Member since Mar '19

Working languages:
English to French
Dutch to French
Russian to French
Portuguese to French
Spanish to French

Gilles Snoeck
UN certified translator

Local time: 13:44 CET (GMT+1)

Native in: French Native in French
What Gilles Snoeck is working on
info
Oct 24, 2020 (posted via ProZ.com):  12,000 words for SPREP project (high-level intergovernmental declaration by the Pacific Community) ...more, + 15 other entries »
Total word count: 0

Account type Freelance translator and/or interpreter
Data security Created by Evelio Clavel-Rosales This person has a SecurePRO™ card. Because this person is not a ProZ.com Plus subscriber, to view his or her SecurePRO™ card you must be a ProZ.com Business member or Plus subscriber.
Affiliations This person is not affiliated with any business or Blue Board record at ProZ.com.
Services Translation, Editing/proofreading, Subtitling, Interpreting, Project management
Expertise
Specializes in:
Biology (-tech,-chem,micro-)Law (general)
Internet, e-CommerceFinance (general)
Computers: SoftwareInternational Org/Dev/Coop
Marketing / Market ResearchMedical: Pharmaceuticals
Advertising / Public RelationsMedical (general)

Blue Board entries made by this user  0 entries
Payment methods accepted Send a payment via ProZ*Pay
Portfolio Sample translations submitted: 5
English to French: Cabo Verde Country Strategic Opportunities Programme (IFAD)
General field: Bus/Financial
Detailed field: Government / Politics
Source text - English
Executive summary
1. The results-based country strategic opportunities programme (RB-COSOP) for 2019 to 2024 shapes the content of IFAD’s portfolio in Cabo Verde, following the country strategy note for 2016 to 2018.
2. Significant progress has been made in fighting poverty in Cabo Verde, thanks to targeted public investments in support of social policies. Nevertheless, 48 per cent of the rural population is still living in poverty, making their living basically from agriculture, with scarce water and arable land and high vulnerability to weather events, exacerbated by climate change. Family farmers, especially women and young adults, are the most vulnerable – primarily due to limited income diversification.
3. Agriculture is an important sector of the economy and the primary means of subsistence for a significant portion of the population. The Government prioritizes modernization of family farming, development of efficient value chains and strengthening of the synergies between the agro-food sector and tourism sectors.
4. In this context, the objective of the 2019-2024 COSOP is to contribute to the sustainable improvement of the livelihoods and food and nutrition security of vulnerable rural populations, especially women and young adults.
5. The three strategic objectives (SOs) of the COSOP contributing to implementation of the Strategic Sustainable Development Plan (PEDS) 2017-2021 and achievement of the Sustainable Development Goals (SDGs) are as follows:
• SO1: Increase the resilience of rural populations to the effects of climate change, particularly with respect to water mobilization and management;
• SO2: Support the development of agricultural value chains and the local economy based on the potential and characteristics of the regions; and
• SO3: Engage with partners in policy dialogue on major development issues of relevance to poor family farmers, young adults and women.
6. Additional top-up financing to the Rural Socio-economic Opportunities Programme (POSER) of US$6.27 million for the period from 2019 to 2021 will consolidate and scale up the ongoing activities. A new project (POSER II) will be designed to absorb the resources from the Twelfth Replenishment of IFAD's Resources (IFAD12) financing cycle (2022-2024).
Translation - French
Résumé
1. Le Programme d'options stratégiques pour le pays axé sur les résultats (COSOP-AR) pour la période 2019-2024 décrit le portefeuille de projets du FIDA à Cabo Verde, après la note sur la stratégie pays pour la période 2016-2018.
2. Des avancées notables ont été obtenues dans le cadre de la lutte contre la pauvreté à Cabo Verde grâce aux investissements publics ciblés de soutien à la politique sociale. Néanmoins, 48 % de la population rurale vit toujours dans la pauvreté et dépend en grande partie de l’agriculture pour sa survie, alors que l’eau et les terres arables sont rares et que le pays est très vulnérable aux phénomènes météorologiques – vulnérabilité exacerbée par les changements climatiques. L’agriculture familiale est la plus vulnérable (particulièrement en ce qui concerne les femmes et les jeunes adultes), principalement en raison de la faible diversification des revenus.
3. L’agriculture est un important secteur de l’économie et le principal moyen d'existence pour une importante partie de la population. Le Gouvernement veut s’attaquer en premier lieu à la modernisation de l’agriculture familiale, au développement de filières efficaces et au renforcement des synergies entre les secteurs agro-alimentaire et touristique.
4. Dans ce cadre, l’objectif du COSOP-AR 2019-2024 est de contribuer à une amélioration durable du mode de vie et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations rurales vulnérables, en particulier des femmes et des jeunes adultes.
5. Les trois objectifs stratégiques du COSOP-AR qui contribuent à l’exécution du Plan de développement durable stratégique 2017-2021 et à l’atteinte des objectifs de développement durable sont les suivants:
• Objectif stratégique 1: Accroitre la résilience des populations rurales et, en particulier, celle des ménages les plus vulnérables, particulièrement lorsque ceux-ci sont dirigés par une femme ou par un jeune, aux effets des changements climatiques, l'accent étant porté sur la mobilisation et la gestion de l’eau;
• Objectif stratégique 2: Soutenir le développement de filières agricoles et appuyer l'économie locale en tenant compte du potentiel et des caractéristiques particulières de chaque région, en accordant une attention particulière aux entreprises dirigées par des femmes ou par de jeunes adultes ;
• Objectif stratégique 3: Faire des démarches auprès des partenaires en vue d’établir un dialogue politique sur les principaux enjeux de développement qui touchent les paysans pauvres, les jeunes adultes et les femmes.
6. Un financement additionnel de 6,27 millions de dollars sera attribué au Programme de promotion des possibilités socio-économiques rurales (POSER) pour la période allant de 2019 à 2001 ; il permettra de consolider et d'intensifier les activités actuelles. Un nouveau projet (POSER II) sera élaboré pour absorber les ressources provenant du cycle de financement FIDA12 (2022-2024).
English to French: The Wasteland
General field: Art/Literary
Detailed field: Poetry & Literature
Source text - English
Director Bao: These are the facts. The Wasteland was born when the Inferno was unleashed. We know that in the immediate aftermath, a great tide of magic swept most of Northern Augea. We do not know why it flowed in that direction, but some say it was simply the angle at which the Infernal ziggurat was positioned. What is sure is that thousands perished in a heartbeat, and many more were mutated or set upon by the legions of daemons that followed. We believe the great rent in the Veil lasted no more than a fraction of a moment before resealing under its own enormous energy. That was all it took for the raw essence of the Immortal Realm to spew across our world.

At the start, we think the Wasteland was somewhat larger. But magic cannot linger forever - it is a substance entirely alien to our world that will always return across the Veil over time. The Wasteland has slowly receded to its present size, still covering uncountable miles of once-fertile lands, from the Blasted Plain to the Sea of Storms. All accounts describe the Wasteland as desolate. It is barren, arid and largely lifeless. Great grasslands
and forests no longer support any vegetation at all. Nor can our kind enter this land without soon suffering debilitating sickness and a swift demise.

Tales tell of men whose hair falls out in handfuls, whose skin peels away, who vomit blood, whose flesh withers on their bones. Some find their bodies twisting into horrific new shapes. There is also the matter of the so-called madness: victims hear voices and find their very will besieged. It is true that some parts are more survivable than others, and since it is unclear exactly where the
Wasteland begins, it is difficult to judge reports of those who claim to have penetrated a certain distance. As well as the degrading effects of the magic, there are also the dangers of great beasts such as dragons and chimeras, naturally attuned to magic, who dwell there - and, of course, the daemons.
Here we come on less certain knowledge. We believe that the innermost parts of the Wasteland are so magically saturated that daemons can cross the Veil there at will, and remain for as long
as they please, with all but inexhaustible supplies of the magical sustenance they require to exist in the Mortal Realm. We know that they sometimes treat and make pacts with the Warriors of the Dark Gods, who provide them steel that they forge into impossible armours. Yet even the Warriors, granted supernatural fortitude by their dark masters, cannot remain long in the Wasteland, always returning to congregate around its edge.

Emperor Haizu: So you're saying I cannot lead my army across?

Director Bao: I humbly beg your forgiveness, my lord. It is impossible.

—Transcript of proceedings in the Court of Tsuandan, approximately 405 A.S
Translation - French
Directeur Pao :
Voici les faits. Les Désolations sont apparues lorsque la Fournaise a été déclenchée. Nous savons que dans les instants qui ont suivi, une gigantesque vague de magie a balayé la plus grande partie de l'Augée septentrionale. Nous ne savons pas pourquoi le cataclysme a emprunté cette trajectoire. Certains affirment qu'elle a été déterminée par l'orientation de la ziggourat infernale.

Ce qui est certain, est que des milliers de gens ont péri en l'espace d'un battement de cœur. Plus nombreux encore furent ceux qui mutèrent ou furent assaillis par les légions démoniaques qui suivirent. Nous pensons que la grande faille dans le Voile n'a pas duré plus d'une fraction de seconde avant que ne soit libérée cette énorme énergie. Il n'a pas fallu plus que cela à l'essence brute du Royaume immortel pour se déverser à la surface du monde.

Nous pensons que les Désolations étaient initialement un peu plus larges que ce qu'elles sont aujourd'hui. La magie ne peut en effet perdurer à jamais : il s'agit d'une substance entièrement étrangère à notre monde, qui finira toujours par retourner de l'autre côté du Voile après un certain temps. Les Désolations ont donc lentement reculé pour atteindre leur étendue actuelle. Elles recouvrent néanmoins toujours d'innombrables lieues de terres autrefois fertiles de la mer des Tempêtes à la Plaine foudroyée.

Tous les comptes-rendus décrivent les Désolations comme étant absolument désertes. C'est une étendue aride, stérile et dénuée de vie. Là où s'étendaient de vastes prairies et forêts, on ne trouve plus la moindre trace de végétation. Les gens de notre race ne peuvent non plus pénétrer ce pays sans souffrir très vite d'un mal débilitant et connaître une mort rapide. Les récits font état d'hommes dont les cheveux tombent par poignées, dont la peau s'écaille et pèle, vomissant du sang, et dont la chair se flétrit sur les os. Certains voient leur corps se tordre pour adopter de nouvelles formes atroces. Il y a aussi la question de la folie des Désolations : les victimes entendent des voix et sentent leur esprit assailli par d'étranges forces.

Il est également vrai que certains endroits sont plus vivables que d'autres. Et comme il est pour le moins malaisé de définir la limite stricte à partir de laquelle les Désolations commencent, il est difficile de juger de la fiabilité des rapports de certaines personnes affirmant être parvenues à pénétrer assez profondément ce territoire. En outre, en sus des effets dégradants de la magie, il y a également les dangers posés par les grandes bêtes telles que les dragons et les chimères, créatures qui vivent là en raison de leur affinité naturelle pour la magie ; et, bien entendu, les démons.

À ce sujet, encore moins de choses sont certaines. Nous pensons que les parties centrales des Désolations sont à ce point saturées de magie que les démons peuvent y franchir le Voile librement et y demeurer aussi longtemps que cela leur plaît, y trouvant là de la magie en quantité inépuisable leur permettant de subsister dans le Royaume mortel. Nous savons qu'ils commercent parfois et nouent des pactes avec les Guerriers des Dieux Sombres ; ces derniers leur fournissent notamment l'acier avec lequel les démons forgent leurs armures impossibles.

Mais même les Guerriers, des êtres dotés d'une robustesse surnaturelle par leurs sombres maîtres, ne peuvent rester fort longtemps dans les Désolations ; eux aussi doivent régulièrement revenir à sa bordure.

Empereur Haï-Tsou :
Vous êtes donc en train de me dire que je ne peux y faire passer mon armée ?

Directeur Pao :
Le vermisseau que je suis implore votre clémence, Votre Somptuosité. Cela est en effet tout à fait impossible.

– Procès-verbal des échanges à la cour du Tsouan-Tan, vers 405 A.S.
English to French: Ninth Age Basic Rulebook : Cover
General field: Other
Detailed field: Games / Video Games / Gaming / Casino
Source text - English
14.C.d Cover

Cover is determined individually for each shooting model. There are two types of Cover: Soft Cover and Hard Cover. The most common reason for applying Cover is the target being obscured by Terrain or other models, or the target being inside a Terrain Feature.

Determine if the target benefits from Cover as follows:
1 Determine which Arc of the target the shooting model is Located in. The corresponding Facing is referred to as Target Facing.
2 Choose any point on the shooting model’s Front Facing.
3 a) For targets on rectangular bases:
• From the chosen point, check how large the fraction of the Target Facing is that is behind obstructions (see figures 28 and 29).
• If half or more of the Target Facing is obscured, the target benefits from Cover.
b) For targets on round bases:
• From the chosen point, check whether the nearest point on the Target Facing, referred to as Target Point, is behind obstructions.
• If this point is obscured, the target benefits from Cover.

Note that:
• This is not Line of Sight. Check what is behind obstructions even outside of the shooting model’s Front Arc.
• Models always ignore their own unit and the Terrain Feature they are inside for Cover purposes (e.g. a model shooting from a Forest doesn’t suffer a Soft Cover modifier for shooting through or at a target inside that Forest).

14.C.d.1 Target Benefiting from Soft Cover (−1 to hit)

A model shooting at a target that benefits from Soft Cover suffers a −1 to-hit modifier. Soft Cover applies if more than half of the Target Facing or the Target Point is obscured by either:
• Covering Terrain that contributes to Soft Cover
• Models that do not block Line of Sight, except if the target and/or the shooting model is of Gigantic Height (see “Model Classification”, page 87), and the obscuring model is of Standard Height (in which case no cover is applied) (remember that Skirmisher and Tall affect what blocks Line of Sight).

For examples, see figure 27 for Cover inside Terrain, and figure 30 for Cover behind intervening models.

14.C.d.2 Target Benefiting from Hard Cover (−2 to hit)

A model shooting at a target that benefits from Hard Cover suffers a −2 to-hit modifier. Hard Cover applies if more than half of the Target Facing or the Target Point is obscured by either:
• Covering Terrain that contributes to Hard Cover
• Models that do block Line of Sight (remember that Skirmisher and Tal affect what blocks Line of Sight)

See figure 28 for an example of Hard Cover.

14.C.d.3 Target Benefiting from Soft and Hard Cover

If a target benefits from both Soft and Hard Cover, only apply the Hard Cover modifier. If parts of the Target Facing are obscured by obstructions that contribute to Soft and Hard Cover, but not enough to grant either Soft Cover or Hard Cover, apply only the Soft Cover modifier if more than half of the Target Facing is obscured. For example, if 30% of the Target Facing is obscured by Terrain contributing to Soft Cover, and another 30% by Terrain contributing to Hard Cover, then apply the Soft Cover modifier, as 60% of the Target Facing is obscured in total (see figure 29).
Translation - French
14.C.d Couvert

Le Couvert est déterminé individuellement pour chaque tireur. Il existe deux types de Couvert : léger et lourd. Dans la majorité des cas, cela signifie que la cible est entièrement dans un Décor ou bien qu’elle est en partie cachée par un Décor ou par d’autres figurines pouvant jouer un rôle d’obstruction.

Pour déterminer si une cible bénéficie d’un Couvert :
1. Déterminez dans quel arc de la cible est localisée la figurine qui tire. Le côté correspondant s’appelle « côté cible ».
2. Choisissez un point du front de la figurine qui tire.
3. a) Pour les cibles sur socle rectangulaire / carré :
• À partir de ce point, déterminez dans quelle proportion le côté cible est caché par un obstacle (voir figures 28 et 29).
• Si plus de la moitié du côté cible est cachée, alors la cible bénéficie d’un Couvert.
b) Pour les cibles sur socle rond :
• À partir de ce point, déterminez si le point le plus proche du côté cible (qu’on appelle le « point cible »)
est caché ou non par un obstacle.
• Si ce point est caché, alors la cible bénéficie d’un Couvert.

Remarque :
• On ne parle pas ici de Ligne de vue. Vérifiez aussi quelle est la proportion du côté cible qui est cachée, y compris en-dehors de l’arc avant de la figurine qui tire.
• Les figurines sur socle rond peuvent utiliser n’importe quel point de leur socle à cette fin, à la place de leur front.
• Pour la détermination du Couvert, un tireur ignore toujours les figurines de sa propre unité et de l’unité ciblée, ainsi que le Décor dans lequel il se trouve (par exemple, une unité située dans une Forêt et qui tire depuis cette Forêt sur une unité en-dehors ou l’intérieur de cette même Forêt ne subit pas de malus de Couvert léger pour tirer à travers ou dans cette Forêt).

14.C.d.1 Cible bénéficiant d’un Couvert léger (−1)

Une figurine tirant sur une cible bénéficiant d’un Couvert léger subit un malus de −1 pour toucher. Le Couvert léger s’applique si une cible bénéficie d’un Couvert provenant de :
• au moins un Décor contribuant au Couvert léger;
• figurines qui ne bloquent pas les Lignes de vue, sauf si la cible et/ou le tireur est de taille Gigantesque (voir « Classification des figurines », page 100), et si la figurine provoquant l’obstruction est de taille Standard (auquel cas, aucun Couvert n’est appliqué). Notez aussi que les règles Tirailleur et Une tête au-dessus affectent les Lignes de vue.

Voir la figure 27 pour un exemple de Couvert lorsqu’une unité se trouve à l’intérieur d’un Décor, et la figure 30 pour un exemple de la manière dont le Couvert est déterminé lorsque des figurines se trouvent entre le tireur et sa cible.

14.C.d.2 Cible bénéficiant d’un Couvert lourd (−2)

Une figurine tirant sur une cible bénéficiant d’un Couvert lourd subit un malus de −2 pour toucher. Le Couvert lourd s’applique si une cible bénéficie d’un Couvert provenant de :
• un Décor qui contribue au Couvert lourd;
• figurines qui bloquent la Ligne de vue. Notez aussi que les règles Tirailleur et Une tête au-dessus affectent les Lignes de vue.

Voir la figure 28 pour un exemple de Couvert lourd.

14.C.d.3 Cible bénéficiant à la fois d’un Couvert léger et d’un Couvert lourd

Si une cible bénéficie à la fois d’un Couvert léger et d’un Couvert lourd, ne prenez en compte que le Couvert lourd.

Si différentes parties du côté cible sont cachées en même temps par plusieurs obstacles pouvant offrir un Couvert léger ou un Couvert lourd, mais pas assez pour obtenir l’un ou l’autre de ces Couverts, n’appliquez que la pénalité de Couvert léger, pour peu qu’au moins la moitié du côté cible soit cachée au total. Par exemple, si le côté cible est caché à 30 % par un Décor contribuant au Couvert léger et à 30 % par un Décor contribuant au Couvert lourd, appliquez la pénalité de Couvert léger, étant donné qu’au total, 60 % du côté cible est caché (voir figure 29).
Dutch to French: Erik Von Markovic
General field: Art/Literary
Detailed field: Cinema, Film, TV, Drama
Source text - Dutch
Mystery’s echte naam is Erik Horvat-Markovic. Hij werd geboren in 1971 in Canada en liet later zijn naam wettelijk veranderen in het meer aristocratische Von Markovik. Erik zijn vader was een Duitse alcoholverslaafde migrant die zijn moeder fysiek en mentaal mishandelde. Erik en zijn 14 jaar oudere broer Ralph hadden een vertroebelde relatie met hun vader. In de stille buitenwijk van Toronto zocht de jonge Erik afleiding in computerspelletjes en vluchtte hij in een kleurrijke virtuele wereld. Als tiener was hij niet bepaald aantrekkelijk maar wel charismatisch. Boomlang en met een bloedeloze bleekheid leek de computerfanaat gebeten door een vampier uit Transsylvanië en halverwege zijn transformatie.
Terwijl zijn leeftijdgenoten naar de meisjes lonkten verdiepte de rare snuiter zich in goocheltrucs. Met een gedrevenheid die gaandeweg zijn verdere leven zou gaan bepalen probeerde hij in die materie uit te blinken. Op zijn elfde sloeg hij een klasgenootje bont en blauw toen die weigerde het geheim van een kaartentrucje te verklappen. Hij toonde zijn goocheltalenten op verjaardagen, bedrijfsfeestjes en enkele schaarse talkshows, maar echt doorbreken deed hij niet. Op zijn 21ste was Erik een buitenbeentje dat gebukt ging onder complexen en eenzaamheid. Liefde en vriendschap waren voor hem abstracte begrippen waarvan de wetmatigheden in geheimzinnige nevels gehuld waren. En bovenal was Erik op zijn 21ste nog maagd. Zo besloot hij zijn passie voor magie om te zetten om -naar eigen zeggen- het grootste mysterie van de wereld op te lossen: de Vrouw.

Het kostte Erik tientallen tochtjes naar de stad voordat hij ook maar het lef wist op te brengen om tegen een vreemde te spreken. De laatbloeier kende dag en nacht mislukking, afwijzing en schaamte. In bars, kledingwinkels, musea en koffieshops benaderde hij vrouwen als waren het militaire manoeuvres. Hij sprak ze aan en trachtte ze te bespelen. Achteraf analyseerde hij hun antwoorden en reacties. De ondervindingen hield hij nauwkeurig bij in een schriftje. Vrouwen werden variabelen in zijn project, ze fungeerden als testpoppen herkenbaar aan maten, haarkleuren en cijfers. Stap voor stap zette Erik de puzzel van de sociale dynamiek in elkaar en ontdekte de patronen die naar hij meent ten grondslag liggen aan alle man-vrouw relaties. Vrouwen verleiden werd respectievelijk zijn hobby, zijn passie, zijn roeping.

Erik zijn opzet was tweeledig, enerzijds was hij geobsedeerd om het verleidingsspel te decoderen, anderzijds wou hij ze tot een ware kunst verheffen: je mannelijke persoonlijkheid als een statement, een boodschap aan de buitenwereld. Erik zag in het verleiden tal van analogieën met kunst: uitdaging, originaliteit, esthetiek, communicatie en individualiteit. Verleiden begint voor Erik eerst en vooral bij ‘het individualiseren’ van een man: “Mannen denken dat als ze er algemeen uitzien, ze dan een breed scala van vrouwen kunnen verleiden. Niet waar. Je moet je specialiseren. Als je er doorsnee uitziet, zal je doorsneemeisjes krijgen”.

Onder zijn pseudoniem Mystery, begon Erik technieken in de sociale alchemie van de verleiding op het internet te delen. Zijn uitgesponnen berichten over hoe je sociale interacties kan manipuleren om vrouwen te ontmoeten en aan te trekken werden in een mum van tijd opgepikt door een reutemeteut mannen en vervolgens ook door de journalist Neil Strauss. Eriks avondjes uit om modellen, strippers en andere moeilijke prooien te vangen werden in uitgebreide details neergetypt en gedeeld. Op basis van zijn ervaringen werkte Mystery de basisformule attract – comfort – seduce uit. De uitgewerkte versie daarvan titelde hij later de Mystery-Methode. Mystery stelt dat het verleiden een techniek is die elke man kan beheersen. Volg het stappenplan, leer de instructies, verzorg je timing, herken de signalen van het doelwit en een vrouw zal uiteindelijk de jouwe zijn.

Eén van Mystery’s bekendste leerlingen is ongetwijfeld Neil Strauss, de schrijver van The Game, wiens relaas Mystery zijn huidige populariteit, imago en publieke authenticiteit verleende. Mystery schreef na The Game ook zelf enkele zelfhulpboeken waarin hij zijn Mystery Methode toelicht. Voor wie enkel die theorie niet voltstaat kan een Bootcamp volgen waar de Mystery Methode naar de praktijk wordt omgezet. Naast het collectief oefenen van het studiemateriaal worden studenten op een Bootcamp gestimuleerd om moediger te worden door in publieke ruimtes nieuwe mensen aan te spreken en in te gaan op sociaal onverwachte situaties. Hun durf en bijgevolg zelfvertrouwen worden opgetrokken waardoor vrouwen aanspreken tegen het einde van een Bootcamp een kleinigheid wordt. Voor $5000 trekt Mystery er graag met studenten op uit om zijn methodes op echte doelwitten uit te voeren en ze aan te leren. $5000 voor vier dagen met maximum vier leerlingen. In die prijs zitten clubtoegang, instructies en veldwerk inbegrepen, maar voor de wijsheden van Mystery trekken mannen massaal hun portemonnee open.
Translation - French
Le véritable nom de Mystery est Erik Horvat-Markovic, né en 1971 au Canada. Il a plus tard légalement fait changer son nom en « Von Markovik », pour lui donner une connotation plus aristocratique. Le père d’Erik était un immigré allemand alcoolique, qui maltraitait sa mère tant physiquement que mentalement. Eric et son frère, de 14 ans son ainé, avaient une relation troublée avec leur père. Dans la banlieue calme de Toronto, le jeune Erik a cherché un échappatoire dans les jeux vidéo, qui lui permettaient de s’évader dans un monde virtuel riche en couleurs. Pendant son adolescence, il n’était pas vraiment attirant, mais bien charismatique. Très grand, d’une pâleur exsangue, ce fan de jeux vidéo ressemblait à quelqu’un qui aurait été mordu par un vampire de Transsylvanie.

Tandis que ses camarades reluquaient les filles, ce drôle de type se plongeait dans les tours de magie. Mu par la même passion qui allait progressivement définir sa vie future, il s’est efforcé d’exceller en ce domaine. Vers la fin du secondaire, il a violemment battu un camarade de classe qui refusait de lui donner le secret d’un tour avec des cartes. Il exposait ses talents de prestidigitateur lors de fêtes d’anniversaire, de fêtes d’entreprise et a même été invité sur les plateaux de télévision, mais sans réellement parvenir à percer. À l’âge de 21 ans, Erik était un marginal qui souffrait de nombreux complexes et de la solitude. L’amour et l’amitié étaient pour lui des concepts abstraits dont les lois lui paraissaient enveloppées de mystères. Et surtout, à 21 ans, Erik était encore vierge. C’est alors qu’il a décidé d’abandonner sa passion pour la magie pour, d’après ses propres dires, résoudre le plus grand mystère du monde : la Femme.

Il a fallu à Erik des dizaines de trajets en ville avant qu’il n’ait le culot d’adresser la parole à une inconnue. Le jeune homme « retardataire » a connu nuit et jour l’échec, le rejet et la honte. Dans les bars, dans les magasins de vêtements, dans les musées et dans les cafés, il a approché des femmes comme s’il s’agissait de manœuvres militaires. Il s’adressait à elles en tentant de les manipuler. Après cela, il analysait leurs réponses et leurs réactions. Il notait toutes ses trouvailles minutieusement dans un carnet. Les femmes devenaient des variables dans son projet, elles étaient réduites à des mannequins reconnaissables à leurs dimensions, la couleur de leurs cheveux et leurs chiffres. Petit à petit, Erik a posé les pièces du puzzle de la dynamique sociale et a découvert les motifs qui, selon lui, se trouvaient à l’origine des relations hommes-femmes. Séduire les femmes est devenu son passe-temps, sa passion, sa vocation.

L’intention d’Erik était double. D’un côté, il était obsédé par l’idée de décoder le jeu de la séduction ; d’un autre côté, il désirait l’élever à un véritable art, faire de sa personnalité masculine une marque de fabrique, un message au monde extérieur. Erik a vu dans la séduction un grand nombre d’analogies avec l’art : le défi, l’originalité, l’esthétique, la communication, l’individualité. Pour Erik, la séduction commence avant tout par l’« individualisation » de l’homme : « Les gens pensent que s’ils se conforment à un aspect général, ils pourront séduire une large gamme de femmes. Ce n’est pas vrai. Il faut se spécialiser. Quelqu’un qui a l’air moyen ne pourra jamais avoir que des filles moyennes. »

Sous son pseudonyme de Mystery, Erik a commencé à partager sur internet les techniques de l’alchimie sociale de la séduction. Ses longs messages sur la manière de manipuler les interactions sociales pour rencontrer des femmes et les attirer ont été très rapidement utilisés par de nombreux hommes dont, un peu plus tard, le journaliste Neil Strauss. Erik passait ses soirées à pourchasser des mannequins, des strip-teaseuses et autres proies difficiles, soirées qu’il relatait en long et en large et dont il partageait les récits. C’est suite à ces expériences que Mystery a élaboré la formule de base « Attirer, Rassurer, Séduire ». C’est la version plus complète de cette formule qu’il a par la suite intitulée la « Méthode Mystery ». D’après Mystery, la séduction est une technique que n’importe quel homme peut maitriser. Pour pouvoir conquérir une femme avec certitude, il suffit de suivre le scénario, d’apprendre les instructions, de soigner le timing, de reconnaitre les signaux de la cible.

Un des élèves les plus connus de Mystery est indubitablement Neil Strauss, l’auteur de The Game, dont le récit a donné à Mystery sa popularité, son image et son authenticité publique actuelles. Après la parution de The Game, Mystery a lui-même écrit quelques manuels dans lesquels il explique la Méthode Mystery. Pour ceux pour qui cette théorie ne suffit pas, il est possible de suivre un camp d’entrainement où la Méthode Mystery est enseignée. En plus de la pratique en groupe du matériel étudié, les élèves du camp d’entrainement sont encouragés à gagner une plus grande confiance en eux-mêmes en s’adressant à de nouvelles personnes dans les lieux publics et en se retrouvant dans des situations sociales imprévues. Ainsi, leur audace et leur confiance en eux s’accroissent, ce qui fait qu’à la fin du camp d’entrainement, il leur devient on ne peut plus simple d’aborder les femmes. Pour 5000 $, Mystery lui-même intervient devant les élèves pour leur enseigner ses méthodes et les appliquer sur de véritables cibles. 5000 $ pour quatre jours avec maximum quatre élèves. Ce prix inclut les entrées en boite de nuit, les instructions et le travail de terrain. Pour les conseils de Mystery, les hommes sont prêts à vider leur portemonnaie.
Russian to French: Metro 2033 – First Chapter
General field: Art/Literary
Detailed field: Poetry & Literature
Source text - Russian
Артему было двадцать четыре, и родился он еще там, сверху, и был он еще не такой худой и бесцветный, как все родившиеся в метро, не осмеливавшие ся никогда показываться наверх, боясь не столько радиации, сколько испепеляющих и и губительных для подземной жизни солнечных лучей. Правда, Артем и сам в сознательном возрасте бывал наверху всего раз, да и то только на мгновенье — радиационный фон там был такой, что чрезмерно любопытные изжаривались за пару часов, не успев нагуляться вдоволь и насмотреться на диковинный мир, лежаший на поверхности.

Отца своего он не помнил совсем. Мать жила с ним до пяти лет, они жили вместе, на Тимирязевской, долго там жили, несколько лет, и хорошо все у них было, жизнь текла ровно и спокойно, до того самого дня, когда Тимирязевская не пала под нашествем крыс. Крысы, огромные серые мокрые крысы, хлынули однажды безо всякого предупреждения, из одного из темных боковых туннелей. Он уходил вглубь незаметным ответвлением от главного северного туннеля, и спускался на большие глубины, чтобы затеряться в сложном переплетении сотен коридоров, в лабиринтах, полных ужаса, ледяного холода и отвратительного смрада. Этот туннель уходил в царство крыс, место, куда не решился бы ступить самый отчаянный авантюрист, и даже заблудившийся и не разбирающийся в подземных картах и дорогах скиталец, остановясь на его пороге, животным чутьем определил бы ту черную и жуткую опасность, которая исходила из него, и шарахнулся бы от зияющего провала входа, как от ворот зачумленного города.

Никто не тревожил крыс. Никто не спускался в их владения. Никто не осмеливался нарушить их границ.

И тогда они пришли сами.

Много народу погибло в тот день, когда живым потоком гигантские крысы, такие большие, каких никогда не видели ни на станции, ни в туннелях, затопили и смыли и выставленные кордоны, и станцию, погребая под собой и защитников, и население, заглушая стальной массой своих тел их предсмертные вопли, полные боли и отвращения. Пожирая все на своем пути, и мертвых, и живых людей, и своих убитых собратьев, слепо, неумолимо, движивые непостижимой человеческому разуму силой, крысы рвались вперед, все дальше и дальше.

В живых остались всего несколько человек, не женщины, не старики и не дети — никто из тех, кого обычно спасают в первую очередь, а пять здоровых мужчин, сумевших обогнать смертоносный поток. И только потому обогнавших его, что стояли они с дрезиной на дозоре в южном туннеле, и заслышав крики со станции, один из них бегом бросился проверить, что случилось. Станция уже гибла, когда он увидел ее в конце перегона. Еще на входе он понял по первым крысиным ручейкам, просочившимся на перрон, что случилось, и повернул было назад, зная, что ничем он уже не сможет помочь тем, кто держит оборону станции, как его дернули сзади за руку. Он обернулся, и женщина с искаженным от страха лицом, тянувшая его настойчиво за рукав, крикнула ему, пытаясь пересилить многоголосый хор отчаяния: — Себя не жалко! Пусть он — живет! Спаси его, солдат! Пожалей!

И тут он увидел, что тянет она ему в своей руке — детскую ручонку, маленькую пухлую ладонь, и схватил эту ладонь, не думая, что спасает чью-то жизнь, а потому, что назвали его солдатом, и попросили — пожалеть. И, таща за собой ребенка, а потом и вовсе схватив его под мышку, рванул наперегонки с первыми крысами, наперегонки со смертью — вперед, по туннелю, туда, где ждала его дрезина с его товарищами по дозору, и уже издалека, метров за пятьдесят, крича им, чтобы заводили. Дрезина была у них моторизованная, одна на десять ближайших станций такая, и только поэтому смогли они обогнать крыс. Они все мчались вперед, и на скорости пролетели заброшенную Дмитровскую, на которой ютились несколько отшельников, еле успев крикнуть им «Бегите! Крысы!» и понимая, что те не успеют уже спастись. И подъезжая к кордонам Савеловской, с которой у них, слава Богу, было в тот момент мирное соглашение, они уже заранее сбавляли темп, чтобы при такой скорости их не расстреляли на подступах, приняв за налетчиков, и изо всех сил кричали дозорным: «Крысы! Крысы идут!» и готовы были продолжать бежать, через Савеловскую, и дальше, дальше по линии, умоляя пропустить дозорных — вперед, пока есть куда бежать, пока серая лава не затопит все метро. Но к их счастью, оказалось на Савеловской нечто, что спасло и их, и всю Савеловскую, а может, и всю Серпуховско-Тимирязевскую линию: они еще только подъезжали, взмыленные, крича дозорным о смерти, которую им удалось пока обогнать, но которая летела за ними по пятам, а те уже спешили, расчехляли какой-то внушительный агрегат на своем посту. Был это огнемет объемного пламени, собранный, наверное, местными умельцами из найденных частей, полукустарный, но невероятно мощный. И как только показались передовые крысиные отряды, и все нарастая, зазвучал из мрака шорох и скрежет тысяч крысиных лап, дозорные привели огнемет в действие, и не отключали уже, пока не кончилось горючее. Ревущее оранжевое пламя заполнило туннель на десятки метров вперед, и жгло, жгло крыс не переставая, десять, пятнадцать, двадцать минут, и туннель наполнился вонью, мерзкой вонью паленого мяса и шерсти, и диким крысиным визгом… А за спиной дозорных с Савеловской, ставших героями и прославившимися на всю линию, замерла остывающая дрезина, готовая к новому прыжку, а на ней — пятеро мужчин, спасшихся со станции Тимирязевская, и еще один спасенный ими ребенок. Мальчик. Артем.

Крысы отступили. Их безмозглая воля была сломлена одним из последних изобретений человеческого военного гения. Человек всегда умел убивать лучше, чем любое другое живое существо.

Крысы схлынули и обратной волной вернулись в огромное царство, истинные размеры которого не были известны никому. И все эти лабиринты, лежавшие на неимоверной глубине, были так таинственны и странны и, казалось бы, совершенно бесполезны для работы метрополитена, для осуществления всем известных его функций, что не верилось даже, несмотря на заверения авторитетных людей, что все это были сооружено людьми, обычными метростроевцами.
Translation - French
Artiom avait vingt-quatre ans. Il faisait encore partie de ceux qui étaient nés là-haut, à la surface. Il n'était pas encore aussi maigre, n'avait pas le teint aussi blafard que ceux qui étaient nés dans le métro, que ceux qui n'avaient jamais eu l'audace de se montrer à la surface, car ils craignaient les radiations, mais aussi et surtout les fatals rayons du soleil qui réduisaient en cendres toute forme de vie souterraine. Il est vrai qu'Artiom lui-même, depuis le début de son âge conscient, n'avait été à la surface qu'une seule fois, et encore, seulement pour quelques instants. Le rayonnement radioactif y était tel que les gens trop curieux s'y faisaient griller en quelques heures sans avoir eu le temps de se promener à leur guise pour y admirer le monde sauvage qui s'y étendait.

Quant à son père, il ne s'en souvenait absolument pas. Sa mère avait vécu avec lui jusqu'à l'âge de cinq ans. Ils vivaient ensemble à la station Timiriazev. Ils y vécurent longtemps, plusieurs années, et tout allait bien pour eux. La vie y suivait son cours paisible, jusqu'au jour où la Timiriazev succomba à une invasion de rats. Des rats, des rats énormes, gris, au poil trempé, s'étaient déversés un jour, sans aucun signe d'avertissement, d'un des sombres tunnels collatéraux. Ce tunnel partait dans les profondeurs, embranchement insignifiant du tunnel nord principal, pour descendre vers les bas-fonds. Là, il se perdait dans un entrelacs complexe de centaines de couloirs, dans des labyrinthes remplis d'horreur, d'un froid glacial et d'une puanteur abominable. Ce tunnel menait au royaume des rats, un lieu où même l'aventurier le plus téméraire n'aurait jamais osé poser le pied. Et même le pèlerin égaré et incapable de s'orienter sur les cartes et dans les voies souterraines aurait ressenti en s'arrêtant sur son seuil, comme alerté par un instinct animal, ce danger noir et sinistre qui en émanait, et se serait enfui loin du gouffre béant de cette entrée, comme fuyant les portes d'une ville pestiférée.

Personne ne dérangeait les rats. Personne ne descendait dans leur domaine. Personne n'osait violer leurs frontières.

Alors ils vinrent d'eux-mêmes.

Beaucoup de gens périrent en ce jour où, tels un flot vivant, des rats géants, si grands qu'on n'en avait jamais vus ni à la station, ni dans les tunnels, submergèrent et emportèrent les postes avancés et la station, ensevelissant les défenseurs et la population, étouffant par la masse d'acier de leurs corps leurs râles d'agonie emplis de douleur et de révulsion. Dévorant tout sur leur chemin, les vivants comme les morts, ainsi que leurs propres congénères tués, aveuglément, inexorablement, mus par une force qui dépassait l'entendement humain, les rats bondissaient en avant, encore et encore.

Les survivants se comptaient sur les doigts d'une seule main. Ni femmes, ni vieillards, ni enfants – aucun de ceux et celles qu'on sauve généralement en premier –, mais cinq rudes gaillards qui étaient parvenus à devancer le flot meurtrier. Et qui l'avaient devancé uniquement parce qu'ils se trouvaient à ce moment à bord d'une draisine qui patrouillait dans le tunnel sud et que, entendant les cris qui venaient de la station, l'un d'entre eux s'était précipité pour voir ce qu'il s'y passait. Lorsqu'il l'aperçut du bout du tunnel, la station était déjà mourante. Arrivé à l'entrée, voyant les premiers torrents de rats se répandre sur le quai, il comprit ce qu'il se passait. Voyant qu'il ne pouvait déjà plus rien faire pour aider ceux qui défendaient la station, il s'apprêtait à tourner les talons lorsque quelqu'un l'attrapa par la main. Se retournant, il vit une femme aux traits révulsés par la terreur, qui s'agrippait fermement à sa manche. Celle-ci lui cria, d'une voix qui peinait à surmonter le chœur des hurlements de désespoir en provenance de la station :
« Ne faites pas attention à moi ! Mais faites qu'il vive ! Sauvez-le, soldat ! Par pitié ! »

Et il vit alors ce qu'elle tenait dans ses bras et lui tendait : une petite main d'enfant, un petit poing tout potelé. Et il saisit ce poing, non pas parce qu'il s'imaginait sauver la vie d'autrui, mais tout simplement parce qu'elle l'avait appelé soldat et avait imploré sa pitié. Trainant d'abord derrière lui l'enfant, puis l'empoignant carrément sous son aisselle, il s'élança dans une course contre les premiers rats, une course contre la mort. Une course droit devant, dans le tunnel, vers l'endroit où l'attendait la draisine avec à bord ses camarades de patrouille. Cinquante mètres avant d'y parvenir, il leur hurlait déjà de démarrer. Leur draisine était motorisée, la seule motorisée à dix stations à la ronde. C'est la seule raison pour laquelle ils furent capables de distancer les rats. Ils foncèrent droit devant. Ils traversèrent à toute vitesse la station Dmitrov abandonnée et où ne se terraient que quelques ermites, à qui ils eurent à peine le temps de crier : « Courez ! Les rats ! », tout en étant bien conscients que pour eux, il était déjà trop tard. Approchant du cordon de la station Saviolovo (avec laquelle, Dieu merci, ils avaient signé en ce temps-là un traité de paix), ils ralentirent la cadence de peur que, vu leur vitesse, on ne les prenne pour des bandits et qu'on ne les abatte. Apercevant les sentinelles, ils s'égosillèrent de toutes leurs forces : « Les rats ! Les rats arrivent ! ». Et ils étaient prêts à poursuivre droit à travers Saviolovo et plus loin, toujours plus loin sur la ligne, tout droit, aussi loin qu'ils auraient pu aller, tant que la lave grise n'avait pas encore submergé tout le métro. Mais heureusement pour eux, il se trouvait à la station Saviolovo quelque chose qui leur sauva non seulement la vie à eux, mais aussi à toute la Saviolovo, et peut-être bien à toute la ligne Serpoukhov-Timiriazev. Le cordon passé, en nage, ils se mirent à hurler pour avertir les sentinelles de cette mort qui les talonnait, mais qu'ils avaient encore le temps de fuir. Et voilà que les sentinelles se dépêchèrent d'enlever son étui à une imposante machine installée à leur poste. Il s'agissait d'un lance-flamme lourd, sans doute assemblé à partir de pièces détachées par quelques bricoleurs locaux ; artisanal certes, mais incroyablement puissant. Et dès qu'apparurent les premiers bataillons de rats, de plus en plus nombreux, et que résonnèrent dans les ténèbres le bruissement et le grattement de milliers de pattes, les sentinelles activèrent le lance-flamme, et elles ne l'éteignirent pas tant que le combustible n'en fut pas totalement épuisé. Une flamme orange, vociférante, remplit le tunnel sur des dizaines de mètres et brula, brula les rats sans discontinuer, pendant dix, quinze, vingt minutes, et le tunnel fut rempli d'une puanteur, d'une infâme puanteur de chair et de poils brulés, et du couinement suraigu des rats… Et derrière les sentinelles de la station Saviolovo, devenus désormais des héros et des célébrités pour toute la ligne, refroidissait la draisine, prête à un nouveau départ, avec à son bord les cinq hommes qui s'étaient sauvés de la station Timiriazev, et l'enfant qu'ils avaient sauvé. Un petit garçon. Artiom.

Les rats battirent en retraite. Leur rage aveugle avait été brisée par une des dernières trouvailles du génie militaire humain. De tous les êtres vivants, l'homme a toujours été le plus habile à donner la mort.

Les rats refluèrent et, telle la marée basse, retournèrent dans leur vaste domaine, dont personne ne connaissait les véritables dimensions. Tous ces labyrinthes qui s'étendaient dans les profondeurs inimaginables étaient si mystérieux et si étranges, semblaient si absolument inutiles au fonctionnement du métropolitain et à l'exécution de toutes ses fonctions connues, qu'il était impossible – malgré l'insistance d'éminentes autorités – de croire qu'ils puissent avoir été construits par des êtres humains, par les simples bâtisseurs du métro.

Experience Years of experience: 13. Registered at ProZ.com: Apr 2011. Became a member: Mar 2019.
Credentials N/A
Memberships N/A
Software Adobe Acrobat, Adobe Illustrator, Adobe Photoshop, DejaVu, Indesign, memoQ, MemSource Cloud, Microsoft Excel, Microsoft Office Pro, Microsoft Word, SDL Trados, Powerpoint, SDL TRADOS, Smartcat, XTM
CV/Resume English (PDF)
Professional practices Gilles Snoeck endorses ProZ.com's Professional Guidelines.
Bio

I'm a UN certified translator with 10 years experience. I passed the UN examination for translators last year and have, since then, been working as consultant for the UN HQ in Geneva as well as FAO/IFAD. Most of my freelance activity over the last ten years was for OneHourTranslation.com as well as companies such as ABBYY Lingvo, SmartCat, REV, and others.

As a result of my scientific background in bio-engineering and my daily experience, I'm the ideal person for the translation of any document connected to medicine, pharmacy, biology, environment, agriculture, earth science, and so on.

Moreover, my wide general culture means I'm able to handle jobs on all kinds of topics. Most of the tasks I get from the UN are related to government finance and development programmes, but I'm also a favourite translator for a vast diversity of clients, ranging from Flemish gardening brands to the Norwegian Ministry of Culture, motorbike firms, travel agencies, political organisations, Russian and Italian law firms, Italian courts, US high schools, video games (including Blizzard, Nintendo and Games Workshop), and Facebook (help with assessing and correcting the translation made by the integrated automatic translation tool).

I'm quite a gamer myself : I'm the lead translator for the French translation team of the Ninth Age project, a community-made wargame regrouping thousands of players from every continent. As a result I have translated hundreds of pages of almost-lawyer quality rulebooks as well as litterary fantasy works connected to the project, and helped managed the volunteer team as head of Glossary (8 languages Glossary containing gaming as well as literary terms). More recently, I have started organizing a Russian translation team made of community members that I help working together for the « Russification » of our game. This is 100% volunteering: I'm just a translation passionate – when I'm not translating for work, then I'm translating for fun.

Looking forward to discover what you have in store for me ! Any text is welcome ;)

– Gil

Keywords: Russian, agriculture, politics, science, English, French, Dutch, History, geography, biology, sociology


Profile last updated
Oct 31, 2020



More translators and interpreters: English to French - Dutch to French - Russian to French   More language pairs



Your current localization setting

English

Select a language

All of ProZ.com
  • All of ProZ.com
  • Term search
  • Jobs
  • Forums
  • Multiple search