Pages in topic:   [1 2] >
Mon premier client direct...
Thread poster: Augusta Habas

Augusta Habas
France
Local time: 09:59
Italian to French
+ ...
Oct 14, 2014

J'ai eu envie de partager cette petite anecdote avec vous.
Voilà 6 ans que je traduis, rien que pour des agences, toujours, et que je me dis régulièrement: ça serait quand même pas mal de chercher des clients directs. Le manque de temps, de courage et surtout de vraie spécialité font que je ne m'y étais jamais vraiment efforcée... et voilà qu'hier, je reçois un message d'un couple qui monte un magasin dans mon département et qui se fournit en Italie, en Pologne et en Angleterre, pile mes trois paires de langues, incroyable!
Mais voilà que je leur parle au téléphone. Quelques extraits de notre conversation:
Vous pourriez venir chez nous pour traduire des entretiens téléphoniques... (euh, oui, va falloir que je me transforme vite fait en interprète de liaison, ok...)
Là, le traducteur me dit que c'est du bulgare (la femme employait toujours le mot "traducteur" pour dire traducteur automatique), ce n'est pas la même chose que le polonais?... euh non, pas tout à fait, pas le même alphabet non plus vous voyez...
...parce qu'il y a ce magasin italien qui a un site qui nous plait bien... parfois on dirait du petit nègre dans leurs descriptions, ça me rassure, si nous non plus c'est pas parfait... euh, enfin moi traduire, c'est mon métier, j'essaie de le faire bien quand même...
Je n'ose pas trop imaginer ce qui va se passer ensuite mais je me dis, vive les agences, j'aurais jamais la patience d'entendre ce genre d'absurdités à longueur de journées!!!


Direct link Reply with quote
 

Christel Zipfel  Identity Verified
Member (2004)
Italian to German
+ ...
Très bien dit! Oct 14, 2014

Et très divertissant aussi, bravo!

On parle en effet souvent mal des agences, mais pas toutes sont mauvaises (et je ne travaille qu'avec de bonnes agences et me plains donc pas). Elles nous épargnent pas mal de travail, de temps et d'ennuis, ce qui justifie souvent tout à fait le pourcentage qu'elles prennent par rapport à nos relations avec les clients directs.

Sans parler de la sûreté du paiement. Au moins les miennes me payent toujours même si le client ne paye pas ou n'a pas encore payé. Ou au moins j'imagine que cela sans doute arrive, sans qu'elles m'en disent mot, mais de toute façon j'ai toujours été payée sans aucun problème et le jour convenu. Ce qui me paraît normal d'aillleurs puisque le risque est le leur, pas le mien, et c'est pour cela aussi qu'elles prennent leur pourcentage.

Mais il y a aussi des clients directs plus "faciles", rassurez-vous!


Direct link Reply with quote
 

Ekaterina Kroumova  Identity Verified
Local time: 10:59
French to Bulgarian
+ ...
Hé-hé, hilarant! Oct 14, 2014

Avec un petit clin d’œil, je propose mes services pour le bulgare.

[Modifié le 2014-10-14 21:20 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Catherine De Crignis  Identity Verified
France
Local time: 09:59
Member (2012)
English to French
+ ...
Cas extrême Oct 15, 2014

Christel Zipfel wrote:

Mais il y a aussi des clients directs plus "faciles", rassurez-vous!


Bonjour,
Oui, un vrai sketch ce 1e contact, visiblement... mais il faut faire la distinction entre pros ("B to B" comme ils disent) et grand public. A partir d'un certain niveau le client peut être "éduqué"


Direct link Reply with quote
 

Loise
France
Local time: 09:59
French to Chinese
+ ...
Mes clients directs Oct 15, 2014

J'ai de très bonnes expériences avec des clients directs: payement immédiat (en général, je donne un délai de payement de 3 jours), meilleurs tarifs (150-200% de mes tarifs agence), bonne entente...En tout cas, je trouve que c'est assez confortable de travailler pour les clients directs.

En ce moment, je n'ai presque pas de clients agences françaises. Le peu d'agences françaises voulant me faire travailler acceptent de me payer pas plus de 0.04 euro par mots, ou bien il me fallait accepter des tarifs trados...C'est pour cela que je suis obligée d'aller chercher moi-même des clients pour pouvoir travailler dignement à un tarif 3 fois plus que ça...Chercher les clients directs et à l'étranger est mon seul issue à l'heure actuelle.

[Edited at 2014-10-15 05:46 GMT]


Direct link Reply with quote
 

EvaVer  Identity Verified
Local time: 09:59
Member (2012)
Czech to English
+ ...
Bien sûr, Oct 15, 2014

A partir d'un certain niveau le client peut être "éduqué"


même doit être éduqué, et alors ? Comment voulez-vous qu'un petit épicier connaisse notre métier ? Si vous faites faire des travaux dans votre maison, vous paraîtrez comme un idiot à votre plombier ou électricien, c'est pareil. J'ai eu des petits clients comme cela - c'est très différent des grands, et certainement très loin des agences. Il faut faire plus que traduire - oui, interpréter par téléphone (je déteste cela), écrire des lettres d'affaires (très souvent, les petits commerçants ne savent pas le faire même dans leur langue maternelle), quelquefois négocier à leur place (horrible), expliquer les faits du commerce extérieur ou simplement de la vie - dans votre cas, la différence entre le bulgare et le polonais, dans le mien, souvent le fait que pas tous les traducteurs/interprètes traduisent l'allemand... J'ai vu beaucoup pire que votre cas (je n'oublierai jamais l'affaire "importation de lapins"...) - le travail est tout simplement très différent, et il faut beaucoup de patience. J'ai abandonné le "service complet TPE", comme je l'appelais, il y a des années, j'en ai eu marre.


Direct link Reply with quote
 

Catherine De Crignis  Identity Verified
France
Local time: 09:59
Member (2012)
English to French
+ ...
D'accord Oct 15, 2014

EvaVer wrote:

même doit être éduqué, et alors ? Comment voulez-vous qu'un petit épicier connaisse notre métier ?


Certes, il ne faut pas confondre le secrétariat bilingue ou trilingue, voire le secrétariat tout court avec notre métier... J'ai mis "grand public" pour aller vite.


Direct link Reply with quote
 

Augusta Habas
France
Local time: 09:59
Italian to French
+ ...
TOPIC STARTER
Mais qui fait donc le B2C? Oct 15, 2014

Heureuse d'avoir suscité tant de réactions et de rires pour certains, ce sera au moins ça de gagné!

Je ne juge pas du tout le petit client et son ignorance de notre métier (moi-même, j'ignore encore tellement de choses sur tellement de métiers!!!).
Je me pose quand même une question: à qui doivent donc s'adresser les particuliers et les TPE, puisque le traducteur professionnel n'a pas la patience de s'en charger et que d'autre part, nos tarifs (que tout le monde ici trouvera toujours trop bas) sont difficelement abordables pour tout un chacun. Moi-même, quand un ami me dit "j'aurais telle chose à faire traduire", j'ai du mal à lui répondre qu'il devra débourser plus de 10 centimes par mot (sauf quand je sais qu'il en a les moyens). Reste gougle translate et le mari de la cousine du voisin qui a vécu en Angleterre donc qui devrait pouvoir y arriver...
Je pense que même par l'intermédiaire d'une agence, certaines situations ne doivent pas être faciles à gérer, comme les lettres d'affaire en dehors des "grandes" langues (anglais surtout je suppose). Quelles solutions peut-on proposer à ces "petits" clients?


Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 09:59
Member (2007)
German to French
+ ...
Tout dépend Oct 15, 2014

de ce qu'ils ont à traduire, Augusta !

Si ce sont des papiers officiels à assermenter (la plupart des cas, il me semble), il n'auront pas le choix, il devront allonger les billets.

Si c'est un CV ou ce genre de chose, ça a son petit prix mais il me semble que c'est un investissement raisonnable vu l'effet escompté... Sans compter que si on postule dans une langue, on est censé la maîtriser un minimum, donc on peut aussi le faire soi-même, éventuellement avec un peu d'aide.

Si c'est une petite chose de la vie courante, alors il existe des réseaux d'entraide pour ça. Je suis moi-même traductrice bénévole pour ce genre de choses, il existe des forums, et aussi l'entraide par connaissance comme tu le mentionnes.

Je crois que ça couvre à peu près toutes les situations ?


Direct link Reply with quote
 
xxxnrichy
France
Local time: 09:59
French to Dutch
+ ...
Oh non, Oct 15, 2014

Sophie Dzhygir wrote:

Je crois que ça couvre à peu près toutes les situations ?


Cela ne couvre pas les rapports de stage et thèses, qui sont à la fois volumineux et techniques... ni les sites web et brochures pour les startups... et le plus souvent vers l'anglais bien sûr et pour lesquels on ne comprend pas que cela est totalement impossible pour un traducteur pour qui l'anglais est la 4ème langue de travail.

Mais en ce qui concerne les clients directs on a aussi ceux qui fournissent des fichiers Word bien préparés, qui ne présentent aucun problème technique (pas de conversion, pas de mise en page), ceux qui nous donnent un code d'accès à leur site web et puis on se débrouille et on voit le résultat directement, et puis ceux qui nous offrent un billet d'entrée pour qu'on aille voir leur spectacle !

Ce qui m'étonne en ce moment c'est toutes ces demandes de déplacement, que je refuse car j'ai une boutique de traduction à faire tourner et c'est difficilement compatible avec ma vie actuelle et je ne suis pas une intérimaire. On nous demande de venir faire du sous-titrage, on nous demande de venir rentrer un texte sous la surveillance de l'assistant commercial, ou nous demande de venir faire du SEO sur place... On me répond que cela ne pose pas de problèmes aux autres traducteurs. Vous faites tout ça vous ?


Direct link Reply with quote
 

Loise
France
Local time: 09:59
French to Chinese
+ ...
B2B: Traducteur indépendant et client direct Oct 15, 2014

Je pense que, l’image des petits épiciers ou des petits clients est un peu caricaturale et ne correspond pas tout à fait à un grand nombre de clients directs qui ont besoin d’un service de pro mais qui, pour réduire les frais ou pour X raisons, ont choisi de faire travailler directement les traducteurs de confiance. J’ai des clients directs avec qui je fais du b2b. Ils sont des développeurs de site web, des entreprises qui exportent, des salles de vente, des galeristes voire des associations et ils sont tout à fait prêts à nous payer un prix correct pour un service de qualité. Les avantages pour ces clients directs et pour nous les traducteurs indépendants sont évidents : meilleures communications, meilleures écoutes, meilleurs tarifs et meilleurs services. Et tout cela, parce que sans intermédiaire ! J’irai même jusqu’à dire que, à l’heure actuelle, établir les liens avec des clients directs pourra devenir le business model de premier choix pour nous les traducteurs indépendants, et inversement!!!

En ce qui concerne la sécurité de paiement, je n’ai jamais eu de problème avec mes clients directs. Par contre, j’ai eu deux factures impayées par deux agences françaises ainsi que quelques petits problèmes de paiement avec des agences étrangers. En fait, je ne vois pas en quoi la sécurité de paiement est plus assurée lorsqu’on travaille pour une agence de traduction. Pour moi, elles sont les clients comme les autres. Si elles n’ont pas envie de payer, elles peuvent toujours trouver X raisons pour ne pas payer. On prend autant de risque dans les deux cas.


Direct link Reply with quote
 

Andrea Halbritter  Identity Verified
France
Local time: 09:59
French to German
+ ...
Une majorité de clients directs Oct 16, 2014

La majorité de mes clients sont des clients directs - avec des entreprises de toute taille du petit hôtel d'à côté jusqu'à l'entreprise se faisant un CA de plusieurs milliards à l'année.

Pas toutes ont l'habitude de travailler avec des traducteurs, mais en conseillant un peu plus celles qui n'ont encore jamais fait faire de traduction ce sont de très bons clients dont certains reviennent régulièrement et en ramènent d'autres. Ils apprécient le contact direct avec leur traducteur et la confiance qui s'installe au fil du temps. De plus quand on peut travailler en direct avec certains secteurs cela paie très bien et je n'ai jamais eu de problème de paiement, une bonne partie de mes clients règlent même les grands projets en avance.

Par contre il est vrai que se faire des clients directs nécessite en général un grand investissement niveau temps et un très bon réseau.


Direct link Reply with quote
 

nordiste  Identity Verified
France
Local time: 09:59
English to French
+ ...
Se déplacer, oui mais ... Oct 16, 2014

nrichy wrote:
...

Ce qui m'étonne en ce moment c'est toutes ces demandes de déplacement, que je refuse car j'ai une boutique de traduction à faire tourner et c'est difficilement compatible avec ma vie actuelle et je ne suis pas une intérimaire. On nous demande de venir faire du sous-titrage, on nous demande de venir rentrer un texte sous la surveillance de l'assistant commercial, ou nous demande de venir faire du SEO sur place... On me répond que cela ne pose pas de problèmes aux autres traducteurs.

Vous faites tout ça vous ?


Sauf en interprétation, je n'interviens jamais sur le site du client. Il m'arrive de me déplacer pour une réunion au début d'un gros projet, surtout pour un nouveau client - dans le cas d'un client local bien sûr (moins de 50 km).
Même si le client utilise des logiciels spécifiques il est rare qu'un accès à distance soit totalement impossible, par contre ça peut poser un problème de sécurité car il faut alors autoriser un accès à leur système depuis l'extérieur. Je comprends que certains soient réticents, mais alors ils doivent en payer le prix en prenant en charge le temps passé en déplacements.


Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 09:59
Member (2007)
German to French
+ ...
noui Oct 16, 2014

nrichy wrote:

Sophie Dzhygir wrote:

Je crois que ça couvre à peu près toutes les situations ?


Cela ne couvre pas les rapports de stage et thèses, qui sont à la fois volumineux et techniques... ni les sites web et brochures pour les startups...
Eh, les startups, c'est du B2B !
Pour les deux premiers cas, d'accord, mais j'avoue que je ne les comprends pas très bien : rapport de stage, si on doit le présenter dans une langue, c'est qu'on est censé maîtriser cette langue ? Donc, pour moi, même panier que les CV.
Les thèses par contre je ne connais pas bien. C'est pour être publié à l'étranger ?


Direct link Reply with quote
 
xxxnrichy
France
Local time: 09:59
French to Dutch
+ ...
Quelques réponses Oct 16, 2014

@Sophie, pour les thèses et rapports de stages, les étudiants doivent les publier ou présenter en anglais... bien sûr tous baragouinent plus ou moins l'anglais, mais pas au point d'écrire ou de traduire, et encore moins sans fautes. -- Bien sûr les startups c'est du BtoB, mais au démarrage ce sont des particuliers sans le sou, donc ils rentrent dans la même catégorie !

@Louise, les clients directs cela ne pourrait pas *devenir* le business model de premier choix pour les traducteurs, cela l'est, et pour les traducteurs professionnels cela devrait être une exception de travailler pour des agences. Un traducteur juré ou un juriste qui traduit pour des cabinets d'avocats (un exemple parmi d'autres) ne travaille pas ou plus à 10 centimes le mot pour un intermédiaire. Le gros problème en ce moment est que ce marché est assez restreint et que nous sommes nombreux à vouloir l'avoir.

@Nordiste, cela m'arrive aussi de me déplacer pour démarrer un gros projet, mais le but de ma remarque était que j'ai quelquefois l'impression qu'on nous prend pour des dactylos "tapant dans l'autre langue", déplaçables à souhait, et moins chers que des intérimaires (Andrea, avec qui j'ai eu une discussion dans un autre forum, sait de quoi je parle au sujet des prix).


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Mon premier client direct...

Advanced search






Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »
SDL Trados Studio 2017 Freelance
The leading translation software used by over 250,000 translators.

SDL Trados Studio 2017 helps translators increase translation productivity whilst ensuring quality. Combining translation memory, terminology management and machine translation in one simple and easy-to-use environment.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search