le texte cible, en garantissant la précision de la traduction et de la mise en page. En tant de spécialiste en anglais monolingue je me trouve souvent dans cette position asses difficile, c'est à dire impossible et à refuser.


Direct link Reply with quote
 
Elisabeth Toda-v.Galen  Identity Verified
France
Local time: 21:14
Dutch to French
+ ...
Jun 25, 2014



[Modifié le 2014-06-25 18:15 GMT]


Direct link Reply with quote
 
Elisabeth Toda-v.Galen  Identity Verified
France
Local time: 21:14
Dutch to French
+ ...
seulement 1000 mots/heure? Jun 25, 2014

Kirsten Bodart wrote:

merci pour les définitions.

Mais 22000 mots en 1 jour (même si le jour = 24 heures) reste très vite à relire, même unilingue, si on prend 1000 mots/h en moyenne.


Je fais beaucoup de relectures (proofreading). En général, je compte 2000 mots/heure. Si la traduction est bonne, encore plus.

Je pense que c'est aussi l'habitude qui fait la vitesse. Après quelques années de relecture, les erreurs sautent aux yeux, même sans lire la phrase consciemment.

En général, je lis d'abord le français pour voir si la phrase a du sens, si elle "coule" bien. En cas de problème, je vérifie la source et je change en conséquence.

Si l'on remarque dès le début que la traduction est médiocre, on peut alors ouvrir segment par segment et comparer les deux langues en un seul passage. Pour ça, les CAT nous facilitent grandement la tâche... Je préviens alors le client pour qu'il rallonge la sauce, car je ne travaille pas pour rien

Elisabeth


Direct link Reply with quote
 

Claire Dodé  Identity Verified
France
Local time: 21:14
German to French
TOPIC STARTER
1000, 2000 ou plus Jun 27, 2014

La différence doit venir de là.

Je vais revoir avec l'agence ce qu'ils attendent, réfléchir à la question de la responsabilité professionnelle en cas d'erreur de traduction, en fonction des textes, et voir quels types de prestations de relectures je suis prête à faire.

Car entre vraisemblable et exact, il y a un certain écart potentiel, mais manquer des contrats pour trop d'exactitude alors que le client ne la demande pas est dommage aussi.

Bonne soirée, et merci pour toutes vos réponses.

Claire


Direct link Reply with quote
 

Andrea Halbritter  Identity Verified
France
Local time: 21:14
French to German
+ ...
22 000 mots en une journée me paraissent beaucoup... Jun 28, 2014

Je crois qu'il faut vraiment demander à tous les coups car la terminologie varie beaucoup, en francais comme aussi en allemand.

Il y en a qui entendent par révision une relecture unilingue et par relecture une comparaison entre le texte source et le texte cible, il y en a c'est l'inverse.

J'ai déjà eu des textes qui étaient impeccables, il ne fallait mettre qu'une ou deux virgules par page, pas plus. D'autres par contre commencaient bien et viraient en une traduction effectivement fournie par google une fois les pages qu'on m'avait envoyées auparavant (pour faire le devis) passées.

Je n'aurais donc moi non plus accepté un fichier de 22 000 mots à fournir en une journée, ni pour une relecture bilingue ni pour une unilingue et me demande que si certains disent assurer 1000 par heure comment font-ils pour respecter en même temps un délai de 24 heures? Vous ne dormez et ne mangez pas du tout? Vous marchez au café?......... Je termine souvent tard aussi mais j'avoue que 2h de sommeil par nuit ne me suffisent pas.......



[Modifié le 2014-06-28 13:06 GMT]


Direct link Reply with quote
 
xxxnrichy
France
Local time: 21:14
French to Dutch
+ ...
Normes Jun 28, 2014

Juste mon grain de sel. Les normes de l'industrie typographique sont de 10 000 caractères/h, pour des épreuves d'imprimerie (orthographe, typographie, coupures de mots, espaces en trop, veuves/orphelines, rattraper une bêtise, etc.). Divisez cela par 8 ou par 7, et vous aurez 1250 ou 1430 mots à l'heure, pour une dernière relecture unilingue sur papier ou sur PDF. Et c'est très faisable, même une journée entière.

Il y a un autre problème, qui est celui de l'expérience. Si le traducteur/proofreader, suite à une longue expérience, va nettement plus vite, que ce soit en traduction ou en relecture, il faut que l'avantage financier soit pour son bifteck, pas pour celui du client. Donner l'impression qu'on fait ça vite fait est aussi donner le mauvais signal, même si on augmente le tarif horaire.


Direct link Reply with quote
 

Madeleine Chevassus  Identity Verified
France
Local time: 21:14
Member (2010)
English to French
termes en anglais, facturation Jun 29, 2014

bonjour, je suis traductrice ENFR

j'ai le plus souvent des clients anglais ou américains qui me demandent:

* proofreading: correction du texte en français sans référence au source, orthographe, typos, ponctuation, syntaxe, incohérences de base y compris de style, de présentation, les règles typographiques. Bien sûr il faut tout de même disposer du source.

* checking-editing: inclut le proofreading plus tout ce qui concerne la terminologie, la cohérence de ton et de fond avec le texte source, le respect des noms propres et des marques déposées; il faut aussi détecter s'il y a des omissions...

Les conseils et l'expérience m'ont prouvé qu'il fallait facturer à l'heure. En effet, si la traduction est mauvaise, la facturation au mot source s'avère financièrement catastrophique.

Qu'en pensez vous?

Bonne journée - Madeleine

____________je vous joins un texte sur le sujet que j'avais glané sur un autre site..je n'ai plus l'URL.

The difference between editing and proofreading
The difference between proofreading and editing

There always has been a dilemma about the difference between proofreading and editing in the world of translation. To many of us, both terms mean the same, but there is actually quite a difference. While proofreading of a given text may take only half an hour, the editing of that very same text can take up to three hours - or even more. So how do these two processes differ?

To begin with, we need to define both terms:

Proofreading

This is a process whereby the text is being scanned for grammar, syntax and spelling errors. This process typically involves much the same correction as a secondary school teacher would perform on a written test. The meaning of words and terminology is irrelevant here, as the job focuses only on the correctness of the text. Therefore, the use of a dictionary is necessary only to check spelling and conjugation, not much else. Also, this work does not involve the use of a CAT tool.

Proofing is best paid by the hour, as not all words are worked on by the proofreader. However, in the case of a very poorly written text, it may come in handy to be paid by the word, especially if more than 50% of words need to be retyped.

Proofreading is something that is used less and less, as most software nowadays automatically corrects the errors that would be picked up by the proofreader. It's almost like having a virtual proofreader built into the software. Typically, proofreading is charged at around 25% of the price that would be charged for the translation of the same text. So, if I was to charge USD 0.12 per word for translation, I would charge USD 0.03 for the proofreading of the same text.

Editing

This process concentrates less on the form and more on the terminology. Editing involves checking to make sure that correct terminology was used. This is achieved by researching each term that raises a doubt, or even terms that are unknown to the editor, just to make sure that the right terms were used. This typically involves research - whether online or in specialized dictionaries - accompanied by recommended corrections. Usually, when working in Word, the track changes feature is used, and sometimes only comments are added through the commenting tool of Word. In either case, the editor only recommends changes and does not implement them. This is because, when there are errors, it is usually up to the original translator to correct their own mistakes (many translators have a clause in their contract for this, as well as agencies). So, the recommendations of the editor are usually sent back to the translator first so that he/she can correct his/her mistakes, and only then is the text proofread, if it needs to be at all. CAT tools are frequently used for this work, as wrong terms are often used throughout the text and they also need to be replaced. However, search & replace tools will also do in the case of shorter or less complex texts.

Editing is either paid by the hour or by the word. I have done both and both methods work fine. However, keep in mind that, when you charge by the hour, hourly rates for proofreading and editing should not be inferior to the hourly rate you would charge for translation. If you charge USD 40 for translation, charge the same for proofreading and editing also, as you really DID work that many hours. There still will be a big difference in costs for the outsourcer or agency, as the translation of the text will take much more time than its proofreading or editing. The text that will take four hours to translate will only take about one hour to be proofread, so, while the translation would cost USD 160, the proofreading would only cost USD 40, and so forth. Keep this in mind when quoting hourly rates.

I would say that editing, if charged by the word, should be charged at around half the rate for translation. So, if I was to charge USD 0.12 per word for translation, I would charge USD 0.06 per word for editing. However, keep in mind that some texts are edited SPECIFICALLY because the outsourcer is unsure whether the translator did a good job, so it can happen to you as it happened to me that the translation is of such poor quality that it actually requires more work to edit it than it would have required to translate it. In a case like this, there are two roads to walk: either you notify the outsourcer that it will cost more to edit (you see how much it is worth to you), or you tell the outsourcer that it needs to be translated again, which you are offering to do at the rate you charge for translation - or refuse to do it altogether. Of course, these details have to be sorted out BEFORE the contract is signed. It is always a good idea to evaluate the work before signing a contract. I actually take fifteen minutes and translate/proofread/edit a couple of paragraphs before signing anything, to make sure that I will not be underpaid in the end for the work carried out.

My personal technique is to use track changes, then send that document to the outsourcer, but I also save the same document with a different name, accept all changes, and send that document as well. This way, they have one document with the unimplemented changes, and one with the changes implemented, ready to go to the client.

What's up with all that?

The reason why it is important to distinguish between these two processes is that, more often than not, outsourcers call editing proofreading and vice versa. While most of them do this only because they don't make a difference between the two, a few of them will actually "lure" you into editing a document - at proofreading rates. To me, this comes down to being paid for only half of my work. I always tell outsourcers, when they consider giving me a job, what exactly my work will involve. If they sign the contract with my definition of the job on it, I can't go wrong.

I strongly recommend to get paid for both of these jobs at an hourly rate, as all jobs differ in difficulty. This way, no matter how tough a job is, you will always get what your work is worth.


On a closing note, even if it's not quite the subject, PLEASE, do sign a contract for every job you do, no matter how small. It is the only way you can get paid and the only guarantee that no more than what was agreed in the contract will be expected of you - in other words, you will not need to put in any "volunteer" work.

Cheers!


[Edited at 2014-06-29 09:16 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Madeleine Chevassus  Identity Verified
France
Local time: 21:14
Member (2010)
English to French
termes en anglais, facturation Jun 29, 2014

excusez-moi pour ce doublon involontaire

bonjour, je suis traductrice ENFR

j'ai le plus souvent des clients anglais ou américains qui me demandent:

* proofreading: correction du texte en français sans référence au source, orthographe, typos, ponctuation, incohérences de base y compris de style, de présentation, les règles typographiques. Bien sûr il faut tout de même disposer du source.

* checking-editing: inclut le proofreading plus tout ce qui concerne la terminologie, la cohérence de ton et de fond avec le texte source, le respect des noms propres et des marques déposées; il faut aussi détecter s'il y a des omissions...

Les conseils et l'expérience m'ont prouvé qu'il fallait facturer à l'heure. En effet, si la traduction est mauvaise, la facturation au mot source s'avère financièrement catastrophique.

Qu'en pensez vous?

Bonne journée - Madeleine



[Edited at 2014-06-29 09:55 GMT]

[Edited at 2014-06-29 09:57 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Catherine De Crignis  Identity Verified
France
Local time: 21:14
Member (2012)
English to French
+ ...
22 000 moi non plus ! Jun 30, 2014

Andrea Halbritter wrote:

Je crois qu'il faut vraiment demander à tous les coups car la terminologie varie beaucoup, en francais comme aussi en allemand.
.../...
Je n'aurais donc moi non plus accepté un fichier de 22 000 mots à fournir en une journée, ni pour une relecture bilingue ni pour une unilingue


[Modifié le 2014-06-28 13:06 GMT]



Bonjour,
Entièrement d'accord avec Andrea sur tous les points.
La qualité tout le monde en parle, mais dans les faits cela donne des résultats qui varient beaucoup.

La semaine dernière deux agences certifiées ISO m'ont demandé de faire du "quality control" dans le sens FR>EN. Pas regardantes pour un sou...
En refusant par principe je pense avoir eu l'air d'une extra-terrestre rigide et bizarrement peu opportuniste (dans un cas ils proposaient un tarif très élevé - méfiance méfiance - et devaient être très embêtés vis-à-vis de leur client) dans l'autre ils m'ont soi-disant demandé par erreur mais j'ai un gros doute.

Y'a pas de secret, que ce soit en traduction ou autre on ne peut pas concilier volumes énormes et qualité impeccable. Le client n'a pas forcément le budget pour une qualité impeccable ni son besoin d'ailleurs, et il faut savoir s'adapter aux exigences pragmatiques des entreprises, mais qd on commence à augmenter les volumes et/ou baisser les prix il faut savoir s'arrêter.
Preuves en sont toutes les aberrations que contiennent les MT des agences, même si officiellement tout a toujours été relu, révisé or whatever they call it.

Bonne journée,
Catherine


Direct link Reply with quote
 

Nathalie Schon  Identity Verified
France
Local time: 21:14
German to French
+ ...
Terminologie Sep 4, 2014

Relecture est très flou en France, donc oui vérifier avec le client afin qu'on s'entende bien sur la nature du travail. Pour moi une relecture est unilingue et correspond au proofreading.

Proofreading est moins ambigu: vérification de l'orthographe, de la grammaire, de la syntaxe. Relever les phrases qui n'ont pas de sens et les erreurs qui sautent aux yeux, et les oublis de traduction.
Le proofreader ne modifie en principe pas une traduction (sauf coquilles et fautes de grammaire et de ponctuation). Il signale les problèmes.

Editing (révision): corriger une traduction


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Qu'entend-on par "relecture" ?

Advanced search






CafeTran Espresso
You've never met a CAT tool this clever!

Translate faster & easier, using a sophisticated CAT tool built by a translator / developer. Accept jobs from clients who use SDL Trados, MemoQ, Wordfast & major CAT tools. Download and start using CafeTran Espresso -- for free

More info »
SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search