Me "reconvertir" en tant que traducteur indépendant
Thread poster: FabienSlr
FabienSlr
France
Local time: 02:23
Spanish to French
+ ...
Nov 28, 2016

Bonjour à toutes et à tous.

Je suis actuellement en train de me renseigner pour être traducteur à mon compte.

Je vais d’abord vous résumer mon parcours et, à partir de là, je vous exposerai les interrogations que j’ai par rapport aux compétences techniques à avoir.

En septembre 2013, j’ai validé un Master L.E.A. anglais-espagnol, spécialisé dans les métiers du commerce international. J’ai ainsi étudié la traduction (thème et version), l’anglais/l’espagnol des affaires et d’autres cours à finalité professionnelle (commerce international, marketing/web-marketing, gestion des ressources humaines…). Concernant la traduction, je traduisais des extraits de romans, des notices techniques, des articles de la presse économique et des lettres commerciales.
En troisième année, je suis parti étudier à l’Université de Saragosse, ce qui m’a permis de parfaire mon espagnol à l’oral et à l’écrit.

Concernant les stages, je les ai effectués dans la traduction et dans le e-commerce.
Le stage de licence se déroulait dans une entreprise de e-commerce située à Barcelone, qui référence les restaurants français et espagnols sur son site web. J’occupais la fonction d’assistant du département intégration : je devais créer et remplir les fiches des restaurants français, avec des informations données. En outre, je devais créer des mini-sites web pour certains clients Enfin, je faisais de la "prospection téléphonique" auprès de ceux qui n’étaient pas encore ou partiellement inscrits (je devais récupérer les informations manquantes auprès des restaurateurs). Dans l’ensemble, cette première expérience m’a plu, en excluant le côté "commercial" que j’aime moins.
J’ai fait mon stage de Master 1 dans une PME, qui fabrique des machines destinées à l’enseignement au sein des filières scolaires et universitaires techniques. Comme l’entreprise voulait se développer à l’international, mon travail a consisté à traduire les fiches et manuels techniques des machines en question, en anglais et en espagnol. J’ai donc pu avoir un premier aperçu du métier de traducteur, avec la recherche documentaire, la traduction en elle-même et la relecture/correction, ainsi que l’autonomie qu’implique ce métier.
Mon stage de fin d’études s’est déroulé dans une start-up lyonnaise spécialisée dans la conception et la vente de solutions digitales. J’étais chargé d’écrire des articles d’actualités et des tutoriels autour du VPN, et ce, dans mes trois langues de travail (français, anglais et espagnol). Je m’occupais également d’animer les réseaux sociaux.

Pour les expériences professionnelles, elles ne sont (hélas) pas nombreuses.
J’ai d’abord travaillé au Tribunal de Grande Instance durant deux mois, en tant que vacataire administratif. Ça n’avait rien à voir avec mes études, mais j’avais dû accepter ce travail, comme j’avais du mal à trouver un emploi dans ma branche. Néanmoins, j’ai apprécié de travailler là-bas. Mes missions étaient variées et j’ai pu découvrir le milieu juridique.
Quelques semaines plus tard, j’ai été embauché pour une mission intérim de six mois au sein d’une multinationale spécialisée dans la fibre optique, en tant que traducteur français > anglais. J’ai surtout traduit des fichiers Powerpoint et des manuels techniques. Mes traductions ont ainsi permis aux ingénieurs français de former les ingénieurs chinois aux produits transférés dans la filiale chinoise de l’entreprise.

Pour ce qui est d’être traducteur indépendant, j’y pense depuis des années. Pour être honnête, j’ai beaucoup hésité avant de me lancer là-dedans. J’ai entendu dire beaucoup de choses à propos de ce métier : peu de débouchés, profession difficile en soi, pas de stabilité financière. Du coup, c’est pour ces raisons notamment que j’ai fait un master de commerce international. Parce que je pensais que je trouverais plus facilement du travail là-dedans, avec un emploi où je m’épanouirais un minimum. Le problème, c’est que le commerce ne m’a jamais plu, surtout l’idée de "faire du chiffre pour faire du chiffre", de même que le monde de l’entreprise où je ne me reconnais pas vraiment. Après, je suis conscient qu’il me faille bien gagner ma vie. Mais j’aimerais la gagner en faisant un métier qui me plaise vraiment, si possible.
Il y avait aussi le fait que mon stage dans la traduction m’avait "déplu", dans le sens où j’avais dû être rapidement autonome et seul devant mon ordinateur, la plupart du temps. Depuis, j’ai pu prendre du recul, ce qui m’a fait aborder le métier différemment durant ma mission intérim.

Après des mois de recherche infructueuse d’un emploi en tant que traducteur salarié, j’ai vraiment décidé de travailler en tant qu’indépendant.
J’ai commencé à me renseigner concernant le statut que je pouvais choisir. Pour le moment, j’hésite entre être autoentrepreneur ou faire du portage salarial. Si vous connaissez d’autres choix possibles, je veux bien que vous m’en fassiez part.
Concernant la profession en elle-même, je me suis rapproché de la SFT, grâce à laquelle j’ai pu assister à un atelier sur les outils de gestion et collaboratifs. Cela m’a donc permis d’échanger avec des traducteurs indépendants, en ayant des retours sur leurs parcours professionnels respectifs. Ils ont également une formation courte qui m’intéresse : "Réussir son installation et se constituer une clientèle." Ils semblent en avoir d’autres, à voir avec le temps lesquelles je décide de suivre.
En outre, j’hésite à reprendre mes études pour faire un Master de traduction. Je m’étais renseigné chez moi, mais j’ai finalement renoncé à cause du prix élevé (vu que je n’aurais plus été étudiant, mais stagiaire de la formation continue, via Pôle Emploi) et, surtout, à cause du programme qui était trop scolaire pour moi, avec des cours que j’avais déjà suivis et validés à l’époque. Après, je sais qu’il y a d’autres Masters en France, mais c’est la question du financement qui se pose pour moi.
Par contre, j’ai entendu parler de l’organisme CI3M, qui propose des formations à distance. Là encore, le coût est élevé, mais ça me semble être sérieux. Je sais que le sujet a été abordé maintes fois ici et, jusque-là, je n’ai lu que des avis positifs les concernant.
Dans tous les cas, j’aimerais que la formation m’apporte des compétences concrètes, bien que la théorie ne remplace jamais la pratique. En d’autres termes : je ne veux pas faire une formation pour faire une formation. Néanmoins, si j’en fais une, ça pourrait m’apporter les compétences qui me manquent, tout en me redonnant confiance en moi.

Il y a aussi le problème des domaines dans lesquels je serai amené à me spécialiser. Selon vous, est-ce que je peux me baser sur mes études et mon parcours professionnel ? Cela pourrait être une base pour commencer.
Je tiens également un blog, ce qui me permet de me former dans le domaine du web-marketing, qui m’intéresse beaucoup. Le blog n’a rien à voir avec la traduction, je le précise.
Enfin, je continue de pratiquer l’anglais, en lisant la presse et en regardant des films en VO, par exemple. En revanche, j’ai laissé l’espagnol de côté…

En tout cas, ce projet me tient à cœur et, si j’ai longtemps hésité, je suis enfin prêt à franchir le pas !

Je vous remercie d’avance pour vos réponses.

P.S. : Je m’excuse du gros pavé que j’ai écrit. J’ai voulu résumer au mieux mon parcours. Dans le même temps, c’était important pour moi de détailler mes réussites et mes difficultés, ainsi que les doutes que j’ai pu avoir durant ces dernières années.


Direct link Reply with quote
 

Edward Vreeburg  Identity Verified
Netherlands
Local time: 02:23
Member (2008)
English to Dutch
+ ...
OK I wil do this in English because My French is horiible... Nov 29, 2016

Hi Fabien,

You seem to be a multi talented person, but there are a few issues / tips (random order)
1. Spanish-French and English-French (and even worse French-Spanish and French-English) are field with REALLY a lot of competition, so you are not only up against seasoned professionals, but also every Tom, Dick and Harry with a vague knowlegde of the language, access to google translate and no hesitation to take on 0,06 euro and lower paying jobs...

2. You probably want to translate into your native language only, luckely you have the advantage you can communicate in other languages, so setting up your cv, profile, blog and website in Spanish and English should not be a problem

3. You have contacts in various countries, businesses and domains - - use that - - see what you like best and go fo that, you are a freelancer and nobody can tell you what to do - - you might as well enjoy that bit of freedom

4. "Training" for more knowledge does not help (not from books anyway) it is either from experience, (i.e. WORKING in the field) or possibly years of translation (with correction rounds from experienced professionals or people actually working in the field) -- as for a specialism - do what you like best, can do the quickest, get offered the most, of makes the most money... there is no point in doing tourism translations for 0,04 when you can get technical , IT or commercial for 0,12...)

5. You also write stuff -- in general this "creative side" is paid much more , compared to translation - so if you can find work doing that...

6. You need a steady income - true translators need to be very carefull and check which jobs they accept (whilst also being careful not to join the race to the bottom) ... so you might want to take on a normal job for 32-40 hours and work in translation on the weekends and in the evening, to build a client base large enough to give you a "steady" income... once the revenue of your translation work surpasses that of your job - -you can consider quitting your day job...

7. You can always ask colleagues for help ( in the startup period, you might want to hire a pro to proof your translations - this give you a quick learning curve) and you can also contact colleagues to help you out if you're stuck in a text (Kudoz on Proz, but there are plenty of "lonely translator groups" on facebook, etc... where you can discuss your daily adventures and mishaps...


8. Do not join the race to the bottom - always compete on quality, professionalism , service, availability,... NEVER on PRICE... (you might land a few jobs, but each time you accept slave rates, you are making it harder for yourself and everybody else to find reasonable paying jobs)...

9. Always check your clients on BB, and other payment sites to see if they are trustworthy...


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 02:23
Member (2007)
German to French
+ ...
Quelques très petits repères pour commencer... Nov 29, 2016

FabienSlr a écrit :

Il y avait aussi le fait que mon stage dans la traduction m’avait "déplu", dans le sens où j’avais dû être rapidement autonome et seul devant mon ordinateur, la plupart du temps.



Tel sera votre sort et cela ne sera pas « la plupart du temps », mais presque toujours.



Depuis, j’ai pu prendre du recul, ce qui m’a fait aborder le métier différemment durant ma mission intérim.



Ce serait intéressant de savoir ce en quoi votre perception a pu évoluer.



Après des mois de recherche infructueuse d’un emploi en tant que traducteur salarié, j’ai vraiment décidé de travailler en tant qu’indépendant.



Il n'est en effet quasi pas d'emploi salarié en France du moins et l'indépendance est de mise.



Par contre, j’ai entendu parler de l’organisme CI3M, qui propose des formations à distance. Là encore, le coût est élevé, mais ça me semble être sérieux. Je sais que le sujet a été abordé maintes fois ici et, jusque-là, je n’ai lu que des avis positifs les concernant.



Je connais CI3M pour l'allemand et l'anglais. Oui, c'est cher et c'est très sérieux et il y a du concret si on le souhaite. Attention, tout le monde ne réussit pas les tests d'admission...



Il y a aussi le problème des domaines dans lesquels je serai amené à me spécialiser. Selon vous, est-ce que je peux me baser sur mes études et mon parcours professionnel ? Cela pourrait être une base pour commencer.



Oui, bien sûr, mais pour l'instant vous donnez l'impression d'avoir touché un peu à tout et un peu beaucoup n'importe comment. Traduire du français vers l'anglais des manuels techniques pour former des ingénieurs chinois, OK va pour le fun, mais oubliez vite ce genre de fantaisie...

Là, il faut vraiment vous convaincre définitivement que vous ne traduirez jamais bien du français vers l'anglais ou l'espagnol. Non. C'est la première chose sur laquelle vous devez vous faire une ligne de conduite.

Le monde numérique (et non digital) que vous effleuré du bout des doigts est suffisamment vaste pour que vous y trouviez des ouvertures.



Enfin, je continue de pratiquer l’anglais, en lisant la presse et en regardant des films en VO, par exemple. En revanche, j’ai laissé l’espagnol de côté…



C'est sans doute utile de ne pas négliger cet entretien de base, c'est peut-être suffisant pour traduire pour la version française du Huffington Post, pour Buzzfeed, guère plus.

http://www.slate.fr/life/78930/buzzfeed-version-francaise-traductions-internautes

Cette référence, juste pour aider à décider de savoir ce que l'on veut.

Voilà pour l'instant. C'est vrai que vous avez été dense dans votre propos, je n'en relève que ce qui me semble être crucial.

Très bonne continuation quoiqu'il advienne !


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 02:23
Member (2007)
German to French
+ ...
Un peu de respect, merci Nov 29, 2016

Edward Vreeburg a écrit :

OK I wil do this in English because My French is horiible...



Peut-être, mais essayons d'exprimer le minimum de respect des lecteurs.

Merci.


Direct link Reply with quote
 
ph-b  Identity Verified
France
Local time: 02:23
Member
English to French
+ ...
http://www.proz.com/forum/getting_established-15.html Nov 29, 2016

Au cas où vous ne le sauriez pas, il existe un forum dédié aux personnes qui souhaitent commencer une carrière dans la traduction : http://www.proz.com/forum/getting_established-15.html

Il est en anglais mais ça ne sera pas un problème pour vous.

Les infos que vous y trouverez éventuellement (y compris dans ses archives) ne concerneront pas exclusivement l’exercice de la profession en France mais il y aura sûrement des considérations d’ordre général qui pourront quand même vous être utiles, en complément naturellement des messages que vous avez déjà reçus ou que vous recevrez ici.


Direct link Reply with quote
 
FabienSlr
France
Local time: 02:23
Spanish to French
+ ...
TOPIC STARTER
Projet professionnel (traducteur indépendant) : mes avancées Jul 3

Bonjour à toutes et à tous.

Je reviens ici après plusieurs mois d'absence. En effet, je vous avais fait part de mon désir de ma reconversion professionnelle dans la traduction (à mon compte).

Mon projet a mûri, de même que mes "aspirations" professionnelles (j'ai dû revoir à la "baisse" ces dernières).

Je cherchais à avoir des renseignements sur la formation à distance de l'organisme CI3M. Je les ai finalement contactés et ai pu leur exposer mon projet professionnel à long terme, tandis qu'ils m'ont expliqué en quoi consistaient leurs formations (celle qui m'intéressait le plus était : "Traduction EN>FR"). J'ai ainsi passé le test d'admission (il s'agissait d'une traduction autour du domaine du jardinage), mais je n'ai malheureusement pas été retenu... Avec le recul, je pense que ce n'était pas négatif en soi, puisque ça m'a permis de mieux savoir comment je voulais m'y prendre pour atteindre mon objectif.

J'ai donc profité de ces derniers mois pour repasser le permis, puis pour postuler en première année de Master de traduction. Mon choix s'est portée sur quatre universités en France :
- Grenoble (qui ne m'a pas retenu, sachant que j'étais en liste d'attente) ;
- Lyon 2 (qui m'a accepté sur dossier) ;
- Saint-Etienne (qui m'a également accepté sur dossier, sachant que l'équipe enseignante me connaît déjà) ;
- Montpellier (je devrais recevoir le courrier de confirmation la semaine prochaine, par voie postale).
J'ai confirmé mon choix pour Lyon et pour Saint-Etienne, pour assurer mes arrières. Je n'ai pas encore fait mon choix définitif, cela dit.

J'ai rendez-vous avec Pôle Emploi demain. Je leur exposerai ainsi mon projet professionnel et mes motivations, tandis qu'eux me diront en quoi ils peuvent m'aider pour le financement (ou s'ils peuvent me rediriger vers un autre organisme). Je n'en attends pas trop non plus de leur part, malgré le célèbre dicton : "Qui ne tente rien n'a rien !" En attendant, j'ai assisté à une réunion sur la formation continue à l'université de Saint-Etienne et ai contacté Lyon 2 pour savoir ce qu'il en était. Donc, dans les deux cas, j'ai des informations sur les démarches à suivre.

J'ai finalement décidé de suivre à une formation "classique", car je pense que c'est le mieux pour moi. De plus, mes contacts qui sont traducteurs professionnels m'ont conseillé d'avoir un diplôme de traducteur, afin d'être mieux "reconnu" par les agences et les entreprises. De mon côté, je préfère procéder ainsi, histoire de dire ensuite que j'ai un diplôme en traduction. Et cela me permettra, en outre, de me "remettre dans le bain".

J'ai notamment ciblé les Masters qui m'intéressaient le plus, histoire de pouvoir bien exposer mes motivations d'intégrer ceux-ci. De toute manière, je compte faire la première année et postuler ensuite dans diverses universités en Master 2, afin d'élargir mes horizons professionnels. De plus, j'aurai un élément à mettre en avant sur mon CV, dans mes différentes candidatures.

En tout cas, ça se débloque enfin pour moi de ce côté-là ! Je fais les choses pas à pas, cela dit. Je ne veux pas me projeter dans l'immédiat, sachant que la chance, le hasard et les opportunités sont souvent à prendre en compte. Mais je me dirige progressivement vers mon "rêve d'antan" et ça, ça me motive !

Merci de m'avoir lu !

Fabien


Direct link Reply with quote
 

Sandrine Zérouali  Identity Verified
Algeria
Local time: 02:23
Member (2008)
Spanish to French
+ ...
Déjà une formation !!! Jul 3

Bonjour Fabien,

Je viens de lire votre post et je suis surprise de voir que vous avez décidé de reprendre vos études pour avoir un master de traduction alors que vous avez déjà suivi un cursus de traduction (LEA Affaires et commerces). Tout comme vous, j'ai une maîtrise en LEA, mais option Traduction, ceci dit d'après ce que vous dites vous avez eu des modules de traduction et vous avez également un peu d'expérience dans la traduction. Donc, je ne vois pas très bien l'intérêt de se replonger dans les études sauf si vous aimez être étudiants.
Ce n'est pas parce que vous avez échoué au test d'entrée à l'école 3ICM que cela remet en cause vos compétences !!!
Si j'étais vous je me lancerai en tant qu'autoentrepreneur !!!!

Voici ma vision des choses...


Direct link Reply with quote
 
FabienSlr
France
Local time: 02:23
Spanish to French
+ ...
TOPIC STARTER
Bonjour Sandrine Jul 3

Merci d'avoir pris le temps de me répondre.

Effectivement, j'ai déjà un Master L.E.A., en commerce international. J'ai bien eu des cours de traduction, mais ça restait très "universitaire". Remarquez, on apprend toujours sur le terrain, mais ce choix que je fais là a été mûrement réfléchi pendant (trop) longtemps.

Est-ce que j'aime être étudiant ?... J'avoue que le "statut" a ses avantages, mais ce n'est pas du tout pour ça que j'ai décidé de reprendre mes études. Après avoir passé des années à me chercher et à hésiter à reprendre mes études là-dedans, j'ai choisi cette option-là. C'est peut-être la moins "risquée", mais maintenant qu'on me donne ma chance de poursuivre cette voie-là, je ne veux plus hésiter.

Pour le test du CI3M, effectivement ça m'a mis un coup au moral. Mais je n'ai pas voulu me laisser abattre et ça paie aujourd'hui !

Ceci étant dit, je comprends tout à fait votre opinion, que je trouve légitime dans un sens.


Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 02:23
Member (2007)
German to French
+ ...
Études Jul 4

Bonjour Fabien,

Je ne partage pas tout à fait l'avis de Sandrine dans le sens où je ne pense pas qu'un master de traduction et un master en commerce international aient vraiment le même contenu (ça serait un peu comme penser qu'on n'a pas besoin de faire d'études de droit parce qu'on a eu un module de 20h de droit dans un autre cursus...)
Mais c'est toi qui seras le mieux à même de le dire après être passé par là.
Je n'ai pas d'avis sur la nécessité ou pas de suivre une formation. C'est nécessaire pour certains, pas pour d'autres, et c'est à chacun de faire son choix en conscience. Il y a aussi des gens qui n'en ont pas vraiment besoin au niveau du contenu mais à qui ça donne de l'assurance, et c'est une bonne raison comme une autre.
Dans tous les cas, je te souhaite bonne réussite et plein de motivation pour la reprise des études. Et je te conseille d'aller à la rencontre des traducteurs installés, c'est le meilleur moyen de préparer ta propre installation. Tu as déjà fait un pas en ce sens en participant à une formation de la SFT. Puisque tu vas être en région Rhône-Alpes, sache que la SFT organise pas mal de rencontres, surtout à Lyon et Grenoble, dont certaines sont ouvertes aux non-adhérents. Si tu souhaites en être informé, tu peux me contacter en privé.


Direct link Reply with quote
 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Me "reconvertir" en tant que traducteur indépendant

Advanced search






WordFinder
The words you want Anywhere, Anytime

WordFinder is the market's fastest and easiest way of finding the right word, term, translation or synonym in one or more dictionaries. In our assortment you can choose among more than 120 dictionaries in 15 languages from leading publishers.

More info »
Protemos translation business management system
Create your account in minutes, and start working! 3-month trial for agencies, and free for freelancers!

The system lets you keep client/vendor database, with contacts and rates, manage projects and assign jobs to vendors, issue invoices, track payments, store and manage project files, generate business reports on turnover profit per client/manager etc.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search