International Translation Day 2017

Join ProZ.com/TV for a FREE event on September 26-27th celebrating International Translation Day! 50+ hours of content, Chat, Live Q&A & more. Join 1,000's of linguists from around the globe as ProZ.com/TV celebrates International Translation Day.

Click for Full Participation

Devenir traducteur freelance avec un CV vide
Thread poster: sycomore
sycomore
France
Feb 29, 2016

Bonjour, je vous expose ma situation brièvement : Je ne travaille pas depuis de longues années pour raisons de santé, et comme j'ai des bonnes prédispositions pour l'anglais (et un peu de pratique), je me suis dis que je pourrais faire quelques traductions en freelance pour occuper mon temps et gagner un peu d'argent.
Alors ma question est la suivante : est-ce que c'est un projet réalisable sachant que je n'ai que le bac comme diplôme et que mon cv est vide ?

Merci d'avance pour vos réponses.


Direct link Reply with quote
 

Tradpol  Identity Verified
Poland
Local time: 16:22
Polish to French
+ ...
Connaitre une langue ne fait pas traducteur Feb 29, 2016

Mesure tes force travaillant gratuitement sur des projets SIMPLES pour des œuvres de charité, ONG, par exemple, pour voir si tu es déjà capable de faire des traductions. Ce ne sont pas les diplômes qui font un traducteur, mais s'il n'y a ni diplômes, ni expérience...

Direct link Reply with quote
 

Philippe Etienne  Identity Verified
Spain
Local time: 16:22
Member
English to French
Réponse Feb 29, 2016

sycomore wrote:
...Alors ma question est la suivante : est-ce que c'est un projet réalisable sachant que je n'ai que le bac comme diplôme et que mon cv est vide ?

Non.
La combinaison de langues ENFR est évidemment très courante et si tu n'as rien de plus à proposer, je ne vois pas comment tu peux te distinguer par rapport à de vrais professionnels, qui doivent déjà s'investir sérieusement pour établir une clientèle et travailler à plein temps.

Au mieux tu trouveras sur Internet des possibilités où tu gagneras bien moins que le salaire mini ramené à l'heure. A mon avis, autant vendre sur eBay des pièces uniques en macramé.

Philippe


Direct link Reply with quote
 

nordiste  Identity Verified
France
Local time: 16:22
English to French
+ ...
peu réaliste Feb 29, 2016

sycomore wrote:

Bonjour, je vous expose ma situation brièvement : Je ne travaille pas depuis de longues années pour raisons de santé, et comme j'ai des bonnes prédispositions pour l'anglais (et un peu de pratique), je me suis dis que je pourrais faire quelques traductions en freelance pour occuper mon temps et gagner un peu d'argent.
Alors ma question est la suivante : est-ce que c'est un projet réalisable sachant que je n'ai que le bac comme diplôme et que mon cv est vide ?

Merci d'avance pour vos réponses.


On ne gagne pas d'argent en se livrant à une activité pour "occuper son temps", que ce soit jouer du piano, écrire un blog ou faire quelques traductions.
Tu trouveras évidemment des petites annonces sur de nombreux sites Internet plus ou moins sérieux, pour des tarifs de misère (si tu arrives à te faire payer !).
Pratiquée comme une activité professionnelle, la traduction est un vrai travail, qui exige beaucoup plus que "de bonnes prédispositions pour l'anglais".

Ceci dit, devenir traducteur n'est pas un projet irréalisable, même dans la combinaison français-anglais déjà bien saturée. Mais il faut une approche professionnelle comme pour n'importe quel autre métier. Si tu envisageais de devenir boulanger ou photographe professionnel tu commencerais certainement par une formation et des stages pratiques, même si par ailleurs tu réussis plutôt bien le fondant au chocolat ou les photos de vacances.


Direct link Reply with quote
 

Carola BAYLE  Identity Verified
France
Local time: 16:22
Member (2005)
German to French
+ ...
L'exemple même de la mauvais concurrence... Mar 1, 2016

A l'heure où beaucoup de traducteurs se battent pour etre dignement rémunérés, quelqu'un avec des "prédispositions" qui veut occuper son temps et risque du coup d'accepter des prix "au ras des pacquerettes", voilà l'exemple même de ceux qui font du tort aux traducteurs professionnels. En plus, j'aurais quand même un sérieux doute sur la qualité de tes éventuelles traductions.
Désolée d'être si dure, mais inutile de te donner de faux espoirs.


Direct link Reply with quote
 

bruno ducos  Identity Verified
France
Local time: 16:22
German to French
+ ...
Traduction = expérience + beaucoup de travail + chance Mar 1, 2016

Bonjour Sycomore,

Comme dans tous les métiers, il s'agit plus d'expérience et de pratique que de diplômes. On peut en effet avoir tous les diplômes en traduction possible et être un mauvais traducteur. Les qualités nécessaires sont surtout les suivantes : avoir un bon rédactionnel, de la jugeotte, une bonne pratique de deux langues (c'est un minimum pour survivre) sources, disposer d'un outil de traduction au minimum, avoir ADOBE, WORD, EXCEL etc. et ne pas compter ses heures car les clients ont toujours besoin de leur traduction finalisée dans les plus brefs délais (même les weekends)...

Au départ, concentres toi sur des petits projets de 200/300 mots pour forger ton expérience et avoir des retours clients.

Tu sauras vite si tes traductions sont de qualité et si tu peux poursuivre dans la voie de la traduction !

Tout le monde a sa chance mais...seule la qualité de ton travail fera que tu pourras poursuivre dans cette voie...

Bon courage

Bruno


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 16:22
Member (2007)
German to French
+ ...
Tout est toujours possible Mar 1, 2016

Bonjour,

Ne pas avoir de diplôme et ne pas avoir d'expérience professionnelle n'a, en ce qui me concerne, pas la moindre importance. Ce sont plus les raisons de cette situation qui m'interpellent, mais c'est sans objet ici.

Ce que vous imaginez de la traduction, et du métier de traducteur, correspond à la définition du dilettante que l'on peut trouver ici :

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/dilettante/25568

Rien de déshonorant, bien au contraire, mais à des années lumière de ce qu'est être "freelance".

Pour occuper votre temps, rien ne vous empêche de traduire et de vous faire plaisir, pour gagner un peu d'argent, je ne vois pas comment, mais il se pourrait que je me trompe ?

Bonne continuation quoiqu'il advienne.


Direct link Reply with quote
 

Claire Dodé  Identity Verified
France
Local time: 16:22
German to French
mêmes remarques Mar 1, 2016

Bonsoir,

Mêmes remarques que les autres.

Mais cela dit, en traduction comme ailleurs, il existe tous les niveaux de prestation.

Le problème étant que, pour les niveaux peu complexes, sur la paire de langues anglais-français, vous êtes en forte concurrence avec beaucoup d'autres traducteurs et avec google-traduction ou tout autre logiciel de traduction automatique (qui fournit de mauvaises traductions, mais qui fait fortement hésiter le client à confier sa traduction à un pro pour un tarif de pro).

Déjà, il faut repérer dans quel domaine vous pouvez traduire.

Pour cela, plusieurs pistes :
- allez faire un tour sur le forum terminologique pour voir si vous êtes capable de faire des recherches terminologiques, et dans quel domaine. Vous pouvez regarder dans les archives du forum terminologique pour vous entrainer. Ne vous arrêtez évidemment pas à une recherche et comparez vos résultats avec les résultats proposés. (je veux dire par là que les non-pros sautent souvent sur le premier terme mal traduit qu'ils trouvent sur internet, sans vérifier dans des documents français et anglais non traduits si le sens et l'usage correspondent bien).
- voyez si vous n'avez pas acquis un niveau de connaissances bilingues assez poussé dans le domaine où vous avez des problèmes de santé. Ca peut être une niche commerciale pour vous.
- si vous vous orientez plutôt vers des traductions de correspondance ou autres domaines où les recherches terminologiques ne me semblent pas poussées (je peux me tromper, je suis traductrice technique, mais il est arrivé que les clients me demandent de traduire des cartes de vœux avant que je ne décide de refuser), donc si vous vous orientez plutôt vers des traductions de correspondance ou similaire, voyez si vous arrivez à traduire l'intention, à produire des phrases qui donnent le même sentiment (et ne vous arrêtez pas à mes conseils, allez prendre ceux de traducteurs du domaine).


Une fois que vous avez choisi votre ou vos créneaux, il vous faudra trouver comment trouver des clients, fixer vos prix, tenir les délais et assurer le service après-vente, remplir la paperasse administrative, faire les déclarations ad'hoc, demander votre inscription aux douanes pour faire la déclaration européenne de service, vous demander si vous avez ou non changé de caisse de sécurité sociale pour passer freelance, remplir à nouveau la paperasse, tenir votre comptabilité, même minimale (livre de dépenses et de recettes obligatoires en autoentreprise) et entretenir votre matériel (ordinateur).
(Si vous trouvez une recette miracle pour avoir une bonne clientèle avant trois ans pleins, sans devoir réfléchir au créneau sur lequel on vend, démarcher des clients potentiels qui restent souvent potentiels et apprendre à communiquer sur les services que vous proposez, prévenez-moi, ça m'intéresse.)
Il vous faut aussi absolument apprendre quelles sont les pratiques professionnelles, si le client a le droit de vous réclamer des dommages et intérêts parce que vous avez mal traduit sa carte de vœux et que son client s'est vexé (je crois que la réponse est : il n'a pas le droit si vous avez écrit des conditions générales de vente et que vous avez écrit dedans que vous ne rembourserez pas plus que le montant de la facture). Même question si le pont s'est cassé la figure parce que vous avez mal recopié le chiffre indiquant la résistance du béton spécial que vous étiez en train de traduire (la réponse est la même : responsabilité à la hauteur de la facture, ou approchant).

Cela dit, c'est un métier passionnant.

Bonne soirée.

[Modifié le 2016-03-01 21:23 GMT]

[Modifié le 2016-03-01 21:25 GMT]


Direct link Reply with quote
 
sycomore
France
TOPIC STARTER
bonsoir, Mar 5, 2016

Tout d'abord, merci à tous pour vos réponses qui m'aident bien, même si certaines sont contradictoires.


Claire Dodé wrote:

Pour cela, plusieurs pistes :
- allez faire un tour sur le forum terminologique pour voir si vous êtes capable de faire des recherches terminologiques, et dans quel domaine. Vous pouvez regarder dans les archives du forum terminologique pour vous entrainer. Ne vous arrêtez évidemment pas à une recherche et comparez vos résultats avec les résultats proposés. (je veux dire par là que les non-pros sautent souvent sur le premier terme mal traduit qu'ils trouvent sur internet, sans vérifier dans des documents français et anglais non traduits si le sens et l'usage correspondent bien).

J'ai fait quelques traductions récemment, pour m'entraîner, et lorsque je ne connaissais pas un mot ou que j'hésitais sur son sens, ma méthode était de choisir sur un dictionnaire en ligne la traduction qui semblait le mieux coller au sens du mot dans le texte.
Je viens d'aller voir rapidement sur le forum terminologique mais je n'ai pas vraiment compris, en quoi ça consiste exactement ?



- voyez si vous n'avez pas acquis un niveau de connaissances bilingues assez poussé dans le domaine où vous avez des problèmes de santé. Ca peut être une niche commerciale pour vous.

En effet c'est peut-être une piste à creuser, je vous remercie pour cette suggestion.

- si vous vous orientez plutôt vers des traductions de correspondance ou autres domaines où les recherches terminologiques ne me semblent pas poussées (je peux me tromper, je suis traductrice technique, mais il est arrivé que les clients me demandent de traduire des cartes de vœux avant que je ne décide de refuser), donc si vous vous orientez plutôt vers des traductions de correspondance ou similaire, voyez si vous arrivez à traduire l'intention, à produire des phrases qui donnent le même sentiment (et ne vous arrêtez pas à mes conseils, allez prendre ceux de traducteurs du domaine).


Une fois que vous avez choisi votre ou vos créneaux, il vous faudra trouver comment trouver des clients, fixer vos prix, tenir les délais et assurer le service après-vente, remplir la paperasse administrative, faire les déclarations ad'hoc, demander votre inscription aux douanes pour faire la déclaration européenne de service, vous demander si vous avez ou non changé de caisse de sécurité sociale pour passer freelance, remplir à nouveau la paperasse, tenir votre comptabilité, même minimale (livre de dépenses et de recettes obligatoires en autoentreprise) et entretenir votre matériel (ordinateur).

Tout cela est fastidieux et demande du temps, j'en suis bien conscient, mais le fait est que j'ai du temps libre, que je ne suis pas pressé, et que mes ambitions sont très modestes.


(Si vous trouvez une recette miracle pour avoir une bonne clientèle avant trois ans pleins, sans devoir réfléchir au créneau sur lequel on vend, démarcher des clients potentiels qui restent souvent potentiels et apprendre à communiquer sur les services que vous proposez, prévenez-moi, ça m'intéresse.)

Dans ce domaine je suis complètement novice, je le reconnais et je n'aurai sûrement moi non plus pas de recette miracle. Vous contactez des agences de traduction par email, pour leur proposer vos services ? Le cv joue-t-il un rôle primordial dans la démarche de prospection de clients ?


Il vous faut aussi absolument apprendre quelles sont les pratiques professionnelles, si le client a le droit de vous réclamer des dommages et intérêts parce que vous avez mal traduit sa carte de vœux et que son client s'est vexé (je crois que la réponse est : il n'a pas le droit si vous avez écrit des conditions générales de vente et que vous avez écrit dedans que vous ne rembourserez pas plus que le montant de la facture). Même question si le pont s'est cassé la figure parce que vous avez mal recopié le chiffre indiquant la résistance du béton spécial que vous étiez en train de traduire (la réponse est la même : responsabilité à la hauteur de la facture, ou approchant).
Un point important, ça aussi, je vous remercie.

[Edited at 2016-03-06 19:33 GMT]


Direct link Reply with quote
 
Schtroumpf
Local time: 16:22
German to French
+ ...
Faites des études - ou rien Mar 11, 2016

Bonsoir Sycomore,

Les questions comme la vôtre irritent notre communauté, et c'est compréhensible.

Les traducteurs qui arrivent à vivre de leur art n'en sont plus à connaître "un peu" une ou deux langues étrangères. Qu'ils aient ou non fait des études supérieures, ils sont des professionnels de haut niveau en langues PLUS quelques spécialisations dans les textes traduits : romans, médical, juridique, chimie etc. J'en passe pour les outils informatiques, la gestion d'une activité indépendante et le reste.

Malgré sa complexité et ses exigences, la méconnaissance de notre métier est telle que régulièrement, des personnes absolument pas qualifiées se disent - tiens, et si je faisais des traductions ? ... ignorant tout de la profession mais ne cherchant pas vraiment à en savoir plus par elles-mêmes.

Pour être encore plus cru : un forum comme celui-ci sert à l'échange entre professionnels, certes parfois débutants, mais professionnels d'abord. En revanche il n'a pas vocation à former des publics néophytes. Pour cela, il existe des universités et écoles spécialisées. Un traducteur de notre époque débarque comme jeune diplômé avec au minimum bac+4 en poche. Mais 5 ou 6 années d'études en fac seraient mieux.

L'accès au métier et ses prérequis ont été mille fois discutés ici auparavant dans ce forum. Le bon traducteur, c'est aussi celui qui sait se documenter et trouver réponse par ses propres moyens. Je ne veux pas vous décourager, mais... pour l'instant cela ne me semble pas correspondre à votre situation du tout.


Direct link Reply with quote
 

Sheila Wilson  Identity Verified
Spain
Local time: 15:22
Member (2007)
English
+ ...
Prédispositions ne suffisent pas Mar 12, 2016

sycomore wrote:
j'ai des bonnes prédispositions pour l'anglais (et un peu de pratique)

Les diplômes ne sont pas obligatoires. Une manque d'expérience professionnelle n'exclut pas forcément les débutant(e)s bilingues. Mais les langues sont incontournables, évidemment. Un niveau du Bac ne suffit pas. J'étais formatrice en anglais pendant 15 ans en France et je sais bien que les bacheliers ont un niveau très bas et leurs connaissances ne sont pas du tout adapté à ce métier. Personnellement, après de longues études en français depuis l'âge de huit ans, en éducation spécialisée et en formation continue, je suis arrivée en France avec un niveau qui était bon pour les restaurants et le shopping, mais pour acheter une maison c'était vraiment limite ! J'ai dû passer sept ans dans l'Hérault et gagner quelques papiers (le DELF et un certificat de traduction) avant d'oser m'appeler traductrice professionnelle.
lorsque je ne connaissais pas un mot ou que j'hésitais sur son sens, ma méthode était de choisir sur un dictionnaire en ligne la traduction qui semblait le mieux coller au sens du mot dans le texte

Cela dit beaucoup. Si seulement cela suffirait !
Je vous conseille d'oublier cette idée. Vous êtes sûrement plus apte à transcrire les discours monolingues ou taper les textes manuscrits.


Direct link Reply with quote
 

Claire Dodé  Identity Verified
France
Local time: 16:22
German to French
méthode risquée et de faible qualité Mar 22, 2016

Bonsoir,

Je m'arrête juste sur la même phrase que Sheila (et irai ensuite passer le temps sur un autre fil de discussion).

sycomore wrote:
J'ai fait quelques traductions récemment, pour m'entraîner, et lorsque je ne connaissais pas un mot ou que j'hésitais sur son sens, ma méthode était de choisir sur un dictionnaire en ligne la traduction qui semblait le mieux coller au sens du mot dans le texte.


Eh bien, avec cette méthode, vous avez a priori le choix entre deux options, ou les deux à la fois :
1) vous faites un jour un erreur assez grave et le retour de bâton fait mal.
2) vous n'arrivez à négocier que des tarifs bas de gamme car j'ai pour ma part deux méthodes lorsque je ne connais pas un mot ou hésite sur son sens : chercher jusqu'à être sûre de moi, autrement dit, avoir compris le sens exact du mot allemand dans son contexte (le "temps" qu'il fait n'est pas le "temps" qui passe), et le sens du mot français que je choisis comme traduction, ou, après que j'ai épuisé toutes les pistes que je pouvais trouver moi-même ou si j'ai un délai serré, demander à d'autres professionnels et ne leur faire confiance que si les justifications qu'ils me donnent me permettent d'être sûre à la fois du sens du mot allemand et du sens du mot français.

Une recherche pour un mot peut aller jusqu'à trente minutes à une heure trente, selon les cas (j'ai intérêt à les réutiliser et à traduire toujours le même type de documents !).

Pour le type de méthode que vous décrivez, je ne sais pas s'il y a un marché. Peut-être. Mais les tarifs vont être - estimation pure - d'un cinquième des tarifs normaux de traduction, il va donc vous falloir abattre une quantité phénoménale de travail pour arriver à un revenu très faible tout en ayant google traduction comme concurrent très sérieux.

Par ailleurs, j'avoue que la répétition de l'affirmation selon laquelle vous souhaitez avant tout exercer cette activité en dilettante m'exaspère un peu - un peu seulement. Par contre, le fait que vous l'affirmiez sur un forum de professionnels de la traduction, lui, m'exaspère beaucoup. En effet, vous nous demandez de vous conseiller pour une activité que vous souhaitez exercer en dilettante. Iriez-vous sur un forum ou à une réunion de plombiers professionnels pour demander comment vous occuper à remplacer un lavabo de temps en temps ? Non, vous mettriez une annonce sur leboncoin, et ce serait fini.

Si vous voulez, rapprochez-vous d'un forum ou d'une liste de traducteurs amateurs, ou mettez une annonce sur leboncoin : "traducteur amateur, telle langue vers telle langue, spécialité dans tel domaine, tarif pas cher, qualité intermédiaire entre google traduction et un vrai professionnel, paiement cesu", et puis voilà, vous aurez votre statut (le cesu), votre annonce, et c'est fini.

Ou alors (désolée d'être rude) : apprenez le métier (même sur internet, c'est possible, si vous voulez des explications sur le fonctionnement de la recherche terminologique sur proZ, je peux vous en donner, c'est 60€ de l'heure, mais je peux avoir un numéro de formateur, et vous trouverez peut-être une façon pour faire passer ça sur votre budget de formation professionnelle (ou alors, vous voyez avec d'autres moins chers, qui n'ont pas les mêmes charges que moi)).

Et pour finir, puisqu'il s'agit principalement d'occuper vos journées, je vous propose de proposer votre candidature auprès d'organismes de traduction bénévoles, ou -certainement plus adapté- de retranscription bénévole de texte, les organismes ayant besoin de traductions gratuites ayant souvent besoin de traductions de textes complexes.

Je vous invite donc à vous rapprocher de l'une des structures suivantes (liste non exhaustive) :
- association Valentin Hauys, pour proposer un service d'enregistrement bénévole de livres, les fichiers audios étant destinés à des aveugles
- association de secrétariat bénévole, s'il en existe
- association dans un domaine qui vous tient à cœur, pour y proposer des travaux de secrétariat
- éventuellement (voir avec eux s'il y a un besoin), association pour mal-entendants qui sous-titre les films (le sous-titrage est un métier, je crois, il y a aussi du sous-titrage+traduction, mais vu le faible nombre de films sous-titrés et, je crois, la grande partie de sous-titrages amateurs, il devrait y avoir du boulot bénévole en grande quantité).
- regarder sur "service civique", il doit y avoir une liste d'associations qui ont des besoins de ce type.

Ce que je veux dire, c'est qu'on ne peut décemment aller dire sur une liste de plombiers ou d'électriciens professionnels, "oh, moi, quand je n'ai pas le bon fusible sous la main, je mets le premier bout de cuivre que j'ai dans la poche, le client n'y voit que du feu" (ce à quoi, en substance, revient pour moi " choisir sur un dictionnaire en ligne la traduction qui semblait le mieux coller au sens du mot dans le texte").

Bonne soirée,

Claire


Direct link Reply with quote
 

MM^^  Identity Verified
Germany
Local time: 16:22
Chinese to French
+ ...
Etoffer, cibler, perséverer Mar 23, 2016

Bonjour,

N'avoir que le bac ne signifie pas ne pas avoir de connaissances qui peuvent constituer une spécialité en traduction (par exemple, le sport, des hobbies avec une terminologies particulière, le cinéma, la pop music, la terminologie liée à tel ou tel logiciel).

Je souligne aussi que par rapport à d'autres pays, le bac est un diplôme exigeant et spécialisé (donc ça peut être bien de préciser sur le cv quel bac a été passé et quelles connaissances particulières il a permis d'acquérir).

Pour étoffer le CV, il peut être judicieux d'y joindre des exemples de traduction qui attestent la maîtrise de tel ou tel domaine.

Faire des traductions pour des ONG est un très bon moyen d'obtenir des références, un lien vers les pages traduites permettant d'attester la qualité du travail. Ces traductions sont aussi un enrichissement personnel.

Ensuite, je pense qu'une bonne idée est de démarcher directement d'une part le réseau de connaissances mais aussi toutes les entreprises situées dans le secteur géographique. Les organismes publics peuvent aussi octroyer des marchés publics de traduction sans recourir au Code des marchés publics quand le montant de la rémunération est en dessous d'un certain seuil (donc cela peut être intéressant de les démarcher directement).
sAvoir un site personnel ou un blog peut aussi être un moyen de se faire connaître.

Par ailleurs, vous vous êtes concentré sur l'aspect traduction, mais il y a plein d'autres métiers qui peuvent être exercés en freelance comme écrivain public, designer etc.

[Modifié le 2016-03-23 10:57 GMT]


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Devenir traducteur freelance avec un CV vide

Advanced search






SDL MultiTerm 2017
Guarantee a unified, consistent and high-quality translation with terminology software by the industry leaders.

SDL MultiTerm 2017 allows translators to create one central location to store and manage multilingual terminology, and with SDL MultiTerm Extract 2017 you can automatically create term lists from your existing documentation to save time.

More info »
BaccS – Business Accounting Software
Modern desktop project management for freelance translators

BaccS makes it easy for translators to manage their projects, schedule tasks, create invoices, and view highly customizable reports. User-friendly, ProZ.com integration, community-driven development – a few reasons BaccS is trusted by translators!

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search