Devenir traducteur
Thread poster: 7oaks
7oaks
France
English to French
Sep 28, 2016

Bonjour,

Je viens sur ce forum car depuis quelque temps je pense à devenir traducteur.
Je vous explique ma situation: Je suis professeur agrégé d'anglais mais je pense à me reconvertir. Evidemment, nous autres professeurs valons peu sur le marché de l'emploi, que je ne connais pas bien d'ailleurs. Alors je voulais savoir:
1) Quelles sont les chances que puisse je trouver un travail, salarié de préférence dans le métier de la traduction, sachant que je parle assez bien l'italien en plus de l'anglais (j'ai un petit diplôme et ai vécu un an en Italie), et que je maîtrise je pense assez bien les techniques de traduction compte tenu de ma formation. J'ai en outre un bon niveau en "civilisation", mon option à l'agrégation.
2) Quels sont les avantages et les inconvénients potentiels du travail?
3) comment savoir si je pourrais trouver un emploi, sachant que je suis toujours fonctionnaire et qu'une démission de l'éducation nationale prend 4 mois pour être actée généralement.
4) Quel salaire peut-on espérer avoir après quelque temps en activité?
5) Comment, si l'on est freelance, commencer, se "faire la main" pour avoir une certaine crédibilité?


Merci beaucoup pour vos réponses!

[Edited at 2016-09-28 21:05 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 18:10
Member (2007)
German to French
+ ...
Rapido Sep 29, 2016

Je pense qu'il te faut explorer les forums, car presque toutes tes questions ont déjà été traitées.
Pour les points 1/ et 4/, je te renvoie en particulier à ce sujet :
http://www.proz.com/forum/french/58130-salaire_brut_moyen_dun_traducteur_interne.html
Pour résumer : il y a extrêmement peu d'emplois salariés, sauf peut-être missions ponctuelles, et surtout sans compétence particulière (ni diplôme, ni expérience, ni spécialité, ça risque d'être compliqué pour toi !), et ce n'est pas bien payé (juste un peu plus que le smic dans la plupart des cas).
En freelance, ce n'est pas facile non plus avec le profil susmentionné, mais ça te laisse un peu plus de latitude dans tes choix... Mais je te conseillerais quand même plutôt de te former à quelque chose (et aussi et surtout à entrepreneuriat) avant de te lancer...


Direct link Reply with quote
 

Manuela Ribecai  Identity Verified
Italy
Local time: 18:10
Member (2010)
English to French
+ ...
Deux métiers totalement différents Sep 29, 2016

Sophie,
comme toujours, tu proposes une vision claire et objective de la situation.
J'en ai profité pour relire ta réponse de 2006 : je partage totalement ton analyse.

7oaks
attention, je doute que ta formation t'ait préparé aux « techniques de traduction ».
Ancienne enseignante également, je peux t'assurer que je ne regrette PAS UNE MINUTE ce changement de cap.
Par contre, au vu de tes questions, il faut être clairs sur un point : en terme de sécurité, rien ne vaut un emploi de fonctionnaire. Si la sécurité de l'emploi ou de ton revenu est vraiment importante, ne lâche pas la proie pour l'ombre, tu serais déçu.
Si tu veux néanmoins te lancer dans l'aventure, mon seul conseil serait exactement le même que celui de Sophie : forme-toi ! Lis, apprends un maximum. Ne te limite pas au domaine de la traduction. Le marketing, les réseaux sociaux, les relations commerciales, l'entrepreneuriat sont des sujets à maîtriser impérativement.

Bonne continuation.
Manuela


Direct link Reply with quote
 

Andrea Halbritter  Identity Verified
France
Local time: 18:10
French to German
+ ...
Mon point de vue Sep 29, 2016

Bonjour!

1) La traduction se fait en général en freelance. Il n'y a quasiment pas de traducteurs salariés ou en tout cas très très peu.

2) Avantages: On est très libre, on est son propre chef, on apprend toutes sortes de choses. Si on aime ce métier, on peut vraiment "s'éclater".
Inconvénients: des périodes avec beaucoup de travail et des périodes avec beaucoup moins, c'est rarement équilibré, plus de salaire régulier (si on veut voir ca comme inconvénient, mais au début faut s'habituer...)

3) Je ne pense pas que vous allez trouver un emploi comme salarié. Pour moi l'option serait de prendre un temps partiel à l'Education nationale pendant 1 ou 2 ans et se lancer comme traducteur en parallèle. C'est comme ca que j'ai fait moi.

4) Je dirais pour pouvoir vivre de cette nouvelle activité il faut compter au moins 3 ans, voire 4 et avoir des services à proposer que d'autres ne proposent pas (paire de langues rare, spécialisation recherchées, services autres comme du copywriting, du community management etc. en plus...). Dans votre paire de langues cela ne sera pas forcément facile...

5) Il y a déjà pas mal de discussions sur ce sujet-là.

J'espère que cela vous aidera.

Andrea


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 18:10
Member (2007)
German to French
+ ...
Compléments d'info Sep 29, 2016

Les réponses des amies, que j'ai pu lire jusqu'à présent, sont justes et reposent sur une bonne expérience. En passant je ne me souvenais pas avoir dit un mot à l'époque sur le sujet (le lien de Sophie) et je ne regarde plus ces publications. Cela pourrait être intéressant de voir ce qu'il en est 10 ans après.

Mais revenons à l'actualité. Démissionner de l'Éducation Nationale ne me semble pas être une perspective, mais pas du tout. Outre le fait que de nombreux profs ont de belles activités « annexes », genre artiste (je connais pas mal de vrais bons musiciens qui se produisent vraiment) ou écrivain, il est, si le temps devait vraiment manquer devant une charge de travail considérable, ce dont je doute du moins dans les quatre mois incompressibles, de vraies bonnes solutions de se mettre en retrait de la chose tout en y demeurant si les affaires tournaient mal.

Mais donc, sans même se mettre en dispo, les bonnes notions de « civilisation » pourraient ouvrir une voie dans ce que l'on nomme les métiers de l'édition (il n'y a pas non plus que du texte dans la traduction dite littéraire), qui n'est pas incompatible avec le statut de fonctionnaire puisque les rémunérations peuvent s'y faire sous forme de droits d'auteur.

Je le verrais assez bien pour vous dans la mesure où pour le moment vous ne disposez d'aucune formation réellement technique (droit, brevets, médecine, informatique ou autre...) vous permettant de convaincre un hypothétique donneur d'ordre impatient de découvrir vos compétences.

Les supports d'aujourd'hui sont tels que le pseudo anglais universel ne suffit pas toujours et bien des besoins se font sentir pas simplement dans l'édition traditionnelle (traduction de livres) mais dans le multimédia, la presse, le Web, etc.

Voyez un peu ce qui pourrait vous alerter. Faire des sous-titres pour Youtube n'est peut-être pas géant ou un objectif gratifiant, mais pourquoi pas se frotter à ce genre de bizarrerie pour se faire la main tout en enseignant à nos chères têtes blondes que, mais si, Brian est bien dans la cuisine...

C'est très bien certainement de ne pas se contenter d'être agrégé, mais la somme de travail pour parvenir à vivre de la traduction est très certainement aussi lourde que pour passer l'agreg... et la réussir.

Très bonne continuation, quoique vous décidiez.


Direct link Reply with quote
 

nordiste  Identity Verified
France
Local time: 18:10
English to French
+ ...
programme de master à titre d'exemple Sep 29, 2016

7oaks wrote:

... que je maîtrise je pense assez bien les techniques de traduction compte tenu de ma formation. J'ai en outre un bon niveau en "civilisation", mon option à l'agrégation.


Vous reconnaissez-vous, au moins un peu, dans cet extrait du programme de master de traduction de l'Université de Lille ?
COMPÉTENCES ET SAVOIRS ENSEIGNÉS
- Traduire des textes spécialisés vers le français à partir de 2 langues de départ, l'anglais puis une langue au choix parmi allemand, espagnol, italien, néerlandais, polonais, russe, suédois (langues ouvertes en fonction des effectifs)
- Gérer des projets de traduction multilingue
- Maîtriser des outils de TAO, notamment SDL Trados Studio, et d'Assurance Qualité (ex : QA Distiller, XBench)
- Utiliser des logiciels (Olifant, LF Aligner) ou des plateformes (Wordbee) spécifiques à la traduction
- Utiliser des outils de Traduction Machine/Automatique
- Compiler et exploiter des corpus électroniques comparables et parallèles
-Connaître les logiciels de gestion de terminologie
- Effectuer de la recherche documentaire spécialisée
- Utiliser de façon avancée des logiciels de bureautique (Suite Office)
- Utiliser les logiciels spécialisés en localisation, en PAO, et des logiciels multimédia (ex : Adobe Photoshop, Indesign, Flash, Dreamweaver)
- Connaître les bases de la conception de sites web (HTML, CSS) et les techniques de base de la manipulation de fichiers XML
- Connaître les techniques de base de l'interprétariat d'entreprise, de la traduction de jeux vidéo, de la traduction audio-visuelle
- Connaître l'économie, le droit, la gestion informatique et la communication appliqués au monde de l'entreprise
- Savoir prendre du recul théorique par rapport à l'activité et au rôle du traducteur
- Connaître le monde de la recherche en traduction et en traductologie

Et il manque ce qui n'est enseigné à l'université mais qu'il faut acquérir dès le départ car les emplois salariés sont inexistants et il faut donc exercer comme indépendant : savoir trouver ses clients, facturer, tenir sa comptabilité, gérer sa petite entreprise.

Évidemment tous les traducteurs ne maitrisent pas toute cette liste, et la formation continue permet de se mettre au niveau quand c'est nécessaire.


[Edited at 2016-09-29 19:50 GMT]


Direct link Reply with quote
 
7oaks
France
English to French
TOPIC STARTER
Je vais y penser Sep 29, 2016

Je voulais vous remercier pour toutes vos réponses. J'ai bien conscience que "sauter le pas" est difficile, et le réussir encore plus!
Merci surtout à Adrien Esparron pour son éclairante-et encourageante-réponse! Je vais essayer, "pour voir", de dégoter quelques petites traductions ici et là pendant les vacances, que nous, chers enseignants, avons à notre disposition. Ca ne coûte rien!

Merci encore et bonne continuation à vous tous!


Direct link Reply with quote
 

Madeleine Chevassus  Identity Verified
France
Local time: 18:10
Member (2010)
English to French
Réussir son installation et se constituer une clientèle - Lille Oct 1, 2016

de toute façon la formation SFT "Réussir son installation et se constituer une clientèle" décrite à l'adresse:

https://www.sft.fr/formation-traduction-reussir-installation-et-constituer-clientele.html

serait fort utile dès le départ pour te donner une idée de tous les aspects juridique, marketing etc qu'il est indispensable de connaître quand on se lance comme indépendant.

Il me semble qu'Andrea Halbritter (voir ci dessus) dispense également dans l'Ouest des ateliers sur ces sujets.

Bonne chance

[Edited at 2016-10-01 21:13 GMT]

[Edited at 2016-10-01 21:15 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Andrea Halbritter  Identity Verified
France
Local time: 18:10
French to German
+ ...
Ateliers à Nantes et Saint Nazaire Oct 2, 2016

Oui, tout à fait, Madeleine. Merci.

Les prochains ateliers probablement début 2017 à Nantes ou Saint Nazaire.


Direct link Reply with quote
 
laurgi  Identity Verified
Local time: 18:10
German to French
Vacances, chères vacances.. Oct 6, 2016

7oaks wrote:

Je vais essayer, "pour voir", de dégoter quelques petites traductions ici et là pendant les vacances, que nous, chers enseignants, avons à notre disposition.


Bonsoir

Effectivement, c'est relativement facile de faire les deux... au début.
Après, ça devient vite inconfortable, parce que, comme l'ont dit les collègues, on ne choisit pas quand on a beaucoup de boulot et quand on en a moins. Et n'avoir du travail que pendant les vacances serait un vrai coup de pot !
Les vacances pour travailler tranquille, le jour où tu as des enfants, tu oublies : dans l'esprit des gens (conjoint y compris), t'es prof, t'es disponible.

Donc essaie pour voir. Vois dans quel(s) domaine(s). Vois du côté de la traduction éditoriale, qui n'est pas vraiment le même métier.

Se mettre en dispo – si elle est accordée – comporte peu de risques, sauf sur le plan pécuniaire si tu as des charges élevées, du style loyer parisien ; tu peux aussi explorer celle du temps partiel annualisé (possible de descendre jusqu'à 50 %) : tu bosses à 100 % jusqu'au 31 janvier ou à partir du 1er février, et tu es payé 50 % sur 12 mois. Solution prisée des thésards, écrivains, artistes ou sportifs de haut niveau. Pourquoi pas des traducteurs, si tu veux avoir une période où t'essayer à fond à la traduction. Inconvénient : comme la disponibilité : en début de carrière, même agrégé, à 50 % il reste pas grand chose, donc ça suppose que tu aies des clients rapidement ou des économies ; ce n'est pas accordé automatiquement non plus.

Après, je ne sais pas comment ça se passe quand on démarre avec des agences. J'ai débuté presque par hasard avec des clients directs. Il peut y avoir une rencontre entre toi qui es mûr pour te lancer (et compétent) et le client désireux d'investir le marché français/francophone et qui, sans forcément bien connaître le monde de la traduction, va te faire confiance, voire te solliciter parce qu'à ses yeux tu réunis connaissance de son domaine et compétence linguistique.

Lance-toi d'une manière ou d'une autre, sans accepter n'importe quoi, tu verras rapidement ce que ça peut donner. Ne démissionne pas tout de suite, fais de ta sécurité un atout : pas de tarifs peanuts, même pour voir. Évite le détour par les Deliveroo de la traduction.


[Modifié le 2016-10-06 20:41 GMT]


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Devenir traducteur

Advanced search






LSP.expert
You’re a freelance translator? LSP.expert helps you manage your daily translation jobs. It’s easy, fast and secure.

How about you start tracking translation jobs and sending invoices in minutes? You can also manage your clients and generate reports about your business activities. So you always keep a clear view on your planning, AND you get a free 30 day trial period!

More info »
TM-Town
Manage your TMs and Terms ... and boost your translation business

Are you ready for something fresh in the industry? TM-Town is a unique new site for you -- the freelance translator -- to store, manage and share translation memories (TMs) and glossaries...and potentially meet new clients on the basis of your prior work.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search