Un cas malheureux de révision
Thread poster: Arnaud HERVE

Arnaud HERVE  Identity Verified
France
Local time: 22:07
English to French
+ ...
Nov 25, 2015

Sujet sans surprises de votre part je suppose.

Vous avez un client à long terme qui vous a fait traduire un document de 11 000 mots. Le client n'est pas content du tout et indique qu'il va refuser de payer.

Le client dispose apparemment d'une procédure de révision impeccable, dernier cri, avec formulaires et tout et tout, mais plusieurs choses sonnent faux :

- Le correcteur du formulaire a dans ses phrases de remplacement inséré des fautes de grammaire ou d'orthographe grossières, plus un style bizarre avec des virgules inconsidérées. Il a aussi mal compris certaines phrases.

- Vous avez effectivement fait deux erreurs mais 3 (!) réviseurs français supplémentaires natifs affirment selon le client que l'ensemble du texte est « extrêmement confus ». Pour un texte assez simple dont vous avez entièrement compris le sujet.

- Un cinquième (!) réviseur, un vrai pro de chez pro, va donner le verdict final...

Le contexte, c'est plusieurs années de collaboration, avec d'innombrables petits services et concessions de ma part. Et la semaine concernée, une révision de 8 000 mots envoyée par ce même client, qui s'est avérée devoir être retraduite, ce que j'ai fait sans prix supplémentaire et en travaillant la nuit.

Pour ma part mon opinion est faite, mais bon ça fait toujours du bien d'en discuter.


Direct link Reply with quote
 

Catherine De Crignis  Identity Verified
France
Local time: 22:07
Member (2012)
English to French
+ ...
Comme tu dis Hervé Nov 26, 2015

ça fait du bien d'en discuter !

J'ai lu ton message car le titre m'interpelait : je viens de renvoyer à un client un fichier où le réviseur remplaçait pour ainsi dire des "toutefois" par des "cependant" en notant "mistranslation" (!) dans la colonne et comme dans ton cas, en ajoutant de vraies erreurs (un terme important et deux tournures plus bénignes, mais avec distorsion du sens tout de même).
Je suis donc un peu agacée et je l'ai dit à l'agence avec qui je collabore très régulièrement depuis presque 4 ans. Pas grave, juste agaçant.

Le vrai problème est ailleurs :
- dans le cas de ta révision de 8 000 mots : en aucun cas une révision n'a vocation à devenir une retraduction. Je touche du bois, mais cela ne m'est jamais arrivé de devoir retraduire. En plus, avec le seul client dont j'accepte des révisions (car j'ai confiance) je suis bien payée pour réviser, ça rend la chose fort agréable au moment de facturer !

- pour ton travail de 11 000 mots, on est bien d'accord : s'il leur faut se mettre à 5 pour faire n'importe quoi, c'est fort inquiétant. Tu vas sans doute y perdre du temps, mais fais-toi payer absolument. Demande l'avis d'un tiers si nécessaire pour te défendre. D'après tes dires la correction n'est ni faite ni à faire, ce sera donc facile à prouver. Pour les deux erreurs que tu avais faites, heureusement que la correction a au moins pu les déceler (j'avais moi-même oublié une majuscule dans mon anecdote, la moindre des choses était que le correcteur ne la loupe pas).

Bon courage et dis-nous la suite,
Catherine


Direct link Reply with quote
 

Arnaud HERVE  Identity Verified
France
Local time: 22:07
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Nouvelles Feb 8, 2016

Bonjour Catherine,

Tout d'abord merci pour ta réponse encourageante. J'ai mis beaucoup de temps à reprendre mais j'attendais la fin des procédures.

En ce qui concerne mon aventure, l'avis du spécialiste a tourné en ma faveur. Je n'avais fait que 2 erreurs mineures, et la révision était inqualifiable par la quantité des erreurs techniques et fautes de grammaire et d'orthographe.

Malgré cela, l'agence me demande une compensation, et en plus adopte un ton moralisateur en me demandant d'expliquer ma faute, de certifier sur l'honneur une totale absence d'erreurs dans l'avenir, etc.

Et en plus, ils viennent de me refaire le coup pour un nouveau travail en retenant un paiement parce que soit-disant je n'aurais pas utilisé les mêmes termes que la doc de référence. Mais la doc elle-même contenait plusieurs termes pour le même produit, dont 1 avec une grosse faute de grammaire, et j'ai choisi le meilleur terme existant dans la doc.

Donc bon, ce n'est pas sérieux et j'ai décidé de ne plus collaborer avec eux.

En ce qui concerne ton "aventure" à toi, ce n'est pas la première fois que je vois ça. Le problème du réviseur qui fait du zèle ou des erreurs manifestes est bien connu. Mais curieusement toutes ces procédures apparemment parfaites, documentées, tracées, etc. d'assurance-qualité ne traitent jamais de ce problème. La sévérité va toujours dans le même sens socialement parlant, et la qualité du résultat global n'en est pas améliorée puisque des erreurs grossières s'en trouvent renforcées.

Et je retrouve la même inquiétude en discutant avec d'autres professions (architectes, médecins...). Il y a non seulement le renforcement technocratique d'erreurs manifestes, mais aussi les problèmes du temps passé dans les procédures au lieu du travail réel, et du risque de sanctions injustifiées et de pertes de revenus.

Dans un contexte où les tarifs du traducteurs baissent, ou n'augmentent pas par rapport à l'inflation, tout cela ne me dit rien qui vaille.


Direct link Reply with quote
 

Susana E. Cano Méndez  Identity Verified
Spain
Local time: 22:07
Member
French to Spanish
+ ...
Incroyable Feb 9, 2016

Arnaud HERVE wrote:

En ce qui concerne mon aventure, l'avis du spécialiste a tourné en ma faveur. Je n'avais fait que 2 erreurs mineures, et la révision était inqualifiable par la quantité des erreurs techniques et fautes de grammaire et d'orthographe.

Malgré cela, l'agence me demande une compensation, et en plus adopte un ton moralisateur en me demandant d'expliquer ma faute, de certifier sur l'honneur une totale absence d'erreurs dans l'avenir, etc.



Cher Arnaud:

En voilà une bien bonne!
Pourquoi auriez-vous à donner une compensation si votre traduction était bonne?
Cette agence ne veut plus payer en termes généraux, j'en suis sûre (probablement vous n'êtes pas la seule personne à avoir des problème avec eux), alors oui, c'et une bone idée de ne plus travailler avec.

Incroyable.

Bonne chance, en tout cas.


Direct link Reply with quote
 

Catherine De Crignis  Identity Verified
France
Local time: 22:07
Member (2012)
English to French
+ ...
Tout ira bien Feb 12, 2016

Arnaud HERVE wrote:
Donc bon, ce n'est pas sérieux et j'ai décidé de ne plus collaborer avec eux.
.../...
Dans un contexte où les tarifs du traducteurs baissent, ou n'augmentent pas par rapport à l'inflation, tout cela ne me dit rien qui vaille.


Hello,
Excellente initiative. Pourquoi travailler pour des branquignoles, alors que les honnêtes clients existent et qu'ils ont besoin de nos services ?

Catherine


Direct link Reply with quote
 

Aurélie Charvet  Identity Verified
France
Local time: 22:07
English to French
+ ...
Ne pas céder Feb 12, 2016

J'ai rencontré ce problème l'an dernier avec une agence que j'estimais alors sérieuse.

J'étais dans ce cas-là relectrice : le client final avait exprimé son mécontentement et envoyé une correction de la traduction, dont j'avais la responsabilité en tant que relectrice. Seulement l'agence s'est tout de suite retournée contre moi au lieu de mener une enquête et d'étudier les corrections apportées.

En l'occurrence le client avait notamment apporté les modifications (ridicules) suivantes :
- De toute --> d’une quelconque
- De sorte que --> De façon à ce que
- Comme défini --> Tel que ce terme est défini
- Transmettra --> Transférera
- Période d’application --> Durée

Et évidemment le chef de projet m'envoyait des messages agressifs, me demandait des comptes et exigeait une réduction de ma facture.

Je lui ai répondu comme suit :

"Je trouve qu'il est un peu facile pour le client d'invoquer une mauvaise qualité de la traduction suite à des changements en grande majorité stylistiques.

Je pense que votre rôle d'agence (rémunérée pour son rôle d'intermédiaire) consiste également à faire une enquête sur la véracité des propos du client et à ne pas faire directement peser la responsabilité sur le relecteur. Pourriez-vous s'il vous plait prendre le temps de consulter le document et de constater la nature des modifications ? Je pense qu'un contrôle rapide de bonne foi vous prouverait mes dires et m'éviterait de perdre encore un temps considérable à vous faire un "retour détaillé" de chaque correction.

Si le client souhaitait faire appliquer des règles spécifiques à son document, il aurait dû transmettre des instructions et un glossaire.
J'ai d'ailleurs déjà gracieusement accepté d'apporter des modifications aux majuscules du document alors que je n'y étais nullement tenue (puisqu'il n'y avait pas d'erreur et que je n'étais pas payée pour cela) et je l'ai fait bien volontiers. Je trouve en effet que cela fait partie des échanges de bons procédés entre agence et traducteur en vue d'une collaboration réussie. Je me suis également toujours tenue à votre disposition et ai toujours répondu à vos demandes dans les meilleurs délais. Je m'attends donc en échange que vous preniez un temps soit peu ma défense dans ce genre de situation."

Je n'ai pas cédé, ma facture a été payée, je travaille toujours occasionnellement pour cette agence (avec méfiance) mais je refuse toute proposition de relecture.


Direct link Reply with quote
 

Arnaud HERVE  Identity Verified
France
Local time: 22:07
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Nuages Feb 25, 2016

Mouais mais je reste assez pessimiste quand-même.

Ces procédures d'apparence proprettes se généralisent, et elles cachent toujours une dureté néolibérale régressive, comme par exemple les normes écologiques d'apparence angélique dans d'autres secteurs.

On pourrait tout autant demander à ce que la même sévérité soit appliquée aux agences :

- L'agence a-t-elle ménagé suffisamment de temps pour un travail de qualité ?
- L'agence a-t-elle procuré suffisamment de revenus pour que le traducteur puisse vivre décemment et être frais et dispo au travail ?
- L'agence a-t-elle procuré suffisamment de revenus pour que le traducteur soit en mesure de n'accepter de travaux que dans sa stricte spécialité ?

Tout cela serait entièrement raisonnable. Ou pour prendre un exemple volontairement extrême, même si vous êtes très sportive, je peux vous priver des revenus suffisants pour vous entrainer sérieusement, vous obliger à un autre travail qui vous privera de sommeil, vous obliger à accepter une épreuve dans un autre sport pour survivre financièrement, et à la fin je vous dis "ah la la ma pov'dame vous êtes pas très sportive quand-même"...

Ou pour revenir aux agences, on pourrait considérer toute procédure de révision comme caduque tant que l'agence n'a pas fourni de documentation et de terminologie. Cela serait tout autant de bon sens et servirait bien mieux la qualité du travail final que de laisser des réviseurs enrayer la machine à cause de changements préférentiels.

On pourrait aussi exiger que les réviseurs adoptent une éthique de collaboration constructive. Après tout les universitaires, donc des experts dans leur domaine et des gens ayant le temps, font quand-même des erreurs dans leurs ébauches d'articles et acceptent de se corriger entre eux sans menaces de pertes de revenus ou accusations d'incompétence.

Le texte cité plus haut, pour lequel on m'a fait des misères, concernait non seulement une profession nécessitant une dizaine d'années d'études, mais était destiné à des cadres supérieurs de l'organisation concernée, donc des gens disposant en plus d'une vingtaine d'année d'expérience. Si l'on veut des traductions 100% parfaites 100% du temps il faut ménager les conditions de travail, de revenus et d'apprentissage. Ce qui est considéré comme de simple bon sens dans certaines professions protégées.

Ou pour prendre un autre exemple extrême on considèrerait comme insensé qu’un chirurgien travaille à l'hôpital tout en étant obligé de travailler la nuit à livrer des pizzas, en dormant dans sa voiture et sans pouvoir s'absenter pour des formations.

Bon ceci dit je ne nie pas que le traducteur doit fournir un travail de qualité, dans les délais, etc. Mais pour cela il ne s'agit pas seulement de morale personnelle, il y a des conditions objectives que l'on peut moduler dans un sens ou dans l'autre. Et si les traducteurs étaient mieux traités cela satisferait mieux à ce que demande le marché.

Mais ce qu'on voit actuellement, c'est non seulement une économie ultralibérale qui démantèle toutes les protections et n'accepte plus de financer le travail bien fait, mais aussi une tendance à la judiciarisation généralisée qui fait inventer toute sorte de procédures officielles afin que chacun se protège à 100%, au lieu d'un climat de travail constructif.

On peut même imaginer que dans les prochaines années il y aura des poursuites au pénal à cause d'un réviseur intempestif. Et les documents de contrôle qualité constitueront des pièces à conviction...


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Un cas malheureux de révision

Advanced search






PerfectIt consistency checker
Faster Checking, Greater Accuracy

PerfectIt helps deliver error-free documents. It improves consistency, ensures quality and helps to enforce style guides. It’s a powerful tool for pro users, and comes with the assurance of a 30-day money back guarantee.

More info »
SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search