Pages in topic:   [1 2 3] >
Traduire ou ne pas traduire?
Thread poster: avsie (X)

avsie (X)  Identity Verified
Local time: 06:14
English to French
+ ...
Jun 16, 2005

Bonsoir à tous,

Que faites-vous lorsque vous êtes devant un client qui préfère utiliser des termes anglais au lieu d'utiliser des termes équivalents de langue française, qui ne sont ni inusités ni vieillis ni inconnus ni quoi que ce soit?

Je me prends souvent la remarque que puisque je suis Canadienne, j'ai trop tendance à vouloir "tout traduire" (le client est Français, dois-je préciser!) et que de toute façon, "le terme anglais est passé dans le langage courant".

Habituellement, je me plie à leurs exigences mais bon... je ne peux m'empêcher de penser que l'utilisation d'un terme étranger lorsqu'il existe un terme français équivalent connu et compris de tous relève de la paresse...!

Suis-je la seule? Ou suis-je tout simplement trop Canadienne?icon_biggrin.gif


 

Céline Odo  Identity Verified
France
Local time: 06:14
English to French
+ ...
Loi Toubon Jun 16, 2005

Moi je traduis, persuadée qu'il est du devoir des professionnels de la langue de la faire vivre et d'employer le plus possible le français lorsque cela est possible. Et puis il faut bien défendre son bifteck. Pour argumenter face à ton client, tu peux lui présenter la loi Toubon (voir texte intégral dans le lien ci-dessous)
Si le client publie, fait de la publicité, de la radio, de la diffusion audiovisuelle ou affiche en public le texte traduit et qu'il comporte des mots anglais alors qu'un équivalent français existe, il est dans l'illégalité.

http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/lois/loi-fr.htm


 

lien
Netherlands
Local time: 06:14
English to French
+ ...
Flicage Jun 16, 2005

Céline Odo wrote:

la loi Toubon
Si le client publie, fait de la publicité, de la radio, de la diffusion audiovisuelle ou affiche en public le texte traduit et qu'il comporte des mots anglais alors qu'un équivalent français existe, il est dans l'illégalité.




Le flicage français ! J'avais oublié. C'est **illegal** d'écrire des mots ? Staline, Toubon, même combat !icon_biggrin.gif

Et ils ont déjà décidé des amendes et des peines de prison ?






[Edited at 2005-06-17 08:47]


 

avsie (X)  Identity Verified
Local time: 06:14
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Ah bon??? Jun 16, 2005

Merci pour ce lien!

Tu m'en apprends toute une! Je crois que ce client ne connaît pas cette loiicon_biggrin.gif


 

Giselle Chaumien
Germany
Local time: 06:14
French to German
+ ...
Tout à fait d'accord! Jun 16, 2005

Céline Odo wrote:


Moi je traduis, persuadée qu'il est du devoir des professionnels de la langue de la faire vivre et d'employer le plus possible le français lorsque cela est possible. Et puis il faut bien défendre son bifteck. Pour argumenter face à ton client, tu peux lui présenter la loi Toubon (voir texte intégral dans le lien ci-dessous)
Si le client publie, fait de la publicité, de la radio, de la diffusion audiovisuelle ou affiche en public le texte traduit et qu'il comporte des mots anglais alors qu'un équivalent français existe, il est dans l'illégalité.

http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/lois/loi-fr.htm


Céline a tout à fait raison. Je fais pareil...
Bonsoir
Giselle


 

Florence Bremond  Identity Verified
France
Local time: 06:14
Member (2002)
English to French
+ ...
Dialogue avec le client Jun 16, 2005

Dans les deux sens...
J'essaie plutôt de traduire quand c'est possible, évidemment - mais personnellement il y a des traductions-francisations qui me restent en travers de la gorge, genre "le gazole", "le bifteck" etc...

Ce qui est important c'est le dialogue avec le client, quand c'est possible. Il peut avoir des raisons de vouloir garder certains termes non traduits (par exemple, les noms en anglais seront écrits sur l'appareil - il faut donc que le mode d'emploi corresponde, il peut être possible de mettre une traduction entre parenthèses, etc.) Chaque cas est différent.

Par exemple, j'ai un client régulier qui m'a demandé de ne pas mettre d'accents sur les lettres, et de mettre des points pour les décimales. J'ai évidemment fait un bond au plafond, mais après explications (la machine à étiquettes ne peut pas imprimer les accents, et les virgules ne seraient pas reconnues par la base de données du stock) ça m'a paru beaucoup plus acceptable.

Pour ce qui est des Canadiens, j'ai une petite anecdote - une charmante Canadienne avec qui je discutais il y a quelque temps, quelques minutes après avoir dit combien elle était choquée d'entendre tous les anglicismes qu'utilisent les français - me sort la phrase suivante (texto) : "Mon chum, il a eu un coup de luck, il a trouvé un job..."
On a tous éclaté de rire... (et elle aussi quand elle s'en est aperçueicon_smile.gif


 

Geneviève von Levetzow  Identity Verified
Local time: 06:14
Member (2002)
French to German
+ ...
Dans les deux sens... Jun 16, 2005

Comme Florence.

Je traduis beaucoup d'informatique pour des pros et il y a des traductions qui passent mal et que personne n'emploie dans ce domaine.

Et " breffage " pour briefing passe mal aussi.

Il ne faut pas oublier que les langues se modifient et le font en partie sous des influences étrangères.

Geneviève:)


 

00000000 (X)
English to French
+ ...
Ça dépend Jun 17, 2005

Hier j'ai eu à traduire 'Orange Popsicle" et, toute Québécoise que je sois, j'ai traduit par 'Popsicle à l'orange', pas par 'Sucette glacée à l'orange'.

Mais en général, je dois dire que ça me tape sur les nerfs d'entendre les Français employer des mots anglais là où il n'y a vraiment aucune nécessité. Par exemple, j'ai récemment entendu Arielle Dombasle parler de son 'artistic director'. Pourquoi elle ne pourrait pas dire 'directeur artistique'?

Bye!
Esther


 

00000000 (X)
English to French
+ ...
Attention au genre.... Jun 17, 2005

Oddie wrote:
our ce qui est des Canadiens, j'ai une petite anecdote - une charmante Canadienne avec qui je discutais il y a quelque temps, quelques minutes après avoir dit combien elle était choquée d'entendre tous les anglicismes qu'utilisent les français - me sort la phrase suivante (texto) : "Mon chum, il a eu un coup de luck, il a trouvé un job..."
On a tous éclaté de rire... (et elle aussi quand elle s'en est aperçueicon_smile.gif
[/quote]

En fait, elle a sûrement dit *une* job. En général, dans au moins 90% des cas, quand les emprunts de l'anglais sont féminins pour les Français, ils sont masculins pour les Québécois et vice-versa. Alors, pour nous, c'est une job, une gang, mais un PO (les Français avec qui je travaille disent une PO).

Bye!
Esther


 

sylver  Identity Verified
Local time: 12:14
English to French
Flic et client Jun 17, 2005

La loi Toubon, ça me laisse pensif. Suis je le seul à trouver que c'est nul, cet article 3? On ne protège pas une langue à coup de décrets!

En ce qui concerne les choix du client, je pense que le client a entièrement le droit de décider de ce pourquoi il paye. Et si il veut des anglicismes à gogo pour faire "in" c'est son choix.

Cela n'empêche pas le traducteur de discuter du point en question, voire de refuser carrément de faire le travail, mais en définitive, c'est le client qui paye, et c'est à lui de décider de ce qu'il veut.

Le traducteur peut décider de si oui ou non il souhaite accepter le travail dans ces conditions, et refuser le travail le cas échéant.

Prendre un travail et l'exécuter sans respecter les règles de style du client constitue un manquement à l'éthique professionnelle.


 

avsie (X)  Identity Verified
Local time: 06:14
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Oui Sylver... Jun 17, 2005

Je suis d'accord que puisque le client paie, c'est lui le patron!

Mais ça ne m'empêche pas d'être mal à l'aise vis à vis cette pauvre langue qui se perdicon_wink.gif

Je ne veux pas lancer un débat France vs Québec et "où trouve-t-on le plus d'anglicismes?", je crois que les deux côtés de l'océan sont assez équivalents!


 

Timothy Barton
Local time: 06:14
French to English
+ ...
La fameuse loi de l'intolérance! Jun 17, 2005

Céline Odo wrote:


Moi je traduis, persuadée qu'il est du devoir des professionnels de la langue de la faire vivre et d'employer le plus possible le français lorsque cela est possible. Et puis il faut bien défendre son bifteck. Pour argumenter face à ton client, tu peux lui présenter la loi Toubon (voir texte intégral dans le lien ci-dessous)
Si le client publie, fait de la publicité, de la radio, de la diffusion audiovisuelle ou affiche en public le texte traduit et qu'il comporte des mots anglais alors qu'un équivalent français existe, il est dans l'illégalité.

http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/lois/loi-fr.htm


Dans cette loi il n'y a aucune mention des autres langues de France. Alors, une publicité à Biarrritz en basque ou à Perpignan en catalan est aussi en infraction!

[Edited at 2005-06-17 07:53]


 

Karolina Katsika
Local time: 06:14
French to Greek
+ ...
Niveaux des langues Jun 17, 2005

Il ne faut pas oublier que la langue sert à la communication et à l'expression. Le jeune qui dit "mes shoes" au lieu de "mes chaussures", le dit afin de s'attribuer une certaine image ou de donner aux autres une certaine image de lui. Au même titre que celui qui dirait "mes souliers". Tous les trois termes signifient la même chose mais ils servent des besoins de communication et des situations différentes. C'est la langue elle-même qui décidera quel terme restera et quel disparaîtra, pas nous. Si Arielle Dombasle dit "artistic director" c'est qu'elle veut se donner une certaine image. Si le client s'adresse à un public, éventuellement, xénomane, il veut peut-être utiliser les termes anglais. En tout cas , la langue française ne court aucun danger!

Bonne journée
Brigande (Karolina Katsika)


 

lien
Netherlands
Local time: 06:14
English to French
+ ...
la terminologie du client Jun 17, 2005

sylver wrote:

En ce qui concerne les choix du client, je pense que le client a entièrement le droit de décider de ce pourquoi il paye. Et si il veut des anglicismes à gogo pour faire "in" c'est son choix.

Prendre un travail et l'exécuter sans respecter les règles de style du client constitue un manquement à l'éthique professionnelle.




Je ne comprend même pas le but de cette discussion. Le client veut utiliser une certaine terminologie, c'est son droit.

C'est le droit du traducteur de refuser le travail si ça lui pose un problème.

Si le client est obligé de reprendre tout le texte pour changer les mots, la prochaine fois il ira voir ailleurs.


 

chachu
Spain
Arabic to Spanish
+ ...
client-chef-patron Jun 17, 2005

Etant l’anglais la langue internationale par défaut, on l’a voit par tout. Il faut pas baisser les bras en corrigeant l’emploie surdosé de l’anglais dans une autre langue qui dispose de la richesse linguistique pour exprimer la même chose. Par fois, le client veut donner à son texte une allure déterminée pour impressionner le destinataire ou pour d’autres raisons. En ce cas on n'a qu'à le faire ce qu’il veut, mais on dois lui expliquer. C’est son texte…
Bon, c’est ce que je fais…


 
Pages in topic:   [1 2 3] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

Traduire ou ne pas traduire?

Advanced search






Déjà Vu X3
Try it, Love it

Find out why Déjà Vu is today the most flexible, customizable and user-friendly tool on the market. See the brand new features in action: *Completely redesigned user interface *Live Preview *Inline spell checking *Inline

More info »
WordFinder Unlimited
For clarity and excellence

WordFinder is the leading dictionary service that gives you the words you want anywhere, anytime. Access 260+ dictionaries from the world's leading dictionary publishers in virtually any device. Find the right word anywhere, anytime - online or offline.

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search