Besoin de renseignements importants..
Thread poster: Etoile13

Etoile13
France
Dec 7, 2015

Bonjour,

Etant actuellement en reconversion professionnelle et n'ayant jamais travaillé dans les métiers de la traduction, j'aimerais vous poser quelques questions.

Moi et ma femme souhaitons entreprendre ensemble des études de langue pour devenir traducteurs. Etant très passionné par les langues, par le fait de s'enrichir sur le plan culturel, par le fait de voyager, nous aimerions entreprendre une formation ensemble. Je me suis un peu renseigné et nous pensons nous diriger vers LEA (langue étrangère appliquée) dispensée par les universités en France. Cependant j'aurais quelques questions...

Tout d'abord, le master de LEA, s'il est bien mené donne-t-il vraiment de solides débouchés ? J'ai cru comprendre que c'était pas trop ça. Et si la situation est un peu bouchée en France, est-il facile de trouver du travail dans un pays à l'étranger en tant que traducteur ayant une maîtrise de trois langues ? Je pense notamment au Canada, aux pays scandinaves par exemple, mais nous sommes ouverts et pas spécialement attaché à rester en France. Est-ce une bonne idée ?

Ma deuxième question est la suivante. Dans le cadre des études de LEA, il nous est demandé d'avoir l'anglais comme première langue bien sûr, mais le choix de la deuxième langue est plutôt vaste. Est-ce que vous me conseillerez le choix d'une langue particulière qui pourrait grandement augmenter mes perspectives de travail ainsi que mes débouchés ? Le choix d'une langue rare (chinois, hindi, ou arabe, voire japonais) est-il à privilégier pour se démarquer ou bien vaut-il mieux se diriger vers une langue plus courante telle que l'Allemand ou l'Espagnol ? Mon projet est professionnel et j'aimerais me donner toutes les chances de réussir.

Ma dernière question, enfin : étant donné que mon épouse et moi aimerions nous orienter vers la traduction, n'est-il pas plus opportun de choisir deux langues différentes en deuxième choix de langue afin de ne pas "nous marcher sur les pieds", ou bien y a-t-il des avantages à choisir les mêmes langues et si oui quels sont-ils ? Que nous conseillez-vous ?

Je vous remercie pour l'attention que vous porterez à mes questions.


 

Sheila Wilson  Identity Verified
Spain
Local time: 15:40
Member (2007)
English
+ ...
Quelques idées fausses, peut-être ? Dec 7, 2015

Bienvenu sur ProZ.com. Il serait très utile de nous informer un peu plus de votre parcours et vos connaissances, en complétant votre profil.
Etoile13 wrote:
Tout d'abord, le master de LEA, s'il est bien mené donne-t-il vraiment de solides débouchés ?

Je ne peux rien dire pour les autres métiers linguistiques, mais la traduction n'est pas fondée sur les diplômes. Certes, si vous n'avez rien d'autre ce sont très utiles et les diplômes peuvent insuffler davantage de confiance. Mais la deuxième commande d'un client vient uniquement après avoir livré une traduction de qualité.
si la situation est un peu bouchée en France, est-il facile de trouver du travail dans un pays à l'étranger en tant que traducteur ayant une maîtrise de trois langues ?

Vous parlez de travail en tant de salarié ? Nous travaillons pratiquement tous en freelance, travailleurs indépendants. Et pourquoi pas travailler pour clients canadiens ou scandinaves à partir de votre bureau en France ? Ou la situation contraire ? Je n'ai perdu qu'un seul client quand j'ai déménagé de la France en Espagne.
/quote]Dans le cadre des études de LEA, il nous est demandé d'avoir l'anglais comme première langue bien sûr, mais le choix de la deuxième langue est plutôt vaste. Est-ce que vous me conseillerez le choix d'une langue particulière[/quote]
Attendez, vous anticipez prendre une langue que vous ne connaissez pas du tout, l'étudier pendant 1 à 2 deux ans, pour l'utiliser comme langue de travail une fois le diplôme empoché ? Mais nous devons avoir une maîtrise très haute de nos langues sources, et pas seulement du langage général. On l'apprend jeune et/ou pendant de longues années, de préférence en immersion dans un pays où la langue est parlé.

En bref, je ne veux pas vous dire que c'est impossible de devenir traducteur. C'est tout à fait possible si vous parlez 2+ langues très bien, si vous avez une maîtrise élevée de votre langue maternelle (niveau écrit top, comme un écrivain professionnel), si vous connaissez la terminologie bilingue de certains secteurs afin d'en constituer vos spécialisations, et si vous avez le savoir-faire pour gérer une petite entreprise (marketing, négociation, comptabilité...). On n'apprend pas le métier pendant un Master.


 

SPI-Trad
Local time: 16:40
Czech to French
+ ...
LEA Dec 7, 2015

J'ai fait sur le tard une licence LEA pour obtenir un diplôme de niveau II (nécessaire dans les appels d'offres de la Commission) alors que j'étais déjà traducteur depuis une dizaine d'années avec un simple D.U.T.

Deux constats:
- Le programme est intéressant mais ne se consacre pas à la traduction professionnelle, l'approche qui y est proposée est parfois même contraire à ses principes. Pas un mot sur les outils de TAO.
- Le programme prévoit certes l'initiation à une troisième langue, mais vous êtes censé maîtriser parfaitement le français et vos deux premières langues (avec mémoires et analyses à rédiger en anglais et allemand dans mon cas).

(Remarques valables pour une licence LEA à distance à l'Université de Strasbourg).


 

Juan Jacob  Identity Verified
Mexico
Local time: 09:40
French to Spanish
+ ...
Un peu éloigné de la réalité... Dec 7, 2015

...à mon avis.

1.- Vous prétendez "maîtriser" deux autres langues... ça, déjà, ce n'est pas donné à tout le monde.
Et, pour y arriver, -vous en êtes conscient j'en suis sûr-, ce sera un boulot de très longue haleine. Maîtriser deux langues relève déjà d'un véritable tour de force qui, à mon humble avis, n'est réalisable que par quelques doués en langues... et de préférence les ayant comme langues maternelles/paternelles... et de préférence aussi par ceux ayant vécu plusieurs années dans les pays où elles sont parlées ;

2.- En admettant que vous y arriviez, ce que je vous souhaite, cela ne vous garanti en aucun cas que vous aurez acquis les dons suffisants pour être traducteur : maîtriser deux/trois langues ne veux absolument pas dire que l'on puisse les traduire ;

3.- Vous parlez de reconvertion professionnelle. Donc, vous n'êtes pas tombé de la dernière pluie, quoique vous ne précisez pas votre âge... y avez-vous songé, non seulement en fonction de l'investissement en temps pour apprendre les langues ciblées mais aussi pour un insertion dans le "marché du travail" de la traduction, déjà fortement concurrencé ?

Je vous souhaite bonne chance.

Juan







[Editado a las 2015-12-07 16:19 GMT]


 

nordiste  Identity Verified
France
Local time: 16:40
English to French
+ ...
quelques pistes de réflexion Dec 7, 2015

" Etant très passionné par les langues, par le fait de s'enrichir sur le plan culturel, par le fait de voyager," ... je pense que vous avez une vision très (trop) romantique du monde de la traduction.

Si vous rêvez de traduction littéraire et de traduire des best-sellers ... le marché est très bouché, surtout pour l'anglais. Il faut une excellente plume et quelques relations chez des éditeurs pour faire son trou, la plupart des traducteurs littéraires ont un autre métier : enseignant, journaliste car ils ne peuvent pas vivre de la seule traduction. Il existe quelques niches à succès, comme le polar suédois, mais le temps que vous soyez prêt qui peut prédire si ce ne sera pas plutôt le polar brésilien qui sera à la mode.

En traduction technique, la très très grande majorité des traducteurs en France sont des indépendants. Les emplois salariés de traducteurs sont inexistants, les agences de traduction emploient des commerciaux et des chefs de projets pour coordonner les projets, assez peu pour traduire. Avez-vous un minimum de fibre commerciale pour être capable de prospecter vos clients et négocier âprement vos tarifs ?

Si vous voulez un diplôme, orientez-vous vers un Master de traduction dans une université française ou une école de traduction (ISIT, ESIT, UCO...) . Vous trouverez une liste non exhaustive ici pour la traduction littéraire
http://www.atlf.org/profession-traducteur/formations/formations-universitaires-initiales/
et ici pour le reste http://affumt.fr/liste-des-adherents

Avec une langue assez répandue comme l’anglais ou l'espagnol il faut se spécialiser dans un secteur économique pour sortir du lot. Au contraire avec une langue à faible diffusion (langues scandinaves) il faut se placer en spécialiste incontournable de ce pays et de son économie.


 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 16:40
Member (2007)
German to French
+ ...
Allez Dec 7, 2015

J'ai à peu près le même ressenti que les collègues, mais je vais essayer de vous répondre concrètement sur quelques points.

Etoile13 wrote:

Tout d'abord, le master de LEA, s'il est bien mené donne-t-il vraiment de solides débouchés ? J'ai cru comprendre que c'était pas trop ça.
LEA est une formation généraliste en langues, donc en soi, je conçois bien qu'elle n'ait pas trop de débouchés. Il faudrait enchaîner avec un master de traduction (mais même avec ça, les "débouchés" sont loin de couler de source)

Etoile13 wrote:

Et si la situation est un peu bouchée en France, est-il facile de trouver du travail dans un pays à l'étranger en tant que traducteur ayant une maîtrise de trois langues ? Je pense notamment au Canada, aux pays scandinaves par exemple, mais nous sommes ouverts et pas spécialement attaché à rester en France. Est-ce une bonne idée ?
Premièrement, dans beaucoup de pays, il n'y a presque plus d'emploi salarié pour les traducteurs. Deuxièmement, ce n'est pas le nombre de langues qui vous rend employable, mais leur adéquation avec le marché visé, et évidemment votre maîtrise de cette/ces langue(s).
Vous parlez du Canada : l'emploi salarié y reste assez développé pour les traducteurs (par rapport à la France), par contre à ma connaissance seuls l'anglais et le français y sont réellement utiles.

Etoile13 wrote:

Ma deuxième question est la suivante. Dans le cadre des études de LEA, il nous est demandé d'avoir l'anglais comme première langue bien sûr, mais le choix de la deuxième langue est plutôt vaste. Est-ce que vous me conseillerez le choix d'une langue particulière qui pourrait grandement augmenter mes perspectives de travail ainsi que mes débouchés ? Le choix d'une langue rare (chinois, hindi, ou arabe, voire japonais) est-il à privilégier pour se démarquer ou bien vaut-il mieux se diriger vers une langue plus courante telle que l'Allemand ou l'Espagnol ? Mon projet est professionnel et j'aimerais me donner toutes les chances de réussir.
Comme Sheila, je comprends que vous voulez commencer une langue à partir de zéro et l'amener à un niveau professionnel ? Ce n'est pas impossible en 5 ans d'études, mais assez compliqué, surtout que les études en LEA ne sont pas du genre cours intensifs... A fortiori si vous partez sur des langues exotiques. Quel que soit le choix, il faudra bûcher dur en dehors des cours et partir beaucoup dans le(s) pays où la langue est pratiquée. Votre anglais, lui, est-il déjà excellent ? Si ce n'est pas le cas, je vous conseillerais de vous concentrer sur une seule langue. (Ceci dit, si vous affirmez aimer les langues, c'est bien que vous devez en parler une ou plusieurs ?)

Etoile13 wrote:

Ma dernière question, enfin : étant donné que mon épouse et moi aimerions nous orienter vers la traduction, n'est-il pas plus opportun de choisir deux langues différentes en deuxième choix de langue afin de ne pas "nous marcher sur les pieds", ou bien y a-t-il des avantages à choisir les mêmes langues et si oui quels sont-ils ? Que nous conseillez-vous ?
Pour le coup, il me semble évident qu'il vous faut choisir la même langue. Premièrement pour l'apprendre (cf. ci-dessus : si vous devez passer des mois, voire des années à l'étranger pour perfectionner vos langues, c'est un peu idiot de partir sur des langues et donc des pays différents, sauf si vous avez vraiment envie de planter votre couple), deuxièmement pour exercer, si l'on part bien d'une hypothèse de travail en freelance, qui est la plus probable somme toute : vous pourrez partager des projets et donc être plus compétitifs, et aussi vous relire mutuellement et progresser conjointement.

Encore faut-il avoir les mêmes envies. J'ai parlé là uniquement d'arguments rationnels, mais à mon avis il faut surtout s'orienter vers des langues et des domaines de spécialisation qu'on aime, sans quoi on va vite baisser les bras. Et en couple, on a beau tout partager, on n'a quand même pas toujours les mêmes goûts sur tout.


 

Jean-Pierre Artigau (X)
Canada
Local time: 10:40
English to French
+ ...
Canada Dec 7, 2015

Bonjour
Pour les aspirants traducteurs, j'apporte mon grain de sel depuis le Canada, puisqu'il en est question dans votre message:
- Il est illusoire de penser maîtriser une nouvelle langue en quelques années, il faudra des séjours dans le (les) pays en question. Je vous conseillerais plutôt d'approfondir les langues que vous connaissez déjà, comme l'anglais, et prenez des vacances d'immersion, séparément s'il le faut puisque vous êtes un couple et que vous risquez de retomber dans la facilité en communiquant en français, à moins d'avoir une volonté de fer.
- Il est utile de maîtriser plus de deux langues, mais pas essentiel. La combinaison anglais-français a déjà un marché assez vaste, ce qui facilite la spécialisation.
- Même si vous maîtrisez plusieurs langues, cela ne fait pas de vous des traducteurs. La traduction est une démarche complexe et aucunement «naturelle» qui exige un apprentissage. Dans ce fil d'autres personnes ont cité des écoles de traduction en France. Il en existe aussi d'excellentes au Canada
- Indépendamment des langues, je recommande fortement de bien approfondir un domaine qui vous plaît. Cela pourrait être la biologie, l'environnement, l'informatique, le droit ou n'importe quoi qui vous intéresse. Choisir autant que possible un domaine assez vaste et en vogue. À notre époque l'environnement et l'informatique sont très en demande, il y a aussi le commerce. Ce pourrait être le domaine dans lequel vous travailliez avant de rêver de devenir traducteurs (et que vous ne nous révélez pas). Cela vous permettra de faire de la traduction dite «spécialisée» dans le domaine en question, mais vous devrez être prêts aussi à en sortir.
- Si vous travaillez ensemble comme indépendants, je vous conseille d'avoir la même combinaison de langues, ce qui vous permettra de servir les mêmes clients (et de vous présenter sous le nom de la même entité ou entreprise).
- Au Canada, il existe des associations provinciales de traducteurs; il n'est pas strictement nécessaire d'être certifié par une association, mais c'est hautement recommandé.
- Au Canada bien sûr le gros du marché est de l'anglais au français (langues officielles), et l'inverse dans une moindre mesure. Il existe un marché moins important pour les langues étrangères, principalement les langues des pays avec lesquels le Canada a des échanges commerciaux (Amérique latine, donc principalement l'espagnol).

Voici quelques liens utiles:
Liste des associations provinciales (et autres) http://www.atio.on.ca/misc/associations.php

Article sur l'industrie de la traduction du journal La Presse (perspective canadienne) http://ottiaq.org/email/PDF/Portfolio_Industrie-de-la-traduction_LaPresse-2014-09-23.pdf

Sondage de François Gauthier sur la tarification et les revenus (au Québec)
http://ottiaq.org/extranet/pdf/resultats_sondage2012_fr.pdf

Bonne chance.

Jean-Pierre


 

Adrien Esparron
Local time: 16:40
Member (2007)
German to French
+ ...
Pour quelques réflexions de plus... Dec 8, 2015

Etoile13 a écrit:

Etant actuellement en reconversion professionnelle et n'ayant jamais travaillé dans les métiers de la traduction, j'aimerais vous poser quelques questions.



Des confrères ont déjà répondu et je pense que leurs réflexions sont utiles. Je me permets d'ajouter quelques éléments (peut-être redondants pour certains).

Votre profil ProZ.com indique que vous êtes étudiant (et rien de plus). Vous indiquez cependant être en "reconversion professionnelle" et marié. Rien de contradictoire dans tout cela, mais un peu limite pour se faire une idée de ce qui, au-delà d'un évident imaginaire concernant la traduction, vous pousserait aujourd'hui à entreprendre des études qui, sauf erreur de ma part mais il ya longtemps que j'ai quitté cet univers où l'on ne parlait pas de "master", sont appelées à durer quatre ans.



Moi et ma femme souhaitons entreprendre ensemble des études de langue pour devenir traducteurs.



Très bonne idée sans doute et il existe des établissements connus, voire prestigieux pour cela. Ceux qui sont passés par là pourront dire que c'est indispensable de suivre de tels cursus, ceux qui sont devenus traducteurs autrement, et pas forcément des très "vieux", vous diront que cela ne sert à rien. Je crois cependant que "faire des études de langues pour devenir traducteurs" n'a pas de réelle signification.




Tout d'abord, le master de LEA, s'il est bien mené donne-t-il vraiment de solides débouchés ? J'ai cru comprendre que c'était pas trop ça.



Pour avoir des "petits" neveux et nièces ayant suivi ce type d'études, je pense que votre impression est la bonne. La solide connaissance de certaines langues (cela reste aussi à prouver) n'est, je me trompe peut-être, plus qu'un "plus". ce n'est pas suffisant pour accéder au monde de l'emploi.



Est-ce que vous me conseillerez le choix d'une langue particulière qui pourrait grandement augmenter mes perspectives de travail ainsi que mes débouchés ? Le choix d'une langue rare (chinois, hindi, ou arabe, voire japonais) est-il à privilégier pour se démarquer ou bien vaut-il mieux se diriger vers une langue plus courante telle que l'Allemand ou l'Espagnol ?



Il n'est pas sûr qu'une langue "rare" (je vous laisse arbitre de celles que vous mentionnez) soit plus "rentable" qu'une langue "courante" (même remarque) sur le plan strictement professionnel. Pour me situer dans un univers qui m'est familier (celui des langues slaves), il est évident que mettre en avant le slovène ou le macédonien par rapport au russe ou au polonais est un atout considérable... dans une absence flagrante de marché !!! Du moins dans le sens voulu, c'est-à-dire vers le français. C'est vous qui parlez de projet "professionnel". J'espère que ma réponse est claire à ce niveau.

Je ne pense pas que la situation aura beaucoup changé dans quatre ans, on ne sait cependant jamais, mais des études très sérieuses indiquent que c'est le français la prochaine langue internationale (si, si...).

N'oublions cependant pas que quatre ans ne permettent pas de maîtriser une langue apprise ex-nihilo. Impossible à moins de vivre en permanence de très nombreux mois dans la zone linguistique concernée.



Ma dernière question, enfin : étant donné que mon épouse et moi aimerions nous orienter vers la traduction, n'est-il pas plus opportun de choisir deux langues différentes en deuxième choix de langue afin de ne pas "nous marcher sur les pieds", ou bien y a-t-il des avantages à choisir les mêmes langues et si oui quels sont-ils ? Que nous conseillez-vous ?



Je pense avoir à peu près répondu et sur la durée et le lieu d'apprentissage et la fréquence opérationnelle des langues proposées. Apprenez ensemble la même langue bien ciblée : si tel est le cas, vous ne vous marcherez pas sur les pieds et vous pourrez vous épauler dans l'apprentissage et la mise en oeuvre.

Et bien voilà, reste à se lancer et à persévérer : ce n'est pas plus simple ni plus compliqué que dans tout parcours...

Have fun!


 

Juan Jacob  Identity Verified
Mexico
Local time: 09:40
French to Spanish
+ ...
Et, comme souvent... Dec 15, 2015

...plus aucune trace de celui qui a posé la question.
Bref... c'est à se demander...


 

Andriy Bublikov  Identity Verified
Ukraine
Local time: 17:40
Member (2009)
French to Russian
+ ...

Moderator of this forum
Laissez tomber Dec 15, 2015

Bonjour Juan,

C’était un(e) étudient(e), il y en a beaucoup sur Internet. Il (elle) s’est trompé(e) de forum. Laissez tombericon_smile.gif

[Edited at 2015-12-15 20:13 GMT]

[Edited at 2015-12-15 20:55 GMT]


 

DorothyX (X)
France
Local time: 16:40
Il faut distinguer Dec 15, 2015

Il faut distinguer master LEA et master de traduction. Pour entrer en master 1 de traduction, une licence est nécessaire et les deux langues étrangères sont censées acquises (on n'y enseigne pas les langues, on y enseigne la traduction, et on prépare au métier de traducteur!).

Il est connu que pour apprendre les rudiments du japonais ou du chinois, il faut deux ans. Le système est totalement différent. Et là je ne parle que des rudiments. L'espagnol ou même le suédois ou le polonais sont plus faciles à aborder.

Juan Jacob wrote:

...plus aucune trace de celui qui a posé la question.
Bref... c'est à se demander...


Oh ça... j'ai quelquefois l'impression qu'on nous envoie des textes préparés par des créateurs de contenus.


 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Besoin de renseignements importants..

Advanced search






PerfectIt consistency checker
Faster Checking, Greater Accuracy

PerfectIt helps deliver error-free documents. It improves consistency, ensures quality and helps to enforce style guides. It’s a powerful tool for pro users, and comes with the assurance of a 30-day money back guarantee.

More info »
memoQ translator pro
Kilgray's memoQ is the world's fastest developing integrated localization & translation environment rendering you more productive and efficient.

With our advanced file filters, unlimited language and advanced file support, memoQ translator pro has been designed for translators and reviewers who work on their own, with other translators or in team-based translation projects.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search