KudoZ home » French » Poetry & Literature

ce ne sont pas les amours des oursins.

French translation: V.S.

Advertisement

Login or register (free and only takes a few minutes) to participate in this question.

You will also have access to many other tools and opportunities designed for those who have language-related jobs
(or are passionate about them). Participation is free and the site has a strict confidentiality policy.
07:13 Aug 10, 2004
French to French translations [Non-PRO]
Art/Literary - Poetry & Literature / le roman de Marcel Proust
French term or phrase: ce ne sont pas les amours des oursins.
Cette phrase se trouve dans le tome 2 de A la RECHERCHE du TEMPS PERDU, p.552 de la version de bibliotheque de la paeiade (4 volumes). Je voudrais savoir pourquoi Proust utiliser ici le mot OURSINS.
kexi
French translation:V.S.
Explanation:
Resituons dans le contexte: "Je me laissais aller à raconter mes impressions. Souvent Bergotte ne les trouvait pas justes, mais il me laissait parler. Je lui dis que j'avais aimé cet éclairage vert qu'il y a au moment où Phèdre lève le bras. «Ah! vous feriez très plaisir au décorateur qui est un grand artiste, je le lui raconterai parce qu'il est très fier de cette lumière-là. Moi je dois dire que je ne l'aime pas beaucoup, ça baigne tout dans une espèce de machine glauque, la petite Phèdre là-dedans fait trop branche de corail au fond d'un aquarium. Vous direz que ça fait ressortir le côté cosmique du drame. Ça c'est vrai. Tout de même ce serait mieux pour une pièce qui se passerait chez Neptune. Je sais bien qu'il y a là de la vengeance de Neptune. Mon Dieu je ne demande pas qu'on ne pense qu'à Port-Royal, mais enfin, tout de même ce que Racine a raconté ce ne sont pas les amours des oursins. Mais enfin c'est ce que mon ami a voulu et c'est très fort tout de même et au fond, c'est assez joli. Oui, enfin vous avez aimé ça, vous avez compris, n'est-ce pas, au fond nous pensons de même là-dessus, c'est un peu insensé ce qu'il a fait, n'est-ce pas, mais enfin c'est très intelligent.»
Je doute que Proust et ses contenporains en savaient très long sur les amours des oursins (il a fallu la télé et les docu de F. Rossif pour dévoiler quelques mystères me semble-t-il...). Décrivant l'univers un peu glauque et aquatique créé par les éclairages et cette mise en scène de Phèdre que commente Bergotte, je pense que les oursins sont pris tout simplement comme un pur exemple d'habitants un peu enigmatiques d'un aquarium, soit tout ce qu'il y a de plus loin du personnage racinien, même si Bergotte ne prêche pas pour autant pour une interprétation trop classique: il veut simplement dire à mon avis que le metteur en scène "a poussé un peu trop loin le bouchon".
Selected response from:

Agnès Levillayer
Italy
Local time: 06:08
Grading comment
3 KudoZ points were awarded for this answer

Advertisement


Summary of answers provided
3 +1V.S.
Agnès Levillayer
3explication
Jean-Luc Dumont
1 +1sans aucun contact physique
Jonathan MacKerron


  

Answers


1 hr   confidence: Answerer confidence 1/5Answerer confidence 1/5 peer agreement (net): +1
sans aucun contact physique


Explanation:
il me semble

Jonathan MacKerron
Native speaker of: Native in EnglishEnglish

Peer comments on this answer (and responses from the answerer)
agree  Vicky Papaprodromou
5 mins
Login to enter a peer comment (or grade)

1 hr   confidence: Answerer confidence 3/5Answerer confidence 3/5 peer agreement (net): +1
V.S.


Explanation:
Resituons dans le contexte: "Je me laissais aller à raconter mes impressions. Souvent Bergotte ne les trouvait pas justes, mais il me laissait parler. Je lui dis que j'avais aimé cet éclairage vert qu'il y a au moment où Phèdre lève le bras. «Ah! vous feriez très plaisir au décorateur qui est un grand artiste, je le lui raconterai parce qu'il est très fier de cette lumière-là. Moi je dois dire que je ne l'aime pas beaucoup, ça baigne tout dans une espèce de machine glauque, la petite Phèdre là-dedans fait trop branche de corail au fond d'un aquarium. Vous direz que ça fait ressortir le côté cosmique du drame. Ça c'est vrai. Tout de même ce serait mieux pour une pièce qui se passerait chez Neptune. Je sais bien qu'il y a là de la vengeance de Neptune. Mon Dieu je ne demande pas qu'on ne pense qu'à Port-Royal, mais enfin, tout de même ce que Racine a raconté ce ne sont pas les amours des oursins. Mais enfin c'est ce que mon ami a voulu et c'est très fort tout de même et au fond, c'est assez joli. Oui, enfin vous avez aimé ça, vous avez compris, n'est-ce pas, au fond nous pensons de même là-dessus, c'est un peu insensé ce qu'il a fait, n'est-ce pas, mais enfin c'est très intelligent.»
Je doute que Proust et ses contenporains en savaient très long sur les amours des oursins (il a fallu la télé et les docu de F. Rossif pour dévoiler quelques mystères me semble-t-il...). Décrivant l'univers un peu glauque et aquatique créé par les éclairages et cette mise en scène de Phèdre que commente Bergotte, je pense que les oursins sont pris tout simplement comme un pur exemple d'habitants un peu enigmatiques d'un aquarium, soit tout ce qu'il y a de plus loin du personnage racinien, même si Bergotte ne prêche pas pour autant pour une interprétation trop classique: il veut simplement dire à mon avis que le metteur en scène "a poussé un peu trop loin le bouchon".

Agnès Levillayer
Italy
Local time: 06:08
Native speaker of: French
PRO pts in category: 20

Peer comments on this answer (and responses from the answerer)
agree  Nanny Wintjens
23 hrs
Login to enter a peer comment (or grade)

9 hrs   confidence: Answerer confidence 3/5Answerer confidence 3/5
explication


Explanation:
je reprends une partie de l'extrait judicieusement fourni par Agnès

Cela veut dire ici que l'éclairage est froid et terne : glauque et vert, comme au fond de l'océan/de la mer... Ce qui pourrait refroidir les élans passionnels et mieux correspondre à des amours d'oursins qui se touchent à peine du bout de leurs piquants... pour assouvir leurs instincts.... merci Coustaud.
Or Racine, c'est la passion d'êtres qui ne sont que trop humains, l'excès dans les sentiments, l'amour fou, la mort - les tragédies raciniennes c'est le sang et le rouge de la passion. La personne qui parle aurait mieux vu un décor avec une luminosité dans des tons plus chauds qui évoquent la passion...d'être à sang chaud, pas de leurs ancêtres à sang froid :-)

Je lui dis que j'avais aimé cet éclairage vert qu'il y a au moment où Phèdre lève le bras. «Ah! vous feriez très plaisir au décorateur qui est un grand artiste, je le lui raconterai parce qu'il est très fier de cette lumière-là. Moi je dois dire que je ne l'aime pas beaucoup, ça baigne tout dans une espèce de machine glauque, la petite Phèdre là-dedans fait trop branche de corail au fond d'un aquarium. Vous direz que ça fait ressortir le côté cosmique du drame. Ça c'est vrai. Tout de même ce serait mieux pour une pièce qui se passerait chez Neptune. Je sais bien qu'il y a là de la vengeance de Neptune. Mon Dieu je ne demande pas qu'on ne pense qu'à Port-Royal, mais enfin, tout de même ce que Racine a raconté ce ne sont pas les amours des oursins. Mais enfin

--------------------------------------------------
Note added at 9 hrs 18 mins (2004-08-10 16:31:23 GMT)
--------------------------------------------------

« Je meurs pour ne point faire un aveu si funeste », déclare Phèdre à Oenone (v. 226). Cette injonction de l’héroïne reflète parfaitement la dimension que prend la parole dans la tragédie de Racine. Parler revient à s’affronter, à revendiquer son mal. Pourtant, par trois fois dans la pièce Phèdre « avoue » progressivement à tous les personnages : Oenone, Hippolyte et Thésée. Le passage étudié correspond à l’entretien de Phèdre avec Hippolyte. L’annonce de la mort de Thésée, qui termine l’exposition du premier acte, permet à Phèdre d’exposer son amour « incestueux » au grand jour. La Phèdre mourante des premières scènes renaît à l’espoir de conquérir Hippolyte, puisque la mort de son époux abolit tout inceste. Cependant, l’aveu de Phèdre a un écho tout à fait original, car celle-ci déguise sa parole, brouille le sens. On a affaire au développement du malentendu par des mots voilés, et par la substitution progressive de Thésée à Hippolyte. Car Phèdre, hait cet « aveu honteux » et semble parler malgré elle, dans le désarroi de sa conscience. Elle travestit donc sa passion, tout en cherchant pourtant à séduire le jeune homme.

Cette scène présente également l’une des facettes les plus intéressantes du personnage : l’héroïne, poursuivie par la malédiction d’Aphrodite, plonge dans le rêve, rencontre l’amant idéal et réécrit son passé, par le dévoilement de ses sentiments. La parole est alors extrêmement performative, et, par suite, génératrice de lourdes désillusions dues au tragique de la réalité.

Jean-Luc Dumont
France
Local time: 06:08
Native speaker of: French
Login to enter a peer comment (or grade)




Return to KudoZ list


KudoZ™ translation help
The KudoZ network provides a framework for translators and others to assist each other with translations or explanations of terms and short phrases.



See also:



Term search
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search