En savoir plus sur le métier de traducteur avant de m'engager dans cette voie
Thread poster: Ludivine Taboada
Jun 19, 2019

Bonjour,

Multi-expatriée et conjointe suiveuse depuis plusieurs années, j'envisage de reprendre une activité professionnelle nomade et réfléchis en ce moment à ma reconversion professionnelle (Je suis diplômée d'une école de commerce, majeure marketing et j'étais chef de produit avant de m'expatrier). Au terme d'un bilan de compétences, le métier de traductrice apparaît comme une option envisageable pour moi.
Dans le cadre de ce bilan, je réalise une "enquête t
... See more
Bonjour,

Multi-expatriée et conjointe suiveuse depuis plusieurs années, j'envisage de reprendre une activité professionnelle nomade et réfléchis en ce moment à ma reconversion professionnelle (Je suis diplômée d'une école de commerce, majeure marketing et j'étais chef de produit avant de m'expatrier). Au terme d'un bilan de compétences, le métier de traductrice apparaît comme une option envisageable pour moi.
Dans le cadre de ce bilan, je réalise une "enquête terrain" pour en savoir plus sur le métier et je souhaiterais par conséquent entrer en contact avec des traducteurs en exercice qui auraient la gentillesse de bien vouloir répondre à toutes les questions que je me pose.
Je précise que j'envisage de traduire de l'espagnol vers le français. L'espagnol est une langue que je pratique au quotidien, puisque mon mari est mexicain, et j'ai vécu près de 4 ans au Mexique où j'ai appris la langue en suivant la formation Berlitz et bien sûr en immersion. Je ne possède donc pas de diplôme dans cette langue, mais j'estime mieux la maitriser que mes autres langues pour lesquelles je dispose de "preuves" de mon niveau, à savoir l'anglais (930 au TOEIC) et l'allemand (19 sur 20 au bac et un stage de 6 mois en entreprise en Autriche au cours de mes études). Diplôme et maitrise réelle n'ont souvent pas grand chose à voir dans le domaine des langues au regard de mon expérience.


Voici donc mes nombreuses interrogations :
- En l’absence de diplôme, une certification de niveau dans la langue qui sera traduite est-elle souhaitable ?
- Quelle formation à la traduction recommanderiez-vous (sachant que je ne peux envisager qu’une formation à distance) ? Que pensez-vous de la formation Ci3M? (J'ai lu les postes qui y sont consacrés dans ce forum, tout nouvel avis est le bienvenu!)
- Quelles sont les qualités requises pour être un bon traducteur ?
- Quelle est la réalité du quotidien d’un traducteur ? Quelle est la part de travail commercial et administratif par rapport au travail de traduction proprement dit ? Faut-il s’attendre à une charge de travail très irrégulière et à des délais très serrés ?
- Quel temps faut-il pour démarrer son activité, se construire une clientèle ?
- Quels sont les meilleurs moyens pour se faire connaître et constituer sa clientèle ?
- Combien de temps et d’argent faut-il s’attendre à investir avant de commencer à générer des revenus ? (Formation, site web…)
- Qu’est-ce qui, une fois devenue traducteur, vous a le plus surpris par rapport à l’idée que vous vous faisiez du métier quand vous avez pris la décision de vous engager dans cette voie ?
- Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées pour démarrer ? Quelles sont celles que vous rencontrez encore actuellement ?
- Quel est votre statut juridique : autoentrepreneur ? portage salarial ? autre ? (Ce point m'intéresse tout particulièrement si, comme moi, vous ne résidez pas en France)
- Vos clients se trouvent-ils principalement en France ou à l'étranger ? Travaillez-vous en majorité avec des agences ou bien directement avec les clients finaux?
- La traduction est-elle une activité qui vous paraît être facilement exerçable uniquement en ligne, sans aucun présentiel ?
- Une spécialisation dans un domaine particulier est-elle souhaitable ? Indispensable ? Quelles sont les domaines les plus / les moins concurrentiels ?
- Y a-t-il plus de concurrence dans la traduction de l’espagnol vers le français ou bien dans la traduction de l’anglais vers le français ?
- Comment voyez-vous l’évolution du métier par rapport au développement de l’intelligence artificielle et des nouvelles technologies et à la mondialisation ? Sa pérennité à moyen terme vous paraît-elle assurée ?
- Avez-vous des conseils particuliers à me prodiguer ?
- Avez-vous des lectures (livres ou sites Internet) à me recommander ?
- Et pour finir : aurais-je oublié une question cruciale ?

Je vous remercie par avance du temps que vous voudrez bien me consacrer. N'hésitez pas à ne répondre qu'à certains points si ma liste vous parait trop longue!

L'activité de traducteur en tant que telle m'intéresse grandement, mais les difficiles conditions d'exercices du métier que j'ai perçues jusqu'à maintenant au travers de mes premières recherches me refroidissent quelque peu.
J'espère que certains d'entre vous auront un discours plus encourageant!


Ludivine
Collapse


 

Sara Massons  Identity Verified
France
Local time: 04:12
Member (2016)
English to French
+ ...
Fonce si tu n'as pas besoin d'un gros revenu immédiat Jun 20, 2019

Bonjour et bienvenue dans le monde merveilleux de la traduction...

Ma situation est assez différente de la tienne, il faut donc sûrement nuancer ce que je vais écrire et bien entendu, ce n'est que le reflet de ma propre expérience. J'ai une formation de traductrice mais j'ai démarré comme salariée dans une entreprise de conseil spécialisée (13 ans) avant de me lancer à mon compte. Je traduis depuis l'anglais et l'espagnol. Je vais essayer de répondre au moins à certaines
... See more
Bonjour et bienvenue dans le monde merveilleux de la traduction...

Ma situation est assez différente de la tienne, il faut donc sûrement nuancer ce que je vais écrire et bien entendu, ce n'est que le reflet de ma propre expérience. J'ai une formation de traductrice mais j'ai démarré comme salariée dans une entreprise de conseil spécialisée (13 ans) avant de me lancer à mon compte. Je traduis depuis l'anglais et l'espagnol. Je vais essayer de répondre au moins à certaines de tes questions :

- Je suis d'accord pour dire que la maîtrise d'une langue et le diplôme ne sont pas toujours corrélés et je pense également que la maîtrise de l'oral et de l'écrit ne le sont pas non plus. Une quelconque certification rassurera tes clients et leur prouvera ta compétence y compris à l'écrit.
- Selon moi, la principale qualité requise pour être un bon traducteur est la curiosité. Ensuite, selon que tu traduis du littéraire, du marketing, du technique ou autres, les compétences et qualités requises peuvent varier. Il me semble aussi que la capacité d'abstraction est importante : je connais des gens parfaitement bilingues qui sont totalement incapables de produire un traduction correcte car ils restent bloqués sur les mots et ne passent pas par "l'image mentale" avant de changer de langue.
- Mon expérience au quotidien : beaucoup de marketing au début et de moins en moins au fil des années, des délais souvent courts et la plupart du temps plus de travail que je ne peux en assurer avec parfois des "creux" qui me permettent de souffler. Je suis à mon compte depuis 2015 et je m'autorise pour la première année des "vraies" vacances sans connexion Internet. En revanche, j'ai fais le choix de limiter mon temps de travail hebdomadaire à 25h maximum afin de m'occuper de ma famille et de mon jardin. J'ai parfois travaillé jusqu'à 40 ou même 60h ponctuellement mais c'est très rare. Aujourd'hui je consacre environ 5h par semaine à du travail "non productif" (administratif, commercial...)
- Pour me faire connaître, j'ai principalement utilisé le web (site Internet et profils sur différents sites et réseaux sociaux + activité sur les forums et autres).
- Investissement initial : quelques centaines d'euros pour un ordi, un téléphone, etc... quelques autres pour des logiciels professionnels et encore quelques autres pour des adhésions (ProZ et SFT pour ma part). Au maximum, je dirais environ 1500 euros étalés sur les deux premières années (par exemple, je n'ai pas adhéré tout de suite à la SFT, je n'ai pas acheté tout de suite ma licence Trados...). En routine, mes charges de fonctionnement s'élèvent à environ 100€ par mois en comptant l'amortissement de mon ordi.
- Environ 2 ans avant d'avoir ce que je considère comme un "vrai" salaire (1500€ net) mais déjà un petit revenu suffisant pour moi dès le début de la deuxième année (900€ net).
- Statut micro-entreprise pour moi, impossible si tu n'es pas domiciliée en France. Tu trouveras sûrement des réponses sur ce forum.
- La majorité de mes clients se trouvent à l'étranger, les entreprises françaises ayant moins besoin de traduire vers le français.
- J'ai peu de clients directs mais ils représentent une part plus élevée de mon chiffre d'affaires.
- J'exerce exclusivement en ligne, je n'ai jamais rencontré mes clients, un peu de téléphone ou de visio-conférence parfois mais j'avoue que je le déplore : j'aimerai avoir des contacts plus directs parfois.
- La spécialisation est à mon avis indispensable et il vaut mieux se concentrer sur un ou deux domaines bien maîtrisés. Pour ce qui est de la concurrence, il est évident qu'il y a plus de traducteurs espagnol-français et anglais-français que russe-japonais mais je pense qu'il y a aussi plus de demandes.
- L'évolution de la profession avec les nouvelles technologies est inévitable selon moi et l'IA en fait partie. Je ne pense pas que l'IA menace réellement la profession en tant que telle, il faudra simplement s'adapter, comme toujours. C'est un métier qui existe sûrement depuis l'invention de l'écriture ou presque et qui perdurera quelque soit l'évolution du monde tant qu'il y aura des échanges d'écrits entre les peuples de culture et de langues différentes. Bien sûr, le volume de travail disponible est probablement amené à varier selon l'évolution du monde.

Quelques conseils :
- calculer ton tarif selon ton besoin réels et ta capacité de travail et surtout ne pas trop le baisser même si c'est très tentant au début pour avoir plus de contrats,
- répondre à beaucoup d'offres car même si 1% seulement aboutit, plus tu auras répondu, plus ce 1% sera élevé et ça te permet de "roder" ta candidature,
- ne jamais oublier que tu apportes une solution à tes clients, tu ne cherches pas un emploi,
- traduire pour des ONG (voir traducteurs sans frontières) pour te faire la main et quelques références,
- te trouver une organisation pour consacrer le moins de temps possible à l'administratif (pour ma part, j'ai automatisé beaucoup de choses en utilisant Excel mais il existe des logiciels spécialisés)

Pour finir, je te souhaite bonne chance

Sara
Collapse


Anka Mason
Carla Guerreiro
Zohra Mammeri Fedotova
 

Laurent Mercky
France
Local time: 04:12
Member (2019)
Chinese to French
+ ...
compliqué Jun 20, 2019

j'aimerais répondre à toutes vos questions, mais il y en a vraiment trop.
1) Vous pouvez travailler sans diplôme de traductrice, l'expérience et votre renommée dans le métier devraient suffire, mais par-contre il faudrait revoir les tarifs à la baisse.
2) Pour être traductrice, il vous faudra aimer bosser seule devant un ordi des heures durant, et surtout avoir beaucoup de patience avec vos clients
3) Si vous ouvrez votre propre boîte micro-entreprise, alors les formal
... See more
j'aimerais répondre à toutes vos questions, mais il y en a vraiment trop.
1) Vous pouvez travailler sans diplôme de traductrice, l'expérience et votre renommée dans le métier devraient suffire, mais par-contre il faudrait revoir les tarifs à la baisse.
2) Pour être traductrice, il vous faudra aimer bosser seule devant un ordi des heures durant, et surtout avoir beaucoup de patience avec vos clients
3) Si vous ouvrez votre propre boîte micro-entreprise, alors les formalités + démarchage (marketing) prendront le plus de temps. Si vous êtes seule en freelancer, alors vous n'aurez qu'à faire du marketing et/ou entretenir les relations avec vos clients.
4) Bossez en international, c'est la seule façon de survivre.
5) Spécialisez-vous: moi, c'est le matériel/logiciel informatique + documents juridiques inter-entreprises. Mais rien ne vous empêche d'avoir énormément de connaissances dans beaucoup beaucoup de domaines
6) Je suis en micro-entreprise et j'habite en Alsace, mais 100% de mes clients sont en Asie et en Europe.

...et enfin, je vous souhaite énormément de courage et de réussite dans votre future carrière.
Je travaille depuis 1997 et nombreuses furent les fois où je voulais abandonner, mais au final je suis toujours là.
Collapse


 

Ludivine Taboada
France
TOPIC STARTER
Merci! Jun 20, 2019

Merci beaucoup pour ces conseils avisés, constructifs et encourageants!

Ludivine


Laurent Mercky
 

Dominique Durand  Identity Verified
France
Local time: 04:12
Member (2005)
English to French
+ ...
quelques autres pistes de réflexion Jun 20, 2019

Sara a répondu à la plupart de tes questions, je ne fais qu'ajouter quelques pistes de réflexions.
Je ne sais pas si une formation de type CI3M est nécessaire dans ton cas. As-tu déjà traduit un texte ou un dossier avec une qualité professionnelle, dans un temps limité ?
Un traducteur doit écrire parfaitement sa langue cible. Quand il ne vit pas dans le pays il faut entretenir cette connaissance par des séjours réguliers, la lecture de la presse, des films, la télé.
... See more
Sara a répondu à la plupart de tes questions, je ne fais qu'ajouter quelques pistes de réflexions.
Je ne sais pas si une formation de type CI3M est nécessaire dans ton cas. As-tu déjà traduit un texte ou un dossier avec une qualité professionnelle, dans un temps limité ?
Un traducteur doit écrire parfaitement sa langue cible. Quand il ne vit pas dans le pays il faut entretenir cette connaissance par des séjours réguliers, la lecture de la presse, des films, la télé.
Pour survivre dans ce métier il faut savoir travailler vite et efficacement. C'est pourquoi les traducteurs se spécialisent dans un domaine : marketing, juridique, médical, peu importe, pour gagner en efficacité et en qualité... et vendre la valeur ajoutée de leur expertise.
Il faut savoir faire des recherches sur Internet. Il y a des formations et des outils pour cela.
Sauf le cas particulier de la traduction littéraire, un traducteur qui s'installe aujourd'hui doit maitriser un outil de TAO (CAT tool) que ce soit Wordfast, SDL, memoQ ou autre. C'est incontournable pour travailler avec des agences.
A la qualité de curiosité mentionné par Sara j'ajouterai une certaine aisance avec les outils informatiques. Je ne parle pas seulement de la formation aux logiciels. On est amenés à utiliser des logiciels plus ou moins complexes avec des versions qui évoluent souvent et il n'est pas possible de faire appel à un prestataire à chaque petit souci de compatibilité. Sinon trouve dans ton entourage quelqu'un de compétent qui pourra te dépanner.
La question du statut dépend du pays d'installation. Les statuts d'entrepreneur individuel simplifiés type micro-entrepreneur sont réservés aux résidents en France. Si tu prévois de voyager et de changer régulièrement tu risques de changer de statut à chaque déménagement, à moins de créer une société fixe dans un pays neutre économiquement et de manager à partir de là (avec une domiciliation par exemple).
Je ne sais pas s'il est possible de vivre comme traductrice ES > FR uniquement. Les seules traductrices d'espagnol que je connaisse dans ce cas sont des personnes bilingues qui travaillent en fait dans les deux sens ESFR . La question de l'espagnol, européen ou sud américain, se posera aussi vis à vis des clients. De manière générale les tarifs sont assez bas pour l'espagnol, même s'il y a comme toujours des exceptions. Ajouter une langue comme l'anglais te permettra de diversifier ton portefeuille de clients.
Concernant l'investissement de départ : un bon ordinateur dédié exclusivement à ton usage professionnel et une suite MS Office pour commencer, un scanner/imprimante. Ensuite tu pourras ajouter un logiciel de compta, un logiciel OCR pour lire les PDF et les rendre éditables, un CAT Tool (c'est le gros morceau). Le marketing le plus efficace reste à mon sens les plateformes professionnelles comme Proz ou LinkedIn, une activité professionnelles sur les réseaux sociaux si c'est ton truc. Et des cartes de visite Pro pour réseauter à la chambre de commerce, sur les salons, partout.
Compte au minimum 1 an, plutôt 2 pour travailler de manière régulière.
Collapse


Carla Guerreiro
 

LIZ LI
China
Local time: 11:12
Member (2008)
French to Chinese
+ ...
juste quelques points à ajouter Jun 21, 2019

Le plus gros investissement pour débuter cette profession, c'est du TEMPS.

Même si vous avez tout fait, suivant ce que Sara et Dominique ont précisé, le premier email de confirmation d'un job prendra peut-être du TEMPS.

Pour confirmation de lieu des clients, j'habite en Chine et je traduis depuis le français vers le chinois, une grosse partie de mes clients sont en France. Ce qui me gêne le plus, c'est de travailler en parallèle avec eux. Parce qu'avec un déca
... See more
Le plus gros investissement pour débuter cette profession, c'est du TEMPS.

Même si vous avez tout fait, suivant ce que Sara et Dominique ont précisé, le premier email de confirmation d'un job prendra peut-être du TEMPS.

Pour confirmation de lieu des clients, j'habite en Chine et je traduis depuis le français vers le chinois, une grosse partie de mes clients sont en France. Ce qui me gêne le plus, c'est de travailler en parallèle avec eux. Parce qu'avec un décalage horaire de 6h (pas plus d'heure d'été, non?), je suis souvent obligée de travailler les heures supplémentaires le soir ou au moins une demi-journée le samedi en échange du temps libre au matin. Pourtant, pour mes anciens collègues qui travaillaient avec USA, c'étaient souvent les clients qui faisaient les heures supplémentaires pour qu'on pouvait avoir une discussion directe à 8:00 am l'heure locale (le soir chez clients).

Ce que j'aime, c'est la mobilité incontestable. Je ne voudrais pas souligner les difficultés de cette profession, puisque personne n'est facile de son côté. Mais il faut avouer qu'on a vraiment un peu plus de liberté que la majorité en tant qu'un freelancer.
Collapse


 

Teresa Borges
Portugal
Local time: 03:12
Member (2007)
English to Portuguese
+ ...
Quelques pistes de plus Jun 21, 2019

Ce qu'il faut pour être traductrice? Être polyvalente : outre les connaissances linguistiques et terminologiques, il faut avoir un certain savoir-faire au niveau de la gestion administrative, de la vente et de la communication, être flexible et diplomate, avoir une bonne capacité adaptation, être très organisée, savoir gérer son temps, être curieuse, rigoureuse et ponctuelle.

La meilleure décision que j’ai prise quand je me suis lancée il y a une bonne quarantaine d’
... See more
Ce qu'il faut pour être traductrice? Être polyvalente : outre les connaissances linguistiques et terminologiques, il faut avoir un certain savoir-faire au niveau de la gestion administrative, de la vente et de la communication, être flexible et diplomate, avoir une bonne capacité adaptation, être très organisée, savoir gérer son temps, être curieuse, rigoureuse et ponctuelle.

La meilleure décision que j’ai prise quand je me suis lancée il y a une bonne quarantaine d’années (même si les circonstances étaient alors très différentes certaines choses restent d’actualité) c’était de m’offrir les services d’un relecteur. Ça m’a permis non seulement d’assurer la qualité de mes traductions et donc de charger les mêmes prix que d’autres traducteurs plus expérimentés, mais aussi d’apprendre beaucoup. Ceci dit, mon conseil est allez-y, vu que l’investissement de départ n’est pas très élevé : un ordinateur, un logiciel de traitement de texte, un téléphone, une imprimante, une connexion internet rapide et stable…

Je ne connais pas du tout la situation en France, mais j’ai vécu en Belgique pas mal d’années et les choses ne doivent pas être très différentes. Bonne chance !
Collapse


 

Sheila Wilson  Identity Verified
Spain
Local time: 03:12
Member (2007)
English
+ ...
Encore quelques points à ajouter au mix Jun 21, 2019

- En l’absence de diplôme, une certification de niveau dans la langue qui sera traduite est-elle souhaitable ?
Il y a une certification en langue espagnole. Est-ce que c'est le DELE ? Je ne l'ai pas faite pour le moment.

- Quelle formation à la traduction recommanderiez-vous (sachant que je ne peux envisager qu’une formation à distance) ? Que pensez-vous de la formation Ci3M? (J'ai lu les postes qui y sont consacrés dans ce forum, tout nouvel avis est le bienvenu!)... See more
- En l’absence de diplôme, une certification de niveau dans la langue qui sera traduite est-elle souhaitable ?
Il y a une certification en langue espagnole. Est-ce que c'est le DELE ? Je ne l'ai pas faite pour le moment.

- Quelle formation à la traduction recommanderiez-vous (sachant que je ne peux envisager qu’une formation à distance) ? Que pensez-vous de la formation Ci3M? (J'ai lu les postes qui y sont consacrés dans ce forum, tout nouvel avis est le bienvenu!)
Si vous voulez faire EN>FR, j'étais très satisfaite de la formation de base que j'ai fait il y a 12 ans (voir mon profil).

- Quelles sont les qualités requises pour être un bon traducteur ?
Compétences : recherches, marketing, informatique. Qualités : confiance en soi, motivation, diligence.

- Quels sont les meilleurs moyens pour se faire connaître et constituer sa clientèle ?
Comme point de départ, difficile de faire mieux que l'achat du forfait PLUS de ProZ.com, pour avoir une bonne vitrine et plein d'autres choses, un outil TAO inclus.

- Quel est votre statut juridique : autoentrepreneur ? portage salarial ? autre ? (Ce point m'intéresse tout particulièrement si, comme moi, vous ne résidez pas en France)
Tout dépend des structures en Mexique. C'est différent partout.

- Vos clients se trouvent-ils principalement en France ou à l'étranger ? Travaillez-vous en majorité avec des agences ou bien directement avec les clients finaux?
Les clients (agences de traduction, de marketing et de communication, maisons d'édition, sociétés en croissance, associations, individus, ...) se trouvent partout dans le monde.

- La traduction est-elle une activité qui vous paraît être facilement exerçable uniquement en ligne, sans aucun présentiel ?
Quand j'habitais en France j'avais un seul client du coin. C'était le seul que j'ai perdu suite à mon déménagement en Espagne. J'ai eu trois clients situés en Espagne ces sept dernières années; les autres se trouvent en plus de 30 pays du monde.

- Une spécialisation dans un domaine particulier est-elle souhaitable ? Indispensable ? Quelles sont les domaines les plus / les moins concurrentiels ?
Il faut sortir de la foule et se donner une réputation d'excellence. Les traducteurs hobbyistes demanderont toujours moins que nous pour les traductions faciles.
Collapse


 

Ludivine Taboada
France
TOPIC STARTER
Encore merci! Jun 22, 2019

Bonjour à tous,

Quel plaisir de recevoir tant de réponses à mes questions! Je suis ravie de voir que des personnes qui ne me doivent rien prennent le temps de me faire part de leur expérience et de me donner de très précieux conseils!
Grâce à vous, aux investigations que j'ai pu mener sur Internet et à diverses lectures, je commence à avoir une idée plus claire de ce que peut être le métier de traducteur...
Pour rebondir sur vos remarques, voici quelques él
... See more
Bonjour à tous,

Quel plaisir de recevoir tant de réponses à mes questions! Je suis ravie de voir que des personnes qui ne me doivent rien prennent le temps de me faire part de leur expérience et de me donner de très précieux conseils!
Grâce à vous, aux investigations que j'ai pu mener sur Internet et à diverses lectures, je commence à avoir une idée plus claire de ce que peut être le métier de traducteur...
Pour rebondir sur vos remarques, voici quelques éléments complémentaires sur ma situation:
- D'après mon bilan de compétences, je suis sensée avoir les qualités de curiosité et de rigueur nécessaires à l'exercice du métier.
- De par ma situation relativement "nomade", je cherche justement une activité que je puisse exercer partout en n'ayant besoin que d'un ordinateur. L'aspect solitaire du métier de traducteur ne me fait a priori pas peur.
- J'ai la chance d'avoir du temps devant moi et de ne pas avoir la pression du revenu, puisque nous vivons actuellement bien du salaire de mon mari. Cependant, il me parait indispensable de reprendre une activité professionnelle à moyen terme, car on ne sait jamais de quoi demain sera fait...
- La plus grande difficulté que je rencontre est mon instabilité géographique: j'ai vécu dans 4 pays et 6 villes différentes depuis que j'ai quitté la France en 2006. Le portage salarial international me semble pouvoir être une bonne solution pour ne pas avoir à repartir de zéro à chaque déménagement.
- Il me semble indispensable de passer par une formation avant de me lancer, car si je baigne dans un environnement multi-culturel, ai un passé de "bonne élève" et ai l'occasion de parler, lire ou écouter du français, de l'anglais et de l'espagnol tous les jours, la traduction est un vrai métier qui ne s'improvise pas, surtout lorsque l'on n'est pas passé par une formation littéraire. La formation offerte par Ci3M me parait intéressante: elle me donnerait l'entrainement nécessaire et me formerait aux outils informatiques spécifiques au métier. Cependant, elle n'est pas donnée... Mais c'est la seule que j'ai trouvée à date qui puisse être entièrement réalisée par correspondance... Or, je ne peux envisager revenir en France ou ailleurs pour passer des examens, n'ayant personne pour garder mes enfants et ayant un époux travaillant beaucoup, prenant très peu de vacances et ne le faisant qu'au dernier moment quand cela arrive.
- De par ma formation en école de commerce, j'imagine n'être pas la plus mal préparée pour la partie marketing du métier.
En l'état actuel des choses, je compte continuer à m'entrainer en faisant des versions et me donner le temps cet été de décanter toutes les informations que j'ai pu récolter pour prendre d'ici peu une décision bien éclairée.

Encore merci à tous!

Ludivine
Collapse


 

Dominique Durand  Identity Verified
France
Local time: 04:12
Member (2005)
English to French
+ ...
Formations en ligne Jun 23, 2019

CI3M est tout à fait recommandable. Il n'y a pas de formations universitaires complètement en ligne en France.
D'autres pays ont des offres intéressantes. De mémoire il y a une université canadienne (ST Boniface je crois) et des universités anglaises aussi comme Birkbeck à Londres, très orientée sur la formation continue.


 


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

En savoir plus sur le métier de traducteur avant de m'engager dans cette voie

Advanced search






Anycount & Translation Office 3000
Translation Office 3000

Translation Office 3000 is an advanced accounting tool for freelance translators and small agencies. TO3000 easily and seamlessly integrates with the business life of professional freelance translators.

More info »
Déjà Vu X3
Try it, Love it

Find out why Déjà Vu is today the most flexible, customizable and user-friendly tool on the market. See the brand new features in action: *Completely redesigned user interface *Live Preview *Inline spell checking *Inline

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search