Pages in topic:   [1 2] >
statut du traducteur en France
Thread poster: darting arrow

darting arrow
Local time: 21:49
English to French
+ ...
Jan 12, 2006

Bonjour à tous,

Je suis une nouvelle traductrice indépendante pas encore officiellement à mon compte pour diverses raisons. Pour résumer, quand je crois avoir trouvé la solution, il me tombe dessus de nouvelles infos qui viennent ébranler la théorie... Vous devez savoir de quoi je parle si vous aussi vous avez dû entreprendre les démarches de création d'entreprise, travailleur indépendant etc...

Suite à une réunion sur l'ACCRE, j'ai appris qu'un traducteur pouvait être inscrit à l'URSAFF dans la catégorie des professions libérales mais pas seulement: il y a aussi la possibilité d'être un auteur traducteur, et donc être un artiste et non une profession libérale. Par conséquence, un auteur traducteur ne dépend pas de l'URSAFF, et économise ainsi quelques précieux % de ses revenus. Or, je ne sais pas si c'est la SACD ou la SGDL ou encore autre chose qui donne son statut de travailleur indépendant à ce type de traducteurs (auteurs), et je ne sais pas si ces traducteurs auteurs ont aussi un N° de SIRET pour facturer leurs services, bref, je ne sais pas grand chose à part que je souhaiterais éviter d'entrer dans la catégorie des professions libérales, puisque je me définis plus comme un auteur, ayant l'intention d'écrire pour l'écran et l'édition, et ayant choisi de m'introduire dans ces milieux professionnels (audiovisuel et édition) par le biais de la traduction.

Je vais m'arrêter là et attendre de voir s'il y a des réponses de vos parts. Je voudrais recevoir des avis, des conseils, et ne me dîtes pas que je rêve, parce que tout est possible pour les gens qui en veulent.

Merci beaucoup, et meilleurs voeux pour 2006 à tous!

Lilyrose


Direct link Reply with quote
 

bohy  Identity Verified
France
Local time: 21:49
English to French
+ ...
Agessa Jan 12, 2006

Je pense que tu trouveras ce qui t'intéresse sur le site http://www.agessa.org (voir Espace Auteurs).
Tu y trouveras les cas où l'on peut relever de ce statut; comme tu pourras le voir, cela ne peut s'appliquer qu'à des traductions de type spécifique (essentiellement de livres et de films). Il faut un montant minimum annuel pour pouvoir bénéficier de la couverture maladie au titre des Agessa.
Si tu veux faire d'autres types de traductions, je pense que tu seras obligée d'avoir un statut d'indépendante par ailleurs.


Direct link Reply with quote
 

darting arrow
Local time: 21:49
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
Merci pour AGESSA Jan 13, 2006

Oui, j'ai visité ce site pas plus tard qu'hier, et oui, j'ai saisi que ce statut s'adresse aux domaines artistiques de l'édition et de l'audiovisuel. Maintenant il ne me reste qu'à trouver des traductions exclusivement dans ces domaines...

Merci pour l'info.


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 21:49
Member (2007)
German to French
+ ...
Précisions sur l'AGESSA Jan 13, 2006

LilyRose wrote:

Maintenant il ne me reste qu'à trouver des traductions exclusivement dans ces domaines...



Bonjour,

oui pour ce genre d'activité, le traducteur est assimilé à un auteur (est rémunéré en droits d'auteur) et peut donc relever du régime de Sécurité Sociale des auteurs. Je suis affilié depuis plus de dix ans, après avoir abandonné le statut libéral.

Deux choses sont cependant très importantes à considérer dès le départ :

- Si la nature des traductions permet au traducteur de prétendre à ce régime, il convient que celui qui confie la traduction soit "diffuseur" au sens où l'AGESSA le conçoit. Le diffuseur cotise également de son côté (et effectue un précompte des charges en dehors de la retraite complémentaire que l'AGESSA récupère directement auprès de l'auteur). Cela est vrai pour les diffuseurs établis en France puisqu'il s'agit de la Sécu française. Pour les diffuseurs situés à l'étranger, il n'y a pas de précompte et c'est l'auteur qui va cotiser sur appel de l'AGESSA.

- En cas d'activités multiples (ou de sources de revenus multiples puisqu'il peut s'agir d'indemnités, de rentes ou encore de salaires) l'appartenance ou non au régime AGESSA s'évalue à la suite d'une déclaration annuelle faite après la déclaration des revenus fiscale. En fonction de la répartition des montants, on est AGESSA ou Régime Général (ce qui n'empêche pas de cotiser sur la part droits d'auteur évidemment dans le deuxième cas). Ce qu'il ne faut pas oublier est que le régime AGESSA ne permet pas de faire, même de manière ponctuelle des traductions relevant d'un autre régime (indépendant, libéral, société) : il faudra pour cela toujours passer par la case URSSAF, mais les deux statuts ne sont pas du tout incompatibles.

En espérant avoir un peu aidé, bonne prospection.

Ne pas oublier non plus que l'univers "éditorial" n'a pas grand chose à voir avec celui des agences. Mais cela c'est encore une autre aventure ...

Bien cordialement,

Adrien


Direct link Reply with quote
 
Ghislaine CATHENOD  Identity Verified
Local time: 21:49
English to French
Et le portage ? Jan 13, 2006

Si tu veux te simplifier la vie, tu peux aussi te mettre en portage.
Il y a un peu de tout dans ce domaine, mais certaines socités de portage sont très honêtes et peu gourmande.
Quand j'ai commencé mon activité, il m'a suffit d'une heure pour règler tout la paperasserie avec ma boite de portage.

Si tu es traductrice technique, je ne pense pas tu puisse t'adresser à l'AGESSA.

Ghislaine Cathenod


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 21:49
Member (2007)
German to French
+ ...
Bingo ! Jan 13, 2006

cathenod wrote:

Si tu veux te simplifier la vie, tu peux aussi te mettre en portage.



Il allait de soi que la proposition devait sortir ... et que j'allais réagir (nombreux fils sur le forum, mot clé de recherche "portage").

Plus de discours, mais un vrai conseil de lecture ici :

http://www.guideduportage.com/virtualegis1.htm

Edifiant et passionnant,

Très cordialement,

Adrien


Direct link Reply with quote
 

darting arrow
Local time: 21:49
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
merci: une autre question pour la route... Jan 13, 2006

Merci pour vos réponses, avec les infos, les liens et ce que j'ai pu trouvé dans d'autres pages du forum, cela devient plus clair.

Si l'auteur traducteur doit se restreindre à traduire pour l'édition et l'image, est-il possible pour lui de traduire du technique en passant par une société de portage, au lieu d'avoir double statut (auteur et libéral)?

Aussi, il me semble avoir lu un post d'une personne qui travaille pour une agence de tradution en portage: est-ce possible? Les agences que j'ai contactées (not so many actually) m'ont dit de les rappeler quand j'aurai un N° de SIRET. Or, si je peux être employée par une agence grâce au portage, que leur répondre quand ils me disent de rappeler avec un N° de SIRET?

Et auriez vous (je m'adresse à Adrien en particulier) quelques conseils pour démarrer dans l'édition ou l'audioV? contacter directement les sociétés de post-production (pour doublage sous-titrage) et les maisons d'édition? Ou rencontrer les traducteurs qui pourraient être occasionnellement débordés?!

Je vous remercie d'avance, LilyRose mène l'enquête...



Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 21:49
Member (2007)
German to French
+ ...
AGESSA ... Deuxième ! Jan 14, 2006

LilyRose wrote:

Si l'auteur traducteur doit se restreindre à traduire pour l'édition et l'image, est-il possible pour lui de traduire du technique en passant par une société de portage, au lieu d'avoir double statut (auteur et libéral)?



Le régime AGESSA de traducteur-auteur n'est incompatible avec aucun autre. Il s'agit simplement de déclarer les activiités et revenus afférents comme il convient. Ce n'est que l'activité "principale" qui déterminera le régime d'affiliation à la Sécu.

Donc pourquoi pas du portage ? Je suis ici grand prince dans la mesure où il est clair sur ce forum que je suis totalement contre le portage. Ce n'est pas de l'allergie ni du dénigrement comme l'imaginent certains, mais c'est fondé sur le droit ... et aussi la morale. C'est cependant un autre débat.



Aussi, il me semble avoir lu un post d'une personne qui travaille pour une agence de tradution en portage: est-ce possible? Les agences que j'ai contactées (not so many actually) m'ont dit de les rappeler quand j'aurai un N° de SIRET. Or, si je peux être employée par une agence grâce au portage, que leur répondre quand ils me disent de rappeler avec un N° de SIRET?



J'en connais qui fonctionnent ainsi, pour avoir même travaillé sur des projets communs (côté AGESSA). Je ne peux répondre à leur place, mais leurs lumières te seraient certainement utiles : appel à témoins !



Et auriez vous (je m'adresse à Adrien en particulier) quelques conseils pour démarrer dans l'édition ou l'audioV?



Je réponds sur l'édition (livres, presse) et non sur L'AV où je ne connais rien, ni personne (je vois que tu connais aussi KudoZ : regarde un peu de plus près certaines questions en EN->FR et tu découvriras peut-être des personnes spécialisées film ou vidéo. Tu pourrais éventuellement les contacter directement ?).

Avant de contacter directement une maison d'édition (et aujourd'hui avec les sites Web, il n'est plus guère difficile de "passer" notamment par la case "contact" ou "recrute" ou "talents"), il faudrait sans doute définir ce que tu souhaites traduire : entre la littérature à proprement parler, la vulgarisation scientifique, les fiches de bricolage pour un magazine, etc., il est des centaines d'activités différentes pouvant relever de la traduction "non technique" mais pas forcément "littéraire".

Je n'ai jamais traduit une ligne de Tolkien (il y a encore des tas de choses à traduire) parce que ce serait calamiteux, mais j'ai des milliers de pages en informatique (légère et lourde) : même si c'est "technique et/ou scientifique", cela relève du droit d'auteur.

Tu dois trouver ta spécificité et définir ton accroche.

Ensuite, tu cherches aussi, dans ton petit monde à toi, ce qui serait intéressant à traduire : facile également aujourd'hui via les librairies en ligne.

Tu peux alors suggérer à un éditeur que ce serait bien de traduire. Un bout d'échantillon ne serait pas du luxe. C'est de l'investissement : tu achètes un livre dans sa version originale, genre Da Vinci Code, tu traduis une trentaine de pages pour convaincre. Gratis Pro Deo.

L'éditeur est bouleversifié et te confie la traduction à faire sofort vu le carton à venir ...

Ensuite, c'est l'éditeur qui te demandera si tu es libre pour traduire Anges et démons ...

Et voilà, l'avenir est radieux !

Plus prosaïquement, nous n'avons en général que deux ou trois gros coups de pot dans une carrière. Mais ils permettent, s'ils existent de s'en sortir.



Ou rencontrer les traducteurs qui pourraient être occasionnellement débordés?!



Je ne peux ici parler que pour moi : c'est avec plaisir, mais j'en suis parvenu à un rythme qui me convient et je ne suis, volontairement ou pas va savoir, pas "débordé". Cela roule tranquille.

La suite au prochain numéro !

Bonne continuation,

Adrien

[Edited at 2006-01-15 09:04]


Direct link Reply with quote
 

Céline Odo  Identity Verified
France
Local time: 21:49
English to French
+ ...
Bien sûr ! Jan 14, 2006

LilyRose a demandé :

Aussi, il me semble avoir lu un post d'une personne qui travaille pour une agence de tradution en portage: est-ce possible? Les agences que j'ai contactées (not so many actually) m'ont dit de les rappeler quand j'aurai un N° de SIRET. Or, si je peux être employée par une agence grâce au portage, que leur répondre quand ils me disent de rappeler avec un N° de SIRET?


Bonjour Lilyrose,

Oui bien sûr que l'on peut travailler avec les agences tout en étant en portage. En général, si elles demandent un numéro de SIRET, c'est pour être sûres de ne pas avoir affaire à des gens qui travaillent au noir (preuve que ce doit être hélas courant).
Il te suffit de leur expliquer que tu n'as pas de numéro de SIRET personnel, puisque tu travailles en portage. La société de portage leur fera alors signer une convention de portage. Mais ne t'inquiètes pas, vu le nombre de gens qui débutent par le portage, je pense qu'il existe peu d'agences qui ne savent pas encore ce que c'est. En revanche, j'ai entendu dire que certaines ne voulaient pas passer par des gens en portage. Ca c'est une autre affaire et je n'en connais pas les raisons.

Et puis l'on peut également travailler en portage et en AGESSA.
C'est d'ailleurs avantageux, puisqu'en tant que salarié de portage, tu as droit aur régime général maladie + retraite.


Direct link Reply with quote
 

darting arrow
Local time: 21:49
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
merci pour ces infos Jan 14, 2006

Merci beaucoup, vous m'aidez vraiment à y voir plus clair chers collègues!
Donc je vais rapidement chercher la société de portage qui me chaperonnera dans mes affaires.

Encore une question pour Adrien:

Admettons que j'ai trouvé une série de livres apparemment inédites d'un auteur de bestsellers (en dehors de la série) selon le NY Times. Non, ce n'est pas Dan Brown. Ni J.K Rowling. La place est prise.

Il semblerait que seulement 2 ou 3 de ses romans soient publiés en français, et aucune mention de la série sur les pages francophones.

On dirait un bon plan, sauf que:

comment m'assurer qu'un éditeur français n'a pas acheté les droits et travaille actuellement sur la traduction de cette série? En essayant de contacter l'auteur ou sa gentille assistante par son site (ce que j'ai fait)? Ou contacter son éditeur?

J'ai l'intention d'acheter la série complète (tous dispo sur amazon), me dépécher de la dévorer et traduire. est-ce une bonne idée en soi? Ou dois-je mener l'enquète avant d'investir?

Aussi, combien de pages, chapitres, faut-il traduire pour présenter le projet à un éditeur?

Merci beaucoup Adrien, ma commande est en attente sur Amazon, et je suis envahie d'une urgence urticante...

By the way, il m'avait semblé que ton "Passionnant, Edifiant" au sujet du portage était pointé d'une touche d'ironie. Donc merci pour le lien, vous êtes bon Adrien !

Best regards.

LilyRose


Direct link Reply with quote
 

darting arrow
Local time: 21:49
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
rectifictation Jan 14, 2006

...une série de livres inéditE, of course.

J'ai nevoyé un mail à son agent, aura-t-il l'aimable obligeance de me répondre?

à suivre



Lilyrose


Direct link Reply with quote
 

Adrien Esparron
Local time: 21:49
Member (2007)
German to French
+ ...
Comment savoir ? Jan 15, 2006

LilyRose wrote:

Donc je vais rapidement chercher la société de portage qui me chaperonnera dans mes affaires.



Snif !



On dirait un bon plan, sauf que:

comment m'assurer qu'un éditeur français n'a pas acheté les droits et travaille actuellement sur la traduction de cette série? En essayant de contacter l'auteur ou sa gentille assistante par son site (ce que j'ai fait)? Ou contacter son éditeur?



Tu ne vas effectivement pas frapper à la porte de tous les éditeurs de France et de Navarre pour poser la question. Et on ne te dirait pas forcément la vérité. L'auteur ou ses proches n'est pas une mauvaise idée, mais il peut y avoir des surprises ...

L'auteur n'est pas nécessairement au courant que l'éditeur a vendu les droits : cela m'est arrivé plusieurs fois, mais comme il s'agissait de commandes fermes et non de propositions de ma part, cela n'a eu aucune conséquence.

Donc a priori la bonne source est l'éditeur original, mais cela peut être également piègeant. Ne pas oublier qu'à de rares exceptions près il s'agit de commerce : tel ouvrage traduit en croate ne l'est pas nécessairement à partir de l'original américain, mais de la traduction française (si, si pour ne pas citer mes sources). Pourquoi ? L'une des raisons est que les droits du best-seller américain sont trop élevés pour l'éditeur de Zagreb, alors que pour le book pas encore best-seller en France, l'éditeur de Paris est beaucoup moins gourmand ...

Bien compliqué tout cela ...



J'ai l'intention d'acheter la série complète (tous dispo sur amazon), me dépécher de la dévorer et traduire. est-ce une bonne idée en soi? Ou dois-je mener l'enquète avant d'investir?



La bonne idée est d'acheter les bouquins et de les dévorer si c'est si bon que cela. Pour cette étape, tu investis d'abord pour tes loisirs. Donc ... Ensuite, si tu a toujours la conviction qu'il faudrait traduire, je ne commencerais pas tout de suite à traduire, sauf pour entretenir la forme ...

Je constituerais un dossier en béton, que j'adresserais à quelques éditeurs susceptibles d'être intéressés, mais selon moi sans échantillon de traduction en dehors de critiques élogieuses parues ailleurs. Tu précises simplement que tu es disposée à fournir quelques "bonnes feuilles" dans le cas où tu as suscité l'intérêt.



Aussi, combien de pages, chapitres, faut-il traduire pour présenter le projet à un éditeur?



Pour compléter ce qui précède, tu peux à mon avis te permettre de demander ce qui leur conviendrait. Pas la peine d'en faire trop pour rien ...



Merci beaucoup Adrien, ma commande est en attente sur Amazon, et je suis envahie d'une urgence urticante...



Il y a des pommades en pharmacie qui soulagent assez bien ...



By the way, il m'avait semblé que ton "Passionnant, Edifiant" au sujet du portage était pointé d'une touche d'ironie.



Que nenni ! Cela donne vraiment cette impression ?



Donc merci pour le lien, vous êtes bon Adrien !



Point trop n'en faut pour autant. Madame est trop bonne !!!

Bon dimanche,

Adrien


Direct link Reply with quote
 

darting arrow
Local time: 21:49
English to French
+ ...
TOPIC STARTER
suite et poursuite Jan 16, 2006

Chers vous, bien bon dimanche et bon lundi aussi

Voilà, j'ai commandé les livres, j'ai poursuivi l'enquète, seulement 2 livres parus en france à ce jour, un troisième pour Avril 2006.
J'ai contacté l'éditeur US, à suivre.
Je demanderai d'autres conseils quand je plancherai sur le dossier béton. Que j'adresserai d'abord à l'éditeur des versions françaises existantes. Je suis déjà allée chez eux pour un manuscrit qu'ils n'ont pas voulu publier (c'était prévisible ma foi...)ça sera avec plaisir que j'y retournerai...
Si tu as (Adrien) des histoires à raconter illustrant assez précisément le monde de la traduction littéraire (par opposition à la trad technique), je suis curieuse et désireuse de te lire. J'ai comme un penchant pour la traduction des aventures de Noddy et ses amis plutôt que pour la notice d'utilisation d'un papier toilette révolutionnaire...
A part ça, bonne continuation à tous, et je n'hésiterai pas à poster sur ce forum si d'autres questions me taraudent. Puisque vos réponses éclairent si bien ma lanterne. Merci.

Bien à vous

Lilyrose


Direct link Reply with quote
 

eirinn  Identity Verified
France
Local time: 21:49
English to French
+ ...
Grain de sel Jan 16, 2006

[quote]Céline Odo wrote:



En revanche, j'ai entendu dire que certaines ne voulaient pas passer par des gens en portage. Ca c'est une autre affaire et je n'en connais pas les raisons.

.


J'en parlais justement aujourd'hui avec une autre traductrice en portage qui, suite à sa propre expérience, m'a dit que le seul client qui avait refusé de la payer (un client allemand) était également le seul de ses clients qui avait refusé de travailler avec une agence de portage. Parce que normalement, les agences de portage sont des entités plus fortes pour se défendre contre les mauvais payeurs et peuvent aller jusqu'à faire des procès, choses beaucoup moins facile pour les petits traducteurs indépendants.
Et d'ailleurs, sa boîte de portage (créée par des avocats, en plus) a engagé une action pour être payée et ca a marché.

Intéressant, tout de même.


Direct link Reply with quote
 
Pages in topic:   [1 2] >


To report site rules violations or get help, contact a site moderator:

Moderator(s) of this forum
Andriy Bublikov[Call to this topic]

You can also contact site staff by submitting a support request »

statut du traducteur en France

Advanced search






BaccS – Business Accounting Software
Modern desktop project management for freelance translators

BaccS makes it easy for translators to manage their projects, schedule tasks, create invoices, and view highly customizable reports. User-friendly, ProZ.com integration, community-driven development – a few reasons BaccS is trusted by translators!

More info »
LSP.expert
You’re a freelance translator? LSP.expert helps you manage your daily translation jobs. It’s easy, fast and secure.

How about you start tracking translation jobs and sending invoices in minutes? You can also manage your clients and generate reports about your business activities. So you always keep a clear view on your planning, AND you get a free 30 day trial period!

More info »



Forums
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search