Pages in topic:   [1 2] >
Comment devenir traducteur indépendant en 2nd activité
Thread poster: Edwige SILVENT
Edwige SILVENT  Identity Verified
France
Local time: 13:51
English to French
+ ...


Posted via
ProZ.com Mobile


Feb 22

Bonjour,
Je suis diplômée en traduction technique anglais russe.
J'ai suivi une autre voie, que nous dirons, alimentaire : La comptabilité et La gestion.

Je souhaite devenir free-lance pour respecter mes années universitaires.

J'ai déjà une activité salariée. Est-ce intéressant de devenir auto entrepreneur ?

Merci pour vos retours.


Direct link Reply with quote
 

Nikki Scott-Despaigne  Identity Verified
Local time: 13:51
French to English
Oui, peut-être. Feb 22

Edwige SILVENT wrote:

Bonjour,
Je suis diplômée en traduction technique anglais russe.
J'ai suivi une autre voie, que nous dirons, alimentaire : La comptabilité et La gestion.

Je souhaite devenir free-lance pour respecter mes années universitaires.

J'ai déjà une activité salariée. Est-ce intéressant de devenir auto entrepreneur ?

Merci pour vos retours.


Je travaille sous le régime de l'autoentrepreneur. Renseignez-vous sur les avantages et les inconvénients d'une activité libérale sous ce régime. Fiez-vous uniquement aux sources officielles.

En activité unique, le plafond de revenus peut vite vous faire basculer obligatoirement hors du régime et là, les charges sociales sont d'un tout autre ordre! En-dessous, si vous avez des dépendants à charge, vous allez rapidement trouver ce plafond trop bas si c'est votre seule source de revenus.

Vous exprimez une intention de faire des traductions en seconde activité. A condition de rester en-dessous du fameux plafond, il se peut que ce régime vous convienne très bien.


Direct link Reply with quote
 

Gwladys Jouble
France
Local time: 13:51
English to French
+ ...
Probablement Mar 20

Bonjour Edwige,

Sur un plan personnel et professionnel, je pense que cela peut-être une bonne décision puisque, comme vous semblez l'exprimer, vous resterez en phase avec vos aspirations et études initiales. Je pense que cela peut également être une excellente opportunité pour vous lancer et voir si votre activité complémentaire fonctionne bien tout en gardant une stabilité financière avec votre activité salariée.

Comme le dit justement Nikki, je pense qu'il faudrait au préalable vérifier en détail les potentiels inconvénients de cette double activité. Vous pouvez peut-être, si vous ne l'avez déjà fait, consulter le guide du micro-entrepreneur ci-dessous:
https://www.rsi.fr/fileadmin/mediatheque/.Espace_telechargement/Crea_entreprise/guide_micro_entrepreneur.pdf

Cordialement,


Direct link Reply with quote
 

Catherine De Crignis  Identity Verified
France
Local time: 13:51
Member (2012)
English to French
+ ...
Mmm Mar 21

Bonjour,
J’imagine que par « intéressant » vous voulez dire « adéquat ». Les réponses données sont justes.
Sachez toutefois que le salariat et l’exercice en indépendant sont deux univers bien différents.
Dans la traduction, être diplômé est un atout indéniable, mais il est préférable d’avoir dès sa formation traduit et pratiqué le plus possible dans des conditions « réelles » (professionnelles). 2004 est loin.
Votre CV ne semble pas à jour et votre profil ici devra être rédigé selon les critères professionnels, que ce soit dans le fond ou dans la forme. Ce site est une vitrine.
Dans l’état actuel du marché, je ne suis pas sûre que vous puissiez aisément lancer une activité sérieuse en plus de vos heures comme salariée et mère de famille. Nous ne traduisons jamais rien de « facile ». Les délais sont plutôt serrés et la concurrence peut être assez rude, surtout en EN-FR, et pour le russe d’autres problèmes se posent.
Bonne continuation.


Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 13:51
Member (2007)
German to French
+ ...
Bienvenue Edwige Mar 22

Globalement d'accord avec Catherine. Concernant la petite présentation dans ton profil par exemple : ça m'a intéressé de le lire en tant que collègue pour te conseiller, par contre ce n'est pas du tout le discours à tenir aux clients. Ta vie privée ne les regarde (et intéresse) a priori pas, et tu laisses clairement comprendre que tes choix ont été subis. Même si c'est vrai, ce n'est pas l'image à présenter à tes clients, il faut plutôt valoriser ta première expérience : souligner que tu as une expérience en entreprise et que tu as de fait une connaissance profonde de ces domaines.

Il me semble que Catherine a raison sur les difficultés à démarrer. Si tu as un bon réseau susceptible de te fournir de premières commandes auprès de clients directs, c'est peut-être un peu différent. Mais sinon, pour aller chercher des clients, il faut quand même un minimum de disponibilité. C'est déjà pas toujours facile en n'ayant pas d'expérience à faire valoir, mais si en plus tu ne peux proposer que des délais hyper longs, ça risque d'être encore plus difficile...

En fait c'est quoi ton objectif, pratiquer la traduction pour ton plaisir et éventuellement gagner de l'argent, ou surtout gagner de l'argent ? Dans le cas numéro un, il serait peut-être plus approprié de faire d'abord un peu de bénévolat afin d'acquérir un peu d'expérience, d'une dans la traduction, et de deux dans ta capacité à faire face à un projet, à des délais au vu de tes contraintes professionnelles et familiales.

[Modifié le 2017-03-22 09:49 GMT]


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 13:51
Member (2007)
German to French
+ ...
Petite importante précision Mar 22

Bonjour,

Pas grand chose à ajouter à ce qui a déjà été dit sur le statut, le métier, les conditions et les difficultés...

Une chose cependant, qui me paraît compromettante : Paris III, ce n'est pas Nouvelle Sorbonne, mais Sorbonne Nouvelle.

Tu m'as mis le doute (j'en suis un ancien), alors j'ai été vérifier :

http://www.univ-paris3.fr/

Globalement, d'autre part, un CV de freelance, n'est pas un CV de demandeur d'emploi.

Rien ne s'oppose naturellement à se lancer, mais certains prérequis font encore défaut.

Très bonne continuation !


Direct link Reply with quote
 

Sophie Dzhygir  Identity Verified
France
Local time: 13:51
Member (2007)
German to French
+ ...
Oups Mar 22

Je n'avais pas regardé ton CV, mais oups oups oups... C'est ton CV d'il y a 10 ans sans mise à jour ! Ca ne va pas du tout. D'accord avec Adrien sur ce que doit être un CV de freelance, mais en plus, il faut au moins être à jour ! Bref, pour discuter avec nous sur ce forum, ça va, mais pour te lancer vraiment à ton compte, ton profil doit être totalement revu.

Direct link Reply with quote
 

Jean-Marie Le Ray  Identity Verified
Italy
Local time: 13:51
Member
Italian to French
+ ...
Un CV de freelance n'est pas un CV de demandeur d'emploi Mar 22

Adrien Esparron wrote:

Globalement, d'autre part, un CV de freelance, n'est pas un CV de demandeur d'emploi.



Salut Adrien,

Remarque très pertinente !
Tu pourrais développer ce point, ça m'intéresse de connaître ta pensée là-dessus. Et celle de nos collègues, naturellement.

Jean-Marie


Direct link Reply with quote
 
Texte Style
Local time: 13:51
French to English
C'est ce que j'ai fait Mar 22

Je travaillais à temps partiel, et lorsque mes enfants étaient assez grands pour ne plus avoir à les récupérer à l'école, j'ai profité pour faire un master en traduction, avec l'intention de me lancer en tant qu'indépendante par la suite. Le fait d'être employée à temps partiel a été crucial.
Ne pas se consacrer en priorité à la traduction peut vous faire perdre des clients. Les traductions tombent toujours le jour où vous devez travailler au bureau. Si je pouvais travailler toute la nuit et enchaîner avec une journée de travail encore il y a 20 ans, ce n'est plus raisonnable aujourd'hui puisque je suis insupportable le reste de la semaine! Alors on ne peut tenir à ce régime trop longtemps.

Le régime auto-entrepreneur est parfait pour démarrer, ensuite il faut soit veiller à ne pas dépasser le plafond soit s'inscrire auprès de l'Urssaf.


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 13:51
Member (2007)
German to French
+ ...
C'est quoi un CV ? Mar 22

Jean-Marie Le Ray a écrit :

Tu pourrais développer ce point, ça m'intéresse de connaître ta pensée là-dessus. Et celle de nos collègues, naturellement.



Salut Jean-Marie !

Très heureux de te lire de nouveau ici et de voir que tes préoccupations demeurent d'actualité et en espérant que tout va bien de par chez toi.

Je vais tenter de formuler ce que je n'ai jamais formalisé pour ma part, mais cela va me prendre un peu de temps. Une réponse plus circonstanciée viendra sans doute un peu plus tard, si tu veux bien.

Pour le moment, je sais à peu près ce que je ne mettrais pas dans un CV de freelance (ou plus exactement, ce que, en tant que possible donneur d'ordre, je ne souhaite pas avoir à consulter) :

- Des données personnelles qui n'ont aucun rapport avec mon activité (peu importe le nom du chien)

- Des informations de contact litigieuses (adresses gratuites type Gmail, Yahoo, Hotmail..., liens renvoyant à des pages ou site Web inexistants ou absolument pas à jour)

- Des informations linguistiques suspectes (bilinguisme affirmé, traduction vers des langues cibles dont la maîtrise n'est pas certaine (combien de profils ici-même affirment être en mesure de traduire de X vers Y et réciproque et + si affinités...))

- Des expériences antérieures n'ayant aucun rapport avec mon activité et qui ne sont pas mises en valeur, en relation, avec le plus qu'elles peuvent apporter à la traduction

- Des informations de compétences critiques (expertise non fondée, absence d'expertise (notions scolaires de sorabe...))

- Des informations personnelles sans intérêt (hobbies, à moins qu'ils ne correspondent à un créneau recherché précis, mais seraient-ce encore des hobbies ?))

Tout ceci en vrac et ce qui me vient sans trop y réfléchir directement à l'esprit. Si on enlève déjà tout cela, et ce à quoi je ne pense pas à l'instant, on a sans doute le CV pro idéal ?

Autant de facto anticiper en disant qu'il n'existe sans doute pas de CV de freelance ? Expérience ou pas à la clé.

À suivre donc...

Tiens j'oubliais : la liste des logiciels que je suis sensé connaître (à défaut de les maîtriser (voir l'embouteillage SDL Trados dans ces colonnes...). Non parce que j’essaye de prouver ce qui n'est pas à prouver, de nos jours un minimum de bureautique n'est plus à mettre en avant, mais tout simplement parce que j'ouvre la porte à des demandes inacceptables...

Ce que je n'oublierais pas cependant de préciser est que je refuse toute activité liée aux machines à traduire et à leur traitement ultérieur. Stupéfaction de voir comment les CAT Tools patentés ont intégré les traductions automatiques dans leurs interfaces.

Bon, voilà pour alimenter et faire avancer la bêbête.

À Pluche !


Direct link Reply with quote
 

Jean-Marie Le Ray  Identity Verified
Italy
Local time: 13:51
Member
Italian to French
+ ...
Freelance vs. demandeur d'emploi Mar 23

Adrien,

En fait, je pensais davantage à un autre angle d'approche, où la différence fondamentale que je vois inverse la situation : le freelance ne demande pas un emploi, mais propose une prestation, censée être la solution adaptée à une problématique précise du client, qui est le véritable demandeur. Ou en d'autres termes, passer du "c'est moi qui cherche le client" à "c'est le client qui me cherche", ce qui fait une grande différence en termes de rapport de forces et de négociation.
Même si, au final, nous sommes des demandeurs d'emploi pérennes : chaque mission est un emploi, rétribuée par un cachet ! Nous passons notre existence à courir le cachet, parfaits acteurs de la "gig economy" avant l'heure

J-M


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 13:51
Member (2007)
German to French
+ ...
Prestataire Mar 23

Jean-Marie Le Ray a écrit :

En fait, je pensais davantage à un autre angle d'approche, où la différence fondamentale que je vois inverse la situation : le freelance ne demande pas un emploi, mais propose une prestation...



Mais cela, c'est tellement l'évidence qu'il ne m'avait pas paru nécessaire de le mentionner ou de le rappeler. Il n'en demeure pas moins que le freelance se doit de se présenter d'une manière ou d'une autre et c'est pourquoi je me suis orienté sur le contenu et non sur les raisons du contenu.

Si je dois proposer une « solution adaptée à une problématique précise du client », je ne suis pas loin de revenir à la situation de demandeur... d'emploi, ce que tu ne manques pas toi-même de préciser : « Même si, au final, nous sommes des demandeurs d'emploi pérennes... ».

En tant que prestataire, freelance, entrepreneur, appelons-nous comme tu veux, j'offre des services, non pour répondre à une demande précise (je suis demandeur), mais pour susciter une demande (je suis proposeur).

Nous disons sans doute un peu la même chose, mais avec des analyses sensiblement différentes.

C'est à ce niveau que je dis qu'un CV de freelance n'est pas un CV de demandeur d'emploi. C'est une question de contenu.

Si je n'ai personnellement pas de CV, il n'en demeure pas moins que les clients demandent régulièrement un CV au prestataire. Alors que doit-on, peut-on y mettre ?

On se contente, comme certains d'avoir un profil comme celui de ProZ.com (quitte à l'étoffer comme le font certains, parfois avec talent) ou sur d'autres plateformes dites professionnelles, on a un site Web ronflant où l'on dit tout et rien...

Je ne sais trop, mais je remarque à vrai dire que ce sont plus généralement les agences, dites de traduction, qui demandent un « CV » (tendance demandeur) et non les clients directs (tendance proposeur).

Pour les agences, si je dis que je n'ai pas de CV, cela semble curieux à certaines sans plus, mais comme elles ont pour nombre d'entre elles des formulaires permettant de figurer dans leur base de données (ce qui bien souvent ne sert à rien), il est assez simple de dire que ce sera beaucoup plus précis de la sorte ou de ne pas remplir le formulaire s'il s'intéresse à des choses qui ne regardent pas l'agence (cela ne veut même pas dire que l'on ne recevra pas tout de même des demandes de collaboration...).

Dans les cas extrêmes, où l'existence d'un CV en bonne et due forme est indispensable, j'ai un document, ne remplissant guère que la moitié d'une feuille A4, susceptible de provoquer l'intérêt, du moins de répondre à des questions existentielles comme celles de mon nom, adresse, téléphone et adresse de courrier électronique. J'y mentionne mes langues sources, pas même mes spécialités.

Par petite digression, mais pas tant que cela, je reviens sur la problématique souvent évoquée ici, des offres de jobs. Nombreux sont ceux qui s'insurgent sur les tarifs et les conditions proposés. Sans doute, mais pourquoi un agence travaille-t-elle de la sorte ? En dehors de toute autre considération, parce qu'elle ne fait pas son boulot de recherche de prestataire (c'est en effet elle qui est demandeuse) et s'adresse précisément à des demandeurs (qui ne devraient pas l'être).

Une agence digne de ce nom vient directement à vous « pour voir ». Les choses vont alors dans le bon sens et de CV il n'est plus guère question.

Je ne sais si tout cela te parles, mais c'est bien ainsi que je vois les choses.

Très bonne journée !


Direct link Reply with quote
 

Catherine De Crignis  Identity Verified
France
Local time: 13:51
Member (2012)
English to French
+ ...
Remarque HS Mar 23

Adrien Esparron wrote:

Une agence digne de ce nom vient directement à vous « pour voir ». Les choses vont alors dans le bon sens et de CV il n'est plus guère question.



D’accord avec vous Adrien.

Ce sont les agences qui réclament des CV, évidemment.

Juste une remarque : la dernière agence qui est venue vers moi pour voir, comme vous dites, m’a demandé mon tarif, ou mon prix au km de mots comme d’hab. Bref. Normalement je demande 0,12, mais comme c’était une agence française et que je suis toujours trop chère pour elles, j’ai répondu 0,11.
Ce qui m’a naturellement valu la ritournelle habituelle : « comme c’est cher, nous faisons travailler des traducteurs de haut niveau qui sont enchantés de traduire à 0,08, etc. ». Je précise qu’il s’agit d’une petite agence (qui a le malheur de servir des mastodontes de l’industrie et de se soumettre au tarif exigé - tant pis si ça dézingue le marché, après nous le déluge...). C’est ce que j’entends depuis 5 ans. Quand les demandes sont formulées poliment et sans trop de fautes (!), je continue de répondre par principe et par patience, mais par définition, la patience ça a des limites.

Ce n’est pas pour vous contredire Adrien, mais ça ne va pas nécessairement dans le bon sens ! Bonne journée !


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 13:51
Member (2007)
German to French
+ ...
Le bon sens Mar 23

Catherine De Crignis a écrit :

Ce n’est pas pour vous contredire Adrien, mais ça ne va pas nécessairement dans le bon sens !



Aucun problème, ce n'est pas le même « bon sens » dont nous parlons : je me référais à celui de la relation demandeur / proposeur et non à celui de l'évidente pression tarifaire que tout le monde remarque. Bien sûr que cela ne va dans le bon sens à ce niveau. Reste à savoir comment l'on se positionne et avec quels arguments on s'impose ou pas.

Très bonne journée itou !


Direct link Reply with quote
 

David GAY  Identity Verified
Member (2014)
Dutch to French
+ ...
Vous êtes très optimiste Mar 24

Nikki Scott-Despaigne wrote:


En activité unique, le plafond de revenus peut vite vous faire basculer obligatoirement hors du régime et là, les charges sociales sont d'un tout autre ordre! En-dessous, si vous avez des dépendants à charge, vous allez rapidement trouver ce plafond trop bas si c'est votre seule source de revenus.


La SFT a publié en 2009 une étude sur les chiffres d'affaires (attention on parle de CA et non de revenus nets) des traducteurs de la SFT (enquête qui inclut les traducteurs assermentés et des traducteurs qui ont même 80 ans et les prix ont aussi beaucoup baissé depuis). Ces chiffres d'affaires ne sont pas très élevés et dépassent rarement 30000 euros. Nombre de traducteurs très expérimentés sont toujours autoentrepreneurs. Et la paire anglais français est particulièrement concurrentielle. Personnellement, je ne pense pas que vous puissiez gagner grand chose. A mon avis, il vaut mieux donner des cours particuliers de langue car il n'y a pas de charges sociales et les horaires sont réguliers

[Modifié le 2017-03-24 13:37 GMT]

[Modifié le 2017-03-24 13:41 GMT]

[Modifié le 2017-03-24 14:12 GMT]

[Modifié le 2017-03-24 14:13 GMT]

[Modifié le 2017-03-24 14:14 GMT]


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Comment devenir traducteur indépendant en 2nd activité

Advanced search






TM-Town
Manage your TMs and Terms ... and boost your translation business

Are you ready for something fresh in the industry? TM-Town is a unique new site for you -- the freelance translator -- to store, manage and share translation memories (TMs) and glossaries...and potentially meet new clients on the basis of your prior work.

More info »
Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search