Pages in topic:   [1 2 3] >
Vos conseils pour passer à l'étape supérieure
Thread poster: Philoscribere
Philoscribere
France
Jul 19, 2016

Bonjour tout le monde!

Après avoir navigué à travers les différents sujets de ce forum, je m'insurge un peu contre moi-même et suis à la recherche de conseils.
Pour commencer, je ne fait pas d'études en traduction, mon profil est un peu atypique (prépa, deux licences, un joyeux foutoir). Mais je suis bilingue et l'écriture est une passion.

Il y a environ cinq ans, pour financer mes études et ne trouvant pas d'emploi, j'ai lancé mon activité de rédactrice web, puis de traductrice. Je travaillais au début pour des sites comme edit-place où les tarifs sont totalement dérisoires.

Peu à peu, j'ai trouvé mes premiers clients directs, via d'autres sites comme Upwork. J'ai depuis eu une soixantaine de clients, qui ont toujours été très satisfaits de mon travail. Mais, quand je lis les sujets de ce forum, j'ai presque l'impression de m'être auto-exploitée!

Je n'ai jamais monté mon tarif au mot au-delà de 0.03 dollars/mot. J'ai parfois eu à réaliser des commandes immenses, j'ai du en refuser certaines en cours de route pour des questions de santé mentale. Pour que le tout soit rentable, j'ai appris à traduire de plus en plus vite (sans négliger la qualité, bien sûr), allant jusqu'à 7000 mots/jour. A ce rythme la traduction peut vite devenir une activité épuisante.

Hors j'ai l'impression d'être bien en-dessous de la moyenne au niveau du prix, et bien au-delà au niveau du volume horaire. Est-ce une impression justifiée?

Comment démarcher des clients à un prix correct? Doit-on forcément passer par une agence, et si oui, peut-on prétendre à travailler pour une agence sans licence/master de traduction, si le niveau y est?

Je serai ravie de tout bon conseil!

Merci beaucoup,

Thérèse


Direct link Reply with quote
 

Sheila Wilson  Identity Verified
Spain
Local time: 01:20
Member (2007)
English
+ ...
Vous travaillez combien d'heures par semaine ? Jul 19, 2016

Philoscribere wrote:
Je n'ai jamais monté mon tarif au mot au-delà de 0.03 dollars/mot. J'ai parfois eu à réaliser des commandes immenses, j'ai du en refuser certaines en cours de route pour des questions de santé mentale. Pour que le tout soit rentable, j'ai appris à traduire de plus en plus vite (sans négliger la qualité, bien sûr), allant jusqu'à 7000 mots/jour. A ce rythme la traduction peut vite devenir une activité épuisante.

Épuisante ? Plus que cela, j'imagine.

j'ai l'impression d'être bien en-dessous de la moyenne au niveau du prix, et bien au-delà au niveau du volume horaire. Est-ce une impression justifiée?

Bien sûr ! Il y a un outil sur ce site pour voir les tarifs moyens de la communauté. Vous n'avez pas fait mention de votre paire de langues mais vous la trouverez ici : http://search.proz.com/?sp=pfe/rates . Pour FR>EN je crois que c'est assez correcte car nous sommes nombreux - chose importante pour les statistiques.

Comment démarcher des clients à un prix correct? Doit-on forcément passer par une agence, et si oui, peut-on prétendre à travailler pour une agence sans licence/master de traduction, si le niveau y est?

Rien n'est obligatoire. Vous avez des diplômes et de l'expérience. C'est généralement moins compliqué de travailler avec des agences mais, une fois expérimentée, pourquoi pas chercher quelques clients directs ? Tout est fondé sur le marketing/networking, la communication/négociation, l'impression que vous donnez aux clients potentiels, et bien sûr la qualité de vos traductions.

Vous faites quoi pour vendre vos services ? Si vous voulez utiliser ce site comme vitrine professionnelle, vous devrez ramasser le maximum d'informations sur votre profil, rédiger un texte très attirant et plein de confiance, et vous devrez tout faire pour faire sortir votre profil des milliers d'autres. Allez ici: http://www.proz.com/guidance-center pour beaucoup de conseils.


Direct link Reply with quote
 

Cristina Peradejordi  Identity Verified
Spain
Local time: 02:20
French to Spanish
+ ...
expliquez-moi Jul 19, 2016

"j'ai appris à traduire de plus en plus vite (sans négliger la qualité, bien sûr), allant jusqu'à 7000 mots/jour."

Mais comment faites-vous? Je n'qrrive pas à y croire ! Moi à 2000/mots jour je trouve que je fais le maximun pour garder une qualité top au texte.... alors 7 000 je ne peux pas l envisager.


Direct link Reply with quote
 

Catherine De Crignis  Identity Verified
France
Local time: 02:20
Member (2012)
English to French
+ ...
N'importe quoi Jul 19, 2016

Cristina Peradejordi wrote:

"j'ai appris à traduire de plus en plus vite (sans négliger la qualité, bien sûr), allant jusqu'à 7000 mots/jour."

Mais comment faites-vous? Je n'qrrive pas à y croire ! Moi à 2000/mots jour je trouve que je fais le maximun pour garder une qualité top au texte.... alors 7 000 je ne peux pas l envisager.



Pareil pour moi !
Mais il suffit de voir le nombre de fautes dans le message pour savoir qu'il ne peut s'agir de qualité. Toujours la même rengaine, "bilingue", "passionnée".
Je vous conseillerais d'abord d'arrêter de vous auto-dénigrer ou de vous "insurger contre vous-même".
Désolée, c'est peut-être la chaleur, mais une fois n'est pas coutume, je ne vois aucune raison d'être sympa.


Direct link Reply with quote
 

Teresa Borges
Portugal
Local time: 01:20
Member (2007)
English to Portuguese
+ ...
Un petit conseil Jul 19, 2016

Apparemment la vitesse est l’ennemie de la bonne orthographe. La toute première chose à faire est de vous assurer que vos textes ne contiennent pas de fautes d'orthographe ou de frappe (par exemple : Hors j’ai l’impression…).

Bonne chance!

[Edited at 2016-07-19 16:02 GMT]


Direct link Reply with quote
 

EmmanuelleAnne  Identity Verified
France
Local time: 02:20
English to French
+ ...
Non mais vous arrêtez de prendre les gens pour des bananes ! Jul 19, 2016

Oser afficher des tarifs aussi bas et annoncer un rythme de 7000 mots/jour, c'est ne pas se respecter soi même et surtout ne pas respecter le métier de la traduction. Vous illustrez parfaitement le vieil adage selon lequel "le pas cher coûte cher". Je doute d'un travail de qualité dans ces conditions. De plus, parler de tout cela sur un pseudo ton angélique, constitue également un manque de respect vis à vis des traducteurs professionnels.

[Modifié le 2016-07-19 21:13 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Carla Guerreiro  Identity Verified
France
Local time: 02:20
French to Portuguese
+ ...
7000 mots par jour?? Jul 20, 2016

Bonjour Philoscribere,

Juste deux conseils :

1 - ralentissez votre rythme. 7000 mots par jour, ce n'est pas faisable et la qualité de votre travail en pâtit. Est-ce que vous arrivez à manger, à dormir, bref, à mener une vie normale? Il y a longtemps, j'ai assisté à une conférence avec Chris Durban, une des grandes "pointures" de la traduction au niveau mondial. Cette collègue nous a avoué qu'elle était lente, car une traduction bien faite exige de la lenteur.

2 - augmentez vos tarifs. Un tarif de 0,03 € par mot est un tarif digne d'un pays du tiers-monde. Or, si vous vivez en France, ce n'est pas avec des tarifs pareils que vous arriverez à vivre décemment de votre métier.

[Edited at 2016-07-20 06:45 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Grace Shalhoub  Identity Verified
France
Local time: 02:20
Member (2014)
French to English
+ ...
Pourquoi on attaque si vite? Jul 20, 2016

Elle ne se rend pas compte que 7000 mots/jour est surréaliste et que son tarif est trop bas.
Commencez par lui expliquer ça, au lieu d'attaquer.
C'est la chaleur qui nous rend si désagréable?!

Thérèse,
Commencez par multipliez votre tarif par trois, et de diviser par trois votre rythme de traduction.
On ne vise pas le suicide en tant que traducteur.
avez-vous un domaine de spécialité? les clients à cibler dépendent de ce que vous traduisez.

Bien à vous,
Grace


Direct link Reply with quote
 

Edward Vreeburg  Identity Verified
Netherlands
Local time: 02:20
Member (2008)
English to Dutch
+ ...
meme par quatre... Jul 20, 2016

0,03 tsk tsk... quelle idee, a 0,09 vous etes toujours dans les regiones basses

Direct link Reply with quote
 

Julie Bonneau  Identity Verified
France
Local time: 02:20
English to French
+ ...
Par quatre ??? Jul 22, 2016

Pardon Edward et Grace mais je vous trouve très optimistes ... Je ne sais pas quelles sont les paires de langue de cette personne, mais pour ma part, quand je propose des tarifs à 0,08 ou 0,09€/mot, je n'ai aucune réponse dans mes propres langues (EN>FR et SP>FR) ! J'ai récemment décidé de repasser à 0,06 ou 0,07€/mot pour voir si cela fonctionnait mieux ... Sachant que j'ai tout de même un Master de Traduction et deux ans d'expérience ! C'est bien gentil d'affirmer qu'il faut augmenter ses tarifs, mais le mieux serait d'expliquer où on peut trouver des clients prêts à les accepter, car personnellement (et je ne suis sans doute pas la seule dans ce cas chez les "débutants"), je rame !

Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 02:20
Member (2007)
German to French
+ ...
Julie Jul 23, 2016

Je ne réponds pas à Thérèse, qu'on ne reverra sans doute plus jamais et qui est même probablement un troll.

Mais à toi, Julie. C'est vrai que ce n'est pas facile de débuter, et que les agences ne sont pas tendres avec les débutants. Et tu as raison de souligner que toutes les langues ne sont pas égales : l'espagnol paie peu, et l'anglais peut payer correctement, mais c'est un marché très concurrentiel. En revanche, tu as un beau profil, donc pas de raison de te décourager.
Premier point, où s'adresser : pour rester dans les généralités, je te conseillerais de rechercher les petites agences (ou les clients directs si cela t'intéresse, bien entendu). Du côté des agences, mon constat est que plus elles sont grosses, plus elles offrent (et même imposent) des conditions de travail déplorables. En plus de ça, elles n'ont pas leur pareil pour te faire te sentir comme un moins que rien et donc te dégoûter du métier. Il y a aussi des brebis galeuses dans les petites agences, mais beaucoup sont très correctes.
Deuxième point, les collègues ont raison sur les tarifs. Et 0,08 pour ta spécialité médicale, c'est très peu. Pourquoi proposer d'emblée un tarif si bas ? Oui, beaucoup le refusent, et alors ? Tu n'as pas besoin de ceux qui paient des cacahuètes. Tu n'as pas pensé que tu faisais fuir les donneurs d'ordre sérieux avec un tarif trop bas ? Même s'ils se font plus rares, il existe toute une palette de donneurs d'ordres qui penseront qu'à ce tarif, tu ne peux pas être vraiment qualifiée ni sérieuse. Alors mon conseil : propose 0,12, ou 0,14, ou ce que tu veux. Et regarde le résultat. Tu auras toujours les mêmes qui te diront que de toute façon, ils ne paient pas plus de 0,04, alors ceux-là on s'en fiche, tu ne les aurais pas eus non plus à 0,08. Tu en auras qui prendront ton 0,14 sans discuter. Et tu en auras qui ont vraiment une petite contrainte de prix, mais avec qui tu négocieras honnêtement 0,13 au lieu de 0,14. Et tout le monde sera content.


Direct link Reply with quote
 

Julie Bonneau  Identity Verified
France
Local time: 02:20
English to French
+ ...
Ce fameux problème de tarifs Jul 25, 2016

Merci Sophie pour vos conseils qui me seront sûrement très utiles et qui aideront également Philoscribere et d'autres débutants, j'en suis sûre.

A titre personnel, je pense être sensibilisée à la question des tarifs : ayant suivi une formation dans la traduction, ce sujet a été l'occasion de nombreux débats et discussions avec les professeurs et les autres étudiants. Tous ont affirmé la même chose que vous, à savoir qu'il ne faut pas brader ses compétences sous peine de tirer le marché vers le bas et de dévaloriser son propre travail.

Cependant, une fois que l'on franchit le pas et que l'on s'installe à son compte, on découvre vite que la réalité est bien moins tendre que prévu et on n'a alors pas d'autre choix que d'accepter des tarifs au rabais si l'on souhaite travailler. Le constat est là : les jeunes traducteurs sont conscients de leur valeur et des capacités qu'ils ont acquises au cours de leur formation, ils souhaitent vivre de leur métier, mais force est de constater que (très très très) peu d'agences répondent aux candidatures envoyées et que (très très très) peu de celles qui répondent acceptent les tarifs que vous citez. On a donc le choix entre continuer à proposer des tarifs décents et ne pas travailler car aucune agence ne les accepte ou revoir nos ambitions à la baisse pour trouver tout de même quelques contrats par ci par là ... Et quand on a besoin d'argent pour payer le loyer et faire ses courses, on finit par accepter tout ce qui passe, pas le choix !

Le pire, c'est que vous n'êtes pas la première à tenir ce discours, je l'ai lu de nombreuses fois sur plusieurs forums de traduction et je me doute bien que si autant de personnes affirment que l'on peut travailler à ces tarifs-là, c'est que ce doit être possible ! Le problème vient de la difficulté à trouver des clients qui les acceptent, d'autant plus que lorsque l'on est débutant, on manque d'expérience et on a pas forcément le réseau nécessaire pour appuyer nos propositions auprès des agences et des clients ... La seule manière de parvenir à bien gagner sa vie serait semble-t-il de commencer par travailler "au rabais" afin de se faire connaître et d'attirer, enfin, l'attention d'un chef de projet qui nous proposera de bons projets à des prix intéressants.


Direct link Reply with quote
 

Sheila Wilson  Identity Verified
Spain
Local time: 01:20
Member (2007)
English
+ ...
Peaufiner le côté marketing ? Jul 25, 2016

Julie Bonneau wrote:
Le problème vient de la difficulté à trouver des clients qui les acceptent, d'autant plus que lorsque l'on est débutant, on manque d'expérience et on a pas forcément le réseau nécessaire pour appuyer nos propositions auprès des agences et des clients ... La seule manière de parvenir à bien gagner sa vie serait semble-t-il de commencer par travailler "au rabais" afin de se faire connaître et d'attirer, enfin, l'attention d'un chef de projet qui nous proposera de bons projets à des prix intéressants.


J'ai récemment décidé de repasser à 0,06 ou 0,07€/mot pour voir si cela fonctionnait mieux ... Sachant que j'ai tout de même un Master de Traduction et deux ans d'expérience !

Il est bien triste de baisser votre tarif à ce niveau. Moi aussi, je pense que vous auriez plus de chance à gagner de bons clients avec une hausse de tarif jusqu'à 10 ou 12 centimes. Sachez qu'il existe plusieurs marchés différents, et en allant vers le bas vous perdrez tout l'intérêt des clients dans le marché de la qualité. Vous intéresserez uniquement les clients désirant acheter un volume de mots au moindre prix.

Je ne sais pas où vous pouvez vous adresser pour obtenir un tarif supérieur car je ne connais pas bien votre secteur ni vos paires, mais je vois que vous faites une très bonne impression de vous-même sur votre page web, mais vos profils ici et sur LinkedIn sont moins forts et votre CV est loin d'être impressionnant. J'imagine que votre CV n'aide pas les choses.


Direct link Reply with quote
 

Julie Bonneau  Identity Verified
France
Local time: 02:20
English to French
+ ...
Le marketing, ma bête noire ;) Jul 26, 2016

Merci Sheila pour vos conseils, vos retours sur mon CV et mes différents profils va certainement m'aider à mieux me faire connaître.

Le côté "marketing" de la traduction en indépendant est certainement l'un des aspects que je maîtrise le moins, même si j'essaie de travailler dessus. A l'université, on nous apprend à être de bons traducteurs, mais pas vraiment à nous "vendre" efficacement, et j'imagine que c'est sûrement ce manque de connaissances dans ce domaine qui bloque la plupart des traducteurs débutants et leur complique la vie ! Lorsque l'on est étudiant, on n'imagine pas la quantité de choses qu'il faut savoir faire lorsque l'on exerce à son compte ... Et même si cela se révèle passionnant, c'est parfois un vrai casse-tête !

En tout cas, merci encore une fois à toutes les personnes qui ont pris le temps de répondre à mes questions ainsi qu'à celles du créateur de ce sujet, ça fait plaisir de voir que l'on peut compter sur les traducteurs confirmés pour dispenser de précieux conseils lorsque l'on se lance soi-même dans l'aventure


Direct link Reply with quote
 

nordiste  Identity Verified
France
Local time: 02:20
English to French
+ ...
sortir de son bureau ... la vie est ailleurs Jul 26, 2016

On trouve sur ce forum d'excellent collègues qui sont de bon conseil. Toutefois rien ne remplace un contact réel "dans la vraie vie" avec des traducteurs. Les associations professionnelles sont à mon avis indispensables, surtout quand on débute. La SFT a une présence en région, tu trouveras les informations sur leur site.

Un congrès Proz est aussi une bonne occasion de discuter avec d'autres traducteurs, en particulier du pays de sa/ses langues source(s). J'ai ainsi établi une collaboration fructueuse avec des collègues allemands - que ce soit pour des recommandations auprès de leurs clients ou du travail en équipe. C'est un bon moyen de s’affranchir progressivement des agences françaises à 0,07 € / mot. Ensuite il y a un effet boule de neige.

Il existe des formations en prospection / marketing / démarche commerciale organisées pour les traducteurs, et aussi de manière plus générale pour les professionnels libéraux ou les très petites entreprises dont beaucoup ont les mêmes problèmes que nous pour trouver leurs clients. Regarde du côté des chambres de commerce. Ça permet de profiter aussi du formidable dispositif de financement de la formation professionnelle continue par le FIF PL quand on exerce en France comme indépendant ; voir www.fifpl.fr .

Enfin les réseaux d'indépendants (genre Optim'rezo, clubs d'entrepreneurs, etc.) sont aussi un bon moyen de sortir de chez soi. Sans forcément adhérer il y a des soirées "découvertes" pour se faire une idée, le public est très variable d'une ville à l'autre.


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2 3] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Vos conseils pour passer à l'étape supérieure

Advanced search






SDL Trados Studio 2017 Freelance
The leading translation software used by over 250,000 translators.

SDL Trados Studio 2017 helps translators increase translation productivity whilst ensuring quality. Combining translation memory, terminology management and machine translation in one simple and easy-to-use environment.

More info »
BaccS – Business Accounting Software
Modern desktop project management for freelance translators

BaccS makes it easy for translators to manage their projects, schedule tasks, create invoices, and view highly customizable reports. User-friendly, ProZ.com integration, community-driven development – a few reasons BaccS is trusted by translators!

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search